2 utilisateurs anonymes et 26 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2
Page Suivante
Auteur Sujet :

ELOBY — Cargo mixte — Elder Dempster Lines Ltd (African Steamship C°).

n°21393
thio
Posté le 22-10-2009 à 18:16:36  profilanswer
 

Reprise du message précédent :
Bonsoir à tous
 
Je suis également en attente d'une réponse de Dartagnan (message non relevé) car très intéressé par ce...vaisseau fantôme où un de mes concitoyens de l'époque naviguait...
 
Cdlt
Pierre

n°21394
thio
Posté le 22-10-2009 à 18:23:54  profilanswer
 

Re bonsoir
 
Merci Michel pour le lien
En zoomant un max et par analogie ça m'a bien l'être l'Eloby (nom sur la poupe)
Dans ce cas un grand merci
 
Pierre

n°21432
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 22-10-2009 à 23:31:50  profilanswer
 

Bonsoir Pierre
En effet, on peut lire avec une bonne part de certitude le nom d'Eloby (sur le flanc bâbord à peu de distance de la proue  :) . Il n'y a pas eu d'autre Eloby après celui-là donc c'est probablement lui.
Cdlt
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°21433
Terraillon​ Marc
Posté le 22-10-2009 à 23:41:03  profilanswer
 

Bonsoir
 
Voici le navire  
 
http://navires-14-18.com/photos/E/ELOBY_XX_1w.jpg
 
A bientot  :hello:


Message édité par Terraillon Marc le 22-10-2009 à 23:41:34

---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°21460
martinez r​enaud
fortes creantur fortibus
Posté le 23-10-2009 à 18:03:59  profilanswer
 

Bonsoir Michel, bonsoir Marc, bonsoir à tous
Merci pour vos recherches, plus fructueuses que les miennes
Cette photo est-elle libre de droit ?
Amicalement
Renaud


---------------
Gloire aux 53ème et 253ème RI
n°23700
patrice du​pin
Posté le 22-01-2010 à 19:51:04  profilanswer
 

Messieurs,je suis en mesure de vous assurer que la foto est bien celle de l'ELOBY,a ce jour c'est la seule connue,elle est parue dans un livre anglais  sur le port de Liverpool,et la compagnie Elder Dempster,en 1921,livre difficile à trouver j'ai raté sa vente 100$,il faut vous préciser que ce bateau est classé SS donc il a un sister ship,allez je vous facilite la tache,chercher sur les sites listing anglais EBANY,attention il existe un Ebany plus recent il y a 2 ou 3 fotos trés nette,


---------------
patricedupin
n°23702
olivier 12
Posté le 22-01-2010 à 20:26:59  profilanswer
 

Bonjour à tous, Bonjour Patrice,
 
Incontestablement, la photo mise en ligne par Marc est bien celle de l'ELOBY.
 
Toutefois, il est difficile d'affirmer qu'il avait un sister ship. Les lettres SS figurant avant le nom de certains navires signifient "Steamer Ship", autrement dit, navire à vapeur, par opposition à MS "Motor Ship" ou encore MV "Motor Vessel" ou navire à moteur.
 
Mais cela ne veut pas dire qu'il y a forcément plusieurs navires de la même série...
 
Quant aux lettres HMS, que l'on trouve devant d'autres noms, elles signifient qu'il s'agit d'un navire de guerre britannique "Her Majesty...."
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 22-01-2010 à 21:02:16

---------------
olivier
n°23723
thio
Posté le 23-01-2010 à 10:07:56  profilanswer
 

Bonjour à tous
 
Merci de ces précieuses précisions techniques.
Un petit ajout pour vous dire que j'ai trouvé sur internet (mais où et comment ?) la photo du kapitanleutnant Max Valentiner qui a torpillé l'Eloby.
Je vais être exigeant mais est-il possible de retrouver une photo du sous marin U38 en question ou pour le moins d'un sous marin du même type (pour agrémenter une présentation visuelle) ?
D'avance merci de vos lumières...
 
Pierre

n°23726
Terraillon​ Marc
Posté le 23-01-2010 à 11:15:00  profilanswer
 

Bonjour
 
Peut être à cette adresse ...
 
http://www.histomar.net/GSM/htm/valentiner.htm
 
A bientot  :hello:


Message édité par Terraillon Marc le 23-01-2010 à 11:15:12

---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°23808
Memgam
Posté le 27-01-2010 à 17:44:57  profilanswer
 

A l'attention de ALVF, AR BRAV, YVES D, au sujet de l'opinion des Britanniques sur la participation française à la guerre de 1914-1918 :
 
"...Cela ne nous empêche pas d'avoir mesuré la grandeur de l'aide magnifique et loyale, apportée à la cause commune par les navires français de guerre et de commerce, sur tous les océans et sur toutes les mers, mais plus spécialement dans la Méditerranée et la Manche...
...Si l'on tient compte de cette limitation de ses moyens, on trouve merveilleux que la France ait pu entretenir 1 200 patrouilleurs dans la Méditerranée.
La Marine française n'avait pas de nouveaux navires et ne possédait pas assez d'armes ; mais trois choses ne lui ont jamais manqué : le courage, le dévouement, et le talent professionnel.
Grâce à ses vertus militaires, la Marine française surmonta les obstacles qui se dressaient devant elles, et malgré sa pauvreté matérielle, lutta avec un élan, une énergie et un enthousiasme qui défient l'éloge, contre un ennemi fuyant et cruel.
Ces faits, les Français les connaissent, mais ils ne sont pas reconnus comme ils le devraient hors des frontières de la France. Cependant, deux Anglais au moins s'en rendent pleinement compte : ce sont ceux dont les noms sont inscrits à la fin de cette préface..."
 
Cherchez les auteurs...

n°23940
patrice du​pin
Posté le 01-02-2010 à 11:38:56  profilanswer
 

Bonjour à tous ,pour valentiner des infos sur le site uboat.net,le type de sous-marin U38 est un modéle type U31,vous trouverez de superbes dessins en 3D sur :dreadnoughtproject.org,en cadeau libre de droit une foto du U38
 
 
 
 
http://images.mesdiscussions.net/p [...] ne_U38.jpg
 
 


---------------
patricedupin
n°23950
thio
Posté le 01-02-2010 à 22:04:41  profilanswer
 

Bonsoir à tous
 
Merci Patrice, merci pour les liens et la photo qui pourront profiter à tout le monde.
 
Cordialement
Pierre

n°24074
Provencal
Posté le 07-02-2010 à 16:58:13  profilanswer
 

Rutilius a écrit :


   Bonjour à tous,
Sur la liste du 1er ram je ne trouve pas le nom de mon grand père Durand Romuald,il devait pourtant se trouver sur le bateau. Merci si vous pouvez me renseigner.A bientot.
   
 
                            Passagers militaires disparus avec l’Eloby, torpillé le 19 juillet 1917 (liste partielle : 57 noms)
 
 
   ■ 96e Bataillon de tirailleurs sénégalais :
 
 
     – BLOT Henri Jean Marie Alfred, né le 4 aout 1890 à Val-d’Izé (Ille-et-Vilaine), Soldat de 2e classe, Matricule 01.228, Classe 1910, Recrutement de Vitré (Jug. Trib. Marseille, 21 mars 1918, transcrit à Marseille, le 6 mai 1918).
 
     – BRUNON Georges, né le 30 mars 1888 à Lorette (Loire), Caporal fourrier, Matricule n° 1.369, Classe 1908, Recrutement de Montbrison (– d° –).
 
     – COULIBALY Bafotigué, né en 1895 à Diaradougou (Côte-d'Ivoire), Soldat de 2e classe, Matricule n° 53.256, Recrutement inconnu (– d° –).
 
     – DUMAINE Ulysse Paul Albert, né le 24 avril 1894 à Lonlay-l’Abbaye (Orne), Soldat de 2e classe, Matricule n° 21e/11.277, Classe 1914, Recrutement d’Argentan (– d° –).
 
     – NOCTAR NIENG, né en 1895 à Combo (Sénégal), Soldat de ... classe, Matricule n° 14.595, Classe et lieu de recrutement inconnus (– d° –).
 
 
   ■ 1er Régiment d'artillerie de montagne :  
 
 
     – BALART Louis, né le 25 mai 1890 à Capendu (Aude), Trompette, Matricule n° 02.662, Classe 1910, Recrutement de Toulouse (Jug. Trib. Marseille, 21 mars 1918, transcrit à Marseille, le 6 mai 1918).  
 
     – BARNABÉ Charles Alphonse Frédéric, né le 29 août 1893 à Rignac (Aveyron), 2e canonnier, Matricule n° 5.595, Classe 1913, Recrutement de Rodez (– d° –).
 
     – BAUBAN Marie Lucien Raoul, né le 8 mai 1891 à Paris (XVIIIe Arr.), 2e canonnier, Matricule n° 019.220, Classe 1911, Recrutement de Versailles (– d° –).
 
     – BERNARD Louis Constantin, né le 2 novembre 1877 à Aix-les-Bains (Savoie), Maître pointeur, Matricule n° 11.155, Classe 1897, Recrutement de Chambéry (– d° –).
 
     – BISSON Louis Léon André, né le 22 mars 1895 à Estrées-la-Campagne (Calvados), 2e canonnier, Matricule n° 8.780, Classe 1915, Recrutement de Falaise (– d° –).
     
     – BOUTONNET Edouard, né le 21 avril 1882 à Yzeure (Allier), 2e canonnier, Matricule n° 09.504, Classe 1902, Recrutement de Montluçon(– d° –).  
 
     – BRAUD Francis, né le 18 août 1885 à Mouzillon (Loire-Inférieure), 2e canonnier, Matricule n° 09.504, Classe1905, Recrutement d’Ancenis (– d° –).
 
     – BRIFFOD François, né le 15 juin 1877 à Plainpalais (Canton de Genève, Suisse), 2e canonnier, Matricule n° 11.311, Classe 1897, Recrutement d’Annecy (– d° –).
 
     – CASTEX Jacques Paul André, né le 24 juin 1893 à Paris (VIIIe), 2e canonnier, 75e batterie, Matricule n° 8.637, Classe 1913, Recrutement de la Seine, 5e bureau  (– d° –).
 
   Cité de la sorte à l'ordre de l'armée : «  Disparu en accomplissant son devoir militaire lors de la destruction de l'Eloby torpillé par un sous-marin » (Ouest-Eclair - éd. de Caen -, n° 6.540, 4 oct. 1917, p. 4).  
 
     – CHALANÇON Jean Pierre, né le 25 décembre 1881 à Gumières (Loire), 2e canonnier, Matricule n° 07.955, Classe 1901, Recrutement de Montbrison (– d° –).
 
     – CHAPIN Jean, né le 15 janvier 1880 à La Noë-Blanche (Ille-et-Vilaine), 2e canonnier, Matricule n° 06.501, Classe 1900, Recrutement de Rennes (– d° –).
 
     – CHOPIN Joseph, né le 10 janvier 1889 à Marchampt (Rhône), 2e canonnier, Matricule n° 01.142, Classe 1909, Recrutement du Rhône-Nord (– d° –).
 
     – CONDEVAUX François, né le 2 juin 1880 à Fessy (Haute-Savoie), 2e canonnier, Matricule n° 06.130, classe 1900, Recrutement d’Annecy (– d° –).
 
     – DELAINE Emmanuel Henri Charles Alexandre, né le 4 novembre 1890 à Wanquetin (Pas-de-Calais), Maréchal des logis, Matricule n° 017.017, Classe 1907, Recrutement d’Arras (Acte – et non jugement – transcrit le 24 août 1918 à Wanquetin, ce qui laisse supposer que le corps fut retrouvé).  
 
     – DURAND Alphonse Joseph Louis, né le 1er octobre 1886 à Longnes (Sarthe), 2e canonnier, Matricule n° 015.758, Classe 1906, Recrutement du Mans (Jug. Trib. Marseille, 21 mars 1918, transcrit à Marseille, le 6 mai 1918).
 
     – DURAND Armand, né le 3 septembre 1882 à Colombes (Seine – désormais Hauts-de-Seine –), 1er canonnier, Matricule n° 09.506, Classe 1902, Recrutement de la Seine (– d° –).  
 
     – DUVERNOIS Étienne, né le 21 juin 1879 à Arleuf (Nièvre), 2e canonnier, Matricule n° 13.230, classe 1899, Recrutement de Nevers (– d° –).
 
     – EGLER Albert, né le 22 juin 1880 à « Vasselone (Allemagne) » – vraisemblablement à Wasselonne (Bas-Rhin) –, 2e canonnier, Matricule n° 06.101, Classe 1900, Recrutement de Lyon-Central (– d° –).
 
     – GIROUD Auguste Aimé Ernest, né le 5 décembre 1894 à Poids-de-Fiole (Jura), 2e canonnier, Matricule n° 8.671, Classe 1914, Recrutement de Lons-le-Saulnier (– d° –).
 
     – GRANEREAU Joannès Pierre, né le 16 octobre 1888 à Saint-Pierre-Nogaret (Lot-et-Garonne), 2e canonnier, Matricule n° 014.258, Classe 1908, Recrutement de Marmande (– d° –).
 
     – LAFFITTE Gabriel Marius Joseph, né le 30 juillet 1892 à Leran (Ariège), 2e canonnier, Matricule n° 8.680, Classe 1912, Recrutement de Foix (– d° –).
 
     – LAFFON Alexandre Jean Honoré, né le 16 mai 1884 à Canet [-en-Roussillon] (Pyrénées-Orientales), Vétérinaire aide-major, Matricule n° 115, Classe 1904, Recrutement de Toulouse (– d° –).
 
     – LAHORE Pierre Saturnen, né le 15 janvier 1896 à Buros (Basses-Pyrénées – aujourd’hui Pyrénées-Atlantiques –), 2e canonnier, Matricule n° 8.912, Classe 1916, n° 1.292 au recrutement de Pau (– d° –).
 
     – LAURIO Auguste Laurent Maximin Joseph, né le 16 novembre 1896 à Louey (Hautes-Pyrénées), 2e canonnier, Matricule n° 8.974, Classe 1916, Recrutement de Tarbes (– d° –).
 
     – LE GALL Henri Jean, né le 20 mai 1893 à Ploumagoar (Côtes-du-Nord), Brigadier, Matricule n° 8.249, Classe 1913, Recrutement de Guingamp (– d° –).
 
     – LIVET Étienne, né le 16 mai 1896 à Beaujeu (Rhône), 2e canonnier, Matricule n° 9.360, Classe 1916, Recrutement du Rhône-Nord (– d° –).
 
     – LÉTRU Charles, né le 21 février 1886 à Saint-Hilaire-la-Palud (Deux-Sèvres) et y domicilié, 2e canonnier, Matricule n° 015.697, Classe 1906, Recrutement de Parthenay (– d° –).
 
     – LOURS Jean Marie Sigismond Marcel, né le 16 avril 1896 à Marmanhac (Cantal), 2e canonnier, Matricule n° 8.783, Classe 1916, Recrutement d’Aurillac (– d° –).  
 
     – MAMERI Ahmoud, né le 30 août 1896 à A… Taya (Département d’Alger, Algérie), 2e canonnier, Matricule n° 12.381, Classe 1915, Recrutement d’Alger (Jug. Trib. Marseille, 26 avril 1922, transcrit à Marseille, le 22 juin 1922)  
 
     – MARIETTE Alexandre Louis Eugène, né le 10 novembre 1889 à Épinay-sur-Odon (Calvados), 2e canonnier, Matricule n° 01.452, Classe 1909, Recrutement de Caen (Jug. Trib. Marseille, 21 mars 1918, transcrit à Marseille, le 6 mai 1918).
 
     – MARROU Germain Simon Paul, né le 21 février 1894 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) et domicilié à Paris (XVIIIe arr.), Sous-lieutenant à titre temporaire, Matricule n° 510, Classe 1914, Recrutement de Riom (– d° –).
 
     – MIQUEL Charles, né le 14 août 1895 à Lézignan (Aude), 2e canonnier, Matricule n° 7.911, Classe 1915, Recrutement de Béziers (– d° –).  
 
     – MOREL Jean Baptiste François Henri Clément, né le 30 juillet 1895 à Rougé (Loire inférieure), 2e canonnier, Matricule n° 12.381, Classe 1915, Recrutement d’Ancenis (– d° –).
 
     – NAHAN Gustave Émile, né le 6 septembre 1891 à Boucé (Orne), 2e canonnier, Matricule n° 8.772, Classe 1911, Recrutement d’Argentan (– d° –).          
 
     – PATUREL Louis Émile, né le 3 janvier 1896 à Tenay (Ain) et y domicilié, Aide-maréchal-ferrant, Matricule n° 8.695, Classe 1915, Recrutement de Belley (– d° –).
 
     – PONTHET Paul, né le 30 novembre 1878 à Saint-Paul (Haute-Savoie), 2e canonnier, Matricule n° 12.330, Classe 1898, Recrutement d’Annecy (– d° –).
 
     – PRADINES Henri Jean, né le 25 avril 1883 à Rennes (Ille-et-Vilaine), Médecin auxiliaire, Matricule n° 010.512, Classe 1903, Recrutement de Rennes (– d° –).    
 
     – PROVENS Jean Alexis, né le 24 juin 1878 à Saint-Jorioz (Haute-Savoie), 2e canonnier, Matricule n° 12.304, Classe 1898, Recrutement d’Annecy (– d° –).
 
     – RAYMOND Lucien, né le 17 janvier 1891 à Langeac (Haute-Loire), 2e canonnier, Matricule n° 7.919, Classe 1911, Recrutement du Puy-en-Velay (– d° –).
 
     – SALOMON Marie Edouard François, né le 19 septembre 1890 à Ouhans (Doubs) et domicilié à Granges-Maillot (Doubs), 2e canonnier, Matricule n° 02.743, Classe 1910, Recrutement de Besançon (– d° –).  
 
     – SOURON Michel Marie, né le 18 août 1887  à Saint-Jean-Trolimon (Finistère), 2e canonnier, Matricule n° 017.105, Classe 1907, Recrutement de Quimper (– d° –).
 
     – TOUBON Honoré, né le 17 avril 1878 à Antibes (Alpes-Maritimes), 2e canonnier, Matricule n° 12.802, Classe 1898, Recrutement de Nice (– d° –).
 
     – TUQUET Pierre, né le 18 juillet 1896 à Momas (Basses-Pyrénées), 2e canonnier, Matricule n° 8.913, Classe 1916, Recrutement de Pau (– d° –).  
 
     – VACHAT Jean Désiré, né le 14 janvier 1877 à Habère-Poche (Haute-Savoie), 2e canonnier, Matricule n° 11.299, Classe 1897, Recrutement d’Annecy (– d° –).
 
     – VIET Jules Émile, né le 14 mai 1896 à Tourteron (Ardennes), 2e canonnier, Matricule n° 8.634, Classe 1916, Recrutement de Reims (– d° –).
 
 
  ■ 19e Régiment de dragons :
 
 
     – VOISIN Pierre, né le 3 janvier 1889 à Busserolles (Dordogne), Soldat de 2e classe, Matricule n° 02.231, Classe 1909, Recrutement de Limoges (Jug. Trib. Marseille, 21 mars 1918, transcrit à Marseille, le 6 mai 1918).
 
 
  ■ 3e Régiment de spahis algériens :
 
 
     – ABDELHAFID Ben Saadi Nedjaï, présumé né en 1896 à la Tribu des Zibans de Biskra (Département de Constantine, Algérie), Soldat de 1re classe, Matricule n° 1.224, Classe 1913, n° et lieu de recrutement inconnus (Jug. Trib. Marseille, 11 avr. 1919, transcrit à Marseille, le 7 mai 1919).
 
 
  ■ 141e  Régiment d'infanterie :
 
 
     – AUBERT Ernest Louis, né le 12 juin 1896 à Toulon (Var), Soldat de … classe, Matricule n° 17.882, Classe 1916, Recrutement de Marseille (Jug. Trib. Marseille, 21 mars 1918, transcrit à Marseille, le 6 mai 1918).
 
 
  ■ 115e  Régiment d'infanterie territoriale :
 
 
     – BAUDIN François Eugène, né le 17 février 1883 à Péone (Alpes-Maritimes), Soldat de … classe, Matricule n° 08.460 bis, Classe 1903, Recrutement de Nice (Jug. Trib. Marseille, 21 mars 1918, transcrit à Marseille, le 6 mai 1918).
 
     – MASTRON Baptiste Jean Marie, né le 23 juillet 1873 à Montesquiou (Gers) et y domicilié, Soldat de … classe, Matricule n° 16.833, Classe 1893, Recrutement de Mirande (– d° –).
 
     – NOVARA Laurent Louis, né le 6 août 1875 à Marseille (Bouches-du-Rhône) et y domicilié, au 6, rue Guichard, Caporal, Matricule n° 3.837, Classe 1895, Recrutement de Marseille  (– d° –).    
 
 
  ■ Trésorerie et postes aux armées :
 
 
     – GIORGI Jacques, né le 18 septembre 1881 à Sainte-Marie-de-Lota (Corse) et domicilié à Marseille (Bouches-du-Rhône), 12, quai de la Joliette, Sous-agent des P. & T. à bord de l’Eloby, Trésorerie et postes aux armées, Classe 1901, Recrutement d’Ajaccio (Jug. Trib. Marseille, 11 avr. 1919, transcrit à Marseille, le 7 mai 1919).
 
   __________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.
   ______________________________________________________________________________
 
   Dernière insertion [1]: 19 déc. 2009.  Merci à Gilles (Gilles 61-14), Pierre (THIO), Michel (Michel C) et Patrice pour leurs contributions respectives à l'établissement de la présente liste de disparus.  


n°24154
patrice du​pin
Posté le 15-02-2010 à 20:20:45  profilanswer
 

Cher Thio, RAS pour votre grpere,mais il faudrait son prénom exact,pas de Romuald Durant identifié,etes vous sur du prénom?,et oui car il y a 2636 Durand MPF,et SGA n'affiche que les 200 premiers ,donc un prénom précis serai utile, quel est son régiment ?  si c'est le 1RAM,c'est trés intéressant,car seule la 76° batterie n'est pas identifiée (JMO non disponible),si c'est le 96°BTS 12 noms pas sités dans les JMO ...à suivre   amicalement patrice


---------------
patricedupin
n°24182
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 18-02-2010 à 18:07:23  profilanswer
 


   Bonsoir à tous,      
 
 
   Journal des marches et opérations du 96e Bataillon de tirailleurs sénégalais – 12 mars 1917 ~ 12 avril 1919 –, Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoires des hommes », Cote 26 N 873/4, p. num. 2 et 3.
 
 
    « En station au Camp de Boulouris du 12 mars 1917.
 
   — 12 mars 1917 (Boulouris).
 
   Formation du Bataillon sous le commandement du capitaine Bellières (Voir procès-verbal ci-joint).
(*)
 
   — 28 mars 1917 (Boulouris).
 
   Prise de commandement du Bataillon par M. le capitaine Charpentier.
 
   — 1er avril 1917 (Boulouris).
 
   Prise de commandement du chef de bataillon de Freycinet.
 
   — Juillet 1917.
 
   Le 96e Bataillon de tirailleurs sénégalais, sous le commandement du chef de bataillon de Freycinet, a quitté Saint-Raphaël pour l’Armée d’Orient en deux détachements.
 
   — 8 juillet 1917.
 
   Le premier détachement composé de :
 
     –  un officier,  
     –  12 sous-officiers, caporaux et soldats européens,  
     –  trois tirailleurs sénégalais,
     –  19 chevaux et le matériel roulant du Bataillon,
 
   est dirigé sur Marseille à l’effet de s’y embarquer.
 
   — 11 juillet 1917.
 
   Le deuxième détachement à l’effectif de :
 
     –  14 officiers,  
     –  87 sous-officiers, caporaux et soldats européens,  
     –  804 tirailleurs (sous-officiers, caporaux et tirailleurs),
     –  deux subsistants européens des 39e et 95e Bataillons sénégalais,
 
   part par voie de terre (Gare du Puget).
 
   — 12 juillet 1917.
 
   Arrivée à Livourne du détachement parti par voie de terre.
 
   — 14 juillet 1917.
 
   Le détachement quitte Livourne à 8 h du matin. Deux tirailleurs sont laissés à l’infirmerie de Livourne. Un tirailleur du 95e et trois tirailleurs du 39e Bataillon de tirailleurs sénégalais ont été pris en subsistance au Bataillon à son passage à Livourne, devant rejoindre leur Bataillon en Orient.
   Arrêt de deux heures à Rome.
 
   — 15 juillet 1917.
 
   Dans le parcours de Livourne à Tarente, un tirailleur (Liticoum Paoré, 3e Compagnie) est tombé accidentellement du train entre Cassine et Caserte.
 
   — 16 juillet 1917.
 
   Arrivée du Bataillon à Tarente.
 
   — 17 juillet 1917.
 
   Le Bataillon embarque à bord du paquebot Duc-d’Aumale. Deux tirailleurs sont laissés à l’hôpital de Tarente.
   Le paquebot Duc-d’Aumale quitte Tarente à 17 h 30.
 
   — 18 juillet 1917.
 
   Arrivée du paquebot en rade de Giavorno (Île de Corfou) à 8 h ; départ à 15 h 15.
 
   — 19 juillet 1917.
 
   Arrivée en rade de Navarin à 5 h 30 ; départ à 20 h.
 
   — 20 juillet 1917.
 
   Arrivée en rade de Milo à 9 h ; départ à 19 h.
 
   — 21 juillet 1917.
 
   Arrivée à l’ile de Skyros à 5 h 30 ; départ à 20 h.
 
  —  22 juillet 1917.
 
   Débarquement à Salonique à 9 h. Le bataillon bivouaque à Zeïtenlik. En arrivant à Salonique, le chef de bataillon est informé du torpillage de l’Eloby, survenu le 19 juillet en Méditerranée, à 80 milles de Malte. Le détachement du Bataillon parti de Saint-Raphaël le 8 juillet sous les ordres du sous-lieutenant Aubry, officier de détail, y avait pris place. L’Eloby portait 12 sous-officiers, caporaux et soldats européens, trois travailleurs sénégalais, 19 chevaux, la caisse, la comptabilité et tout le matériel roulant du Bataillon. L’Eloby ayant coulé en 37 secondes, les survivants furent très peu nombreux. Seuls du 96e Bataillon de tirailleurs sénégalais purent être sauvés le sous-lieutenant Aubry, grièvement blessé, et le conducteur Lucciani.
[...] »
 
   _________________________________________________________________________________________________________________________________________________
 
   (*) Non joint.


Message édité par Rutilius le 06-03-2015 à 09:55:51

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°24380
martinez r​enaud
fortes creantur fortibus
Posté le 07-03-2010 à 11:43:34  profilanswer
 

Bionjour à tous,
Ayant eu en main les états signalétiques du vétérinaire LAFON (74ème Bie), il apparaît que cette batterie voguait vers Salonique et non vers l'Italie, comme il est dit dans le 1er message.
Est-ce possible de l'Eloby ait prévu une escale en Italie et une autre à l'Armée d'Orient ?
Par avance, merci pour vos réponses
Amicalement
Renaud


---------------
Gloire aux 53ème et 253ème RI
n°26262
Gim11
Posté le 21-06-2010 à 18:16:33  profilanswer
 

martinez renaud a écrit :

Bionjour à tous,
Ayant eu en main les états signalétiques du vétérinaire LAFON (74ème Bie), il apparaît que cette batterie voguait vers Salonique et non vers l'Italie, comme il est dit dans le 1er message.
Est-ce possible de l'Eloby ait prévu une escale en Italie et une autre à l'Armée d'Orient ?
Par avance, merci pour vos réponses
Amicalement
Renaud


 
 
Bonjour à tous
J'effectue des recherches sur le médecin auxiliaire PRADINES Henri Jean, dont le nom figure sur le monument aux morts de la faculté de médecine de Montpellier. Lors de vos recherches sur le vétérinaire LAFON, auriez vous eu des renseignements complémentaires concernant ce médecin, qui appartenait à la même unité.  
J'en profite pour remercier tous les contributeurs du forum qui ont apporté toutes ces données sur le naufrage de l'Eloby.
Parmi les 58 morts de la faculté de médecine de Montpellier, au moins 3 sont disparus en mer, victimes d'un naufrage
Cordialement


---------------
Gilles Morlock
n°26286
martinez r​enaud
fortes creantur fortibus
Posté le 23-06-2010 à 19:19:27  profilanswer
 

Bonsoir Gilles, bonsoir à tous
Malheureusement, je n'ai aucun élément complémentaire. C'est par hasard que j'ai appris que LAFON venait d'être muté dans l'artillerie, après avoir fait carrière dans la cavalerie.
Ce que je peux confirmer, c'est qu'il partait bien à l'Armée d'Orient
PRADINES était-il bien à la 74ème batterie , Ou bien au régiment d'artillerie de Montagne ?
Amicalement
REnaud


---------------
Gloire aux 53ème et 253ème RI
n°29925
Provencal
Posté le 14-02-2011 à 15:39:45  profilanswer
 

ALVF a écrit :

Bonsoir,
 
Il s'agit du navire ELOBY, torpillé au Sud de Malte le 19 juillet 1917 (et non 1918, comme il me semble le lire sur la fiche).
Ce navire transportait des éléments du 1° Régiment d'Artillerie de Montagne appartenant au Groupe Tétu (74°, 75°, 76° Batteries du 1° R.A.M.).
Le personnel avait été envoyé par chemin de fer par l'Italie, le matériel et les animaux par voie de mer avec une centaine d'hommes du Groupe.
Le naufrage fut si rapide que 3 officiers et une centaine d'hommes du Groupe disparurent, seul un sous-officier et 6 hommes furent recueillis par le navire d'escorte.
Cordialement,Guy.


Bonjour,
Quel documents me faut il consulter pour avoir la liste des disparus et de ceux
qui ont étés sauvés.Mon grand père était sur ce bateau.
Merci par avance.
Mon Mail:edmond.meger@voila.fr

n°29973
Provencal
Posté le 16-02-2011 à 13:29:47  profilanswer
 

patrice dupin a écrit :

Cher Thio, RAS pour votre grpere,mais il faudrait son prénom exact,pas de Romuald Durant identifié,etes vous sur du prénom?,et oui car il y a 2636 Durand MPF,et SGA n'affiche que les 200 premiers ,donc un prénom précis serai utile, quel est son régiment ?  si c'est le 1RAM,c'est trés intéressant,car seule la 76° batterie n'est pas identifiée (JMO non disponible),si c'est le 96°BTS 12 noms pas sités dans les JMO ...à suivre   amicalement patrice


Cher Patrice,Mon grand père était bien du 1erRAM .Ses prénoms était
Romuald Fernand Mais l'armée avait transformé ça en Fernand Romald.
DURAND bien sur.J'ignore de quelle compagnie il faisait partie.Il y avait je crois 3 compagnies du 1er RAM sur l'Eloby Mon grand père s'ocupait des mules
qui tractaient les canons.Merci si vous pouvez me renseigner.
Codialement à vous .
Provencal.

n°29974
ALVF
Posté le 16-02-2011 à 14:18:52  profilanswer
 

Bonjour,
 
Pour "Provencal":
La liste des morts de l'Eloby ne figure pas dans l'historique imprimé du 1er R.A.M.Par contre, le JMO de la 74e batterie donne la liste de ses morts (référence 26 N 1216/7), le JMO de la 75e batterie est moins précis (26 N 1216/8) et celui de la 76e batterie est manquant.
Cordialement,
Guy François.

n°29993
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 17-02-2011 à 18:10:40  profilanswer
 


   Bonsoir Provençal,
 
   Votre grand-père figure bien dans la base « Mémoire des hommes », mais l'ordre de ses prénoms se trouve inversé sur la fiche M.P.L.F. le concernant ― outre la mauvaise graphie de son premier prénom « Romuald »... D'autre part, il résulte du Journal des marches et opérations de la 75e Batterie du 1er Régiment d’artillerie de montagne (Cote 26 N 1216/8) qu'il appartenait à cette unité.
 
   Son nom sera donc intégré dans la liste complétée des victimes du torpillage de l'Eloby que je publierai prochainement
 
   ― DURAND Romuald Fernand, né le 15 juin 1886 à  Nîmes (Gard), mort le 19 juillet 1917 « avec l’Eloby torpillé, disparu en mer », 2e canonnier, 1er Régiment d’artillerie de montagne, 75e Batterie, Matricule n° 015.740, classe 1908, n° 301 au recrutement de Nîmes (Jug. Trib. Marseille, 21 mars 1918, transcrit à Marseille, le 6 mai 1918).
 
   http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] =276884328
   _______________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.

n°30020
Provencal
Posté le 19-02-2011 à 14:06:16  profilanswer
 

Rutilius a écrit :


   Bonsoir Provençal,
 
   Votre grand-père figure bien dans la base « Mémoire des hommes », mais l'ordre de ses prénoms se trouve inversé sur la fiche M.P.L.F. le concernant ― outre la mauvaise graphie de son premier prénom « Romuald »... D'autre part, il résulte du Journal des marches et opérations de la 75e Batterie du 1er Régiment d’artillerie de montagne (Cote 26 N 1216/8) qu'il appartenait à cette unité.
 
   Son nom sera donc intégré dans la liste complétée des victimes du torpillage de l'Eloby que je publierai prochainement
 
   ― DURAND Romuald Fernand, né le 15 juin 1886 à  Nîmes (Gard), mort le 19 juillet 1917 « avec l’Eloby torpillé, disparu en mer », 2e canonnier, 1er Régiment d’artillerie de montagne, 75e Batterie, Matricule n° 015.740, classe 1908, n° 301 au recrutement de Nîmes (Jug. Trib. Marseille, 21 mars 1918, transcrit à Marseille, le 6 mai 1918).
 
   http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] =276884328
   _______________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.


Bonjour Rutilus  
Merci beaucoup de ces précisions,je finissais par avoir un doute.
Je sais au moins maintenant ou et comment mon grand père est DCD.
Grand merci encore.
chaleureusement à vous.
Provencal.

n°30654
patrice du​pin
Posté le 03-04-2011 à 11:35:08  profilanswer
 

Bonjour à tous ,désolé pour toi Provençal,je suis resté un peu trop abs du forum,aussi pour me relançer je vous laisse mon mail,patricedupin@gmail.com,pour les urgences,pour le plaisir mon site,http://patricedupin.book.fr/
Content pour votre Grand pére,l'ordre des prénoms et l'ortographe sont vraiment important en voici un autre exemple, je viens de retravailler notre listing,une faute sur un nom et la recherche echoue ,Panier Paul Calixte en est l'exemple,sur la liste il est noté avec deux n ,quatres pages de Pannier,mais aussi quatres pages de Panier,le notre était  sur sur la derniére ,il faut chercher jusqu'au bout!!
Deux reste non identifié sur SGA :Joanny Aristide Marius ,Rougeat Marius.
J'ai pu en découvrir trois autres je vous laisse controler...
Chatard Edmond Clément Gustave
Ducoin Eugéne Désiré Louis
Pinault Pierre Clément 76° bat
 
J'ai aussi identifié nominativement 55 membres de l'equipage de l'ELOBY
 
amicalement patrice

n°33375
thio
Posté le 22-12-2011 à 18:43:15  profilanswer
 

Bonsoir à tous
 
Merci à Daniel / Rutilius pour sa persévérance. Le torpillage de l'Eloby est un des chapitres des recherches consacrées aux soldats de ma commune (Brunon 96è BTS). Et en deux ans, la liste des victimes s'est solidement complétée. Bravo et encore merci.
 
Bien cordialement et bonnes fêtes de fin d'année
Pierre

n°33376
MichelC
Posté le 22-12-2011 à 18:59:32  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Merci à Daniel en effet de compléter la liste des disparus de ce naufrage. C'est précieux !
 
On peut déplorer toutefois que les fiches MdH ne comportent pas toujours le lieu de domiciliation (c'est le cas de François DAVID); ce qui complique sérieusement le rattachement à un monument.
 
Bien amicalement
 
Michel

n°34458
Valerie Q
Posté le 30-04-2012 à 20:02:45  profilanswer
 

Bonsoir à tous
A moins que je n'aie lu trop vite les noms des hommes disparus lors du torpillage de l'Eloby, je me permets d'ajouter Dubois Charles http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] 2147382450
Inscrit sur le Monument aux morts de Rouen
Cordialement
Valérie


---------------
22e RIT : http://sites.google.com/site/22emerit
Les "Pommiers" : http://pommiers19141918.canalblog.com/
n°35479
dbu55
Posté le 17-11-2012 à 16:27:30  profilanswer
 

Bonjour à toutes et à tous,
 
Un soldat disparu lors de la perte de l'ELOBY :
 
ECHARLOT Pierre Louis né le 29/07/1888 à Paris - XVIIème (Paris (Seine en 1914)), Sergent Major au 96ème Bataillon de Tirailleurs Sénegalais - Disparu en mer le 19/07/1917 (28 Ans) à bord de l'ELOBY      
 
Cordialement
Dominique


---------------
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]
n°35507
thio
Posté le 20-11-2012 à 19:03:34  profilanswer
 

Bonsoir à tous
 
Merci à Dominique pour ce nom supplémentaire.
Je m'intéresse tout particulièrement aux victimes du 96è BTS lors du torpillage de l'Eloby
Il y a 13 victimes du 96è, 9 sont aujourd'hui identifiées, il n'en manque plus que trois, pardon quatre (13-9=4 !)...
On finira bien par tous les trouver mille sabords !
Cordialement
Pierre


Message édité par thio le 21-11-2012 à 08:21:48
n°35511
thio
Posté le 21-11-2012 à 08:39:23  profilanswer
 

Bonjour à tous
Bonjour Daniel
 
Et merci pour cette précieuse liste récapitulative minutieusement tenue à jour.
 
D'après le JMO du 96ème BTS, le détachement était parti de Saint-Raphaël le 8 juillet 1917 sous les ordres du sous lieutenant Aubry, officier de détail. L'Éloby portait 12 sous officiers, caporaux et soldats européens, 3 tirailleurs sénégalais, 19 chevaux, la caisse, la comptabilité et tout le matériel roulant du Bataillon. L'Éloby ayant coulé en 37 secondes ( ! ), seuls du 96ème BTS purent être sauvés le sous-lieutenant Aubry grièvement blessé et le conducteur Luciani.  
 
Donc au départ : 12 Européens + 3 Sénégalais = 15 du 96è BTS
Rescapés = 2 , d'après le JMO : Aubry + Luciani (qui a priori disparaitra plus tard dans un autre naufrage)
Reste = 13 disparus (12-2 = 10 Européens et 3 Sénégalais)
 
Aujourd'hui identifiés = 9 morts dont 2 Sénégalais (en réalité 1 Sénégalais et 1 de Cote d'Ivoire)
Manque donc encore à trouver = 4 morts (3 Européens et 1 Sénégalais)
 
Que la quête continue...
Bien cordialement
Pierre

n°35512
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 21-11-2012 à 09:42:33  profilanswer
 


   Bonjour Pierre,
   Bonjour à tous,
 
   Certes : 12 sous-officiers, caporaux et soldats européens, plus 3 tirailleurs sénégalais font 15. Simplement, vous avez oublié d'ajouter à ce décompte le chef de détachement, le sous-lieutenant Aubry, qui, lui, était « officier », certes subalterne, et non pas « sous-officier » ! De sorte que le détachement du 96e Bataillon de tirailleurs sénégalais qui avait pris passage à bord de l'Eloby comptait bel et bien 16 personnes, dont 14 disparurent.
 
   (V. ci-dessus la transcription du passage correspondant du J.M.O.)  
 
   ________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.

n°35513
thio
Posté le 21-11-2012 à 10:35:07  profilanswer
 

Bonjour à tous
Bonjour Daniel
 
Effectivement le JMO à la date du 8 juillet 1917 précise ce décompte : 1 officier, 12 s/off, caporaux et soldats européens et 3 tirailleurs sénagalais.
Merci de cette relecture qui porte à 5 le nombre de morts qu'il reste à trouver pour ce 96è BTS lors de ce torpillage.
 
Bien cordialement
Pierre


Message édité par thio le 21-11-2012 à 10:35:26
n°40247
thio
Posté le 17-07-2014 à 12:03:38  profilanswer
 

Bonjour à tous
 
Quelques compléments d'infos après recherche avec le mot clé "Eloby" au JO en ligne de Gallica.
 
MARROU Germain Simon Paul, né le 21 février 1894 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) et domicilié à Paris (XVIIIe arr.), Sous-lieutenant à titre temporaire, Matricule n° 510, classe 1914, n° 107 au recrutement de Riom.  
"Très bon officier, mort le 19 juillet 1917 en accomplissant son devoir militaire lors de la perte de l'Eloby torpillé par un navire ennemi" Croix de guerre étoile de vermeil. Légion d'Honneur, JO du 8/11/1920
 
DAVID François, né le 9 janvier 1892 à Usson-du-Poitou (Vienne), Adjudant, Matricule n° 7.997, classe 1912, n° 1.012 au recrutement de Poitiers.  
"Mort en accomplissant son devoir militaire lors de la perte de l'Eloby torpillé par un sous marin ennemi. A été cité". Médaille militaire JO du 19/02/1920
 
CASTEX Jacques Paul André, né le 24 juin 1893 à Paris (VIIIe Arr.), 2e canonnier, Matricule n° 8.637, classe 1913, n° 64 au recrutement de la Seine, 5e Bureau.
"Est cité à l'ordre de l'armée : Castex (Jacques), canonnier à 75e batterie du 1er régiment d'artillerie, passager à bord de l'Eloby, ravitailleur de l'armée d'Orient, disparu en accomplissant son devoir militaire, lors de la destruction de l'Eloby torpillé par un sous-marin". JO du 1/10/1917
 
Au JO du 17/08/1917, sont cités à l'ordre de l'Armée :
W. WRIGHT capitaine de la marine marchande anglaise, capitaine de l'Eloby
LAFONT, vétérinaire aide major du 1er artillerie de montagne
LEMOINE sous-lieutenant du 1er artillerie de montagne
MARROU sous-lieutenant du 1er artillerie de montagne
DAVID adjudant du 1er artillerie de montagne
morts en accomplissant leur devoir militaire lors de la perte de l'Eloby, torpillé par un sous marin ennemi.
 
Bien cordialement à tous
Pierre
 
 
 

n°41600
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 06-03-2015 à 09:36:58  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
 
   ■ Récompenses consécutives à la perte de l’Eloby.
 
 
      ▪ Citations à l’ordre de l’armée.
 
                                                                                             http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/ELOBYCitations.png
 
 
                                                                                                    Journal officiel du 1er octobre 1917, p. 7.783.
 
 
                                                                                          http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/ELOBYCastexJacquesCitation..jpg
 
   Note du Commissaire français de la Marine à Malte : « Très aimé de tous les hommes de la batterie, passait pour très courageux. Grand, plein d’allant, ayant produit sur les quelques survivants de l’Eloby une impression de tout premier ordre. »  
 
 
      ▪ Inscription à titre posthume au tableau spécial de la Légion d’honneur.
 
 
                                                                                                 Journal officiel du 8 novembre 1920, p. 17.834.
 
 
                                                                                                                   Arrêté du 9 août 1920.
 
                                                                                          http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/ELOBYMarrouGermainL.H..jpg  
 
 
      ▪ Inscription à titre posthume au tableau spécial de la Médaille militaire.
 
 
                                                                                                    Journal officiel du 19 février 1920, p. 2.743.
 
                                                                                                                Arrêté du 20 octobre 1919.
 
                                                                                           http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/ELOBYDavidFrancoisM.M..jpg


Message édité par Rutilius le 06-03-2015 à 14:41:00

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°42965
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 13-09-2015 à 21:36:20  profilanswer
 


   Bonsoir à tous,
 
 
   ■ Traversées. (*)
 
 
   — 17 ~ 22 novembre 1916 : Transporte de Bizerte à Salonique la 11e Compagnie de marche (Compagnie 11/16) du 16e Escadron du train des équipages militaires, momentanément placée sous le commandement du lieutenant Vergnes, soit 322 hommes et 542 animaux.
 
 
   • « Historique des compagnies de Tunisie du 16e Escadron du train des équipages militaires pendant la guerre 1914 ~ 1918. », Imprimerie-Papeterie Finzi, Tunis, sans date, 19 p.  
 
 
                                                                      « Historique de la 11e Compagnie de marche du 16e Escadron du Train des E-M.
 
                                                                                                                       Capitaine DURAND.
 
   L'unité sitôt créée s'embarque.
 
   La compagnie 11/16 du T. E. M., compagnie attelée, a été constituée à Bizerte le 6 novembre 1916, à l’effectif de cinq officiers, 322 hommes, 542 animaux.
   Le 17 novembre à midi elle s’embarquait sur le paquebot Eloby à destination de Salonique. Elle ne possédait à ce moment qu’un seul officier le lieutenant Vergnes. Par contre, le personnel troupe était au complet. Il se composait dans la proportion de 8/10e d’indigènes tunisiens, réservistes et jeunes soldats, fournis par les dépôts des 4e et 8e tirailleurs, le 4e spahis et les compagnies du Train de la Division d’Occupation.
[...]
 
                                                                                                                           En Orient.
 
   La traversée fut calme. Le 22 novembre, alors que le soleil descendait du côté du Vardar, l’Eloby mouillait en rade de Salonique. Le débarquement commençait aussitôt ; puis les yeux des nouveaux arrivés ne pouvaient se détacher du splendide panorama en trois tons : blanc, bleu et or, que leur offraient la ville, le ciel et les flots.
   Le 23 novembre, la compagnie s’installait au camp de la Jonction ; le 29 le capitaine Le Roy bientôt remplacé par le capitaine Carruette, les sous-lieutenants Lafont et Vernet l’y rejoignaient
. [...] » (op. cit., p. 12 et 13)
 
 
   °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
 
 
   — 7 ~ 10 juin 1917 : Transporte de Salonique à Ithmia (Grèce), à l’extrémité Est du canal de Corinthe, la 4e Batterie du 19e Régiment d’artillerie de campagne, soit deux officiers, 162 hommes, 164 chevaux et 28 voitures, qui venait d'être mise à la disposition du Groupement "Bobelet".
 
 
   Journal des marches et opérations de la 4e Batterie du 19e Régiment d’artillerie de campagne – Année 1917 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 937/10, p. num. 8.

 
   « 7 juin 1917. – La batterie est désignée dans le régiment pour faire partie du Groupement "Bobelet" qui doit opérer en Vieille Grèce.
   Départ du camp retranché de Jopein à 19 heures. Arrivée à la gare de Salonique à 23 h. 30.
   Le capitaine reçoit directement du colonel Bobelet les ordres d’embarquement.
 
   7 juin 1917. – Embarquement à Salonique à bord du cargo anglais Eloby. Effectif : 2 officiers ; 162 hommes ; 164 chevaux ; 28 voitures. Départ du port à 13 heures.  
 
   9 juin 1917. – Arrivée dans la baie de Kalamika (Île Skyros) où l’Eloby jette l’ancre.
 
   10 juin 1917. – Départ de l’île Skyros via le canal d’Oro. Arrivé dans la nuit du même jour dans le golfe d’Egine. L’Eloby jette l’ancre à cinq cents mètres d’Isthmia, village à l’entrée Est du canal de l’isthme de Corinthe.
   Débarquement et reconnaissance.
   Le débarquement est très long. Moyens de débarquement manquent (un radeau et un bateau de plaisance).
   La batterie de tir est prête à prendre position à 12 heures. L’échelon continue à débarquer.  
   Position de batterie à 1.000 mètres Nord de l’extrémité Est du canal est occupée à 14 heures. Seul accès de la position est la voie ferrée.
   L’échelon bivouaque à proximité de la batterie de tir.
   Ressources du pays :  aucune, pas de pré, pas d’eau. Tout le ravitaillement du pays vient du Péloponnèse.
   Mission de la batterie : barrer le passage du pont du canal et assurer la contre-batterie.
»
 
   ________________________________________________________________________________________________________________________________________________
 
   (*) Dernière adjonction : Traversée du 7 au 10 juin 1917.


Message édité par Rutilius le 13-09-2015 à 22:53:18

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°45131
thio
Posté le 11-09-2016 à 20:59:48  profilanswer
 

Bonsoir à tous
 
Merci de Rutilius de garder à flot le fil de ce naufrage ;)
Je mets à jour ma liste des disparus du 96è BTS ce jour là. Le 100è anniversaire approche !
 
Cordialement
Pierre

n°45187
geryonesim​e
Amateur de généalogie
Posté le 19-09-2016 à 22:28:00  profilanswer
 

Salut à tous,
 
Il ne me semble pas avoir vu ces noms parmi ceux du 1er RAM :
- Léon Fortuné Duez
- Charles Victor Mathery
- Alexandre Joseph Robert
 
Merci et à bientôt


---------------
Jean-Marc
n°46432
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 14-04-2017 à 21:17:50  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
 
                                                                                     Passagers militaires disparus le 19 juillet 1917 avec l’Eloby
 
                                                                                                                 (Liste partielle : 125 noms) (*)
 
 
 
   ■ 96e Bataillon de tirailleurs sénégalais [Liste partielle : 11 disparus sur 14].  
 
 
    – BLOT Henri Jean Marie Alfred, né le 4 août 1890 à Val-d’Izé (Ille-et-Vilaine), Soldat de 2e classe, Matricule 01.228, classe 1910, n° 1.318 au recrutement de Vitré (Jug. Trib. Marseille, 21 mars 1918, transcrit à Marseille, le 6 mai 1918).
 
    – BOUCHOL Victor André Joseph, né le 7 septembre 1889 à Paris (XIIIe Arr.), Soldat de 2e classe, Matricule n° 10.880, classe 1909, n° 2.887 au recrutement de la Seine, 6e Bureau (– d° –).
 
    – BOURGÈS Félix, né le 24 février 1890 à Tulle (Corrèze), Sergent, Matricule n° 016.580, classe 1907~1910, n° 1.151 au recrutement de Tulle (– d° –).
 
    – BRUNON Georges, né le 30 mars 1888 à Lorette (Loire), Caporal fourrier, Matricule n° 1.369, classe 1908, n° 1.544 au recrutement de Montbrison (– d° –).
 
    – COULIBALY Bafotigué, né en 1895 à Diaradougou (Côte-d'Ivoire), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 53.256, classe, n° et lieu de recrutement inconnus (– d° –).  
 
    – DAMBA Dioum, né en 1892 à Combo (Sénégal), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 2.861, classe 1912, n° 2.861 au recrutement de Saint-Louis (– d° –).
 
    – DUMAINE Ulysse Paul Albert, né le 24 avril 1894 à Lonlay-l’Abbaye (Orne), Soldat de 2e classe, Matricule n° 21e/11.277, classe 1914, n° 669 au recrutement d’Argentan (– d° –).
 
    – ECHARLOT Pierre Louis, né le 29 juillet 1888 à Paris (XVIIe Arr.) et domicilié à Épinay-sur-Seine (Seine – aujourd’hui Seine-Saint-Denis –), Sergent major, Matricule n° 8/11.348, classe 1908, n° 238 au recrutement de la Seine, 6e Bureau (– d° –).
 
    – KUHN, dit SELLIER, Otto Alexandre Adolphe, né le 20 octobre 1872 à Strasbourg (Bas-Rhin), Soldat de 1re classe, Matricule 17.511, classe 1892/1896, n° 784 au recrutement de la Seine, 6e Bureau (– d° –).
 
    – NOCTAR NIENG, né en 1895 à Combo (Sénégal), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 14.595, classe n° et lieu de recrutement inconnus (– d° –).
 
    – PALLON Fernand Alexandre, né le 9 mai 1876 à Bordeaux (Gironde) et domicilié à Paris (XIIe Arr.), Caporal, Matricule n° 3.151, classe 1896, n° 2.524 au recrutement de Bordeaux (– d° –).
 
 
   ■ 1er Régiment d'artillerie de montagne.  
 
 
    74e Batterie [Au total, 41 disparus].  
 
    – ACCARION Jean Pierre Florentin, né le 11 août 1892 à Lavoûte-sur-Loire (Haute-Loire), 2e canonnier, Matricule n° 7.912, classe 1912, n° 66 au recrutement du Puy (Jug. Trib. Marseille, 21 mars 1918, transcrit à Marseille, le 6 mai 1918).
 
    – BALART Louis, né le 25 mai 1890 à Capendu (Aude), Trompette, Matricule n° 02.662, classe 1910, n° 1.239 au recrutement de Toulouse (– d° –).
 
    – BARDONNEZ Étienne, né le 20 avril 1878 à Bons (Haute-Savoie), 2e canonnier, Matricule n° 12.317, classe 1898, n° 1.334 au recrutement d’Annecy (– d° –).
 
    – BARNABÉ Charles Alphonse Frédéric, né le 29 août 1893 à Rignac (Aveyron), 2e canonnier, Matricule n° 5.595, classe 1913, n° 514 au recrutement de Rodez (– d° –).
 
    – BAUBAN Marie Lucien Raoul, né le 8 mai 1891 à Paris (XVIIIe Arr.), 2e canonnier, Matricule n° 019.220, classe 1911, n° 602 au recrutement de Versailles (– d° –).
 
    – BERNARD Louis Constantin, né le 2 novembre 1877 à Aix-les-Bains (Savoie), Maître pointeur, Matricule n° 11.155, classe 1897, n° 103 au recrutement de Chambéry (– d° –).
 
    – BRIFFOD François, né le 15 juin 1877 à Plainpalais (Canton de Genève, Suisse), 2e canonnier, Matricule n° 11.311, classe 1897, n° 410 au recrutement d’Annecy (– d° –).
 
    – CHAPIN Jean, né le 15 janvier 1880 à La Noë-Blanche (Ille-et-Vilaine), 2e canonnier, Matricule n° 06.501, classe 1900, n° 968 au recrutement de Rennes (– d° –).
 
    – CONDEVAUX François, né le 2 juin 1880 à Fessy (Haute-Savoie), 2e canonnier, Matricule n° 06.130, classe 1900, n° 1.637 au recrutement d’Annecy (– d° –).
 
    – CORBOZ Albert Claude, né le 6 juin 1883 à Marseille (Bouches-du-Rhône), 2e canonnier, Matricule n° 011.148, classe 1903, n° 1.518 au recrutement de Marseille (– d° –).
 
    – COUVEZ Tiburce Lucien, né le 22 août 1893 à Prouvy (Nord), 2e canonnier, Matricule n° 8.793, classe 1913, n° 1.891 au recrutement de Cambrai (– d° –).
 
    – DAMIEN Émile Alfred, né le 25 avril 1892 à Voyenne (Aisne), 2e canonnier, Matricule n° 8.629, classe 1912, n° 288 au recrutement de Laon (– d° –).
 
    – DUPIL Auguste Jules, né le 30 janvier 1880 à Épinay-Champlatreux (Seine-et-Oise – aujourd’hui Val-d’Oise –), 2e canonnier, Matricule n° 01.073, classe 1909, n° 14 au recrutement de Versailles (– d° –).
 
    – DURAND Alphonse Joseph Louis, né le 1er octobre 1886 à Longnes (Sarthe), 2e canonnier, Matricule n° 015.758, classe 1906, n° 1.258 au recrutement du Mans (– d° –).
 
    – DUVERNOY Étienne, né le 21 juin 1879 à Arleuf (Nièvre), 2e canonnier, matricule n° 13.230, classe 1899, n° 1.695 au recrutement de Nevers (– d° –).
 
    – FLAMAND Désiré Auguste, né le 1er août 1892 à Templeux-la-Fosse (Somme), 2e canonnier, Matricule n° 8.086, classe 1912, n° 1.050 au recrutement de Péronne (– d° –).
 
    – GAUTHIER Henri Charles, né le 18 novembre 1888 à Saint-Brisson (Nièvre), 2e canonnier, matricule n° 019.218, classe 1908, n° 1.148 au recrutement de Cosne-Cours-sur-Loire (– d° –).
 
    – GOUTAUDIER Claudius, né le 30 mars 1886 à Thizy (Rhône), Brigadier, matricule n° 8.017, classe 1914, n° L.M. 215 au recrutement de Vesoul – engagé volontaire – (– d° –).
 
    – GRANEREAU Joannès Pierre, né le 16 octobre 1888 à Saint-Pierre-Nogaret (Lot-et-Garonne), 2e canonnier, Matricule n° 014.258, classe 1908, n° 1.109 au recrutement de Marmande (– d° –).
 
    – HAILLET Michel, né le 5 juillet 1889 à Morlaas (Basses-Pyrénées – aujourd’hui Pyrénées-Atlantiques –), 2e canonnier, Matricule n° 01.149, classe 1909, n° 1.088 au recrutement de Pau (– d° –).      
 
    – LAFFITTE Gabriel Marius Joseph, né le 30 juillet 1892 à Leran (Ariège), 2e canonnier, Matricule n° 8.680, classe 1912, n° 65 au recrutement de Foix (– d° –).
 
    – LAFON Alexandre Jean Honoré, né le 16 mai 1884 à Canet-en-Roussillon (Pyrénées-Orientales), Vétérinaire aide-major de 1re classe, Matricule n° 115, classe 1904, n° L.M. 313 au  recrutement de Toulouse (– d° –).
 
    – LAMBERT Ernest Camille Irénée, né le 20 novembre 1892 à Pact (Isère) et y domicilié, 1er canonnier, Matricule n° 8.632, classe 1912, n° L.M. 110 au recrutement de Vienne (– d° –).
 
    – LE DOUGET Joseph Marie, né le 27 février 1884 à Saint-Caradec-Trégomel (Morbihan), 2e canonnier, Matricule n° 012.578, classe 1904, n° 2.645 au recrutement de Lorient (– d° –).
 
    – LEFEBVRE Alfred Ernest, né le 15 janvier 1885 à Albert (Somme), 2e canonnier, Matricule n° 014.328, classe 1905, n° 202 au recrutement de Péronne (– d° –).
 
    – LEMOINE Mery Jean, né le 22 mars 1888 à Saint-Georges-sur-Loire (Maine-et-Loire), Sous-lieutenant à titre temporaire, Matricule n° 128, classe 1908, n° 1.123 au recrutement d’Angers (– d° –).
 
    – LEPAROUX Jules Pierre Marie, né le 20 mars 1895 à Saffré (Loire-Inférieure – aujourd’hui Loire-Atlantique –) et domicilié à Nantes (Loire-Inférieure – aujourd’hui Loire-Atlantique –), Maître pointeur, Matricule n° 8.630, classe 1915, n° L.M. 93 au recrutement de Nantes (– d° –).
 
    – MIQUEL Charles, né le 14 août 1895 à Lézignan (Aude), 2e canonnier, Matricule n° 7.911, classe 1915, n° 1.029 au recrutement de Béziers (– d° –).
 
    – NOËL Arthur Achille, né le 30 novembre 1895 à Vincey (Vosges) et y domicilié, 2e canonnier, Matricule n° 8.369, classe 1915, n° L.M. 259 au recrutement de Nancy (– d° –).
 
    – PAIX Pierre Joseph, né le 22 août 1880 à Aniche (Nord), 2e canonnier, Matricule n° 06.480, classe 1900, n° 979 au recrutement de Cambrai (– d° –).
 
    – POISSON Maxime Arthur, né le 1er juin 1886 à Cerisiers (Yonne), 2e canonnier, Matricule n° 8.366, classe 1914, n° L.M. 42 au recrutement de Sens (– d° –).
 
    – PONTHET Paul, né le 30 novembre 1878 à Saint-Paul (Haute-Savoie), 2e canonnier, Matricule n° 12.330, classe 1898, n° 1.911 au recrutement d’Annecy (– d° –).
 
    – PROVENS Jean Alexis, né le 24 juin 1878 à Saint-Jorioz (Haute-Savoie), 2e canonnier, Matricule n° 12.304, classe 1898, n° 2.472 au recrutement d’Annecy (– d° –).
 
    – REQUET Amédée Joseph, né le 6 juin 1878 à La Vernaz (Haute-Savoie) et y domicilié, 2e canonnier, Matricule n° 12.315, classe 1898, n° 1.678 au recrutement d’Annecy (– d° –).
 
    – REYMONDAZ Auguste Séraphin, né le 29 août 1877 à Saint-Jean-de-Belleville (Savoie), 2e canonnier, Matricule n° 11.358, classe 1897, n° 1.797 au recrutement de Chambéry (– d° –).  
 
    – REYNES Henri Jules dit Ernest, né le 3 février 1892 à Athies (Somme), 2e canonnier, Matricule n° 8.028, classe 1912, n° 838 au recrutement de Péronne (– d° –).
 
    – RUMMON Ernest Louis, né le 4 décembre 1884 à Lille (Nord) et domicilié à Dunkerque (Nord), 2e canonnier, Matricule n° 7.936, classe 1914, n° L.M. 3.449 au recrutement de Lille (– d° –).  
 
    – SERVANT Emmanuel Paul Sylvestre, né le 31 décembre 1879 à Rochefourchat (Drôme), 2e canonnier, Matricule n° 13.650, classe 1899, n° 676 au recrutement de Montélimar (– d° –).
 
    – TOUBON Honoré, né le 17 avril 1878 à Antibes (Alpes-Maritimes), 2e canonnier, Matricule n° 12.802, classe 1898, n° 497 au recrutement de Nice (– d° –).
 
    – THOUVENIN Maurice Marie, né le 21 octobre 1894 à Épinal (Vosges), Brigadier, Matricule n° 8.363, classe 1914, n° 2.563 au recrutement d’Épinal (– d° –).
 
    – VACHAT Jean Désiré, né le 14 janvier 1877 à Habère-Poche (Haute-Savoie), 2e canonnier, Matricule n° 11.299, classe 1897, n° 1.335 au recrutement d’Annecy (– d° –).
 
 
   75e Batterie [Au total, 39 disparus].  
 
    – BARD André, né le 8 juillet 1894 à Soucy (Aisne), 2e canonnier, Matricule n° 8.669, classe 1912, n° L.M. 29 au recrutement de Sens (Jug. Trib. Marseille, 21 mars 1918, transcrit à Marseille, le 6 mai 1918).
 
    – BIANCHI Claude Louis, né le 23 août 1888 à Marseille (Bouches-du-Rhône), 2e canonnier, Matricule n° 019.211, classe 1908, n° 1.001 au recrutement de Marseille (– d° –).
 
    – BISSON Louis Léon André, né le 22 mars 1895 à Estrées-la-Campagne (Calvados), 2e canonnier, Matricule n° 8.780, classe 1915, n° 9 au recrutement de Falaise (– d° –).
 
    – BLAISON Félicien Eugène, né le 14 août 1894 à Cornimont (Vosges), 2e canonnier, Matricule n° 8.639, classe 1914, n° 1.254 au recrutement de Belfort (– d° –).
 
    – BLONDET Lucien, né le 2 novembre 1892 à Amiens (Somme), 2e canonnier, Matricule n° 8.370, classe 1913, n° 1.057 au recrutement d’Amiens (– d° –).
 
    – BOUCHET Louis Auguste, né le 24 juin 1892 à La Chapelle-Largeau (Deux-Sèvres), 2e canonnier, Matricule n° 8.087, classe 1912-1911, n° 1.131 au recrutement de Cholet (– d° –).
 
    – CAMUS Pierre, né le 23 août 1896 à Arpheuilles-Saint-Priest (Allier) et y domicilié, 2e canonnier, Matricule n° 9.364, classe 1916, n° 2.165 au recrutement de Montluçon (– d° –).
 
    – CASTEX Jacques Paul André, né le 24 juin 1893 à Paris (VIIIe Arr.), 2e canonnier, Matricule n° 8.637, classe 1913, n° 64 au recrutement de la Seine, 5e Bureau (– d° –).
 
    – CHAUVIN Pierre Albert, né le 13 septembre 1889 à Tarzy (Ardennes), 2e canonnier, Matricule n° 016.962, classe 1909, n° 2.295 au recrutement de Mézières (– d° –).
 
    – COTTERET Albert René, né le 11 décembre 1896 à Rivery (Somme) et domicilié à Amiens (Somme), 2e canonnier, Matricule n° 9.391, classe 1916, n° 631 au recrutement d’Amiens (– d° –).
 
    – COURT Alexis, né le 14 septembre 1894 à Saint-Laurent-du-Pont (Isère), 2e canonnier, Matricule n° 8.676, classe 1914, n° 1.077 au recrutement de Grenoble (– d° –).
 
    – DELAINE Emmanuel Henri Charles Alexandre, né le 4 novembre 1890 à Wanquetin (Pas-de-Calais), Maréchal des logis, Matricule n° 017.093, classe 1907, n° L.M. 60/202 au recrutement d’Arras (Acte – et non jugement – transcrit le 24 août 1918 à Wanquetin, ce qui laisse supposer que le corps fut retrouvé).
 
    – DURAND Romuald Fernand, né le 15 juin 1886 à Nîmes (Gard), 2e canonnier, Matricule n° 015.740, classe 1908, n° 301 au recrutement de Nîmes (Jug. Trib. Marseille, 21 mars 1918, transcrit à Marseille, le 6 mai 1918).
 
    – EGLER Albert, né le 22 juin 1880 à « Vasselone (Allemagne) » – vraisemblablement à Wasselonne (Bas-Rhin) –, 2e canonnier, Matricule n° 06.101 [11.149 selon le J.M.O.], classe 1900, n° 2.351 au recrutement de Lyon-Central (– d° –).  
       
    – GAILLARD Lucien Octave Vincent, né le 22 janvier 1893 à Lille (Nord), 2e canonnier, Matricule n° 6.502, classe 1903, n° 1.469 au recrutement de Lille (– d° –).
 
    – GEYLER Jules, né le 7 septembre 1891, « Élève des hospices de Nancy » (Meurthe-et-Moselle) et domicilié à Sivry (Meurthe-et-Moselle), 2e canonnier, Matricule n° 8.644, classe 1911, n° 450 au recrutement de Toul (– d° –).  
 
    – GIROUD Auguste Aimé Ernest, né le 5 décembre 1894 à Poids-de-Fiole (Jura), 2e canonnier, Matricule n° 8.671, classe 1914, n° 483 au recrutement de Lons-le-Saulnier (– d° –).  
 
    – GRATTIER Raymond Damien, né le 3 octobre 1893 à Arville (Seine-et-Marne) et y domicilié, Brigadier, Matricule n° 8.090, classe 1913, n° 27 au recrutement de Fontainebleau (– d° –).
 
    – HARGAT Georges Jean Marie, né le 6 octobre 1891 à Saint-Dizier (Haute-Marne) et domicilié à Brin-sur-Seille (Meurthe-et-Moselle), 2e canonnier, Matricule n° 8.133, classe 1911, n° 470 au recrutement de Toul (– d° –).
 
    – JOUANNY Aristide Marius, né le 4 septembre 1889 à Janaillat (Creuse), Maître pointeur, Matricule n° 01.103, classe 1909, n° 2.168 au recrutement de Limoges (– d° –).
 
    – LENOIR Georges Ludovic, né le 13 décembre 1894 à Celle-en-Bassigny (Haute-Marne), 2e canonnier, Matricule n° 8.640, classe 1913, n° 1.220 au recrutement de Langres (– d° –).
 
    – LÉTRU Charles, né le 21 février 1886 à Saint-Hilaire-la-Palud (Deux-Sèvres) et y domicilié, 2e canonnier, Matricule n° 015.697, classe 1906, n° 1.191 au recrutement de Parthenay (– d° –).
 
    – LIVET Étienne, né le 16 mai 1896 à Beaujeu (Rhône), 2e canonnier, Matricule n° 9.360, classe 1916, n° 1.071 au recrutement du Rhône-Nord (– d° –).
 
    – LOURS Jean Marie Sigismond Marcel, né le 16 avril 1896 à Marmanhac (Cantal), 2e canonnier, Matricule n° 8.783, classe 1916, n° 317 au recrutement d’Aurillac (– d° –).
 
    – LUZIER Jean René, né le 1er avril 1889 à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne), Brigadier-maréchal, Matricule n° 0.377 [1.126 selon le J.M.O.], classe 1909, n° 762 au recrutement de Marmande (– d° –).
 
    – MARIETTE Alexandre Louis Eugène, né le 10 novembre 1889 à Épinay-sur-Odon (Calvados), 2e canonnier, Matricule n° 01.452, classe 1909, n° 902 au recrutement de Caen (– d° –).
 
    – MARROU Germain Simon Paul, né le 21 février 1894 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) et domicilié à Paris (XVIIIe arr.), Sous-lieutenant à titre temporaire, Matricule n° 510, classe 1914, n° 107 au recrutement de Riom (– d° –).
 
    – NAHAN Gustave Émile, né le 6 septembre 1891 à Boucé (Orne), 2e canonnier, Matricule n° 8.772, classe 1911, n° 103 au recrutement d’Argentan (– d° –).
 
    – NOAILLY Jean Marie, né le 20 octobre 1890 à Essertines-en-Donzy (Loire) et y domicilié, 2e canonnier, Matricule n° 02.748, classe 1910, n° 1.015 au recrutement de Montbrison (– d° –).  
 
    – PANIER  Paul, né le 25 janvier 1881 à La Rochelle (Charente-Inférieure – aujourd’hui Charente-Maritime –), 2e canonnier, Matricule n° 7.928, classe 1901, n° 223 au recrutement de Limoges (– d° –).
 
    – PATUREL Louis Émile, né le 3 janvier 1896 à Tenay (Ain) et y domicilié, Aide-maréchal-ferrant, Matricule n° 8.695, classe 1915, n° 1.916 au recrutement de Belley (– d° –).
 
    – PORTIER Joseph Marie, né le 19 novembre 1890 à Ménéac (Morbihan) et domicilié à Mohon (Morbihan), 2e canonnier, Matricule n° 02.698, classe 1910, n° 1.715 au recrutement de Vannes (– d° –).
 
    – PRADINES Henri Jean, né le 25 avril 1883 à Rennes (Ille-et-Vilaine), Médecin auxiliaire, Matricule n° 010.512, classe 1903, n° 507 au recrutement de Rennes (– d° –).
 
    – RAYMOND Lucien, né le 17 janvier 1891 à Langeac (Haute-Loire), 2e canonnier, Matricule n° 7.919, classe 1911, n° 1.535 au recrutement du Puy-en-Velay (– d° –).
 
    – RIBAUD Louis, né le 21 janvier 1891 à Evaux-les-Bains (Creuse) et y domicilié, 2e canonnier, Matricule n° 8.653, classe 1911, n° 779 au recrutement de Guéret (– d° –).
 
    – RONGEAT Marius, né le 28 novembre 1893 à Saint-Trivier-de-Courtes (Ain), 2e canonnier, Matricule n° 8.663, classe 1913, n° 201 au recrutement de Mâcon (– d° –).
 
    – SALOMON Marie Édouard François, né le 19 septembre 1890 à Ouhans (Doubs) et domicilié à Granges Maillot (Doubs), 2e canonnier, Matricule n° 02.743, classe 1910, n° 517 au recrutement de Besançon (– d° –).
 
    – VIET Jules Émile, né le 14 mai 1896 à Tourteron (Ardennes), 2e canonnier, Matricule n° 8.634, classe 1916, n° 1.783 au recrutement de Reims (– d° –).
 
 
  76e Batterie [Liste partielle : 28 disparus].  
 
    – BEAUBREUIL Léonard, né le 3 mars  1887 à Veyrac (Haute-Vienne), 2e canonnier, Matricule n° 017.089, classe 1907, n° 622 au recrutement de Magnac-Laval (Jug. Trib. Marseille, 21 mars 1918, transcrit à Marseille, le 6 mai 1918).        
 
    – BOUTONNET Édouard, né le 21 avril 1882 à Yzeure (Allier), 2e canonnier, Matricule n° 09.504, classe 1902, n° 1.579 au recrutement de Montluçon (– d° –).
 
    – BRAUD Francis Joseph Marie, né le 18 août 1885 à Mouzillon (Loire-Inférieure – aujourd’hui Loire-Atlantique –), 2e canonnier, Matricule n° 014.216, classe 1905, n° 1.289 au recrutement d’Ancenis (– d° –).  
 
    – CARLIN Hippolyte François, né le 4 septembre 1886 à La Murette (Isère), 2e canonnier, Matricule n° 015.736, classe 1906, n° 636 au recrutement de Bourgoin (– d° –).
 
    – CHALANÇON Jean Pierre, né le 25 décembre 1881 à Gumières (Loire), 2e canonnier, Matricule n° 07.955, classe 1901, n° 1.816 au recrutement de Montbrison (– d° –).  
 
    – CHATARD Edmond Clément Gustave, né le 5 octobre 1877 à Paris (XVIIe Arr.), 2e canonnier, Matricule n° 11.460, classe 1897, n° 1.464 au recrutement de la Seine, 6e Bureau (– d° –).
 
    – CHOPIN Joseph, né le 10 janvier 1889 à Marchampt (Rhône), 2e canonnier, Matricule n° 01.142, classe 1909, n° 903 au recrutement du Rhône-Nord (– d° –).
 
    – DAVID François, né le 9 janvier 1892 à Usson-du-Poitou (Vienne), Adjudant, Matricule n° 7.997, classe 1912, n° 1.012 au recrutement de Poitiers (– d° –).  
 
    – DIOUGOAM Pierre Jean, né le 20 février 1886 à Plomelin (Finistère) et domicilié à Pont-l’Abbé (Finistère), 2e canonnier, Matricule n° 015.686, classe 1906, n° 2.892 au recrutement de Quimper (– d° –).
 
    – DOUBLET Raymond Fernand, né le 30 mai 1893 à Sours (Eure-et-Loir) et y domicilié, 2e canonnier, Matricule n° 8.419, classe 1913, n° 451 au recrutement de Chartres (– d° –).
 
    – DUBOIS Charles Gustave Julien, né le 30 mars 1890 à Rouen (Seine-Inférieure – aujourd’hui Seine-Maritime –), 2e canonnier, Matricule n° 02.742, classe 1910, n° 1.817 au recrutement de la Rouen-Nord (– d° –).
 
    – DUCOIN Eugène Désiré Louis, né le 29 août 1881 à Eu (Seine-Inférieure – aujourd’hui Seine-Maritime –), 2e canonnier, Matricule n° 07.956, classe 1901, n° 2.090 au recrutement de la Rouen-Nord (– d° –).  
 
    – DUEZ Léon Fortuné, né le 27 juin 1887 à Arras (Pas-de-Calais), 2e canonnier, Matricule n° 016.971, classe 1907, n° 619 au recrutement d’Arras (– d° –).
 
    – DURAND Armand, né le 3 septembre 1882 à Colombes (Seine – désormais Hauts-de-Seine –), 1er canonnier, Matricule n° 09.506, classe 1902, n° 1.323 au recrutement de la Seine, 2e Bureau (– d° –).
 
    – FOURNIER Ferdinand, né le 19 février 1881 à Paris (XVIIe Arr.), 2e canonnier, Matricule n° 01.156, classe 1902, n° 1.261 au recrutement de la Seine, 1er Bureau (– d° –).
 
    – LAHORE Pierre Saturnen, né le 15 janvier 1896 à Buros (Basses-Pyrénées – aujourd’hui Pyrénées-Atlantiques –), 2e canonnier, Matricule n° 8.912, classe 1916, n° 1.292 au recrutement de Pau (– d° –).  
 
    – LAURIO Auguste Laurent Maximin Joseph, né le 16 novembre 1896 à Louey (Hautes-Pyrénées), 2e canonnier, Matricule n° 8.974, classe 1916, n° 1.285 au recrutement de Tarbes (– d° –).
 
    – LE GALL Henri Jean, né le 20 mai 1893 à Ploumagoar (Côtes-du-Nord – aujourd’hui Côtes-d’Armor –), Brigadier, Matricule n° 8.249, classe 1913, n° 1.686 au recrutement de Guingamp (– d° –).
 
    – MAILLÉ Félix Justin, né le 20 avril 1892 à Revens (Gard) et y domicilié, 2e canonnier, Matricule n° 8.613, classe 1912, n° 2.347 au recrutement de Nîmes (– d° –).
 
    – MAMERI Ahmoud, né le 30 août 1896 à Aïn-Taya (Département d’Alger, Algérie), 2e canonnier, Matricule n° 12.381, classe 1916, n° 4.646 au recrutement d’Alger (Jug. Trib. Marseille, 26 avril 1922, transcrit à Marseille, le 22 juin 1922).  
 
    – MATHERY Charles Victor, né le 3 juin 1894 à Rougemont-le-Château (Territoire-de-Belfort), Maréchal des logis, Matricule n° 8.349, classe 1914, n° L.M. 546 au recrutement de Belfort (Jug. Trib. Marseille, 21 mai 1918, transcrit à Marseille, le 24 juin 1918).  
 
    – MOREL Jean Baptiste François Henri Clément, né le 30 juillet 1895 à Rougé (Loire-Inférieure – aujourd’hui Loire-Atlantique), 2e canonnier, Matricule n° 8.194, classe 1914, n° 1.659 au recrutement d’Ancenis (Jug. Trib. Marseille, 21 mars 1918, transcrit à Marseille, le 6 mai 1918).
 
    – PERRAUDIN Philibert, né le 29 juillet 1895 à Saint-Léger-sous-Beuvray (Saône-et-Loire), 2e canonnier, Matricule n° 8.952, classe 1915, n° 67 au recrutement d’Autun (– d° –).
 
    – PIAZZA Michel Achille, né le 12 décembre 1894 à Zicayo (Corse) et domicilié à Ajaccio (Corse), 2e canonnier, Matricule n° 8.614, classe 1914, n° L.M. 49 au recrutement d’Ajaccio (– d° –).
 
    – PINAULT Pierre Clément, né le 8 juin 1894 à Baudres (Indre), 2e canonnier, Matricule n° 8.359, classe 1914, n° 606 au recrutement de la Chateauroux (– d° –).
 
    – RALLIÈRE Louis, né le 20 juin 1892 à Champagnac-les-Mines (Cantal), 2e canonnier, Matricule n° 8.619, classe 1911, n° 298 au recrutement de Clermont-Ferrand (– d° –).
 
    – ROBERT Alexandre Joseph, né le 22 novembre 1886 à Saint-Geneys-près-Saint-Paulien (Haute-Loire), 2e canonnier, Matricule n° 015.754, classe 1906, n° 464 au recrutement du Puy-en-Velay (– d° –).
   
    – SOURON Michel Marie, né le 18 août 1887 à Saint-Jean-Trolimon (Finistère), 2e canonnier, Matricule n° 017.105, classe 1907, n° 2.583 au recrutement de Quimper (– d° –).
 
    – TUQUET Pierre, né le 18 juillet 1896 à Momas (Basses-Pyrénées – aujourd’hui Pyrénées-Atlantiques –), 2e canonnier, Matricule n° 8.913, classe 1916, n° 1.400 au recrutement de Pau (– d° –).
 
 
   ■ 19e Régiment de dragons.
 
 
    – VOISIN Pierre, né le 3 janvier 1889 à Busserolles (Dordogne), Soldat de 2e classe, Matricule n° 02.231, classe 1909, n° 2.511 au recrutement de Limoges (Jug. Trib. Marseille, 21 mars 1918, transcrit à Marseille, le 6 mai 1918).
 
 
   ■ 8e Régiment de spahis algériens.
 
 
    – ABDELHAFID Ben Saadi Nedjaï, présumé né en 1896 à la Tribu des Zibans de Biskra (Département de Constantine, Algérie), Soldat de 1re classe, Matricule n° 1.224, classe 1913, n° et lieu de recrutement inconnus (Jug. Trib. Marseille, 11 avr. 1919, transcrit à Marseille, le 7 mai 1919).
 
 
   ■ 141e Régiment d'infanterie.
 
 
    – AUBERT Ernest Louis, né le 12 juin 1896 à Toulon (Var), Soldat de 2e classe, Matricule n° 17.882, classe 1916, n° 1.331 au recrutement de Marseille (Jug. Trib. Marseille, 21 mars 1918, transcrit à Marseille, le 6 mai 1918).
 
 
   ■ 115e  Régiment d'infanterie territoriale.
 
 
    – BAUDIN François Eugène, né le 17 février 1883 à Péone (Alpes-Maritimes), Soldat de 2e classe, Matricule n° 08.460 bis, classe 1903, n° 02.465 au recrutement de Nice (Jug. Trib. Marseille, 21 mars 1918, transcrit à Marseille, le 6 mai 1918).
 
    – MASTRON Baptiste Jean Marie, né le 23 juillet 1873 à Montesquiou (Gers) et y domicilié, Soldat de 2e classe, Matricule n° 16.833, classe 1893, n° 1.625 au recrutement de Mirande (– d° –).
 
    – NOVARA Laurent Louis, né le 6 août 1875 à Marseille (Bouches-du-Rhône) et y domicilié, au 6, rue Guichard, Caporal, Matricule n° 3.837, classe 1895, n° 1.375 au recrutement de Marseille (– d° –).
 
 
   ■ Trésorerie et postes aux armées.  
 
 
    – GIORGI Jacques, né le 18 septembre 1881 à Sainte-Marie-de-Lota (Corse) et domicilié à Marseille (Bouches-du-Rhône), au 12, quai de la Joliette, Sous-agent des P. & T. à bord de l’Eloby, Trésorerie et postes aux armées, Matricule inconnu, classe 1901, n° 1.118 au recrutement d’Ajaccio (Jug. Trib. Marseille, 11 avr. 1919, transcrit à Marseille, le 7 mai 1919).
 
   ________________________________________________________________________________________________________________________________________________
 
   (*) Dernière adjonction : FOURNIER Ferdinand, 1er Régiment d'artillerie de montagne, 76e Batterie .
 
   Nota : Disparurent avec l’Eloby 11 sous-officiers, caporaux et soldats européens, 3 tirailleurs sénégalais, 19 chevaux, ainsi que la caisse, la comptabilité et tout le matériel roulant du 96e Bataillon de tirailleurs sénégalais.


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
 Page :   1  2
Page Suivante

Aller à :
Ajouter une réponse