FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  SAINT-JOSEPH — Trois-mâts goélette — Arm. J. Duhamel & L. Monnier.

 

1 utilisateur anonyme et 17 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

SAINT-JOSEPH — Trois-mâts goélette — Arm. J. Duhamel & L. Monnier.

n°37905
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 26-08-2013 à 09:24:34  profilanswer
 

.
   Bonjour à tous,
 
 
   Saint-Joseph – Trois-mâts goélette de 434 tx jb et de 358 tx jn ; construit en 1902 par le chantier L. Tranchemer Fils, de La Richardais (Ille-et-Vilaine). Armement J. Duhamel & L. Monnier, de Fécamp (Seine-Inférieure – aujourd’hui Seine-Maritime) –, importateurs de charbon.  
   
  Alors qu’il allait sur lest de Fécamp à Swansea, coulé au canon le 7 mars 1918 par le sous-marin allemand U-55 (Kapitänleutnant Wilhelm WERNER), à 5 milles dans le Nord du phare de Trevose Head (Cornouaille, Royaume-Uni), par 50° 36’ N. et 5° 8’ W., selon uboat.net, ou à 34 milles dans le N. 35 W. de Saint-Ives (Cornouaille, Royaume-Uni), selon une autre source. Capitaine Joseph Félix DESJARDINS, inscrit au quartier de Fécamp, n° 299 ;12 hommes d’équipage.
 
   uboat.net —> http://uboat.net/wwi/ships_hit/5323.html
   The Wreck site —> http://www.wrecksite.eu/wreck.aspx?76583
 
 
   Furent coulés de façon similaire le même jour dans les mêmes parages par le même sous-marin :
 
   — la goélette Brise (160 tx jb), de l’armement J. Le Gonidec, de Paimpol (Côtes-du-Nord – aujourd’hui Côtes-d’Armor –), qui allait de ce port à Cardiff avec un chargement de 100 t. de poteaux de mine ;
 
        —> http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] htm#t37422
 
   — le dundee Saint-Georges (102 tx jb), de l’armement Yves Le Briand, de Pleubian, près de Tréguier (Côtes-du-Nord – aujourd’hui Côtes-d’Armor –).
 
        —> http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] 3785_1.htm
 
 
    ■ L’équipage.  
 
 
              Le Journal de Rouen, n° 72, 13 mars 1918, p. 2, en rubrique « Seine-Inférieure ~ Fécamp ».
 
                                                                     
                                 http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/SAINT-JOSEPH%20-%20L.J.R.%2013-III-1917..png


Message édité par Rutilius le 09-08-2017 à 10:24:27

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°40778
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 24-10-2014 à 23:27:05  profilanswer
 


   Bonsoir à tous,
 
 
   ■ Récompense.                                                                                                        
 
                                                                                                    Le Journal, n° 9.379, Samedi 1er juin 1918, p. 3.
 
 
                                                                                                        « LA SOUSCRIPTION DU "JOURNAL"
 
                                                                                                              LES DONS AUX HÉROS DE LA MER

 
 
   Sous la présidence du vice-amiral Fournier, le comité de répartition des fonds de la Souscription nationale ouverte pour récompenser les équipages de la marine marchande qui se distinguent dans la lutte contre les sous-marins ennemis a tenu sa séance de mai au "Journal".  
   Après avoir voté un supplément de 50 francs en faveur d'un homme du paquebot Savoie, de la Société générale des transports maritimes à vapeur, omis sur la liste d’équipage, le comité a examiné les propositions de primes établies d’après les rapports, de la Direction générale de la guerre sous-marine, rédigés à la suite d’enquêtes faites dans les ports sur les engagements entre navires de commerce et sous-marins ennemis. Il a alloué des primes à des officiers et hommes d’équipage des navires ci-dessous désignés :
 
   Vapeur Ustaritz .................................................................................................. Francs 1.400  
   Voilier Monténégro ....................................................................................................... 6.200  
   Trois-mâts-goélette Saint-Joseph ................................................................................... 2.400  
   Vapeur Garonne II ....................................................................................................... 2.500  
   Vapeur Draa ................................................................................................................. 4.800  
   Quatre-mâts Nord ......................................................................................................... 4.000
   Vapeur Radium ............................................................................................................. 3.100
                                                                                                                                         _______  
                                                                                                                                           
                                                                                                                                            24.400  
   Paquebot Savoie (supplément).............................................................................................. 50  
                                                                                                                                         _______
                                                                                                                                            24.450
 
                                                                                                                                   
[...]
 
                                                                                                                    La lutte contre les pirates
 
   Le trois-mâts-goélette Saint-Joseph, à MM. Duhamel et Monnier, de Fécamp, canonné par un sous-marin, se défendit vigoureusement, mais le manque de brise ne lui permettant pas de manœuvrer, il dut être abandonné en présence de la supériorité militaire de l’ennemi. Le fusilier Marius Planche, le servant Clément Creton, le matelot Émile Hermel ont été cités à l’ordre de la division et le navire a reçu un témoignage officiel de satisfaction du ministre de la marine.
[...] »


Message édité par Rutilius le 24-10-2014 à 23:28:21

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°46424
olivier 12
Posté le 10-04-2017 à 09:23:14  profilanswer
 

Bonjour à tous,

SAINT JOSEPH

 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/924/Tf7pCs.jpg

Naufrage du 7 Mars 1918. Rapport du capitaine

 
Quitté Fécamp pour Swansea, affrété et sans escorte, sur lest, le 3 Mars à 13h00 par petite brise de SE et manœuvré selon les ordres reçus au départ.  
Le 4 Mars à 09h00, à 20 milles au NE de Barfleur, aperçu une embarcation suspecte. Bien qu’étant sous le vent, elle avait une voile et quand je la perdis de vue elle était au vent de moi, mais était passé par l’arrière. Continué ma route et passé Lizard le 5 à 11h00 par petite brise d’ESE. Longé la côte le plus près possible. Le 6 Mars, vent de NE et navigué en louvoyant sans m’écarter de terre.
 
Le 7 Mars, brume légère et vue assez restreinte. A 5 milles au NNW du compas de la pointe de Trévose, vers 13h30, tout l’équipage était sur le pont pour virer de bord. Le navire était debout au vent, barre dessous quand j’entendis un coup de canon. L’obus tomba à 150 m à bâbord suivi de plusieurs autres coups très rapprochés et de plus en plus près du bord, nous encadrant. Le navire était sans erre et il n’y avait pas de vent. Le sous-marin qui se trouvait devant avait l’avantage sur nous puisque nos pièces se trouvaient immobilisées suite à notre manœuvre. Dès que le navire eut abattu, nous ouvrîmes le feu avec nos deux pièces, mais le sous-marin, qui jusqu’alors avait visé la mâture, frappa dans la coque. Une de nos pièces tirait sur l’avant et l’autre sur l’arrière. Un obus tomba au pied du mât de misaine, abattant la cuisine, coupant remorques, haubans, étais. Plusieurs autres endommagèrent l’avant. Le navire prit de la bande sur tribord et un obus frappa la coque dans le travers tribord à l’endroit où se trouvait notre pièce arrière, levant le pont de la dunette et rendant impossible la manœuvre du canon. Les deux canonniers ont été blessés, dont un très gravement au dire des médecins qui l’ont examiné, ainsi que le matelot Hermel.
La pièce de l’avant continua à tirer lorsqu’un projectile ennemi effondra le pont avant. La pièce fut immobilisée, la plateforme étant affaissée. Toute résistance devenait impossible.
 
J’ai décidé d’évacuer le bord et de nous tenir à distance pour surveiller l’épave du navire qui s’enfonçait de plus en plus par l’avant. Quand le sous-marin nous vit dans les embarcations, il tira sur nous une pluie d’obus et l’embarcation où étaient montés les matelots Bocquet, Dulong et le canonnier Bescou fut crevée par un éclat. La situation étant intenable, je résolus de nous écarter. Les hommes du sous-marin se rendirent à bord de l’épave.
 
Je fis route sur la terre où nous sommes arrivés à 17h30.
 
Blessés :
 
- PLANCHE Marcel Canonnier breveté. Très grièvement blessé au poumon gauche.
- CRETON Clément  Canonnier servant. Blessé à la tête et au bras droit.
- HERMEL Emile  Matelot  Cuisse gauche traversée ar un éclat
 
Tous trois sont soignés à l’hôpital de Plymouth.
 
Description du sous-marin
 
80 m environ
Avant incliné sur l’arrière. Pont à gaillard
Kiosque très élevé, en forme de grosse cheminée
Un canon à l’avant à toucher le kiosque
Un canon à mi-distance entre le kiosque et l’arrière
Mât portant une petite voile à l’arrière
 
Durée du combat ½ heure. 50 obus tirés par le voilier et 100 par le sous-marin. Pas utilisé les fumigènes, le sous-marin se trouvant au vent.  
 
Voici les positions respectives.
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/923/3f9O3O.jpg
 
Rapport de la commission d’enquête
 
Elle signale que SAINT JOSEPH a rencontré deux sous-marins. Le premier le 4 mars au NE de Barfleur. Puis le 7 Mars près de Trevose.
Puis elle reprend le déroulement des faits selon le rapport du capitaine.
Le navire fut évacué normalement avec 10 hommes dans la chaloupe et 3 dans le doris. Un éclat d’obus fit un trou dans le doris. L’équipage vint échouer sur une plage de sable près de la pointe de Trevose et fut aussitôt dirigé sur Padston où le capitaine fit son rapport à l’officier des douanes anglais.
 
Conclusion :
 
- SAINT JOSEPH a été victime des circonstances défavorables de la rencontre.
- Le capitaine a bien suivi les instructions de route.  
- Veille régulièrement faite bien qu’il n’y ait personne dans la mâture.
- Hommes de veille munis de bonnes jumelles fournies par l’AMBC.
- Rôles bien établis et embarcations bien armées.
 
Toutefois, le capitaine a laissé sur une planche dans sa chambre tous les documents remis à Fécamp, sans avoir eu la curiosité de se rendre compte de ce qu’ils contenaient. Il a supposé que c’étaient des papiers administratifs sans importance. Il est certain que tous ces documents sont tombés aux mains de l’ennemi, le sous-marin ayant accosté le navire encore à flot. Le capitaine a fait preuve en cette circonstance d’une négligence grave dont toute la responsabilité lui incombe et la commission le lui reproche vivement.
 
La commission propose des citations spéciales pour les trois blessés qui ont assuré avec entrain le fonctionnement de leur pièce et ont fait preuve d’un grand courage et d’une endurance remarquable lors de l’évacuation.
 
Récompenses
 
Citation à l’Ordre de la Division
 
PLANCHE Marius  Fusilier breveté
CRETON Clément  Canonnier servant
HERMEL Emile  Matelot
 
Pour les belles qualités de courage dont ils ont fait preuve lors d’un combat contre un sous-marin. Ont été grièvement blessés.
 
Témoignage Officiel de Satisfaction du Ministre
 
Voilier SAINT JOSEPH  Armement Duhamel et Monnier de Fécamp
 
Pour l’esprit de discipline et le sang froid dont son équipage a fait preuve lors de la destruction de son voilier par l’ennemi le 7 Mars 1918.

Sous-marin attaquant

 
C’était l’U 55 du Kptlt Wilhelm WERNER  (On peut voir une photo de ce sous-marin à la fiche MOUCHE)
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 10-04-2017 à 09:26:07

---------------
olivier
n°47103
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 09-08-2017 à 23:09:49  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
 
   V. ici les éléments biographiques se rapportant à Joseph Félix DESJARDINS, qui exerçait le commandement du trois-mâts goélette Saint-Joseph lors de la perte de ce bâtiment, survenue le 7 mars 1918 :
 
  —> http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] _1.htm#bas


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  SAINT-JOSEPH — Trois-mâts goélette — Arm. J. Duhamel & L. Monnier.