FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  EMMA - Compagnie Worms et Cie

 

1 utilisateur anonyme et 22 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

EMMA - Compagnie Worms et Cie

n°10864
Ar Brav
Posté le 05-12-2008 à 09:13:38  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
EMMA Cargo (1893-1915)
 
Chantier :
 
A. Mac Millan & Son Ltd, Dumbarton, Grande-Bretagne.  
Commencé : 1892
Mis à flot : 1893
Terminé : 02.1893
En service : 1893 (MM)
Retiré : 31.03.1915 (MM)  
Caractéristiques : 1 643 tjb ; 77,7 x 10,8 m (255 x 35,5 x 22 pieds) ; 1 machine alternative à triple expansion ; chaudières ; 186 nhp ; 10 nœuds.
Armement : N. C., probablement non armé à cette date (début 1915)
 
Observations :
 
Cargo français Emma lancé en Grande-Bretagne pour le compte de la Compagnie Worms, Josse & Cie, Le Havre en 1893. Numéro de chantier 318.
31.03.1915 : lors d’un voyage Dunkerque-Bordeaux sur ballast, vers 16h30 de l’après-midi de ce mercredi 31 mars, il est torpillé et coulé par le sous-marin U-37 (KL Erich Wilcke qui décèdera le 3 avril suivant) à 12 ou 15 milles dans le Sud de Beachy Head (Sussex), Manche. Il est touché à tribord à la hauteur de la salle des machines et sombre en 3 minutes. Sur les vingt et un membres d’équipage, seuls deux hommes purent être sauvés, recueillis par un destroyer britannique après avoir passé une heure et demi dans l’eau. Dix neuf victimes sont à déplorer.
Le navire ne semble pas avoir été réquisitionné.
 
Sources :  
 
Dictionary of disasters at sea during the age of steam 1824 – 1962, Charles Hocking, Lloyd's Register of Shipping, London, 1969  
Répertoire des navires de guerre français, Jacques Vichot, Pierre Boucheix, refondu par Hubert Michéa, AAMM, 2003  
La Marine Marchande française, Jean Randier, EMOM, 1980  
Notre Marine Marchande pendant la guerre, René de la Bruyère, Payot, 1920

 
Tout renseignement sera le bienvenu, merci par avance.
 
Cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 05-12-2008 à 09:14:20

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°17560
olivier 12
Posté le 10-06-2009 à 13:55:48  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Un complément concernant le vapeur EMMA
 
Rapport de la commission d’enquête

Le 31 Mars 1915 le vapeur français EMMA quittait Dunkerque pour Bordeaux à 08h00 du matin.
Vers 16h30, à environ 12 milles dans l’ouest de Beechy Head, une explosion se produisit par  le travers de la cale 3. Le capitaine actionna aussitôt la sirène pour demander du secours au vapeur français FIGARO, qui se trouvait à proximité, et donna l’ordre de mettre les embarcations à la mer. Mais l’EMMA coula avec une telle rapidité (trois minutes) que cette opération fut impossible.
Quatre hommes, le lieutenant Durch, le chauffeur Peyssonnier, le matelot Duros et le cuisinier Dussin se maintinrent à la surface jusqu’à l’arrivée du destroyer anglais TARTAR, prévenu par le FIGARO.
Malheureusement le lieutenant Durch était mort et le chauffeur Peyssonnier ne survécut qu’une demi-heure.
 
Un des deux survivants déclare avoir vu le capot d’un sous-marin et le sillage d’une torpille ; l’autre n’a rien vu. Mais il est évident que la cause de l’explosion est une torpille lancée par un sous-marin sans avertissement préalable. Ce véritable attentat au droit des gens a coûté la vie à 19 non-combattants.
 
Le capitaine et l’équipage ont tenté la seule manœuvre possible : mettre à l’eau les embarcations, manœuvre rendue vaine par la rapidité du naufrage.
 
Peut-être y aurait-il eu moins de victimes à déplorer si des moyens individuels de sauvetage avaient été mis près des embarcations.
 
La commission supérieure des naufrages recommande :
 
« Que des instructions soient données pour que les ceintures, gilets ou collets de sauvetage embarqués réglementairement soient, avant le départ du bâtiment, obligatoirement disposés sur le pont près des embarcations.
 
Lettre de la compagnie Worms au Ministre de la Marine

Monsieur le Ministre,
 
Nous avons l’honneur de vous rappeler que notre vapeur EMMA, qui se rendait sur lest de Dunkerque à Bordeaux a été torpillé sans avertissement dans la Manche le 31 Mars dernier. Il a été impossible de mettre les embarcations à la mer et notre navire a coulé en l’espace de trois minutes.
Sur un équipage de 21 hommes, qui sont restés à se débattre dans l’eau, deux seulement ont pu être recueillis vivants par le contre-torpilleur anglais TARTAR. Prévenu du sinistre, il s’était rendu de suite sur les lieux et a pris les deux survivants à son bord pour les ramener à Douvres. Ils ont été débarqués à la fin de la journée, avec deux corps de marins décédés.
 
Nous ne voulons aujourd’hui que vous demander ce que vous comptez faire pour assurer la protection de nos navires contre de tels agissements.
 
Ci-dessous deux clichés du contre-torpilleur TARTAR qui récupéra les naufragés de l’EMMA.
 
http://img269.imageshack.us/img269/7512/tartar1.jpg
 
http://img269.imageshack.us/img269/7476/tartar2.jpg
 
Le sous-marin attaquant
 
C’était l’U 37 du KL Erich Wilcke.
Il devait disparaître avec tout son équipage (32 hommes) un mois plus tard,  le 30 Avril 1915, ayant touché une mine dans les parages de Sandettié.
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 10-06-2009 à 13:58:22

---------------
olivier
n°33531
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 05-01-2012 à 17:24:07  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
 
   ■ Les 19 victimes et les deux rescapés du naufrage du cargo Emma.
 
 
    Le Temps, n° 19.628, Samedi 3 avril 1915, p. 1, en rubrique « Sur mer », et p. 4, en rubrique « Dernières nouvelles ~ La guerre ».
 
 
                                                          http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/EMMA%20-%20L.%20T.-%201-1..jpg
 
                                                          http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/EMMA%20-%20L.%20T.-%201-2-1..jpg
                                                          http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/EMMA%20-%20L.%20T.-%201-2-4..jpg
 
   
     Le Temps, n° 19.629, Dimanche 4 avril 1915, p. 2, en rubrique « Sur mer  ».
 
 
                                                           http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/EMMA%20-%20L.%20T.-%202..jpg
 
 
    L’Ouest-Éclair – éd. de Caen –, n° 5.715, Lundi 5 avril 1915, p. 4, en rubrique « Nouvelles maritimes ».
 
 
                                                                 http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/EMMA%20-%20L%27O-E%20-%201-1..jpg
                                                                 http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/EMMA%20-%20L%27O-E%20-%201-2..jpg
   


Message édité par Rutilius le 01-10-2016 à 00:20:02

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°33689
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 21-01-2012 à 00:14:08  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
 
   Décès ultérieur de l'un des deux seuls survivants du naufrage de l'Emma :
 
   Annales du sauvetage maritime (Société centrale de sauvetage des naufragés), 3e et 4e  Trim. 1916, p. 156 – « Morts pour la Patrie » (Quatrième liste) –.
   
 
                                      http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/DUROS%20Francois..jpg
 
   _______________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.

n°33691
tamtamre
Posté le 21-01-2012 à 11:15:06  profilanswer
 

http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5340/DSC03125.jpg

n°38931
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 01-01-2014 à 01:23:39  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
 
                                                   Journal officiel du 1er juillet 1916, p. 5.801.
 
 
                                          http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/EMMA%20-%20Disparus%20-%20J.O.%201-VII-1916%20-%20I..jpg
                                          http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/EMMA%20-%20Disparus%20-%20J.O.%201-VII-1916%20-%20II..jpg


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°42985
IM Louis J​ean
Posté le 17-09-2015 à 19:17:22  profilanswer
 

Bonsoir à toutes et à tous,
 
Attribution de la médaille militaire à Pierre Vincent Thomas  :
 
http://gallica.bnf.fr/proxy?method=R&ark=bpt6k496491b.f3&l=6&r=1893,1615,165,745
source Ouest-Éclair du 8 mars 1925 sur Gallica
 
Cordialement
Étienne


---------------
<< On peut critiquer les parlements comme les rois, parce que tout ce qui est humain est plein de fautes.
     Nous épuiserions notre vie à faire le procès des choses. >> Clemenceau
n°46591
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 14-05-2017 à 22:53:19  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
 
                                                                  Marins déclarés disparus le 31 mai 1915 dans le Pas de Calais avec le cargo Emma (*)
 
                                                  (Jugement déclaratif de décès rendu le 22 août 1916 par le Tribunal civil de Bordeaux et transcrit à Bordeaux, le ...)  
 
                                                                                                 [Judiciairement déclarés « Morts pour la France »]
 
                                                                                                                               [17/19]
 
                                                                                                                             État-major
 
                                                                                                                                   [6]  
 
 
   — AUTRAY Eugène Paul Marie, né le 8 septembre 1879 au village du Biot, commune de  Saint-Briac (Ille-et-Vilaine). Capitaine, inscrit  à Saint-Malo, n° 680 ; classe 1899, n° 1.879 au recrutement de Saint-Malo.
 
   Fils de Jacques Paul AUTRAY, né le 26 septembre 1857 à Paris (... Arr.), « propriétaire », et de Marie Joséphine BEAUREGARD, née le 20 janvier 1857 à Saint-Briac, « ménagère », son épouse (Registre des actes de mariage de la commune de Saint-Briac, Année 1878, suppl. f° 3, acte n° 19  – Registre des actes de naissance de la commune de Saint-Briac, Année 1879, f° 11, acte n° 38).
 
   Époux de Suzanne Eugénie Marguerite DUFLOS, avec laquelle il avait contracté mariage à Saint-Mandé (Seine – aujourd’hui Val-de-Marne –), le 12 juillet 1909 (Ibid.).
 
 
   — ALLÉE Pierre François, né le 14 décembre 1882 à Pleslin (Côtes-du-Nord – aujourd’hui Côtes-d’Armor –). Second capitaine ; capitaine au long-cours, inscrit au quartier de Dinan, n° 98 ; classe 1902, n° 1.644 au recrutement de Saint-Malo.
 
   Fils de Jean Julien Marie ALLÉE, né le 17 avril 1843 à Trigavou (Côtes-du-Nord – aujourd’hui Côtes-d’Armor –), marin, et de Françoise Victorine RABASTE, née le 7 novembre 1852 à Pleslin, « ménagère » ; époux ayant contracté mariage à Pleslin, le 20 juin 1876 (Registre des actes de mariage de la commune de Pleslin, Année 1876, f° 4, acte n° 3 – Registre des actes de naissance de la commune de Pleslin, Année 1882, f° 20, acte n° 38).  
 
   Époux de Marie Lucie AMIOT, née le 22 mars 1892 à Pleslin (Registre des actes de naissance de la commune de Pleslin, Année 1892, f° 4, acte n° 5 – 103), avec laquelle il avait contracté mariage à Pleslin, le 29 novembre 1913 (Ibid).
 
   Fille d’Yves Julien AMIOT, né le 1er août 1831 à Pleslin, marin, et de Marie Françoise RABASTE, née le 12 décembre 1849 à Pleslin, « ménagère » ; époux ayant contracté mariage à Pleslin, le 26 octobre 1890 (Registre des actes de mariage de la commune de Pleslin, Année 1890, f° 6, acte n° 5).
 
   [De Juillet 1912 à Août 1913, exerçait le commandement du trois-mâts barque Bayard, alors propriété de la Société bretonne de navigation, armé au long-cours pour un voyage en Australie.]  
 
 
   — DOUAUD Émile Joseph, né le 20 juillet 1864 à Rezé (Loire-Inférieure – aujourd’hui Loire-Atlantique –), au lieu-dit « Saint-Paul ». Chef mécanicien – ayant embarqué le 18 septembre 1911 –, inscrit à Nantes, n° 3.500 H.S., et antérieurement, le 1er février 1892, f° 3.974, n° 474 (Syndicat de Rezé) ; classe 1884, n° 838 au recrutement de Nantes. Brevet de mécanicien de 1re classe obtenu le 14 août 1896, n° 139.
 
   Fils de Félix Jean DOUAUD, né vers 1829, marchand de volailles, et de Marie Joséphine GAUDUCHON, née vers 1827, sans profession, son épouse (Registre des actes de naissance de la commune de Rezé, Année 1869, f° 15, acte n° 98).
 
 
    — BERTHO Francis Édouard, né le 15 juin 1883 à Saint-Nazaire (Loire-Inférieure – aujourd’hui Loire-Atlantique –), au lieu-dit « Méan ». Deuxième mécanicien – ayant embarqué le 1er août 1914 –, inscrit à Saint-Nazaire le 22 juin 1903, n° 3.007 ; classe 1903, n° 3.499 au recrutement de Saint-Nazaire. Brevet de mécanicien de 2e classe obtenu le 27 mars 1907.
 
   Fils de François BERTHO, né vers 1853, marin, et de Joséphine GUICHARD, né vers 1862, sans profession, son épouse (Registre des actes de naissance de la ville de Saint-Nazaire, Année 1883, f° 40, acte n° 311).
 
   Époux de Mathurine Louise PICHON, avec laquelle il avait contracté mariage à Bordeaux, le 14 avril 1914.
 
 
   — PRUNIER Jean Baptiste Louis. Troisième mécanicien, inscrit au Havre, n° 1.867. – 50 ans.
 
 
   — THOMAS  Pierre Vincent, né le 2 mai 1870 à Locmaria (Belle-Île, Morbihan). Maître d’équipage, inscrit à Belle-Ile, n° 607.
 
   Fils d’Onésime THOMAS, né le 11 avril 1840 à Locmaria et y décédé, le 5 juillet 1887 (Registre des actes de décès de la commune de Locmaria, Année 1887, f° 7, acte n° 22), marin, et de Victorine UHËL, née le 23 septembre 1846 à Locmaria, cultivatrice ; époux ayant contracté mariage  à Locmaria, le 8 juin 1869 (Registre des actes de mariage de la commune de Locmaria, Année 1869, f° 4, acte n° 6 – Registre des actes de naissance de la commune de Locmaria, Année 1870, f° 5, acte n° 15).
 
   Époux de Marie Hélène Pauline LOREC, née le 12 février 1871 à Bangor (Belle-Île, Morbihan), avec laquelle il avait contracté mariage à Locmaria, le 26 septembre 1899 (Registre des actes de mariage de la commune de Locmaria, Année 1899, f° 7, acte n° 12). Fille de Laurent LOREC et de Marie Rosalie HIGNARD, son épouse (Ibid.).
 
   
                                                                                                                             Équipage
 
 
                                                                                                                                 [11]
 
 
   — BAILLY Eugène Jean Baptiste, né le ... à ... (...). Chauffeur, inscrit à Binic, n° 1.387. – 28 ans.
 
 
   — BORNY Généreux Auguste, né le 22 avril 1883 au bourg de l’Île d’Yeu (Vendée). Matelot, inscrit à l’Île d’Yeu, n° 723.
 
   Fils de Joseph Luc BORNY, né le 18 juillet 1848 à l’Île d’Yeu, au lieu-dit « Ker Chauvineau », maçon, et de Marie Magdelaine Rose BESSONNET, née le 24 janvier 1849 à l’Île d’Yeu, sans profession ; époux ayant contracté mariage à l’Île d’Yeu, le 6 octobre 1874 (Registre des actes de mariage de l’Île d’Yeu, Année 1874, f°9 , acte n° 16 – Registre des actes de naissance de l’Île d’Yeu, Année 1883, f° 8, acte n° 24).
 
   Époux d’Augustine Marie Joséphine CADOU, née le 11 avril 1879 à l’Île d’Yeu (Registre des actes de naissance de l’Île d’Yeu, Année 1879, f° 8, acte n° 28), avec laquelle il avait contracté mariage à l’Île d’Yeu, le 3 novembre 1909 (Ibid.).
 
 
   — BOUCHARD François Georges, né le 11 août 1877 à Fort-Mardyck (Nord). Soutier, inscrit à Dunkerque, n° 1.044 ; classe 1897, n° 1.242 au recrutement de Dunkerque.
 
   Fils de Pierre Louis Théophile BOUCHARD, né vers 1846 à Fort-Mardyck et y décédé, le 7 octobre 1880, maître de pêche, et d’Émilie Pétronille HARS, née vers 1847 à Grande-Synthe (Nord) et décédée le 22 octobre 1880 à Fort-Mardyck, pêcheuse, son épouse (Registre des actes d’état civil de la commune de Fort-Mardyck, Année 1877, f° 14, acte n° 42).
 
   Époux de Julie Marie Pauline HARS, née le 31 octobre 1877 à Fort-Mardyck, avec laquelle il avait contracté mariage le 3 novembre 1896 à Fort-Mardyck (Registre des actes d’état civil de la commune de Fort-Mardyck, Année 1896, f° 46, acte n° 120). Fille de Gaspard Jérôme HARS, né le 5 septembre 1853 à Grande-Synthe et décédé en mer le 8 mai 1882 étant alors lieutenant à bord de la goélette Audacieuse, du port de Dunkerque ; et de Marie Isabelle Julie EVRARD, née vers 1856 à Grande-Synthe et décédée le 28 juin 1885 à Fort-Mardyck, pêcheuse, son épouse (Ibid.).
 
 
   — FATOU Charles Louis Jules, né le 8 août 1897 à Fort-Mardyck (Nord). Mousse, inscrit à Dunkerque, n° 525 ; classe 1897, n° 2.290 au recrutement de Dunkerque  
 
   Fils de Charles Louis  Clément FATOU, né le 3 octobre 1871 à Fort-Mardyck, marin, et de Marie Joséphine BENOIT, née le 29 octobre 1873 à Fort-Mardyck, pêcheuse ; époux ayant contracté mariage à Fort-Mardyck, le 25 juillet 1895 (Registre des actes d’état civil de la commune de Fort-Mardyck, Année 1895, f° 26, acte n° 65 – Année 1897, f° 25, acte n° 66).
 
   Frère du suivant.
 
 
   — FATOU Lucien Charles Gustave, né le 1er avril 1896 à Fort-Mardyck (Nord). Matelot, inscrit à Dunkerque, n° 5.360 ; classe 1896, n° 1.352 au recrutement de Dunkerque.
 
   Fils de Charles Louis  Clément FATOU, né le 3 octobre 1871 à Fort-Mardyck, marin, et de Marie Joséphine BENOIT, née le 29 octobre 1873 à Fort-Mardyck, pêcheuse ; époux ayant contracté mariage à Fort-Mardyck, le 25 juillet 1895 (Registre des actes d’état civil de la commune de Fort-Mardyck, Année 1895, f° 26, acte n° 65 – Année 1896, f° 9, acte n° 19).
 
   Frère du précédent.
 
 
    — FOURCADE René Jean Jacques, né le ... à ... (...). Novice, inscrit à Bordeaux, n° 14.502. – 17 ans (Jug. transcrit à Bordeaux, le ... ).
 
 
   — GRISOLET Louis Joseph Benjamin, né le 6 mai 1897 à Fort-Mardyck (Nord). Novice, inscrit à Dunkerque, n° 668 ; classe 1917, n° 2.323 au recrutement de Dunkerque.  
 
   Fils de Jacques Louis Hippolyte GRISOLET, né le 24 avril 1870 à Fort-Mardyck, marin, et d’Adèle Eugénie Hélène BENOIT, née le 10 juin 1875 à Fort-Mardyck, pêcheuse ; époux ayant contracté mariage à Fort-Mardyck, le 2 mars 1893 (Registre des actes d’état civil de la commune de Fort-Mardyck, Année 1893, f° 6, acte n° 14 – Année 1897, f° 11, acte n° 24).  
 
   Petit-fils de Louis Auguste Stanislas GRISOLET, né le 7 mai 1842 à Laon (Aisne), disparu en mer avec la goélette Scholler-Hof, armée à Dunkerque, présumée perdue corps et biens le 28 avril 1888 en Islande ; et d’Hortense Céline GODIN, « ménagère » ; époux ayant contracté mariage à Fort-Mardyck, le 5 mars 1869 (Registre des actes d’état civil de la commune de Fort-Mardyck, Année 1890, f° 28, acte n° 47 – Transcription Jug. Trib. civ. Dunkerque, 27 févr. 1890).
 
 
   — LE GALL François, né le ... à ... (...). Matelot, inscrit à Morlaix, n° 21.783. – 40 ans.
 
 
   — LE GOÏC Pierre Marie [dénommé par erreur LE GOFFIC par son acte de naissance], né le 27 février 1880 à Trédrez (Côtes-du-Nord – aujourd’hui Côtes-d’Armor –) et domicilié à Dunkerque (Nord). Soutier, inscrit à Lannion, n° 3.477 (Jug. transcrit à Dunkerque, le 10 mars 1917 : Registre des actes de décès de la ville de Dunkerque, Année 1917, f° 49, acte n° 164).
 
   Fils de François Marie LE GOFFIC, né le 29 mars 1850 à Trédrez, marin, et de Marguerite BERTHOU, née le 3 avril 1848 à Tréduder (Côtes-du-Nord – aujourd’hui Côtes-d’Armor –), filandière puis aubergiste ; époux ayant contracté mariage à Trédrez, le 21 mai 1871 (Registre des actes de mariage de la commune de Trédrez, Année 1871, f° 4, acte n° 3 – Registre des actes de naissance de la commune de Trédrez, Année 1880, f° 3, acte n° 4).
 
   Époux de Julia Berthe BOMMEL, née le 11 mai 1892 à Dunkerque, domestique, avec laquelle il avait contracté mariage à Dunkerque, le 7 octobre 1911 (Registre des actes de mariage de la ville de Dunkerque, Année 1911, f° 161, acte n° 315).
 
   Frère du suivant.
 
 
   — LE GOÏC Yves Marie, né le 1er août 1874 à Trédrez (Côtes-du-Nord – aujourd’hui Côtes-d’Armor –). Matelot, inscrit le 5 juin 1894 à Lannion, f° et n° 2.675 ; classe 1894, n° 1.820 au recrutement de Guingamp.  
 
   Fils de François Marie LE GOFFIC, né le 29 mars 1850 à Trédrez, marin, et de Marguerite BERTHOU, née le 3 avril 1848 à Tréduder (Côtes-du-Nord – aujourd’hui Côtes-d’Armor –), filandière puis aubergiste ; époux ayant contracté mariage à Trédrez, le 21 mai 1871 (Registre des actes de mariage de la commune de Trédrez, Année 1871, f° 4, acte n° 3 – Registre des actes de naissance de la commune de Trédrez, Année 1874, f° 19, acte n° 35).
 
   Époux de Joséphine LE LEVIER, née le 5 mars 1875 à Trédrez, couturière, avec laquelle il avait contracté mariage à Trédrez, le 14 février 1897 (Registre des actes de mariage de la commune de Trédrez, Année 1897, f° 4, acte n° 3).
 
   Frère du précédent.
 
 
   — LE HÉNAFF Jean Marie, né le 17 février 1896 à Plourhan (Côtes-du-Nord – aujourd’hui Côtes-d’Armor –). Soutier, inscrit le 27 novembre 1914 à Binic, n° 8.324.  
 
   Fils naturel d’Anne Marie LE HÉNAFF, née le 25 novembre 1876 à Pludual (Côtes-du-Nord – aujourd’hui Côtes-d’Armor –) et décédée le 11 mars 1960 à Paris (XIe Arr.) (Registre des actes de naissance de la commune de Plourhan, Année 1896, f° 5, acte n° 7).
 
   ________________________________________________________________________________________________________________________________________________
 
   (*) Dernière mise à jour : ALLÉE Pierre François, second capitaine.


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°46592
olivier 12
Posté le 15-05-2017 à 08:46:55  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Une photo de l'EMMA passant sous le fameux pont de Bristol
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/923/aYkB0W.jpg
 
et un dessin représentant son naufrage. (La passerelle de navigation y est d'ailleurs fort mal représentée...)
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/923/oCdpzf.jpg
 
Cdlt


---------------
olivier

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  EMMA - Compagnie Worms et Cie