FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  contre torpilleur DUNOIS

 

gizmo02 Forum Pages d'Histoire : demonts Soldats de la Grande Guerre : bonifacio, 2 utilisateurs anonymes et 42 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

contre torpilleur DUNOIS

n°882
lefebvre
Posté le 29-05-2007 à 17:19:55  profilanswer
 

Bonjour a tous
 
Je recherche toute sorte d'informations sur le contre torpilleur DUNOIS qui,je crois a participé au combat des dardanelles.
 
merci
cordialement
stephane

n°883
Terraillon​ Marc
Posté le 29-05-2007 à 21:05:53  profilanswer
 

Bonsoir
 
Blaye - 19 septembre 1913 : Deux grandes gabarres pavoisées, ayant à bord l'Harmonie de Blaye et un grand nombre de Blayais, quittent à 8 heures le port de Blaye, et jettent l'ancre près de l'ile Paté pour apporter le salut de la population blayaise à M. Raymond Poincaré, président de la République, qui, à bord du contre torpilleur " Dunois ", escorté des contre-torpilleurs d'escadre, remonte la Gironde vers Bordeaux, où le chef de l'Etat vient passer deux jours.  
 
http://perso.orange.fr/MT06/dunkerque_dunois.jpg
 
A bientot  :hello:


Message édité par Terraillon Marc le 29-05-2007 à 21:09:53

---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°884
Terraillon​ Marc
Posté le 29-05-2007 à 21:26:34  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Voici quelques CPA du navire DUNOIS :
 
http://perso.orange.fr/MT06/Dunois_xxx_1.JPG
 
http://perso.orange.fr/MT06/Dunois_xxx_2.JPG
 
http://perso.orange.fr/MT06/Dunois_xxx_3.JPG
 
http://perso.orange.fr/MT06/Dunois_xxx_4.JPG
 
http://perso.orange.fr/MT06/Dunois_xxx_5.JPG
 
Et un lien (site en anglais)
 
http://www.naval-history.net/WW1NavyFrench.htm#torpcs
 
A bientot  :hello:


Message édité par Terraillon Marc le 29-05-2007 à 21:34:52

---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°885
Ar Brav
Posté le 30-05-2007 à 13:14:33  profilanswer
 

lefebvre a écrit :

Bonjour a tous
Je recherche toute sorte d'informations sur le contre torpilleur DUNOIS qui,je crois a participé au combat des dardanelles.
merci
cordialement
stephane


 
Bonjour Stéphane,
Bonjour Marc (et un grand merci pour les photos  ;)  )
Bonjour à tous,
 
Quelques infos :
 
DUNOIS
 
Aviso-torpilleur type Dunois (1898-1920)
 
Chantier : Cherbourg
Commencé : 05/1896
Mis à flot : 06/10/1897
En service : 05/1898
Retiré : 12/01/1920
 
Caractéristiques : 904 t ; 7 200 cv ; 78 x 8,5 x 3,9 m
4 chaudières Normand, 2 hélices, 23 nds, 138 h
Armement : 6 pièces de 65 + 6 de 47
 
Observations :
25/05/1898 : armé pour essais ; 1904-1909 : Flottille de Bizerte
1914 : Escadre de la Manche
10/1914-01/1915 : Escadre des Contre Torpilleurs de Dunkerque (bombardements sur côtes des Flandres)
1919 : Mer Baltique, échoué, renfloué
1920 : Démoli
 
Sources : LV Roche, Dictionnaire des bâtiments de la Flotte (…), Tome II 1870-2006.
 
Vous pouvez télécharger les plans (de toute beauté, surtout les plans de forme, tout à l'huile de coude) du navire ici (au total 7,23 Mo):
 
http://www.servicehistorique.sga.d [...] php?id=157
 
Je n'ai pas trouvé trace par contre, de sa participation aux opérations des Dardanelles. Un autre lien, au cas où :
 
http://perso.orange.fr/grande.guerre/vedeldar.html
 
A chaque fois que j'ai franchi ce détroit en scrutant les côtes, les falaises et fortins aux jumelles, je ne pouvais m'empêcher de penser, bien que n'étant pas Clausewitz, "mais que sont-ils allé tenter dans un coupe-gorge pareil ?"
 
Bien cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 12-10-2008 à 07:49:03

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°886
lefebvre
Posté le 30-05-2007 à 16:51:30  profilanswer
 

bonjour a tous
merci pour les infos,et les photos.
j'ai telechargé les plans sur le site du service historique  
de la defense,effectivement ils sont extra surtout imprimé en format A0.
 
merci a tous
cordialement
stephane

n°887
henri asto​ul
La tranchée des baïonnettes
Posté le 01-06-2007 à 11:11:30  profilanswer
 

Ar Brav a écrit :

Bonjour Stéphane,
Bonjour Marc (et un grand merci pour les photos  :bounce: )
Bonjour à tous,
 
Quelques infos :
 
DUNOIS
 
Aviso-torpilleur type Dunois (1898-1920)
 
Chantier : Cherbourg
Commencé : 05/1896
Mis à flot : 06/10/1897
En service : 05/1898
Retiré : 12/01/1920
 
Salut la Marmar
A voir les photos ça ne devait pas être évident de mettre l'ancre au mouillage ou de faire penaud !
Amitiés. Henri
 
 
 
Caractéristiques : 904 t ; 7 200 cv ; 78 x 8,5 x 3,9 m
4 chaudières Normand, 2 hélices, 23 nds, 138 h
Armement : 6 pièces de 65 + 6 de 47
 
Observations :
25/05/1898 : armé pour essais ; 1904-1909 : Flottille de Bizerte
1914 : Escadre de la Manche
10/1914-01/1915 : Escadre des Contre Torpilleurs de Dunkerque (bombardements sur côtes des Flandres)
1919 : Mer Baltique, échoué, renfloué
1920 : Démoli
 
Sources : LV Roche, Dictionnaire des bâtiments de la Flotte (…), Tome II 1870-2006.
 
Vous pouvez télécharger les plans (de toute beauté, surtout les plans de forme, tout à l'huile de coude) du navire ici (au total 7,23 Mo):
 
http://www.servicehistorique.sga.d [...] php?id=157
 
Je n'ai pas trouvé trace par contre, de sa participation aux opérations des Dardanelles. Un autre lien, au cas où :
 
http://perso.orange.fr/grande.guerre/vedeldar.html
 
A chaque fois que j'ai franchi ce détroit en scrutant les côtes, les falaises et fortins aux jumelles, je ne pouvais m'empêcher de penser, bien que n'étant pas Clausewitz, "mais que sont-ils allé tenter dans un coupe-gorge pareil ?"
 
Bien cordialement,
Franck



---------------
Henri
n°888
Ar Brav
Posté le 01-06-2007 à 13:32:05  profilanswer
 

Salut la Marmar  
A voir les photos ça ne devait pas être évident de mettre l'ancre au mouillage ou de faire penaud !  
Amitiés. Henri  
 
Bonjour à tous,
Bonjour Henri,
 
J'ai eu la même réaction au vu des pioches, et debout dedans à 23 nds (et même moins), çà devait taper dur. Il n'y a qu'à regarder les tôles, on y voit ses côtes !
Et je ne parle pas des bouchons gras, qui devaient bien se marrer à la chaufferie, vu la taille...
 
Amicalement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°1838
JPC
Posté le 08-12-2007 à 18:02:43  profilanswer
 

Bonsoir, juste une ligne, sur la liste "Mémorial des officiers de marine : première guerre mondiale" le premier nom cité est Henri Gaston  Gonzalès de Linarès, décédé sur le contre-torpilleur Dunois le 31 août 1914 à Cherbourg (Manche).  JPC


---------------
Jean Pierre Clochon
n°7266
GENEAMAR
Posté le 25-07-2008 à 09:50:56  profilanswer
 

[:alain dubois:8] Pour la petite histoire...
 
Au 1er janvier 1899, en essais à CHERBOURG.
Commandant (du 25 mai 1898) : Robert Le MOINE des MARES, Capitaine de frégate.
Second : Alexandre Le TIEC, Lieutenant de vaisseau.
Enseignes de vaisseau : Achille LEFEBVRE (fus.) - Auguste MÉGISSIER (torp.).
Mécanicien principal de 2ème classe : Ferdinand EUZÉNÈS.
Médecin de 2ème classe (du 23 mai 1898) : Henri HENNEQUIN.
 
Au 1er janvier 1900, Escadre de Méditerranée.
Commandant (du 25 novembre 1899) : Émile LEMOGNE, Capitaine de frégate.
Second : Charles LAGRÉSILLE, Lieutenant de vaisseau.
Enseignes de vaisseau : Martin DAGUERRE (torp.) - Eugène DIRAISON - Achille LEFEBVRE (fus.) - Paul MASSE.
Mécanicien principal de 2ème classe : Ferdinand EUZÉNÈS.
Médecin de 2ème classe : Mathieu TADDEI dit TORELLA.
 
Au 1er janvier 1901, Escadre de Méditerranée.
Commandant (du 25 août 1899) : Marc CLOT, Capitaine de frégate.
Second : René de VIMONT, Lieutenant de vaisseau.
Enseignes de vaisseau : Charles ABERT (torp.) - Xavier DUKERS (Can.) - Henri JOUBERT (fus.) - Paul MASSE.
Mécanicien principal de 2ème classe : François SUBTIL.
Médecin de 2ème classe (du 1er octobre 1900) : Auguste HUTRE.
 
Au 1er janvier 1902, Escadre de Méditerranée.
Commandant (du 18 mai 1901) : Clodomir OZANNE, Capitaine de frégate.
Second : Michel VANNETZEL, Lieutenant de vaisseau.
Enseignes de vaisseau : Charles ABERT (torp.) - Pierre BOUCHARD - Élisée OLLIVIER (fus.) - Pierre SEIVE (can.).
Mécanicien principal de 2ème classe : François SUBTIL.
Médecin de 2ème classe : Émile ARDEBER.
 
Au 1er janvier 1903, en réserve normale à TOULON.
Commandant (du 1er janvier 1903) : Guy MAC-GUCKIN de SLANE, Lieutenant de vaisseau.
Mécanicien principal de 2ème classe : François SUBTIL.  
 
Au 1er janvier 1904, en réserve normale à TOULON.
Commandant : Marie GUYON, Lieutenant de vaisseau.
Mécanicien principal de 2ème classe : X... (non identifié).
 
Au 1er janvier 1906, 3ème Flottille de torpilleurs de Méditerranée.
Commandant (du 22 juillet 1905) : Frédéric PIGEON de SAINT-PAIR, Capitaine de frégate, Commandant la 3ème Flottille.
Second : Charles DRUJON, Lieutenant de vaisseau.
Enseignes de vaisseau : Ernest ENO (fus.) - Pierre MOUSSON.
Mécanicien principal de 2ème classe : François SUBTIL.
Médecin de 2ème classe (du 17 août 1904) : Félix DORSO.
 
Au 1er janvier 1908, 3ème flottille de torpilleurs de Méditerranée.
Commandant (du 25 janvier 1907) : Georges BÉCHON, Capitaine de frégate, Commandant la 3ème Flottille.
Second : René De VIMONT, Lieutenant de vaisseau.
Enseignes de vaisseau : Lucien ANTOINE (fus.) - Auguste LABOUREUR.  
Mécanicien principal de 2ème classe : Jean LOUX.
Médecin de 2ème classe (du 28 septembre 1907) : Démophile COULOMB.
 
Au 1er janvier 1909, 3ème Flottille de torpilleurs de Méditerranée.
Commandant (du 1er octobre 1908) : Louis VIAUX, Capitaine de frégate, Commandant la 3ème Flottille.
Second : René De VIMONT, Lieutenant de vaisseau.
Enseignes de vaisseau : Lucien ANTOINE (fus.) - Auguste LABOUREUR.
Mécanicien principal de 2ème classe : Louis PICHON.
Médecin de 2ème classe : Démophile COULOMB.
 
Au 1er janvier 1911, Station des torpilleurs de DUNKERQUE.
Commandant (du 10 octobre 1909) : Jean François AMET, Capitaine de vaisseau, et Commandant supérieur des torpilleurs et sous-marins de CALAIS-DUNKERQUE.
Second (du 5 août 1910) : Joseph SAINT-RAYMOND, Lieutenant de vaisseau.
Enseignes de vaisseau : Robert BOUTROUX - Jules REVERT.
Mécanicien principal de 2ème classe : Gaston DESPUJOLS.
Médecin de 2ème classe (du 2 janvier 1910) : Jean SAVIDAN.
 
Au 1er janvier 1912, Station des torpilleurs de DUNKERQUE.
Commandant (du 10 avril 1911) : Jean JAIME, Capitaine de vaisseau, et Commandant supérieur des torpilleurs et sous-marins de CALAIS-DUNKERQUE.
Second (du 17 septembre 1911) : Émile TALON, Lieutenant de vaisseau.
Enseignes de vaisseau : Charles LUCAS - Hippolyte SÉNAC.
Mécanicien principal de 2ème classe : François DUCH.
Médecin de 2ème classe : Gabriel QUENTEL.  
 
Au 1er janvier 1914, 2ème escadre légère.
Commandant (du 20 décembre 1913) : Marie LAVENIR, Capitaine de vaisseau, Chef de division, Commandant les flottilles de la 2ème Escadre légère.
Lieutenant de vaisseau : François MILLOT, Adjudant de division.
Second : Daniel RÉGLAT, Lieutenant de vaisseau.
Enseignes de vaisseau : de 1ère classe : Edmond DERRIEN - de 2ème classe : Albert DENIELOU.
Mécanicien principal de 1ère classe : Louis OZANNE, Mécanicien de division.
Médecin de 2ème classe : Albert MICHAUD.
 
 
 [:patrice pruniaux1:6]
 
Remise à jour le 24/07/2010

Message cité 1 fois
Message édité par GENEAMAR le 25-07-2010 à 14:57:11

---------------
Cordialement. Malou
n°7267
olivier 12
Posté le 25-07-2008 à 13:35:32  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
"Que sont-ils allés tenter dans un coupe-gorge pareil?" se demande Frank. Je me suis posé la même question à chaque passage du détroit.
 
Il est certain que cette opération, qui coûta tout de même 252000 tués et blessés aux forces de l'entente (et 280000 à l'armée turque) fut un échec grave et coûteux en cette année 1915. Ces pertes venaient s'ajouter aux 400000 soldats tués lors des offensives manquées de Joffre en Artois et en Champagne, et aux deux millions de soldats russes tués ou faits prisonniers en Lituanie et en Pologne. Une année désastreuse!
 
L'expédition des Dardanelles constitue une infraction flagrante aux règles les plus élémentaires de l'art militaire : secret, surprise, concentration des forces, choix du point d'attaque, connaissance de l'adversaire.  Les bombardements des forts de Koum Khaleh et de Sedul Bahr avaient donné l'alerte bien avant le débarquement. L'opération était mal préparée. Kitchener sous-estimait tellement l'armée turque qu'il ne fit aucun effort pour estimer sa force et son dispositif. Or cette armée, dirigée par le général allemand Liman von Sanders, était fort efficace, disposait de 84000 hommes et d'officiers exceptionnels comme le colonel Mustapha Kemal. Churchill ignorait le mouillage de mines dans le détroit de Chanak.
Le résultat fut une sanglante catastrophe.
 
Pourtant, il faut reconnaitre que l'idée de départ des stratèges était excellente, et sans doute l'une des meilleures de la 1ère guerre mondiale : la chute de la Turquie, en soulageant les armées russes du Caucase et en créant un second front sur le flanc sud de l'Allemagne, aurait très certainement écourté la guerre.
 
Cdlt
 
Olivier


Message édité par olivier 12 le 25-07-2008 à 13:40:36

---------------
olivier
n°7274
Ar Brav
Posté le 25-07-2008 à 17:26:04  profilanswer
 

Bonjour Olivier,
 
Je partage évidement ton point de vue. Bombarder les forts d'entrée des deux rives, puis revenir 3 jours après pour forcer le détroit m'a toujours semblé irréaliste, même si la météo y a contribué défavorablement. Les Turcs ont fait ensuite du tir sur cible, sans compter les mines, avec les pertes alliées que l'on connait. Quel gâchis. Et pourtant, s'ils avaient réussi, quel changement stratégique, avec un probable déplacement du centre de gravité des combats vers l'Est.
Ceci explique sans doute pourquoi l'amiral anglais Carden se soit fait subitement porter pâle le 16 mars, pour être remplacé par de Robeck. Carden avait annoncé le 15 que ses plans d'opérations étaient prêts et comptait attaquer le 17. La nuit a dû porter conseil...
 
Bien cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°7285
GENEAMAR
Posté le 26-07-2008 à 06:58:39  profilanswer
 

http://www.yelims.com/IPB/Smiley-IPB-217.gif     M.P.F.
 
- LOIR Marius, né le 26 février 1897, originaire de SAINT-JUST-en-CHAUSSÉE (Oise), Quartier-Maître Mécanicien, décédé le 6 juin 1918.- (Dossier médical confidentiel).


---------------
Cordialement. Malou
n°9561
soisick
Posté le 11-10-2008 à 21:05:14  profilanswer
 

GENEAMAR a écrit :

[:alain dubois:8] Pour la petite histoire...
 
Au 1er janvier 1911, Station des torpilleurs de DUNKERQUE.
Commandant (du 10 octobre 1909) : Jean François AMET, Capitaine de vaisseau, et Commandant supérieur des torpilleurs et sous-marins de CALAIS-DUNKERQUE.
Seond (du 5 août 1910) : Joseph SAINT-RAYMOND, Lieutenant de vaisseau.
Enseignes de vaisseau : Robert BOUTROUX (du 4 juillet 1909) - Jules REVERT (du 16 février 1910).
Mécanicien principal de 2ème classe (du 22 août 1909) : Gaston DESPUJOLS.
Médecin de 2ème classe (du 2 janvier 1910) : Jean SAVIDAN.
 
 [:patrice pruniaux1:6]  


 
 
Bonsoir
J'ai vu que vous parliez de Jean SAVIDAN médecin de 2ème classe (2.1.1910) pourriez vous m'en dire un peu plus.
Je sais aussi qu'il a été médecin à bord du Henri IV à BIZERTE.
Pourriez vous me dire où je pourrais trouver des informations sur cet arrière Grand Oncle. C'était un des frères de mon Grand-Père.
Merci d'avance et à vous lire  
Bien cordialement
Françoise BOUTIN / SAVIDAN


---------------
Françoise BOUTIN / SAVIDAN
n°9562
Ar Brav
Posté le 12-10-2008 à 05:41:29  profilanswer
 

Bonjour Françoise,
 
Soyez la bienvenue parmi nous. La toute nouvelle liste des Médecins de la Marine est en cours de constitution, Malou (Généamar) devrait être de retour bientôt et pourra peut-être alors, je le souhaite, vous renseigner.
 
Bon dimanche sous le beau ciel breton,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°9615
GENEAMAR
Posté le 15-10-2008 à 09:22:17  profilanswer
 

Bonjour Françoise, Bonjour Franck, bonjour à tous...
 
  Je ne puis donner guère de renseignements concernant la carrière de l'Officier de Santé de la Marine Jean Marie SAVIDAN, né le 2 janvier 1880. Il était entré dans la Marine en 1905. Médecin de 3ème classe le 1er février 1905, de 2ème classe le 1er septembre 1905. Chevalier de la Légion d'Honneur (ne figure pas en base Léonore). Port d'affectation, port matriculaire ROCHEFORT. Il sera promu Médecin de première classe le 28 janvier 1911. Même situation au 1er janvier 1917, affectation inconnue (dans mes archives).
 
  En toute logique, son dossier individuel devrait se trouver au Service Historique de la Marine de VINCENNNES (notes, affectations, autorisation de mariage, filiation, pension...). De même, les dossiers des Légionnaires se trouvent au CARAN (Archives Nationales, 60 rue des Francs-Bourgeois à PARIS et sont consultables 11 rue des Quatre fils PARIS 3ème, mais ce n'est pas simple !!!). Des reproductions peuvent être demandées (mais c'est payant, long, formulaires à remplir...)--- (voir le site LEONORE)---  
 
  Désolé de ne pouvoir en écrire davantage...
 
   

Message cité 1 fois
Message édité par GENEAMAR le 15-10-2008 à 11:30:31

---------------
Cordialement. Malou
n°9879
soisick
Posté le 21-10-2008 à 22:03:05  profilanswer
 

GENEAMAR a écrit :

Bonjour Françoise, Bonjour Franck, bonjour à tous...
 
  Je ne puis donner guère de renseignements concernant la carrière de l'Officier de Santé de la Marine Jean Marie SAVIDAN, né le 2 janvier 1880. Il était entré dans la Marine en 1905. Médecin de 3ème classe le 1er février 1905, de 2ème classe le 1er septembre 1905. Chevalier de la Légion d'Honneur (ne figure pas en base Léonore). Port d'affectation, port matriculaire ROCHEFORT. Il sera promu Médecin de première classe le 28 janvier 1911. Même situation au 1er janvier 1917, affectation inconnue (dans mes archives).
 
  En toute logique, son dossier individuel devrait se trouver au Service Historique de la Marine de VINCENNNES (notes, affectations, autorisation de mariage, filiation, pension...). De même, les dossiers des Légionnaires se trouvent au CARAN (Archives Nationales, 60 rue des Francs-Bourgeois à PARIS et sont consultables 11 rue des Quatre fils PARIS 3ème, mais ce n'est pas simple !!!). Des reproductions peuvent être demandées (mais c'est payant, long, formulaires à remplir...)--- (voir le site LEONORE)---  
 
  Désolé de ne pouvoir en écrire davantage...
 
   


 
 
 
Merci à vous pour ce message qui me donne quelques indications sur la carrière de ce grand oncle.
Si cela vous intéresse je peux vous dire qu'il a effectivement reçu la Légion d'Honneur , des mains du Président Fallières, pour, je cite "bravoure", le jour d' l'enterrement des pauvres malheureux qui étaient restés prisonniers de leur sous-marin.  Il est effectivement descendu dans le sous-marin "le Pluviose" qui a coulé dans le port de Calais. Il est allé rechercher d'éventuels survivants, mais hélas personne n'a survécu à cette collision.
Il est décédé à l'hôpital du Val de Grâces le 21.4.1942.à Paris.
Bien cordialement
Françoise BOUTIN/SAVIDAN
 
 
 


---------------
Françoise BOUTIN / SAVIDAN
n°9887
Ar Brav
Posté le 23-10-2008 à 06:39:53  profilanswer
 

Bonjour Soisick,
Bonjour à tous,
 
Merci pour ces renseignements au sujet de votre grand-oncle et du drame du Pluviôse. La fiche du sous-marin est là :
 
http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] _566_1.htm
 
Bien cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 23-10-2008 à 06:41:42

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°18646
mistraldj
Posté le 09-07-2009 à 13:02:28  profilanswer
 

Nonjour
J'ai rejoins le forum hier 8 juillet 2009 en recherchant des informations sur mon Grand-Oncle Fernand Darde, présent ailleurs sur ce site
Juste une anecdote, d'après une carte postale que je possède, adressée à sa mère depuis Bizerte le 21 juillet 1909, il était Officier à bord du Dunois (grade inconnu) lorsque celui-ci s'est échoué au large de Mahdia. Ils ont pu s'en sortir et regagner Bizerte "en se traînant" pour se rendre au bassin de Sidi-Abdallah.
Cordialement
Mistraldj

n°18867
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 21-07-2009 à 11:06:46  profilanswer
 

Le 19.2.1917 au matin, à une vingtaine de milles dans le S de Guernesey, le bateau-piège Q-18 alias Lady Olive coulait le sous-marin UC 18 avec tout son équipage. Sérieusement touché par UC 18 avant qu'il ne coule, Lady Olive sombrait à son tour 2 heures plus tard.
Le lendemain, alors qu'il était engagé dans une chasse aux sous-marins, le CT Dunois retrouvait les naufragés transis de froid, les recueillait à son bord et les débarquait à Cherbourg.
Cdlt
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°18872
dbu55
Posté le 21-07-2009 à 19:40:24  profilanswer
 

Bonsoir à toutes et à tous,
 
quelques marins du DUNOIS :
 
ADAM Joseph Louis né le 18/03/1886 à Orval (Manche), Matelot de 1ère Classe Canonnier - Décédé le 24/06/1918 (32 Ans) à l’hôpital Maritime Cherbourg (Manche) de Congestion Pulmonaire
 
DEHEERE Auguste Pierre né le 01/08/1893 à Cherbourg (Manche), Quartier Maître Mécanicien - Décédé le 18/02/1919 (25 Ans) à l’hôpital Maritime Cherbourg (Manche) de Congestion Pulmonaire Double Grippale
 
GONZALEZ DE LINARES Gaston né le 25/08/1866 à Conoda (Inde), Capitaine de Frégate  - Décédé le 31/08/1914 (47 Ans) - A bord du DUNOIS
 
Cordialement
Dominique


---------------
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]
n°24460
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 14-03-2010 à 22:02:49  profilanswer
 


   Bonsoir à tous,
 
 
   ■ Historique (complément).
 
 
   20 février 1917 : Recueille dans les parages des Sept-Iles et conduit à Cherbourg 20 hommes et trois officiers du bateau-piège britannique Q-18, encore dénommé Lady-Olive, coulé au canon la veille par l’UC-18 (V. ci-dessus).
 
   Le Q-18 était commandé par le lieutenant de réserve F. A. FRANCK.
 
 
   ■ Le sauvetage des naufragés du bateau-piège britannique Q-18, alias Lady-Olive (20 février 1917).
 
 
   I. ― Aviso-torpilleur Dunois – alors commandé par le capitaine de frégate Joseph Louis Copi –, Journal de navigation n° 2-1917 – 20 févr. ~ 24 mars 1917 – : Service historique de la Défense, S.G.A.  « Mémoire des hommes », Cote SS Y 166, p. num. 1194, 1196 et 1197 (Extraits).  
   
 
                                                              « Le Mardi 20 février 1917 ― En surveillance. Zone des Sept-Îles.
 
                                 .......................................................................................................................................................
 
                                                                                                   De 12 h à 16 h.
 
                                                                                    Des Sept-Îles à l’Île de Batz et retour.
 
                                                                                                   De 16 h à 20 h.

 
 
   16 h 00  – En vue de Tragoz et des Sept-Îles.  
 
   16 h 35  – Bonne surveillance.    
 
   17 h 30  –  Aperçu une embarcation par bâbord ; mis le cap dessus ; reconnu pavillon de guerre anglais. Stoppé pour sauver les hommes mais remis en marche à 130 tours apercevant un sous-marin en demi-plongée par travers tribord.
 
   17 h 40  – Poste de combat et fait des ronds. Diminué l’allure pour sauver les naufragés.
 
   18 h 18  – Aperçu un kiosque à 300 mètres derrière. Ouvert le feu et remis en route.  
 
   18 h 40  – Stoppé pour continuer le sauvetage. Amené la baleinière 2.  
 
   19 h 05  – Hissé la baleinière.
 
   19 h 25  – Remis en marche à 100 tours.
 
   19 h 30  – Sauvé 20 hommes et 3 officiers de la Marine royale de R...  
 
                                 ......................................................................................................................................................
 
 
                                                                       Mercredi 21 février 1917 ― De l’Île de Batz à Cherbourg.
 
                                 .......................................................................................................................................................
 
                                                                                                   De 4 h à 8 h.
 
                                 .......................................................................................................................................................
 
   7 h 40  – Aperçu deux chalutiers dont un remorquant un cutter armé.
 
   7 h 55  – Stoppé.
 
   8 h 00  –  Stoppé pour communiquer à la voix avec chalutier Sirius (l’autre chalutier est la Jeanne-d’Arc). Le Sirius nous rend compte qu’il a à bord 25 naufragés.
 
                                 .......................................................................................................................................................
 
                                                                                               De 16 h à 18 h 20.
 
   16 h 55  –  Entré en rade. Allure et routes diverses.
 
   17 h 50  –  Remorqueurs accostent, dont un pour prendre les naufragés anglais. Échange de hourras.  
 
   18 h 20  –  Amarré au port.
»
 
 
   II. ― Aviso-torpilleur Dunois – alors commandé par le capitaine de frégate Joseph Louis Copi –, Journal de bord n° 2-1917 – 13 févr.~  14 mars 1917 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 165, p. num. 746 (Extraits).  
   
 
                                                                     « En mer. De Cherbourg à lÎle de Batz (surveillance).
 
                                                                                            Mardi 20 février 1917.
 
                                 .......................................................................................................................................................
 
                                                                                                 De 16 h à 20 h.

 
   Service ordinaire à la mer, la bordée de quart aux postes de veille.
 
   17 h 35  – Aperçu un sous-marin ennemi à 4/4 par tribord ; mis aux postes de combat.
 
   18 h 10  –  Commencé le sauvetage des naufragés du vapeur anglais Q-18.
 
   18 h 17  – Aperçu le kiosque du sous-marin ennemi par tribord derrière ; ouvert le feu.
 
   18 h 55  – Continué le sauvetage des naufragés par la baleinière 2.
 
   19 h 05  – Hissé la baleinière 2. Repris le service ordinaire à la mer, la bordée de quart aux postes de veille.
»
 
 
                                                                                                  Mentions marginales
 
 
   « Dépenses de munitions.
 
    ● Cartouches en obus en acier pour canon 65/3.
 
          BM 3 – AM 8 3 – 06, RC 4 ; MC
 
          Dépensé : 2. Résidus : 2.
 
    ● Cartouches à obus en acier pour canon 47 mm.
 
          BM 2 – AM 8 1.05 SL.  
 
          Dépensé : 3. Résidus : 3. »
 
 
   « P.M. – Sauvé 20 hommes, plus 3 officiers, du vapeur anglais Q-18 coulé la veille au matin par un sous-marin ennemi.
 
     P.V. – Une couronne de sauvetage ayant été jetée à la mer pour le secours des naufragés (perdue).
»
 
   ____________________________________________________________________________________________
 
   Voir également à propos de l'engagement entre le bateau-piège Q-18 et le sous-marin allemand UC-18 :
 
 
   — E.KEBLE-CHATERTON, capitaine de corvette de réserve : « Les bateaux-piège Q-ships contre les sous-marins allemands », traduit de l’anglais par André Cogniet, officier de marine en retraite, chargé de la Section historique de la Marine pendant la guerre, éd. Payot, Paris, Oct. 1928, 251 p., 13 croquis, 251 p. et 26 photographies hors texte. V. spécialement p.102 à 105.
 
   _____________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.


Message édité par Rutilius le 04-09-2013 à 18:38:04
n°26867
dbu55
Posté le 24-07-2010 à 16:06:04  profilanswer
 

[Bonjour à toutes et à tous,
 
Article du Nouvelliste du Morbihan N°71 du 24 mars 1916 - Rubrique Chroniques Maritimes :
 
Le capitaine de frégate Cope Copi est nommé au commandement du torpilleur d'escadre Dunois
 
Corrigé le 25/07/2010 - Merci Malou
 
Cordialement
Dominique


Message édité par dbu55 le 25-07-2010 à 15:01:48

---------------
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]
n°26881
GENEAMAR
Posté le 25-07-2010 à 10:11:06  profilanswer
 

Bonjour Dominique, bonjour à tous...,
 
  Nouvelle coquille... Il s'agit du CF COPI... :pt1cable:

 
COPI Joseph Louis
 
Né le 9 octobre 1868 - Décédé.
Entre dans la Marine en 1886, Aspirant le 5 octobre 1889; port BREST. Au 1er janvier 1892, port BREST. Enseigne de vaisseau le 23 janvier 1892. Au 1er janvier 1894, sur le contre-torpilleur "FAUCON", Escadre de Méditerranée (Cdt Joseph PICARD). Officier breveté Torpilleur. Au 1er janvier 1896, sur le croiseur "TROUDE", Escadre de Méditerranée (Cdt Marie AUBERT). Le 5 octobre 1896, commandant un torpilleur de la Défense mobile de DUNKERQUE. Lieutenant de vaisseau le 15 novembre 1898. Au 1er janvier 1899, Commandant un torpilleur de la Défense mobile du 3ème arrondissement maritime à LORIENT. Au 1er janvier 1900, sur le croiseur "D'ESTAING", Division navale de l'Océan Indien (Cdt Eugène LORMIER). Aux 1er janvier 1901, 1902, sur le cuirassé garde-côtes "TEMPÊTE", Division navale de TUNISIE (Cdt Maurice MORIER). Au 1er janvier 1903, Officier-stagiaire sur la "COURONNE", École de canonnage. Officier breveté Canonnier. Au 1er janvier 1904, sur le même bâtiment, commandant la 2ème escouade d'Apprentis-canonniers. Chevalier de la Légion d'Honneur. Au 1er janvier 1906 (nomination du 25 mars 1904), Membre de la Commission d'expériences d'artillerie à GÂVRES. Aux 1er janvier 1908, 1909, Archiviste sur la "COURONNE", École de canonnage (Cdt Pierre DARRIEUS). Au 1er janvier 1911 (nomination du 2 octobre 1909), Commandant le contre-torpilleur "CARQUOIS", auprès du Vice-Amiral Marie AUBERT, Commandant en chef la 2ème Escadre. Le 2 septembre 1911, à PARIS, 4ème section (Matériel) de 'État-Major général de la Marine. Capitaine de frégate le 7 septembre 1913. Au 1er janvier 1914, Second sur le "DUGUAY-TROUIN", École navale (Cdt Marie MERVEILLEUX du VIGNAUX). Au 1er janvier 1915, port BREST. Du 26 mars 1916 au 13 novembre 1917, Commandant le torpilleur "DUNOIS", Division des Flottilles de CHERBOURG, puis 1ère Division de patrouilleurs de la Manche, 2ème Escadrille à CHERBOURG. Officier de la Légion d'Honneur. Au 1er janvier 1918, port BREST. --- Capitaine de vaisseau le 31 décembre 1919. Au 1er janvier 1921, Commandant le croiseur cuirassé "POTHUAU", École d'application de tir à la mer et École des Officiers canonniers.
 [:geneamar:8]
 


---------------
Cordialement. Malou
n°26883
GENEAMAR
Posté le 25-07-2010 à 15:17:07  profilanswer
 

Bonjour à tous...,
 
LAVENIR Marie Eugène Joseph Alfred
 
Né le 25 février 1864 à MÂCON (Saône-et-Loire) - Décédé.
Entre dans la Marine en 1881, Aspirant le 2 octobre 1884; port BREST. Aux 1er janvier 1885, 1886, sur le croiseur "NAÏADE", Division navale de l'Océan Indien (Cdts Pierre MOURAT puis Hippolyte LITTRÉ). Enseigne de vaisseau le 2 octobre 1886, Lieutenant de vaisseau le 18 novembre 1890. Au 1er janvier 1892, Second sur l'aviso-transport "POURVOYEUR", Station locale des Îles de la Société. Au 1er janvier 1894, port BREST. Officier brevété torpilleur. Chevalier de la Légion d'Honneur. Au 1er janvier 1896, sur le cuirassé "TRIDENT", Escadre de réserve de Méditerranée (Cdt Eugène GADAUD). Le 24 septembre 1896, Commandant le torpilleur N°144, Défense mobile de l'ALGÉRIE. Le 11 juin 1898, Commandant les torpilleurs de haute mer en réserve "ARCHER" et "DÉFI", Défense mobile du 2ème arrondissement maritime à BREST. Au 1er janvier 1900, sur le "BRETAGNE", École des Mousses (Cdt Victor IMHOFF). Au 1er janvier 1901, sur le croiseur cuirassé "POTHUAU", Aide de camp auprès du Contre-Amiral Léonce CAILLARD, Commandant une division de l'Escadre de Méditerranée. Breveté de l'École Supérieure de la Marine, promotion 1902. Le 1er mars 1903, Commandant le torpilleur de haute mer N°167 "ORAGE", Défense mobile de TUNISIE. Le 1er juin 1903, Commandant le contre-torpilleur "PIQUE", à ORAN, Défense mobile de l'ALGÉRIE. Le 9 mai 1905, à PARIS, Secrétaire du Conseil Spérieur de la Marine; et Membre de la Commission mixte des travaux publics. Capitaine de frégate le 15 mai 1906. Aux 1er janvier 1908, 1909, sur le croiseur cuirassé "LÉON-GAMBETTA", Aide de camp auprès du Vice-Amiral Horace JAURÉGUIBERRY, Commandant en chef l'Escadre du Nord. Le 26 novembre 1909, Commandant le contre-torpilleur "FANFARE", 2ème Escadre. Idem au 1er janvier 1911. Le 17 octobre 1911, Chef de la 2ème Section à l'État-Major du 2ème arrondissement maritime à BREST. Capitaine de vaisseau le 7 janvier 1913. Du 20 décembre 1913 au 30 août 1914, Chef de la Division des flottilles de la 2ème Escadre légère et Commandant le torpilleur "DUNOIS". Du 30 août au 31 décembre 1914, Commandant le croiseur "GUICHEN". Officier de la Légion d'Honneur. Au 1er janvier 1918, port BREST. --- Versé dans le cadre de réserve le 25 février 1920; port BREST. Commandeur de la Légion d'Honneur.
 [:geneamar:8]


---------------
Cordialement. Malou
n°26884
GENEAMAR
Posté le 25-07-2010 à 15:54:47  profilanswer
 

Bonjour à tous...,
 
RICHARD Jules Louis François Joseph
 
Né le 16 décembre 1867 à QUIMPERLÉ (Finistère) - Décédé le 21 janvier 1933 à BREST (Finsitère).
Entre dans la Marine en 1883, Aspirant de 1ère classe le 5 octobre 1886, Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1888; port BREST. Au 1er janvier 1892, Adjoint au capitaine de la compagnie des spécialités au 2ème Dépôt des Équipages de la Flotte à BREST. Au 1er janvier 1894, sur le cuirassé "NEPTUNE", Escadre de Méditerranée (Cdt Félix GATIER). Lieutenant le 5 mars 1894. Officier breveté Torpilleur. Au 1er janvier 1896, port BREST. Au 1er janvier 1897, sur le croiseur "POTHUAU" en essais à CHERBOURG (Cdt Paul GERMINET). Le 1er septembre 1898, en service à la Commission de réglage, Défense sous-marines à CHERBOURG. Le 12 juin 1899, en résidence à PARIS, Service central des torpilles et de l'électricité, Bureau technique et administratif. idem au 1er janvier 1902. Chevalier de la Légion d'Honneur. Aux 1er janvier 1903, 1904, 1906, port BREST. Au 1er janvier 1908, sur le cuirassé "SAINT-LOUIS", Aide de camp auprès du Contre-Amiral Jules Le PORD, Commandant une division de l'Escadre de Méditerranée. Au 1er janvier 1909, sur le cuirassé "JUSTICE", Aide de camp auprès du Contre-Amiral Jules Le PORD, Commandant une division de l'Escadre de Méditerranée. Le 11 février 1910, Aide de camp du Préfet maritime du 2ème arrondissement maritime à BREST, le Vice-Amiral Louis De MAROLLES. Capitaine de frégate le 30 mars 1911. Au 1er janvier 1912, sur le cuirassé "BOUVET", 1er Aide de camp auprès du Vice-Amiral Louis De MAROLLES, Commandant en chef la 3ème Escadre. En 1914, à la mobilisation, Commandant le croiseur "GUICHEN", ce jusque fin août, rejoignant la 2ème Escadre légère. Du 31 août 1914 au 25 mars 1916, Chef de la Division des flottilles de la 2ème Escadre légère et Commandant le torpilleurs "DUNOIS". Aux 1er janvier 1917; 1918, port BREST. Officier de la Légion d'Honneur. --- Capitaine de vaisseau le 11 août 1919. Au 1er janvier 1921, Commandant l' "ARMORIQUE", École des Apprentis Marins et des élèves de la Marine marchande.  
 [:geneamar:8]


---------------
Cordialement. Malou
n°26897
GENEAMAR
Posté le 26-07-2010 à 11:12:29  profilanswer
 

Bonjour à tous...,
 
De MARGUERYE Paul Marie Gabriel Amédée
 
Né le 26 octobre 1869 à THENON (Dordogne) - Décédé.
Entre dans la Marine en 1887, Aspirant le 5 octobre 1890; port TOULON. Au 1er janvier 1892, sur le croiseur "VILLARS", Division navale d'Extrême-Orient (Cdt Jean THOUNENS). Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1892. Au 1er janvier 1894, sur le croiseur "DAVOUT", Escadre de Méditerranée (Cdt Octave De BERNARDIÈRES). Au 1er janvier 1896, sur le contre-torpilleur "FAUCON", Escadre de Méditerranée (Cdt Alexandre FOUËT). Au 1er janvier 1897, sur le cuirassé "JAURÉGUIBERRY", en essais à TOULON (Cdt Xavier FORET). Au 1er janvier 1899, en résidence à TOULON. Lieutenant de vaisseau le 1er août 1899. Aux 1er janvier 1900, 1901, sur le croiseur cuirassé "BRUIX", Escadre du Nord (Cdts Louis THOMAS puis Paul AUVERT). Aux 1er janvier 1902, 1903, Second sur le croiseur "LINOIS", Escadre de la Méditerranée occidentale et du Levant (Cdt Élie SERRES). Au 1er janvier 1904, port TOULON. Chevalier de la Légion d'Honneur. Aux 1er janvier 1906, 1908, port TOULON. Au 1er janvier 1909, à disposition du Ministre des Affaires étrangères, détaché auprès du Gouvernement péruvien. Au 1er janvier 1911, en résidence à TOULON. Le 1er mars 1911, Commandant le contre-torpilleur "BALISTE", mouilleur de mines, 3ème Escadre. Capitaine de frégate le 14 novembre 1913. Au 1er janvier 1914, port TOULON. Du 15 décembre 1915 à juin 1917, Commandant le croiseur auxiliaire "ARTOIS".  Du 14 novembre 1917 au 22 juillet 1918, Commandant le torpilleur "DUNOIS", 1ère Division de patrouilleurs de Normandie, 2ème Escadrille de CHERBOURG. Officier de la Légion d'Honneur. Croix de Guerre. Capitaine de vaisseau le 7 juin 1918. --- Au 1er janvier 1921, Commandant le croiseur cuirassé "DESAIX", Division navale d'Extrême-Orient.
 [:geneamar:8]


---------------
Cordialement. Malou
n°26899
GENEAMAR
Posté le 26-07-2010 à 15:31:36  profilanswer
 

Bonjour à tous...,
 
SÉMICHON René Ernest
 
Né le 25 avril 1873 - Décédé.
Entre dans la Marine en 1891, Aspirant le 5 octobre 1894; port TOULON. Au 1er janvier 1896, sur le croiseur "DUGUAY-TROUIN", Division navale de l'Océan Pacifique (Cdt Charles BAYLE). Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1896. Au 1er janvier 1897, port TOULON. Au 1er janvier 1899, sur l'aviso-torpilleur "LÉVRIER", Escadre de Méditerranée (Cdt Jean GASCHARD). Au 1er janvier 1900, sur le "CALÉDONIEN", Annexe à l'École de canonnage (Cdt Henri PUGIBET). Officier breveté Canonnier. Aux 1er janvier 1901, 1902, sur le croiseur "BUGEAUD", Escadre d'Extrême-Orient (Cdt Georges LEFÈVRE). Le 26 décembre 1902, Second sur le torpilleur N°97, puis le torpilleur N°127, Défense mobile de la CORSE (Cdt Jean MOUTET). Idem au 1er janvier 1904. Lieutenant de vaisseau le 7 avril 1904. Au 1er janvier 1906, sur le cuirassé "GAULOIS", Escadre de Méditerranée (Cdt Marie de la CROIX de CASTRIES). Le 1er mars 1907, Commandant le sous-marin "DORADE", 1ère Flottille de sous-marins de la Méditerranée. Au 1er janvier 1909, Second sur le contre-torpilleur "CLAYMORE", Ecadre de Méditerranée (Cdt Joseph JEANSELME). Chevalier de la Légion d'Honneur. Le 2 novembre 1910, Commandant le sous-marin "TOPAZE", Station des sous-marins de TOULON. Idem au 1er janvier 1912. Au 1er janvier 1914, Second sur le torpilleur "FRIANT", Division navale du MAROC (Cdt François CARVÈS). Le 12 août 1914, à la mobilisation, Commandant le contre-torpilleur "AVENTURIER", rejoignant la 2ème Escadre légère. Il commande ce bâtiment jusqu'au 12 janvier 1917. Capitaine de frégate le 30 mars 1917. Du 23 juillet 1918 à juin 1919, Commandant le torpilleur "DUNOIS", 1ère Division de patrouilleurs de Normandie, 2ème Escadrille de CHERBOURG. --- Officier de la Légion d'Honneur. Au 1er janvier 1921, sur le croiseur cuirassé "MARSEILLAISE", Chef d'État-Major auprès du Contre-Amiral Henri PUGLIESI-CONTI, Commandant la Division navale de la Baltique.  
 [:geneamar:8]


---------------
Cordialement. Malou
n°46894
Memgam
Posté le 25-06-2017 à 11:57:21  profilanswer
 

Bonjour,
 
Le Dunois aborde le remorqueur Mouflon, mouillé sur bouées, en rade de Cherbourg. L'étrave écrasée et une voie d'eau, le torpilleur passe au bassin.
 
Source : La Lanterne du 16 janvier 1913.
 
En 1910, un projet de transformation en yacht présidentiel n'eut pas de suite.
En 1911, projet de transformation en mouilleur de mines.
En 1912, 1914 et 1916, projet de transformation en dragueur rapide.
 
Source : Henri Le Masson, Histoire du torpilleur en France, Académie de marine, 1967.
 
Cordialement.

n°46895
olivier 12
Posté le 25-06-2017 à 15:08:08  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Quelques belles CP du DUNOIS (dont certaines un peu différentes figuraient déjà sur le forum)
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/922/ktwDLx.jpg
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/922/N2FOLO.jpg
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/922/9Wdy7Q.jpg
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/922/Na8XMs.jpg
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/924/Fb1Yh3.jpg
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/922/WBBObQ.jpg
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/922/SBJyJr.jpg
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/923/c3JNhv.jpg
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/923/QuGXBi.jpg
 
Cdlt


---------------
olivier
n°46897
Memgam
Posté le 25-06-2017 à 17:53:56  profilanswer
 

Bonjour,  
 
A l'attention d'Yves D.
 
Le contre-torpilleur Dunois est crédité de la première attaque de sous-marin menée uniquement avec l'appareil d'écoute Walser (sujet dans le forum) au nord de Barfleur le samedi 16 mars 1918.
Le journal de bord décrit cette attaque (Sga mémoire des hommes, SS 166, pages 217 à 219).
Le site uboat.net ne signale pas de perte de sous-marin à cette date, mais indique que l'UB 17 a quitté Zeebruge le 11 pour une croisière sans retour et mentionne la date du 15 (dernier contact ? )  
Quel sous-marin peut-il avoir été impliqué dans l'affaire ?
 
Cordialement.

n°46930
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 30-06-2017 à 16:39:20  profilanswer
 

.
   Bonjour à tous,
 
 
   Dunois – Torpilleur d’escadre, premier du type (1898~1920).  
 
   Le torpilleur d’escadre Dunois fut administrativement considéré comme bâtiment armé en guerre :
 
     – du 2 août 1914 au 25 octobre 1915 ;
     – du 28 janvier 1916 au 25 mai 1917 ;
     – du 31 juillet 1917 au 9 mai 1918 ;
     – du 5 juillet 1918 au 3 août 1919.
 
   [Circulaire du 25 avril 1922 établissant la Liste des bâtiments et formations ayant acquis, du 3 août 1914 au 24 octobre 1919, le bénéfice du double en sus de la durée du service effectif (Loi du 16 avril 1920, art. 10, 12, 13.), §. A. Bâtiments de guerre et de commerce. : Bull. off. Marine 1922, n° 14, p. 720 et 738.].  
 
   Ce bâtiment fut mis en vente par l’administration des Domaines selon la procédure d’adjudication publique sur soumissions cachetées le 2 juin 1920, à Cherbourg (J.O. 5 mai 1920, p. 6.747 – Partie « Avis et communications »).


Message édité par Rutilius le 30-06-2017 à 16:40:14

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°46931
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 30-06-2017 à 17:09:02  profilanswer
 

.
   Bonjour à tous,
 
 
                                                                                             Commandants successifs du torpilleur d’escadre Dunois
 
 
 
   — LE MOINE des MARES Robert Pierre Charles Alfred Émile, capitaine de frégate, du port de Cherbourg. Désigné en Février 1898 pour suivre les travaux d’achèvement du bâtiment, à Cherbourg (J.O. 1er févr 1898, p. 688).
 
 
   — LEMOGNE Émile Marie Alphonse, capitaine de frégate, du port de Brest. Nommé à ce commandement par une décision présidentielle du 14 octobre 1899 (J.O. 17 oct. 1899, p. 6.861). Escadre de la Méditerranée.  
 
 
   — CLOT Marc Albert, capitaine de frégate, du port de Toulon. Nommé à ce commandement par une décision présidentielle du 21 janvier 1901 (J.O. 23 janv. 1901, p. 600). Commandement pris le 1er février 1901 (J.O. 24 janv. 1901, p. 617). Escadre de la Méditerranée.
 
 
   — OZANNE Clodomir Théodore, capitaine de frégate, du port de Toulon. Nommé à ce commandement par une décision présidentielle du 27 avril 1901 (J.O. 30 avr. 1901, p. 2.809). Commandement pris le 18 mai 1901 à Toulon (Ibid.). Escadre de la Méditerranée.  
 
 
   — MAC-GUCKIN de SLANE Guy, lieutenant de vaisseau, du port de Toulon. Nommé à ce commandement, à titre sédentaire, en Janvier 1903 (J.O. 7 janv. 1903, p. 83 – Liste de destinations). Bâtiment en réserve normale à Toulon.
 
 
   — CHOPARD Pierre, lieutenant de vaisseau, du port de Toulon. Nommé à ce commandement, à titre sédentaire, en Août 1903 (J.O. 11 août 1903, p. 5.163 – Liste de destinations). Bâtiment en réserve normale à Toulon.
 
 
   — GUYON Marie Antoine Albert Hilaire Marcel, lieutenant de vaisseau du port de Toulon. Nommé à ce commandement, à titre sédentaire, en Octobre 1903 (J.O. 22 oct. 1903, p. 6.435 – Liste de destinations). Bâtiment en réserve normale à Toulon.
 
 
   — DROUET Laurent Gaston, capitaine de frégate, du port de Rochefort. Nommé à ce commandement par une décision présidentielle du 13 avril 1904 [i](J.O. 16 avr. 1904, p. 2.379). Défense mobile de Bizerte.[/i]
 
 
   — PIGEON de SAINT-PAIR Frédéric Georges, capitaine de frégate, du port de Toulon. Nommé à ce commandement, ainsi qu’à celui de la 3e Flottille de torpilleurs de la Méditerranée, par une décision présidentielle du 22 juin 1905 (J.O. 24 juin 1905, p. 3.880). 3e Flottille de torpilleurs de la Méditerranée, à Bizerte.  
 
 
   — BÉCHON Georges, capitaine de frégate, du port de Lorient. Nommé à ce commandement, ainsi qu’à celui de la 3e Flottille de torpilleurs de la Méditerranée, par une décision présidentielle du 28 décembre 1906 (J.O. 30 déc. 1906, p. 8.720). 3e Flottille de torpilleurs de la Méditerranée, à Bizerte.
 
 
   — VIAUX Louis Gabriel, capitaine de frégate, du port de Cherbourg. Nommé à ce commandement, ainsi qu’à celui de la 3e Flottille de torpilleurs et de la 2e Flottille de sous-marins, par une décision présidentielle du 3 septembre 1908 (J.O. 4 sept. 1908, p. 6.201). 3e Flottille de torpilleurs de la Méditerranée, à Bizerte.
   
 
   — AMET Jean François Charles, capitaine de frégate, du port de Cherbourg. Nommé à ce commandement, ainsi qu’au commandement supérieur de la 2e Flottille de torpilleurs et de la 2e Flottille de sous-marins de la Manche, par une décision présidentielle du 16 septembre 1909 (J.O. 18 sept. 1909, p. 9.569). Commandement pris le 10 octobre 1909 (J.O. 23 sept. 1909, p. 9.675). 2e Flottille de torpilleurs de la Manche.
 
 
   — JAIME Jean Gilbert Nicomède, capitaine de vaisseau, du port de Rochefort. Nommé à ce commandement, ainsi qu’au commandement supérieur des Torpilleurs et sous-marins de Dunkerque, par une décision présidentielle du 25 février 1911 (J.O. 27 févr. 1911, p. 1.611). Torpilleurs et des sous-marins de Dunkerque.
 
 
   — SALAÜN Henri, capitaine de vaisseau, du port de Brest. Nommé à ce commandement, ainsi qu’à l’emploi de chef de division, commandant des flottilles de la 3e Escadre, par une décision présidentielle du 30 mai 1912 (J.O. 1er juin 1912, p. 4.911).  
 
 
   — LAVENIR Marie Eugène Joseph Alfred, capitaine de vaisseau, du port de Brest. Nommé à ce commandement, ainsi qu’à l’emploi de chef de division, chef de la Division des flottilles de Cherbourg, dans la 2e Escadre légère, par une décision présidentielle du 12 décembre 1913 (J.O. 14 déc. 1913, p. 10.792).  
 
 
   — GONZALÈS de LINARÈS Henri Gaston, capitaine de vaisseau, du port de Cherbourg. Nommé à ce commandement par un décret du 5 août 1914 (J.O. 7 août 1914, p. 7.233). Commandement pris le 28 août 1914. Division des Flottilles de Cherbourg, 2e escadre légère.
 
   [Décédé à bord le 31 août 1914 en rade de Cherbourg (Manche).]
 
   Commandement provisoirement exercé par Daniel Étienne Marie Georges RÉGLAT, lieutenant de vaisseau du port de Rochefort, officier en second.
 
 
   — RICHARD Jules Louis François Joseph, capitaine de frégate, du port de Brest. Nommé à ce commandement par un décret du 5 septembre 1914 (J.O. 9 sept. 1914, p. 7.876). Division des Flottilles de Cherbourg, 2e escadre légère.
 
 
   — COPI Joseph Louis, capitaine de frégate, du port de Brest. Nommé à ce commandement par un décret du 21 mars 1916 (J.O. 23 mars 1916, p. 2.303). Division des Flottilles de Cherbourg, 2e escadre légère.
 
 
   — De MARGUERYE Paul Marie Gabriel Amédée, capitaine de frégate, du port de Toulon. Commandement exercé du 14 novembre 1917 au 22 juillet 1918. 2e Escadre, Première division de patrouilleurs de Normandie, Station de Cherbourg.
 
 
   — SÉMICHON René Ernest, capitaine de frégate, du port de Toulon. Commandement exercé du 23 juillet 1918 au ... juin 1919. 2e Escadre, Première division de patrouilleurs de Normandie, Station de Cherbourg.
 
 
   — BRISSON Jean Joseph, capitaine de vaisseau, du port de Toulon, exerçant en outre le commandement de la Division navale de la Baltique, Station de Copenhague.
 


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  contre torpilleur DUNOIS