FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  LE TARN - Compagnie Générale Transatlantique

 

Forum Pages d'Histoire : rugby-pioneers Forum Pages d'Histoire : artillerie : Yv' La Grande Guerre en photos : montech, Faure, 2 utilisateurs anonymes et 68 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

LE TARN - Compagnie Générale Transatlantique

n°18045
Ar Brav
Posté le 23-06-2009 à 06:18:51  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
LE TARN Cargo de la Compagnie Générale Transatlantique (1890-1917)
 
Coulé le 26 Octobre 1917 par l'U-64 de Robert Moraht dans l'Est d'Oran par 36°15N et 000°03W
 
http://uboat.net/wwi/ships_hit/3537.html
 
La fiche Miramar :
 
IDNo:  5609322  
Year:  1889
Name:  LE TARN  
Type:  Cargo ship  
Date of completion:  12.1889
Flag:  FRA  
Tons:  1678  
Yard No:  297
LPP:  87.5  
Beam:  10.8  
Country of build:  BEL
Builder:  Cockerill
Location of yard:  Hoboken
Number of
screws/Mchy/
Speed(kn):  1T-12  
Owner as Completed:  Cie Générale Transatlantique, St Nazaire
End:  1917
 
Disposal Data:
 
sm/t 10nm NW Cape Ivi 26.10.1917
 
http://www.miramarshipindex.org.nz/ship/show/365512
 
Cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°18046
Ar Brav
Posté le 23-06-2009 à 06:19:43  profilanswer
 

Re,
 
Voir également :
 
http://www.frenchlines.com/ship_fr_286.php
 
Cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°18054
Ar Brav
Posté le 23-06-2009 à 07:36:39  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
LE TARN
 
Compagnie Générale Transatlantique
1889
Soc. John Cockerill
1 658 tons
275,6 x 35,4 x 23,1
217 n.h.p.
Triple-expansion engines.
The French steamship Le Tarn was torpedoed and sunk by a submarine in the Mediterranean on October 26th, 1917.
 
Cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°28016
Ladislav
Posté le 27-10-2010 à 14:40:49  profilanswer
 

You know her route and cargo?
 
 
 Ladislav

n°29070
olivier 12
Posté le 24-12-2010 à 15:47:02  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Voici quelques précisions sur ce naufrage.
 
LE TARN
 
http://img269.imageshack.us/img269/4488/letarnequipage.jpg
 
Rapport du capitaine
 
LE TARN quitte Cette le 23 Octobre 1917 à 17h15 pour Mostaganem avec 2146 futs vides.
Temps à grains, jolie brise, mer houleuse.
Navigue dans les eaux espagnoles le 24 puis, à 18h00, fait route sur Mostaganem à 10,5 nds. Aperçu le feu du cap Ivi le 26 Octobre à 03h30.
 
A 05h05, par 36°11 N et 00°07 W, ressenti une violente secousse à bâbord arrière, suivie d'une explosion.
La machine s'arrête instantanément et le navire prend peu à peu 20° de gite. L'arrière s'enfonce jusqu'à la lisse. Il fait nuit noire. Le TSF tente d'envoyer un signal de détresse, mais l'appareil et les accumulateurs ont été détruits par la secousse. La gite s'accentue et les panneaux de la cale arrière sont soulevés par les barriques vides poussées par l'eau.
 
Décidé l'évacuation. Le canot bâbord ayant été détruit, elle s'effectue avec les deux embarcations tribord et le youyou. Mise à l'eau en ordre et avec discipline. Attitude des officiers et de l'équipage très énergique. Jeté à la mer les papiers confidentiels dans un sac lesté. Quitté le bord le dernier après avoir effectué une ronde. Le lieutenant Pelle, qui pensait que le télégraphiste avait été tué ou blessé, s'est rendu à deux reprises à la cabine TSF.
 
Une masse noire émerge et s'approche de l'embarcation n°3, commandée par le 2e capitaine. Celui-ci lui fait remarquer que s'il approche plus près, il va la faire couler. Le sous-marin vire aussitôt à droite toute, évoluant sur place à grande vitesse comme une toupie, et se dirige vers le youyou. Il le fait accoster sur son flanc bâbord. Le commandant, qui parle un bon français interroge :
 
Q. - English ou Français
R. - Français
Q. - Le capitaine est-il dans votre canot?
R. - Non
Q. - Où est-il?
R. - Nous ne savons pas.
Q. - Qui est dans le canot?
R. - Chauffeurs et matelots
    - Que le plus ancien monte à bord.
 
C'est le chauffeur Sau Pedro qui monte à bord du sous-marin.
 
Q. - Quel est le nom du bâtiment
R. - TARN
 
Le commandant feuillette alors un registre du Lloyd Register et note les caractéristiques.
 
Q. - Avez-vous envoyé un appel de détresse?
R. - Non
Q. - Si on ne vient pas vous chercher, je peux vous remorquer jusqu'à la côte. Avez-vous eu des tués ?
R. - Je ne crois pas.
Q. - Et  des blessés?
R. - Je ne sais pas.
    - Je pose cette question car je pourrais les panser à bord.
 
« Le commandant insiste afin de produire une impression humanitaire » note dans son rapport l'officier enquêteur qui interroge le capitaine Corno.
 
L'Allemand continue :  
 
- N'aie pas peur. C'est à cause du froid que tu trembles? Viens te réconforter à la cuisine.
 
Et il conduit Sau Pedro à l'intérieur du sous-marin. Le cuisinier offre au chauffeur une tasse de café chaud, mais celui-ci hésite à le boire.
 
- N'aie pas peur d'être empoisonné !
 
Et le commandant absorbe alors un verre de ce café pour lui donner confiance. Sau Pedro boit finalement sa tasse. Puis le commandant lui montre sa cabine et le ramène sur le pont.
Deux officiers mariniers sont parés sur le pont avec deux bombes en forme d'obus d'environ 5 kg, munies de cordon Bickford de 50 cm. Mais, voyant le youyou surchargé, le commandant abandonne cette idée et décide de couler LE TARN au canon.
 
- Eloignez-vous vers le large pour ne pas être atteints par le tir, puis allez repêcher vos camarades qui sont là-bas, accrochés à une épave.
Il prenait pour une épave l'embarcation n° 1 qui était endommagée et se trouvait à fleur d'eau.
 
Le sous-marin se met en position et tire une dizaine de coups. C'est alors que le VALEUREUX paraît à l'horizon. Aussitôt, le sous-marin fait route à l'est et plonge.
LE TARN a coulé vers 07h00 et l'équipage a été recueilli à 07h10 et débarqué à Oran à 14h00.
 
Ayant fait l'appel, il a été constaté la disparition du soutier sénégalais X..... qui était de service à la machine. Il a sans doute été asphyxié par la vapeur. Le 3e mécanicien Place a été légèrement blessé au front par un objet tranchant.

Description du sous-marin

 
80 m de long et 5 de large.
Etrave surélevée et arrondi à l'arrière. Gardes sous-marines pour les hélices.
Canon fixe d'au moins 100 mm à l'AV et peut-être canon à éclipse sur l'AR, mais les témoignages divergent sur ce point.
Garde en filin allant de l'avant à l'arrière et passant au dessus du blockhaus.
Un seul périscope, identique à celui de l'UC 52.
Hautes qualités manoeuvrières. Tourne rapidement sur place, grande vitesse et plonge très rapidement.
L'avion qui a par la suite lancé des bombes sur ce sous-marin l'a vu peint en noir à l'avant, et en gris ensuite, avec taches blanches sur le kiosque.
 
http://img585.imageshack.us/img585/4375/u64letarn.jpg
 
Vu 5 officiers ou officiers mariniers et 12 hommes d'équipage.
Commandant grand (1,80 m), blond, mince et vêtu de drap bleu. Porte trois galons d'or . Casquette à galons avec petite visière.
Ce commandant parle très convenablement le français, mais avec un fort accent allemand.

Conclusions de la commission d'enquête

 
Vu les circonstances, le capitaine ne pouvait faire autre chose qu'évacuer son bâtiment. Le 3e mécanicien, Hubert Place, avait déjà été torpillé en 1915 sur le CARTHAGE. Il a trouvé l'explosion incomparablement plus faible en ce qui concerne LE TARN et pense que les Allemands utilisent maintenant contre les cargos du commerce des petites torpilles plus économiques, tirées à  très courte distance.
A noter que toute l'affaire a été suivie à la lunette télescopique par le Maréchal des Logis Josner, commandant la section d'artillerie du cap Ivi. Il signale que pendant la canonnade, 4 chalutiers, qui se trouvaient à environ 12 kilomètres du cargo attaqué n'ont pas bronché, pas changé de route et ont continué leur pêche.
Ni sanctions, ni récompenses.
 
Le sous-marin attaquant
 
C'était donc l'U 64 du KL Robert MORATH.
 
Il avait déjà couler le DANTON (on peut lire le récit du torpillage à la fiche de ce navire) et l'AMIRAL DE KERSAINT, des Chargeurs Réunis.
U 64 sera coulé le 17 Juin 1918 par l'HMS LYCHNIS. Il disparaîtra avec 38 hommes et il y aura 5 survivants, dont le commandant Morath.
 
Celui-ci avait obtenu la Croix « Pour le Mérite » le 12 Novembre 1917, soit 12 jours seulement avant sa rencontre avec LE TARN.
En 1942, il sera promu Capitaine de Frégate. Il est décédé à Hambourg le 22 Août 1956.
 
Les renseignements donnés sur lui par les hommes du vapeur sont particulièrement intéressants et nous éclairent un peu sur son caractère.
 
Voici sa photo (source uboat.net)
 
http://img810.imageshack.us/img810/1677/morath.jpg
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 04-11-2013 à 13:25:59

---------------
olivier
n°29074
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 25-12-2010 à 00:05:52  profilanswer
 

Bonjour à tous
 
Robert Morath est en effet un Commandant dont l'attitude chevaleresque a été maintes fois relevée par ceux qui ont croisé le mauvais côté de sa route.
Sa biographie sur Histomar à :
 
http://www.histomar.net/GSM/htm/morath.htm
 
cdlt
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°38445
olivier 12
Posté le 04-11-2013 à 14:29:30  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Voici le fascicule d'inscrit maritime du 2e capitaine Pierre Thomas (ancien pilotin sur JEANNE CORDONNIER et novice sur EMMA LAURANS)
 
http://imageshack.us/a/img46/835/qxdz.jpg
 
http://imageshack.us/a/img34/5396/uzav.jpg
 
http://imageshack.us/a/img844/8269/1l5b.jpg
 
Le voici lieutenant sur CARTHAGE en Mai 1913 (à gauche)
 
http://imageshack.us/a/img29/6229/o4zk.jpg
 
 
On note que Pierre Thomas, qui prit le commandement de l'embarcation n°3, navigua par la suite sur VILLE De MADRID et VILLE D'ORAN.
Selon son petit-fils, il savait raconter avec beaucoup d'émotion et d'ambiance le torpillage du vapeur LE TARN et les sentiments des hommes au moment du naufrage.  
Il n'a jamais su qui l'avait coulé et qui était Robert Morath.
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 04-11-2013 à 14:32:42

---------------
olivier
n°38447
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 04-11-2013 à 16:56:42  profilanswer
 


   Bonsoir à tous,
 
 
    Lors de sa perte, le cargo Le Tarn était commandé par Maurice CORNO, capitaine au long-cours, inscrit à Marseille, n° 1.054.
 
   A la fin de l’année 1920, il commandait le paquebot Oudjda, ex-Ville-de-Naples, appartenant également à la flotte de la Compagnie générale transatlantique.


Message édité par Rutilius le 04-11-2013 à 16:57:00

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  LE TARN - Compagnie Générale Transatlantique