FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  MONT BLANC - Cargo navire auxiliaire.

 

Il y a 66 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

MONT BLANC - Cargo navire auxiliaire.

n°7644
GENEAMAR
Posté le 01-08-2008 à 17:52:40  profilanswer
 

[:alain dubois:8] http://yelims.free.fr/Groumph/Peureux09.gif Le 6 décembre 1917, le "MONT-BLANC" chargé de munitions et quelques 2 653 tonnes d'explosifs est abordé dans le chenal d'HALIFAX par le bâtiment norvégien "IMO". Un début d'incendie se déclare. À 9 heures 04 minutes et 35 secondes, le MONT-BLANC explose provoquant la plus forte explosion générée par l'homme qui ait jamais eu avant HIROSHIMA. La puissance de l'explosion fut telle qu'une boule de feu de plus d'1 km en forme de champignon engloba la ville, un raz de marée d'environ 18 mètres de hauteur ravagea le port. HALIFAX fut détruite dans sa quasi-totalité... Selon les sources 1 500 à 2 000 personnes furent tuées, 1 800 à 2 000 disparues, et de 800 à 9 000 blessées..


---------------
Cordialement. Malou
n°7645
GENEAMAR
Posté le 01-08-2008 à 18:05:19  profilanswer
 

http://www.yelims.com/IPB/Smiley-IPB-217.gif     M.P.F.
 
Le 6 décembre 1917, la totalité de l'équipage fut indemne ayant selon certaines sources trouvé refuge dans un bois, à l'exception de :
 
- QUEGUINER Yves, né le 29 juin 1897 à LOCQUÉNOLÉ (Finistère), Matelot Canonnier, décédé le jour même à HALIFAX des suites de brûlures.
 
 


---------------
Cordialement. Malou
n°7652
Terraillon​ Marc
Posté le 01-08-2008 à 19:05:29  profilanswer
 

Bonjour  
 
Voici un premier lien avec une photo
 
http://www.frenchlines.com/ship_fr_340.php
 
A bientot


---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°7653
Terraillon​ Marc
Posté le 01-08-2008 à 19:06:51  profilanswer
 

Bonsoir
 
Et voici un reportage TV
 
http://archives.radio-canada.ca/so [...] /976-5527/
 
Une reconstitution
 
http://www.histori.ca/minutes/minute.do?id=10499
 
et un autre lien
 
http://www.theshipslist.com/ships/ [...] blanc.html
 
A bientot


Message édité par Terraillon Marc le 01-08-2008 à 19:47:44

---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°7655
Terraillon​ Marc
Posté le 01-08-2008 à 19:48:51  profilanswer
 

Bonjour
 
Voici la liste des navires touchés par l'explosion
 
http://museum.gov.ns.ca/mma/AtoZ/expships.html
 
http://museum.gov.ns.ca/mma/AtoZ/HalExpl.html
 
A bientot


Message édité par Terraillon Marc le 01-08-2008 à 19:51:03

---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°7657
Ar Brav
Posté le 01-08-2008 à 19:54:22  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
 
Rapidement :
 
MONT BLANC
 
Compagnie Generate Transatlantique; 1899; Sir R. Dixon & Co.;
3,121 tons; 320x44-8x15-3; 247n.h.p.; 9-5 knots; tripleexpansion
engines.
The steamship Mont Blanc, Capt. Lamodec, was bound from New
York to Halifax, Nova Scotia, with a cargo of some 5,000 tons of
high explosive. On the morning of December 6th, 1917, she was
passing through the narrows leading from the outer harbour of
Halifax into Bedford Basin, in charge of a pilot, Mr. McKay,
Proceeding on an opposite course was the Norwegian steamship
Imp, 5,043 tons, both ships having plenty of room and the weather
being clear.
 
The Mont Blanc was steaming at half speed and sighted the Imo
some two miles distant heading toward the north side of the bay.
As the ships approached each other there was a good deal of
confusion and the Imo reversed her engines. This might have
avoided a collision had the ship not been in ballast, as it was she
swung round to port with her bow pointing to the Mont Blanc. A
collision was unavoidable and Capt. Lamodec manoeuvred the
Mont Blanc so that she should be struck at a spot where there was
less likelihood of exploding her dangerous cargo. This consisted of
picric acid in the forward hold, which would not explode on impact,
and T.N.T. in the next two holds, which in all probability would
explode. The Imo struck the Mont Blanc in way of the forward hold
and smashed 20 barrels of benzol loaded on the forward deck; these
poured their contents below and ignited the picric acid. In a
moment there was an outburst of flame which could not be extinguished.
Much time was wasted in futile efforts to combat the fire and
when this was at last given up as hopeless it was too late to flood the
vessel and sink her. The crew took to the boats and rowed hard for
the shore, the explosion coming just after they landed among the
woods along the harbour, some 20 minutes after the collision.
No words can describe the frightful desolation wrought by the
explosion of thousands of tons of high explosive. The Imo, which
had made for the North, or Dartmouth, side of the harbour was
blown bodily ashore. The Mont Blanc was reduced to a mass of
wreckage, but it was the unfortunate city of Halifax which suffered
the most damage.
The suburb of Richmond, which lay upon the side of a hill and in
which nearly all the houses were of wood, was struck down as
though by earthquake. Thousands of people were either buried or
badly cut by flying splinters of glass; freight cars were blown through
the air to a distance of two miles; ships in the harbour lost two
thirds of their crews killed, and many persons were killed at some
distance inland; schools collapsed and out of 500 children who were at
school at the time, about 9.20 in the morning, less than ten
survived. In the Dartmouth school 200 children were killed, and at
the Protestant Orphans Home the matron and every child perished.
Official figures were published on the day following the disaster as
follows: killed 1,500; injured 8,000; missing 2,000; dwellings
destroyed 3,000; loss to property owners 30,000,000 dollars. This
computation, though subject to modification as more accurate
information came to hand, gives sufficient indication of the widespread
ruin caused by the explosion.
 
Cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°7733
Ar Brav
Posté le 03-08-2008 à 11:37:19  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
MONT BLANC Navire auxiliaire (1915-1917)
 
Chantier :
 
Smith’s Dock C° Ltd, North Shields, Middlesborrough, Grande-Bretagne.  
Commencé : 1899
Mis à flot : 25.03.1899
Terminé : 06.1899
En service : 25.06.1899 (MM)
En service : 24.11.1915 (MN)
Retiré : 16.06.1917 (MM & MN)  
Caractéristiques : 3 121 tjb ; 4 722 tpl : 1 300 cv ; 97,53 x 13,65 x 4,66 m ; TE 6,50 m ; 1 machine alternative à pilon à triple expansion ; 2 chaudières cylindriques ; 1 hélice ; 2 mâts ; 1 cheminée ; 10 nœuds.
Indicatif : KHTN ; numéro officiel : 173945.  
Armement : N. C.
 
Observations :
 
Cargo en acier de la Compagnie Générale Transatlantique, acheté sur cale en Angleterre par la SGTM (Société Générale de Transport Maritime) et lancé à Middlesborrough le 25 mars 1899 (Sir Raylton Dixon & Co).
Destiné à la nouvelle ligne de fret Marseille-Brésil La Plata ouverte en 1899
25 juin 1899 : livré à Marseille
27.03.1900 : frété successivement à la Cie Franco-canadienne de Navigation pour sa ligne Europe-Canada
24.09.1900 : à la Cie des Vapeurs de Charge Français pour ses lignes Méditerranée-Atlantique-Grande Bretagne
A partir d'avril 1901 : effectue des voyages sur l'Extrême Orient  
12.1906 : vendu à l'armement E. Anquetil de Rouen
01.1907 : frété aux Affréteurs Réunis et utilisé comme minéralier
1915 : l’armement Anquetil devient l'armement Gaston Petit  
28.12.1915 : acheté le par la Compagnie Générale Transatlantique et affecté à la ligne des Antilles et du Mexique
06.12.1917 : en provenance de Gravesend Bay, New York (commandant Aimé Le Medec) avec un chargement de 2300 t d'acide picrique, 200 t de TNT*, 35 t de benzol et 10 t de coton poudre pour le compte de l'Administration de la Guerre, entre dans le port d'Halifax à 7h30 pour se joindre à un convoi lorsqu'il est abordé à 8h45 à la hauteur des cales de l’avant tribord par le cargo norvégien Imo de la South Pacific Whaling C°, affrété par une société de secours belge et partant sur lest pour New-York. Sous la violence du choc, les fûts de benzène chargés en pontée s’éventrent, s’enflamment et se déversent sur l'acide picrique contenu dans la cale n°1. Compte tenu de la nature de la cargaison, l'équipage évacue précipitamment le navire, tandis que celui-ci est assisté par un remorqueur et des bateaux pompes qui arrosent le bateau en flammes. Quelques marins du croiseur britannique Hihgflier réussissent à monter à bord pour prendre une remorque, alors que le feu atteint le chargement de TNT contenu dans les cales. Le navire explose à 9h05, soufflant les navires à quai et une partie de la ville, faisant 3 000 morts et disparus, 8 000 blessés. 1 630 bâtiments sont détruits et 12000 fortement endommagés par l'explosion. Le capitaine de l'Imo, Haakon From, le pilote William Hayes et cinq hommes d'équipage sont tués alors que l'équipage du Mont Blanc survit à l'exception d'un homme, le matelot canonnier Yves Queguinier,  qui décède suite à ses blessures le jour même.  
L'enquête conduit à l'inculpation du commandant du Mont Blanc, du pilote Francis Mackey, et du commandant de port pour homicide involontaire. L'accusation est ensuite retirée devant l'absence de preuves de négligences. En avril 1918 la Cour de l'Echiquier du Canada juge que le Mont Blanc est seul coupable du désastre, la Cour Suprême du Canada jugeant en mai 1919 que les deux navires sont coupables au même degré, jugement confirmé par le Conseil Privé à Londres.
Le gouvernement du Canada crée une Commission de Secours le 22 janvier 1918 chargée des pensions allouées aux victimes et de la compensation des dégâts matériels et qui n'est abolie qu'en juin 1976.
L'explosion est considérée comme la plus importante jamais provoquée par l'homme avant la bombe atomique. Robert Oppenheimer étudie ses effets lors de la préparation des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki.
La ville d'Halifax a consacré un musée à cette catastrophe, et tous les 6 décembre à 9 heures une messe solennelle est célébrée.
 
*La quantité de TNT diffère selon les sources. Tantôt l’on parle de 200 tonnes (quantité la plus couramment admise), ailleurs de 2 600, 3 000, ou de 5 000 tonnes.
 
Sources :
 
Histoire de la Compagnie Générale Transatlantique, de Marthe Brabance
La Compagnie Générale Transatlantique, de Ludovic Trihan
Le site Internet French Lines :
http://www.frenchlines.com/histoire_maritime_fr.php

 
Cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°7738
Ar Brav
Posté le 03-08-2008 à 12:17:30  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Une vue du Mont Blanc de la CGT, lors d'une escale à Halifax le 15 août 1900 :
 
http://images4.hiboox.com/images/3108/d0263eb2de940fbb9d8ce1280c1b26d0.jpg
 
Après la catastrophe, l'épave du cargo norvégien Imo a été dirigée sur la côte, à Dartmouth :
 
http://images4.hiboox.com/images/3108/b35a7cff7e68d1dc725385770be7bc8c.jpg
 
Cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°20887
Terraillon​ Marc
Posté le 27-09-2009 à 22:01:00  profilanswer
 

Bonsoir
 
La fiche du navire est en ligne
 
http://www.navires-14-18.com/fichi [...] CGT_V3.pdf
 
A bientot


---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°20912
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 30-09-2009 à 10:16:50  profilanswer
 

Bonjour à tous
Evocation de la catastrophe dans les archives de Radio Canada
http://archives.radio-canada.ca/so [...] /976-5527/
 
Cdlt
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°27466
LU6FER
Posté le 11-09-2010 à 16:50:43  profilanswer
 

Je suis tombé il y une quinzaine d' années dans un N° d' Historia , sur l' histoire détaillée de la fin de ce cargo. Très bien écrit et décrit , avec un extrait du manifeste et surtout une description des manoeuvres dans le chenal d' Halifax qui ont abouti à la collision. Il s' agissait du " Breda" je crois . Un Cargo lège dont le comportement fut pour le moins bizarre. Je me souviens qu'il était sens inverse ( vers Hte mer ) et était du mauvais côté du chenal . Au moment où le Mt Blanc abat à Gauche  , pour évitement ,et après une trajectoire comme si personne n' était à la barre,  le Breda corrige aussi, rendant inévitable la collision. Ceci après de nombreux appels et fusées du Mt Blanc sans réponse .
Puis , pendant la collision , le benzol des futs élingués coulant sur la coque mais sans s' enflammer , le Breda bat alors en arrière et faisant frotter ses hélices contre la coque , gerbes d' étincelles qui enflamme le benzol. Puis le Breda poursuit vers la Hte mer.
 
  Le comportement du directeur du port , ayant réussi à stopper le train de Baltimore avant l' explosion , et tous les détails d' enquête...
Si quelqu'un peut remettre la main sur ce N° d' Historia , et nous en donner une copie ...
Merci.


---------------
" Tous les soirs , quand je vois le soleil se coucher , je meurs de rire"
Youssef Lateef (Ten Sax)
n°27467
LU6FER
Posté le 11-09-2010 à 17:03:22  profilanswer
 

Bien sur , ces souvenirs présentent quelques écarts avec ce qui est mentionné ci dessus ; Mais ce récit m' est resté en mémoire assez précisément .
 Après la collision qui cassa l' élinguage des futs du pont , puis le frottement d' hélice qui enflamma le benzol , la cargo continua sur son ère vers l'intérieur du  port . L' équipage n' évacua pas immédiatement mais dès que le feu fut dans les cales ,l'ordre fut donné , il rama au maxi pour atteindre la côte. Il eut le temps de s'abritter avant l' explosion et je crois , a survécu.
 Le cargo poursuivit sur son ère et fut identifié à la jumelle par le directeur du port , qui eut donc le temps de stopper le train dont l' arrivée au terminus situé sur le port aurait augmenté le score du carnage.
La description des différents souffles aller/retour d' air puis d' eau , qui montèrent la pente de la ville , le port vidé de son eau ,un treuil de  
10 T retrouvé à plus de dix km dans les terres,  une vague ressentie à plus de cent miles en mer , bref cet article valait d' être conservé.


---------------
" Tous les soirs , quand je vois le soleil se coucher , je meurs de rire"
Youssef Lateef (Ten Sax)
n°27474
Memgam
Posté le 12-09-2010 à 11:18:48  profilanswer
 

L'explosion du cargo Mont blanc à Halifax le 6 décembre 1917 reste dans les mémoires et sur le site, où 23 lieux différents en perpétuent le souvenir sous diverses formes : horloge bloquée à l'heure du sinistre, 9 h 05, morceaux de l'épave projetés dans la ville (ancre, canon, gouvernail, etc), bâtiments ayant survécu ou bien reconstruits, expositions dans les différents musées. Des livres continuent à être publiés, des films sont tournés, des expositions sont réalisées.
Tout comme lors de l'incendie de l'Ocean Liberty en juillet 1947 à Brest, des remorqueurs ont tenté de sortir du port le Mont Blanc en feu. Le remorqueur Stella Maris, capitaine Horatio Brannen, qui tractait deux barges, les a larguées pour assister le Mont Blanc qui avait dérivé sur le pier 6, ainsi que le  chasseur de baleines Niobé, et une barcasse. Ils payérent un lourd tribut. 5 survivants sur 24 pour le remorqueur, aucun sur le chasseur (5 hommes) et un sur cinq à bord de la barcasse.

 

Source : David B. Fleming, Explosion in Halifax Harbour, the illustrated account of a disaster that shook the world, Formac Plubication Limited, 2004.


Message édité par Memgam le 12-09-2010 à 13:45:39
n°27480
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 12-09-2010 à 18:01:09  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
A voir également sur le sujet, les archives de Radio-Canada :
 
http://archives.radio-canada.ca/so [...] /976-5527/
 
Cdlt
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°27772
Memgam
Posté le 10-10-2010 à 15:09:06  profilanswer
 

Deux autres photos de Mont Blanc, une en chargement à quai par l'arrière à Marseille (page 36) et une d'un quart avant babord en remorque de l'Abeille XI dans un bassin du Havre (page 156). cf l'ouvrage Alain Croce, La Société Générale des Transports Maritimes à Vapeur et ses filiales, Compagnie de Navigation France-Amérique, Sefton Steamships Company & Lloyd Latino, MDV, 2003.

n°31907
olivier 12
Posté le 03-08-2011 à 08:59:01  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
MONT BLANC  Liste d'équipage

http://img818.imageshack.us/img818/970/montblancequipage.jpg
 
On ne trouve aux archives de Vincennes qu’un seul document concernant l’explosion du MONT BLANC. C’est le premier résultat de l’enquête menée par les Canadiens.
 
En voici le texte :
 
1. L’explosion du SS MONT BLANC le 6 Décembre fut sans aucun doute la conséquence de la collision survenue dans le port de Halifax entre le S/S MONT BLANC et le S/S IMO.
 
2. Cette collision fut causée par suite des violations des règles de la navigation.
 
3. Le pilote et le capitaine du S/S MONT BLANC sont entièrement responsables de la violation des règles de route.
 
4. Le pilote Mackay, en raison de sa grande négligence, devra être destitué de ses fonctions par les autorités du pilotage et son brevet devra être annulé.
 
5. En considération de la grande négligence manifestée par le pilote Mackay à l’égard des règles de navigation, il y aura lieu d’attirer l’attention des officiers de Justice de la Couronne sur le témoignage recueilli à l’occasion de cette enquête et de déférer ce pilote à la Justice par l’ouverture d’une procédure criminelle.
 
6. Nous recommandons ce témoignage aux autorités françaises pour annuler le brevet du capitaine Le Medec et pour que ce capitaine soit traité conformément aux lois de son pays.
 
7. Il appert que depuis le moment où la collision est survenue, les autorités du pilotage de Halifax ont autorisé le pilote Mackay à piloter des navires. Nous estimons que ces autorités encourent un blâme. Elles auraient du rapidement suspendre ce pilote.
 
8. Le capitaine et le pilote du MONT BLANC sont coupables de négligences à l’égard de la sécurité publique et de n’avoir pas pris les mesures appropriées pour prévenir les habitants de la ville de l’explosion probable.
 
9. Le commandant est coupable de négligence dans l’exercice de ses fonctions pour n’avoir pas pris les mesures nécessaires pour faire respecter la réglementation. Il ne s’est pas tenu au courant des mouvements réels ou projetés des navires dans le port
 
10. Son témoignage est loin de nous convaincre qu’il ait jamais pris des mesures efficaces pour prévenir le Captain Superintendant des négligences du pilote.
 
11. L’allégation de désobéissance du pilote à l’ordre du commandant ne nous fait pas considérer que cette désobéissance ait été la cause immédiate de la collision.
 
12. Il apparaît que les pilotes de Halifax tentent de modifier les règles bien connues de la navigation. Nous estimons que le pilote Renner, qui était chargé de conduire un tramp-steamer américain le matin de la collision, est passible lui aussi d’un blâme.
 
13. Les règlements sur le trafic dans le port de Halifax sont en vigueur depuis le début de la guerre. Ils ont été préparés par des Autorités Navales compétentes. Ils concernent le trafic et ne s’appliquent pas spécialement aux navires chargés d’explosifs. Nous recommandons que cette Autorité s’en préoccupe à l’avenir et édicte des règles spéciales à ce sujet. Nous comprenons que les explosifs doivent être transportés tant que la guerre se poursuivra, mais nous recommandons énergiquement que ce sujet soit spécialement traité par les autorités compétentes.
 
Signé : DEMER, WALSER HOSE, DRYSDALE.
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 03-08-2011 à 09:01:00

---------------
olivier
n°32166
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 05-09-2011 à 23:48:34  profilanswer
 


   Bonsoir à tous,
 
   « 1915 : L’armement Anquetil devient l’armement Gaston Petit. »
 
   L’Ouest-Éclair – éd. de Caen –, n° 5.722, 12 avril 1915, p. 4, en rubrique « Nouvelles maritimes – Ventes de navires ».
                                                           
                                                                  http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/MONT-BLANC%20-%20Cession..jpg
   ________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.

n°35995
capitaine
mer
Posté le 15-01-2013 à 18:40:42  profilanswer
 

Memgam a écrit :

Deux autres photos de Mont Blanc, une en chargement à quai par l'arrière à Marseille (page 36) et une d'un quart avant babord en remorque de l'Abeille XI dans un bassin du Havre (page 156). cf l'ouvrage Alain Croce, La Société Générale des Transports Maritimes à Vapeur et ses filiales, Compagnie de Navigation France-Amérique, Sefton Steamships Company & Lloyd Latino, MDV, 2003.


 
Bonjour,
Je vois que vous possédé des photos du Mont Blanc.( Mon Grand-père à navigué en tant que matelot du 1er avril 1907 au 24 juillet 1907)
Vous serait-il possible de m'envoyer ces photos.
Un grand merci.
Cordialement.
Jean-Pierre DAVID
seajpdavid@laposte.net

n°35996
capitaine
mer
Posté le 15-01-2013 à 18:44:33  profilanswer
 

Memgam a écrit :

Deux autres photos de Mont Blanc, une en chargement à quai par l'arrière à Marseille (page 36) et une d'un quart avant babord en remorque de l'Abeille XI dans un bassin du Havre (page 156). cf l'ouvrage Alain Croce, La Société Générale des Transports Maritimes à Vapeur et ses filiales, Compagnie de Navigation France-Amérique, Sefton Steamships Company & Lloyd Latino, MDV, 2003.


 
Bonjour,
Je vois que vous possédé des photos du Mont Blanc.( Mon Grand-père à navigué en tant que matelot du 1er avril 1907 au 24 juillet 1907)
Vous serait-il possible de m'envoyer ces photos.
Un grand merci.
Cordialement.
Jean-Pierre DAVID
seajpdavid@laposte.net

n°38385
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 27-10-2013 à 17:30:33  profilanswer
 


   Bonsoir à tous,
 
 
   ■ L’unique victime française de l’explosion du cargo Mont-Blanc, survenue le 6 décembre 1917 dans le port d’Halifax (Canada).
 
 
   — QUÉGUINER Yves, né le 29 juin 1897 à Locquénolé (Finistère) et y domicilié, Matelot de ... classe canonnier, décédé le 6 décembre 1917 « à Halifax des suites de brûlures lors de l’explosion du vapeur Mont-Blanc », Matelot de ... classe canonnier, Matricule n° 6.278 – Morlaix.
 
   ▪ Par arrêté du Ministre de la Marine en date du 15 mars 1922 (art. 2 ; J.O., 18 mars 1922, p. 3.058), inscrit  à titre posthume au tableau spécial de la Médaille militaire dans les termes suivants :
 
 
                                         http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/QUEGUINER%20Yves%20-M.M.%20-%20J.O.%2018%20MARS%201922..jpg


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°38393
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 28-10-2013 à 19:35:19  profilanswer
 


   Bonsoir à tous,
 
 
   ■ Historique (complément).
 
 
   — 7 avril 1915 : Réquisitionné par l’autorité maritime.  
 
   Il ressort des motifs d’un arrêt du Conseil d’État (C.E., 22 juin 1917, Capel et Cie, Rec. C.E. 1917, p. 504) que le Mont-Blanc était, lors de sa réquisition, loué pour une durée de cinq mois – qui devait expirer le 28 mai 1915 – par la Société des affréteurs réunis à la société d’armement Capel (Arthur) et Cie, moyennant un loyer mensuel de 50.000 francs.
 
    Cet armement sollicitait donc du Conseil d’État l’allocation d’une indemnité de 27.000 francs à raison du préjudice que lui avait causé ladite réquisition. Pour remplir ses obligations, il avait dû, en effet, louer un navire anglais pour un prix supérieur. La Haute assemblée se déclara néanmoins incompétente pour statuer sur la requête, au motif qu’il n’appartenait qu’à la juridiction judiciaire de connaître des litiges relatifs aux réquisitions des navires de commerce.


Message édité par Rutilius le 16-04-2014 à 18:49:16

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°39690
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 16-04-2014 à 16:17:12  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
 
   ■ Le commandant du cargo Mont-Blanc lors de la perte de ce bâtiment, survenue à Halifax (Nouvelle-Écosse, Canada), le 6 décembre 1917.
   
 
   — LE MÉDEC Aimé Joseph Marie, né le 8 décembre 1878 à Damgan (Morbihan) et décédé le ... à ... (...). Nommé capitaine au long-cours par brevet du 14 août 1906 ; inscrit à Saint-Nazaire, f° et n° 273 ; enseigne de vaisseau auxiliaire (3 août 1914). Cesse son activité le 30 mars 1932 ; alors commandant du paquebot Flandre, de la Compagnie générale transatlantique, depuis le 18 février 1930.
 
   Fils d’Aimé Vincent LE MÉDEC et de Marie Françoise POCREAU. Célibataire en 1921.
 
   (Archives départementales de Loire-Atlantique – Registres de matricules des gens de mer du quartier de Saint-Nazaire – Capitaines et maîtres au cabotage – Matricules de 1865 : Cote 7 R 3/357, f° et n° 273).
 
   Nommé chevalier de la Légion d’honneur par un décret en date du 10 janvier 1931 pris au titre du Ministère de la Marine marchande (J.O., 11 janv. 1931, p. 376).
 
   Par décision du Ministre de la Marine marchande en date du 20 décembre 1935 (J.O., 2 janv. 1936, p. 171), honoré de la Médaille d’honneur des marins du commerce. Alors domicilié au port de Pénerf, commune de Damgan (Morbihan).
   
 
   Nota : Pour son dernier voyage, le cargo Mont-Blanc avait été armé au long-cours à Bordeaux, le 26 septembre 1917 (n° d’armement, 548).


Message édité par Rutilius le 16-04-2014 à 16:17:48

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°39692
Memgam
Posté le 16-04-2014 à 18:32:21  profilanswer
 

Bonjour,
 
Source : David B. Fleming : Explosion in Halifax harbour, the illustrated account of a disaster that shook the world, Formac Halifax, 2004, page 70.
 
Cordialement.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser%20143.png

n°39693
Memgam
Posté le 16-04-2014 à 19:11:25  profilanswer
 

Bonjour,  
 
Source : Alain Croce, La Société générale des transports maritimes à vapeur et ses filiales Compagnie de navigation France-Amérique, Sefton Steamships Company & Lloyd Latino, MDV, 2003, pages 36 et 156.
 
Cordialement.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser%20145.pnghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser%20146.png

n°47738
NIALA
Posté le 06-12-2017 à 18:27:26  profilanswer
 

Le 6 décembre 1917  il y a 100 ans aujourd'hui l'explosion du cargo Mont Blanc chargé d'explosifs faisait 2000 morts dans la ville canadienne d'Halifax.
 
Alain


---------------
Cordialement
 
n°47741
olivier 12
Posté le 07-12-2017 à 08:42:11  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Une vue du MONT BLANC
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/922/ZXPZ8C.jpg
 
et Halifax après l'explosion
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/922/InJv5I.jpg
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/924/CpVwb0.jpg
 
(Source UK photoship)
 
Cdlt


---------------
olivier
n°47753
Memgam
Posté le 08-12-2017 à 17:35:33  profilanswer
 

Bonjour,
 
Les différents sites d'Halifax en relation avec l'explosion du Mont Blanc.
 
Les deux ponts signalés sur le plan n'existaient pas en 1917.
 
Source : opus cité ci-dessus.
 
Cordialement.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Scan08decembre2017.jpg


Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  MONT BLANC - Cargo navire auxiliaire.