FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  INDIEN - Croiseur auxiliaire

 

Il y a 55 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

INDIEN - Croiseur auxiliaire

n°8245
Ar Brav
Posté le 20-08-2008 à 10:00:35  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
INDIEN Croiseur auxiliaire (1915-1915)
AUVERGNE Cargo mixte de la SGTM (1883-1908)
 
Chantier :
 
Thompson, W.B. Dundee Shipbuilder’s C°, Dundee, Grande-Bretagne.  
Commencé : 1879
Mis à flot : 24.05.1879
Terminé : 1879
En service : 26.04.1883 (MM)
Retiré : 13.06.1908 (MM)
En service : 1915 (MN)
Retiré : 08.09.1915 (MN)  
Caractéristiques : 1467 tjb ; 981 tjn ; 1 480 tpl ; 77,13 (pp) x 9,77 x 7,76 m ; TE 5,25 m ; 1 250 cv ; gréé en goélette à spardeck ; deux ponts ; deux mâts ; une cheminée ; cinq compartiments ; 3 cales, 3 panneaux ; 3 cornes ; 1 machine compound et 2 chaudières timbrées à 5, 26 kg/cm² construites par North Eastearn Marine Eng. Co. Ltd. développant 940 cv remplacées par 1 machine alternative à triple expansion et 2 chaudières doubles à 4 foyers construites par North Eastearn Marine Eng. Co. Ltd développant 1 250 cv ; équipage 32 ; 80 passagers en secondes classes, 430 émigrants ; vitesse 10 nds puis 12 nœuds.
Armement : II de 47 mm.
 
Observations :  
 
24.05.1879 : cargo mixte lancé sous pavillon anglais à Dundee, Grande-Bretagne, par Thompson pour le compte de l’armement G. Mac Andrew de Dundee sous le nom de Vasco de Gama, numéro de coque 29
03.1883 : acheté par la Société Générale des Transports Maritimes à Vapeur (SGTM) pour 2 500 £ et rebaptisé Auvergne
18.04.1883 : soumission de francisation numéro 5 569
26.04.1883 : mise en service.
27.06.1885 : (cne Caffa) 18h30. en appareillant de la Joliette. aborde et coule un chaland remorqué par le Marseillais et sortant du Vieux Port, recueille à l'aide d'une échelle mise en place par les matelots du gaillard les deux hommes d'équipage du chaland
30.10.1890 : appareille pour Rotterdam.
19.11.1890: quitte Rotterdam pour Sunderland où il doit être refondu : remplacement de la compound par une alternative triple expansion. Aux essais atteint 1 250 CV et 12,25 nds. Inaugure une nouvelle peinture
15.03.1891 : appareille de Newcastle après refonte avec une cargaison de charbon, à Marseille le 29
15.04.1891 : mis en service sur ligne d'Alger où il remplace le Languedoc
28.10.1891 : (cne Verd) l'Auvergne est partie de Marseille le 27 octobre à 14h30 sur lest à destination de Béni Saf. A 19h45. prend une forte inclinaison sur tribord. au point de mettre la mer à la hauteur des hiloires des écoutilles du pont. La cale centre avant a dans toute sa longueur, ses trois cents tonneaux de lest,  sable et cailloux,  noyés par une centaine de tonnes d'eau. Cette quantité d'eau est le résultat d'une rupture soit du tuyautage. soit d'une cloison du water-ballast avant. A ce moment, sa position déterminée le met à 45 milles de Port Vendres et à 65 milles de Marseille. Ne pouvant gouverner entre l'Ouest et l'Ouest-Sud-Ouest pour atteindre Rises ou Port Vendres, il met le cap sur Marseille. Malgré sa grande inclinaison, gouverne bien et les machines donnent 55 tours d'hélices environ par minute, soit 4 nœuds. Perdu le youyou, la trinquette, plusieurs objets dont la nomenclature n'est pas relevée, le vaigrage de la cale est endommagé par les cailloux allant au roulis. C'est à la solidité du faux-pont construit après coup que l'on doit le sauvetage de l'Auvergne ainsi qu'aux chaudières qui ont résisté à la chauffe et aux machines qui n'ont cessé de fonctionner. Les pompes de cale sur le pont et celles de la machine n'ont pu fonctionner à cause du sable et du gravier qui les engorgeaient. Employé l'équipage à passer dans la cale arrière les gueuses en fonte de tribord à bâbord, les objets du spardeck et du faux-pont de tribord à bâbord. La Ville de Tunis, l’Echo, le Blidah ont fait leurs offres de service. Le Service du Port a mis à sa disposition le bateau-pompe. Arrivé à Marseille, quai des Anglais, le 28 octobre à 13h00 avec la grande inclinaison sur tribord mettant le ras du pont tribord à un mètre environ au-dessus du niveau de la mer
15.01.1892 : remorque à Alger le Gédéon Couder  immobilisé par une avarie de machine à 26 milles du port, durée de l'opération : 5 heures
03.09.1892 : aborde et coule une tartane à hauteur du Château d'If
21.02.1893 : (cne Langrais) à 23h00, mouille dans le port de la Joliette. Pendant la manœuvre nécessaire pour prendre son poste d'amarrage, le Soudan (Cie de Navigation Mixte) entre dans le port, malgré les feux réglementaires d'un navire en manœuvre et vient s'amarrer à bâbord de l'Auvergne. Durant cette manœuvre. il lui cause les avaries suivantes : échelle de commandement bâbord cassée, bastingage, lisse de bastingage, tringles, montant en fer brisés depuis le couronnement jusqu'au travers du grand mât
31.08.1893 : rentre de pèlerinage à la Mecque. Le commandant Damseis est décédé à Suez des suites d'une maladie déjà ancienne. Le Capitaine au Long Cours Iperti est allé chercher le bâtiment à Suez
20.02.1894 : affrété par le Sous-Secrétariat aux Colonies pour transporter de 1’ile d’Aix à Libreville 15 surveillants militaires et 100 condamnés annamites pour 475 francs/surveillant et 298 francs/prisonnier. Il devra être inspecté le 01.03 par une commission de l'inspection pénitentiaire et partir de l’ile d'Aix le 06.03
02.03.1894: (cne Langrais)  appareille pour l’ile d'Aix  
04.05.1894 : (cne Langrais) rentre de Bombasa, Libreville et Bissas, avec un chargement d'arachides en coque, amandes en palmes, caoutchouc et cire jaune
20.11.1895 : effectue le premier transport d'appelés par les soins de la SGTM vers l'Algérie (400 conscrits)
24.11.1895 : (cne Langrais) de 03h00 à 04h45, stoppe pour réparer la pompe de circulation
15.03.1897 : après adjudication, est affrété par l’Etat pour transporter de Toulon à La Sude un bataillon du 8ème Régiment d'Infanterie de Marine (15 officiers + 440 sous-officiers et marsouins) et son matériel pour 27 800 francs
23.03.1897 : arrivée à La Sude
24.03.1897 : transporte à l'îlot de Spinalonga sa garnison (10 marins) et de même à Sitia (2 Cies)
02.04.1898 : (cne Langrais) quitte Sète à 13h00. La manœuvre est contrariée par un fort courant sortant du port. Le 3ème pont n'ouvrant toujours pas, fait machine arrière à toute vitesse et mouille les deux ancres pour étaler. Néanmoins, s'appuie sur la pile du 2ème pont resté ouvert. Plusieurs tôles sont bosselées et l'hélice touche le batardeau du quai.
15.04.1901: (cne Hermieu) 11h30, quitte le môle B après débarquement des moutons, en virant l'ancre tribord et une amarre de l'arrière amarrée sur le môle C pour s'écarter du quai.  Cette amarre, engagée dans un objet au fond, se dégage en donnant du mou. Le navire abat sous l'effet du vent et frappe la chaîne du Languedoc. Une tôle crevée, une membrure cassée à hauteur de la passerelle
25.11.1902 : (cne Delserre) 7h00 accoste quai est à Port St Louis, la grue n°1 (Cie Générale de Navigation) traversant de quai Ouest à quai Est vient aborder le gouvernail de l'Auvergne. Du fait de la manœuvre de cette grue, l'amarrage de l'Auvergne est retardé. Son arrière heurte le San Antonio, voilier napolitain lui causant quelques avaries à la boiserie tribord de son tableau
26.11.1902 : désarmée suite grève
16.12.1902 : appareille pour Alger, la fin de la grève est officielle le 17.12
22.08.1904 : grève des Etats-Majors. 180 navires désarmés
10.10.1904 : fin de la grève.
09.11.1904 : (cne Bonnavista) vers 02h00, un violent coup de mer écrase les caillebotis, le capot de la barre de la tamisaïlle arrière et arrache une partie des pavois par le travers de la machine à bâbord.
31.12.1904 : (cne Bonnavista) contraint, par le mauvais temps, de se réfugier à Figari jusqu'au 03.01.1905, soit 40 heures de retard à l'arrivée à Marseille
05.01.1906 : (cne Bonnavista) à 11h42, par 40°38N et 15°15E,  rencontre le cotre chaviré et abandonné Maria Francesca, port d'attache illisible. Une embarcation est mise à la mer. Sauvetage du gui, du pic avec lambeaux de voiles, 5 poulies, 2 vergues. N'a pu mettre la remorque faute d'appui visible. Vers Marseille où il arrive le lendemain
15.03.1907: (cne Bonnavista) 10h00, les lames arrachent les dalles en fer protégeant le tuyautage des treuils, emportent la coupée, brisent la porte des 3èmes classes et noient le puits à chaînes. Le poste avant se remplissant, pris la fuite. L'eau est évacuée grâce à l'ouverture du trou d'homme du ballast avant où elle a pu être pompée
11.04.1907 : (cne Paoli) la rupture de 4 boulons et  de la clavette du vireur de sortie à la machine oblige à stopper pour réparer
04.06.1907 : la Russie, lors d'un appareillage rendu difficile par fort vent de NO, heurte la chaîne d'ancre de l'Auvergne  
13.06.1908 : vente du navire à Alexandre A. Cappary  (Syra) pour 11 500 £  (289 800 francs)
03.08.1908: autorisation de clore la soumission de francisation
1909 : vendu à l’armateur turc Hadji Daoud Farkouk pour 231 000 francs. Rebaptisé Eurotas
1911 : vendu à l’Archipelago American SS Company de Smyrne,  armateur gréco-germano-américain. Rebaptisé Indiana, sous pavillon américain, port d'attache Portland, Maine, USA
04 ou 08.1915 : le navire est inspecté par un bâtiment de la Marine française au large de Mersin. Armé par un équipage grec, avec un commandant grec, le navire est d'une saleté repoussante et sa cargaison paraît suspecte. Portant sans droit les couleurs américaines, il est alors saisi comme prise de guerre et contrebande d'armes, transformé en croiseur auxiliaire sous le nom d'Indien et armé à Port Saïd avec un équipage de prise et équipé de 2 pièces de 47 mm prélevées sur le Jauréguiberry. Il est ensuite affecté à la 3ème escadre et effectue des croisières sur les côtes de Syrie. Sous le commandement du LV Forget, il se distingue particulièrement par sa hardiesse, modifiant son aspect pour débusquer les agents ennemis, débarquant des escouades aux endroits les plus imprévus, luttant à la fois contre les sous-marins et contre les forceurs de blocus
08.09.1915 : toujours sous le commandement du LV Forget, il est  torpillé au mouillage à Rhodes par le sous-marin U-34 (KL Claus Rücker)
15.10.1915 : citation à l'Ordre du jour de l'Armée navale
Croiseur auxiliaire Indien :
Après une croisière dangereuse et utile, a été coulé au mouillage de Rhodes le 08 septembre 1915 par un sous-marin ennemi. Tout le personnel a fait preuve de calme et de sang-froid (J. O. du 15 octobre 1919).

29.10.1915: l'aviso auxiliaire Nord Caper embarque à Stampalie et Rhodes du matériel repêché par les scaphandriers : les 2 canons, 6 fûts d'huile, des briques réfractaires, le gouvernail et des drosses.
 
Voir également ICI
 
NB. Il est aussi donné comme patrouilleur auxiliaire selon les sources
 
Sources :
 
Cargos, de Jean-Yves Brouard
La Société Générales des Transports Maritimes à vapeur, d’Alain Croce
Dictionnaire de la flotte de guerre française, de Jean-Michel Roche
La guerre navale dans la Méditerranée, d’A. Thomazi
La Marine Marchande française, de Jean Randier

 
Cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 01-03-2009 à 07:57:21

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°8246
Ar Brav
Posté le 20-08-2008 à 10:15:59  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Une vue du cargo mixte Auvergne, alors à la SGTM, qui deviendra ensuite le croiseur auxiliaire Indien en 1915 :
 
http://images4.hiboox.com/images/3408/7795730370f1eb3391d140e966d3a029.jpg
 
Sources :
La Société Générales des Transports Maritimes à vapeur, d’Alain Croce, Editions MDV, page 135

 
Cordialement,
Franck

Message cité 1 fois
Message édité par Ar Brav le 01-03-2009 à 07:54:05

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°8248
GENEAMAR
Posté le 20-08-2008 à 11:07:07  profilanswer
 

[:alain dubois:8]...  
                                  http://images.mesdiscussions.net/pages1418/mesimages/3261/O%20FORGET%20Émile.jpg2..jpg
 
FORGET Émile Eugène, né le 4 août 1872 à ANTIBES (Alpes-Maritimes), Lieutenant de vaisseau, Commandant. (voir petite bio p 4 POLYTECHNICIENS ET MARINE NATIONALE)
 


---------------
Cordialement. Malou
n°8249
GENEAMAR
Posté le 20-08-2008 à 11:18:50  profilanswer
 

http://www.yelims.com/IPB/Smiley-IPB-217.gif     M.P.F.
 
  Marins disparus avec le bâtiment le 8 septembre 1915. --- Jugement déclaratif de décès rendu le 28 février 1916 à TOULON.
 
- CORNEC Edmond François, né le 17 avril 1895 à SAINT-MALO (Ille-et-Vilaine), Matelot de 3ème classe Cuisinier.
- DUMOUSSAUD Marcel, né le 2 mars 1894 à BRIE-La-ROCHEFOUCAULD (Charente), Matelot Mécanicien.
- GAGLIONE André, né le 7 février 1889 à PHILIPPEVILLE (Constantine), ALGÉRIE, Matelot de 3ème classe sans spécialité.
- GAUFFENY Albert Yves Marie, né le 13 juillet 1893 à PLOUËZEC (Côtes d'Armor), matelot de 2ème classe Chauffeur.
- LEBERT Edvin, né le 15 août 1893 à LONDRES, GRANBE-BRETAGNE, Matelot de 2ème classe Chauffeur.
- RIDOU Jean Louis, né le 7 janvier 1876 à RÉDENÉ (Finistère), Quartier-Maître Chauffeur.---(Corps retrouvé).
 
... Sont cités comme étant à bord de l' "INDIEN" le 8 septembre 1915 : BECQUET - BOTTIN - BRUN - DANIEL, FRUITIER Claude, GÉRARD Marcel, sans indication quelconque à l'exception parfois de la mention "corps retrouvé".

Message cité 1 fois
Message édité par GENEAMAR le 10-09-2008 à 08:19:41

---------------
Cordialement. Malou
n°13498
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 17-02-2009 à 22:19:28  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
   
                                                        L’Ouest-Éclair – éd. de Caen –, n° 5.966, Lundi 18 octobre 1915, p. 4, en rubrique « Nouvelles maritimes ».
 
 
   « LA PERTE DE L’ INDIEN, CROISEUR AUXILIAIRE. ― On annonce de Toulon que le lieutenant de vaisseau Croissandeau a été désigné pour enquêter sur la perte du croiseur auxiliaire Indien, coulé en Méditerranée orientale. Treize hommes de l’équipage périrent.
   L’affaire sera jugée en novembre.
   Le lieutenant de vaisseau Forget, commandant l’Indien, n’a pas encore fait connaître le nom de son défenseur.
»
 
 
                                                        L’Ouest-Éclair – éd. de Nantes –, n° 5.990, Samedi 6 nov. 1915, p. 4. en rubrique « Nouvelles maritimes ».
 
 
                                                                                                                « La perte du croiseur Indien.  
   
   TOULON, 5 novembre. ― Ce matin, le premier Conseil de guerre maritime s'est réuni pour statuer sur le cas du lieutenant de vaisseau Forget, qui commandait le croiseur auxiliaire Indien, lequel, le 8 septembre, coula devant Rhodes, ayant été atteint par une torpille lancée par un sous-marin allemand. Les dépositions des témoins sont unanimes à affirmer que lorsque l'événement se produisit, le commandant Forget fit l'impossible pour sauver tout le monde. Il n'y eu que 13 morts.
   A une heure, après que la défense du commandant eut été présentée par son camarade, le lieutenant de vaisseau Dubois, le lieutenant de vaisseau Forget est acquitté, et le président lui exprime les félicitations des membres du Conseil de guerre. »


Message édité par Rutilius le 12-09-2017 à 14:23:28

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°13856
Terraillon​ Marc
Posté le 28-02-2009 à 22:14:11  profilanswer
 

Ar Brav a écrit :

Bonjour à tous,
 
Une vue du cargo mixte Indien, alors à la SGTM :
 
http://images4.hiboox.com/images/3 [...] d3a029.jpg
 
Sources :
La Société Générales des Transports Maritimes à vapeur, d’Alain Croce, Editions MDV, page 135

 
Cordialement,
Franck


 
 
Bonjour Franck
 
Comment l'INDIEN a pu naviguer sous pavillon SGTM ??
 
A bientot


---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°13857
Ar Brav
Posté le 01-03-2009 à 08:04:39  profilanswer
 

Terraillon Marc a écrit :


 
 
Bonjour Franck
 
Comment l'INDIEN a pu naviguer sous pavillon SGTM ??
 
A bientot


 
Bonjour Marc,
 
En effet, j'ai mal légendé le cliché, j'ai donc corrigé en :
 
Une vue du cargo mixte Auvergne, alors à la SGTM, qui deviendra ensuite le croiseur auxiliaire Indien en 1915  
 
Je ne pouvais en revanche ouvrir un sujet "Auvergne" sans ajouter à la confusion, ce dernier étant sorti de flotte en 1908  :)  
Il n' y a donc pas eu d'Indien à la SGTM
 
Amicalement et bon dimanche,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°13859
Terraillon​ Marc
Posté le 01-03-2009 à 09:56:19  profilanswer
 

Bonjour
 
J'ai tout compris !!!  :D  
 
A bientot


Message édité par Terraillon Marc le 01-03-2009 à 09:56:35

---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°18546
Ar Brav
Posté le 07-07-2009 à 13:46:12  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Un complément sur le Matelot (Apprenti Marin selon MDH) Becquet du croiseur auxiliaire Indien, Engagé Volontaire, tiré du Livre d'Or de l'Ecole St Charles de St Brieuc, grâce à un envoi de Christian Labellie (Géraud).  
 
GEORGES BECQUET
Engagé volontaire.
† 8 Septembre 1915, Méditerranée.
 
http://images3.hiboox.com/images/2809/6e8414a54b36a100c8d054f5b1b05210.jpg
 
Né à Roubaix le 24 novembre 1895, d'une famille qui vint s'établir peu après à Malo-les Bains (Nord), où il commença ses études. Il les poursuivit au Collège Notre-Dame des Dunes de Dunkerque, au Collège Saint-Bertin, à Saint-Omer, et en 1911 à Saint-Charles (Cours de Marine) jusqu'en juillet 1914. La guerre éclate et Georges s'engage immédiatement dans l'infanterie.
Il part pour Chambéry, puis pour le front avec son régiment le 97ème R. I. Il gagna rapidement les galons de caporal et de sergent dans les tranchées de Vimy. Une carte postale adressée par lui à M. le chanoine Bahezre, le 29 décembre 1914, décrit brièvement ses impressions :
 
« Je passerai ma nuit de l'an, comme celle de Noël, à la belle étoile, à proximité de l'ennemi ; mais je garderai longtemps le souvenir très impressionnant d'une messe de minuit chantée
par notre adjudant, dans une crèche abandonnée, parmi les ruines d'une ferme détruite par les obus... ».

 
En février 1915, le Ministre de la Marine appelle tous les jeunes gens qui se destinent à la marine. Le sergent Becquet quitte à regret son régiment d'infanterie et ses galons. Il s'embarque à Cherbourg sur le Jeanne d'Arc, puis sur le croiseur auxiliaire l'Indien en Méditerranée.
Le 8 septembre 1915, l'Indien vient de ramener à Rhodes un navire allemand capturé. Un sous-marin ennemi lui lance une torpille en pleine rade. Le croiseur coule rapidement.
 
Georges Becquet fut trouvé parmi les victimes. Son corps repose au cimetière de Rhodes, on lui a délivré la Médaille militaire et la Croix de guerre avec la citation suivante :
 
Glorieusement disparu avec le croiseur auxiliaire l'Indien, coulé par un sous-marin ennemi le 8 septembre 1915.
 
Cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 07-07-2009 à 13:48:45

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°27748
dbu55
Posté le 07-10-2010 à 19:30:11  profilanswer
 

Bonsoir à toutes et à tous,
 
Deux marins passagers sur l'INDIEN :
 
Du 5ème Dépôt des Equipages de la Flotte - Toulon
 
BRUN Paul né le 26/12/1892 à Fouras (Charente-Maritime (Charente-Inférieure en 1914)), Matelot de 2ème Classe Chauffeur - Décédé le 08/09/1915 (22 Ans) à bord de l'INDIEN
 
Du Cuirassé JAURÉGUIBERRY
 
DANIEL Albert Pierre Marie né le 13/08/1892 à Loudéac (Côtes-d'Armor (Côtes-Du-Nord en 1914)), Matelot de 3ème Classe Cuisinier Breveté - Décédé le 08/09/1915 (23 Ans) à bord de l'INDIEN - Corps retrouvé et inhumé à Rhodes - (ERREUR de classement sur le site MDH - Fiche classée dans le département de la Gironde)
 
Cordialement
Dominique


---------------
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]
n°28577
goupitheba​in
Mémoire de nos aïeux
Posté le 30-11-2010 à 17:03:09  profilanswer
 

Bonjour à Vous,
 
Merci de toutes vos recherches.
Mon oncle était sur l'INDIEN en 1915 lorsqu'il fut torpillé, il avait 19 ans , fut fait prisonnier par les turcs mais pu s'évader.
C'était le quartier Maître mécanicien ROUX Louis né à Saint FLORENTIN (Yonne) en 1896 .
Par la suite, il naviga sur "L'OEILLET" (piéce jointe)
 
img]http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/8021/rouxllouismarin1917.jpg[/img]
 
[Il y a trés longtemps, j'ai pu lire l'histoire de ce navire, un livre intitulé "L'INDIANA" ce livre a disparu lors de l'incendie de notre maison 1988.
Si vous avez une idée pour retrouver un exemplaire de ce livre, sa fille, encore de ce monde, serait des plus heureuses
 
Maurice ROUX
dit goupithebain
 
 
 
 
 

GENEAMAR a écrit :

http://www.yelims.com/IPB/Smiley-IPB-217.gif     M.P.F.
 
  Marins disparus avec le bâtiment le 8 septembre 1915. --- Jugement déclaratif de décès rendu le 28 février 1916 à TOULON.
 
- CORNEC Edmond François, né le 17 avril 1895 à SAINT-MALO (Ille-et-Vilaine), Matelot de 3ème classe Cuisinier.
- DUMOUSSAUD Marcel, né le 2 mars 1894 à BRIE-La-ROCHEFOUCAULD (Charente), Matelot Mécanicien.
- GAGLIONE André, né le 7 février 1889 à PHILIPPEVILLE (Constantine), ALGÉRIE, Matelot de 3ème classe sans spécialité.
- GAUFFENY Albert Yves Marie, né le 13 juillet 1893 à PLOUËZEC (Côtes d'Armor), matelot de 2ème classe Chauffeur.
- LEBERT Edvin, né le 15 août 1893 à LONDRES, GRANBE-BRETAGNE, Matelot de 2ème classe Chauffeur.
- RIDOU Jean Louis, né le 7 janvier 1876 à RÉDENÉ (Finistère), Quartier-Maître Chauffeur.---(Corps retrouvé).
 
... Sont cités comme étant à bord de l' "INDIEN" le 8 septembre 1915 : BECQUET - BOTTIN - BRUN - DANIEL, FRUITIER Claude, GÉRARD Marcel, sans indication quelconque à l'exception parfois de la mention "corps retrouvé".


http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/8021/roux%20llouis%20marin-1917.jpg


---------------
PéPé le MoMo
n°34233
olivier 12
Posté le 31-03-2012 à 10:39:27  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Un complément sur le naufrage de l'INDIEN
 
Rapport du LV FORGET, commandant l’INDIEN, au Vice Amiral commandant la 1ère Armée Navale, à bord du COURBET. 9 Septembre 1915
 
Mouillé le 8 Septembre 1915 en rade de Rhodes à l’ouest du feu Saint Elme et au N55W du feu rouge de la pointe nord de Rhodes. Jolie brise d’WqNW.
Armement de la pièce à son poste avec munitions à proximité.
 
Chalutier LA BRISE au mouillage sur l’avant de l’INDIEN. Croiseur auxiliaire italien AMERIGO VESPUCCI mouillé tout près de nous.
A 05h45, LA BRISE accoste l’INDIEN et me remet une lettre du commandant du VERDON, puis appareille.  
A 06h15, je me dirige vers l’avant et regarde l’état de la mer lorsqu’à moins de 100 m du bord, par tribord, j’aperçois le sillage d’une torpille, parfaitement rectiligne, irréprochable en direction et immersion. Le fort clapotis ne permet pas de voir le périscope du sous-marin qui nous attaque. Deux secondes plus tard, l’explosion se produit et ébranle tout le bâtiment. La torpille a frappé à tribord, sur l’avant de la passerelle, par le travers de la cale 2, la plus grande du bord. Les munitions qui s’y trouvent n’explosent pas. L’avant s’enfonce aussitôt.
 
Crié de faire monter tout le monde sur le pont, en particulier le personnel de quart dans la machine et les chaufferies. Les hommes montent, sauf ceux qui étaient couchés à l’avant, dans le poste équipage.
 
Le bâtiment pique du nez et s’enfonce droit. Fait rassembler tout le personnel sur l’arrière, officiers compris. Le temps faisant défaut, je renonce à faire amener les embarcations. Les ceintures de sauvetage, capelées sur les lisses, sont mises par les hommes ou jetées à la mer. Ungrand nombre de matelots, déjà tombés à la mer, sont accrochés à des espars. L’officier en second descend au carré et voit qu’il n’y reste personne. Il remonte aussitôt. Le bâtiment s’enfonce très rapidement et l’inclinaison atteint 30 ou 40 degrés. L’eau arrive au kiosque arrière et on ne peut plus se tenir sur le pont.
 
Je nage et m’accroche à l’un des galhaubans du mât arrière et me hisse avec deux hommes que j’ai fait rallier près de moi jusqu’au capelage des haubans. L’officier en second me rejoint après avoir failli disparaître dans les forts remous de la cale arrière. Il est blessé fortement à la main.
 
Trois minutes après l’explosion, le bâtiment disparaît. Il repose droit sur le fond, par 20 m d’eau, et  les capelages des haubans restent à 1 m au dessus de l’eau. L’officier en second et moi dirigeons le sauvetage dans la mesure de nos moyens. Nous ne disposons que d’un canot  pris à des contrebandiers. Placé sur le pont sans amarres, il a flotté dès que l’avant s’est enfoncé. Des hommes ont pu s’y réfugier et vont secourir leurs camarades.
 
Dix minutes plus tard, des embarcations de terre rallient, notamment une vedette italienne dans laquelle j’aperçois le consul de France. Les hommes accrochés aux ceintures de sauvetage, bouées et espars divers sont recueillis. L’officier en second, moi-même et les deux matelots sommes recueillis par une vedette italienne de la Direction du port .
 
J’envoie l’officier en second à terre pour rassembler les hommes et faire l’appel. Je demande au Lieutenant de Vaisseau italien, Mr Montgnaro, de faire une ronde sous le vent de l’INDIEN. Tous les hommes à la mer sont recueillis et nous nous dirigeons alors vers le port.  
Empressement remarquable des secours. La première personne qui nous reçoit au débarcadère est Madame Laffon, épouse du consul de France. Cette excellente Française, malgré une émotion profonde, témoigne aux naufragés une sympathie délicate et sa présence a été d’un grand réconfort.
 
Appel fait, il y a 13 manquants sur 60 hommes. Tous les hommes disparus, sauf  4, venaient de quitter leur service. Ils étaient couchés dans le poste avant et l’explosion a du les assommer.
 
Le lendemain matin, des travaux sont entrepris pour retirer de l’épave les corps de nos marins disparus, les documents secrets et le matériel récupérable.
 
Je tiens à signaler que tous, officiers, officiers mariniers, quartiers maîtres et marins ont fait leur devoir. Ils ont conservé le calme le plus complet.
Je n’ai que des éloges à faire concernant mon second, l’Enseigne de Vaisseau Saint Lo, dont le calme, la tranquillité d’esprit et le dévouement ont aidé puissamment à l’organisation du sauvetage. Je me fais l’interprète de tous pour embarquer le plus tôt possible afin d’agir énergiquement dans la zone où se trouvent les sous-marins ennemis. Nous avons une revanche à prendre. Je constate un moral très élevé chez nos braves marins, après cet incident de guerre, et un dévouement sans borne. Je suis certain de pouvoir compter sur eux en toutes circonstances. Ce sont de très braves gens et la chose n’est d’ailleurs plus à démontrer.

Rapport de la Commission d’enquête

 
Il reprend dans les grandes lignes le rapport du commandant, et constate que vu l’encombrement du port de Rhodes, il était impossible de mettre le navire à quai.
 
Liste d'équipage
 
http://img848.imageshack.us/img848/2819/indienquipage1.jpg
 
http://img585.imageshack.us/img585/9458/indienquipage2.jpg
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 31-03-2012 à 10:40:14

---------------
olivier
n°35433
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 11-11-2012 à 22:26:54  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
   Le lieutenant de vaisseau Émile FORGET – alors contre-amiral – a raconté dans l’ouvrage collectif suivant, sous le titre « En action en mer. Extraits du Journal de bord du croiseur auxiliaire Indien (Juin~Septembre 1915) », la brève histoire de ce croiseur auxiliaire dont il fut l’unique commandant :
 
    « En patrouille à la mer », préface du commandant Auguste Thomazi, éd. Payot, « Collection de mémoires, études et documents pour servir à l’histoire de la guerre mondiale », Paris, 1929, 304 p., avec 10 cartes, 21 photographies et 9 dessins de Pierre Le Comte. – Autres auteurs : Capitaine de frégate Trabaud ; Capitaine de corvette Bouissou ; Capitaine de frégate Émile FAURIE.


Message édité par Rutilius le 12-09-2017 à 14:27:41

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°35437
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 12-11-2012 à 11:18:46  profilanswer
 

.
   Bonjour à tous,
 
 
   ■ Le commandant de l'Indien.
 
   
   — FORGET Émile Eugène, né le 4 août 1872 à Antibes (Alpes-Maritimes) et y décédé, le 7 janvier 1956. Fils de François Eugène FORGET et d’Anne TERRUSSE, son épouse. Marié à Eugénie Blanche Marie Louise HUGUES.
 
   —>  http://ecole.nav.traditions.free.f [...] _emile.htm
 
 
                                                                                                http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/FORGET%20-%20L.%20V1..jpg
 
                                                                                                       « En patrouille à la mer », précité, p. 33.
 
 
   Le lieutenant de vaisseau Émile FORGET fut provisoirement désigné au commandement de l’Indien, ex-Indiana, le 22 juin 1915, lorsque fut arrêtée par le vice-amiral commandant la 3e Escadre la décision d’armer ce bâtiment de prise comme croiseur auxiliaire. Lui furent alors adjoints deux enseignes de vaisseau de 1re classe, MM. Eugène Saint-Lô et Jean Nicolas, pilotes du canal de Suez. Après autorisation du commandant en chef et approbation du Ministère de la Marine, il fut définitivement nommé à ce commandement le 28 juin suivant. A la suite de la perte de l’Indien, il fut désigné au commandement du torpilleur d'escadre Protet (D. 9 nov. 1915, J.O. 11 nov. 1915, p. 8.113).
 
 
   Cité à l’ordre de l’armée dans les termes suivants (J.O. 2 nov. 1915, p. 7.912) :
 
   « Forget (E.-E.), lieutenant de vaisseau, commandant le croiseur auxiliaire Indien : officier de premier ordre, empreint des plus hautes qualités militaires, doué d’une rare énergie, d’enthousiasme et de décision. A rendu les plus grands services comme commandant de l’Indien et s’est distingué par son courage et son sang-froid lorsque ce bâtiment a coulé en rade de Rhodes, torpillé par un sous-marin ennemi, le 8 septembre 1915. » (Ordre de l'amiral de Lapeyrère).
   
   Croix de guerre avec palme.
 
   Chevalier de la Légion d’honneur au titre du Ministère de la Marine (D. 29 déc. 1910) ; alors lieutenant de vaisseau.
 
   Commandeur de la Légion d’honneur au titre du Ministère de la Marine (D. 30 juin 1928, J.O. 3 juill. 1928).
 
   Grand officier de la Légion d’honneur au titre du Ministère de la Marine (D. 13 mai 1933) ; alors contre-amiral (2e section).


Message édité par Rutilius le 13-09-2017 à 10:49:32

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°35439
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 14-11-2012 à 01:49:04  profilanswer
 

.
   Bonjour à tous,
 
 
   L’Indiana fut capturé le 9 avril 1915 en rade de Mersin (Turquie) par le croiseur cuirassé Latouche-Tréville (Capitaine de frégate Charles Henri Dumesnil), alors qu’il venait de Dédéagatch (Bulgarie) – aujourd’hui Alexandroúpoli (Grèce) – et allait à Beyrouth, après avoir auparavant touché à Voula, au Pirée et à Rhodes. La capture fut constatée par un procès-verbal établi par l’enseigne de vaisseau de 1re classe Maurice Aubert. La cargaison saisie comprenait :
 
   – Une caisse d’ustensiles de cuisine en cuivre et hors d’usage ;  
   – Deux petits sacs de figues et 21 caisses de raisin ;  
   – 2.519 sacs de sucre, 2.002 sacs de riz et 763 sacs de café ;  
   – 1.201 caisses de tabac, 53 caisses de papier, 3 caisses d’objets manufacturés non identifiés et 197 colis de tombaki ;  
   – 22 sacs de matières tannantes ;  
   – Quelques fusils, cartouches et poignards à simple usage défensif.
 
  Lors de sa capture, l’Indiana était la propriété d’une société dénommée American Archipelago Steamship Company, constituée et enregistrée dans l’État du Maine (États-Unis), mais dont le siège social était à Smyrne (Turquie) ; elle l’avait acquis le 21 mai 1911 sous le nom d’Eurotas de MM. Alexandre A. Kapparis, Georges G. Phiakis et Athan. I. Krinos, armateurs associés dans une compagnie grecque de navigation à vapeur. Armé à Portland (États-Unis) et battant donc pavillon américain, le bâtiment avait pour capitaine un ressortissant grec du nom de Cromousis.
 
   La décision d’armer l’Indiana comme croiseur auxiliaire fut prise le 22 juin 1915 par le vice-amiral commandant la 3e Escadre. Il fut alors conduit d’Alexandrie à Port-Saïd, base de ladite escadre, par un équipage restreint, commandé par le lieutenant de vaisseau Roger Lafon. Après avoir été renommé l’Indien le 28 juin, il fut armé en guerre à partir du lendemain – pour le prix estimé de 12.000 francs – par un atelier de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, et ce grâce à l’entremise du lieutenant de vaisseau de réserve Pierre Henri Chateauminois, l’un des directeurs de l’exploitation du canal ; furent notamment installés sur son pont deux canons de 65 mm et deux canons de 47 mm, fournis par le cuirassé Jauréguiberry. L’effectif complet fut arrêté à 60 hommes : un lieutenant de vaisseau  commandant (Émile Forget), trois enseignes de vaisseau de réserve (MM. Eugène Saint-Lô, Jean Nicolas et François Roulet), pilotes du canal de Suez, un second maître mécanicien (Charles Cariou), un second maître fusilier (Gilles Coupannec), 54 quartiers-maîtres et marins. Plus tard, le quartier-maître fourrier fut remplacé par un second-maître, secrétaire-comptable du commandant (Bernard). Et le 12 juillet, l’Indien était prêt à prendre la mer.
 
   Par une décision en date du 6 mai 1916, le Conseil des prises déclara néanmoins nulle la capture de l’Indiana, de ses accessoires et armes, ainsi que de son chargement. Cette juridiction considéra en effet que « les preuves apportées par le ministre de la Marine pour établir qu’au moment de la capture la propriété de l’Indiana appartenait à des sujets ottomans, dissimulés sous le nom de l’American Archipelago Steamship Company, [étaient] insuffisantes », dans la mesure où rien ne permettait, en l’état du dossier dont elle était saisie, « de dire que l’Indiana, quoique non enregistré comme navire américain, n’était pas, au moment de la capture, une propriété neutre et n’avait pas le droit de battre pavillon américain d’après la législation des États-Unis. »  
 
 
  °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
 
 
   — Émile FORGET : « En action en mer. Extraits du Journal de bord du croiseur auxiliaire Indien (Juin ~ Septembre 1915) », in « En patrouille à la mer », préface du commandant Auguste Thomazi, éd. Payot, « Collection de mémoires, études et documents pour servir à l’histoire de la guerre mondiale », Paris, 1929, 304 p., avec 10 cartes, 21 photographies et 9 dessins de Pierre Le Comte.  
 
   
   « L’INDIANA.
 
   Au cours des premiers mois de 1915 et à trois reprises différentes, à bord du D’Entrecasteaux, nous avions rencontré, soit en rade d’Alexandrette, soit en rade de Mersina, un petit paquebot mixte, l’Indiana. On l’avait visité. Il naviguait sous pavillon américain, était commandé par un Grec, avait un équipage grec et appartenait à une société gréco-germano-américaine. Son chargement était varié... et apparemment ne tombait pas sous le coup de la contrebande de guerre. Chaque fois, il avait été laissé libre de continuer son trafic, et pourtant il paraissait suspect à tous...
   Un jour d’avril 1915, le Latouche-Tréville, commandé par le capitaine de frégate Dumesnil, trouve l’Indiana en rade de Mersina. Visite. La situation générale du bâtiment, de son équipage, de son pavillon, de son chargement, parait plus que suspecte au commandant Dumesnil.
   Il n’est pas possible de vérifier en rade de Mersina ce qu’il renferme véritablement dans ses flancs. Pour s’en rendre compte, il faut absolument le décharger dans un port.
   Le commandant Dumesnil décide de considérer l’Indiana comme prise de guerre... jusqu’à plus ample informé. Un noyau d’équipage, ayant à sa tête le lieutenant de vaisseau Roger Lafon, est mis à bord, et le bâtiment est envoyé à Alexandrie.
   Bien manœuvré.
   La Commission des prises discutera, mais le navire ne trafiquera plus pour le compte de l’ennemi.
   Le 22 juin 1915, le vice-amiral commandant la troisième escadre décide d’armer en guerre l’Indiana comme croiseur auxiliaire. Il me désigne pour en prendre le commandement provisoire et le conduire d’Alexandrie à Port-Saïd, base de la troisième escadre. C’est pour moi la perspective splendide de commander enfin un flotteur et de pouvoir travailler à la mer comme il convient,
" pour le bien du pays et le succès des armes de la France ", suivant la vielle formule que la marine emploie pour la remise officielle d’un bateau à son commandant.
   Un noyau d’équipage est désigné — mécaniciens et hommes de pont — et deux enseignes de vaisseau de première classe de réserve me sont adjoints : M. Saint-Lô et M. Nicolas, pilotes du canal de Suez.
   Le 22 juin, nous nous rendons par voie ferrée à Alexandrie.
   L’Indiana se trouve amarré dans le port. Il a été déchargé, visité de fond en comble, puis déclaré de bonne prise. Il n’y a plus à discuter.
   A bord se trouvent encore le commandant grec et quelques hommes, dont le chef mécanicien M..., qui me produit une excellente impression. Homme très intelligent, connaissant le français, l’anglais, l’allemand, le turc, l’arabe et le grec. Pour la mission qu’aura à remplir l’Indiana, ce citoyen levantin pourra me rendre de très bons services... comme interprète. D’autre part, il est à bord depuis longtemps. Il connaît le bateau et sa machine, et pourra  servir à mettre mon personnel au courant. Je lui demande s’il veut rester à bord, comme chef mécanicien auxiliaire, aux appointements de 300 francs par mois. Sans hésitation, il accepte... Je ferai régulariser la situation plus tard par l’amiral.
   Recensement rapide, avec le commandant, de tout ce qui reste à bord, et je renvoie à terre, définitivement, le citoyen commandant et ses acolytes.
   En compagnie du chef mécanicien M..., je fais le tour du bord. Le navire est d’une saleté repoussante. Il aura besoin d’être nettoyé et désinfecté. Ce sera la première opération à faire.
   C’est un navire de 1.800 tonnes environ, de 85 mètres de long. Une machine robuste, une chaudière, plus une chaudière auxiliaire. A toute puissance, la vitesse peut atteindre 12 nœuds, et 10 nœuds normalement sans forcer.
   Pas de cloisons étanches. Une grande cale à l’avant, une grande cale à l’arrière de la machine, deux grands panneaux donnant accès à ces cales. Sous le pont, les cabines de 1re et 2e classe. Un salon, une salle à manger à l’arrière, où donnent les cabines de 1re classe. On y accède par un escalier sous un roufle.
   Sur le pont à l’arrière, et faisant suite au roufle, un kiosque. Au milieu du pont, un spardeck, allant du panneau de la cale arrière à la passerelle, élevée d’un étage. Sur la passerelle, une chambre de veille, et un abri de navigation au centre.
   A l’aplomb de la passerelle et sur le pont, la chambre du commandant, placée directement au dessus des chaudières. Feux allumés, il doit y faire très chaud. Cela n’a aucune importance.
   Sur l’avant du panneau de la cale avant, se trouve la descente aux cabines des secondes.
   Dans la matinée, l’inspection a été passée. Le second maître mécanicien, qui doit avoir la charge de la machine, a pris contact avec ses appareils. Tout est très simple, et avec quelques indications d’ordre pratique que donnera l’ancien chef mécanicien anglo-grec de l’Indiana, on se tirera bien d’affaire dès le début.
   L’après-midi, dès la fin du déjeuner, allumé les feux. Je veux faire un simili-essai au point fixe, pour servir d’école au personnel, avant de prendre la mer.
   Très tard dans la soirée, on met
" bas l’ouvrage ". La popote est vite faite à bord.
   Au branle-bas, je dis quelques mots de félicitation à mes guerriers.
   Tout le monde est content.
   Couché à bord dans les hamacs que les hommes ont emporté avec eux. Je ne tiens pas  à les faire dormir dans la literie des Grecs, avant de l’avoir désinfectée.
   23 juin. 5 heures, branle-bas. Nous sommes restés sous les feux pendant toute la nuit . On est prêt à reprendre les leçon de la veille.
   Les rôles de navigation et de manœuvre ont été établis rapidement. Chacun connaît sa fonction, pour conduire l’Indiana, comme un
" patouillard " qu’il est pour le moment. On a fait exercice de transmission, manœuvré la machine, la barre, les treuils et le guindeau, vérifié les deux compas du bord... J’estime que nous pouvons prendre la mer.
   16 heures. Appareillage.
   Tour d’horizon, et rectifié la compensation des compas, dès la sortie du port.
   Très beau temps, petite brise d’Est, mer plate. Nous défilons devant les feux du delta du Nil.
   24 juin. 5 heures, atterrissage correct sur les feux de Port-Saïd.
   Visite de l’amiral. Compte-rendu. Réglé la situation du chef mécanicien de l’Indiana. L’amiral approuve pleinement la mesure que j’ai prise.
   28 juin. Le vice-amiral commandant la troisième escadre, après autorisation du comman-dant en chef et du ministère, me nomme définitivement au commandement de l’Indiana, qui change de nom et s’appellera l’Indien.
   L’amiral me charge, en liberté de manœuvre, d’armer le bateau et de le transformer en croiseur auxiliaire.
   Bien. Je sais déjà tout ce qu’il faut faire. Ce sera fait rondement, et aux moindres frais.
   M. Chateauminois, lieutenant de vaisseau de réserve, l’un des directeurs de l’exploitation du canal de Suez, se trouve à Port-Saïd. C’est l’un de mes camarades — et un chic officier. Il me donne toutes indications utiles pour m’aboucher avec un des ateliers du Canal.
   L’ingénieur anglais de l’atelier vient à bord. Je lui expose ce qu’il faut faire.
   1° – Canons : je prévois 4 pièces de 100, 2 à tribord, 2 à bâbord par le travers du panneau de cale avant. Il faut faire des consolidations sérieuses sous le pont, renforcer la membrure et assurer la liaison avec le bordé.
   2° – Soutes à munitions : dans la cale avant, à l’aplomb des pièces. Les soutes seront de simples " box " avec traverses pour tenir les munitions au roulis.
   3° – Poste de T.S.F. : à installer.
   4° – Projecteur mobile : sur le spardeck à l’avant et sous la passerelle. Le projecteur, sur rouleaux, pourra être disposé soit au milieu, soit à tribord ou à bâbord.
   5° – Guindeau : à mettre en état.
   Procéder à quelques réparations essentielles.
   Le service de santé se charge du nettoiement et de la désinfection générale.
   Devis établi, le montant des dépenses s’élèvera à 12.000 francs environ, que j’ai la faculté de régler par une traite.
   Rendu compte à l’amiral. Approbation, sauf en ce qui concerne le projet d’armer l’Indien avec quatre pièces de 100, dont les bâtiments de la troisième escadre ne peuvent pas se démunir. L’amiral m’accorde quatre pièces de 65. Les consolidations prévues pour les 100 seront bonnes pour les 65. Le Jauréguiberry est désigné pour céder les canons à l’Indien. Finalement, il ne livrera que deux 65 et deux 47.
   L’ingénieur anglais a été convaincu par mes soins de la nécessité de ne pas faire traîner les travaux en longueur. Il est possible de mener de front plusieurs chantiers sans qu’ils se gênent mutuellement. Dès le 29 juin, des ouvriers spécialistes, avec un excellent contremaître, viennent à bord. Ces gens connaissent leur métier et savent travailler sans perdre de temps. Jamais aucun d’eux ne sera surpris assis sur son derrière et baillant aux corneilles ; de ce côté, je suis tranquille.
   Pendant que les travaux d’installation suivent leur cours normal, à mon entière satisfaction (on travaille jusqu’à minuit, en deux équipes), je complète l’équipage.
   Ça n’est pas une petite affaire, car je dépends des voisins : les grands bâtiments de la troisième escadre.
   Parmi les hommes qui nous sont destinés, la plupart proviennent du Desaix, après 24 mois de séjour en Chine.
   L’effectif complet a été fixé à 60 hommes : un lieutenant de vaisseau commandant, 3 enseignes de vaisseau de réserve, pilotes du canal de Suez, un second-maître mécanicien, un second-maître fusilier, 54 quartiers-maîtres et marins. Plus tard, le quartier-maître fourrier sera remplacé par un second-maître, secrétaire du commandant comptable — mon fidèle et sympathique Bernard.
   Les ordres de l’amiral sont formels : les bâtiments de la troisième escadre doivent désigner des hommes d’excellente conduite.
   Mais l’expérience prouve que, dans ces circonstances, les commandants en second n’hésitent pas à se débarrasser des indésirables ; ... c’est humain. Et l’Indien subira la loi commune.
   Les rôles ont été établis. Au fur et à mesure que les hommes qui nous sont destinés embarquent à bord, chacun est informé de son poste de combat, de son poste de veille, de son poste de propreté, de son poste de manœuvre, etc. Personnellement, je vois et j’interroge chaque homme à son arrivée. Son livret matricule me donne une idée de ce qu’il est, de ce qu’il a fait antérieurement, de ce que je pourrai attendre de lui. Et j’en profite pour donner quelques conseils.
   12 juillet. Tout est paré.
[...] » (op. cit., p. 13 à 18)
 
 
   °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
 
 
   Conseil des prises, 6 mai 1916, 24e espèce. — « Vapeur Indiana. » — MM. Fromageot, rapporteur ; Chardenet, commissaire du Gouvernement ; Mes Bernier et Bickart-Sée, avocats (Rec. Lebon, p. 648).  
 
 
   Entre : d’une part, les propriétaire, capitaine et chargeurs du vapeur Indiana, capturé le 9 avril 1915 sur rade de Mersina (Asie Mineure) par le croiseur français Latouche-Tréville, — et, d’autre part, le ministre de la Marine agissant pour le compte des capteurs et de la Caisse des invalides de la marine ;  
   Vu la lettre du ministre de la Marine en date du 23 juillet 1915, enregistrée au secrétariat du Conseil des prises le 12 août 1915, portant envoi du dossier concernant la capture du vapeur Indiana et concluant à ce qu’il plaise au Conseil déclarer valable la capture dudit vapeur avec ses accessoires et de toute sa cargaison, y compris les armes trouvées à bord embarquées sans autorisation régulière ;  
   Vu les pièces et documents composant ledit dossier et notamment : 1° – Le procès-verbal de capture en date du 9 avril 1915 et l’inventaire sommaire de la prise ; 2° – Deux certificats du consul général des États-Unis à Smyrne des 26 juin et 30 décembre 1914 et concernant le port du pavillon américain par l’Indiana, ensemble un acte de transfert de propriété dudit navire, en date du 21 mai 1911, au profit de l’American Archipelago Steamship Company ; 3° – Le manifeste de déchargement et deux connaissements ; 4° – L’interrogatoire du capitaine et de l’équipage ;  
   Vu le mémoire en date du 14 septembre 1915, présenté par Me Bernier (Charles), avocat au Conseil d’État, au nom de la société dite Archipelago American Steamship Company, se disant propriétaire du vapeur Indiana, ledit mémoire..., concluant à ce qu’il plaise au Conseil : 1° – Ordonner la restitution immédiate de l’Indiana ; 2° – Dire et juger que toutes sommes dues à ce navire, à titre d’indemnité et de dépens par l’État français, seront versées à ladite société, avec intérêts de droit à dater du jour dudit mémoire ;  
   Vu le mémoire présenté par le consul général d’Italie à Paris le 20 septembre 1915 et enregistré au secrétariat du Conseil des prises le 21 septembre 1915, pour la maison de commerce italienne « Figli di C. Veropoulos », concluant à ce qu’il plaise au Conseil ordonner la restitution de 2.000 sacs de riz, 764 sacs de café, 1.755 et 759 sacs de sucre, et 97 balles de tombac capturés à bord de l’Indiana, dire et juger qu’une indemnité devra être payée aux propriétaires, comprenant un intérêt de 9 % sur le prix actuel des marchandises saisies et le prix du fret de ces marchandises d’Alexandrie à Larnaca ;  
   Vu les observations et pièces complémentaires présentées par ledit Me Bernier (Charles), au nom de l’American Archipelago Steamship Company ;  
   Vu le mémoire présenté par Me Bickart-Sée, avocat au Conseil d’État, au nom de M. Mermingas, négociant, demeurant au Pirée (Grèce)..., et concluant à ce qu’il plaise au Conseil déclarer non valable la saisie de 100 sacs de tombac de marque X. capturés à bord de l’Indiana, ordonner que l’État français devra restituer la marchandise si elle existe en nature, sinon en payer la valeur telle qu’elle est fixée par la police d’assurance, dont production est faite ;  
   Vu la dépêche du ministre de la Marine en date du 2 mai 1916, concluant à ce qu’il plaise au Conseil décider qu’en cas de relaxe, aucuns frais ou dépens soient mis à la charge de l’État ;  
   Vu les conclusions du commissaire du Gouvernement tendant à ce qu’il plaise au Conseil décider : 1° – Que soit déclarée nulle la capture du vapeur Indiana, de son chargement et des armes trouvées à bord ; 2° – Que le navire, sa cargaison et les armes soient restitués à ceux qui justifieront devant le ministre de la Marine en être propriétaires ; 3° – Que, dans le cas où le navire et lesdites marchandises et objets n’existeraient plus en nature, l’État soit condamné à payer à leurs propriétaires une somme représentant leur valeur au moment de la capture ou le prix soit de leur vente, soit de leur réquisition ; 4° – Que toute demande  
d’indemnité soit rejetée ; 5° – Que les dépenses qu’a entraînées la capture soient supportées par les propriétaires du navire et des marchandises, conformément au règlement de Décembre 1705 ;  
   Vu la notification publiée au Journal officiel du 14 août 1915 ;  
   Vu les arrêtés des 6 germinal an VIII et 2 prairial an XI ;  
   Vu la déclaration du Congrès de Paris du 16 avril 1856 ;  
   Vu le décret du 6 novembre 1914 déclarant applicable, sous réserve de certaines additions et modifications, la déclaration signée à Londres le 26 février 1909 ;  
   Vu les décrets des 9 mai 1859 et 28 novembre 1861 ;  
 
   Le Conseil, après en avoir délibéré,  
 
   CONSIDÉRANT que le vapeur Indiana, de 703 tonneaux, battant pavillon américain et venant de Dédéagatch (Bulgarie), a été capturé en rade de Mersina (Turquie d’Asie) par le croiseur français Latouche-Tréville, le 9 avril 1915 ; que ladite capture a été constatée par un procès-verbal en la forme, régulièrement dressé auxdits lieu et jour et ainsi conçu :  
 
   « L’an mil neuf cent quinze, le neuf avril, à sept heures du matin, étant sur rade de Mersina, je soussigné Aubert (Maurice), enseigne de vaisseau de 1re classe, désigné à cet effet par le commandant du croiseur cuirassé Latouche-Tréville, me suis rendu à bord du vapeur américain Indiana armé à Main in Portland, venant de Dédéagatch, Voulas, Pirée Rhodes, à destination de Beyrouth, sous le commandement de B. Cromousis ;  
   » Attendu que le bâtiment porte pavillon américain, bien que le commandant et les officiers soient de nationalité grecque, contrairement aux conditions indiquées au tableau n° 1 de l’annexe II. à l’instruction du 19 décembre 1912, sur l’application du droit international en cas de guerre ;  
   » Attendu que le bâtiment possède un certificat du 30 décembre 1914, délivré par le consul général des États-Unis à Smyrne, l’autorisant à naviguer sous pavillon américain, mais que, dans ce certificat, il n’est nullement fait mention d’une dérogation possible aux conditions imposées par les États-Unis pour le droit au pavillon national ;  
   » Attendu que le bâtiment navigue sans manifeste ;  
   » Attendu que le bâtiment transporte de la contrebande conditionnelle consistant en : 1° –  2.490 kilos de matières tannantes à destination de Tripoli (Syrie) ; 2° – Une caisse de 1 mètre cube environ, contenant des ustensiles de cuisine en cuivre, hors d’usage, ne pouvant être utilisés que pour la fonte et dont il n’est fait mention dans aucun des papiers de bord ;  
   » Attendu que le bâtiment transporte des marchandises d’origine ou de destination finalement ennemie (c’est-à-dire visées par le télégramme ministériel du 19 mars 1915), consistant en : sucre, 240 tonnes de provenance autrichienne (fabrique des frères Skene, ainsi que le prouvent les étiquettes apposées sur les sacs) ; tabac, 65 tonnes de la régie ottomane,  pour différentes villes de la Syrie ;  
   » Ainsi qu’il résulte de la visite que j’ai faite et de l'examen des papiers de bord, je l’ai déclaré de bonne prise ;  
   » Comme justification de la capture, j’ai saisi et renfermé dans un sac dûment scellé les papiers de bord énumérés dans l’inventaire ci-joint ;  
   » J’ai dressé un état portant, en outre des papiers de bord, inventaire sommaire du bâtiment et du chargement, des effets, argent, instruments nautiques et autres objets appartenant au capitaine et à l’équipage ;  
   » J’ai fait fermer les panneaux des cales, fermer et sceller la chambre 14, où sont déposées les armes et munitions, etc., saisi la clé de cette chambre et apposé les scellés au nombre de treize sur les divers locaux, soit quatre sur chacun des panneaux des cales et un sur le cadenas fermant la chambre 14 ;  
   » Requis d'apposer également son sceau sur lesdits sacs et ouvertures, le capitaine de l’Indiana a refusé de procéder à cette opération ;  
   » De tout ce qui précède, j’ai dressé le présent procès-verbal en double expédition,  dont l’une pour être remise au capitaine de l’Indiana, lequel a refusé de signer avec moi après lecture.  
   » N. B. — Pendant la visite du bâtiment, j’ai constaté que les marchandises déposées dans la cale avaient été mouillées.  
 
   » L’officier visiteur,  
   » Signé : M. Aubert ».

 
   Qu’audit procès-verbal a été joint un inventaire portant :  
 
   « Papiers de bord. — a) Deux certificats du consul général des États-Unis à Smyrne, l’un du 26 juin 1911, l’autre du 30 décembre 1914, avec le contrat de vente ; b) Deux patentes de santé, l’une délivrée à Dédéagatch le 12 mars 1915, l’autre à Mersina le 7 avril 1915 ; c) La feuille matriculaire du bâtiment ; d) La liste des passagers ; e) Neuf connaissements sur papier blanc et deux connaissements sur papier bleu.  
   » N. B. — Il n’existe pas de police d’assurance. Le journal de bord et le journal de la machine ont été laissés à la disposition du commandant et du chef mécanicien pour les besoins de la navigation ».
 
 
   En ce qui concerne le navire : — Considérant qu’il résulte du procès-verbal de capture et de l’inventaire des papiers de bord ci-dessus rapportés, que l’Indiana n’a, au moment de la visite, justifié d’aucune preuve constatant son enregistrement régulier aux États-Unis comme navire américain ;  
   Considérant que le navire avait seulement à bord, comme justification de son pavillon, deux certificats délivrés par l’autorité consulaire américaine à Smyrne, les 26 juin 1911 et 30 décembre 1914, dont la traduction certifiée conforme est ainsi conçue :  
 
   « Formule n° 35. — Certificat à, délivrer aux citoyens des États-Unis qui se rendent acquéreurs dans les ports étrangers de navires américains ou de navires construits à l’étranger.  
   » Je, Lucien Memminger, vice-consul général adjoint, chargé du consulat général des États-Unis pour le port de Smyrne (Turquie), certifie par les présentes que, le contrat de vente portant la date du 21 mai 1911 du vapeur Eurotas de 703, 15 tonneaux, vendu et transféré par MM. Alexandre A. Kapparis, Georges G. Phiakis et Athan. I. Krinos, propriétaires armateurs de la compagnie grecque de navigation à vapeur de Syria, à l’Archipelago American Steamship Company, ainsi qu’il m’a été prouvé d’une façon satisfaisante, a été dûment passé par les parties qui l’ont signé et je certifie en outre que l’Archipelago American Steamship Company, qui y est mentionnée comme acheteuse dudit navire, est une société constituée et enregistrée dans l’État du Maine (États-Unis d’Amérique).  
   » En foi de quoi j’appose ici ma signature et le sceau du consulat  général ce 26 juin de l’an de grâce 1911.  
 
   » L. S. Signé : Lucien Memminger,  
   » Vice-consul général délégué, chargé du consulat général »
.  
 
 
   SERVICE CONSULAIRE AMÉRICAIN.
 
   « A tous ceux qu’il appartiendra, je, Georges Horton, consul général des États-Unis d’Amérique à Smyrne (Turquie), certifie par les présentes que le vapeur Indiana est la propriété de l’Archipelago American Steamship Company, société enregistrée dans l’État du Maine.  
   » Le vapeur Indiana arbore le pavillon américain en vertu de l’article 20 des règlements consulaires, et cela à la pleine connaissance et avec le consentement du département d’État.  
   » En foi de quoi, j’ai apposé ici ma signature et le sceau du consulat  général des États-Unis ce 30 décembre 1914.  
 
   » L.S. Signé : Georges Horton,  
   » Consul général des États-Unis d’Amérique ».

 
   Considérant que le ministre de la Marine, se référant aux lois des États-Unis du 15 août 1912 et du 18 août 1914, soutient que l’autorisation consulaire américaine permettant à l’Indiana de battre pavillon américain aurait été donnée irrégulièrement et que la nationalité du navire ne se peut déterminer dans l’espèce que par celle de ses propriétaires, lesquels seraient en réalité des sujets ottomans, se dissimulant sous le nom de American Archipelago Steamship Company ;  
   Considérant qu’il résulte d’une quittance notariée en date à Hermopolès de Syra (Grèce) du 21 mai 1911 et qu’il n’est pas contesté que l’Indiana a fait l’objet d’un transfert de propriété au profit de la société dite American Archipelago Steamship Company, déclarée dans ladite quittance comme ayant son siège à Smyrne (Turquie d’Asie) ;  
   Considérant que les certificats délivrés les 26 juin 1911 et 30 décembre 1914 par l’autorité consulaire des États-Unis à Smyrne, attestent que ladite société est enregistrée dans l’État du Maine (États-Unis d’Amérique) et sont délivrés conformément à l’article 20 des règlements consulaires des États-Unis ; qu’aux termes des règlements pour le service consulaire des États-Unis, article 20, il est prescrit :  
 
   « §. 341 — Droit d’acquérir la propriété sur des navires étrangers. — Le droit des citoyens des États-Unis d’acquérir la propriété sur des navires étrangers a été considéré comme un droit naturel indépendant  des lois écrites, et cette propriété a droit, comme telle, à la protection des États-Unis comme toute autre propriété d’un citoyen des États-Unis. »
 
   « §. 343. — Enregistrement des actes de vente, certificat., etc. — En présence des règlements existants et pour permettre aux propriétaires d’un navire de cette espèce de protéger leurs droits, s’ils sont molestés ou contestés, un fonctionnaire consulaire, quoiqu’il lui soit interdit par la loi de délivrer aucun document maritime ou certificat de propriété, peut légalement enregistrer dans sa chancellerie l’acte de vente, constater son exécution et délivrer à l’acheteur un certificat à cet effet attestant également que le propriétaire est un citoyen des États-Unis. Avant d’accorder un semblable certificat, l’agent consulaire deman-dera que le tonnage du navire soit régulièrement déterminé, conformément  la loi, et le mentionnera dans la désignation du navire dans son certificat (Formule n° 35). Ces faits ainsi constatés, si le transfert est de bonne foi, donnent au navire le droit à protection comme propriété légitime d’un citoyen des États-Unis, et la constatation de l’acte de vente et de la nationalité vaudront comme présomption de cette bonne foi, sauf preuve contraire. »  
 
   « §. 347. — Droit d’arborer le pavillon. — Le privilège de battre le pavillon des États-Unis est réglé par le congrès, et il peut avoir été dans l’intention de cette assemblée que ce privilège profite seulement aux navires régulièrement documentés. Toutefois, aucune semblable intention ne se trouve dans aucune loi. Or, comme il n’est pas défendu à un citoyen d’acheter et d’employer à l’étranger un navire étranger, il est considéré comme raisonnable et comme convenable qu’il lui soit permis d’arborer le pavillon de son pays comme une marque de sa propriété et pour la due protection de son bien. La pratique d’arborer le pavillon pour ces navires est aujourd’hui établie. Le droit ne sera pas contesté, et il est probable qu’il serait respecté par les tribunaux. »
 
   Considérant que ces dispositions sont confirmées et expliquées, en tant que de besoin, notamment par les instructions suivantes du secrétaire d’État des États-Unis du 26 décembre 1879 (Foreign Relations of the United States, 1879, p. 894 ; Moore's Digest, vol. VII, p. 421) :  
 
   « Les navires dans ces conditions ne peuvent pas naturellement réclamer les privilèges et les immunités ainsi que la protection absolue qui sont accordés aux navires régulièrement enregistrés comme navires américains trafiquant entre les ports des États-Unis et les ports des pays étrangers. Les propriétaires américains domiciliés à l’étranger, engagés dans ces sortes d'affaires, assument tous les risques de ce genre de trafic. S’ils sont saisis par des bâtiments de guerre de l’un ou de l’autre belligérant et traduits devant des cours d’amirauté siégeant comme cours de prises, ils n’ont pas le droit de demander aux agents diplomatiques des États-Unis qu’il leur soit accordé plus qu’un traitement loyal devant ces cours. En d’autres termes, le fait qu’ils sont munis de certificats consulaires de propriété américaine leur assure seulement une présomption que tel est le fait, et ils n’ont pas nécessairement droit de ce chef à demander aux légations des États-Unis autre chose de plus que la protection accordée à toute autre espèce de biens appartenant à des citoyens américains domiciliés en pays étrangers. »  
 
   Considérant que le certificat délivré, le 20 juin 1911, par le consul américain à Smyrne est en tous points conforme à la formule légale n° 35 annexée aux règlements ci-dessus rapportés et visés au susdit §. 343 de l’article 20 de ces règlements ;  
   Considérant que les preuves apportées par le ministre de la Marine pour établir qu’au moment de la capture la propriété de l’Indiana appartenait à des sujets ottomans, dissimulés sous le nom de l’American Archipelago Steamship Company, sont insuffisantes ; que, dans ces conditions, rien ne permet dans l’état du dossier de dire que l’Indiana, quoique non enregistré comme navire américain, n’était pas, au moment de la capture, une propriété neutre et n’avait pas le droit de battre pavillon américain d’après la législation des États-Unis  
 
   En ce qui concerne la cargaison : — Considérant qu’il résulte du procès- verbal de capture, de l’inventaire et de l’instruction de la prise, qu’en fait, la cargaison comprenait : 1° – Une caisse d’ustensiles de cuisine en cuivre et hors d’usage ; 2° – 2 petits sacs de figues et 21 caisses de raisin ; 3° – 2.519 sacs de sucre, 2.002 sacs de riz et 763 sacs de café ; 4° – 1.201 caisses de tabac, 53 caisses de papier, 3 caisses d’objets manufacturés non identifiés et 197 colis de tombaki ; 5° – 22 sacs de matières tannantes ; 6° – Des armes ;  
   Considérant que, parmi ces marchandises, seuls les lots de sucre, riz et café faisaient l’objet de connaissements ;  
   Considérant qu’il n’est pas établi que les ustensiles de cuisine en cuivre et hors d’usage, non plus que les petits sacs ou caissettes de figues et de raisins et les trois caisses d’objets manufacturés aient eu une destination hostile ; qu’en ce qui concerne le sucre, le riz, le café et les manières tannantes, les pièces versées au dossier sont insuffisantes pour constituer la preuve nécessaire, d’une destination hostile ;  
   Considérant que les autres marchandises n’étaient pas, par leur nature, classées au moment de la capture parmi les articles désignés comme  contrebande de guerre ; qu’aux termes de la déclaration du congrès de Paris du 16 avril 1856, le pavillon neutre couvre la marchandise ennemie, à l’exception de la contrebande de guerre ; que, dès lors, ces marchandises ne sauraient être confisquées, quels qu’en puissent être les propriétaires, chargeurs ou destinataires ;  
   Considérant que les quelques fusils, cartouches et poignards trouvés à bord de l’Indiana, lequel avait uniquement le caractère de navire marchand, constituaient par leur nature et leur faible importance de simples moyens de défense, dont il est légitime de pourvoir les navires de commerce ;  
 
   En ce qui concerne la responsabilité du bâtiment capteur et les dommages-intérêts réclamés : — Considérant qu’en trafiquant sans pouvoir justifier d’un enregistrement établissant légalement le caractère de navire américain, l’Indiana naviguait à ses risques et périls et pouvait à bon droit paraître suspect ; qu’à une semblable situation, irrégulière, sinon d’après la loi américaine, du moins au point de vue international, se joignait une documentation incomplète en ce qui concerne le chargement ; qu’en fait, le navire a été capturé sur rade de Marsina, alors que cette escale n’apparaissait comme prévue sur aucun des papiers trouvés à bord ; que, dans ces conditions, la capture a été amplement justifiée par des motifs suffisants ; qu'il ne saurait donc y avoir lieu à dommages-intérêts ;  
 
   Décide : I. – Est nulle la capture du vapeur Indiana, de ses accessoires et armes ainsi que de son chargement, effectuée le 9 avril 1915 par le croiseur français Latouche-Tréville ; — II. – Le navire, ses accessoires et armes ainsi que sa cargaison, ou, si ceux-ci n’existent plus en nature, leur valeur à l’époque de la capture ou de leur vente, seront rendus a ses propriétaires, déduction faite de tous frais et charges auxquels a donné lieu la prise, conformément à l'arrêt de règlement du 23 décembre 1705; — III. – Toutes conclusions à fin de dommages-intérêts sont rejetées.


Message édité par Rutilius le 13-09-2017 à 12:41:13

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°35683
goupitheba​in
Mémoire de nos aïeux
Posté le 09-12-2012 à 19:08:42  profilanswer
 

Bonjour à vous tous, valeureux chercheurs-trouveurs!
 
Grand merci pour vos travaux de recherche sur l'INDIEN.
au vu du récit du torpillage, j'en conclue que mon oncle, ROUX Louis, n'a pu être prisonnier des Turcs.
S'en doute un embellissement du temps et, de la famille vivant le drame à l'époque.
NB: Il semble absoluement impossible de trouver une photo de ce cuirasser auxiliaire.
Je note l'ouvrage "en patrouille à la mer". Il se peu que l'éditeur ai fait référence à "L'INDIEN", ouvrage que je cherche avec ma cousine, fille de Louis.
A+ et encore merci


---------------
PéPé le MoMo
n°39996
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 04-06-2014 à 16:05:42  profilanswer
 

.
   Bonjour à tous,
 
 
                                                              Marins victimes du torpillage du croiseur auxiliaire Indien, survenu le 8 septembre 1915
 
 
                                                                                                                                     [13]

 
 
   ― BECQUET Georges Paul Henri Joseph, né le 25 novembre 1895 à Roubaix (Nord) et domicilié à Malo-les-Bains (Nord), disparu en mer – corps retrouvé le 11 septembre et inhumé à Rhodes –, Apprenti marin, Matricule n° 13–1 Y (Acte transcrit à Malo-les-Bains, le 7 janv. 1916).
 
   ― BOTTIN Claude, né le 2 juillet 1890 à Nice (Alpes-Maritimes) et domicilié à Menton (Alpes-Maritimes), au Val de Menton, disparu en mer – corps retrouvé le 9 septembre et inhumé à Rhodes –, Apprenti marin, inscrit à Nice, n° 5.825 (Acte de décès établi le 11 sept. 1915 par le vice-consul de France à Rhodes, transcrit à Menton, le 8  janv. 1916 : Registre des actes de décès de la ville de Menton, Année 1916, acte n° 13). Fils d’Ange François BOTTIN et de Ludovique HUGNY. Célibataire.  
 
   — BRUN Paul, né le 26 décembre 1892 à Fouras (Charente-Inférieure – aujourd’hui Charente-Maritime –) et domicilié à Lormont (Gironde), disparu en mer – corps probablement retrouvé –, Matelot de 2e classe chauffeur, 5e Dépôt, inscrit à Rochefort-sur-Mer, n° 2.542 (Acte de décès transcrit à  Lormont, le 5 janv. 1916). [Passager].
 
   — CORNEC Edmond François, né le 17 avril 1895 à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) et domicilié à Brest (Finistère), au 19, rue Armorique, Matelot de 3e classe cuisinier, Matricule n° 105.451–2 (Jug. Trib. civ. Toulon, 28 févr. 1916, transcrit à Toulon, le 23 mars 1916).  
 
   — DANIEL Albert Pierre Marie, né le 13 août 1892 à Loudéac (Côtes-du-Nord – aujourd’hui Côtes-d‘Armor –) et y domicilié, disparu en mer – corps retrouvé et inhumé à Rhodes –, Matelot de 3e classe cuisinier breveté, étant embarqué sur le cuirassé Jauréguiberry, Matricule n° 35.833–1 (Acte de décès établi par le vice-consul de France à Rhodes, transcrit à Loudéac, le 7 janv. 1916). Fils de Jean Marie DANIEL, « garçon limonadier à Paris » et de Julie RONDEL, « marchande » (Registre des actes de naissance de la ville de Loudéac, Année 1892, f° 47, acte n° 80). [Passager].
 
   — DUMOUSSAUD Marcel, né le 2 mars 1894 à Brie-la-Rochefoucauld (Charente) et domicilié à Magnac-sur-Touvre (– d° –), Matelot de ... classe mécanicien, Matricule n° 15.163–4 (Jug. Trib. civ. Toulon, 28 févr. 1916, transcrit à Magnac-sur-Touvre, le 29 mars 1916).  
 
   ― FRUTIER Claude, né le 14 juin 1897 à Saint-Magne-de-Castillon (Gironde) et y domicilié, mort le 8 septembre 1915, disparu en mer – corps retrouvé le 11 septembre et inhumé à Rhodes –, Apprenti marin sans spécialité, Matricule n° 85–5 G. (Acte de décès établi par le vice-consul de France à Rhodes, transcrit à  Saint-Magne-de-Castillon, le 12 janv. 1916).
 
   — GAGLIONE André, né le 7 février 1889 à Philippeville – aujourd’hui Skikda – (Département de Constantine, Algérie) et y domicilié, Matelot de 3e classe sans spécialité, inscrit à Philippeville, n° 1.295 (Acte de décès transcrit à Philippeville, le 28 mars 1916).
 
   GAUFFENY Albert Yves Marie, né le 13 juillet 1893 à Plouëzec (Côtes-du-Nord – aujourd’hui Côtes-d‘Armor –) et y domicilié, disparu en mer, Matelot de 2e classe chauffeur, inscrit à Paimpol, n° 30.739 (Jug. Trib. civ. Toulon, 28 févr. 1916, transcrit à Plouëzec, le 2 nov. 1916).
 
   Nota. : Le patronyme de ce marin était en réalité GOFFENIC. Il était le fils de Pierre Marie GOFFENIC, marin, et de Germaine HERVÉ , « ménagère » (Registre des actes de naissance de la commune de Plouëzec, Année 1893, f° 29, acte n° 56).
 
   ― GÉRARD Marcel Albert, né le ... à ... (...) et domicilié à ... (...), Matelot de ... classe chauffeur, Matricule 49.240–5 (Jug. Trib. Toulon, 28 févr. 1916, transcrit à ..., le ...). [Ne figure pas dans la base « Mémoire des hommes »]  
 
   — LEBERT Edvin, né le 15 août 1893 à Londres (Royaume-Uni) et domicilié au Havre (Seine-Inférieure – aujourd’hui Seine-Maritime –), au 10, rue du Four, Matelot de 2e classe chauffeur, Matricule n° 38.813–1 (Jug. Trib. civ. Toulon, 28 févr. 1916, transcrit à Toulon, le 23 mars 1916, et au Havre, le 12 avr. 1916 : Registre des actes de décès de la ville du Havre, Année 1916, Vol. I., f° 27, acte n° 1.421). Fils de X. et de Louise Anne Marie LEBERT. Célibataire.  
 
   ― POUGET Jean, né le 5 mars 1894 à Montauban (Tarn-et-Garonne) et y domicilié, mort le 8 septembre 1915, disparu en mer – corps retrouvé le 9 septembre et inhumé à Rhodes –, Matelot de 2e classe gabier, Matricule n° 56.566–5 (Jug. Trib. Toulon, 28 févr. 1916, transcrit à  Toulon, le 25 mars 1916).
 
   — RIDOU Jean Louis, né le 7 janvier 1876 à Rédené (Finistère) et domicilié à Moëlan-sur-Mer (– d° –), disparu en mer – corps retrouvé et inhumé à Rhodes –, Quartier-maître chauffeur, inscrit à Concarneau, n° 8.379 (Acte de décès établi par le vice-consul de France à Rhodes, transcrit à Moëlan-sur-Mer, le 8  janv. 1916).
 
 
 
                                                                                                 Les tombes des marins de l’Indien à Rhodes
 
 
                                              http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/INDIEN%20-%20Tombes%20des%20victimes%20-Rhodes..jpg  
 
                                                                                                       « En patrouille à la mer », précité, p. 48.
 
 
   _________________________________________________________________________________________________________________________________________________
 
 
   Le vice-consul de France à Rhodes était alors Albert Marie Edgard LAFFON. En 1910, ce dernier exerçait la même fonction à l’Île Maurice.


Message édité par Rutilius le 12-09-2017 à 14:44:21

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°40139
Memgam
Posté le 28-06-2014 à 15:10:01  profilanswer
 

Bonjour,  
 
Voici en quels termes, le capitaine de frégate Dumesnil, commandant du croiseur Latouche Tréville, lors de la prise de l'Indiana, raconte cette affaire.
 
"Notre première capture.
C'est le 7 avril que nous advint cet événement important. Un télégramme de l'amiral nous avait enjoint de surveiller le vapeur américain Indiana se rendant à Mersina et signalé comme suspect. Nous arrivâmes à Mersina à la pointe du jour et la visite de l'Indiana me conduisit à en prononcer la capture et à l'expédier immédiatement à Alexandrie sous le commandement de Le Moaligou. Le même jour, nous capturâmes également une balancelle que nous ramenâmes à la remorque à Alexandrette.
Vraiment, ce fut une belle journée !
Et comment supposer que le tribunal des prises, appelé à statuer deux ans plus tard sur la validité de notre prise, oserait l'annuler ?"
 
Pages 103-104, Contre-amiral Dumesnil, Souvenirs de guerre d'un vieux croiseur (1914-1915), préface du Général Gouraud, Plon, 1922.
 
Cordialement.

n°40141
Memgam
Posté le 29-06-2014 à 07:35:57  profilanswer
 

Bonjour,
 
1°) Remise en ligne de la photo de l'Auvergne (SGTM), futur Indien, présentée par feu Ar Brav le 20 août 2008 et extraite du livre d'Alain Croce, opus cité.
 
2°) Représentation artistique du naufrage de l'Indien par Pierre Le Conte, extraite du livre "En patrouille à la mer", opus cité par Rutilius.
 
Cordialement.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser.png
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numériser%201.png1..png

n°40397
goupitheba​in
Mémoire de nos aïeux
Posté le 07-08-2014 à 11:27:11  profilanswer
 

Memgam a écrit :

Bonjour,
 
1°) Remise en ligne de la photo de l'Auvergne (SGTM), futur Indien, présentée par feu Ar Brav le 20 août 2008 et extraite du livre d'Alain Croce, opus cité.
 
2°) Représentation artistique du naufrage de l'Indien par Pierre Le Conte, extraite du livre "En patrouille à la mer", opus cité par Rutilius.
 
Cordialement.
 
http://images.mesdiscussions.net/p [...] eriser.png
 
http://images.mesdiscussions.net/p [...] .png1..png


 
Bonjour à Tous,
 
Merci à vous, grands passionnés de marine de  guerre,
merci particulièrement à Memgam pour ces photos.
Je peux enfin visualiser le navire sur lequel mon oncle servait au moment du torpillage.
 
Fortement secoué par la déflagration, il était soigné pour de violentes crises d'épilepsie, jusqu'à sa mort
le 25 Novembre 1943, pendu par la gestapo; il était Capitaine dans la Résistance et assurait les liaisons inter-réginnales
 
Encore mille remerciements
 
Goupithébain


Message édité par goupithebain le 07-08-2014 à 11:35:35
n°45406
bruno17
1er RTA: Toujours le premier!
Posté le 04-11-2016 à 16:44:39  profilanswer
 

Bonjour,
Un marin de l'Indien, rescapé du naufrage en 1915, passé ensuite au C.A.M. de Platéali, mais qui trouvera la mort à Corfou en 1918 des suites de maladie. Cité au Tableau d'honneur de l'Illustration du 13 mai 1916.http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/1757/IMG20161104163331.jpghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/1757/archivesN070602R.jpg


Message édité par bruno17 le 04-11-2016 à 16:44:59

---------------
Bruno BAVEREL - Romans: "Lieutenant indigène", "Étienne et les sirènes" (2007 et 2009 La Découvrance éditions) - "Le tombeau des quatre ours" (2015 Éditions du Croît-Vif) - "La vie sexuelle des alligators" (2017 Amazon Kindle Publishing)
n°47261
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 12-09-2017 à 07:50:24  profilanswer
 

.
   Bonjour à tous.
 
 
 
                                                             http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/INDIENexINDIANA..png


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°47264
olivier 12
Posté le 12-09-2017 à 10:06:05  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Voici une autre photo d'AUVERGNE (qui figure à la fiche AUVERGNE http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] 1.htm#bas) et sans doute antérieure aux CP précédentes. La passerelle de navigation n'avait pas encore été surmontée d'une passerelle supérieure.
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/923/F5YohZ.jpg
 
Le navire semble en cours de débarquement de charbon vu le nombre de barges le long du bord et la salissure de la coque.
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 12-09-2017 à 10:10:22

---------------
olivier
n°47265
capu rossu
Posté le 12-09-2017 à 13:38:52  profilanswer
 

Bonjour,
 
Cette dernière photo est datée, sans plus de précisions, "1898" par Marius Bar.
 
Comme l'Auvergne est à Toulon mi-mars 1897 pour emmener un bataillon de la Coloniale en Crète, le date cette photos de cette époque et le navire est en train de compléter son approvisionnement.
 
@+
Alain

n°47266
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 12-09-2017 à 15:21:12  profilanswer
 

.
   Bonjour à tous,
 
 
                                                                                                               Le sous-marin allemand U-34
 
 
                                                                                                                         
                                               http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/U34Sousmarinallemand..jpg  
 
 
                                      — Günter KROSCHEL & August-Ludwig EVERS : « Die Deutsche Flotte. 1848~1945. », Verlag Lohse-Eissing, Wilhelmshaven, 1986.
 
                           


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°47289
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 13-09-2017 à 14:48:04  profilanswer
 

.
   Bonjour à tous,
 
 
                                        Récompenses consécutives à la perte du croiseur auxiliaire Indien, survenue le 8 septembre 1915 en rade de Rhodes
 
 
                                                                                          Propositions extraordinaires pour la Médaille militaire
 
 
                                                                                                     Journal officiel du 26 octobre 1915, p. 7.699.
 
   Par arrêté du Ministre de la Marine en date du 24 octobre 1915, firent l’objet d’une proposition extraordinaire pour la Médaille militaire dans les termes suivants :
 
   Cariou (Charles-Jean-Baptiste), second maître mécanicien, Brest 4608 : après le torpillage de l’Indien le 8 septembre 1915, se trouvait à l’arrière du bâtiment muni d’une bouée de sauvetage. Apercevant près de lui un marin, il lui donne sa bouée, geste d’autant plus méritoire qu’il ne savait pas nager lui-même et que l’arrière de l’Indien disparaissait sous l’eau. Officier marinier d'un dévouement parfait.
 
   Coupannec (Gilles-François-Marie), second maître fusilier 13383 – 3 : officier marinier d’un grand calme et d’une grande énergie. Lorsque l’Indien a été frappé d’une torpille le 8 septembre 1915, malgré la rapidité avec laquelle le navire a coulé, a fait rallier à l’arrière un grand nombre d’hommes conformément aux ordres donnés par le commandant, facilitant ainsi le sauvetage.
 
 
 
                                                                                                        Concessions de points exceptionnels
 
 
                                                                                                    Journal officiel du 26 octobre 1915, p. 7.699.
 
   Par arrêté du Ministre de la Marine en date du 24 octobre 1915, firent l’objet d’une concession de points exceptionnels dans les termes suivants :
 
   Ladam, quartier-maître chauffeur, Morlaix 34767, 30 points ;  
 
   Ponzo, matelot mécanicien, 53540 – 5, 40 points ;  
 
   Particulièrement signalés à l’occasion du torpillage de l’Indien. Ont, en toutes circonstances rempli leurs fonctions d’une façon irréprochable.
       
 
 
                                                                                                              Citations à l’ordre de l’armée
 
 
                                                                                                  Journal officiel du 2 novembre 1915, p. 7.912.
 
   Forget (E.-E.), lieutenant de vaisseau, commandant le croiseur auxiliaire Indien : officier de premier ordre, empreint des plus hautes qualités militaires, doué d’une rare énergie, d’enthousiasme et de décision. A rendu les plus grands services comme commandant de l’Indien et s’est distingué par son courage et son sang-froid lorsque ce bâtiment a coulé en rade de Rhodes, torpillé par un sous-marin ennemi, le 8 septembre 1915. [Ordre de l’amiral Boué de Lapeyrère].  
 
   Lautrou (Corentin), maître mécanicien, 4033,Douarnenez, de l’Indien : au moment où le bâtiment a été frappé par une torpille, le 8 septembre 1915, a conservé tout son sang-froid et se rendant parfaitement compte de ce qui se passait, a su faire évacuer sans affolement machine et chaufferie, l’ordre en ayant été donné par le commandant. N’a eu que des éloges à recevoir par sa manière de servir depuis l’armement de l’Indien.  
 
   Cariou (Charles), second maître mécanicien, 4608 Brest, de l’Indien : après le torpillage de l’Indien, le 8 septembre 1915, se trouvait à l’arrière du bâtiment muni d’une bouée de sauvetage, aperçoit près de lui un marin ne sachant pas nager et lui donne aussitôt sa bouée. Geste d’autant plus méritoire que Cariou ne sait pas nager et que l’arrière de l’Indien disparaissait sous l'eau. Officier marinier d'un dévouement parfait.  
 
   Coupannec (Gilles), second maître fusilier, 13383-3 de l’Indien : officier marinier d’un grand calme et d’une grande énergie lorsque l’Indien a été frappé par une torpille, le 8 septembre 1915, malgré la rapidité avec laquelle le navire a coulé, a fait rallier à l’arrière un grand nombre d’hommes, conformément aux ordres donnés par le commandant, facilitant ainsi le sauvetage.  
 
   Deschamps (Claude), matelot boulanger-coq, 57658 – 5 ;  
 
   Couillard (Édouard), matelot soutier, 37905 – 1, de l’Indien : ont conservé leur calme et leur sang-froid au moment où le bâtiment a été frappé par une torpille ; bien que l’explosion se soit produite presque sous leurs pieds, ont réussi à armer un canot qui flottait et, au milieu des remous, ont sauvé 7 hommes sous les yeux mêmes du commandant.  
 
   Magron (Édouard), quartier-maître mécanicien, 33330 – 1, de l’Indien : après avoir recueilli à bord d’un canot, monté par ses camarades, lors du torpillage du bâtiment, le 8 septembre, s’est jeté à la mer pour assister un second maître et un matelot qui ne savaient pas nager et paraissaient à bout de forces.  
 
   Ruellant (Joseph), matelot sans spécialité, 34255 – 1, de l’Indien : étant dans l’eau après le torpillage du bâtiment, le 8 septembre, a généreusement donné sa ceinture de sauvetage à un maître mécanicien qui en était démuni. A contribué à sauver un de ses camarades qui ne savait pas nager.  
 
   Burnateau (Pierre), matelot canonnier réserviste, de l’Indien : excellent à tous les points de vue. Au moment du torpillage du bâtiment, le 8 septembre, a montré des qualités de calme et de sang-froid tout à fait remarquables, donnant ainsi un exemple réconfortant à ses camarades en attendant l’arrivée des secours
.  
 
 
                                                                                                    Journal officiel du 15 octobre 1919, p. 11.385.
 
  Le croiseur auxiliaire Indien : après une croisière dangereuse et utile, a été coulé au mouillage de Rhodes le 13 septembre 1915 [Lire : « 8 septembre 1915 »] par un sous-marin ennemi. Tout le personnel a fait preuve de calme et de sang-froid.  
 
 
                                                                                          Inscriptions au tableau spécial de la Médaille militaire
 
 
                                                                                                     Journal officiel du 26 mai 1917, p. 4.174.
 
   Par arrêté du Ministre de la Marine en date du 24 mai 1917, fut, à compter du même jour, inscrit au tableau spécial de la Médaille militaire dans les termes suivants :
 
   Coupannec (Gilles-François-Marie), second maître fusilier, Toulon, 3982 : officier marinier d’un grand calme et d’une grande énergie : lors du torpillage de l’Indien, a fait rallier à l’arrière un grand nombre d’hommes, facilitant ainsi le sauvetage. Attitude énergique pendant un combat de nuit. Sérieusement contusionné et précipité à la mer peu après, a conservé tout son sang-froid et repris aussitôt son service. Déjà cité à l’ordre de l’armée pour ce motif.
   
 
                                                                                       • Journal officiel du 26 novembre 1921, p. 12.995 et 13.005.
 
   Par arrêté du Ministre de la Marine en date du 18 novembre 1921 (art. 2), furent inscrits à titre posthume au tableau spécial de la Médaille militaire les marins dont les noms suivent :
 
   Ridou (Jean-Louis), quartier-maître chauffeur, Concarneau 8379 ;
 
   Pouget (Jean), matelot gabier, 56566 – 5 ;  
 
   Dumoussaud (Marcel), matelot mécanicien, 15163 – 4 ;  
 
   Gauffeny
[Lire : « Goffenic »] (Albert-Yves), matelot chauffeur, Paimpol 30739 ;  
 
   Gérard (Marcel-Albert), matelot chauffeur, 49240 – 5 ;  
 
   Lebert (Edvin), matelot chauffeur, 38813 – 1 ;  
 
   Cornec (Edmond-François), matelot cuisinier, 105151 – 2 ;
 
   Daniel (Albert-Pierre), matelot cuisinier, 35833 – 1 ;
 
   Gaglione (André), matelot sans spécialité, Philippeville 1295 ;  
 
   Becquet (Georges-Paul), apprenti marin, 13-1 G ;
 
   Frutier (Claude), apprenti marin, 85-5 G ;  
 
   Glorieusement disparus avec le croiseur auxiliaire Indien, coulé par un sous-marin ennemi le 8 septembre 1915. Croix de guerre avec étoile de bronze.
 


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  INDIEN - Croiseur auxiliaire