28 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2
Page Suivante
Auteur Sujet :

SEQUANA ― Paquebot — Compagnie de navigation Sud-Atlantique, Bordeaux.

n°37129
marpie
Posté le 20-04-2013 à 17:02:41  profilanswer
 

Reprise du message précédent :
Bonjour à tous ,

 

Extrait du JO du 16 juillet 1917 (p 5520) :

 

http://images.mesdiscussions.net/p [...] QUANA1.jpg

 

A suivre ...


Message édité par marpie le 20-04-2013 à 17:05:51
n°37130
marpie
Posté le 20-04-2013 à 17:04:09  profilanswer
 

http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6916/SEQUANA2.jpg
 
 
Bien amicalement
Marpie

n°38078
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 14-09-2013 à 11:41:59  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
 
   ■ Le dernier commandant du paquebot Sequana.
   
 
   — PRUDENTI Ernest Antoine Hippolyte, né le ... à ... (...) et décédé le ... à ... (...). Capitaine au long-cours, inscrit à La Ciotat, n° 76 ; lieutenant de vaisseau auxiliaire. En 1919, second à bord du paquebot Malte, de la Compagnie maritime des chargeurs réunis.
 
 
    Cité en ces termes à l’ordre de l’armée (J.O., 16 juill. 1917, p. 5.520) :
 
 
                                         http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/SEQUANA%20-%20Citation%20-%20Prudenti%20-%20J.O.%2016-VII-1917..jpg
 
 
    Par décret du Président de la République en date du 3 mai 1919 (J.O., 7 mai 1919, p. 4.718), nommé en ces termes au grade de chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’honneur :
 
 
                                          http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/SEQUANA%20-%20L.O.%20-%20Prudenti%20-%20J.O.%207-V-1918..jpg


Message édité par Rutilius le 28-09-2014 à 23:01:53

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°39857
Candide
Posté le 13-05-2014 à 11:40:52  profilanswer
 

Bonjour à tous et merci beaucoup pour vos brillantes interventions et perspicacités !  :)  
 
Nouveau venu, je remonte ce fil car je viens de retrouver quelques infos dans les archives de la Marine à Brest sur un grand-oncle vivant en Argentine, et dont j’essaye de retracer les errances et  parcours dans la marine. Voilà en quelques mots car je suis bredouille et en cale sèche !  
 
Né en 1889, il s’était engagé volontaire à l’âge de 18 ans en 1907 pour 5 ans, au 2ème dépôt des équipages de la Flotte à Brest, comme apprenti marin, mais a été porté déserteur en décembre 1909. Il a rejoint l’Argentine où il s’est marié et a eu quatre filles.
 
Engagé comme volontaire durant la première guerre mondiale, il a embarqué d’après les indications fournies par le Consulat français à Buenos-Aires le 27 avril 1917 sur le Sequana (— peut-être en faisant escale pour quelques jours via Dakar ou directement vers son port d’attache à Bordeaux —). Mais il ne s’est présenté que le 27 juin 1917 au 2ème dépôt à Brest, où il a retrouvé son statut d’apprenti marin. Passage en Conseil de guerre dont il a écopé d’une peine relativement clémente d’un an de prison pour « désertion en temps de paix ». Peine commuée en service militaire, direction le 58e R.I. à Avignon puis le front de l’Armée d’Orient, d’où il reviendra en mars 1919 pour rejoindre sa famille et son travail en Argentine.
 
D’après les mouvements présumés des navires de la Compagnie de navigation Sud-Atlantique en 1913, les voyages transatlantiques ne se faisaient pas durant les mois d’hiver en 1913, mais seulement à partir de la mi-mai jusqu’à mi novembre. De Buenos-Aires en Argentine, les escales se faisaient à Montevideo en Uruguay, Rio-de-Janeiro au Brésil, Dakar au Sénégal, pour remonter vers Lisbonne au Portugal, puis Pauillac et Bordeaux en France :
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/15982/9.jpg
Au printemps 1917, un trajet normal : Buenos-Aires/Bordeaux en 20 jours, Bordeaux/Dakar en 7 jours, aurait dû ou pu se dérouler ainsi :

  • départ officiel de Buenos-Aires le 27 avril 1917,  
  • arrivée présumée à Bordeaux vers le 16 mai 1917 (?),
  • escale présumée et départ officiel à Dakar le 28 mai 1917, avec arrivée prévue à Bordeaux le 4 juin (et voyage qui aurait dû se faire en théorie vers Buenos-Aires au lieu de Bordeaux), le navire ayant coulé le 7 juin 1917 au large de l’île d’Yeu.

Deux mois de voyage de Buenos-Aires à Brest parait très long. Mais à l’évidence les carnets de routes commerciales, dates et parcours, étaient tenus secrets avant et durant les trajets pendant la guerre. Les navires avaient pris l’habitude de voyager en convoi et de nuit dans les zones à risque et pas forcément en ligne droite pour échapper aux champs de mines et meutes de sous-marins allemands en constante maraude.  
 
Se pourrait-il que mon grand-oncle ait été passager de l'avant dernier trajet Dakar/Bordeaux ou un des naufragés sur le dernier trajet, tout comme en coïncidence cet autre passager français cité venant aussi d’Argentine ?  
 
Existe-t-il :  

  • une liste de la ou des routes prises par le Sequana entre le 27 avril à Buenos-Aires et Dakar le 28 mai 1917,  


  • et éventuellement la liste complète des passagers ?


Message édité par Candide le 13-05-2014 à 16:04:40
n°40629
Candide
Posté le 28-09-2014 à 21:47:08  profilanswer
 

Suite aux recherches effectuées au SHD de Vincennes, mon grand oncle ne faisait pas parti du voyage du Sequana de Dakar à Bordeaux.  
D'après le journal de bord du croiseur-cuirassé Kléber consignant les entrées et sorties du port de Dakar, ce n’est que le vendredi 18 mai 1917, que le vapeur français Sequana est entré à la remorque du vapeur français Champlain. Retenu pour réparation de moteur pendant 10 jours, le Sequana n’est donc reparti que le 28 mai.
 
Mon ancêtre n’a pas dû attendre et prendre un autre navire civil ou, en tant que marin porté déserteur en 1909 à Buenos Aires, s’est plutôt présenté au commandement de la marine française à Dakar.  
Il a plus probablement voyagé en tant que voyageur de subsistance sur le Kléber, rapatrié à Brest le 16 juin 1917 et destiné à être désarmé (en v'là autre chose en temps de guerre !) et son équipage réaffecté sur d’autres navires. Il fut coulé lui aussi mais (décidément) par une mine allemande au petit matin du 27 juin 1917, en vue de Brest. Sur 568 hommes, 38 disparus, dont trois officiers parmi lesquels le commandant en second.
Les marins rescapés du Kléber ont débarqués à Brest et ont été conduits au deuxième dépôt des équipages de la flotte où l'on a procédé à un appel général (liste de l'équipage indisponible à ce jour).
 
Il est intéressant de noter qu’à l’époque, en pleine guerre sous-marine, les gens, jeunes vieux, en famille… prenait des risques à voyager outre-mer.  
De nombreuses errata d’écriture sont susceptibles de survenir dans les noms et prénoms dans la liste tapuscrite. Grosso-modo :
 
http://1.bp.blogspot.com/--qucCl1SCrk/VChh_xODjjI/AAAAAAAANso/sZxNUI26BpA/s400/Sequana1.jpg http://2.bp.blogspot.com/-G3N88mNSbfs/VChiBuMo4aI/AAAAAAAANs0/Ou_rKaPK1u0/s400/Sequana2.jpg http://4.bp.blogspot.com/-vXQMcaVz0Yc/VChiBPUthpI/AAAAAAAANsw/MbEHKBIPrg0/s400/Sequana3.jpg http://3.bp.blogspot.com/-lXmqwLqgsqk/VChiElE2toI/AAAAAAAANtA/vyxx5uvuH2c/s200/Sequana4.jpg
 
Liste de l’Equipage et de l’Etat-Major des survivants du "SEQUANA" ; sur 99, 93 sauvés.
 
      Nom & Prénoms              Grades
Commandant PRUDENTI
BERRETTI Jérôme                   Contrôleur Poste
ETIENNE Félix                         2nd Capitaine
BAUDON Octave                      1er Lieutenant      
SEVRAIN Jules                        2nd Lieutenant
BARREAU Albert                      Télégraphiste
ACHET Firmin                          Chef Mécanicien
PLACHOT Etienne                    1er Mécanicien
VOLTZENLOGEL Charles          2nd Mécanicien
CHEVRAUT Marius                   3ème Mécanicien
DELBURG Léonard                   Commissaire
DESIRAT Alexandre                 Docteur
                                 - PONT-

PICART Louis                           1er Maître
RABERE Charles                       Capitaine d’Armes
PEUVEN François                      2ème Maître
DANALIN Louis                         2ème Maître
DUMATIN François                   Charpentier
PINSART Théodule                   Matelot
ROPELIT Joseph                            "
LE CREN Pierre                              "
HENAF Auguste                             "
HENRI Alexandre                          "
RENE Paul                                      "
LINPALER Théophile                  Matelot
GANIS Leyss                                  "
GUNZUNGARD Germain                 "
GICQUEL Toussaint                        "
GUNZUNGARD Jean-Marie             "
GUILLOU Jean                                "
KERLOC Jean                                 "
L’HEVEDER Jean                            "
LE BARBU François                        "
BALESTRE Jean                              "
GUEILLAIN Albert                          "
CARNAC Charles                            "
DEBAYLE Henri                         Pilotin
GOURVILLE Jean                      Canonniers  Etat
BARIERE Jean                                "               "
THANAS Alexandre                        "               "        
                           - MACHINE -
TUCOULET Martin                     Chauffeur
ROUAULT Félix                               "
PANTALEON Jean                           "
COUVERT Jean                               "
CREACK Jean-Louis                        "
DORANZORO Joseph                      "
LARRERE Hector                             "
COY Pierre                                 Graisseur
OLANO Joseph                           Chauffeur portugais
JULIO Auguste                           Chauffeur  
ORGOGOZO Rémy                          "
KALMENTY Silva                         Soutier  
BAUDAGOU Sinoko                         "
DUBREUIL Jean                          Chauffeur
MAMADOU N’Diase                      Soutier
POUTRIC Alexis                              "
BOBA Philibert                             Chauffeur  
BARARY Siga                                  "
DEYDI Oro                                      "
AMADOU Cyni                                 "
SAMBA Mara                                   "
                    - RESTAURANT-
TABUTEAU Jacques                       Ecrivain
BERTIN Gaston                             Chef cuisinier    
ESCOFFIER Albert                         2ème Maître d’hôtel
GUILLAOUIQUE Jeanne                 Femme de chambre
DUCOURNEAU Jean                       3ème Maître d’hôtel
JESUS Tella                                    Garçon
MAGGIERI Eugène                             "
JEANNOTO Jean-Baptisite                 "
LECOINTRE François                          "
PLECHOT Maurice                              "
PARIS Camille                                    "
BIERRESNARD Henri                         "
BUCHY Robert                                    "
GARCIES Gaston                                "
BUHAUT Jean                                     "
DOUGART Jean                                  "
MARTY Jean                                       "
MARS François                                   "
JOAQUIN Dias                                Garçon
JULAICA Eugène                             Boucher  
CREVILLARD Jean                           1er Boulanger
LAFITTE Raoul                                2ème Boulanger
MACATZACA Joseph                        2ème Cambusier
HERAULT Guillaume                        2ème Cuisinier
MEYNIS Alexandre                          2ème Cuisinier
RAMBEAU Ablel                               Cuisinier
CHERIF Tasnalt                                   "  
SAINT MEZARD Raoul                         "  
JOSE do Santos                                   "        
LAGO Nestor                                   Infirmier
LAPRIC Daniel                                 Maître d’hôtel
VIDAL Bidot                                    Mousse              

n°40630
Candide
Posté le 29-09-2014 à 00:31:07  profilanswer
 

http://2.bp.blogspot.com/-Q2oACitdEdw/VCiJ89iwl3I/AAAAAAAANto/bTZBKRWf9Lg/s500/Sequana5.jpg http://1.bp.blogspot.com/-jOaJJ9wWqn8/VCiJ-P91nfI/AAAAAAAANtw/Mm6lnxoaA8o/s500/Sequana6.jpg http://3.bp.blogspot.com/-j9U_P1iofTQ/VCiJxEs9VCI/AAAAAAAANtg/HeEJCivGT1o/s400/Sequana7.jpg
 
LISTE NOMINATIVE DES CIVILS SURVIVANTS DU "SEQUANA"
 
BARDOUILLET Félix                         Français          46 ans
GRANDPERRIN Aubin                          d°                53   "    
THENOUX Justin                                   "                 43   "    
THENOUX Gabrielle                              "                 32   "
GILBERT Louis                                      "                 61   "
BESSON Evariste                                  "                 42   "
BESSON Gertrude                                 "                 42   "
BESSON Maurice                                  "                  11   "
BESSON René                                      "                    9   "
BESSON Jeanne                                   "                    2   "
BESSON Suzanne                                 "                  18 mois
LIMPALAER Jean Marie                        "                  42 ans
FRECHET Paul                                     "                   19   "
RUINA Joseph                                     "                  56   "
CALLUCAUD Arsène                             "                  45   "
CALLUCAUD Marie                               "                  40   "
CALLUCAUD Maurice                            "                 10   "
CALLUCAUD Suzanne                          "                    6   "
CALLUCAUD Georges                          "                    4   "
CALLUCAUD Pierre                              "                    4   "
HIRECKS Adelaîde                              "                   62   "
MATHIEU Marius                                "                   37   "
GASQUET Madeleine                          "                   30   "
GASQUET Paul                                   "                     6   "
PENEL Ernest                                     "                   42   "
Eugénie sa femme                             "                   40  "
FAURE Henri                                      "                   40   "
VENTRE Paul                                     "                    42   "
MOUILLON Paul                                 "                   47   "
MARC Emmanuel                               "                    33   "
Hélène sa femme                               "                    25   "
BOUILLON Raymonde                        "                    31   "  
BOUILLON Charles                             "                      6   " 1/2
BOUILLON René                                "                       3   " 1/2
CANNONES Alphonse                         "                    19   "
SUBILE Louis                                     "                     13   "
MASSIES Henri                                  "                     18   "
DEVAUX Victor                                   "                     37   "
DIDIER Jeanne                                  "                     31   "
DIDIER Suzanne                                "                     12   "
MATEO Beuson                                   "                     23   "
LASSERRE Léonie                              "                      35   "
LASSERRE Venture                            "                      12   "
LAROQUETTE Marie                            "                     72   "
BARDIL Victor                                    "                     51   "
COSSE Paul                                        "                      35   "
Marie sa femme                                 "                      32   "
COSSE Denise                                     "                       6   "
BAQUE Paul                                        "                      50   "
LAPLACE Firmin                                  "                      53   "
TANGHUE Henri                                  "                      40  "
GLAUD Raymond                                "                      15  "
CHAMPAGNE Léon                              "                      50  "
CHEVOLLEAU Sophie                          "                      73  "
CASTEX Madeleine                             "                      41  "  
BOYER Laur                                    Français              32 ans
PROLARD Charles                               "                      32   "
BIJARD Louis                                     "                       19  "
BOUGEON Lucien                               "                       49  "
BOURGEON Marguerite                      "                       44  "
Madame TRIOREAU                            " Restée à l’Ile d’Yeu
sa bonne Marey                                               d°
PORQUET Georges                                           d°
PORQUET Emilié                                              d°
GUOGELY André                              Français               27 ans
LISNIER Etienne                                   "                     36  "
MARQUIS Sébie Daniel                         "  Resté à l’Ile d’Yeu
MARQUIS Sébie Henriette                    "          d°
BOYER Cyprien                                     "                     48 ans
BARADUC René                                    "                      18  "
PAISOT Amanda                                  "                      38  "
DE RAFFIN Marguerite                         "                      35  "
MAIRE Andrée                                     "                       22  "
MAILLARD Germain                             "                       25  "
COLEUX Auguste                                 "                       58  "
CARGEMEL Eugénie                             "                       43  "  
CARGEMEL Louis                                 "                       17  "
CARGEMEL Amélie                               "                       11  "
CARGEMEL Eugénie                             "                       10  "
CARGEMEL Aimé                                 "                         6  "
THIBAU Alex                                       "                        64  "
THIBAU Louise                                    "                        22  "
DUPUY Georges                                   "                        64  "
PAUL Henriette                                    "                        40  "
PAUL Paul                                            "                        16  "
HURIALDE François                             "                        52  "
PERROT Alex                                        "                        50  "
PERROT Louise                                     "                        54  "
LERISTEAU Elise                                   "                        33  "
LERISTEAU Marcel                                "                        10  "
LERISTEAU Renée                                "                           6  " 1/2
LAMBERT François                       Luxembourgeois        46  "
MOLINA Eva                                 Espagnol                    26  "
RICARDO Molinaire                              "  
BATALLA Ramar                                    "                        23  "
ROBERTO fils                               Argentin                     17  "
POURCHET Rafael                                 "                        25  "
LUGUES Georgers                                 "                        27  "  
SALAME Selamar                          Libanais                    23  "  
VERNAUT Famif                            Brésilienne                62  "  
GAMINGO Armagnaque                Argentin                    20  "
VIMOT Bavide                                       "                        19  "
FRECHIS Salvador                                 "                        20  "
LECONTE Charles                          Belge                         42 ans
Elise sa fille                                           "                          2  "
BELCOURT Adolphe                                "                       32  "
STENACKEN Louis                                  "                       43  "
STENACKEN Emma                                "                        40  "
STENACKEN Luiza                                  "                       15  "
STENACKEN Aïda                                   "                         9  "
STENACKEN Armando                            "                         7  "
STENACKEN Eruma                                "                        13  "
STENACKEN Maria                                 "                          5  "
VITAL Bidot                                   Belge                          15  "
GANEREC Louis                                      "                         46 ans  
GANEREC Lucie                                      "    Restés à l’Ile d’Yeu  
GANEREC Firmin                                    "
GANEREC Maurice                                  "    
SALDAGNE Louis Canté                  Uruguay                     32 ans    
JERISHAN Jean                                      "                          20   "
ABRAHAM Malhamé                        Syrien                        23   "
ALVES Antonio                                Portugais                   31   "
VINAGRE Antonio                                   "                         41   "
BAININGO Pennedo                               "                         37   "
JOSE Leal                                                "                         41  "
ALVES Antario                                        "                          47   "
PERNAIRDO Tadare                                "                         23   "
ADEBERTO Bagués                                 "                          21   "
VINAGRE Manuel                                    "                          41   "
ROCCO Lotito                                   Italien                        75   "
PICCO Fransisco                                     "                          49   "
YOUNG Pearson                                Nord Américain        27   "
GOUKNONSKY Iona                          Russe                        32   "
MAZAS Nieng                                    Dakar                        
DIABO Mieng                                          "


Message édité par Candide le 29-09-2014 à 00:41:33
n°40631
Candide
Posté le 29-09-2014 à 10:03:02  profilanswer
 

http://3.bp.blogspot.com/-jWPAaSrxUlU/VCkO5dn8DpI/AAAAAAAANuM/bhTNJbiej0g/s500/Sequana8.jpg http://1.bp.blogspot.com/-NcbWAFhfwGo/VCkQR8jgwdI/AAAAAAAANuY/QtBO2RqqdLU/s500/Sequana9.jpg
 
LISTE NOMINATIVE DES MILITAIRES SURVIVANTS DU "SEQUANA"
 
SENGES Marcel             Sous-lieutenant Infanterie coloniale         Bordeaux
RICHARD                                   d°                        d°                        Montbrison  
LUCIANI François                     d°                        d°                         Ajaccio
ESCOULET Maurice        Sous-officier
CHAMPION Auguste                 d°    
MASSART Léon                         d°    
CASTEL Georges
DAMENAL Adolphe
DESTES Ernest
AMANT Louis
De LESCAZEZ                 Sergent 31° régiment d’infanterie  
CLARISTIN Paul            Soldat 15° section des infirmiers             Marseille
BICHET Henri                            d°                                                   Agen
DUPOUY Pierre                         d°                                                   Agen
GUITTARD Armand                                                                          Parthenay                                                                        
CALLEREAU Jacques                                                                        Paris
MESPEDES Raymond                                                                       Marseille
CAPELLE Lucien             Convoi automobile T. M. 180
COQUEREL Robert                                                                           Paris
GOBEE Gustave                                                                               Paris
L’ENFANT Georges                                                                          Paris
MITARD Théophile                                                                          La Rochelle
COSSON Roger               15° Dragon                                              Libourne
PARRABERE Rolland                                                                       Paris
CARGEMAL Aimé            
LEROY Charles                hôpital 59 à St-Nazaire doit rejoindre Châlons S/Marne
KIEMPUISTI André         Sous-Lieutenant infanterie coloniale     Oran.  

 
En plus 202 tirailleurs noirs dont un adjudant, un sergent et quatre caporaux.
 
Paquebot "Sequana"
Etat des disparus par suite du torpillage
Etat-major et équipage se composant de 99 personnes sauvées à l’exception des six disparus ci-après :
 
LAYAS GERVAIS            chauffeur
COLAS FRANCOIS         chauffeur
SCATTIZZI FORTUNE    garçon
ESCOURE RAOUL           cambusier
BALA DIAYE                  soutier noir de Dakar
KORI THAMA                 soutier noir de Dakar
 
Passagers civils et militaires européens au nombre de 166 tous sauvés sauf trois qui sont :
Monsieur TRIOREAU, sous intendant de première classe dont la femme qui est sauvée se trouve à l’Ile d’Yeu.
Monsieur HALTY Pierre, passager de 2° classe.
Mademoiselle POURCHON, enfant de deux ans que la mère a laissé tomber à la mer après avoir été dans le canot dans la traversée à l’Ile d’Yeu.
Tirailleurs noirs pris à Dakar, sur quatre cents il y a eu 202, deux cents deux de sauvés, soit quatre-vingt-dix-huit de disparus.
 
Saint-Nazaire le 9 juin 1917,  
le Lieutenant de Vaisseau commandant.
                                             

n°40759
Candide
Posté le 22-10-2014 à 14:37:26  profilanswer
 

Pour info : concernant les renseignements des passagers à la ration ou aux tables du Kléber qui fut coulé au large de Brest le 27 juin 1917, c’est-à-dire accueilli sur le navire lors d’un séjour à titre exceptionnel et pour des raisons diverses, il est noté sur le livre de bord du Kléber (SHD de Cherbourg) et qui se trouvait à Dakar, le nom d'un passager qui ne fait pas parti de la liste du Sequana:
 
Foucher Alphonse Ernest, 1er maître fourrier, "4ème Dépôt"», né à Moon-sur-Aisne, le 21 janvier 1873.  
Destiné au 4ème Dépôt (rap.) du 28 mai, jour de son embarquement sur le "Sequana", étant rapatrié pour raisons de santé : (0.182 P.A. du 18 mai du C.a.l cdt la 6è Dion légère).  
Reste en subsistance à bord. Cesse subsistance le 28 mai AP dîner.

 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/15982/KleberSequana1917.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/15982/20141020154809.jpg


Message édité par Candide le 22-10-2014 à 14:49:27
n°42950
olivier 12
Posté le 10-09-2015 à 11:58:48  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
SEQUANA
 
Il existe un très gros dossier sur le torpillage du SEQUANA aux archives de Vincennes. Le récit du torpillage est conforme à celui mis sur le forum, ainsi que les listes des disparus et des survivants. Nous ne reviendrons donc pas dessus.
 
Voici seulement quelques documents complémentaires.
 
Rapport de l’Administrateur de l’Inscription Maritime BLEGRIET au Vice Amiral Préfet Maritime de Rochefort
 
Je vous rends compte des mesures prises lors du torpillage du SEQUANA.
Le 8 Juin à 04h00 j’ai reçu le télégramme suivant de Saint Sauveur : « A 03h00, avons entendu dans le Sud du poste une explosion immédiatement suivie de plusieurs coups de canon paraissant éloignés. Supposons bâtiment attaqué par sous-marin ».
Ici, je crois devoir vous signaler à nouveau la nécessité d’être relié téléphoniquement aux sémaphores afin d’être averti rapidement.
Comme la veille pour SAINT ELOI, j’ai donné l’ordre aux chalutiers VIEILLE et PLIE, affectés à la surveillance de la pêche à Yeu de se rendre sur les lieux et de prendre mes ordres à l’anse des Vieilles par l’intermédiaire du sémaphore de Saint Sauveur. Je me suis rendu immédiatement à l’anse des Vieilles où j’ai reçu le télégramme suivant : « Apercevons dans SSE à 2 milles huit embarcations ayant du monde à bord et se dirigeant sur l’anse des Vieilles.
Elles contenaient 195 hommes femmes et enfants presque nus. Je leur donnai au village de La Croix des boissons chaudes et, à ma demande, les habitants prêtèrent les effets indispensables.
Après renseignements pris auprès des 2 lieutenants sauvés, je donnai l’ordre aux chalutiers de croiser dans le Sud de la Pointe des Corbeaux à 5 milles, et de recueillir tous les survivants. Je pris ensuite les mesures nécessaires pour faire transporter à Port Breton, distant de 6 km de l’anse des Vieilles, les survivants qui pour la plupart étaient incapables de marcher. Je télégraphiai à Port Breton pour réquisitionner toutes les voitures et tous les survivants gagnèrent Port Breton où ils furent placés à l’hôtel.
Les hôtels ne pouvant tous les loger, j’ai fait appel à la population et je dois vous signaler que tous les iliens n’ont pas hésité à mettre leurs logements à ma disposition.
 
Pendant ce temps, PLIE et VIEILLE ont recueilli tous les survivants sur les lieux du sinistre. 283 survivants, les uns ayant seulement une bouée, les autres sur des épaves ou des radeaux qui coulaient déjà, furent recueillis. Les deux petits chalutiers ne pouvaient malheureusement suffire et quelques isolés coulèrent sous les yeux de leurs commandants. Ils prirent néanmoins tous les survivants au risque de chavirer. Il y a lieu de remarquer que ces petits bateaux ne peuvent prendre plus de 50 hommes sur leurs ponts. L’un d’eux en avait 172. Tous deux ont du prendre de très grandes précautions, ce qui était extrêmement difficile avec les 210 Sénégalais sauvés.
Il y a lieu de remarquer que les baleinières ne contenaient qu’une partie de ces hommes et 210 sur 400 ont été sauvés par les chalutiers. Après avoir recueilli les survivants et croisé sur les lieux une demi heure, ils sont rentrés à Port Breton à 11h45, mais la marée ne leur a pas permis d’entrer dans le port. Le débarquement s’est effectué par des petites embarcations de pêcheurs et s’est terminé à 13h00. Tous ont été nourris à l’hôpital et logés chez l’habitant.
 
A 18h00, le NOMADIC est entré au port pour prendre les survivants. Mais il était impossible de les embarquer le soir même avec des repas froids, étant donné leur fatigue et j’ai décidé de ne les diriger que le lendemain matin sur Saint Nazaire. Pendant la nuit, j’ai établi avec le capitaine et le commissaire la liste des survivants.
 
A 04h00 du matin, j’ai commencé l’embarquement des survivants sur NOMADIC, mais beaucoup ne voulaient pas embarquer. J’ai du intervenir pour leur faire comprendre qu’il n’y avait aucun danger. Le commandant de Marine Saint Nazaire a envoyé FLANDRES et SAUTERELLE pour convoyer NOMADIC. Mais SAUTERELLE ayant une avarie de machine, j’ai donné l’ordre à FOI (de La Pallice) de convoyer NOMADIC.
 
J’attire votre attention sur les faits suivants :
 
Sans la présence sur les lieux de VIEILLE et PLIE, on aurait à déplorer 490 hommes au lieu de 207. Quand ces deux bateaux sont arrivés sur les lieux, les radeaux coulaient déjà et les secours de La Pallice ne sont arrivés qu’à 14h00. Il me semble nécessaire d’avoir toujours à Yeu ces deux petits chalutiers affectés à la surveillance de la pêche. Je tiens à signaler la belle conduite de leurs commandants et de leurs équipages qui n’ont pas hésité à surcharger leurs bâtiments, au risque de chavirer, pour secourir les malheureuses victimes.
 
Ces chalutiers doivent de ravitailler en charbon aux Sables d’Olonne et sont en conséquence absents 2 jours sur 6.  Il serait facile de constituer un stock de charbon à Yeu et j’ai déjà signalé ce fait au commandant de la division des patrouilleurs de Gascogne.
 
Le télégraphiste de SEQUANA a lancé plusieurs appels très précis entendus par le poste de la pointe des Corbeaux. Je vous demande de bien vouloir leur donner des ordres pour qu’à l’avenir ils ne se conforment plus à cette consigne de ne prévenir, en cas de torpillage, que Brest. Ils doivent immédiatement s’adresser à moi.
 
Il est extrêmement urgent que je sois relié téléphoniquement avec les deux sémaphores de l’île, ainsi qu’avec le continent.
 
Voici une carte de l'île d'Yeu montrant les lieux cités
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/673/IoSnqW.jpg
 
(A suivre)
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 10-09-2015 à 12:01:33

---------------
olivier
n°42954
olivier 12
Posté le 11-09-2015 à 10:26:12  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Suite des documents SEQUANA
 
Rapport du commandant de PLIE, le second maître COGAN
 
Je vous rends compte du service du groupe pendant la semaine du 3 au 10 Juin
VIEILLE est arrivée à Port Breton le 3 à 17h00. Elle a débarqué le matériel de l’équipe de réparation et a fait de l’eau, la surveillance étant effectuée par les voiliers. Le 5 à 06h00, PLIE a appareillé des Sables pour les lieux de pêche où j’ai retrouvé VIEILLE et les deux dundees. La surveillance a été faite chaque jour par les quatre bateaux. Les pêcheurs de Port Breton sortent chaque jour à heure fixée par Monsieur l’Administrateur et restent groupés sur les lieux de pêche avec les pêcheurs de Saint Gilles, Noirmoutier, Concarneau et Douarnenez, ces derniers arrivés depuis quelques jours. Rien à signaler. La zone de pêche est à l’ENE et au Sud du phare des Corbeaux entre 3 et 7 milles de terre. La pêche est bonne.
 
Le 6 à 02h20, nous sommes avisés par Monsieur l’Administrateur qu’un vapeur a été torpillé vers 01h00 à 4 milles dans le SSE du sémaphore de Saint Sauveur. Nous recevons l’ordre de croiser sur les lieux pour récupérer les survivants. Appareillé immédiatement, mais n’avons rien vu.
 
Le 8 à 04h00 sommes prévenus qu’un nouveau bâtiment a été torpillé dans la nuit et que des embarcations sont en vue de Saint Sauveur. Appareillé immédiatement et, arrivés à l’Anse de la Vieille, avons vu des embarcations accostées dans cette anse. Monsieur l’Administrateurs nous fait transmettre l’ordre par un canot de croiser à 5 milles dans le Sud des Corbeaux et de rechercher les 450 manquants du SEQUANA. Le groupe se rend sur les lieux et à 2 milles de terre je recueille un premier survivant, complètement nu et qui ne pouvait plus nager. Je l’ai fait coucher et réconforter et nous avons continué les recherches. Nous avons recueilli 283 hommes, les uns sur des radeaux qui commençaient à couler, les autres sur des épaves et dans des paniers, d’autres avec seulement leurs ceintures. Tous étaient à bout de force et, ne pouvant suffire à les recueillir, nous avons vu quelques isolés couler sous nos yeux. Nous les avons réconfortés, fait du café, du vin chaud et donné à manger.
La dépense a été :
- Sur PLIE 50 litres de vin, 2 kg de sucre, 1 kg de café, 10 kg de pain et 5 kg de viande
- Sur VIEILLE 40 litres de vin, 2 kg de sucre, 1 kg de café, 10 kg de pain et 3 kg de viande.
- Nous avons prêté tous nos effets disponibles que nous n’avons pas revus.
Après avoir recueilli ces 283 hommes, nous avons encore croisé sur les lieux une demi heure et n’avons rien vu. Nous avons fait route sur Port Breton. Les bâtiments étant surchargés, il y avait risque de chavirer et nous avons donné l’ordre aux hommes de ne pas bouger. Pendant ces opérations j’ai perdu 2 avirons et 2 seaux en bois, une plate ayant coulé. VIEILLE n’a pas eu de pertes.
 
A 11h45 nous sommes arrivés à Port Breton et nous avons mouillé le plus près possible de la digue. L’Administrateur a fait armer des petites embarcations et nous avons commencé le débarquement qui s’est fait dans un ordre complet, sous notre surveillance. Il s’est terminé à13h00.
 
Pendant le voyage de retour, un des survivants est mort à mon bord, malgré les soins donnés par le médecin de SEQUANA, que j’avais sauvé, ainsi que par le commandant du dit navire.
 
Je suis rentré à quai pour débarquer le mort. VIEILLE n’a pu entrer, NOMADIC étant arrivé à ce moment pour prendre les survivants. Il a pris tout le quai. A 20h00, j’ai reçu l’ordre de l’Administrateur de me tenir prêt à aider NOMADIC à sortir du port à 07h00 du matin, puis de faire de l’eau et de me rendre ensuite sur les lieux de pêche. VIEILLE partirait aux Sables pour se ravitailler, puis viendrait me relever pour que j’aille à mon tour me ravitailler.
 
Mais pendant le remorquage de NOMADIC, une amarre s’est engagée dans l’hélice de VIEILLE qui a été complètement immobilisée. Cette amarre n’a pu être dégagée que le soir, à marée basse. Le groupe se rendra Lundi aux Sables pour charbonner.
 
Nota : le CF commandant l’escadrille ajoute une mention manuscrite sur cette note, demandant que la liste des effets donnés aux naufragés soit dressée afin qu’ils soient remboursés aux marins des deux chalutiers.
 
Ordres affichés dans les coursives du SEQUANA au départ de Dakar le 28 Mai et exercices effectués. Extraits du rapport du capitaine.
 
« En cas d’attaque ennemie, tous les passagers civils se rendront munis de leur ceinture de sauvetage dans les salles à manger de 1ère et 2e classe et dans les couloirs à l’abri. Les officiers passagers se rendront immédiatement sur la dunette, au canon, et aideront de leurs conseils les canonniers pour l’efficacité du tir.
 
Le lieutenant chef du détachement des soldats indigènes se tiendra sur le pont et assurera le service d’ordre.
 
En cas d’évacuation du navire, qui sera indiquée par trois coups de sifflet prolongés alternés par trois coups brefs, tous les passagers se rendront à leurs embarcations respectives.
 
Les femmes et les enfants seuls devront embarquer dans les embarcations avant qu’elles ne soient descendues. Des soldats armés auront l’ordre de tirer sur le premier homme qui voudrait embarquer avant que le canot soit descendu. Dès que le canot sera à la mer, les hommes s’y rendront par l’échelle de corde disposée à cet effet.
Je compte sur le sang froid de tous pour l’exécution des présentes prescriptions."

 
Voici la disposition des canots du SEQUANA
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/540/LhvcbV.jpg
 
Un exercice d’embarcation fut effectué le 31 Mai et plusieurs dames embarquèrent dans les canots. On se rendit alors compte que les canots n’étaient pas suffisamment descendus et on fit une installation pour faciliter aux femmes et aux enfants l’embarquement avec une forte gite. Cette disposition s’avéra très utile.
Le 3 Juin fut effectué un exercice de tir au canon en présence des officiers passagers. On tira sur un souffleur et le résultat fut satisfaisant.
 
Le navire devait passer à 207 milles du cap Finisterre, puis couper le parallèle 46°45 N par 11°18 W et rester sur le parallèle 46°53.
 
Le service de veille fut organisé en utilisant les officiers et sous-officiers passagers. Des cartouches furent distribuées aux soldats de la garde. Le second capitaine étant tombé sérieusement malade au départ de Dakar, le télégraphiste reçut la clé du code et les instructions secrètes s’y rapportant. Il prêta serment devant le commandant.
 
Le 7 Juin le commandant envoya le message suivant : « Serai à 03h10 heure d’été à 5 milles au S005E de la Pointe des Corbeaux de l’île d’Yeu, route au S45E à 11 nœuds.
 
On pense que le sous-marin a pu entendre et déchiffrer ce message et s’est alors placé en embuscade.
 
A 02h05 un choc violent se fit ressentir et le capitaine comprit aussitôt que le navire allait couler rapidement, étant à son maximum de charge. Il stoppa et donna l’ordre d’évacuation. Mais la côte étant toute proche, il remit en avant toute et vint toute à gauche, cap sur le feu rouge. Le 1er maître de timonerie Fernand Tallec, passager, prit la barre.
 
Le capitaine aperçut le sous-marin par trois quarts tribord arrière et donna l’ordre feu à volonté. Trois coups de canon furent tirés, sous les ordres du 2e capitaine qui bien que malade s’était aussitôt rendu à la pièce. C’est alors que le chef mécanicien prévint que l’on ne pouvait plus utiliser la machine.
 
Le 2e capitaine, le contrôleur des services postaux et le docteur se rendirent aux radeaux. Le capitaine dit au contrôleur d’utiliser le maximum de paniers vides des colis postaux pour les soldats africains et cette disposition permit de sauver au moins 60 tirailleurs.
 
Le navire s’enfonça rapidement et le capitaine se jeta à l’eau et fut entraîné par le remous. Remonté à la surface il s’accrocha à une épave et fut recueilli par un radeau sur lequel se trouvaient civils, militaires et soldats sénégalais.
 
(à suivre)
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 13-09-2015 à 11:19:47

---------------
olivier
n°42961
olivier 12
Posté le 13-09-2015 à 11:19:33  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Suite des documents du SEQUANA
 
Rapport du 2e capitaine Etienne FELIX  (Paimpol n° 183)
 
Réveillé par l’explosion, je me suis rendu aussitôt sur la passerelle où le commandant venait de donner l’ordre d’ouvrir le feu à volonté. Mon poste de combat se trouvant au canon, je me suis rendu à l’arrière où un coup venait d’être tiré. Ne voyant rien, j’ai fait encore tirer deux coups au jugé.
Le navire s’enfonçait lentement et je suis revenu sur la passerelle. Le commandant m’a dit d’aller dans la machine et de donner l’ordre d’aller au maximum de puissance pour essayer de gagner la côte. Comme j’arrivais dans la coursive des officiers mécaniciens, j’ai rencontré Monsieur PLACHOT, second mécanicien, qui m’a dit qu’il n’y avait plus rien à faire, la machine étant complètement envahie par l’eau. L’eau arrivait en effet à hauteur du mât arrière.
J’ai rendu compte au commandant et demandé s’il fallait évacuer les tirailleurs. Il m’a dit de me rendre à l’avant avec le contrôleur des services maritimes postaux et le docteur et de sauver le plus grand monde possible avec les radeaux et les paniers postaux vides.
 
Nous avons dégagé les paniers du panneau, fait monter les tirailleurs et jeté à l’eau un radeau placé dans les haubans.qui malheureusement est passé trop rapidement le long du bord et n’a pu être utilisé. Les autres étant trop lourds pour nos faibles forces, et le navire coulant à cet instant, je me suis jeté à l’eau et j’ai rencontré une épave à laquelle je me suis accroché jusqu’à ce qu’un radeau où je retrouvai le contrôleur et le docteur me recueille. Je me suis alors rendu compte que la manœuvre effectuée par tous les trois avec les paniers avait sauvé une soixantaine de tirailleurs.
 
Rapport du radiotélégraphiste de 1ère classe Albert BARREAU
 
Le 8 mai à 01h40, j’ai reçu un radio de COR en code que j’ai décodé et remis au commandant. A 01h55, il m’a remis en mains propres et en clair une réponse pour COR à mettre  en code.
A 02h10, nous étions à 5 milles au S005E du feu rouge de la pointe des Corbeaux. J’allais transcrire le radio ci-dessus en code de 43 groupes lorsque l’explosion se produisit et le moteur électrique alimentant la station sur courant du bord stoppa.
- La boite de réception s’était détachée de la table et était brisée sur le plancher.
- Le bâti du moteur était cassé en deux aux points de fixations des tirefonds
- Deux fils d’antenne sur trois étaient tombés sur le pont.
Je montai sur la passerelle et informai le commandant de l’impossibilité d’utiliser la radio immédiatement.
Le commandant me répondit : » J’ai confiance en vous. Tirez le meilleur parti possible de la situation et rendez-moi compte. »
 
Après avoir sectionné les deux fils en pendant de descente d’antenne, j’ai réussi à mettre en marche le moteur à essence, malgré l’obscurité complète du local TSF.
A 02h16, j’ai pu transmettre 4 à 5 fois : « SOS…  SOS…  SEQUANA torpillé à 5 milles dans S5E Pointe des Corbeaux  FSQ »
L’eau atteignant alors l’hiloire du panneau 3, j’ai prévenu le commandant de ce qu’il n’avait pas été possible de faire et sur son ordre j’ai embarqué dans le canot 3.
 
Caractéristiques du SEQUANA et moyens de sauvetage
 
Construit en 1898 à Belfast
Longueur 138 m  Largeur 16 m  Creux sur quille 9,4 m
Déplacement 12000 tonnes
Port en lourd 7200 tonnes  Jauge brute 5557 tx  Jauge nette 3497 tx
 
7 compartiments étanches par 6 cloisons étanches montant toutes jusqu’au pont supérieur. Deux portes étanches dans la cloison arrière.
1ère cote Véritas. Dernière visite en Novembre 1916
Deux chaudières cylindriques à 6 fourneaux avec tirage Howden
Machine à triple expansion de 600 chevaux donnant 11 nœuds en service courant
 
La cargaison comprenait :
- 2000 tonnes de blé
- 880 balles de peaux et laine
- 26000 sacs de haricots
- 14000 sacs de sucre
- 15000 sacs de café
- 4000 balles de tabac
Valeur totale 2 500 000 francs environ
 
Après l’appel du NIAGARA reçu la veille, on avait serré les tentes sous lesquelles dormaient les Sénégalais, dessaisi les radeaux et doublé la veille.
Feux de navigation éteints. Le chef de bordée faisait une ronde toutes les 2 heures pour vérifier qu’aucune lumière n’était allumée.
 
Il y avait 771 ceintures de sauvetage dont 52 en supplément (tout le monde avait sa ceinture), 12 bouées circulaires dont 2 lumineuses.
- 8 embarcations de 43 personnes ………… 344
- 1 embarcation de 23 personnes …………..   23
- 8 radeaux de 24 personnes ………………..192
- 7 radeaux de 16 personnes ………………. 112
Total              671
 
Les 7 radeaux de 16 personnes avaient été fournis à Dakar par la Marine Nationale sur demande du commandant.
 
Trois radeaux furent utilisés. Le canot 1 avait été brisé par l’explosion de la torpille et le canot 3 était plein d’eau.
 
Description du sous-marin
 
Le sous-marin a pu être observé seulement par l’une des embarcations, le canot n° 3 où se trouvaient le 1er lieutenant BAUDON et l’opérateur TSF BARREAU. C’était un des nouveaux types à gaillard surélevé avec un seul canon à l’avant, de 88 ou 105 mm, les antennes TSF habituelles avec isolateurs spéciaux que le télégraphiste a reconnu comme étant employée chez Telefunken. Il a entendu fonctionner un disjoncteur automatique produisant des étincelles bleues qu’il apercevait à travers le hublot du kiosque.
Le sous-marin était gris sale, long d’environ 60 m. Il n’avait ni mât TSF debout ou rabattu, ni embarcation, ni projecteur. Trois personnes étaient sur la passerelle et un officier, paraissant être le commandant a questionné les gens du canot en anglais et en espagnol car il parlait très mal le français. Les gens du canot n’ont pas répondu dans ces langues, bien qu’elles fussent comprises par certains d’entre eux. Le commandant a eu beaucoup de mal à comprendre le nom de SEQUANA qu’il a fallu lui épeler à plusieurs reprises, ce qui indique que s’il avait reçu le message de la veille, il n’avait en fait pas pu l’interpréter. Il cherchait évidemment à savoir quel était le navire, son chargement et quels passagers il transportait, mais à cause de cette difficulté de langue il n’a pu être renseigné que de façon imprécise. Quand les embarcations se sont éloignées, le sous-marin était encore en surface sur les lieux du naufrage. Aucun numéro n’a été distingué.
 
Cdlt
 
(à suivre)


Message édité par olivier 12 le 13-09-2015 à 13:17:13

---------------
olivier
n°42964
olivier 12
Posté le 13-09-2015 à 15:02:03  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Suite des documents concernant le SEQUANA
 
A propos du NOMADIC
 
cité par l’Administrateur de l’Inscription maritime dans son rapport, on peut lire sur la fiche de ce navire qui était l’ancien transbordeur de la White Star à Cherbourg, utilisé pour les passagers du TITANIC, les informations suivantes (post de Belgenland du 04/02/2015) :
 
NOMADIC, réquisitionné par la Marine, fut donc équipé d’une drague divergente de type Oropesa (du nom du premier navire qui expérimenta ce type de drague), de deux canons (70mm et 90mm), de grenades Giraud, de carabines de type 1874 et 1886. Quelques modifications mineures furent apportées aux installations à bord, tel que par exemple un escalier supplémentaire à l’extrémité du Flying Bridge Deck.
NOMADIC rejoignit par la suite sa nouvelle affectation à Saint-Nazaire pour prendre part à sa première campagne de dragage le 2 juin 1917, sous les ordres du LV Réau de la Gaignonnière.
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/909/oEcJPB.jpg
 
Contrairement à la Royal Navy qui draguait avec 2 navires, la Marine Nationale opta pour la drague Oropesa.  L’Oropesa est une drague divergente remorquée par un seul bâtiment et composée d’un câble de remorque et de deux brins de drague dont la divergence et l’immersion sont assurées par des prismes et des panneaux de plongée en bois.  Des cisailles (d’abord mécaniques puis explosives) sont fixées à intervalles réguliers sur chaque brin de drague. Afin d’éviter que l’ensemble de la drague ne coule simplement, chaque brin de drague se terminait par un énorme flotteur dénommé « cochon » ou « cochonnet ». A cette époque, il n’existait aucun moyen de détection de mines immergées.  La seule manière de les détruire consistait à sectionner l’orin afin de la faire flotter soit de la détruire au canon ou au fusil soit de la neutraliser.  Les risques encourus par les navires et les équipages étaient donc significatifs.  On dénombra 48 dragueurs auxiliaires perdus entre 1915 et 1918.
NOMADIC  rencontra sa première mine le 8 juin 1917 à 9h du matin aux coordonnées 47°14’17” N – 4°53’38”.  La mine fut ramenée à la surface et détruite par l’escorteur FLANDRES.
On constate donc que c’est alors qu'il était en opération de dragage de mines à environ 60 milles dans le SW de Penmarch et qu'il venait de rencontrer sa première mine, que NOMADIC reçut l'ordre de rallier l’île d’Yeu pour rapatrier sur le continent les naufragés du SEQUANA. Il dut rallier à pleine vitesse, arrivant le soir même à Port Joinville.  
Il demeura ensuite jusqu’en 1919 à Saint Nazaire.
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 13-09-2015 à 15:25:01

---------------
olivier
n°42967
olivier 12
Posté le 14-09-2015 à 10:06:41  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Récompenses
 
Citation à l’Ordre de l’Armée
 
PRUDENTI Ernest Lieutenant de Vaisseau auxiliaire
 
Pour le sang froid et le courage dont il a fait preuve lors du torpillage de son bâtiment à bord duquel il avait fait prendre les meilleures dispositions de sauvetage.
 
TRIOREAU  Sous intendant militaire de 1ère classe  Passager
 
Pour sa courageuse attitude lors du torpillage du SEQUANA et le concours qu’il a apporté au capitaine. Disparu avec le bâtiment.
 
Citation à l’Ordre du Corps d’Armée
 
ESCOURE Raoul  Cambusier  Bordeaux 158
 
Mort bravement à son poste à la suite du torpillage de son bâtiment
 
LAYAS Gervais  Chauffeur  Bayonne 8376
BABA N’DIAYE  Chauffeur  Dakar  955
 
Morts bravement à leurs postes dans la chaufferie lors du torpillage de leur bâtiment
 
Citation à l’Ordre de la Brigade
 
BERETTI Jérôme  Contrôleur des Services Maritimes postaux
BARREAU Albert  Radio télégraphiste  Saint Nazaire 609
FELIX Etienne Capitaine au Long Cours 2e capitaine  Paimpol 183
 
Ont donné des preuves de grande énergie et de sang froid lors du torpillage de leur bâtiment
 
Citation à l’Ordre du Régiment
 
PLACHOT Etienne Emile  Second mécanicien  Le Havre 3958
TALLEC Fernand Valentin 1er maître de timonerie Passager  Lorient 473
 
Pour l’énergie dont ils ont fait preuve lors du torpillage du SEQUANA

Témoignage Officiel de Satisfaction du Ministre

 
Paquebot SEQUANA
 
Pour l’attitude disciplinée et dévouée de son équipage lors du torpillage de ce paquebot le 8 Juin 1917.
 
Lettre au Ministre envoyée de l’île d’Yeu par 190 rescapés le 8 Juin 1917
 
Les soussignés, du vapeur SEQUANA de la Cie de Navigation Sud Atlantique, torpillé dans la nuit, ont l’honneur de porter à votre connaissance la belle conduite du commandant Prudenti qui s’est comporté en héros, non seulement par les mesures prises pour assurer le sauvetage des passagers et des troupes qui étaient à bord, mais encore par l’exemple de sang froid qu’il a montré à tous jusqu’au moment où, le dernier, il a du quitter le navire qui sombrait dans les flots. Nous sollicitons pour lui la Légion d’Honneur.
 
Avec l’espoir, Monsieur le Ministre, que vous accueillerez favorablement notre supplique, nous vous prions d’agréer l’assurance de nos sentiments patriotiques.
 
190 signatures.
 
Nota : le commandant Prudenti recevra la Légion d'Honneur le 3 Mai 1919
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 14-09-2015 à 10:10:39

---------------
olivier
n°46441
vanderlynd​en
Posté le 17-04-2017 à 19:30:52  profilanswer
 

Bonjour
 
Voici ce que j'ai trouvé dans le cimetière de Sainte Marie de Ré (17), deux tombes qui SEMBLENT être des soldats musulmans
pas de trace dans sépulture de guerre et la mairie de Sainte Marie de Ré ne connait plus l'origine de ces tombes
je pense peut être a deux soldats du Sequana puisque les cimetières des communes de l'île de Ré sont constellés de soldats du Sequana
voici la photo
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/19350/IMG1843.jpghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/19350/IMG1843.jpg

 Page :   1  2
Page Suivante

Aller à :
Ajouter une réponse