FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  GAY-LUSSAC - Sous-marin

 

Il y a 74 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

GAY-LUSSAC - Sous-marin

n°3597
Ar Brav
Posté le 17-03-2008 à 19:20:00  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
GAY-LUSSAC Sous-marin de haute mer type Pluviôse (1911 – 1919)
 
Chantier :  
 
Toulon.  
Commencé : 1906
Mis à flot : 17.03.1910
Terminé : 1911
En service : 14.01.1911
Retiré : 01.12.1919                            
Caractéristiques :  398 t ; 550 t.pl ; 700 cv ; 51,12 x 4,97 x 3,12 m ; 2 moteurs électriques 225 cv ; 2 chaudières à vapeur de 360 cv.
Symbole de coque : GL.
Armement : IV TLT carcasse de 450 + II TLT de 450 Drzewiecki + I de 37.
 
Observations :  
 
Q 069
26.08.1905 : construction ordonnée
12.03.1908 : prend le nom de Gay-Lussac
21.01.1911 : armé pour la première fois
1911-1912 : Toulon
1914-1915 : patrouilles en Adriatique
1915 : détaché à Brindisi à l’entrée en guerre de l’Italie
09.07.1916 : combat contre 3 torpilleurs autrichiens dans la baie de Traste
1917 : 2ème escadrille de sous-marins de Bizerte
01.1918 : collision avec le Berthelot en plongée, l’étrave est aplatie
16.10.1919 : condamné
01.12.1919 : rayé
11.06.1921 : coque vendue à Bizerte pour démolition à M. Crispin de Marseille pour 29 236 francs.
 
Sources :  
 
Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, Tome II, 1870-2006, LV Jean-Michel Roche, Imp. Rezotel-Maury Millau, 2005  
http://www.netmarine.net/dico/index.htm
Les Flottes de Combat en 1917, Commandant de Balincourt, Augustin Challamel, 1917    
Les marques particulières des navires de guerre français 1900-1950, Jean Guiglini, SHM, 2002  
Répertoire des navires de guerre français, Jacques Vichot, Pierre Boucheix, refondu par Hubert Michéa, AAMM, 2003  
French Warships of World War I, Jean Labayle-Couhat, Ian Allan Ltd, 1974  
Jane’s Fighting Ships 1914, Fred T. Jane, David & Charles Reprints, 1968  
Jane’s Fighting Ships 1919, Fred T. Jane, David & Charles Reprints, 1969
 
 
Cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 02-04-2009 à 19:08:34

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°3823
Ar Brav
Posté le 25-03-2008 à 08:57:43  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Une vue du Gay-Lussac :
 
http://img407.imageshack.us/img407/2534/gaylussacko2.jpg
 
Source :
L’odyssée technique et humaine du sous-marin en France, Tome III, de Gérard Garier

 
Cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°6427
GENEAMAR
Posté le 26-06-2008 à 17:53:15  profilanswer
 

[:alain dubois:8] Pour la petite histoire...
 
Au 1er janvier 1911, Station des sous-marins de TOULON.
Commandant (du 30 novembre 1910) : Émile STUTZ, Lieutenant de vaisseau.
http://images.mesdiscussions.net/pages1418/mesimages/3261/O%20STUTZ%20Émile.jpg2..jpg
Second (du 1er juillet 1910) : Jean Marie DELÈGUE, Enseigne de vaisseau.
 
 [:patrice pruniaux1:6]  


---------------
Cordialement. Malou
n°14794
GENEAMAR
Posté le 02-04-2009 à 16:37:42  profilanswer
 

Bonjour à tous ...
 
LAMBERT Paul Achille
 
Né le 23 décembre 1877 - Décédé.
Entre dans la Marine en 1895, Aspirant le 5 octobre 1898; port BREST. Au 1er janvier 1899, sur le cuirassé "FORMIDABLE", Escadre du Nord (voir Pascal HOUETTE, Cdt). Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1900. Au 1er janvier 1901, Second sur le transport "DRÔME", Service du littoral (voir Paul MARTEL, Cdt). Au 1er janvier 1902, Second sur le transport "VIENNE", Service du littoral (Cdt Gilles De MAUPEOU d'ABLEIGES). Au 1er janvier 1903, Officier-stagiaire sur la "COURONNE", École de canonnage. Officier breveté canonnier. Lieutenant de vaisseau le 9 avril 1909. Le 1er septembre 1909, Commandant le sous-marin "SIRÈNE", Station des sous-marins de BREST. Chevalier de la Légion d'Honneur. Le 7 août 1912, Commandant le sous-marin "GAY-LUSSAC", 1ère escadrille de sous-marins de la 1ère Armée navale, Station de TOULON. Idem au 1er janvier 1914. Au 1er janvier 1918, port BREST.


Message édité par GENEAMAR le 02-04-2009 à 16:43:46

---------------
Cordialement. Malou
n°14807
GENEAMAR
Posté le 03-04-2009 à 16:20:31  profilanswer
 

Bonjour à tous...
 
MARCHAL Marie Philomène Georges    
 
Né le 5 janvier 1884 à TOULOUSE (Haute-Garonne) - Décédé le 8 février 1916 en mer, à l'Ouest de BEYROUTH.
Entre dans la Marine en 1901, Aspirant le 5 octobre 1904, Enseigne de vaisseau de 1ère classe le 5 octobre 1906; port TOULON. Au 1er janvier 1911, sur le cuirassé "JUSTICE", Division de réserve de la 1ère Escadre (Zéphirin SCHWÉRER, Cdt). Le 19 février 1912, Second du sous-marin "GAY-LUSSAC", 1ère escadrille de sous-marins de la 1ère Armée navale, Station de TOULON (Cdt Paul LAMBERT). Idem au 1er janvier 1914. Le 8 février 1916, cet Officier affecté sur le croiseur cuirassé "AMIRAL-CHARNER" sera parmi les victimes du torpillage du bâtiment.--- Jugement déclaratif de décès rendu le 29 août 1916 à TOULON transcrit dans cette commune le 26 septembre suivant.--- Dernier domicile à LUYNES (Indre-et-Loire).


Message édité par GENEAMAR le 03-04-2009 à 16:40:48

---------------
Cordialement. Malou
n°19592
dbu55
Posté le 15-08-2009 à 13:48:36  profilanswer
 

Bonjour à toutes et à tous,
 
Un marin ayant appartenu à l'équipage du GAY LUSSAC mort à son domicile :
 
HERVÉ Paul Adrien né le 05/03/1878 à Bangor (Morbihan ), Maître Torpilleur - Décédé le 09/09/1918 (40 Ans) à  Bangor (Morbihan) de Tuberculose Pulmonaire - Décédé à son domicile - Venait du GAY LUSSAC -Retraité pour infirmité le 23/03/1916  
 
Cordialement
Dominique


---------------
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]
n°43704
Memgam
Posté le 03-01-2016 à 12:18:35  profilanswer
 

Bonjour,
 
sous-marin Gay-Lussac, bilan de l'activité en 1917, basé à Bizerte.
Croisière de guerre 11 %
Disponible au mouillage 42 %  
exercice 3 %
En réparation ou modifications 41 %
 
Source : Gérard Garier, L'odyssée technique et humaine du sous-marin en France, Tome 3, A l'épreuve de la Grande guerre, Marines éditions, 2002. page 62, photo CCA de Chatellerault.
 
Cordialement.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser168.jpg

n°45359
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 29-10-2016 à 15:00:29  profilanswer
 

yann prouillet a écrit :

   Bonjour à tous
 
   Je souhaitais vous informer de la parution récente, par les archives Départementales de l'Aude à Carcassonne, d'un rare carnet de guerre de sous-marinier ; celui de Marius Reverdy, qui a œuvré sur le Gay Lussac. Le texte, très bien illustré, est présenté et enrichi par Rémy Cazals et introduit par Sylvie Caucanas, directrice des AD de l'Aude qui évoque les apports, indéniables, de la Grande Collecte de 2014 qui commence ainsi à livrer ses trésors recueillis.
 
   "Marius Pascal Reverdy, né le 8 avril 1894 à Carcassonne (Aude), d'un père chaudronnier. Journal commencé à Salonique en octobre 1915, mais qui reprend son parcours de guerre depuis le 6 septembre 1914. Son instruction militaire est ultra-rapide, à Toulon, et il est envoyé dans la brigade Ronarc’h de fusiliers marins. Il est gravement blessé « dans la boue des Flandres », le 22 décembre 1914, épisode qu’il décrit avec force détail... Déclaré inapte à l’infanterie, il sert comme mécanicien sur le cuirassé Patrie puis, à partir du 15 avril 1916 sur le sous-marin Gay-Lussac qui croise en mer Adriatique et en mer Égée. Commence alors un récit certainement très rare, celui de la vie à bord d’un sous-marin français de la Première Guerre mondiale, des quelques combats et des accidents assez fréquents. En plus du journal, sa famille a conservé diverses photos dont une du Gay-Lussac en surface, avec tout son équipage sur le pont. Marius se marie pendant la guerre avec sa « Fifine » dont il parle beaucoup dans son journal. La fin de celui-ci témoigne d’une grande lassitude et d’une exaspération croissante. Il meurt à Carcassonne, le 11 novembre 1961."
 
   Sa notice complète par Rémy Cazals sur http://www.crid1418.org/temoins/20 [...] 94-1961-2/
 
   Bibliographie :
 
   Marius Reverdy : Mon journal de guerre 1914-15-16-17-18, Avec les fusiliers marins sur l’Yser, À bord d’un sous-marin en Méditerranée, présentation et notes de Rémy Cazals, Carcassonne, Archives départementales de l’Aude, 2016, 60 pages, illustrations. Format carré 20 x 20 cm [Prix (très honnête) ; 10 €]
 
   Bonne lecture et bon WE
   Yann Prouillet
 
                                                    http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2351/Reverdy.jpg


n°45360
yann proui​llet
Posté le 29-10-2016 à 15:24:35  profilanswer
 

Merci Rutilius

n°47677
olivier 12
Posté le 30-11-2017 à 09:17:56  profilanswer
 

Bonjour à tous,

GAY LUSSAC

 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/922/RdXixZ.jpg
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/924/bQXi6R.jpg
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/923/EK8V9X.jpg
 
Rencontre avec un sous-marin le 24 Août 1916
 
Rapport de l’Enseigne de Vaisseau d’YTHURBIDE au Capitaine de Frégate BISEUIL commandant les sous-marins détachés en Adriatique. (Rapport écrit à bord du CUGNOT le 26 Août 1916)
 
Voici les circonstances de la rencontre du drifter TAITS avec un sous-marin ennemi.
 
TAITS faisait route au S20E à une vitesse de 3,5 nœuds ayant le sous-marin GAY LUSSAC en remorque en plongée, le périscope seul émergeant. Bonne brise de NW. Mer clapoteuse avec environ 1,5 m de creux. Temps clair. Visibilité moyenne.
 
A 15h15, aperçu une grosse masse noire montant rapidement sur l’horizon, sans aucune fumée apparente. A 17h30, le bâtiment en vue arrive sur la ligne d’horizon. Téléphoné au GAY LUSSAC que je crois voir un sous-marin et venu sur la droite. Relèvement approché du bâtiment S35W. La silhouette se précise et je distingue deux mâts et pas de fumée. Il semble faire route au N30W à grande vitesse et a toutes les apparences d’un cargo à grande superstructure. Téléphoné au GAY LUSSAC que je crois avoir à faire à un cargo.
 
Continué mon abattée pour m’exercer la vue sous un autre angle. Le drifter évolue très lentement avec un sous-marin en remorque. Le bâtiment semble devoir passer hors de portée. Téléphoné au GAY LUSSAC que je prends la perpendiculaire au gisement. A 17h30, je suis en route au N67W et crois reconnaître à nouveau un sous-marin dans le S22W. Le relèvement est moins incertain, TAITS étant bien en route et donnant des roulis moins rapides. Donné ces renseignements au GAY LUSSAC. Le commandant me propose de mettre son moteur en avant (allure déjà essayée lors de la croisière précédente) pour gagner un peu de vitesse, solution que j’accepte. Ilme signale aussi l’intérêt qu’il y a à ce que je ne le fasse pas larguer trop tard, vu l’heure avancée.
 
Observant à nouveau le sous-marin ennemi, je m’aperçois que celui-ci, loin de se rapprocher, a changé de route et mis le cap à l’Ouest. Il semble marcher à petite vitesse. Je ne vois plus sa mâture et gagne très vite sur lui en relèvement. Incliné ma route vers le Nord. A 17h40, relèvement S10W.
 
Je vois alors le sous-marin virer de bord cap pour cap. Il fait route à l’Est à petite vitesse. Peut-être est-il même stoppé. Plus de sillage apparent. Distance 7 milles. Envoyé les deux derniers relèvements au GAY LUSSAC. Téléphoné au Comandant que je considère ces relèvements comme à peu près exacts et que le sous-marin semble stoppé, atteignable avant la nuit. Je lui conseille de larguer.  
 
A 17h50, route du TAITS N30W environ. GAY LUSSAC  largue et part sans être aperçu du drifter. Rentré la remorque à petite vitesse et revenu lentement au Nord dans l’espoir d’attirer le sous-marin ennemi sur la route du GAY LUSSAC.  
A 18h15, la remorque est rentrée. Mis en avant à 8 nœuds, route au Nord. L’ennemi a mis le cap sur nous. Fait disposer la remorque et le câble téléphonique en vue d’un remorquage ultérieur.
A 18h30, mis à vitesse minimum et l’ennemi, qui semblait se tenir à distance constante, semble perdre très rapidement et n’est plus qu’un point noir dans le SSE. Nous le perdons de vue peu après.
Stoppé en me maintenant cap au Nord. A 19h20, amené la voile et fait route sur le rendez-vous. Disposé les feux de route que je garde masqués.  
A 20h10, stoppé au point de rendez-vous. Presque aussitôt GAY LUSSAC émerge sur mon arrière. Démasqué un instant mon feu vert. GAY LUSSAC signale « Ligne de file » et me met en garde contre un retour offensif du sous-marin ennemi. A 20h40, la nuit étant tout à fait noire, donné la remorque au GAY LUSSAC et fait route sur Brindisi.
 
Description du sous-marin
 
Deux mâts (1 grand mât et 1 mâtereau)
Plage avant très longue et sans tonture
Plage arrière plus basse et allant en s’inclinant sur l’arrière
Kiosque de grande dimension, légèrement tronconique et de section circulaire
Au dessus deux points noirs (manches d’aération ?)
A toucher le kiosque, sur l’avant et l’arrière, on distingue deux taches noires, sans doute les canons
Très grandes dimensions de ce sous-marin et déplacement autour de 800 tonnes.
 
Le sous-marin rencontré
 
N’est pas identifié.
 
Il s’agirait, d’après la description qui en est faite, d’un grand sous-marin de type U. On pourrait penser à l’U 35, de Lothar Von Arnauld de la Périère, mais sans aucune certitude car je ne connais pas sa position ce 26 Août 1916. Toutefois, il aurait pu être en route vers sa base de Kotor, après avoir opéré quelques jours auparavant dans le Sud de l’Italie.  (Correction : U 11)
 
(Nota : un résumé de cette affaire figure à la fiche CUGNOT dont l'EV D'Ythurbide était le second)
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 05-12-2017 à 22:07:41

---------------
olivier
n°47694
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 01-12-2017 à 17:52:57  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
 
   Gay-Lussac — Sous-marin de haute mer, type Pluviôse (1911~1919).
 
 
   Le sous-marin Gay-Lussac fut administrativement considéré comme bâtiment armé en guerre :
 
     – du 2 août au 6 septembre 1914 ;
     – du 21 novembre 1914 au 3 mars 1915 ;
     – du 8 juin 1915 au 20 janvier 1916 ;
     – du 2 mars 1916 au 23 janvier 1918 ;
     – du 8 mai 1918 au 1er avril 1919.
       
   [Circulaire du 25 avril 1922 établissant la Liste des bâtiments et formations ayant acquis, du 3 août 1914 au 24 octobre 1919, le bénéfice du double en sus de la durée du service effectif (Loi du 16 avril 1920, art. 10, 12, 13.), §. A. Bâtiments de guerre et de commerce. : Bull. off. Marine 1922, n° 14, p. 720 et 744.].
 
 
   ■ Historique. (*)  
 
 
   — 17 mars 1910 : Lancé à l’Arsenal de Toulon, à la cale 3 du Morillon, en présence du Préfet maritime et du Directeur des constructions navale.
 
 
   — Novembre 1910 : Les plombs de sauvetage du sous-marin tombent au fond du port de Toulon à la suite d’une fausse manœuvre d’un ouvrier.
 
 
                                                                                                Le Matin, n° 9.746, Jeudi 3 novembre 1910, p. 2.
 
                                                                                                     http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/GAYLUSSACL.M.3XI1910..jpg
 
 
   — Mars 1912 : S’échoue près de Porquerolles (Var) ; renfloué par deux torpilleurs (Le Matin, n° 10.245, Samedi 16 mars 1912, p. 3).
 
 
   — Juin 1912 : Le lieutenant de vaisseau Paul Achille LAMBERT, qui commandait alors le bâtiment, est grièvement blessé au bras droit par suite de la chute inopinée du capot du kiosque qu’il s’apprêtait à refermer (Le Gaulois, n° 12.669, Vendredi 21 juin 1912, p. 3). Recueilli par le torpilleur Trident, il est admis à l’Hôpital Sainte-Anne de Toulon (L’Aurore, n° 5.328, Samedi 22 juin 1912, p. 2).  
 
 
     ... / ...
 
 
   ― 24 août 1916 : Attaque sans succès un sous-marin dans le canal d’Otrante.
 
 
   • Sous-marin de haute mer Gay-Lussac, Journal de bord – 12 août ~ 19 nov. 1916 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 246, p. num. 135.  
 
 
                                                                                                   « Jeudi 24 août 1916 ~ D’Otrante en mer.
 
                                                                                                                     Journal du commandant

 
   Brise très fraîche du N. N.-E. Houle du vent.
 
   3 h. 30 – Appareillé. Pris la remorque du drifter. Routes diverses dans le même secteur que la veille.
 
   17 h. 15 – Le Traits nous signale un bateau suspect dans le S. 33 W. Route au S. 67 W., un moteur en avant.  
 
   17 h. 40 – Appuyé à l’Ouest.
 
   17 h. 50 – N. 62 W.
 
   17 h. 55 – Largué la remorque. Pris la chasse à 700 A.
[ampères]. Route au Sud sur les indications du chalutier. Mer de 1,60 m environ.
 
   18 h. 15 – Aperçu le suspect sans pouvoir l’identifier. Mis le cap sur lui.
 
   18 h. 30 – 400 A. pour diminuer le sillage.
 
   18 h. 35 – Déboité à gauche, route au Sud. Au dernier moment, reconnu un sous-marin en demi-plongée, kiosque surmonté de manchon peint en gris-clair. (Peut-être pavillon tricolore ?).
 
   18 h. 43 – Feu du Drzewiecki tribord à environ 200 m. Le sous-marin disparaît complètement au départ de la torpille (réglée à 2 milles) qui ne touche pas. 15 mètres. Venu sur la gauche, route au Nord.
 
   20 h. 15 – Surface derrière le drifter. Pris la remorque. Route pour rentrer à Brindisi. La brise et la mer tombent peu à peu. Aperçu le projecteur de Sasino.
 
   Voir le rapport dans le cahier de correspondance.  
 
   Le Commandant,
 
 
   Signé : Illisible. »
 
   _________________________________________________________________________________________________________________________________________________
 
 
    « P.V. – Perdu dans un lancement de torpille sur l’ennemi :
 
      – 1 torpille automobile modèle 1906 M. ;
      – 1 appareil Obry n° 5.019 ;
      – 1 cartouche en laiton renfermant la charge humide ;
      – 1 boîte d’amorce ;
      – 1 pointe percutante ;
      – 1 détonateur modèle 1913 ;
      – 22 vis de fixation pour les différentes partie de la torpille
. »
 
 
     ... / ...
 
 
   ― 1er décembre 1919 : Par décision du Ministre de la Marine de même date (B.O. Marine 1919, n° 35, p. 969), et après avis du Conseil supérieur de la Marine, radié de la Liste des sous-marins de la flotte avec les sous-marins Berthelot, Cugnot, Émeraude, Germinal, Giffard, Ventôse et Watt.
 
   _________________________________________________________________________________________________________________________________________________
 
   (*) Dernier complément : attaque du 24 août 1916.


Message édité par Rutilius le 01-12-2017 à 19:14:19

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°47696
NIALA
Posté le 01-12-2017 à 18:35:05  profilanswer
 

Dans le post précédent il est indiqué que le Gay Lussac lance une torpille avec son Drzewiecki; il s'agit d'un des tubes lance torpille extérieurs orientables, ce système a été adopté notamment sous les sous-marin français jusqu’à la Première guerre mondiale inclus, trop fragile, les torpilles étant trop exposées il a été abandonné ensuite.  
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/8678/DRZEWIECKIimage10.jpg
Lance torpilles Drzewiecki
 
 
Alain


---------------
Cordialement
 
n°47727
Gastolli
Posté le 05-12-2017 à 21:15:58  profilanswer
 

Bonsoir,
 
target of this torpedo in fact was the small austrian submarine U 11 (Linienschiffsleutnant Teufl)
 
Oliver


Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  GAY-LUSSAC - Sous-marin