FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  CASSINI - Aviso torpilleur

 

Il y a 68 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2  3
Page Précédente
Auteur Sujet :

CASSINI - Aviso torpilleur

n°1853
Ar Brav
Posté le 09-12-2007 à 14:06:37  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
CASSINI Aviso-torpilleur type d’Iberville (1895 – 1917)
 
Chantier :
 
Forges & Chantiers de la Méditerranée, Graville, Le Havre
Commencé : 01.1893
Mis à flot : 05.06.1894
En service : 01.1895
Retiré : 20.02.1917
Caractéristiques : 950 t ; 5 200 cv ; 81,1 x 8,3 x 3,5 m ; plan Marmiesse ; 8 chaudières ; 2 hélices ; 21 nds ; 140 h.
Armement : I de 100 + III de 65 + IV de 47 + 3 T.
Symbole de coque en 1912 : CNI
 
Observations :
 
1893 – 1900 : port de Cherbourg
01.1898 : escadre du Nord
24.12.1902 : en réserve à Brest
1908 : patrouille au large du Maroc
1912 : transformé en mouilleur de mines
28.02.1917 : saute sur une mine larguée par le sous-marin UC 35 (KL Ernst von Voigt) dans les Bouches de Bonifacio.
 
Sources :  
 
Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, Tome II, 1870-2006, LV Jean-Michel Roche, Imp. Rezotel-Maury Millau, 2005  
http://www.netmarine.net/dico/index.htm
Histoire du Torpilleur en France, Henri Le Masson, Académie de Marine, 1965  
Les Flottes de Combat en 1917, Commandant de Balincourt, Augustin Challamel, 1917    
Les marques particulières des navires de guerre français 1900-1950, Jean Guiglini, SHM, 2002  
Répertoire des navires de guerre français, Jacques Vichot, Pierre Boucheix, refondu par Hubert Michéa, AAMM, 2003  
French Warships of World War I, Jean Labayle-Couhat, Ian Allan Ltd, 1974  
Jane’s Fighting Ships 1914, Fred T. Jane, David & Charles Reprints, 1968

 
Cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 06-04-2009 à 18:17:41

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°1855
JPC
Posté le 09-12-2007 à 15:25:20  profilanswer
 

Bjr, vous avez sur le site suivant une photo du bateau et une évocation de la plaque commémorative apposée près de Bonifacio à la mémoire des disparus du Cassini et du Danton.
 
http://www.corse.pref.gouv.fr/scri [...] ac_cassini
 
                                                       Bonnes recherches . JP C


---------------
Jean Pierre Clochon
n°1897
JPC
Posté le 11-12-2007 à 12:11:35  profilanswer
 

Bonjour à "Bonifacio"
Concernant votre question posée sur la liste des morts du Cassini. Il se trouve que nous avons à traiter pour le cénotaphe de la Pointe Saint-Mathieu dédié aux marins morts pour la France, le cas de Guillaume Le Berre, matelot de 3e classe sans spé, de Plouhinec (29) mort ou disparu avec le Cassini.
A l'appui du dossier, la famille nous a fourni un extrait de la copie du Tribunal d'instance de Cherbourg du 5 mars 1918 et transcrit au registre de l'Etat-Civil à Cherbourg.
"Déclare constant les décès par suite de leur disparition en mer dans le naufrage du torpilleur d'escadre CASSINI le 28 février 1917 à une heure quinze minutes, des cent six personnes dont les noms suivent :
Je n'ai que la première page 5 noms : Lacaze, Demartres, Fulerand dit Tourrel, Lévrier, Henriot et une autre page Giuliani, Le Berre Guillaume, Larrède, le Minter, Morganti, Munos et Kermel.
               Cordialement JPC "Auxmarins"


---------------
Jean Pierre Clochon
n°2002
bonifacio
Posté le 22-12-2007 à 08:49:11  profilanswer
 

merci bcp JPC pour cette information
j'ai fait la demande auprès de l'état civil de cherbourg en espérant une réponse
quelqu'un connaitrait les démarches a entreprendre auprès des archives allemandes afin de retrouver l'endroit exact du torpillage
cela doit etre surement retranscrit dans le journal de bord de l'UC 35
 
merci bcp et joyeuses fetes a tous

n°2003
Ar Brav
Posté le 22-12-2007 à 10:34:14  profilanswer
 

bonifacio a écrit :

(...) afin de retrouver l'endroit exact du torpillage cela doit etre surement retranscrit dans le journal de bord de l'UC 35
merci bcp et joyeuses fetes a tous


 
Bonjour à tous,
Bonjour Bonifacio,
 
Le CASSINI n'a pas été torpillé, il a sauté sur une mine, c'est différent.
 
Cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 22-12-2007 à 10:34:43

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°2013
bonifacio
Posté le 23-12-2007 à 18:30:57  profilanswer
 

bonjour  
j'avais l'information qu'il aurait été torpillé par l uboat UC 35
mais malheureusement aucune coordonnée precise du naufrage

n°2014
JPB
Posté le 23-12-2007 à 19:12:05  profilanswer
 

http://pix.nofrag.com/9/8/8/cdc1a77585c6d6a0ec9a417b3ab86.jpg
JPB

n°2018
bonifacio
Posté le 23-12-2007 à 20:37:44  profilanswer
 

merci JPB pour cette superbe photo d'ailleurs je recherches regulierement des cartes postales ecrites par des marins disparus dans cette tragedie et celle du gambetta
mais la grande enigme que j'espère un jour resoudre est de retrouver l'épave dans les bouches de bonifacio
quelle reussite de retrouver ce batiment 100 ans plus tard alors merci a tous de votre aide

n°2021
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 23-12-2007 à 23:27:36  profilanswer
 

pour Bonifacio
Je confirme que c'est bien une mine qui a causé la perte du Cassini et non pas un torpillage suivi d'un mitraillage des survivants comme le disait un journal de l'époque dont j'ai oublié le nom. On peut retrouver par le KTB de l'UC 35 la position approx du positionnement des mines larguées. Je n'ai pas ce KTB mais je dois pouvoir retrouver le croquis de la barrière de mines. Dans ce cas, j'en fais un scan et je le mettrai sur ce forum. A ma connaissance, il y a d'autres plongeurs qui s'intéressent à la question de l'épave.
Cdlt
Yves
Un dernier mot : le Cassini était classé comme "Aviso-torpilleur' et pas comme croiseur ainsi que légendé sur la CP


Message édité par Yves D le 23-12-2007 à 23:30:59

---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°2036
bonifacio
Posté le 24-12-2007 à 14:23:59  profilanswer
 

merci bcp pour ces infos  
nous sommes effectivement plusieurs notamment sur bonifacio a essayer de localiser ce navire et esperons feter dignement avant ses 100 ans la localisation de son epave
excuse mon ignorance mais peux tu me donner des explications sur ce fameux KTB et jai vraiment hate de recevoir ton croquis en question
concernant le mitraillage en question d'après les derniers éléments en notre possession cela n'a jamais etait verifié (???)
bonnes fetes

n°2038
JPB
Posté le 24-12-2007 à 19:05:10  profilanswer
 

salut
http://pix.nofrag.com/1/b/2/5d4f59f7e299019be9c91e93296d9.jpg
là c'est mieux ... et JOYEUX NOEL
JPB

n°2040
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 24-12-2007 à 23:02:48  profilanswer
 

bonifacio a écrit :

merci bcp pour ces infos  
nous sommes effectivement plusieurs notamment sur bonifacio a essayer de localiser ce navire et esperons feter dignement avant ses 100 ans la localisation de son epave
excuse mon ignorance mais peux tu me donner des explications sur ce fameux KTB et jai vraiment hate de recevoir ton croquis en question
concernant le mitraillage en question d'après les derniers éléments en notre possession cela n'a jamais etait verifié (???)
bonnes fetes


 
Bonsoir Denis
Je t'ai répondu par email. Pour info à ceux qui ne capteraient pas l'acronyme, le KTB est le journal de guerre ou encore journal de bord mais ce n'est pas l'équivalent du journal de passerelle même si cela s'en rapproche un peu.  
KTB = Kriegstagbuch
Le mitraillage des rescapés était pure invention du journaliste de l'époque car le minage dont a été victime le Cassini est antérieur d'une dizaine de jours à la perte de l'aviso. De plus, un s/m qui vient de larguer un barrage de mines, ne reste pas sur place à attendre de voir le résultat  :D  
Cdlt
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°4558
Ar Brav
Posté le 17-04-2008 à 07:47:38  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Marins originaires de la Seine Maritime (76) disparus avec le Cassini :
 
BRIANCON Edmond CASSINI  né le 03-08-1894  
OFFROY Raoul Jules Emile CASSINI  né le 16-12-1896  
 
Cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°4566
bonifacio
Posté le 17-04-2008 à 10:55:56  profilanswer
 

voici la liste complete des marins disparus avec le cassini
LACAZE CHARLES
DEMARTRES EDOUARD
TULLERAND dit TOURREL CHARLES
LEVRIER JOSEPH
HENRIOT ANDRE
BERAUD MAURICE
FRIOUX PIERRE
LAGARDENE FRANCOIS
CARRE CESAR
LATAILLADE PIERRE
AGNEL LUCIEN
MARTY LEON
OFFROY RAOUL
MENUL HENRI
GAUTHERON MAURICE
MORMANT JOACHIM
BAUR CAMILLE
LESTROHAN JOSEPH
LARANS EUGENE
GOARDON JEAN
SAUVAGE PROSPER
PERRET ROGER
DOUILLARD GABRIEL
ROUXEL FRANCOIS
GENIL PIERRE
LASSARA BAPTISTIN
FRANCES ETIENNE
VIDAL PIERRE
GIULIANI AUGUSTIN
LE BERRE GUILLAUME
LARREDE PIERRE
LE MINTER HERVE
MORGANTI DOMINIQUE
MUNOS ANTOINE
KERMEL FRANCOIS
FOURNIER LEONCE
KERLO ALPHONSE
FAUQUE ADRIEN
MARTIN LOUIS
LE BIHAN JOSEPH
AUDREN HENRI
DAGORN GABRIEL
LE GOFF JEAN MARIE
JAUFFRET PAUL
CASTAN MARIUS
FOURNIER CELESTIN
MIOSSEC GUILLAUME
HERRY PIERRE
MARIAGE ACHILLE
MALLET LEONCE
SUDRE JOSEPH
MARHIC JEAN MARIE
GUYONVARCH LOUIS
LE GOFF FRANCOIS
DURAND CLAUDE
SEGARD GEORGES
HUSQUIN MARCEL
DROYERS FELIX
MILICE PAUL
FOURNIER ACHILLE
HUET JEAN
GUERY MARCEL
ERVENS RICHARD
BAUDUIN CAMILLE
GONTIER LOUIS
DOUILLET LOUIS
LE POGAM HENRI
VIO EMILE
LHOMME LUCIEN
LAIRE GUSTAVE
LEROY GASTON
BRIANCON EDMOND
DUTOUR ETIENNE
POMARES JOSE
MARIGLIANO PASCAL
HELON FRANCOIS
BRUN EUGENE
CASSAGNE JEAN
CARLES ELYSEE
JAUMARY EUGENE
DAVANSANT NICOLAS
MIOLET FREDERIC
 si quelqu un a besoin de plus de renseignement sur lieu date de naissance et sur le grade n'hesitez pas

n°4781
landelle
Posté le 23-04-2008 à 22:52:05  profilanswer
 

bonjour,
 
serait-il possible d'avoir plus d'infos sur celui-ci
 
ROUXEL FRANCOIS
 
Cordialement
 
JC Rouxel

n°4805
GENEAMAR
Posté le 24-04-2008 à 16:02:40  profilanswer
 

Bonjour JC,
 
  Il s'agit du Matelot de 3ème classe Tailleur, ROUXEL François Jean Joseph Henri, né le 22 avril 1896 à PLÉDRAN (Côtes d'Armor), domicilié dans cette commune. Jugement déclaratif de décès rendu le 5 mars 1918 à CHERBOURG transcrit dans cette commune le 19 mars suivant.---
 :pt1cable:  


---------------
Cordialement. Malou
n°4808
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 24-04-2008 à 16:53:09  profilanswer
 

Wow !
Impressionnant il est l'ami Malou ! :jap:  
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°4816
landelle
Posté le 24-04-2008 à 19:37:28  profilanswer
 

merci beaucoup !  Un cousin !!!

n°4872
pencoat63
Un bateau part,un bateau vient
Posté le 26-04-2008 à 23:02:22  profilanswer
 

bonifacio a écrit :

voici la liste complete des marins disparus avec le cassini
LACAZE CHARLES
DEMARTRES EDOUARD
TULLERAND dit TOURREL CHARLES
LEVRIER JOSEPH
HENRIOT ANDRE
BERAUD MAURICE
FRIOUX PIERRE
LAGARDENE FRANCOIS
CARRE CESAR
LATAILLADE PIERRE
AGNEL LUCIEN
MARTY LEON
OFFROY RAOUL
MENUL HENRI
GAUTHERON MAURICE
MORMANT JOACHIM
BAUR CAMILLE
LESTROHAN JOSEPH
LARANS EUGENE
GOARDON JEAN
SAUVAGE PROSPER
PERRET ROGER
DOUILLARD GABRIEL
ROUXEL FRANCOIS
GENIL PIERRE
LASSARA BAPTISTIN
FRANCES ETIENNE
VIDAL PIERRE
GIULIANI AUGUSTIN
LE BERRE GUILLAUME
LARREDE PIERRE
LE MINTER HERVE
MORGANTI DOMINIQUE
MUNOS ANTOINE
KERMEL FRANCOIS
FOURNIER LEONCE
KERLO ALPHONSE
FAUQUE ADRIEN
MARTIN LOUIS
LE BIHAN JOSEPH
AUDREN HENRI
DAGORN GABRIEL
LE GOFF JEAN MARIE
JAUFFRET PAUL
CASTAN MARIUS
FOURNIER CELESTIN
MIOSSEC GUILLAUME
HERRY PIERRE
MARIAGE ACHILLE
MALLET LEONCE
SUDRE JOSEPH
MARHIC JEAN MARIE
GUYONVARCH LOUIS
LE GOFF FRANCOIS
DURAND CLAUDE
SEGARD GEORGES
HUSQUIN MARCEL
DROYERS FELIX
MILICE PAUL
FOURNIER ACHILLE
HUET JEAN
GUERY MARCEL
ERVENS RICHARD
BAUDUIN CAMILLE
GONTIER LOUIS
DOUILLET LOUIS
LE POGAM HENRI
VIO EMILE
LHOMME LUCIEN
LAIRE GUSTAVE
LEROY GASTON
BRIANCON EDMOND
DUTOUR ETIENNE
POMARES JOSE
MARIGLIANO PASCAL
HELON FRANCOIS
BRUN EUGENE
CASSAGNE JEAN
CARLES ELYSEE
JAUMARY EUGENE
DAVANSANT NICOLAS
MIOLET FREDERIC
 si quelqu un a besoin de plus de renseignement sur lieu date de naissance et sur le grade n'hesitez pas


n°4873
pencoat63
Un bateau part,un bateau vient
Posté le 26-04-2008 à 23:12:59  profilanswer
 

[La liste doit etre incompléte, mon grand pére, maitre fourrier(Nicolas COAT) faisait parti des disparus lors du torpillage du Cassini.Les survivants ont confirmés le torpillage et le mitraillage par le sous marin Allemand.Le journal de l'époque rapportant les faits est :"LE MONITEUR DE LA FLOTTE". J.COAT

n°4876
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 26-04-2008 à 23:38:14  profilanswer
 

Bonsoir pencoat,
Je maintiens pourtant ce que j'ai dit précédemment :
Aucun U-Boot n'était dans les parages du Cassini quand il a coulé après avoir heurté l'une des 18 mines du barrage 554 mis en place le 23 par le sous-marin UC 35.
Le 28, l'UC 35 se trouvait au large de l'île de Linosa entre Sicile et Tunisie, sur la route de retour à sa base.
L'expérience montre qu'il faut être très prudent avec l'information issue des journaux et ce, quel que soit le belligérant. Nous disposons aujourd'hui des documents d'archives, journaux de bord notamment, qui permettent de rétablir la vérité.
Cordialement
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°4879
Ar Brav
Posté le 27-04-2008 à 04:58:34  profilanswer
 

pencoat63 a écrit :

[La liste doit etre incompléte, mon grand pére, maitre fourrier(Nicolas COAT) faisait parti des disparus lors du torpillage du Cassini.Les survivants ont confirmés le torpillage et le mitraillage par le sous marin Allemand.Le journal de l'époque rapportant les faits est :"LE MONITEUR DE LA FLOTTE". J.COAT


 
Bonjour à tous,
Bonjour Pencoat,
 
Soyez le bienvenu à bord, et merci pour votre contribution concernant votre Grand Père Nicolas Coat. Si vous souhaitez partager d'autres informations, n'hésitez pas. Concernant la relation des évènements par la presse de l'époque, j'adhère complètement à ce que vient de dire Yves, il convient d'ête très vigilant quant à la teneur des articles. Il était de "bonne guerre", des deux côtés, de stimuler et d'entretenir la haine de l'adversaire, et la presse y a pris une large part.
Dans leur très grande majorité, je serais tenté de dire en totalité, mais il y a parfois les exceptions qui confirment la règle, les marins allemands n'ont pas eu à rougir de leur attitude, tout comme les marins français ou britanniques (en tous cas, c'est ce que je retiens de mes lectures, sans verser dans l'angélisme).  
 
Bon dimanche à tous,
Bien cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 27-04-2008 à 05:29:13

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°4913
pencoat63
Un bateau part,un bateau vient
Posté le 27-04-2008 à 11:28:59  profilanswer
 

Nous nous sommes mal compris, en fait je parle du témoignage d'un rescapé décédé dans les annees 60.Sa petite fille l'a toujours entendu raconter les faits tels que rapporté dans le journal cité:Extrait:" le document que vous m'avez  fait  
parvenir rejoignent les dires de mon grand-père concernant le mitraillage  des  
rescapés par le sous marin allemand et cela m'a soulagé, non pas pour ses  
malheureuses victimes mais un  de mes correspondant (qui d'ailleurs a un  site  
tres bien fait sur les batailles navales )
m'a affirmé qu'il était impossible que le sous marin ait pu faire feu sur  
les rescapés car ce n'était pas dans la mentalité de la marine. Pour info,
peut être étes vous le correspondant cité plus haut Cordialement JCOAT

n°4918
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 27-04-2008 à 15:08:25  profilanswer
 

Ce genre d'agression n'est dans la mentalité d'aucun marin digne de ce nom. Pourtant, il arrive parfois que sous la pression de divers éléments, quelqu'un un jour, comme on le dit "pète les plombs". En 14-18, comme en 39-45 et en d'autres conflits, il y a de rares cas de ce genre d'un côté comme de l'autre, les plus connus étant en 14-18, le KL Helmut Patzig d'un côté et le L.Cdr Godfrey Herbert de l'autre. Le premier (ou plutôt ses officiers de quart) furent traduits devant un tribunal, le second ne le fût pas. Pourquoi peut-on se demander aujourd'hui ? tout simplement parce que selon que vous serez gagnant ou perdant d'un conflit, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ((c) Jean de la Fontaine).
Notre rôle aujourd'hui à nous qui voulons être les historiens de cette époque, est de rétablir la vérité à la lumière du recul que nous avons et des documents d'archives qui sont désormais disponibles et ce, quel que soit notre bord même si je répugne à utiliser cette notion de bord quand il s'agit de braves. Il y a quelque temps de celà, j'avais remarqué cette affirmation dont je ne connais plus l'auteur, qu'il me le pardonne :  
Le bien n'est pas toujours là où on le croit ni le mal là où on le dit.
Quel que soit le sens dans lequel on la tourne, cette affirmation reste vraie.
 
Bien à vous.
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°4976
bonifacio
Posté le 29-04-2008 à 07:58:00  profilanswer
 

milles excuses pencoat
jai effectivement oublie une page a retranscrire alors voici les "oubliés"
heuvet michel
clottes charles
mazeas goulven
graveran lucien
henry marius
bisquay joseph
et COAT nicolas  qui était maitre fourrier et marié a BEGAUD Ernestine
concernant le mitraillage d'après mes renseignements je rejoins la version donnée par ar brav

n°4978
Ar Brav
Posté le 29-04-2008 à 08:38:58  profilanswer
 

Bonjour Bonifacio,
 
Merci pour ce complément que je m'empresse de rajouter sur ma fiche Cassini
 
Bonne journée à vous,  [:nico56]  
Cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°5434
bonifacio
Posté le 12-05-2008 à 14:09:20  profilanswer
 

bonjour a tous
quelquun pourrait me dire quelle etait la route du cassini les jours avant et quelle etait sa destination?
merci bcp davance

n°7074
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 20-07-2008 à 22:35:20  profilanswer
 

Citation :

Yves D pour Bonifacio  
 
Je confirme que c'est bien une mine qui a causé la perte du Cassini et non pas un torpillage suivi d'un mitraillage des survivants comme le disait un journal de l'époque dont j'ai oublié le nom. On peut retrouver par le KTB de l'UC 35 la position approx du positionnement des mines larguées. Je n'ai pas ce KTB mais je dois pouvoir retrouver le croquis de la barrière de mines.


 
   Bonsoir Yves,  
   Bonsoir à tous,
 
   Je viens de retrouver la même version des faits dans une revue lue par milieux politiques de l'époque, la Revue politique et parlementaire. Le chroniqueur des " événements maritimes " y relatait ce qui suit :
 
  " Le contre-torpilleur Cassini, affecté au service des patrouilles de la Méditerranée, a été torpillé par un sous-marin ennemi le 28 février à une heure du matin.
   Une soute ayant fait explosion, le bâtiment a coulé en moins de deux minutes.
   Le commandant, 6 officiers et 100 sous-officiers et marins ont péri ; 2 officiers et 32 sous-officiers et marins ont été sauvés.
   Il résulte des témoignages formels des survivants que, pendant qu'ils essayaient dans la nuit de gagner à la nage les radeaux qui flottaient, ils ont entendu une voie crier :
" Approchez camarades ! "  
  Un instant après, ils ont aperçu la masse sombre du sous-marin ennemi qui a tiré sur eux plusieurs coups de fusil ou de mitrailleuse et un obus ; celui-ci a touché un des radeaux. Je cite sans commentaires cet acte de sauvagerie.
   Construit en 1894, le Casinni déplaçait 950 tonneaux. Il avait été transformé en mouilleur de mines."

   (Revue politique et parlementaire 1917, Tome 91, p. 136).
 
   Pour autant, je ne tire aucune espèce de conclusion de ce genre de récit fait de on-dit, quelle que soit la notoriété de l'auteur ou du support : les documents nautiques ont assurément une force probante supérieure.
 
   Bien à vous,
 
   Daniel.


Message édité par Rutilius le 20-01-2009 à 17:52:27
n°7078
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 20-07-2008 à 23:38:56  profilanswer
 

Bonsoir Daniel
Ce récit est touchant ! Je parierais même que la voix avait un accent allemand prononcé...
Pourtant les faits sont là, il n'y avait AUCUN U-Boot dans ce secteur quand le Cassini a heurté cette mine. Décidément, la désinformation a la vie dure dans la presse. Cf. mon post un peu plus haut.
Amts
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°7081
Terraillon​ Marc
Posté le 21-07-2008 à 05:55:50  profilanswer
 

Bonjour
 
Sauf erreur de ma part, les avisos torpilleurs disparaissent administrativement en 1912, mais dans quelle catégorie le Cassini était au début de la guerre :
Torpilleurs d'escadre ?
Torpilleurs de haute mer ?
Torpilleur de 1ere classe ?
 
Si quelqu'un à la réponse, je suis intéressé.
 
A bientot


---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°7082
Ar Brav
Posté le 21-07-2008 à 06:13:45  profilanswer
 

Terraillon Marc a écrit :

Bonjour
 
Sauf erreur de ma part, les avisos torpilleurs disparaissent administrativement en 1912, mais dans quelle catégorie le Cassini était au début de la guerre :
Torpilleurs d'escadre ?
Torpilleurs de haute mer ?
Torpilleur de 1ere classe ?
 
Si quelqu'un à la réponse, je suis intéressé.
 
A bientot


 
Bonjour Marc,
 
De Balincourt dans Flottes de combat 1917 le classe dans les contre-torpilleurs, avec le D'Iberville et le Casabianca
 
Bonne journée,
Amicalement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°7083
Terraillon​ Marc
Posté le 21-07-2008 à 06:20:28  profilanswer
 

Bonjour
 
Mais le probleme, c'est que le MASSON signale qu'il n'existe plus de contre-torpilleurs en 1914, administrativement parlant ...
 
A bientot


---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°7085
Ar Brav
Posté le 21-07-2008 à 06:40:39  profilanswer
 

Re,
 
Ah, mais oui, c'est vrai ! J'avais oublié   :ange:  
 
Amts,
Franck, qui aimerait bien finir le Suffren commencé depuis 5 jours, et qui traine, traine...  


Message édité par Ar Brav le 21-07-2008 à 06:41:10

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°7086
Ar Brav
Posté le 21-07-2008 à 06:52:13  profilanswer
 

Re,
 
Jacques Vichot le classe dans les avisos-torpilleurs, par contre, dans le répertoire de Pierre Le Conte (1932), il est classé comme croiseur, (ce qui ne m'étonne qu'à moitié) sans précision de date, évidemment....
 
A bientôt,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°7089
Ar Brav
Posté le 21-07-2008 à 07:34:23  profilanswer
 

Et encore,
 
On peut prendre, sans trop d'erreur, et je pense que c'est celle-là qu'il convient de retenir, n'ayant pas eu de changement entre temps, le texte de sa citation :
 
Torpilleur d'escadre Cassini :
 
Torpillé aux abords de Bonifacio dans la nuit du 27 au 28 février 1917, a coulé avec une partie de son équipage. Tous à bord ont fait preuve du plus grand courage et du plus grand sang-froid (J. O. du 15 octobre 1919)
 
Pour Yves : sois zen, c'est juste la dénomination qui importe dans le texte pour la question de Marc  [:ar brav:2]  
 
Amts,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°7090
Terraillon​ Marc
Posté le 21-07-2008 à 07:39:21  profilanswer
 

Bonjour Franck
 
Je vais faire comme toi, je reviens aux cuirassés.
C'est du simple et solide ;-)))
 
A bientot


---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°7093
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 21-07-2008 à 10:34:32  profilanswer
 

Citation :

Ce récit est touchant ! Je parierais même que la voix avait un accent allemand prononcé...  
Pourtant les faits sont là, il n'y avait AUCUN U-Boot dans ce secteur quand le Cassini a heurté cette mine. Décidément, la désinformation a la vie dure dans la presse.


   Bonjour Yves,
   Bonjour à tous,
 
   Même récit dans l'ouvrage du Commandant Emile VEDEL, " Quatre années de guerre sous-marine " ( Plon-Nourrit, Paris, 1919) :
 
   " Le 28, à une heure du matin, un Untersee-Boot, demeuré inconnu, coulait d'une torpille notre contre-torpilleur Cassini, qui disparaissait en moins de deux minutes, entraînant avec lui le commandant (capitaine de frégate Lacaze), 6 officiers et 100 sous-officiers et marins (sur 140 en tout)." (p. 136).
 
   Une fois encore, je n'en tire aucune espèce de conclusion.
 
   Reprenant le journal de bord de l'enseigne de vaisseau Augé, chef de la flottille de patrouilleurs en Méditerranée et commandant du patouilleur la Marie-Rose, le même ouvrage révèle que, fin novembre 1915, le Cassini fut abordé par le cargo ravitailleur la Henriette :
 
   " Le 27, vers 4 heures après midi, le Cassini (contre-torpilleur français de 950 tonnes) se présente, remorqué par la Henriette, gros cargo ravitailleur qui l'a abordé. L'arrière est enfoncé dans l'eau, tandis que l'éperon sort en entier. Pas commode, de faire entrer un navire qui ne gouverne plus, avec le temps régnant. Je m'attelle devant, et Jean (autre chalutier) par derrière, afin de le maintenir en bonne direction, Henriette traînant le tout. Passé le premier barrage sans encombre. Mais à peine franchi, ma remorque casse, et voilà que le Cassini qui tombe sur le second barrage, engageant ses hélices dans les chaînes et câbles. Jean et Henriette lâchent tout, pour ne pas en faire autant. J'envoie mon youyou aider un petit remorqueur à couper les câbles et à les dégager des hélices ; mais impossible, la mer est trop grosse. Il faut cependant en sortir, car le barrage se met à chasser lentement, sous la force du courant que double celle du vent, et la côte n'est pas loin. Par deux fois, au risque de me défoncer sur l'éperon, je prends la remorque, autant de fois elle casse. La nuit tombe. Je vais alors m'amarrer le long du Cassini, par tribord, et la Marie-Frédérique (autre chalutier), par bâbord. En battant doucement en arrière, toute la nuit, nous l'avons maintenu ainsi, non sans nous tosser abominablement les un contre les autres. Enfin, le jour se lève. Nous ne sommes plus que quelques loques glacées. Des secours arrivent, un scaphandrier parvient à couper un des câbles, mais sans pouvoir entamer les chaînes. La mer augmente. Marie-Rose pousse des coups d'acculage terribles. A 11heures, mon chaumard de l'avant casse, ainsi qu'une haussière de l'arrière. Des grains arrivent en furie. Obligé de tout larguer, Marie-Frédérique également. Enfin, à 4 heures du soir, ayant réussi à démailler les chaînes, on va échouer le Cassini dans le port." (p. 216-217 - le barrage en question était celui de Milo ;  aucune indication quant au port).
 
   Comme d'ordinaire, récit à prendre avec les réserves d'usage.
 
   Bien à vous,
 
   Daniel.


Message édité par Rutilius le 21-07-2008 à 10:34:46
n°7118
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 21-07-2008 à 22:33:05  profilanswer
 

Bonsoir à tous
Tous ces ouvrages publiés dans les premières années d'après guerre souffrent généralement d'un même défaut, à savoir le fait que l'auteur n'a consulté que les archives alliées, d'où toutes ces inexactitudes qu'il est parfois bien difficile de corriger 90 ans après. D'où également aujourd'hui plus que jamais, la nécessité de recourir à toutes les sources d'archives afin de rétablir la vérité historique.
Cdlt
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°8906
Ar Brav
Posté le 17-09-2008 à 14:18:23  profilanswer
 

marcel clement a écrit :

Re bonjour,
 
CLOTTES CHARLES HENRI LOUIS né le 9 août 1892 à Lauragnel ( Aude ) disparu en méditerranée dans le torpillage du CASSINI. 28 février 1917
Etudiant Fac de Bordeaux Médecin de marine . M aux 3eme classe.
 
Disparu avec son bâtiment, torpillé par un sous-marin ennemi en accomplissant son devoir militaire.
 
Cordialement,
 
M C


 
Bonjour à tous,
 
Je pense qu'il est inutile de rappeler que le Cassini n'a pas été torpillé
 
Cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°8911
marcel cle​ment
Posté le 17-09-2008 à 15:10:04  profilanswer
 

Re bonjour, :hello:  
 
Les informations que je vous transmets sur les médecins viennent d'un livre édité dans les années 1920 : Le livre d'or des médecins morts pour la patrie.
Ce livre a été édité par souscriptions  uniquement ( 40 francs ) et par le " Comité Central du Monument du Service de Santé " en hommage aux médecins morts pour la France et dans l'impossibilité financière à l'époque de faire construire un monument public national à la mémoire du service de santé pendant la première guerre mondiale .
 
Amicalement,
 
M C
 

 Page :   1  2  3
Page Précédente

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  CASSINI - Aviso torpilleur