FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  CHANARAL Quatre-mâts barque

 

Il y a 74 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

CHANARAL Quatre-mâts barque

n°6269
olivier 12
Posté le 22-06-2008 à 10:28:31  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
CHANARAL
 
Lancé aux chantiers de Glasgow en 1892, sous le nom d’ACHNASHIE pour l’armement Thom & Cameron, de Glasgow.  Racheté en 1907 par l’armement Bordes, pour la somme de 293 000 f et rebaptisé CHANARAL (3e du nom). Chanaral est le nom d’un port de la côte chilienne.
 
Quatre-mâts barque en acier de construction extrêmement robuste, intéressant pour les voyages de nitrate au Chili.  
Caractéristiques   4100 tpl   2423 tx JB
 
Voici un tableau anonyme représentant le CHANARAL
 
http://img292.imageshack.us/img292/5285/chanaral3ik6.jpg
 
et un dessin d'Etienne Blandin
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/538/HRuH7c.jpg
 
La perte du CHANARAL
 
Le 16 Janvier 1916, CHANARAL quitta Mexillones avec un plein chargement de nitrate (4000 tonnes) pour l’Europe. Le port de destination n’était plus donné au départ. Les navires étaient à ordres et pour éviter les torpillages à l’entrée de la Manche, ils devaient passer devant Fayal, aux Açores pour recevoir ces ordres. Si le sémaphore ne donnait aucun renseignement, ils devaient continuer sur Belle-Ile. En aucun cas ils ne devaient signaler leur passage et devaient s’abstenir de toute communication en mer. Telles étaient les consignes de la compagnie Bordes. Le CHANARAL ne recevra aucun ordre à Fayal et fera route sur Falmouth.
 
Le commandant du CHANARAL est le capitaine Yves BERNARD  
 
 Né le 4 Mai 1872 à Ploubazlanec Yves Bernard a fait une longue carrière à la compagnie Bordes. Premier lieutenant du cinq-mâts France en 1898, il sera second sur QUILLOTA et DUNKERQUE, puis capitaine sur TIJUCA, PACIFIQUE, MARTHE, RHONE et MONTMORENCY. Après le torpillage du CHANARAL il repartira sur le quatre-mâts MARTHE.
Yves Bernard était un passionné de photographie auquel on doit de nombreux clichés montrant la vie à bord des grands voiliers.
 
Le second est Jules DESCHAMPS, inscrit à Saint Brieuc.
Le lieutenant est Eugène LISSILLOUR inscrit à Lannion
 
Voici le rapport du capitaine Bernard.
 
«  Le 22 Avril 1916, aux approches de Falmouth, le second étant de quart aperçut un sous-marin derrière  nous et me prévint aussitôt. . Je monte sur le pont. Le sous-marin était par notre travers et tira un coup de canon à blanc. Nous avons aussitôt mis en travers. Il fit le tour du navire et vint par tribord derrière et nous donna l’ordre de quitter le navire le plus promptement possible.  
Les embarcations étant prêtes, je les fis mettre à l’eau et embarquer l’équipage. Je quittai le navire le dernier, emportant les papiers du bord.  
A peine étions-nous à trois cents mètres, que le sous-marin s’approcha du navire et lui lança une torpille par tribord. Le voilier a coulé en l’espace d’une minute environ. Le sous-marin vint vers nous et nous ordonna de l’accoster et de lui donner les papiers du navire, ce que je fis.  
Le commandant allemand nous dit que nous étions à environ soixante milles des Sorlingues, qu’il nous laissait libres et que nous pouvions partir. Puis il s’éloigna.
La mer était houleuse avec jolie brise de NW. Nous mîmes à la voile et dans la soirée nous aperçûmes le feu de Bishop Rock. Nous mouillâmes à minuit près du phare de l’ile Round. Au matin, un canot à vapeur nous recueillit et nous conduisit à Sainte Mary, d’où nous gagnâmes Penzance, n’ayant sauvé que les vêtements que nous avions sur nous au moment du torpillage. »
 
Le sous-marin attaquant
 
C’était le sous-marin U 67 du Kapitänleutnant Hans NIELAND.
La position donnée du torpillage est   50°03 N  08°07 W
 
Cdlt
 
Olivier


Message édité par olivier 12 le 09-02-2015 à 19:29:52

---------------
olivier
n°6279
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 22-06-2008 à 17:15:35  profilanswer
 

Bonjour à tous
 
Cette patrouille du 7 au 30 avril 1916 durant laquelle le Chanaral fut coulé était la première de l'U 67. Pour cette mission, le Fregattenkapitän Bauer, Cdt en chef des sous-marins (FdU) avait pris place à bord afin de constater par lui-même quelles étaient les conditions d'opération dans la zone de guerre.
Dès le départ le temps se montra mauvais et 3 jours plus tard, sous l'effet de la mer, la commande d'une barre de plongée avant se brisait, rendant difficile une prise de plongée rapide. Néanmoins, décision était prise de poursuivre la patrouille. Le 15, à la pointe S de l'Irlande, il ordonnait de stopper à deux vapeurs. Le premier portant marques de coque et pavillon néerlandais s'exécutait tandis que le second qui n'arborait qu'un pavillon suédois poursuivait sa route. Nieland faisait alors tirer un coup de semonce sur l'avant.  
Laissons le KL Nieland (KTB) expliquer ce qui se passa ensuite.
"Au même moment, le vapeur ouvrait le feu sur nous avec un canon de 7 à 10 cm installé par le travers de la cheminée. Les premiers coups tombaient court et se suivaient à cadence rapide. Plongée d'urgence ! Le dernier coup observé tomba à une centaine de mètres sur notre arrière. En passant la profondeur de 20 m. on ressentit une forte explosion, suivie d'une seconde en atteignant 25 m. Probablement des grenades sous-marines. Pendant qu'il ouvrait le feu, le vapeur conserva le pavillon suédois et pour autant qu'on put en juger avant de plonger, il ne le rentra pas pendant..."
Plus tard, revenant en surface, l'équipage constatait qu'un ballast avait été percé par un projectile au niveau de la flottaison. U 67 venait d'échapper de peu au Farnborough, un bateau-piège anglais qui trois semaines plus tôt avait de la même façon coulé U 68 !
Le 16, il interceptait le 4-mâts anglais Cardonia, le faisait évacuer et le coulait puis il mettait le cap sur les Iles Sorlingues (Scilly). Le 19, il tirait un coup de semonce pour stopper un vapeur anglais qui n'obéissait pas. Il ouvrait alors le feu à 4000m de distance mais celui-ci ripostait avec un canon. U 67 déjà avarié n'engageait pas le combat et plongeait.
Le lendemain à la hauteur de Brest, il attaquait en plongée le vapeur anglais Whitgift qui était envoyé par le fond d'une torpille. Reprenant le chemin du retour, au large des Scilly, il coulait d'une torpille en coup de grâce le trois-mâts Chanaral et regagnait sa base d'Emden le 30 après avoir contourné la GB par le nord. Une grande partie de cette patrouille avait été affectée par le gros temps.
Source : Der Handelskrieg mit U-Booten, K.Adm. A.Spindler, vol.3
 
Kplt Hans NIELAND
Né le 13.6.1885
4.1905 Entrée dans la Marine Impériale  
24.4.1916 Promu Kapitänleutnant
1914 SMS Hertha, Off. de Quart (W/O) puis SMS König, Off. Torpilleur
8.14 U 30, W/O  
1.15 Ecole Nav. S/Marine cours de commandant
29.3.15 - 21.11.15 UB 12 Commandant, 15 patrouilles de guerre
12.15 et 1.16 Commandant s/m école UB 25
2.16 - 12.17 U 67 Commandant
1.18 - 11.18 Off. à l'Etat Major de la Marine
24.11.1919 Quitte le service
Source : Ehrenrangliste der Kaiserlich Deutschen Marine 14-18, K.Adm A.Stoelzel
 
Cdlt
Yves


Message édité par Yves D le 22-06-2008 à 17:17:20

---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°12999
olivier 12
Posté le 05-02-2009 à 18:48:20  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Retour sur le forum après un long séjour dans les îles de la Sonde, et un petit séjour très instructif aux archives de Vincennes qui me permettra de mettre quelques autres grands voiliers sur le site.
 
Quelques détails complémentaires sur le CHANARAL
 
Le navire était immatriculé à Dunkerque et avait été armé à Rochefort pour ce voyage.
Le capitaine Yves BERNARD était inscrit à Paimpol.
Au moment de l'attaque par le sous-marin, le matelot timonier était Victor SIMON, inscrit à Cancale.
 
L'équipage ayant du évacuer le navire rapidement, il a perdu tous ses effets. Le capitaine Bernard n'est parvenu à sauver que son sextant.
 
La commission supérieure d'enquête sur les naufrages émit l'avis que la perte du quatre-mâts CHANARAL était due à une cause de force majeure, que la responsabilité du capitaine était complètement dégagée, et proposa au ministre de lui conserver la faculté de commander.
 
Pas d'autres éléments dans le dossier de Vincennes qui reste extrêmement succinct, contrairement aux dossiers des autres grands voiliers.
 
Cdlt
 
Olivier


---------------
olivier
n°13989
Joe R
Posté le 04-03-2009 à 03:26:18  profilanswer
 

hello everyone,   Chanaral ex Achnashie  
http://i687.photobucket.com/albums/vv240/jxxxxx/127962r.jpg
 
 

n°33013
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 30-11-2011 à 07:59:45  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
                                           
                                                                   Le quatre-mâts barque Achnashie, futur Chanaral
 
 
                                  http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/CHANARAL%20-%20V%201%20-%20H%2099.220-491..png  
 
                                                                       National Library of Australia – Pictures Australia
                                                              State Library of Victoria – Malcolm Brodie shipping collection
                                                                                        Image H 99.220/491

   ________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.


Message édité par Rutilius le 30-11-2011 à 08:03:48
n°36309
Memgam
Posté le 12-02-2013 à 19:10:03  profilanswer
 

Bonjour,
 
Un cliché du capitaine Yves Bernard, né le 4 mai 1872 à Ploubalzanec (22), inscrit à Paimpol, n° 12583.
 
On trouvera la liste des embarquements chez Bordes, de lieutenant à capitaine, de 1898 à 1916 d'Yves Marie Bernard sur le site www.caphorniersfrancais.fr  
 
Source : Brigitte et Yvonnick Le Coat, Cap-horniers français 1, Mémoire des marins des voiliers de l'armement Bordes, chasse-marée-Ouest france, 2003, page 292.
 
Cordialement.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numériser%20187.jpeg1..jpg


Message édité par Memgam le 13-02-2013 à 18:20:07
n°36560
Memgam
Posté le 12-03-2013 à 17:29:42  profilanswer
 

Bonjour,
 
En 1915, sans le savoir, Chanaral (III), capitaine Victor Céléstin Hamoniaux, né le 22/12/1872 à Dinard, inscrit à Saint-Malo (n° 6239), a ramené en France un marin allemand qui s'est fait passer pour un danois.
Arrivé en juillet 1914 à Mejillones au Chili, Chanaral attend 185 jours avant de rentrer en France. Obligé d'embarquer quatre matelots étrangers, faute de marins français, et avec l'accord du Consul de France, comme c'est la règle, le capitaine Hamoniaux embarque ainsi 3 Norvégiens et un "danois". Il s'agit en fait d'un allemand qui déclare s'être fait voler ses papiers et qui a pour justicatif son dernier certificat d'embarquement sur lequel il a falsifié sa nationalité, en mettant une localité danoise (Gentofte) à la place de son pays (Germany). Intégré comme matelot, il n'a pas de souçi particulier à bord, juste un peu limité par la barrière de la langue, parlant anglais avec le pilotin et le bosco. Il a apprécié la discipline du bord, la nourriture, la camaraderie et la bonne entente, et les petites habitudes des français. Le seul problème était l'animosité de l'équipage contre les Allemands et les atrocités qu'ils étaient censés commettre. Un jour, un norvégien qui disait qu'ils ne tuaient pas les bébés à coups de baïonnettes, faillit se faire lyncher.  
Ainsi, le matelot Friedrich Krage arriva à La Pallice le 9 juillet 1915 et il réussit à passer le contrôle en racontant son histoire de vol de papiers. Trouvant un embarquement sur un navire norvégien qui partait pour la Hollande via Setubal au Portugal, il n'échappa point à un contrôle britannique et se retrouva en camp d'internement à l'Ile de Man pour le reste de la guerre.
Il deviendra capitaine et commandera le forceur de blocus Ermland, réussissant un voyage aller et retour vers le Japon qui lui vaudra la croix de fer décernée par Hitler. Il sera cependant capturé à un autre voyage en 1944 et sera interné à Phoenix, en Arizona.
Friedrich Krage avait été formé en 1907 à bord du voilier-école allemand GrossHerzogin Elisabeth, capitaine Rägener, qui a eu un meilleur sort que Chanaral, puisqu'il a échappé aux deux guerres mondiales et qu'il est maintenant musée à Dunkerque sous le nom de Duchesse-Anne...
 
Source : Alan Villiers & Henri Picard, The bounty ship of France, PSL, 1972, pages 50 à 59, p 115.
Brigitte et Yvonnick Le Coat, Cap-horniers français, 1, chasse-marée, 2003.
Claude et Jacqueline Briot, Cap-Horniers du Nitrate, BOD, 2012.
Jean-Louis Molle, Le trois-mâts carré Duchesse-Anne, Punch éditions, mai 1999, photo page 41.
Jean Randier, Phares carrés, Gallimard, 1992, photo page 16.
Louis Lacroix, Les derniers pilotins de la voile, les voiliers-écoles, Imprimerie S. Pacteau, 1952.
 
Cordialement.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser%20236.jpg

n°36592
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 16-03-2013 à 09:25:35  profilanswer
 

Encore une de ces aventures extraordinaires au parfum de sel comme la mer sait si bien en générer ! Merci Mengam
Cdlt
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°36596
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 16-03-2013 à 18:05:29  profilanswer
 


   Bonsoir à tous,
 
 
   ■ Le dernier commandant du quatre-mâts barque Chanaral.
 
 
   — BERNARD Yves Marie, né le 4 mai 1872 à Ploubazlanec (Côtes-du-Nord – aujourd’hui Côtes-d’Armor –) et y décédé, le 9 novembre 1951. Capitaine au long-cours, Paimpol, n° 117. (Base Léonore, Dossier 19800035/0195/25467).
   
   Chevalier de la Légion d’honneur au titre du Ministère de la Marine (Arr. 19 juin 1921).
 
 
                                                 Journal officiel du 20 juin 1921, p. 7.044.
 
 
                                    http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/BERNARD%20Yves%20Marie%20-%20L.O.%20-%20J.O.%2020-VI-37..jpg


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°38520
YMB
Posté le 12-11-2013 à 20:26:44  profilanswer
 

Merci beaucoup pour toutes ces informations.  
 
Cependant je pense que l'extrait du JO ci-dessus se rapporte plutôt au voyage à bord de Camp-Boulhaut dont il prit le commandement en septembre 1917, de Bordeaux à Pointe à Pitre, aller-retour. Après avoir démissionné de chez Bordes (pour une raison que j'ignore).
 
Mon grand-père fut effectivement chevalier de la Légion d'Honneur, Croix de Guerre, mais était-ce pour le commandement du Chanaral et le fait d'avoir ramené son équipage aux Sorlingues?. Il reçu une citation à l'Ordre du Régiment à la suite du combat à bord de Camp-Boulhaut, voir le lien ci-dessous
 
http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] 3417_1.htm


Message édité par YMB le 12-11-2013 à 20:35:26
n°38524
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 13-11-2013 à 00:15:06  profilanswer
 


   Bonsoir, et bienvenue parmi nous,
 
 
   Je me suis borné à reproduire la citation qui accompagnait la nomination d'Yves Marie BERNARD au grade de chevalier de la Légion d'honneur, sans pour autant la rattacher à la perte du quatre-mâts barque Chanaral. Conférée par un arrêté en date du 19 juin 1921, cette distinction honorifique tendait, en effet, à récompenser l'excellence de l'ensemble de la carrière maritime de ce capitaine au long-cours, même s'il est principalement insisté sur sa conduite lors de l'attaque dont fit l'objet, le 6 juin 1918, le voilier Camp-Boulhaut, dont il exerçait alors le commandement.  


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  CHANARAL Quatre-mâts barque