FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  LA GARONNE - Compagnie Générale Transatlantique

 

Il y a 43 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

LA GARONNE - Compagnie Générale Transatlantique

n°17998
Ar Brav
Posté le 22-06-2009 à 06:22:03  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
LA GARONNE Cargo de la Compagnie Générale Transatlantique (1906-1934)
 
La fiche Miramar :
 
IDNo:  5602679  
Year:  1906
Name:  LA GARONNE  
Type:  Cargo ship  
Date of completion:  07.1906
Flag:  FRA  
Tons:  2611  
Yard No:  98
LPP:  91.3  
Beam:  12.2  
Country of build:  FRA
Builder:  St Nazaire (Penhoet)
Location of yard:  Grand Quevilly
Number of
screws/Mchy/
Speed(kn):  1T-10  
Owner as Completed:  Cie Générale Transatlantique, St Nazaire
End:  1934
 
Disposal Data:
 
BU Copenhagen 2q.1934
 
http://www.miramarshipindex.org.nz/ship/show/287542
 
Cordialement,
Franck
 


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°17999
Ar Brav
Posté le 22-06-2009 à 06:22:56  profilanswer
 

Re,
 
Voir également ici :
 
http://www.frenchlines.com/ship_fr_259.php
 
Cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°18002
Terraillon​ Marc
Posté le 22-06-2009 à 06:50:38  profilanswer
 

Bonjour Franck
 
Le site Frenchlines précise qu'il a été réquisitionné mais je n'ai pas de confirmation de cette information
 
A bientot


---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°21200
Riri
Posté le 16-10-2009 à 11:22:30  profilanswer
 

Bonjour à tous.
Pratiquant la généalogie à mes moments perdus, j'ai relevé dans une mairie cet extrait certifié conforme en 1915 :
"Marine nationale - Acte de décès.
Aujourd'hui le neuf du mois de juillet de l'an mil neuf cent quinze, quatre heures du matin, étant à ...(? illisible) 43° 53' de LN et 10°16' de (? illisible) de Paris, nous Fournier Louis, capitaine du vapeur Garonne armé à Bordeaux, remplissant à bord les fonctions d'officier de l'état civil en vertu de l'article 86 du code civil; en présence de Rose Olive épouse Mérou, âgée de 36 ans et Mr Roques, docteur âgé de trente neuf ans, appelés comme témoins, déclarons et attestons après avoir constaté l'identité du cadavre que Mérou Michel, préposé des Douanes etc... etc... est décédé à bord aujourd'hui à 4 heures 30 du matin etc...etc..."

n°21230
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 17-10-2009 à 09:27:47  profilanswer
 

Bonjour à tous,
Cette information tendrait à montrer que le Garonne était bien sous réquisition puisque le certificat de décès est établi sous timbre Marine Nationale ?
La position donnée par le Capitaine se trouve en gros à une cinquantaine de milles NNE du port d'El Ferrol.
Cdlt
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°21231
Riri
Posté le 17-10-2009 à 10:36:49  profilanswer
 

Bonjour.
Yves D a écrit : "Cette information tendrait à montrer que le Garonne était bien sous réquisition puisque le certificat de décès est établi sous timbre Marine Nationale ?"
Comme indiqué dans mon précédent MSG, il s'agit d'un acte qui a été retranscrit en mairie par le secrétaire de celle-ci et qui porte bien à son début : "Marine nationale".
Cordialement.

n°21233
GENEAMAR
Posté le 17-10-2009 à 15:34:29  profilanswer
 

:??:  :??: Bonjour Franck, Yves, Riri, bonjour à tous,...
 
  Concernant cet acte de décès, une interrogation, s'agit-il du bon "GARONNE", en effet j'ai un transport pétrolier de ce nom qui en 1915, ravitaillait l'Armée d'Orient aux Dardanelles.?
  Le 1er avril 1913, le Lieutenant de vaisseau Jean Francois GUÉZENNEC en prenait le commandement.
 
  Bien cordialement Malou [:geneamar:1]

Message cité 1 fois
Message édité par GENEAMAR le 17-10-2009 à 16:36:14

---------------
Cordialement. Malou
n°21236
Ar Brav
Posté le 17-10-2009 à 17:15:47  profilanswer
 

GENEAMAR a écrit :

:??:  :??: Bonjour Franck, Yves, Riri, bonjour à tous,...
 
  Concernant cet acte de décès, une interrogation, s'agit-il du bon "GARONNE", en effet j'ai un transport pétrolier de ce nom qui en 1915, ravitaillait l'Armée d'Orient aux Dardanelles.?
  Le 1er avril 1913, le Lieutenant de vaisseau Jean Francois GUÉZENNEC en prenait le commandement.
 
  Bien cordialement Malou [:geneamar:1]


 
Bonjour Malou,
Bonjour à tous,
 
Vous voulez parler sans doute de celui-ci :
 
GARONNE Pétrolier Marine Nationale
 
IDNo:  1135426  
Year:  1912
Launch Date:  24.10.1912
Date of completion:  12.1912
Name:  LUCELLUM  
Type:  Tanker  
Flag:  GBR  
Tons:  5179  
Yard No:  639
LPP:  115.8  
Beam:  15.5  
Country of build:  GBR
Builder:  Laing
Location of yard:  Deptford Yard
Number of
screws/Mchy/
Speed(kn):  1T-11  
 
History:
 
1912 : LUCELLUM (H. E. Moss & Co)  
1913 : GARONNE (French Navy (Marine Nationale) (Paris) FRA  
1916 : FLEUR DE LYS (British Govt)  
1919 : GARONNE (rendu à la Marine Nationale)
 
Disposal Data:
 
Scuttled Toulon 27.11.1942* & bu 1946
 
http://www.miramarshipindex.org.nz/ship/show/172201
 
* Il n'aurait pas été sabordé comme indiqué le 27 novembre 1942, mais coulé par bombardement US Air Force le 11.03.1944, puis sabordé le 20.06.1944 pour bloquer la passe Nord de Toulon. Relevé, il est condamné en février 1946 et ensuite rayé en avril 1946.
 
Si c'est un bateau de la Royale, il ne peut être immatriculé à Bordeaux et commandé par un officier de la Marchande comme indiqué. En revanche, outre La Garonne de la CGT (normalement immatriculé au Havre et également réquisitionné, d'où la mention MN), il y a bien un autre vapeur Garonne, navire auxiliaire (1915-1916) réquisitionné à Bordeaux le 23.03.1915 qui conviendrait mieux.
 
Bien cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 17-10-2009 à 17:18:13

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°21242
Riri
Posté le 17-10-2009 à 22:10:12  profilanswer
 

Bonsoir à tous.
Je viens de lire les derniers messages concernant ce navire Garonne.
Si celà peut être d'une quelconque utilité, voici ce qu'il y a d'écrit  en fin de cet acte de décès :
"Vu pour légalisation de la signature de Mr Fournier Louis, Bordeaux 12 juillet 1915.
L'administrateur de l'inscription maritime signé : A. Moutaillon"

n°21248
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 18-10-2009 à 08:39:53  profilanswer
 

Bonjour à tous
Autre détail qui me fait croire que le décès mentionné ci-dessus concerne bien La Garonne de la CGT, c'est le fait que le Capitaine exprime encore sa position en longitude par rapport au méridien de Paris alors que dans la Royale cela faisait déjà quelque temps que la référence était celui de Greenwich. Idem également la légalisation de la signature par l'Administrateur de l'Inscription Maritime.
Si à l'occasion quelqu'un savait à quelle date on a pris la référence Greenwich dans la Royale, cela m'intéreserait de la connaître.
Cdlt
Yves


Message édité par Yves D le 18-10-2009 à 08:42:37

---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°21256
Ar Brav
Posté le 18-10-2009 à 12:34:57  profilanswer
 

Bonjour Yves,
Bonjour à tous,
 
Autre détail qui me fait croire que le décès mentionné ci-dessus concerne bien La Garonne de la CGT (...),
 
Bin oui, mais quid de "mon" vapeur Garonne réquisitionné à Bordeaux le 23.03.1915 ?
 
Aujourd'hui le neuf du mois de juillet de l'an mil neuf cent quinze, quatre heures du matin, étant à ...(? illisible) 43° 53' de LN et 10°16' de (? illisible) de Paris, nous Fournier Louis, capitaine du vapeur Garonne armé à Bordeaux,
 
Concernant la référence Greenwich dans la Royale, je ne trouve pas de date exacte, à part celle de la Conférence Internationale de Washington en 1884 (en échange de l'abandon du méridien de Paris, les Anglais s'engageaient à adopter le système métrique... ;) ) et la loi du 9 mars 1911 adoptant officiellement le méridien international de Greenwich.
 
Amts,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°21263
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 18-10-2009 à 21:51:23  profilanswer
 

Merci Franck,
C'est bien cette date de 1911 qui me manquait et c'est probablement celle qui aura vu la Royale passer d'un méridien origine à l'autre. Peut-on supposer que nombre de bâtiments de commerce ont continué à utiliser le méridien de Paris parce que les cartes qui étaient à bord avaient encore cette référence (ou bien par rejet du changement)?
Quant aux décisions de la Conférence de Washington et la référence au système métrique chez nos bons voisins, je suis comme toi, je :lol:  
Amts
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°21326
Terraillon​ Marc
Posté le 20-10-2009 à 22:40:14  profilanswer
 

Bonsoir
 
J'ai mis l'indice (1) au pétrolier GARONNE et l'indice (2) au vapeur GARONNE  
 
A bientot


---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°26105
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 17-06-2010 à 00:37:55  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
 
   ● Navigazette, n° 887, Jeudi 5 avril 1906, p. 5, en rubrique « Marine marchande » :  
 
   « Les lancements. — On a lancé des Chantiers de Normandie le cargo-boat La-Garonne, construit pour la Compagnie Générale Transatlantique.
   La-Garonne aura Saint-Nazaire pour port d’attache et sera affectée aux lignes de l’Algérie. »
 
 
   ● Navigazette, n° 902, Jeudi 9 août 1906, p. 7, en rubrique « Les constructions navales – Mises en service » :  
 
   « La "Garonne". — Le cargo-boat neuf la Garonne, que la Compagnie Générale Transatlantique vient de mettre on service sur la ligne d’Algérie, est un superbe navire de 1.600 tonnes de jauge. Il a été construit dans les chantiers du Grand-Quevilly (près de Rouen. Son port est de 4.000 tonnes. Il mesure 96 m. 50 de longueur, 13 mètres de largeur, son creux est de 10 mètres et son tirant d’eau de 5 m 75. Ses machines, à tirage forcé, du système Howden, sortent, des ateliers de l’Atlantique (Penhoët). Elles sont de la puissance de 1.800 chevaux, avec une vitesse de 12 nœuds et une consommation d’environ 16 tonnes par vingt-quatre heures. Ses panneaux sont très vastes, desservis par six treuils puissants et six mâts de charge. La Garonne est commandée par M. Jasseau et son équipage se compose de 8 officiers et 33 hommes. C’est le premier navire d'une série dont feront partie La Loire et La  Rance, qui seront tous trois affectés au même service sur l'Algérie. »    
 
 
   ● Navigazette, n° 909, Jeudi 27 septembre 1906, p. 8, en rubrique « Les constructions navales – Marine marchande » :  
 
   « Essais de surchauffe. — Les avantages dus à la surchauffe viennent d’être nettement mis en valeur par les essais de deux cargos identiques de forme et de dimensions, que la Société de Saint-Nazaire (Penhoët) vient de livrer à la Compagnie générale transatlantique. Ces deux cargos, Garonne et Rance ne se différencient entre eux qu’en ce que le dernier est muni de chaudières et de machines à distribution appropriées à l’emploi de la vapeur surchauffée. Les essais qui ont eu lieu respectivement en juillet et en septembre, avec même qualité de charbon, ont donné pour la Garonne : température de la vapeur 192°, puissance 1.104 chevaux, consommation par cheval 511 gr., et pour la Rance : température 270°, puissance 1.304 chevaux, consommation 408 grammes ; d’où pour cette dernière un double avantage : de 18 % comme augmentation de puissance et de 20 % comme diminution de consommation. Ces résultats pourront être encore améliorés, mais dès maintenant il est acquis qu’alors que l’on considère comme bonnes machines celles qui, pour 1.000 chevaux, exigent seize à dix-sept tonnes de charbon par vingt-quatre heures, un appareil à surchauffe d’égale puissance n’en consomme que dix à onze, constatation fort intéressante au moment de la hausse du charbon. »
   _____________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.

n°27177
dbu55
Posté le 20-08-2010 à 15:50:25  profilanswer
 

Bonjour à toutes et à tous,
 
Article du Nouvelliste du Morbihan N°151 du 27 juin 1915 - Rubrique Chronique Maritime
 
Le lieutenant de vaisseau Gaultier De Kermoal est nommé au commandement du transport pétrolier Garonne.
 
Cordialement
Dominique


---------------
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]
n°27191
GENEAMAR
Posté le 20-08-2010 à 17:21:14  profilanswer
 

Bonjour Dominique, bonjour à tous,
 
GAULTIER de KERMOAL Hippolyte Félix Marie
 
Né le 17 mars 1876 à SAINT-BRIEUC (Côtes-d'Armor) - Décédé le 9 septembre 1957 à NANTES (Loire-Atlantique).
Entre dans la Marine en 1892, Aspirant le 5 octobre 5 octobre 1895; port BREST. Au 1er janvier 1896, port BREST. Au 1er janvier 1897, sur l'aviso-torpilleur "SALVE", Escadre du Nord (Cdt Ferdinand De BON). Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1897. Au 1er janvier 1899, Second d'un torpilleur de la Défense mobile de DUNKERQUE. Au 1er janvier 1901, Second sur le cuirassé "VAUBAN", à SAÏGON (Cdt Yves CARMICHAËL DE BAIGLIE). Au 1er janvier 1902, sur la canonnière "DÉCIDÉE", Escadre d'extrême-Orient (Cdt Joseph GUTHGSELL). Au 1er janvier 1903, port BREST. Au 1er janvier 1904, Second d'un groupe de torpilleurs armés, Défense mobile de DUNKERQUE (Cdt Jean QUERNEL). Lieutenant de vaisseau le 16 mai 1905. Au 1er janvier 1906, sur le cuirassé garde-côtes "BOUVINES", Escadre du Nord (Cdt Ernest LAMSON). Le 25 avril 1906, Attaché à l'État-Major de la Place forte de CHERBOURG. Idem au 1er janvier 1908. Au 1er janvier 1909, Officier en instruction à l'École des Officiers torpilleurs. Officier breveté Torpilleur. Aux 1er janvier 1911, 1912, sur le croiseur cuirassé "WALDECK-ROUSSEAU", en préparation d'essais à LORIENT puis 1ère Division légère, 1ère Escadre (Cdt Henri De MARTEL). Chevalier de la Légion d'Honneur. Le 1er août 1913, en service à la Défense fixe de CHERBOURG. Idem au 1er janvier 1914. En juin 1915, Commandant le transport pétrolier "GARONNE". Au 1er janvier 1917, port BREST. Capitaine de corvette le 1er Juillet 1917. Au 1er janvier 1918, port BREST. --- Au 1er janvier 1921, sur le croiseur cuirassé "EDGAR-QUINET", 1ère Division légère, Escadre de Méditerranée (Cdt Aristide BERGASSE du PETIT-THOUARS); et inscrit au tableau d'avancement.
 [:geneamar:8]


---------------
Cordialement. Malou
n°28840
olivier 12
Posté le 16-12-2010 à 11:22:51  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Voici un rapport concernant les vapeurs FINISTERE et GARONNE appartenant tous deux à la Cie Gle Transatlantique.
 
Rapport du maître pilote de la Flotte POULOU
 
Appareillé de Quiberon le 13 Novembre 1917, embarqué à bord du vapeur FINISTERE allant de Barry Dock à Bordeaux avec un chargement de charbon.
Convoi de 21 navires disposés sur deux files et escorté par les patrouilleurs BREME, JAGUAR, NAALSO et BARON LEOPOLD DAVILLIERS.
Passé à l'est des Cardinaux, à 10 milles au large de l'île d'Yeu, puis fait route sur le pertuis d'Antioche.
 
23h00
Temps s'éclaircissant, mais avec horizon brumeux.
 
23h45
Entendu forte explosion et aperçu vive lueur. Continué la route. (nota : il s'agit du chalutier NAALSO qui a sauté sur une mine).
 
04h00 le 16
Réduit la vitesse pour arriver au jour au point de rendez-vous.
Le vapeur GARONNE nous dépasse alors en nous élongeant de très près. Au porte-voix, je lui demande de laisser culer et de nous suivre. Mais il n'en tient aucun compte et fait route plus au large sur la Gironde en entraînant derrière lui toute la file de droite.
 
09h00
Retrouvé le convoi à la passe nord de la Gironde et pris la tête. Passant près de GARONNE, je signale au commandant qu'il a très mal manoeuvré et entraîné à sa suite une partie du convoi en dehors des routes draguées. Il me répond qu'il ne m'a pas reconnu à cause de la brume.
 
Cette excuse est sans valeur car GARONNE et FINISTERE sont des navires de la même compagnie. Nous avons très bien reconnu GARONNE et, de plus, FINISTERE a une silhouette bien particulière (passerelle sur le gaillard et machine à l'extrême arrière) qui le fait facilement reconnaître.
 
Note du Capitaine de Frégate CHOPARD  à l'Etat-Major de la Marine
 
Le commandant du vapeur GARONNE a commis une faute grave en ne suivant pas les instructions du pilote de la Flotte et en entraînant une partie du convoi en dehors des routes draguées ce qui aurait pu conduire à la perte d'un ou plusieurs bâtiments.
Je demande une sanction contre lui.
 
Commentaire
 
Ce rapport semble prouver que LA GARONNE de la Transat, et GARONNE réquisitionné à Bordeaux (pour le transport de charbon) et qui appartenait aussi à la Transat sont un seul et même navire.
Le pétrolier, bien sûr, en est un autre.
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 19-12-2010 à 00:47:23

---------------
olivier
n°38215
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 06-10-2013 à 14:19:30  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
 
 
            http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/MOTRICINE%20-%20V%201..jpg
 
 
                                    http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/MOTRICINE%20-%20V%201%20Bis.jpg
 
                                                                 (Collection particulière)


Message édité par Rutilius le 06-10-2013 à 14:28:49

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°40799
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 29-10-2014 à 09:18:25  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
 
   ■ Historique (complément).  
 
                                                                                                       
   — 28 février 1918 : Repousse l’attaque d’un sous-marin.
 
 
                                                                                                      Journal officiel du 14 mai 1918, p. 4.184.
 
 
   « Un témoignage officiel de satisfaction est accordé au vapeur Garonne (G.G.T.), pour le sang-froid et la discipline dont chacun a fait preuve à bord, lors d’une rencontre de sous-marin, le 28 février 1918. »
 
 
                                                                                                Le Journal, n° 9.379, Samedi 1er juin 1918, p. 3.
 
 
                                                                                                        « LA SOUSCRIPTION DU "JOURNAL"
 
                                                                                                              LES DONS AUX HÉROS DE LA MER

 
 
   Sous la présidence du vice-amiral Fournier, le comité de répartition des fonds de la Souscription nationale ouverte pour récompenser les équipages de la marine marchande qui se distinguent dans la lutte contre les sous-marins ennemis a tenu sa séance de mai au "Journal".  
   Après avoir voté un supplément de 50 francs en faveur d'un homme du paquebot Savoie, de la Société générale des transports maritimes à vapeur, omis sur la liste d’équipage, le comité a examiné les propositions de primes établies d’après les rapports, de la Direction générale de la guerre sous-marine, rédigés à la suite d’enquêtes faites dans les ports sur les engagements entre navires de commerce et sous-marins ennemis. Il a alloué des primes à des officiers et hommes d’équipage des navires ci-dessous désignés :
 
   Vapeur Ustaritz .................................................................................................. Francs 1.400  
   Voilier Monténégro ....................................................................................................... 6.200  
   Trois-mâts-goélette Saint-Joseph ................................................................................... 2.400  
   Vapeur Garonne II ....................................................................................................... 2.500  
   Vapeur Draa ................................................................................................................. 4.800  
   Quatre-mâts Nord ......................................................................................................... 4.000
   Vapeur Radium ............................................................................................................. 3.100
                                                                                                                                         _______  
                                                                                                                                           
                                                                                                                                            24.400  
   Paquebot Savoie (supplément).............................................................................................. 50  
                                                                                                                                         _______
                                                                                                                                            24.450
 
                                                                                                                                   
[...]
 
                                                                                                                Un transatlantique attaqué      
 
   Le vapeur Garonne II, de la Compagnie générale transatlantique, ayant aperçu un périscope, signalé à temps par sa vigie, parvint à échapper à l’ennemi grâce au sang-froid de chacun, à l’excellente manœuvre du capitaine et à l’efficacité du tir, qui empêcha le sous-marin d’émerger. Le capitaine au long cours Jean Simon, commandant, le second capitaine Yves Le Coz, le chef mécanicien Yves Minier, le matelot Louis Geffroy et le navire ont reçu un témoignage officiel de satisfaction du ministre de la marine.
[...] »


Message édité par Rutilius le 29-10-2014 à 10:04:37

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°43911
olivier 12
Posté le 27-01-2016 à 09:15:30  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Attaque par un sous-marin le 19 Mai 1917
 
GARONNE II Vapeur français de 2610 tx. Compagnie Générale Transatlantique. Réquisitionné. Effectue une traversée Salonique – Toulon.  
Capitaine LOZE Henri. Le Havre  370 LV auxiliaire
Equipage 35 hommes + 2 postiers.  Tous français
Armé d’un canon de 95 mm  de côte, matricule 2393
Servants :
LE BIVIC Emile  QM canonnier  6750 Lannion
BIANNIC François  Canonnier breveté  104510.2
LE HALLAIS François Canonnier breveté 98121.2
 
Transporte 500 sacs de dépêches
 
Le 19 Mai à 08h30, GARONNE II se trouve par 42°37 N et 05°50 E (nota : à 23 milles au Sud du cap Sicié) faisant route au Nord à 10 nœuds.
Beau temps, mer belle, petite brise de SE, visibilité 5 milles.
 
Une torpille est aperçue par le capitaine, qui était à la passerelle, émergeant à 600 m par le travers tribord, à l’Est. Elle est de couleur rouge et navigue en surface à très grande vitesse. Le capitaine vient immédiatement sur la droite et donne l’ordre à la machine d’augmenter la vitesse. Il fait mettre aux postes de combat et donne l’ordre d’ouvrir le feu sur le point d’émersion de la torpille avec une hausse de 800 m.
 
La torpille passe à 2 m sur l’arrière du gouvernail, puis est perdue de vue. On tire une première fois 5 coups en 6 minutes, puis une seconde fois, quinze minutes plus tard, 3 coups en 5 minutes. 1er coup trop long. On rectifie la hausse et les coups suivants sont dans le voisinage du point d’émersion. La 2e série de coups a été tirée sur un fort remous aperçu à 1 mille à deux quarts sur l’arrière du travers. Mais on n’a vu ni périscope, ni sous-marin.
 
Le capitaine a gouverné pendant 15 minutes au N45W.
 
Enquête menée par le CF BIHEL, commandant.
 
Proposition de récompense
 
LE 19 Mai 1917, le vapeur GARONNE II, Compagnie Générale Transatlantique, attaqué à la torpille par un sous-marin, a tiré quelques coups de canon sans l’atteindre, mais le capitaine a su manœuvrer pour éviter la torpille. J’ai l’honneur de proposer au Ministre d’accorder un témoignage officiel de satisfaction au Lieutenant de Vaisseau auxiliaire LOZE Henri Adrien, immatriculé au Havre n° 370 :
 
« Pour l’habileté manœuvrière dont il a fait preuve lors de l’attaque de son bâtiment à la torpille le 19 Mai 1917. »
Signé Du VIGNAUD
Approuvé. Signé LACAZE
 
Le sous-marin attaquant
 
N’est pas identifié.
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 27-01-2016 à 09:16:16

---------------
olivier
n°46324
olivier 12
Posté le 20-03-2017 à 08:29:37  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Attaque par un sous-marin le 28 Février 1918
 
Navire de 2748 tx armé d’un canon de 90 mm à l’avant et d’un canon de 95 mm à l’arrière
Traversée Cardiff – Bordeaux via Brest et La Pallice avec un chargement de charbon
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/922/fufDrN.jpg
 
Rapport du capitaine
 
Quitté Cardiff le 27 Février à 19h00 et fait route sur ma destination en suivant la terre comme le prescrivaient les ordres de l’Amirauté britannique. Grosse brise d’WNW et mer assez dure.
A 22h10 par le travers de Foreland à 2,5 milles. Le 28 Février à 00h04, relevé le feu de Bull Point par le travers à 3 milles ayant été rejeté au large par les manœuvres sur tribord nécessitées par la rencontre de plusieurs vapeurs. Vitesse moyenne 10 nœuds. Jusant favorable. A 02h27 par le travers de Hartland Point à 0,8 mille. A 08h25, relevé le feu de Trevose Head par le travers à 2 milles. Temps de plus en plus mauvais. Vent de NW force 8, grains de neige et de grêle, vue limitée à ½ mille dans les grains.
 
A 10h27, à 9 milles dans le N20E de Saint Yves, à environ 5 milles de terre, l’homme de vigie signale un périscope à 800 m à 2 quarts sur l’avant du travers, notre route étant au S45W. Le périscope disparaît presque aussitôt.
Venu à gauche toute et appelé aux postes de combat. Hissé signal B et boule noire pour prévenir du danger les vapeurs en vue. Commencé à zigzaguer brutalement en maintenant le gisement probable de l’ennemi dans le champ de tir de mes deux pièces.  
 
A 10h32, le périscope reparaît à 2 quarts sur l’arrière du travers et la pièce de 90 mm avant ouvre le feu et tire deux obus bons en direction. Le périscope disparaît.
A 10h34, il reparaît à 4 quarts sur l’arrière du travers. La pièce de 90 avant envoie un autre obus avec hausse de 2000 m. Coup un peu court, mais bon en direction. L’ennemi disparaît et n’est plus revu, ayant renoncé sans doute à continuer l’attaque dans des conditions trop défavorables. La machine, qui donnait 65 tours correspondant à une vitesse de 9,5 nœuds arrive à monter à 79 tours correspondant à 11,5 nœuds.
 
Continué à zigzaguer jusqu’à midi en me rapprochant de terre puis repris une route rectiligne, les coups de mer au moment des embardées brusques devenant dangereux et l’ennemi aperçu ne paraissant plus à craindre.
Le temps devenait de plus en plus mauvais et à 12H15 l’embarcation de tribord est enlevée et son bossoir arraché.
L’état du temps a obligé ce sous-marin à attaquer à une immersion très faible. Son tube-guide de périscope était visible ce qui a permis de le suivre malgré la mer très dure.
 
J’ai le plaisir de vous signaler la conduite de l’équipage de GARONNE qui a permis par sa discipline et son sang froid de déjouer une attaque dangereuse étant donné la petite distance où l’ennemi a été découvert. Je me permets d’attirer particulièrement votre attention sur :
 
- Le matelot GEFFROY en vigie haute, où sa surveillance particulièrement pénible en raison du froid qu’il faisait a permis le déroulement des mesures de défense prises.
- Le 2e capitaine LE COZ, directeur de tir, qui a montré le plus grand sang froid et, par la rapidité d l’ouverture du feu à chaque apparition de l’ennemi, a obligé celui-ci à abandonner l’attaque.
- Le chef mécanicien MINIER qui a apporté le concours le plus efficace au salut du navire en obtenant une vitesse anormale pour GARONNE, résultat dû à son sang froid et à l’ascendant qu’il a su prendre sur ses hommes dans des circonstances critiques.
 
Rapport de la commission d’enquête
 
Il reprend tous les éléments du rapport du capitaine et conclut :
 
Tout le monde a fait son devoir. La conduite de l’équipage ne suggère aucune observation.
 
Récompenses
 
Témoignage Officiel de Satisfaction du Ministre
 
SIMON Jean Capitaine  CLC  Enseigne de Vaisseau de Réserve
 
Pour les qualités manœuvrières et le sang froid qui lui ont permis d’échapper à une attaque de sous-marin
 
LE COZ Yves  2e capitaine
 
Pour les qualités de Directeur de tir dont il a fait preuve en empêchant un sous-marin d’émerger
 
MINIER Yves Chef mécanicien
 
Pour le sang froid et l’autorité dont il a fait preuve et qui lui ont permis d’obtenir le rendement maximum de sa machine lors d’une rencontre de sous-marin.
 
GEFFROY Louis  Matelot
 
Pour sa vigilance grâce à laquelle a pu être évitée une attaque de son navire par un sous-marin. (Prime de 500 francs)
 
Vapeur GARONNE
 
Pour le sang froid et la discipline dont chacun a fait preuve à bord lors d’une rencontre de sous-marin le 28 Février 1918.
 
Le sous-marin aperçu
 
N’est pas identifié.
On pourrait toutefois penser, sans certitude, à l’UC 56 de l’Oblt Wilhelm KIESEWETTER  
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 20-03-2017 à 08:39:08

---------------
olivier

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  LA GARONNE - Compagnie Générale Transatlantique