FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  BIDART ― Trois-mâts barque ― Société anonyme des voiliers rouennais.

 

Soldats de la Grande Guerre : Ex 18 Dragons, 3 utilisateurs anonymes et 38 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

BIDART ― Trois-mâts barque ― Société anonyme des voiliers rouennais.

n°21056
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 06-10-2009 à 22:07:56  profilanswer
 


   Bonsoir à tous,
 
 
   Bidart Trois-mâts barque en acier de 2.297 tx jb, lancé en 1901 à Chantenay-sur-Loire par les Chantiers nantais de construction navale pour le compte de la Société bayonnaise de navigation (Miramar Ship Index, ID n° 5618204), qui, après avoir été acquise en mai 1911 par la Compagnie rouennaise de transport maritime (H. Pentrout-Leblond, E. Leroux et Cie), deviendra la Société anonyme des voiliers rouennais (pavillon.houseflag.free).
 
   Les caractéristiques de ce grand voilier étaient les suivantes (Louis LACROIX : « Les derniers grands voiliers », J. PEYRONNET & C ie éd., Paris, 1937, p. 241 et 242) :  
 
     –  Port en lourd : 3.000 tx ;
     –  Jauge brute : 2.297 tx ;  
     –  Longueur : 84,40 m ;  
     –  Largeur : 12,30 m ;  
     –  Creux : 6,86 m.  
 
   Il avait notamment pour sister ship le Guéthary, également lancé en 1901 par le même chantier pour le compte du même armement (ibid.), qui fera naufrage en Écosse, le 21 octobre 1914, près de l'Ardmore Light de l'île d'Islay (Miramar Ship Index, ID n° 5618474).
 
   Le 25 mai 1915 au petit matin, alors qu’il allait de Thio (Nouvelle-Calédonie) à Glasgow (Écosse) avec un chargement de minerai de nickel, le bâtiment s’échoue sur les récifs de Lugar da Cachoeira, à proximité immédiate du village de Fajã Grande (Santa Cruz das Flores, Açores), se brise en deux et coule [Cf. l’excellente contribution publiée par le forum maritime portugais o-naufragium.blogspot.com, reprise par le site du Nautical Archaelogy at Texas A. & M. University (nautarch.tamu.edu/shiplab)].
 
                                                                                     ********
 
  ● L’Ouest-Éclair – éd. de Caen –, n° 5766, Samedi 29 mai 1915, p. 4, en rubrique « Nouvelles maritimes » :
 
                                                                     « Le Bidart est perdu  
 
                                                                      Huit hommes ont péri
 
   FAYAL, 27 mai. ― Le voilier français qui était échoué à Faja-Grande est le voilier Bidart, du port de Bayonne, qui se rendait de Thio à Glasgow, avec un chargement de minerais de nickel. Tous les mâts du navire sont brisés et la coque est défoncée en plusieurs endroits. On a peu d’espoir d’arriver à sauver le navire, qui est considéré comme une perte totale.
   Un télégramme daté de Fayal 27 annonce que 14 marins du Bidart ont pu être sauvés, mais que 8 hommes de son équipage ont perdu la vie dans cet accident, dont le capitaine. Voici le nom des victimes : M. Pédron, capitaine, qui commande le navire depuis mai 1910 ; il était à bord de ce navire depuis 1907 en qualité de second ; son quartier d’inscription était Binic ; ― Lhostis, maître d’équipage ; Charles, cuisinier ; Kerne, mécanicien, et les matelots Lagasi, Lecandrec, Lebreton, Toutbien et Letlok. »

 
                                                                                      ********
 
   Cette première relation des circonstances du naufrage du Bidart renferme assurément de nombreuses insuffisances et inexactitudes. En effet, selon les écrits de notre éminent confrère lusitanien – et sauf contresens de ma part – :
 
  ― Le bâtiment était commandé par le capitaine au long cours Jacques Blondel et non Pédron, qui n’était que commandant en second.  
 
   Une interrogation néanmoins : quelle était l’identité du second Pédron. A l’évidence, ce ne peut être Jean-Baptiste Pédron, comme l’indique implicitement mais faussement le rédacteur de l’article de L’Ouest-Éclair, puisque (Cf. les contributions de elpe sous le sujet consacré à l’Émilie-Galline) :
 
   – d’une part, après avoir commandé le Bidart à partir de 1910, Jean-Baptiste Pédron en avait débarqué en mai 1911, lors du transfert de la propriété du bâtiment à la Société anonyme des voiliers rouennais ;
 
   – d’autre part, à la date du naufrage du Bidart, il se trouvait en qualité de second sur le trois-mâts Geneviève-Molinos, appartenant à la Société des voiliers français ;
 
   – enfin, il décèdera le 15 avril 1917 à Taltal (Chili) à bord de l’Émilie-Galline, dont il avait pris le commandement le 29 février 1916.
 
   Il ne saurait non plus s’agir de son frère, Joseph Pédron, puisque ce dernier n’est décédé qu’en 1966.
 
  ― L’équipage du Bidart souffrait du scorbut et se trouvait physiquement diminué par la longueur du voyage.
 
  ― En raison d’un temps couvert ou de la persistance du brouillard, le capitaine Jacques Blondel n’avait, depuis plusieurs jours, pu faire le point, de sorte qu’il ignorait la position exacte du navire.
 
  ― Le matelot Letloc [ou Letlok] est décédé non pas à l’occasion du naufrage, mais la veille, ce qui a eu sans doute pour conséquence d’affecter un peu plus le moral de l’équipage.
 
  ― Le second Pédron, le maître d’équipage Lhostis et le cuisinier Charles périrent en tentant de gagner la côte dans une embarcation pour aller chercher des secours. Le corps du maître d’équipage, celui du cuisinier et celui d’un matelot furent retrouvés le jour même sur le rivage de Fajãzinha ; ils furent déposés dans une chapelle ardente par les habitants du village qui leur rendirent hommage en leur offrant six couronnes de fleurs. A l’initiative d’un prêtre de la paroisse, le père Bernardo Gaetano de Sousa, ils furent enterrés dans le cimetière du village à l’issue d’une cérémonie religieuse à laquelle assistèrent tous les habitants.
 
  ― Le capitaine ordonna alors l’abandon du navire ; les membres de l’équipage tentèrent de gagner le rivage à la nage dans une mer démontée. 14 survécurent et 5 périrent : le mécanicien Kerne, ainsi que les matelots Lebreton, Lecandre, Legas et Toutbien. Les rescapés reçurent les premiers soins des médecins de Santa Cruz das Flores, les blessés les plus graves étant admis à l’hôpital du lieu.
 
   ― Les survivants embarquèrent ultérieurement sur le paquebot Funchal à destination de Lisbonne.
   ________________________________________________________________________________
 
   Sources citées par l’auteur de la contribution :        
 
      ―  Journal  A Uniaõ  du 17 juin 1915 : « Naufragio nas Flores. Angra do Heroísmo ».
 
      ―  Lloyd’s 1914, Londres : « Register of Shipping ».
 
      ―  A. MORAES : « O naufragio da barca Bidart nos Açores », Revista de Marinha, Sept.-Oct. 1994, Lisbonne.
   ______________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.

n°21067
Terraillon​ Marc
Posté le 07-10-2009 à 18:54:06  profilanswer
 

Bonsoir
 
Une image du voilier
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/40/bs003405.jpg
 
A bientot  :hello:


---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°21068
Terraillon​ Marc
Posté le 07-10-2009 à 21:01:59  profilanswer
 

Rutilius a écrit :


   Bonsoir à tous,
 
 
....    
 
Les caractéristiques de ce grand voilier étaient les suivantes (Louis LACROIX : « Les derniers grands voiliers », J. PEYRONNET & C ie éd., Paris, 1937, p. 241 et 242) :  
 
     –  Port en lourd : 3.000 tx ;
     –  Jauge brute : 2.297 tx ;  
     –  Longueur : 84,40 m ;  
     –  Largeur : 12,30 m ;  
     –  Creux : 6,86 m.  
 
....
 
   Daniel.


 
Bonsoir Daniel,
 
Peux tu me préciser le chapitre dans lequel le BIDART est mentionné ?
 
A bientot  :jap:  


---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°21070
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 07-10-2009 à 22:22:04  profilanswer
 


   Bonsoir Marc,
 
   Ma source, fort ténue, il est vrai, mais l'auteur est sérieux :
     
      Chapitre XIV ― Les divers types de voiliers long-courriers de Nantes. (p. 235)
 
          →   [...]
          →  Chantiers nantais de constructions navales. (p. 240)
 
              →  Tableau indiquant les caractéristiques des 30 voiliers construits par ce chantier entre 1900 et 1902, dont celles du Bidart et du Guéthary, les seuls qui ne furent pas destinés à un armement nantais. (p. 241 et 242)
 
   Bien amicalement à toi,
   Daniel.
,

n°21072
Terraillon​ Marc
Posté le 08-10-2009 à 07:35:53  profilanswer
 

Bonjour Daniel
 
Merci pour la précision (je ne la trouvais pas dans ma version de 1950)
 
A bientot


---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°21522
yep
Posté le 25-10-2009 à 11:47:03  profilanswer
 

Bonjour à tous,
Concernant l’identité du second capitaine décédé lors du naufrage du Bidart, il s’agit de Eugène Pédron, inscrit maritime à Binic (Côtes-du-Nord) sous le n°5034, né à Saint-Quay Portrieux (Côtes-du-Nord) le 3 janvier 1891, et frère cadet de Joseph Pédron et de Jean-Baptiste Pédron.
Un quatrième frère, Louis Pédron, également Capitaine au long cours, venait compléter cette fratrie quinocéenne « au long cours ». Louis Pédron a également été lieutenant sur le Bidart de 1907 à 1911, puis capitaine du Guéthary (NB : les quinocéens sont les habitants de St-Quay Portrieux)
La fratrie se composait donc de Jean-Baptiste Pédron (1880-1917), Louis Pédron (1882-1945), Joseph Pédron (1887-1966), et Eugène Pédron (1891-1915).  
Bien amicalement,
Yann-Erwan

n°31770
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 18-07-2011 à 10:06:43  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
   L'article concernant le naufrage du Bidart publié par le Forum maritime portugais o-naufragium.blogspot.com peut être consulté ici ―> http://naufragium.blogspot.com/200 [...] idart.html  
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.

n°31781
Memgam
Posté le 18-07-2011 à 21:11:56  profilanswer
 

L'épave du Bidart est fréquentée par les plongeurs.
Chasse-marée n° 71, 3/1993, page 70, Question 545, F. Lamolère, Saint-Paul Les Dax (40), "afin de compléter ma documentation et de la soumettre au musée local de Florès je désirerais entrer en possession d'une photo de ce navire".

n°31782
Memgam
Posté le 18-07-2011 à 21:28:03  profilanswer
 

Le capitaine Jacques Blondel est né à Rouen en 1883. il a embarqué sur les grands voiliers en 1900 et en 1913 ; il commandait le trois-mâts Elisabeth. Après la perte de Bidart, il a fait carrière aux Chargeurs Réunis à bord des paquebots Afrique, Asie,Lutetia notamment. Il a fait 9 passages du Cap Horn et il est décédé en 1975. Il a décrit dans une lettre le naufrage du Bidart, dont de larges extraits ont été publié par Henri Picard, dans l'hebdomadaire Le Marin, n° 1892  du vendredi 30 septembre 1983, rubrique Mémoire de l'Histoire.  
Il y indique que le cuisnier a été emporté par la mer sur l'épave, que lui-même est allé dans le coqueron arrière envahi partiellement par l'eau pour chercher vainement la fusée porte-amarre. A son retour, il a vu que le second, le maître d'équipage et le lieutenant s'étaient jetés à la mer pendant son absence.

n°31808
Memgam
Posté le 19-07-2011 à 18:48:54  profilanswer
 

La cause initiale de la perte de Bidart est la volonté de faire escale du capitaine pour faire soigner les malades atteints de béri-béri de son équipage. Dans sa lettre parue dans Le marin, il fait état d'un voyage précédent à bord de Elisabeth où il avait perdu trois hommes touchés oar le scorbut et avait fait escale à Pernambuc (Brésil).
Voir aussi: Marc Métayer, Les voiliers du Nickel, Voyages en Nouvelle-Calédonie, Alan Sutton,2003, pages 80 à 84.

n°32302
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 23-09-2011 à 10:49:29  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
 
                                           http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/BIDART---V-1..gif
 
 
                                     http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/BIDART---V-2..gif
 
                                                                           National Library of Australia – Pictures Australia
                                                                 State Library of Victoria – Malcom Brodie shipping collection
                                                                               Images H 99.220/1236 et H 99.220/3589

   ________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.


Message édité par Rutilius le 24-09-2011 à 23:17:37
n°32304
Memgam
Posté le 23-09-2011 à 13:17:44  profilanswer
 

Contrairement à ce que le copyright de la photo le laisserait penser, la photo de Bidart présentée par Rutilius ci-dessus n'a pas été prise en Australie, mais beaucoup plus près, dans l'accès au port de Bristol.
 
On trouve aussi cette photo dans la collection de l'amiral Adam, conservée aux archives du SHD de Brest, et à ce titre, récemment parue dans l'ouvrage de Brigitte et Yvonnick Le Coat, Cap Horn, une vie, un mythe, Pascal Galodé éditeur, 2008, page 88.

n°40145
Memgam
Posté le 29-06-2014 à 17:11:29  profilanswer
 

Bonjour,  
 
Complément photographique sur la perte de Bidart.
 
Source : Lettre de Jacques Blondel à sa soeur, le 29 juillet 1915, dans Communication n° 26 - juin 2014, association Cap Horn au Long Cours, pages 2 à 4.
 
Cordialement.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser%2012.pnghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser%2014.png

n°43426
elpe
sanzache
Posté le 02-12-2015 à 19:05:35  profilanswer
 

Bonjour,  
Voici un complément sur le second du Bidart, lors du naufrage.
 
Eugène PÉDRON
 
né à St Quay Px le 3 janvier 1891; corps retrouvé en mer le 25 mai 1915
 fils de Jean Baptiste PÉDRON (décédé à St Quay le 30 novembre 1912 ) et de Marie Françoise MALENFANT son épouse (décédée à St Quay le 12 janvier 1912)
 
lieutenant au long cours
inscrit maritime à Binic n°5034      
inscription : n° 3735-IP à Binic matelot léger sur le Buffon (CMF de Nantes), capitaine François Ameline ; au voyage n°5 du 3 mai 1907 ; embarqué à Portland (Orégon, USA) le 5 février 1908 : voir le site caphorniersfrancais.fr
 
Eugène Pédron était capitaine en second du Bidart  (voilier 3 mâts-barque; de la Société Bayonnaise de navigation) en 1914-1915; le naufrage du voilier le 24 mai 1915 est décrit dans le livret “Voiliers du nickel”, ed Sutton 2003, chapitre scorbut et béri-béri : “ ... deux autres lames balayant la dunette causent la mort du capitaine en second Eugène Pédron et du lieutenant Louis Le Rolland… Les autres atteints  du béri-béri ne trouvent pas la force nécessaire pour nager jusqu’à la côte; ils sont inhumés à Faja Grande, à l’ile Flores (Açores)” ;
son corps a été retrouvé le 25 mai 1915, puis enterré dans l’ile de Florès (Açores). Un rapport et une déclaration au Conseil de Prévoyance ont été adressés à  Binic le 13 août 1915.
 
Nom cité sur le site du musée maritime de Rouen (museemar@normandnet.fr )
 


---------------
jpe
n°45290
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 14-10-2016 à 22:07:33  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
 
    ■ Au nombre des victimes du naufrage du trois-mâts Bidart.
 
    — LEGASSY ..., « âgé de 57 ans, matelot, né dans le Nord de la France, marié », décédé le 24 mai 1915 « asphyxié par submersion .. sur la côte de la paroisse de Fajãzinha » (Commune de Lajens, Ile de Flores, Açores). Inhumé dans le cimetière de la paroisse de Fajãzinha (Acte de décès transcrit à Dunkerque, le 16 juin 1916 : Registre des actes de décès  de la ville de Dunkerque, Année 1916, f° 70, n° 293).


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°46313
elpe
sanzache
Posté le 18-03-2017 à 12:06:22  profilanswer
 

Bonjour,
Voici un complément d'information sur les frères Pédron (de St Quay Portrieux) et le Bidart
 
- Jean-Baptiste (1880/1917 à Taltal) n'a jamais été sur le Bidart
- Louis (1882/1945) était lieutenant sur le Bidart en 1907; capitaine sur ce voilier d'avril 1911 à avril 1913; il passe ensuite  sur le Guéthary, sister ship du Bidart, comme capitaine
- Joseph (1887/1966) était dans la marine nationale (pilote d'escadre);  
- Eugène (1891/1915) est second sur le Bidart en 1914 et 1915 jusqu'au naufrage aux Açores
 
Bien cordialement


---------------
jpe
n°46314
elpe
sanzache
Posté le 18-03-2017 à 12:30:03  profilanswer
 

Les deux frères Louis et Eugène se sont trouvés ensemble sur le Bidart car Louis y était lieutenant de 1907 à mars 1910, puis capitaine jusqu'en avril 1913; Eugène y était matelot léger de janvier 1909 à février 1910, matelot de mars 1910 à mars 1911.


---------------
jpe
n°46315
elpe
sanzache
Posté le 18-03-2017 à 12:41:49  profilanswer
 

elpe a écrit :

Bonjour,
Voici un complément d'information sur les frères Pédron (de St Quay Portrieux) et le Bidart
 
- Jean-Baptiste (1880/1917 à Taltal) n'a jamais été sur le Bidart
- Louis (1882/1945) était lieutenant sur le Bidart en 1907; capitaine sur ce voilier d'avril 1911 à avril 1913; il passe ensuite  sur le Guéthary, sister ship du Bidart, comme capitaine
- Joseph (1887/1966) était dans la marine nationale (pilote d'escadre);  
- Eugène (1891/1915) est second sur le Bidart en 1914 et 1915 jusqu'au naufrage aux Açores
 
Bien cordialement


 
voici deux feuillets de la matricule d'Eugène Pédronhttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5967/matriculedeugenePedron.jpghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5967/matriculesuiteeugenePedron.jpg


---------------
jpe

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  BIDART ― Trois-mâts barque ― Société anonyme des voiliers rouennais.