FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  VILLE D'ORAN - Compagnie Générale Transatlantique

 

Il y a 65 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

VILLE D'ORAN - Compagnie Générale Transatlantique

n°19873
Terraillon​ Marc
Posté le 22-08-2009 à 15:04:47  profilanswer
 

Bonjour
 
Une image du VILLE D'ORAN de la CGT
 
http://www.navires-14-18.com/photos/V/VILLE_D_ORAN_CGT_1w.jpg
 
Le navire a l'indice (1) dans la base de données
 
A bientot  :hello:


Message édité par Terraillon Marc le 10-01-2010 à 00:10:14

---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°21873
Ar Brav
Posté le 10-11-2009 à 07:38:29  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
VILLE D'ORAN - Paquebot mixte de la Compagnie Générale Transatlantique (1880-1921)
 
IDNo:  5609227  
Year:  1880
Name:  VILLE D'ORAN  
Type:  Passenger/cargo
Launch Date:  10.04.1880
Date of completion:  06.1880
Flag:  FRA    
Tons:  1910  
Yard No:  123
LPP:  94.4  Country of build:  GBR
Beam:  10.2  
Country of build:  GBR
Builder:  Wigham Richardson
Material of build:  I  
Location of yard:  Low Walker
Number of
screws/Mchy/
Speed(kn):  1C-  
End:  1922
 
History:
 
1880 : VILLE D'ORAN (CGT)
 
Disposal Data:
 
BU 05.1922
 
http://www.miramarshipindex.org.nz/ship/show/237765
 
Cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 10-11-2009 à 07:41:28

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°21874
Ar Brav
Posté le 10-11-2009 à 07:41:16  profilanswer
 

Re,
 
Un lien vers le paquebot VILLE D'ORAN de la Compagnie Générale Transatlantique, 1880 - 1921 :
 
http://www.frenchlines.com/ship_fr_495.php
 
Cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°23475
Terraillon​ Marc
Posté le 10-01-2010 à 00:21:26  profilanswer
 

Bonsoir
 
Extrait du journal de bord de la Vedette V14
SHDMV__MV_SS_Y_616__0857__T
 
"...
12 mars 1917 : Bône – escorte du paquebot Ville d’Oran.
...""

 
A bientot  :hello:


Message édité par Terraillon Marc le 10-01-2010 à 00:21:42

---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°36832
marpie
Posté le 30-03-2013 à 14:47:56  profilanswer
 

Bonjour à tous ,
 
Extrait du JO du 25 janvier 1917 :
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6916/VILLEDORANJO25011917.jpg
 
Bien amicalement
Marpie

n°39786
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 06-05-2014 à 00:42:09  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
   Les récompenses pour actes de courage et de dévouement qui précèdent furent conférées à la suite du naufrage du cargo Ville-d’Oran, de la société d’armement Scotto, Ambrosino, Pugliese & Cie, d’Oran.
 
   —> http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] 3977_1.htm
 
   Le paquebot mixte Ville-d’Oran, de la Compagnie générale transatlantique, a, quant à lui, terminé sa carrière en 1921, non pas au fond de l’eau, mais sous le chalumeau des démolisseurs...


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°45245
olivier 12
Posté le 04-10-2016 à 08:37:35  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
VILLE D’ORAN
 
Rencontre avec un sous-marin le 2 Décembre 1916 devant Bastia.  

Rapport d’enquête

 
Paquebot postal de Marseille. 1881 tx JB. Compagnie Générale Transatlantique. Parti de Bône le 1er Décembre 1916 pour Marseille.
Capitaine : LASPEYRES Joseph  CLC  Agde 248
Equipage 59 hommes dont 5 Anglais, 2 Suisses et 1 Russe.  
Passagers : 172 militaires et 8 civils, tous Français. Attitude satisfaisante.
 
Armement : 1 canon de 47 mm modèle 1898, guerre. Hausse prolongée à 7000 m. Installé dans l’axe sur le gaillard.
1 canon 75 mm lourd modèle 1898, n° 3539, sur plateforme horizontale, hausse 5400 m installé dans l’axe à l’arrière.
 
Le 2 Décembre à14h30, à 5 milles dans le SE de Bastia, le capitaine, présent sur la passerelle, aperçoit un objet flottant suspect à 3 milles environ dans le NE. Cet objet disparaît à 14h45, puis reparaît à 15h20 à 20° sur l’arrière du travers tribord. VILLE D’ORAN faisait route au Nord à 5 nœuds. Monté à vitesse maximum 13 nœuds et mis aux postes de combat.
 
Temps couvert et orageux, petite brise d’Est, petite houle, horizon clair.
Fait signal d’alerte. Gênes et un patrouilleur répondent.
 
BISKRA, à 1 mille dans le NE et FELIX TOUACHE à 1,5 mille dans le Sud font tous deux route au Nord. FELIX TOUACHE ouvre le feu à 15h28, passe à droite et prend la tête de la ligne. Il tire 3 coups de canon. BISKRA ouvre le feu à 15h33. VILLE D’ORAN ouvre le feu aussitôt après avec hausse à 4500 m et tire 5 coups à 4 minutes d’intervalle. Gerbe très noire au 4e coup.
 
Déposition du capitaine de Frégate WOLF, passager sur BISKRA
 
(Nota : nous avons déjà rencontré ce capitaine de Frégate, affecté à Bizerte, à propos de plusieurs navires, et notamment du SAINT SIMON)
 
Le paquebot postal BISKRA, allant de Bizerte à Marseille, remontait la côte Est de Corse le Samedi matin 2 Décembre à 10h30 par le travers d’Aléria. Il a reçu du chalutier ALGOL l’ordre suivant : «  Ne pas dépasser le parallèle de Bastia avant la nuit. Faites transmettre l’ordre à tous les bâtiments venant du Sud. »
BISKRA a diminué de vitesse et arrêté FELIX TOUACHE et VILLE D’ORAN. Le groupe des 3 bâtiments marchait à petite vitesse en face de Bastia Lorsque VILLE D’ORAN a ouvert le feu. Regardant dans la direction où tombaient ses projectiles, on a vu quelque chose à la surface de l’eau à environ 2500 m et les 3 bâtiments se sont mis à tirer.
 
Très rapidement, il m’a été possible de m’assurer à la jumelle que ce quelque chose n’avait aucun rapport avec un sous-marin. J’ai assez vu de kiosques de sous-marins en temps de paix pour ne pas prendre une épave pour un kiosque. La caractéristique d’un sous-marin qui émerge est de donner l’aspect d’un brisant. Or là, rien de semblable. On ne voyait qu’une masse noire de très peu de hauteur au  dessus de l’eau, et qui disparaissait à chaque lame. Cette masse noire était très allongée et il n’y avait aucun sillage, ni d’un côté, ni de l’autre. Enfin, pas la moindre apparence de périscope. Cette masse noire est restée visible très longtemps, même après que les canons aient cessé de tirer.
 
En un mot, j’affirme de la façon a plus absolue que ce que nous avons canonné n’était qu’une épave. Cela ne fait aucun doute pour moi.
 
D’après ce que m’a dit le commandant de BISKRA, celui de VILLE D’ORAN a envoyé le signal d’alerte. Il est donc intéressant de mettre les choses au point.

Conclusions de l’officier enquêteur

 
Des termes formels de la déposition du CF Wolf et de l’impression laissée par l’interrogatoire du capitaine de VILLE D’ORAN, il ressort nettement que l’objet flottant suspect sur lequel il a tiré à l’imitation de FELIX TOUACHE et de BISKRA devait être soit une épave, soit un souffleur mort allant à la dérive.
 
Cette fausse alerte ne saurait être reprochée au capitaine de VILLE D’ORAN. Mieux vaut cent fois une fausse alerte qu’une veille inattentive, surtout de la part d’un bâtiment qui venait d’être prévenu par l’intermédiaire du BISKRA d’avoir à se tenir sur ses gardes.
On peut seulement trouver que le capitaine de VILLE D’ORAN a laissé trop libre cours à son imagination en affirmant dans son rapport et dans son interrogatoire qu’il était en présence d’un sous-marin. Son collègue du BISKRA, et surtout celui du FELIX TOUACHE ont été plus calmes et plus circonspects.
Par contre, en lançant le signal d’alerte, le capitaine de VILLE D’ORAN a fait preuve, dans les circonstances où il se trouvait, d’une hâte tout à fait inconsidérée.
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 04-11-2017 à 11:11:09

---------------
olivier
n°47565
olivier 12
Posté le 12-11-2017 à 08:23:08  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
VILLE D'ORAN
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/923/skqM2U.jpg
 
Rencontre avec un sous-marin le 16 Août 1916
 
Rapport du capitaine au CA commandant Marine Marseille
 
J’ai rencontré à 12h20 le 16 Août un sous-marin qui a émergé à 1,5 mille sur l’avant tribord d’un transport de troupe anglais. Il a évolué rapidement sur tribord puis a fait des routes en lacets, d’abord suivi, puis précédé d’un contre torpilleur anglais qui le convoyait.
Poursuivis nous-mêmes par ce sous-marin, d’abord en surface, puis en plongée, nous avons repris la direction de Bône en faisant des routes en lacets et avons envoyé des signaux d’appel. Mes signaux ayant été entendus, le contre-torpilleur RAPIERE m’a dit de faire route au Nord à toute allure.
A 12h55, le sous-marin a disparu. Continué route au Nord et, à 14h45 croisé RAPIERE qui faisait route au Sud à petite vitesse. Vers 16h00, avons entendu des coups de canon dans le Sud. Continué ma route sans incident.
 
Rapport de l’officier enquêteur
 
Traversée Bougie – Marseille.
Capitaine COUVIN François. CLC  Marseille 540
Paquebot armé d’un canon de 47 mm matricule 1885
Canonniers :  
-  QM fusilier SAMARNI Pierre  Bastia 4216
- Canonnier auxiliaire LE ROHELLEC Charles  Auray 6273
- Matelot canonnier PAOLI Antoine  42130.5
Equipage 56 hommes + 1 femme de chambre
Passagers 42 tous civils, dont 1 femme Très bonne attitude
 
Le sous-marin a été aperçu le 16 Août à midi vingt par 37°20 N et 08°26 E (nota : au NW de l’écueil des Sorelles au large de La Galite)
VILLE D’ORAN faisait route à 11,5 nœuds sans zigzaguer. Beau temps calme. Horizon brumeux. Le sous-marin a émerger sur l’avant d’un transport anglais à 1 mille et à 5 quarts sur bâbord. VILLE D’ORAN a alors zigzagué de 20° de chaque bord de la route au Nord. Le sous-marin est resté deux minutes en surface, puis a plongé. Il a émergé de nouveau 10 minutes plus tard à 1 mille et 4 quarts sur l’arrière di travers tribord. Il avait cap au Nord comme VILLE D’ORAN. Le paquebot est alors venu sur la gauche pour présenter l’arrière au sous-marin, machine à toute vitesse. Mais le sous-marin a plongé à nouveau dès le début de l’évolution et a continué la chasse en plongée sans que l’on puisse voir autre chose que son remous. Il marchait 10 nœuds en plongée.
A midi 55, perdant de vue le remous, le paquebot est revenu au Nord sur un signal de RAPIERE.
 
Quand il a émergé pour la première fois, le transport anglais et son convoyeur étaient à 1,5 mille de lui et faisaient route vers l’Est à 13 ou 14 nœuds. Le sous-marin a émergé à 250 m sur l’avant tribord du transport et celui-ci est venu sur tribord, tout en gardant le sous-marin par tribord. Il s’est placé sur l’arrière du convoyeur qui était à l’origine à 800 m derrière lui. Cette manœuvre du transport a empêché le convoyeur d’ouvrir le feu avant que le sous-marin ne plonge. Le transport était chargé de troupe et les deux navires ont continué leur route.
 
VILLE D’ORAN n’a fait aucun signal de détresse. Il possède la TSF et a fait le signal réglementaire. RAPIERE lui a répondu de continuer sa route. Un quart d’heure après, VILLE D’ORAN a signalé que le sous-marin avait plongé et cessé la poursuite.
 
A 14h25, VILLE D’ORAN a croisé RAPIERE qui faisait alors route au Sud. Entre 15h45 et 15h00, des coups de canon ont été entendus dans le Sud.
 
Description du sous-marin
 
Dimensions n’ont pu être appréciées. Le sous-marin  n’a monté que son blockhaus et son avant.
Sans doute deux objets lumineux sur l’avant et l’arrière du blockhaus. Impossible d’affirmer qu’il s’agissait des canons.
Pas distingué le périscope
Couleur se confondant avec la mer.  
 
Voici la silhouette approximative
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/923/gJkMQq.jpg
 
Conclusion de l’officier enquêteur
 
Le capitaine de VILLE D’ORAN a manœuvré correctement suivant les instructions reçues. Il a fait preuve d’intelligence et de sang froid.
 
Le sous-marin aperçu
 
N’est pas identifié, mais pourrait bien être l’U 35 du Kptlt Lothar von ARNAULD de la PERIERE
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 12-11-2017 à 08:26:06

---------------
olivier
n°47577
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 13-11-2017 à 18:14:25  profilanswer
 

Bonsoir Olivier, bonsoir à tous
Malheureusement non ce n'est pas U 35. Effectivement il était à la mer ce jour là mais à cette date on ne relève sur son KTB que l'envoi par le fond au canon du 3-mâts barque italien Madre en début d'après midi. Position 38.42N 11.23E. Bien loin du Ville d'Oran.
Amts


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°47593
Gastolli
Posté le 15-11-2017 à 20:43:46  profilanswer
 

Bonsoir,
 
and, U 35 was the only submarine at sea on that day in that general area. U 38 and UB 47 far to the East of Malta ...
 
So, it's an faulty observation or it might have been an allied submarine on transit ... ?
 
Oliver


Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  VILLE D'ORAN - Compagnie Générale Transatlantique