FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  ASTREE - Société Navale Caennaise

 

Forum Pages du bibliophile : dog, ourta Forum Pages d’Histoire: aviation : CTP, 3 utilisateurs anonymes et 48 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

ASTREE - Société Navale Caennaise

n°2157
Ar Brav
Posté le 05-01-2008 à 06:23:21  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
ASTREE Navire auxiliaire (1915 – 1917)            
             
Chantier :  
       
N.C.
Mis à flot : 1912  
En service : 20.11.1915  
Retiré : 31.03.1917    
Caractéristiques : N.C.  
Armement : N.C.  
   
Observations :    
           
Cargo charbonnier, compagnie inconnue  
20.11.1915 – 31.03.1917 : réquisitionné à Caen
1923 : vendu pour démolition.
 
Cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 05-01-2008 à 19:34:47

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°2158
olivier 12
Posté le 05-01-2008 à 08:47:01  profilanswer
 

Bonjour à tous
 
En 1914 deux cargos portaient le nom d'Astrée.
L'un appartenait à la compagnie Lamy & Cie de Caen (spécialisée dans le transport du charbon) et fut perdu par fait de guerre (donc probablement un torpillage)
L'autre appartenait à la compagnie Le Quellec et fils de Bordeaux et je n'ai pas de renseignements sur sa fin.
L'Astrée ci dessus étant un cargo charbonnier et ayant été réquisitionné à Caen, on peut penser qu'il s'agit bien du premier. Cela reste toutefois à vérifier.
 
Cordialement
Olivier


---------------
olivier
n°2159
olivier 12
Posté le 05-01-2008 à 08:52:03  profilanswer
 

Complément
S'il a été démoli en 1923, la perte par fait de guerre ne tient plus. D'où l'incertitude sur le navire concerné...
Olivier


---------------
olivier
n°2161
Ar Brav
Posté le 05-01-2008 à 09:46:38  profilanswer
 

Bonjour Olivier,
 
Merci de tes précisions, je me suis retrouvé devant le même dilemme. Un faisait partie de la Caennaise, mais les dates de fin, démolition ou naufrage, ne correspondent pas. Je continue à chercher néanmoins.
 
Amicalement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°2162
olivier 12
Posté le 05-01-2008 à 12:51:26  profilanswer
 

Suite de l'enquête
 
En relisant l'Histoire de la Mar Mar de Randier, je constate que l'Astrée de la Caennaise n'a pas forcément été perdu par fait de guerre. En fait, il donne une liste de navires (17) dont 12 seulement ont été perdus pendant la grande guerre; l'Astrée n'est peut-être pas parmi ces 12.
De plus, sur le site d'Yves on ne trouve pas d'Astrée coulé par torpillage en 14-18.
Le navire concerné pourrait donc bien appartenir à la Caennaise. C'était un cargo de 3500 Tpl.
Olivier


---------------
olivier
n°2163
Ar Brav
Posté le 05-01-2008 à 13:20:43  profilanswer
 

Olivier,
 
Je crois que c'est le bon, celui de la Caennaise, il a bien coulé en 1917 suite à un abordage, mais renfloué. Il y a par contre une erreur de date quant à sa démolition (sur ma fiche précédente). Celui de 3 500 tpl doit être un autre (celui ci est l'Astrée I) :
 
A la SNC: 1912/1932
Type: Navire charbonnier.
Construction: SUNDERLAND SHIPBUILDING à Sunderland pour le compte de la SNC.
Mise en service: 02/1912
Longueur Hors tout: 67.90m
Largeur: 10.20m
Creux Max: 4.88m
Port en Lourd: 1480Tpl
Puissance: 850cv
Vitesse: 10.5n
Par la suite: Coulé en septembre 1917 suite à un abordage avec le vapeur norvégien "Dageide", puis renfloué. Vendu le 01/10/1932 à LANGOBARDO & CIE à Naples.
 
Amicalement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°2164
olivier 12
Posté le 05-01-2008 à 13:33:56  profilanswer
 

Tout s'éclaircie... Il a donc bien coulé, mais pas par fait de guerre.
 De plus, j'ai fait une confusion car les 12 navires perdus par fait de guerre l'ont été semble-t-il pendant la 2e guerre.  
Il s'agit  bien de celui dont parle Randier puisqu'il le donne comme étant mis en service à la Caennaise juste avant 1914.  
En fait, le cargo de 3500t est l'Astrée II .


---------------
olivier
n°2170
Terraillon​ Marc
Posté le 05-01-2008 à 15:18:08  profilanswer
 

Bonjour  
 
J'ai une image mais c'est une peniche ...
 
Cordialement
MT


---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°2176
Ar Brav
Posté le 05-01-2008 à 19:40:08  profilanswer
 

olivier 12 a écrit :

Tout s'éclaircie... Il a donc bien coulé, mais pas par fait de guerre.  


 
Bonsoir à tous,
Bonsoir Olivier,
 
Il a hélas bien été torpillé, mais pendant la Seconde Guerre Mondiale, sous pavillon italien. Après recoupages d'infos, sauf erreur de ma part, çà donne ceci :
 
ASTREE Navire auxiliaire (1915 – 1917)            
             
Chantier :  
       
Sunderland Shipbuilding, South Dock, Sunderland, Grande-Bretagne pour le compte de la SNC.
Mis à flot : 25.01.1912  
Terminé : 02.1912
En service : 02.1912 (MM)
En service : 20.11.1915 (MN)  
Retiré : 31.03.1917    
Caractéristiques : 1 069 tjb ; 1 480 tpl ; 67,90 x 10,20 x 4,88 m ; 850 cv ; 1 machine alternative ; 10,5 nds.  
Armement : N.C.  
   
Observations :    
           
Cargo charbonnier de la Société Navale Caennaise (SNC, Lamy, Caen)
1912 : lancé pour le compte de la SNC sous le nom d’Astrée
20.11.1915 – 31.03.1917 : réquisitionné à Caen, prend le nom d’Astrée I
09.1917 : coulé suite à un abordage avec le vapeur norvégien Dageide, puis renfloué
01.10.1932 : vendu  à Langobardo & Cie à Naples
1933 : rebaptisé Loreto
13.10.1942 : torpillé par un sous-marin dans le 280 à 4 milles du cap Gallo.
 
Amicalement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 05-01-2008 à 19:42:00

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°2180
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 05-01-2008 à 20:41:30  profilanswer
 

Tout à fait cela Franck. Et ce sont nos amis anglais qui l'ont coulé (pas étonnant, vu le pavillon de l'époque  :)  
 
ASTRÉE         FR  1T (11¼*)
 1,069 Soc. Navale Caennaise (G. Lamy & Cie.), Caen      223.0 x 33.0
     C Sunderland SB. Co., Ltd., Sunderland  (2) #268
33 - LORETO   Giovanni Longobardo, Naples      IT  390
35 - Giuseppe Parisi, Naples
37 - Achille Lauro, Naples
Torp. and sunk by HMS UNRUFFLED, 13 Oct 1942, 4 miles, 280o from Capo Gallo, Sicily, voy. Tripoli - Palermo
 
Register 1912


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°45210
olivier 12
Posté le 25-09-2016 à 10:47:27  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
ASTREE  
 
Rencontre avec un sous-marin le 2 Décembre 1916

ASTREE 1068 tx JB
Armateur Gaston Lamy et Cie  Caen
Réquisitionné par l’Etat
Capitaine MOIZAN Honoré
 
Armement : 1 canon de 47 mm matricule 85, sans recul
Muni d’un poste de TSF mais avec interdiction de s’en servir. Antenne enlevée au début de la guerre.
Effectue une traversée Glasgow – Lorient avec un chargement de charbon.
 
Rapport d’enquête du LV Bodet Police de la navigation de Port Louis
 
Le vapeur français ASTREE faisait route de Glasgow sur Lorient en se conformant aux instructions reçues de l’Amirauté britannique. Il avait reconnu Tuskar, sur la côte d’Irlande, avait alors signalé son passage à un torpilleur anglais, puis était venu reconnaître le cap Galley et avait alors fait route au Sud du monde. C’est en suivant cette route à 8 nœuds que le 2 Décembre à 10h20, par 50°55 N et 11°40 W Paris (nota : 08°58 W Greenwich), ASTREE aperçut d’abord un cargo, puis un sous-marin qui canonnait ce dernier.
Temps brumeux, mer assez belle, léger vent de SE. Visibilité 3 milles.
 
Le sous-marin a été vu par trois quarts tribord avant, à l’horizon. La capitaine et l’officier de quart se sont aperçus de la présence de ce sous-marin en voyant dans le voisinage du cargo les gerbes produites par les coups de canon.
Le bâtiment canonné avait un tonnage de 2000 à 2500 t, assez vieux, pourvu de 2 mâts très hauts et d’une petite cheminée.
Le sous-marin était à environ 500 m sur l’avant du cargo. Il fit route sur ce dernier et manœuvra dans son voisinage. Le capitaine et les officiers de l’ASTREE ont eu l’impression qu’à ce moment, le bâtiment avait dû être abandonné et que son équipage avait débarqué.
 
Dès qu’il aperçut le sous-marin, le capitaine de l’ASTREE mit à gauche toute pour présenter l’arrière, appela aux postes de combat et mit la machine en avant toute maximum. La manœuvre achevée, la fumée qui se dégage très dense du charbon fourni à Glasgow, a entièrement caché le sous-marin qui n’a plus été vu par la suite. Les fusiliers affectés au canon de 47 mm ne l’ont même pas aperçu. Le cargo a été aussi perdu de vue et personne ne peut dire s’il a été coulé.
 
Le capitaine de l’ASTREE n’a vu que le kiosque du sous-marin et la partie avant. En raison de la distance et de la brume, il n’a pu voir aucun détail. Il a cependant constaté qu’il ne possédait pas de mât. Après cet évènement, ASTREE a mis le cap sur l’entrée de Queenstown où son capitaine savait trouver des patrouilleurs. Il en a effectivement rencontré deux, des chalutiers, et les a renseignés. Puis il a repris sa route vers le Sud en naviguant en zigzags, et n’a rien vu depuis. Il est arrivé aujourd’hui dans la matinée à Lorient

Le sous-marin rencontré

 
C’était l’UB 23 de l’Oblt z/s Heinz ZIEMER.
 
Il était en train de couler le vapeur anglais HARPALUS 1445 tx JB qui allait de Penarth à Nantes avec un chargement de charbon. Il n’y eut pas de victimes. Ce navire avait été lancé en 1895.
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 25-09-2016 à 10:48:36

---------------
olivier
n°45213
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 25-09-2016 à 19:56:17  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
 
   ■ Le capitaine du cargo charbonnier Astrée en 1916.
 
 
   — MOIZAN Honoré Joseph Alexis, capitaine au long-cours, inscrit à Caen, n° 60.
 
   Au printemps 1918, Honoré MOIZAN exerçait le commandement du cargo charbonnier Charles-Le Borgne, de la Société en nom collectif Charles Le Borgne & Cie, de Fécamp. Par une décision en date du 27 novembre 1918 (J.O. 30 nov. 1918, p. 10.344), ce dernier fut en effet félicité par le Commissaire aux transports maritimes et à la marine marchande pour la bonne tenue de ce bâtiment et pour le bon entretien de ses machines.
 
   Par arrêté du Ministre des Travaux publics en date du 30 septembre 1929 (J.O. 2 oct. 1929, p. 11.147), à la suite du concours ouvert la même année, il fut nommé lieutenant de port stagiaire, étant affecté au port de Caen.
 


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°46443
olivier 12
Posté le 18-04-2017 à 08:16:19  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Rencontre avec un sous- marin le 10 Mars 1918
 
Rapport du capitaine
 
Je soussigné, capitaine du vapeur ASTREE, déclare être parti du port de Cardiff le 10 Mars 1918 avec un plein chargement de houille et diverses marchandises pour le Gouvernement français à destination de Cherbourg.
Débarqué le pilote en rade de Barry Dock à 05h00 et fait route tout le long de terre, naviguant en zigzags par mer belle et petite brise de SSW.
A 12h18, reçu par TSF « GERMAINE torpillé ». Mis aussitôt au poste de combat et à 12h30 parlé au vapeur RADIUM qui nous signale un sous-marin à la pointe de Trevose. A 13h30, aperçu le sillage du sous-marin à 45° tribord, par 50°35 N et 05°00 W. L’équipage étant au poste de combat, ouvert aussitôt le feu avec les deux pièces et donné ordre au chef mécanicien de pousser la machine à fond. Mis la barre bâbord toute, puis tribord toute, craignant d’être torpillé.
 
A 14h00, n’apercevant plus le sous-marin, cessé le feu et continué ma route en naviguant en zigzag, équipage toujours au poste de combat. Je tiens à faire remarquer qu’avec une hausse de 700 m et un peu de houle, les rambardes de la plateforme arrière ainsi que les fumigènes placés dans cette partie ont beaucoup gêné le tir.
Je félicite tout mon équipage sans exception pour la belle conduite, l’entrain et le sang froid dont il a fait preuve pendant le combat.
 
Signé : P. LE BIHAN (sous toute réserve car très peu lisible)
 
Rapport du 2e capitaine LE GUENNEC
 
Je soussigné, 2e capitaine, officier de tir du vapeur ASTREE, déclare ce qui suit :
 
Dans la matinée du 10 Mars 1918 à 13h30 à 1 mille de la côte près de Padstow, en approchant de Trevose Head, étant au poste de combat, j’aperçus à la jumelle un sillage de sous-marin. Ouvert immédiatement le feu avec la pièce arrière où je me trouvais avec une hausse de 1500 m. Les coups sont très longs et fait un rapprochement à 800 m. Au 3e et 4e coup, le tir est très précis et donne l’impression de toucher le but. Le périscope est aperçu pendant un moment, puis disparaît. Plusieurs coups sont tirés sur le sillage. Le sous-marin nous gagne sur l’avant et fait des bonds de chrono-télémétrie de moins de 100 m toutes les 20 secondes.
Le sillage disparaît pendant 10 minutes, puis réapparaît sur bâbord à 140° ; Ouvert aussitôt le feu de ce côté avec une hausse de 700 m. Après trois coups, le but disparaît dans les rayons du soleil qui brille avec éclat. N’apercevant plus rien, cessé le feu. Continué notre route tout en laissant l’équipage au poste de combat et renouvelé l’attention de la veille.
Pendant ce combat l’armement de la pièce arrière et les pourvoyeurs ont agi avec sang froid et entrain. La pièce avant a été servie de même. 1 coup d’exercice et 11 coups de combat ont été tirés par la pièce arrière, 1 coup de service et 7 de combat par la pièce avant.
 
Rapport du chef mécanicien
 
Voici les faits qui se sont déroulés dans la machine pendant le combat qu’ASTREE a eu à soutenir contre un sous-marin ennemi dans la journée du 10 Mars 1918.
Dès que retentit la sonnerie d’alarme placée dans la machine, chacun des hommes, accomplissant son devoir, se rendit immédiatement à l’endroit à lui assigné par le rôle de combat. Au coup de télégraphe, l’allure de la machine fut poussée à fond. Tout le temps que dura le combat, la pression demeura stable à son maximum et la machine put donner ainsi, avec un graissage forcé, toute sa puissance sans que se produisit le moindre incident.
 
Je tiens à signaler la belle tenue des hommes chargés de la conduite des sous-organes qui, sans se départir du plus grand sang froid, assurèrent le service machine et chaufferie . Ce sont :
 
- Louis DUROISSY, chargé de la conduite de la machine
- Louis TURPIN, 3e mécanicien, chargé de la chaufferie
- Le chauffeur LE BLIAVEC
Qui ont maintenu une pression constante et maximum.
 
Le chauffeur CARIOU remplaçait un manquant à l’armement de la pièce arrière.
 
Dans l’espoir que vous voudrez bien prendre connaissance de ce rapport et en faire l’usage qu’il vous plaira veuillez agréer, Capitaine, l’assurance de mon respect.
 
Signé : JUPRAU (Nom très incertain car presque illisible.)
 
Le sous-marin aperçu
 
Très certainement le grand sous-marin U 110 du Krv Kptlt  Carl Albrecht KROLL, qui venait de couler GERMAINE  
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 18-04-2017 à 08:17:50

---------------
olivier

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  ASTREE - Société Navale Caennaise