FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  LOUISE-MARGUERITE — Dragueur auxiliaire, ex-chalutier.

 

3 utilisateurs anonymes et 23 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

LOUISE-MARGUERITE — Dragueur auxiliaire, ex-chalutier.

n°44473
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 28-03-2016 à 11:59:37  profilanswer
 

.  
   Bonjour à tous,
 
 
   Louise-Marguerite ― Dragueur auxiliaire, ex-chalutier Président-Barbanson (1915~1919). 5e Escadrille de patrouilles, Division de Provence, Station de Marseille. Équipé au début du mois d’Août 1918 d’un ballon captif doté d’une nacelle pouvant recevoir deux observateurs.
 
   Le dragueur auxiliaire Louise-Marguerite – ex-chalutier Président-Barbanson – fut administrativement considéré comme bâtiment armé en guerre du 1er février 1915 au 20 novembre 1918, puis du 25 au 31 janvier 1919.
 
   [Circulaire du 25 avril 1922 établissant la Liste des bâtiments et formations ayant acquis, du 3 août 1914 au 24 octobre 1919, le bénéfice du double en sus de la durée du service effectif (Loi du 16 avril 1920, art. 10, 12, 13.), §. A. Bâtiments de guerre et de commerce. : Bull. off. Marine 1922, n° 14, p. 720 et 752.].


Message édité par Rutilius le 31-03-2016 à 21:15:17

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°44474
Memgam
Posté le 28-03-2016 à 12:50:16  profilanswer
 

Bonjour,
 
Louise Marguerite, ex Président Barbanson, ex Surcouf,  
Construit en 1908 aux Chantiers de France à Dunkerque.
317 tjb, 106 tjn, 43,33 x 6,98 x 3,58 m, une machine à triple expansion, 510 cv, 10 noeuds.
 
En 1912, Surcouf, indicatif LDSG, immatriculé à Boulogne sur mer, capitaine Delpierre, armateur Société delta.
 
En 1930, Louise-Marguerite, indicatif OLVY, immatriculé à Boulogne sur mer, capitaine Geneau, armateur Fourny-Duval.
 
En 1950, Louise-Marguerite, immatriculé à Bulogne sur mer, armateur Fourny-Duval.
 
Source : Registre n° 84, Bureau Veritas 1912.
Registre n° 274, Bureau Veritas 1930.
Lloyd's Register 1950-1951.
 
Cordialement.  

n°44481
kgvm
Posté le 28-03-2016 à 21:04:09  profilanswer
 

"Surcouf" B. 50 est vendu vers Ostende en 1912, renommé "Président Barbanson". En 1914 revndu vers Boulogne et renommé "Louise Marguerite" B. 369.
Vendu vers l'Italie en 1952
Source: Francois Guennoy, La pêche boulonnaise du temps des chalutiers à vapeur.

n°44483
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 29-03-2016 à 01:41:24  profilanswer
 

.
   Bonjour à tous,
 
 
   ■ Historique partiel.
 
 
   — 12 mai 1918 : Recueille 12 hommes du cargo Pax, de la Compagnie des vapeurs français (Jean Stern), de Marseille, torpillé par le sous-marin allemand UC-35 (Oberleutnant zur See Hans Paul Korsch) à 7 milles du cap Camarat, par 43° 8’ N. et 6° 42’ E., alors qu’il allait de Marseille à Villefranche-sur-Mer.
 
 
    • Chalutier Louise-Marguerite – alors commandé par l’enseigne de vaisseau Marius Alphonse LARDIER –, Journal de navigation n° - /1918 – 23 mars ~ 14 mai 1918 : Service historique de la défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 333, p. num. 230 à 232.  
 
 
                                                                                                                  « Journée du 11 mai 1918.
 
 
   12 h. 30 – Appareillé de Marseille pour Villefranche avec un convoi formé du vapeur Pax (F), Erissos (G), Togo (I), Vosbergen (...), Castore, escorté de la Louise-Marguerite, Ailly et Serpollet.
 
   13 h. 05 – Franchi les barrages.
 
   13 h. 10 – Stoppé pour attendre la formation du convoi.
 
   13 h. 10 – Jeanne-d’Arc à Louise-Marguerite
: " Connaissez-vous le nom du vapeur français ? " Réponse : " Pax. "
 
   13 h. 35 – Remise en route avec convoi.
 
   13 h. 40 – Suivi le chenal de sécurité.
 
   14 h. 30 – Route au Sud 40 E.
 
   17 h. 50 – Louise-Marguerite au convoi :
" T.U.G. Conserver la formation. "
 
   19 h. 40 – Par le travers de Sicié.
 
   21 h. 45 – Travers du Cap d’Armes.
 
   24 h. 00 – Vitesse moyenne de 20 h. à 24 h. (85 tours).

 
 
                                                                                                                   Journée du 12 mai 1918.
 
 
   0 h. 05 – Par le travers de Litan.
 
   1 h. 35 – Le vapeur français Pax est torpillé à 300 m de nous à bâbord avant. Mis nos embarcations à l’eau pour ramasser les survivants. Recueilli 15 hommes.
 
   2 h. 05 – Remis en marche. Avons croisé sur les lieux. Repris l’escorte.
 
   5 h. 00 – Louise-Marguerite au
[Torpilleur] 360 : " Il manque le vapeur italien Togo. Trois mâts, une cheminée. Je pense qu’il a dû se réfugier sous terre. "
 
   5 h. 10 – Torpilleur 360 à Louise-Marguerite : " Le Pax est-il coulé ? " Réponse : " Il a coulé. J’ai des survivants à bord. "
 
   5 h. 15 – Torpilleur 360 à Louise-Marguerite : " J’ai vu un sillage suspect ce matin à la Garoupe. "
 
   5 h. 35 – Torpilleur 360 à Louise-Marguerite : " J’estime pour le moment utile de protéger la tête de votre convoi. "
 
   6 h. 20 – Louise-Marguerite répond : " Faites des zigzags sur l’avant de la route. "
 
   6 h. 30 – Louise-Marguerite à Ailly : " Répétez les signaux ; placez-vous à bâbord par le travers. Quand le convoi sera chenal de sécurité à Villefranche, allez à la recherche du Togo qui doit avoir fait la  route entière et ramenez-le à Villefranche. Transmettez cet ordre au Serpollet. "
 
   9 h. 10 – Louise-Marguerite à Ailly : " Avant de partir rechercher Togo, informez-vous près arraisonneur si ce bâtiment n’est pas entré à Villefranche. "
 
   9 h. 20 – Franchi les passes de Villefranche.
 
   9 h. 25 – Mouillé sur rade de Villefranche. »


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°44484
Memgam
Posté le 29-03-2016 à 18:37:48  profilanswer
 

Bonjour,  
 
Le chalutier Louise-Marguerite, avec le chalutier Chassiron et le torpilleur Massue, a recueilli les 806 survivants du cuirassé Danton, après son torpillage le 19 mars 1917.
 
A l'époque, Louise-Marguerite était commandée par le premier maître de manoeuvre auxiliaire Marcel Frison, qui reçut, ainsi que son équipage, un témoignage officiel de satisfaction (Source : Rutilius, message du 29/09/2008 dans le sujet Danton).
 
Source : A. Thomazi, La guerre navale en Méditerranée, Payot, 1929, page 58.
 
Cordialement.


Message édité par Memgam le 29-03-2016 à 18:48:05
n°47014
olivier 12
Posté le 16-07-2017 à 09:29:58  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
LOUISE MARGUERITE
 
Rapport sur le torpillage du PAX
 
Rapport établi d’après les témoignages de :
 
- COADOU Jean QM timonier
- MONIER Edmé Matelot canonnier
- BLANCHET Aimé Matelot gabier
- LEDRE Louis  Matelot sans spécialité
 
Tous embarqués sur LOUISE MARGUERITE
 
LOUISE MARGUERITE était près du PAX, à 500 m sur la hanche bâbord. TOGO était par le travers bâbord de LOUISE MARGUERITE à 300 m. On voyait le 2e bateau de la 2e ligne et les autres étaient assez éloignés pour qu’on ne les voit que par moments. La nuit était très noire, mais le convoi était assez bien groupé.
 
Au moment du torpillage de PAX, TOGO est venu en grand sur la gauche et l’autre bateau a continué sa route. Le reste du convoi, que nous n’avons pas vu passer pendant que nous opérions le sauvetage des naufragés, a dû aussi continuer puisqu’au jour, nous les avons trouvés groupés.
 
SERPOLET nous a rejoints sur le lieu du torpillage 15 minutes après l’explosion. Le commandant de LOUISE MARGUERITE lui a dit de croiser sur les lieux pendant 20 minutes, et de rejoindre ensuite le convoi. LOUISE MARGUERITE est reparti à la suite du convoi dès que le sauvetage a été terminé. Un peu avant le jour, nous arrivions au contact du convoi et nous n’avons alors vu que trois bateaux. Le commandant de LOUISE MARGUERITE, constatant qu’il manquait TOGO, a envoyé le 360 à sa recherche.  
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 16-07-2017 à 09:30:40

---------------
olivier

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  LOUISE-MARGUERITE — Dragueur auxiliaire, ex-chalutier.