FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  LIAMONE - Croiseur auxiliaire

 

Soldats de la Grande Guerre : michelstl Forum Pages d’Histoire: marine : Jean RIOTTE, 2 utilisateurs anonymes et 40 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

LIAMONE - Croiseur auxiliaire

n°9731
GENEAMAR
Posté le 18-10-2008 à 10:48:47  profilanswer
 

http://www.yelims.com/IPB/Smiley-IPB-217.gif     M.P.F.
 
- CRÉACH Alphonse Marie, né le 12 avril 1893 à BREST (Finistère), Matelot de 2ème classe Canonnier sur le "DIDEROT", disparu en mer sur le "LIAMONE" où il était passager le 26 mai 1917.--- Jugement déclaratif de décès rendu à BREST le 27 juillet 1917.


Message édité par GENEAMAR le 18-10-2008 à 14:53:48

---------------
Cordialement. Malou
n°9733
Ar Brav
Posté le 18-10-2008 à 12:44:58  profilanswer
 

Bonjour Malou,
 
Très rapidement avant d'approfondir :
 
Liamone  
 
Croiseur auxiliaire (1916*-1939)
Réquisitionné 1914-1919
Paquebot
1932 : vendu à l'Aéropostale, condamné en 1939 démoli en 1937.
 
* Changement de nom ?
 
Bien cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 18-10-2008 à 18:30:48

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°9734
Creese
Posté le 18-10-2008 à 16:29:27  profilanswer
 

Bonjour, the link to data of Liamone:
http://www.miramarshipindex.org.nz/ship/show/232320
Greetings, Kris.

n°9739
Ar Brav
Posté le 18-10-2008 à 18:28:40  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
LIAMONE Croiseur auxiliaire de type Golo (1914-1918)
 
Chantier :
 
Swan Hunter WR, Low Walker, Newcastle, Grande-Bretagne.  
Commencé : 1905
Mis à flot : 11.01.1906
Terminé : 03.1906
En service : 1906 (MM)
En service : 16.08.1914 (MN)
Retiré : 03.09.1918 (MN)
Retiré : 1937 (MM)  
Caractéristiques : 1 380 tjb ; 476 tjn ; 870 tpl ; 4 200 cv ; 80,14 x 10,46 m ; 1 machine alternative ; 17-18 nœuds ; 44 passagers de 1ères classes, 46 de 2èmes et 24 de 3èmes classes.
Armement : II de 65 mm + II de 47 mm.
 
Observations :  
 
Paquebot Liamone lancé en 1906 pour le compte de la Compagnie Marseillaise de Navigation a Vapeur (Cie Fraissinet), de Marseille.
Numéro de chantier 750. Sister ship du Golo et destiné comme lui au service de la Corse
16.08.1914 : réquisitionné, il est utilisé pour le transport du courrier de l’Armée d’Orient à Corfou
01.09.1914 : parti de Toulon, le Liamone accoste à Antivari avec le personnel, dirigé par le LV Gignon, et le matériel destiné à l’installation d’un poste de TSF capable d’émettre à 300 milles environ sur le Mont Lovcen situé en territoire monténégrin. La manœuvre s’opère sous l’escorte de deux escadrilles de torpilleurs que soutient la 2ème division légère. Les torpilleurs de la 2ème escadrille, munis de dragues que le CV Ronarc’h avait mises au point peu de temps avant la guerre, déblaient le chenal où ils trouvent quatre mines. Le Liamone entre derrière eux et s’accoste à la jetée.
Pendant ce temps, les cuirassés, éclairés par la 1ère division légère et protégée contre les sous-marins par trois escadrilles de torpilleurs, se dirigent vers Cattaro en se tenant à une quinzaine de milles de la côte, pour éviter les petits fonds où des mines peuvent avoir été mouillées. Arrivés à la hauteur des Bouches de Cattaro, ils s’en rapprochent par une brusque évolution, et, à 13 000 mètres environ, ouvrent sur les forts un feu précis de leur grosses pièces. On voit un ballon captif s’élever de Cattaro, mais les batteries de côtes ne ripostent pas. Au bout d’un quart d’heure, les cuirassés remettent le cap à l’Ouest, tandis que les croiseurs qui se tiennent au large signalent et canonnent deux sous-marins ennemis. A la tombée de la nuit, l’armée navale et le Liamone, qui a finit son déchargement, sortent de l’Adriatique sans être inquiétés.
03.10.1914 : avec le vapeur Mogador chargé de blé, le Liamone à bord duquel se trouve l’amiral de Bon, se trouve à l’entrée de l’Adriatique avec du matériel TSF destiné au poste de Podgoritza, et, pour la cinquième fois depuis le début des hostilités, l’armée navale toute entière franchit le canal d’Otrante.
16.10.1914 : le Liamone revient chargé de vivres, de matériel et de canons anti-aériens pour la défense d’Antivari où il entre le 17 au matin précédé des dragueurs, et de nouveau l’armée navale lui fait escorte. Il dépose son matériel sur le quai et, comme au voyage précédent, un avion autrichien largue quelques bombes dans son voisinage. La Foudre, quant à elle, débarque devant le port deux hydravions qui, pilotés par les EV Cintré et Destrem, se rendent à Antivari où les Monténégrins, non prévenus, les reçoivent à coups de fusils.
31.10.1914 : le Liamone amène du personnel pour la mission Grellier (hommes, artillerie et matériel débarqués au Monténégro) et du matériel militaire destiné au Monténégro. Escorté de trois croiseurs et de cinq torpilleurs, il entre à Antivari le 1er novembre au matin avec le Bisson, y opère son déchargement que trois avions ennemis tentent d’entraver en jetant, d’une hauteur de 1 500 mètres, une quinzaine de bombes qui tombent dans l’eau, et sort de l’Adriatique le soir même, tandis que les navires qui l’ont accompagné restent en observation dans le voisinage pour repousser les Autrichiens qui viendraient bombarder le port. Personne, du reste, ne parait.
01.11.1914 : échappe à une torpille lancée par le sous-marin autrichien U-5 KuK.
07.1915 : figure à l’effectif des bâtiments affectés au service du corps expéditionnaire français aux Dardanelles dans le groupe de courriers et transports divers
03.09.1918 : déréquisitionné
1932 : vendu à la Compagnie Aéropostale, et devient l’Aéropostale V qui l’utilise pour le transport de courrier entre Dakar et Natal
1934 : renommé Air France V
1er trimestre 1937 : démoli en Allemagne.
 
Cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°9740
Ar Brav
Posté le 18-10-2008 à 18:45:34  profilanswer
 

Creese a écrit :

Bonjour, the link to data of Liamone:
http://www.miramarshipindex.org.nz/ship/show/232320
Greetings, Kris.


 
Bonjour Kris,
 
Soyez le bienvenu parmi nous, et grand merci pour le lien sur le Liamone.
Un grand bonjour à la Pologne  :hello:  
 
Bien cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°9741
dbu55
Posté le 18-10-2008 à 22:38:34  profilanswer
 

Bonsoir à tous et à toutes,
 
Voici une photographie du LIAMONE :
 
http://images.mesdiscussions.net/pages1418/mesimages/4098/Liamone.jpg
 
Un marin décédé sur le LIAMONE :
 
SAVIANT Henri né le 07/12/1898 à Paris (Seine), apprenti marin -  Décédé le 08/12/1916 (17 Ans) A bord du LIAMONE des suites de Brûlures dues à un incendie
 
Cordialement
Dominique


---------------
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]
n°10046
olivier 12
Posté le 30-10-2008 à 09:13:53  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Un document d'époque : le LIAMONE, de la compagnie Fraissinet, bombardé par des avions le 1er Novembre 1914 à Antivari (aujourd'hui Stari Bar, Montenegro) dessin de Nicolas Jeremitch pour l'Illustration.
 
Le journaliste rapporte :
 
" Trois douzaines de bombes tombèrent dans la mer sans le toucher, tuant de très nombreux poissons, ce qui permit aux marins de varier leur menu "....
 
(Finalement, la guerre avait de bons côtés !)
 
Au premier plan le torpilleur BRANLEBAS
 
http://img519.imageshack.us/img519/2571/liamoneum2.jpg
 
Cdlt
 
Olivier


Message édité par olivier 12 le 30-10-2008 à 09:47:51

---------------
olivier
n°10067
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 30-10-2008 à 22:58:00  profilanswer
 


   Bonsoir à tous,
 
 
   Début Octobre 1917, le croiseur auxiliaire Liamone transporta le corps du contre-amiral BIARD jusqu'au port de Toulon, où il parvint le 8 (L'Ouest-Éclair - éd. de Caen -, n° 6.545, 9 févr. 1918, p. 4).
   ______________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.


Message édité par Rutilius le 16-03-2012 à 20:38:26
n°10396
marc terra​illon 1
Posté le 14-11-2008 à 22:59:38  profilanswer
 

Creese a écrit :

Bonjour, the link to data of Liamone:
http://www.miramarshipindex.org.nz/ship/show/232320
Greetings, Kris.


 
Merci Kris
 
Le lien arrivant sur un autre navire, le lien pour le Liamone est actuellement celui ci
 
http://www.miramarshipindex.org.nz/ship/show/232790
 
A bientot  :hello:  
 


---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°10397
marc terra​illon 1
Posté le 14-11-2008 à 23:44:58  profilanswer
 

Bonsoir  
 
La fiche du navire est en ligne :
 
http://navires-14-18.com/fichiers/L/LIAMONE_CMN_V3.pdf
 
A bientot


---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°23297
GENEAMAR
Posté le 30-12-2009 à 16:20:39  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
CALEMARD Joseph Marie Philippe Élisée
 
Né le 1er octobre 1874 à SAINT-ÉTIENNE (Loire) - Décédé.
Entre dans la Marine en 1892, Aspirant le 5 octobre 1895, port TOULON. AuX 1er janvier 1896, 1897, sur le croiseur "ISLY", Division navele d'Extrême-Orient (Cdts Louis RIVET puis Marie PILLOT). Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1897. Au 1er janvier 1899, Second sur la canonnière "GABÈS", Division navale de l'Océan Indien (Cdt Louis PINEL). Chevalier de la Légion d'Honneur. Au 1er janvier 1901, en service à l'École des Mécaniciens torpilleurs. Au 1er janvier 1902, Second du sous-marin "KORRIGAN", Station des sous-marins de ROCHEFORT (Cdt François CHAPUIS). Le 16 août 1902, Second sur le torpilleur de haute mer "AGILE"; à ORAN, Défense mobile de l'ALGÉRIE (Cdt Etienne RAFFIER-DUFOUR). Le 27 juin 1903, à ORAN, Second sur les torpilleurs N° 186-222 (Cdt Adrien BAUDRY). Lieutenant de vaisseau le 19 juillet 1905. Au 1er janvier 1906, sur le cuirassé "IÉNA", Escadre de Méditerranée (Cdt Paul ADIGARD). Le 1er octobre 1907, Commandant un groupe de torpilleurs de la 1ère Flottille de torpilleurs de Méditerranée à TOULON. Officier breveté Interprète de langue italienne en 1910. Au 1er janvier 1911, port TOULON. Au 1er janvier 1912, port TOULON. Opte pour le Corps de Contrôle de l'Administration de la Marine. Contrôleur adjoint le 15 juin 1912. Le 1er octobre 1913, 1ère Section du Contrôle résident à TOULON. Au 1er janvier 1915, Commissaire du Gouvernement à bord du paquebot réquisitionné "ITALIA". Croix de guerre avec citation à l'ordre de l'Armée navale en août 1915 : "A participé activement comme Commissaire du gouvernement à bord du LIAMONE et de l'ITALIA à de nombreuses opérations de ravitaillement du Monténégro, dans des conditions souvent périlleuses et délicates. Brillante conduite le 1er novembre, lors d'une attaque du bâtiment par des aéroplanes ennemis où cet officier a fait preuve de décision et de très grande énergie.". Au 1er janvier 1917, responsable de la 5ème Section du Contrôle du 5ème arrondissement maritime. Contrôleur de 2ème classe le 3 août 1917. Officier de la Légion d'Honneur. Au 1er janvier 1918, mêmes fonctions à TOULON.
 :jap:


---------------
Cordialement. Malou
n°26726
GENEAMAR
Posté le 17-07-2010 à 16:24:51  profilanswer
 

Bonjour à tous...
 
LOPIN Alphonse Joseph
 
Né le 20 mai 1876 à LORIENT (Morbihan) - Décédé le 31 janvier 1943 à SAINT-MANDÉ (Val-de-Marne).
Élève de l'École spéciale préparatoire à l'École navale de LORIENT à l'âge de 10 ans . Sur le "BORDA" le 30 septembre 1893. Aspirant le 5 octobre 1896; port BREST. Au 1er janvier 1897, sur le croiseur "DUBOURDIEU", Division navale de l'Atlantique (Cdt Joseph BONNIN de FRAYSSEIX). Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1898. Au 1er janvier 1899, port BREST. Officier breveté fusilier. Au 1er janvier 1900, port BREST. Au 1er janvier 1901, sur le cuirassé "IÉNA", en essais à BREST (Cdt Charles DUROCH). Au 1er janvier 1902, port BREST. Aux 1er janvier 1903, 1904, sur le croiseur "JURIEN-DE-LA-GRAVIÈRE", en essais à LORIENT puis Division navale de l'Atlantique (Cdts Jean GASCHARD puis Émile LEMOGNE). Le 15 janvier 1906, Second sur un torpilleur de la 2ème Flottille de torpilleurs de la Manche (Cdt Edouard MAGD). Lieutenant de vaisseau le 11 janvier 1907. Aux 1er janvier 1908, 1909, sur le croiseur cuirassé "DUPETIT-THOUARS", Escadre du Nord (Cdts Paul De GUEYDON puis Henri BARBIN). Chevalier de la Légion d'Honneur. Le 1er juillet 1909, Commandant un groupe de torpilleurs armés, Station de ROCHEFORT. Idem au 1er janvier 1911. Au 1er janvier 1912, Second sur l'aviso-transport "VAUCLUSE", en mission hydrographique à MADAGASCAR. Au 1er janvier 1914, sur l' "ARMORIQUE-B", École des Apprentis Marins (Cdt Léopold LEGENDRE). Aux 1er janvier 1915, 1917, 1918, port BREST. Durant cette période (dates indéterminées et de source familiale de l'intéressé), Commandant le croiseur auxiliaire "LIAMONE" (Paquebot réquisitionné en 1914 pour le transport du courrier de l'Armée d'Orient à CORFOU). Capitaine de corvette le 30 mars 1918. Au 1er janvier 1921, port BREST. Capitaine de frégate le 9 mars 1921.  
 [:geneamar:8]


---------------
Cordialement. Malou
n°33779
olivier 12
Posté le 31-01-2012 à 13:42:06  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
LIAMONE
 
Rencontre avec un sous-marin le 12 Mai 1918
 
Rapport du capitaine
 
Le 12 Mai 1918 à 09h00 nous avons aperçu un sous-marin par 38°27 N et 07°50 E. Il était en surface à 10 milles et a gouverné au SE pendant 10 minutes. Mis aux postes de combat, prêts à ouvrir le feu quand il serait à 9000 m.
 
A 11h45, alors qu'il est encore à 16 000 m, il plonge
 
A 12h30, venu cap au S30E.
A 13h40, nous apercevons quatre grandes embarcations à 5 milles, assez hautes sur l'eau. J'estime dangereux d'aller les reconnaître.
 
A 14h40, nous apercevons à nouveau le sous-marin à 8 milles dans le N60W. Quelques minutes plus tard, nous entrons dans un épais banc de brume. A 14h25, nous mettons cap au S62E.
 
A 15h30, le brouillard se dissipe et nous voyons La Galite à 20 milles. Le sous-marin a disparu.
 
http://img163.imageshack.us/img163/5262/liamone.jpg
 
Le sous-marin aperçu n'est pas identifié. Il pourrait fort bien s'agir de l'UB 52 de l'OL Otto Launburg qui était alors dans le SW du cap Spartivento.
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 27-08-2017 à 09:37:39

---------------
olivier
n°33780
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 31-01-2012 à 17:58:41  profilanswer
 

Bonjour Olivier, bonjour à tous
Possible en effet mais le KTB de l'UB 52 est parti au fond avec le bateau et cette rencontre n'est pas mentionnée dans le C/R d'interrogatoire du Cdt Launburg par les Anglais. Si c'est bien lui, on ne connaitra jamais le fin mot de cette rencontre.
Amts
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°34155
olivier 12
Posté le 16-03-2012 à 10:14:39  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
LIAMONE
 
Attaque par un sous-marin le 1er Août 1915
 
Rapport du commandant, Lieutenant de Vaisseau DEVARENNE
 
Franchi les passes d’Alger à 20h35. Débarqué le pilote. Route au Nord à 70 tours, 12,5 nœuds.
 
L’arraisonneur manœuvre pour nous couper la route. Signalé au scott « LIAMONE ». Il vient alors sur la gauche.
 
A 21h15, CYCLONE, qui était sur l’avant, s’écarte sur la gauche. Suis allé dans la chambre de veille avec Monsieur l’Enseigne de Vaisseau Thouvenin, officier de quart, afin d’écrire mes ordres pour la nuit.
A ce moment, un cri retentit « Alerte ! Torpille sur tribord ! » Nous revenons dans la chambre de veille et un nouveau cri vient du gaillard : « Elle est passée sur l’avant ».
Vu distinctement à tribord les restes d’un sillage et à bâbord un sillage parfaitement rectiligne.
 
Le capitaine d’armes, qui était sur le gaillard, fait tirer en direction du sillage encore apparent sur tribord. Fait allumer le projecteur, mais la dynamo étant trop faible, il faut quatre minutes pour obtenir de la lumière. Mis la barre toute à droite pour remonter le sillage. Eteint les feux de route. Après avoir parcouru 2000 m, venu sur la gauche et décrit des cercles.  Mais les explosions avaient du faire plonger le sous-marin. De plus, le projecteur est placé sur le gaillard entre les deux pièces et dès qu’on l’allume, tout le monde est aveuglé. J’avais demandé qu’il soit placé plus haut, sur une plate-forme, mais le travail d’installation, trop considérable, y a fait renoncer.
 
CYCLONE revenant sur les lieux, continué notre route au nord, en lignes brisées.
 
J’ai interrogé tous les hommes.
Le QM électricien Vorillon, homme des plus sérieux, en qui on peut avoir toute confiance, m’a assuré que c’était une torpille qui avait eu un affleurement à quelques mètres du bord, avait repris sa pointe en bas et était passée à 2 m sur l’avant. Il a entendu le bruit caractéristique et a vu le bouillonnement.
 
Le matelot Vergnes, de faction à l’extrême avant avec des jumelles, a aperçu le premier le sillage. C’est lui qui a donné l’alerte. Il a vu ce sillage s’approcher à une vitesse considérable et passer à toucher l’avant.
 
http://img641.imageshack.us/img641/2669/liamone2.jpg
 
La nuit était noire et la lune pas levée. Peut-être le sous-marin a-t-il aperçu mon signal scott. Nous étions exactement à 9 milles de l’entrée du port.
Le point choisi par le sous-marin est un poste qui commande toute la baie. Il n’y a qu’à attendre tout navire faisant route au nord. Si un navire passe au large de Matifou ou de Caxine, il a tout le temps de gagner un poste d’attaque favorable.
Ce sous-marin attendait probablement la sortie de l’EDGARD QUINET. Le signal scott lui aura fait croire qu’il avait à faire à un véritable navire de guerre.
 
L’équipage s’est bien comporté.
 
Le sous-marin attaquant
 
N’est pas identifié. Il semble que peu de sous-marins se soient trouvés dans cette zone à cette époque.
Cette attaque est différente de celle de Novembre 1914 par le sous-marin autrichien U 5 KuK.
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 27-08-2017 à 09:38:51

---------------
olivier
n°34164
Gastolli
Posté le 18-03-2012 à 18:04:43  profilanswer
 

Bonjour,
 
well, in fact NO german submarine operated in the mediterranean that day, only the austrian U 4 left Cattaro for operation on line Valona - Brindisi...
 
Oliver

n°42898
olivier 12
Posté le 27-08-2015 à 18:40:16  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Attaque par un sous-marin le 3 Juin 1917.
 
Rapport du commandant provisoire, le Lieutenant de Vaisseau FERAL.
 
Aujourd’hui 3 Juin, par 39°57 N et 05°32 E, (nota : dans l’Est de Minorque) LIAMONE a échappé à l’attaque d’un sous-marin ennemi à la torpille et au canon dans les circonstances suivantes :
 
Vers 10h30 du matin, l’officier de quart Monsieur Chagnaud, EV auxiliaire me fit prévenir que l’homme de vigie, le matelot sans spécialité Kervella, venait d’apercevoir par 20° bâbord, à l’horizon, un objet ayant la forme d’un dôme de sous-marin.
 
Je montai aussitôt sur la passerelle, mais l’objet suspect, aussi observé par l’officier de quart, venait de disparaître. Mis l’équipage aux postes de combat et recommandé une veille spéciale sur bâbord, d’où venait le soleil et où l’eau miroitait, gênant la veille. Passé de la route directe que je suivais (S15E) à une route en dents de scie que j’avais pratiquée comme officier de quart sur MIRABEAU.
A 11h03, sans que personne n’ait vu le périscope, tout le personnel présent sur le pont a vu comme la vigie, à 100° sur bâbord et à 300 m le sillage d’une torpille fonçant sur nous. Mis en avant toute et venu en grand sur tribord. La torpille passe à 30 m sur  notre arrière. Elle devait être réglée pour une faible immersion et l’on discerne que son cône est peint en rouge. Elle continue sa course pendant un mille environ. A 11h10, le sous-marin émerge sur notre arrière à 4500 m. Fait aussitôt ouvrir le feu par les deux 47 de l’arrière pour établir un barrage et attirer l’attention de D’IBERVILLE que nous venions d’apercevoir sur bâbord avant faisant route au Nord.
Le sous-marin a ouvert le feu à son tour à 1h20. Il a tiré 4 coups probablement de 105 mm à la vitesse de 1 coup/minute. 1er coup court à 50 m du LIAMONE. 2e long à 150 m. Tous deux bons en direction. Le 2e obus a éclaté au point de chute et un éclat est tombé à bord sans toucher personne, entre la cale avant et le gaillard.
Pour dérégler le tir de l’ennemi, mis barre toute à gauche et changé le cap de 90°. Les deux autres coups sont tombés à droite, mais bons en portée.
Notre tir était court et nous avons tiré 45 coups de 47 avec des hausses allant de 4500 à 7000 m et 1 coup de 65, avec hausse de 6000 m. Mais la pièce est restée au recul.
 
Le D’IBERVILLE est venu sur nous à toute allure et a ouvert le feu sur le sous-marin dont les gerbes de 47 lui avaient indiqué la direction. Je ne doute pas que ce soit l’arrivée de D’IBERVILLE qui l’ait obligé à cesser le combat.
 
Le sous-marin était de grande puissance, avec kiosque très élevé et artillerie de 105 mm placée sur l’avant du kiosque.
 
Voici la silhouette du sous-marin
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/661/OOcpGn.jpg
 
Excellente attitude de l’équipage qui s’est porté immédiatement aux postes de combat et a engagé le combat au canon avec un véritable enthousiasme. Parfaite tenue des passagers et aucune panique ne s’est manifestée même quand après avoir évité la torpille, LIAMONE a été encadré par le tir de l’ennemi.
 
Je signale particulièrement le matelot sans spécialité Kervella, n° 13085 Brest, qui a le premier vu le sous-marin à l’horizon et le départ de la torpille et est réputé meilleur veilleur du LIAMONE. Je signale aussi l’Enseigne de Vaisseau auxiliaire Chagnaud, officier de quart qui m’a secondé sur la passerelle avec un calme et une compétence tout à fait dignes d’éloges.
 
Le sous-marin attaquant
 
N’est pas identifié.
 
On pourrait penser à l’U 64 du Kptlt Robert MORATH sans aucune certitude.
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 27-08-2017 à 09:39:44

---------------
olivier
n°42988
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 17-09-2015 à 20:47:44  profilanswer
 


   Bonsoir à tous,
 
 
   ■ Rencontre avec un sous-marin survenue le 3 juin 1917.
 
 
   • Aviso-torpilleur D’Iberville – alors commandé par le capitaine de frégate Joseph Robert ABAQUESNÉ de PARFOURU Journal de navigation n° - / 1917 – 15 mai ~ 5 juin 1917 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 159, p. num. 452 à 454.
 
 
                                                                                                                      « [Le 3 juin 1919].  
 
                                                                                                                     Quart de 8 h. à 12 h.  
 
   8 h. 27 – Reconnu le Corse.
 
   8 h. 47 – Communiqué avec ce vapeur à bras.
 
   9 h. 10 – Reconnu le Mascara faisant route Sud.
 
   9 h. 18 – Pris la route en lacets à 30° de chaque bord.
 
   10 h. 00 – L. = 39° 38’ N. ~ G. = 5° 35’ E.
 
   10 h. 30 – Signalé un vapeur dans le Nord faisant une grande fumée.
 
  11 h. 12 – Reçu Allo : " 39 57 N. ~ 5 32 E. Liamone 1103." Nous sommes distants de ce point de 3 milles environ.
 
   11 h. 15 – Rappelé au poste de combat. Augmenté l’allure des machines jusqu’à 200 tours. Allumé une troisième chaufferie.
 
   11 h. 15 – Reconnu le Liamone. Entendu une vive canonnade dans sa direction et, quelques instants après, on aperçoit les points de chute des projectiles à peu de distance à tribord de ce bâtiment. Le Liamone, qui répond avec ses pièces de l’arrière, semble très bien encadré par les coups de l’ennemi (pièce de 100 au moins).
 
   11 h. 30 – Aperçu le kiosque du sous-marin dans le N. 30 E. à l’horizon, à trois quarts par tribord. Fait route à toute vitesse dessus et ouvert le feu aussitôt. Au deuxième coup de 100, le sous-marin plonge. Continué à faire route en lacets sur le point où nous l’avons vu disparaître. Le sous-marin ne reparaît plus. Le Liamone continue sa route à grande vitesse dans le Sud.

 
                                                                                                                             En marge
 
   P.V. – Nombre de coups de canon tirés : 11 + 1 = 12.
 
                 3 coups de 100 mélinite.
                 1 coup de 65 acier.
                 8 coups de 47 acier.
 
 
                                                                                                                    Quart de 12 h. à 16 h.  
 
   Route en lacets à 30° de chaque bord.
 
   13 h. 00 – Un vapeur à un quart bâbord.
 
   13 h. 20 – Mis le cap sur le vapeur au S. 60 E.
 
   13 h. 27 – Le Tafna hisse son n°.
 
   13 h. 30 – Cap au N. 78 E. pour rallier le Tafna afin de le dérouter. Aperçu une fumée au N.-E.
 
   13 h. 55 – Aperçu au N. 4 S.-E. un point noir.
 
   13 h. 56  – Reconnu nettement le blockhaus d’un sous-marin. Alerte. Poste de combat.  
 
   13 h. 57  – Mis le cap sur le sous-marin. Ouvert le feu. Au premier coup de canon de 100 mm, le sous-marin plonge et disparaît. Le Tafna est à 100 mètres de nous et s’éloigne rapidement dans l’Ouest.
 
   14 h. 00 – L. = 39° 50’ N. ~ G. = 5° 35’ E. " 3950 – 0535 E. – 1403 ".
   
   13 h. 55 – Aperçu au N. 4 S.-E. un point noir.
 
   13 h. 56 – Reconnu nettement le blockhaus d’un sous-marin. Alerte. Postes de combat.  
 
   13 h. 57 – Mis le cap sur le sous-marin. Ouvert le feu. Au premier coup de canon de 100 mm, le sous-marin plonge et disparaît. Le Tafna est à 100 mètres de nous et s’éloigne rapidement dans l’Ouest.
 
   14 h. 00 – L. = 39° 50’ N. ~ G. = 5° 35’ E. " 3950 – 0535 E. – 1403 ".
 
   14 h. 10 – Aperçu au S.-E. les mâtures d’un sloop convoyant un vapeur et faisant route vers le Sud.
 
   14 h. 12 – Aperçu un vapeur dans le S. S.-E. faisant route au Nord.
 
   14 h. 13 – Mis le cap sur le vapeur pour le reconnaître et le dérouter.
 
   14 h. 13 – Reconnu la Ville-de-Tunis.
 
   14 h. 35 – Passé sur l’arrière de ce vapeur.
 
   14 h. 36 – Route au Nord pour longer la Ville-de-Tunis.
 
   15 h. 00 – Dérouté la Ville-de-Tunis au N. 80 O. Pris poste derrière ce vapeur à 190 tours ; route au N. 80 O., lacets de 45°.
 
   15 h. 20 – Fait rompre du poste de combat.
[...] »


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°42989
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 18-09-2015 à 09:25:35  profilanswer
 

.
  Bonjour à tous,
 
 
                                                                                          Le paquebot Liamone dans le port de Bastia vers 1910.
 
 
 
                                              http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/LIAMONEV.1..jpg  
 
                                                                                         Source : http://www.naviearmatori.net/eng/foto-213078-1.html


Message édité par Rutilius le 13-09-2017 à 09:56:08

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°44798
Memgam
Posté le 08-05-2016 à 21:53:49  profilanswer
 

Bonjour,  
 
Liamone, futur Aéropostale V
 
Source : Pierre Griffe, Histoire maritime de l'Aéropostale, 1927-1934, Icare, n° 129, 2/1989.
 
Cordialement.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser545.jpg

n°47004
NIALA
Posté le 12-07-2017 à 17:01:25  profilanswer
 

Une autre CP du Liamone:  
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/8678/LIAMONEaliamone109.jpg
 
Cordialement
 
Alain


---------------
Cordialement
 
n°47007
olivier 12
Posté le 13-07-2017 à 08:01:15  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Deux autres CP du LIAMONE
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/923/cEvmyv.jpg
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/923/I8loAZ.jpg
 
Cdlt


---------------
olivier
n°47191
olivier 12
Posté le 27-08-2017 à 09:44:45  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
LIAMONE
 
Rencontre avec un sous-marin le 30 Mai 1918
 
Rapport du capitaine le CC LOPIN, commandant le croiseur auxiliaire LIAMONE au CA Chef d’état major de l’Armée Navale Provence
 
Le 30 Mai 1918 à 05h50, le chef de timonerie MOLLERO a aperçu à l’horizon, à 15° tribord, un point noir qui prit rapidement l’aspect d’un rectangle légèrement incliné. Comme il ne pouvait y avoir de petits voiliers dans la région, l’alerte a été donnée.
 
La silhouette s’est vite précisée et bientôt on a distingué nettement le kiosque rectangulaire, puis l’avant relevé du sous-marin, faisant manifestement route au Sud. Nous l’avons pris à environ 40° par tribord, car lors de nos précédentes rencontres, en mettant le cap dessus, nous l’avions fait plonger prématurément. Nous espérions que se rendant compte de l’impossibilité de nous atteindre en plongée, il serait tenté de chasser son poste de lancement plus longtemps en surface.
 
Malheureusement, tel n’a pas été le cas. A 05h57, il plongeait à 15000 m, hors de portée de canon. Nous avons lancé un Allo par 38°08 N et 18°42 E. Il résulte du graphique que le sous-marin a été vu entre 9,5 et 10 milles, et ne nous a certainement pas vus, comme le prouve sa manœuvre avant 8 milles. Notre visibilité est inférieure à notre vision comme tendaient à le prouver nos précédentes rencontres, mais avec moins de certitude. Cela semble dû :
- A l’absence de fumée, grâce à une bonne chauffe méthodique, au type de chaudières et à la qualité du charbon.
- A la bonne veille d’horizon pratiquée par l’équipage, consciencieux et tenu en éveil.
- A la peinture blanc sale des mâts, de la cheminée et des superstructures qui étaient entièrement au dessus de l’horizon quand le sous-marin nous a aperçus.
Je me permets d’attirer l’attention sur l’importance de cette réalisation, car rendre la distance de vision supérieure à la distance de visibilité est la condition nécessaire et suffisante pour rendre complètement stérile la guerre sous-marine par croisière en surface telle qu’elle est pratiquée actuellement par l’ennemi.
Le graphique montre par exemple qu’il eût suffi que le sous-marin nous vît avant d’être vu pour plonger, attendre notre passage, et lancer sa torpille sans risque.
 
L’attitude des jeunes marins passagers a été parfaite de calme et de bonne humeur. Ils avaient déjà montré leur bon esprit à Malte où la grève des dockers nous a obligés à les employer à l’embarquement du charbon.
Comme d’ordinaire, l’équipage était au poste de combat en 5 secondes et il est fâcheux que le manœuvre prudente de l’ennemi nous ait privés de la joie de lui porter des coups efficaces.
 
Graphique de la rencontre
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/922/2GBUnM.jpg
 
Le sous-marin rencontré
 
N’est pas identifié.
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 27-08-2017 à 09:45:47

---------------
olivier
n°47211
Gastolli
Posté le 03-09-2017 à 12:40:31  profilanswer
 

Bonjour,
 
this one was UB 68 (Oblt.z.S. Dönitz) which thought it was an regular steamship of about 3000 tons.
 
Oliver


Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  LIAMONE - Croiseur auxiliaire