FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  QUATRE FRERES Dundee thonier de Groix

 

Il y a 53 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

QUATRE FRERES Dundee thonier de Groix

n°46566
olivier 12
Posté le 13-05-2017 à 08:30:26  profilanswer
 

QUATRE FRERES
 
Dundee pêcheur de thons de 60 tx environ
80 tpl
Armateurs ADAM Guérin et LE ROUX de Groix
Non armé
5 hommes en tout plus le mousse
Chargé de 3 à 4 tonnes de thons qui venaient d’être pêchés.
 
Naufrage du 16 Septembre 1917
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/923/v2JVE6.jpg
 
Rapport du capitaine
 
Quitté Les Sables d’Olonne le 9 à 12h00 par faible brise, accompagné du dundee DEUX JEANNE, et commencé à pêcher les 14 et 15.
Le 16 Septembre 1917, quand nous avons été attaqués par un sous-marin à environ 240 milles dans l’Ouest d’Ouessant, nous avions une centaine de thons à bord.
 
A 08h00 le 16 Septembre, nous entendons deux coups de canon, puis un 3e. C’était un sous-marin qui continuait à tirer sur nous. Mis nos embarcations à l’eau avec 3 pains, de l’eau et un compas ainsi que nos ceintures de sauvetage. Nous nous éloignons le plus vite possible car il continuait à tirer sur le bateau. Mais il tirait seulement sur la voilure afin de l’arrêter et de pouvoir le piller à son aise. Quand ils arrivent près du bateau, ils montent à bord, prennent tout ce qu’ils peuvent et posent une bombe pour le faire sauter. Ils quittent le bateau à peu de distance de nous et nous tirent deux bombes alors que nous nous éloignons le plus vite possible. Nous avons vu le bateau couler et avons parcouru 18 milles avec l’embarcation quand nous aperçûmes deux patrouilleurs américains qui escortaient un vapeur de 16000 t faisant route vers l’Amérique, et qui nous recueillirent à 14h00 à 222 milles dans l’Ouest d’Ouessant. Ils nous ont déposés à Queenstown le 18 Septembre.
 
Signé BONNEC (pour ADAM Guérin, souffrant).
 
Rapport de l’officier enquêteur
 
Le bateau avait ses lignes dehors. Le sous-marin fut aperçu dans le NNE et plongea quand il fut à 1 mille du bateau. L’embarcation est revenue vers le bateau et au bout d’une demi-heure le sous-marin a réapparu et leur a intimer l’ordre de s’éloigner. Le canot est alors reparti au large.
Aucun des 11 coups du sous-marin n’a porté. Il a accosté directement le voilier.
Le dundee a coulé 5 minutes après l’amorçage des bombes sous les yeux de l’équipage, à 09h40.
 
A la fin de l’attaque, le dundee DEUX JEANNE est apparu à l’horizon.
 
Description du sous-marin
 
Grand sous-marin d’une centaine de m de long.
Blockhaus rectangulaire
Pas vu le canon. Mais il devait être de gros calibre car les patrouilleurs américains ont d’abord pris le youyou pour un sous-marin et ont tiré deux coups sur lui. Les gerbes étaient identiques à celles de l’Allemand. Or les Américains avaient des canons de 105 mm. Ces patrouilleurs de 100 m de long étaient du type SCOUT.
 
Voici la silhouette de ce sous-marin
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/924/xGv4Zz.jpg
 

Rapport de la commission d’enquête

 
Elle reprend tous les éléments de l’enquête et conclut :
 
Le patron et l’équipage se sont conduits correctement et ont même fait l’effort de tenter de revenir à bord après la 1ère attaque du sous-marin. La commission ne propose ni sanction, ni récompense, mais donne un avis favorable pour le maintien de la faculté de commander pour le patron Guérin.  
 
Le sous-marin attaquant
 
C’était l’UC 31 du Kptlt Kurt SIEWERT. Il attaqua ensuite DEUX JEANNE, mais sans succès.
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 13-05-2017 à 08:41:54

---------------
olivier
n°46569
Memgam
Posté le 13-05-2017 à 09:32:49  profilanswer
 

Bonjour,
 
Quatre Frères, dundee construit en 1908 à Paimpol, appartenait à Jean-Marie Adam de Groix et trois autres associés. N° 932 au quartier de Groix.
52,37 tjb ; 40,34 tjn.
 
Réponse du chef de quartier à Mme Etesse.
 
"Madame, en réponse à votre lettre du 28 novembre 1917, j'ai l'honneur de vous faire savoir que je ne puis vous délivrer le certificat demandé, attestant que le dundee Quatre Frères, torpillé (sic)le 16 septembre, avait quitté le port muni des ordres et des instructions relatifs à la navigation. Ce dundee devait en effet, quitter les Sables d'Olonne le 9 septembre, et l'Administrateur du quartier se refusa à délivrer le certificat en question, le patron du Quatre Frères n'ayant pas passé par la Direction maritime de ce port. Mais, de l'enquête à laquelle je me suis livré, il résulte que le dundee Quatre Frères pourrait, semble-t-il, être considéré comme se trouvant en règle pour les raisons suivantes : le dundee avait quitté Groix avec le convoi du 24 août, muni des ordres et des instructions nécessaires ; le convoi fut dispersé par le coup de vent du 27 août et les Quatre Frères gagnèrent les Sables où ils furent rejoints quelques heures après par le dundee armé Deux Jeanne. Les deux patrons se mirent d'accord et celui des Deux Jeanne qui était en sursis spécial, télégraphia à Groix. Sur l'avis qu'il reçut que le convoi partirait de Groix le 10 septembre au soir, ils quittèrent les Sables le 9 dans l'intention de venir s'y loindre, mais pris par le calme au large de Belle-Ile, ils pensèrent n'atteindre Groix qu'après le départ et décidèrent de rejoindre le convoi sur les lieux de pêche, et dans cette intention, ils gagnèrent le large, le Quatre Frères protégé par les Deux Jeanne qui était muni d'un canon de 57mm. Mais ils ne rencontrèrent pas le convoi, qui, pour divers motifs, ne quitta Groix que le mardi 11 au soir, et le dimanche vers 5 heures du matin, ils furent attaqués par un sous-marin qui coula le Quatre Frères. Je souhaite que ces explications vous aident  à solutionner cette affaire au mieux de vos intérêts et vous prie d'agréer, Madame, l'expression de ma considération distinguée".
 
Source : René Richard et Jacques Roignant, Les navires des ports de la Bretagne provinciale coulés par faits de guerre 1914-1918, Association Bretagne 14-18, 2010.
 
Cordialement.

n°46573
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 13-05-2017 à 13:25:37  profilanswer
 

.
   Bonjour à tous,
 
 
                                  L’Ouest-Éclair – éd. de Caen –, n° 6.546 du Mercredi 10 octobre 1917, p. 4, en rubrique « Nouvelles maritimes – La guerre sous-marine ».
 
 
                                                                                                                    « Voiliers et sous-marin.
 
   Deux petits voiliers, Quatre-Frères et Deux-Jeanne, ce dernier armé, étaient partis le 9 septembre
[1917] des Sables-d'Olonne pour la pêche au thon. Toute une semaine, ils restèrent ensemble, puis le temps étant devenu brumeux, ils se perdirent de vue. Le 16 au matin, les hommes du Deux-Jeanne entendirent le canon dans la direction où devaient se trouver leurs camarades, à une dizaine de milles. Le patron ordonna de se préparer au combat et fit route vers le lieu de l'action. Une demi-heure plus tard, on aperçut la mâture du Quatre-Frères qui s'abîmait dans les flots. Le sous-marin ennemi se tenait non de loin de là et ouvrit le feu sur le Deux-Jeanne, qui approchait toujours. Celui-ci répondit en tirant lentement, car la houle masquait le but par moments. Après une heure de combat, le sous-marin renonça à la lutte et disparut. »
 
 
 
                                          L’Ouest-Éclair – éd. de Caen –, n° 5.577, 10 novembre 1917, p. 4, en rubrique « Nouvelles maritimes – La guerre sous-marine ».
 
 
   « A 300 milles d’Ouessant, le 16 septembre [1917] dernier, le dundee de Groix Deux-Jeanne s’étant porté au secours d’un autre bateau de pêche canonné par un sous-marin, fut attaqué à son tour. Il riposta de telle sorte que l’ennemi renonça à la lutte.
   Onze jours plus tard, le même dundee pêchait le thon en compagnie de deux petits voiliers grésillons, Liberté et Peuples-Frères, lorsqu’apparut un sous-marin. Celui-ci ayant ouvert le feu, les bateaux pêcheurs soutinrent courageusement le combat et ne furent coulés qu’après avoir obligé l’ennemi à une forte consommation de projectiles.
   Tous trois ont obtenu un témoignage de satisfaction du ministre de la Marine, qui a accordé d’autre part la croix de guerre à huit marins de leurs équipages. Le quartier-maître réserviste Baron, patron du Deux-Jeanne, est inscrit au tableau pour la médaille militaire. »


Message édité par Rutilius le 13-05-2017 à 13:52:21

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°46574
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 13-05-2017 à 13:41:59  profilanswer
 

.
   Bonjour à tous,
 
 
   Quatre-Frères ― Dundee de pêche groisillon de 53 tx jb construit en 1908 à Paimpol ; immatriculé G. 932 (Dominique Duviard : « Groix, l’Ile des Thoniers », cité par ailleurs par Klaus).
 
 
   Lors de sa mise à flot, en étaient quirataires (Michel Perrin : « Les mille et vingt armateurs de l'Île de Groix », Les Cahiers de l'Île de Groix, n° 5/2006, Déc. 2006, Association « La Mouette », p. 82) :
 
   ― Pour 3/8e, Jean-Marie ADAM, époux de Marie-Françoise DROAL, domiciliés à Kêrlo Bihan (Île de Groix) ;
 
   ― Pour 2/8e, Guérin ADAM, marin-pêcheur, époux de Jeanne Marie TROMELEUE, domiciliés au Bourg de Groix (Île de Groix) ;
 
   ― Pour 2/8e, Alexandre ÉTESSE, armateur et entrepreneur de maçonnerie, domicilié au Bourg de Groix (Île de Groix) ;
 
   ― Pour 1/8e, Marie-Joseph YVON, veuve de Jean-Marie LE ROUX, domiciliée au Bourg de Groix (Île de Groix).


Message édité par Rutilius le 13-05-2017 à 20:01:34

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°46575
Memgam
Posté le 13-05-2017 à 14:15:14  profilanswer
 

Bonjour,  
 
Source : Dominique Duviard, Groix, l'île des thoniers, chronique maritime d'une île bretonne,1840-1940, Editions des 4 Seigneurs, 1978, page 213.
 
Pour mémoire, Dominique Duviard (1940-1983), entomologiste à l'Orstom, a participé aux trois premiers volumes d'Ar Vag (éditions du chasse-marée).
 
Cordialement.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser704.jpg

n°46581
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 13-05-2017 à 20:00:48  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
 
   ■ Le patron du dundee Quatre-Frères lors de la perte de ce bâtiment.
 
 
   — ADAM Guérin, né le 31 mars 1865 à Groix (Morbihan), au lieu-dit « Kêrvédan », et décédé le ... à ... (...). Inscrit au quartier de Groix, n° 846.  
 
    Fils de Jérôme ADAM, né le 26 mai 1829 à Groix, pilote-lamaneur, et de Marie Anne DIBERDER, née le 29 octobre 1833 à Groix, cultivatrice (Registre des actes de mariage de la commune de Groix, Année 1856, acte n° 24 ~ Registre des actes de naissance de la commune de Groix, Année 1865, f° 12, acte n° 42).
 
    Époux de Jeanne Marie TROMELEUE, née le 2 juin 1875 à Groix, au lieu-dit « Port-Lay » (Registre des actes de naissance de la commune de Groix, Année 1875, f° 20, acte n° 75), cultivatrice, avec laquelle il avait contracté mariage à Groix, le 27 mai 1895 (Registre des actes de mariage de la commune de Groix, Année 1895, f° 3, acte n° 4).
 
   Fille de Louis Joseph TROMELEUE, né le 20 septembre 1835 à Groix, charpentier de marine, et de Marie Joseph Thérèse JÉGO, née le 3 août 1844 à Groix, couturière [en 1867] puis cabaretière [en 1875] ; époux ayant contracté mariage à Groix, le 25 novembre 1867 (Registre des actes de mariage de la commune de Groix, Année 1867, f° 15, acte n° 27).


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  QUATRE FRERES Dundee thonier de Groix