FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  MEDJERDA - Compagnie de Navigation Mixte

 

michelstl et 26 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2  3  4  5
Page Précédente
Auteur Sujet :

MEDJERDA - Compagnie de Navigation Mixte

n°1655
Ar Brav
Posté le 01-12-2007 à 09:25:52  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
MEDJERDA Navire auxiliaire (19   - 1917)          
             
Chantier :  
 
Wigham Richardson & Co, Grande-Bretagne  
Mis à flot : 1898  
En service : N.C.  
Retiré : 11.05.1917    
Caractéristiques : 1 918 t ; 287,5 x 36,3 x 15,8 pieds ; 3 490 cv ; machine alternative à triple expansion.  
 
Observations :  
 
Vapeur de la Compagnie de Navigation Mixte  
11.05.1917 : torpillé et coulé à 19h10 par le sous-marin U 34 (KL Johannes Klasing ) à 5 milles dans le NNE du cap Tortosa en Méditerranée par 40°45N et 01°12E.  
 
Cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 02-12-2007 à 18:01:02

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°1656
martinez r​enaud
fortes creantur fortibus
Posté le 01-12-2007 à 09:52:46  profilanswer
 

Bonjour Franck, bonjour à tous
Un jour de deuil que le torpillage du Medjerda pour les Pyrénées-Orientales car la plupart des marins étaient de Collioure ou Port-Vendres
le navire faisait d'ailleurs la navette entre Port-Vendres et Oran
amicalement
Renaud


---------------
Gloire aux 53ème et 253ème RI
n°1657
Ar Brav
Posté le 01-12-2007 à 09:59:07  profilanswer
 

Bonjour Renaud,
 
C'est bien ce qui m'est venu à l'esprit en commencant cette série sur les navires de la CNM dont l'activité principale était le transport entre l'Afrique du Nord et la métropole. Il y a d'autres bateaux que je n'ai pas fini de lister. Que ces marins reposent en paix.
 
Amicalement,
Franck

Message cité 1 fois
Message édité par Ar Brav le 01-12-2007 à 10:00:58

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°1665
Terraillon​ Marc
Posté le 01-12-2007 à 18:41:24  profilanswer
 

Bonjour
 
Voici une vue du MEDJERDA de la Compagnie de Navigation Mixte (à Port Vendres)
 
 
http://perso.orange.fr/MT06/MEDJERDA_xxx_9b.jpg
 
 
A bientot  :hello:  


---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°1692
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 02-12-2007 à 17:33:35  profilanswer
 

Bonsoir à tous, bonsoir Franck
L'un des avantages de pointer sur une carte le lieu d'un naufrage permet de corriger les erreurs que l'on retranscrit depuis parfois longtemps sans le savoir. Ainsi, pour le Medjerda : une position dans le NNW du Cap Tortosa est incohérente, ce ne peut être que dans le NNE. Je corrige ma dbase perso (pas celle du site pour l'instant). 40°45N et 01°12E se trouve donc à 5m NNE de Tortosa. Voir carte
Amts
Yves
http://pagesperso-orange.fr/histoiremaritime/Photos/mapMedjerda


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°1699
Ar Brav
Posté le 02-12-2007 à 18:08:31  profilanswer
 

Bonsoir Yves,
 
Merci, c'est corrigé. Lors de mon premier point astro, je me suis retrouvé quelque part entre Fès et Meknès...Je te laisse imaginer la suite. Cà ne s'arrange pas avec le temps.  ;)  
 
Amicalement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 02-12-2007 à 18:24:24

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°1700
Terraillon​ Marc
Posté le 02-12-2007 à 18:10:30  profilanswer
 

Bonsoir
 
Cela fait toujours rire les profs de l'hydro ... et les autres qui sont aussi dans le sahara mais qui n'ont rien dit !
 
A bientot


Message édité par Terraillon Marc le 02-12-2007 à 18:10:55

---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°1703
Daniel Rui​s
Voyage au bout de la vie
Posté le 02-12-2007 à 18:29:12  profilanswer
 

 Bonsoir,
 
  Merci énormément à vous trois, Franck, Marc, Yves, pour tous ces renseignements complémentaires sur le Medjerda ; ainsi bien sûr également sur tous les autres mais qui me concernent moins.
 
  Amicalement
Daniel


---------------
Mes recherches (clic)
n°2460
Ar Brav
Posté le 17-01-2008 à 09:07:25  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Le torpillage du Medjerda
par Raymond Bénézech

 
Le départ du voyage Oran-Port-Vendres du paquebot Medjerda, qui devait avoir lieu le mercredi 9 mai 1917 à six heures du soir, avait été remis au lendemain parce qu'on savait en " haut lieu " que des sous-marins ennemis l'attendaient au passage, et l'on avait pensé qu'en retardant son départ on permettait au Medjerda de leur échapper.  
 
Le jeudi 10 mai 1917, à 18 heures, de conserve avec le cargo de la Compagnie Générale Transatlantique La Nièvre, le paquebot quitta Oran vers son destin. Deux escorteurs prirent les deux navires en charge, mais ils les quittèrent une heure plus tard pour regagner leur base.  
Le cargo La Nièvre moins rapide que le Medjerda fut lâché et le paquebot fit route, seul alors, au cap Nord-Nord-Ouest vers la côte espagnole.  
La nuit venue la surveillance ne fut pas pour autant relâchée car on naviguait tous feux éteints. Si les risques de torpillage étaient alors moindres, il n'en subsistait pas moins le danger d'un abordage, mais la nuit se passa sans incident.  
Le jour ce leva tôt et avec lui apparut une légère brume qui s'estompa sous l'ardeur de l'astre mais qui, le soir venu, se reconstitua en d'épais bouchons blancs.  
Seize heures ! On avait doublé le large canal séparant le cap de la Nao et l'île d'Ibiza et maintenant on distinguait la côte catalane. Quelques barques de pêche au loin s'essaimaient le long du rivage, dont le navire était éloigné d'une douzaine de milles.  
Déjà l'après-midi s'achevait. On apercevait au loin l'embouchure de l'Ebre et le phare de Tortosa qui, par ses éclats intermittents, montrait que son gardien n'attendait pas la nuit pour le mettre en action.  
On a prétendu, sans pouvoir le prouver, qu'au moment où fut lancée la torpille, une barque de pêche, toutes voiles dehors, située entre le sous-marin à l'affût et le Medjerda aurait servi d'écran protecteur à l'assaillant.  
Un sillage que personne ne vit et ce fut l'explosion. Le paquebot venait d'être touché par bâbord, c'est-à-dire à son flanc gauche faisant face à la côte, dans ses œuvres vives, légèrement sur l'arrière, à la hauteur de la chambre des machines. Celles-ci s'étaient tues. La voie d'eau était énorme. Dans la machine éventrée où l'eau montait à vue d'œil un incendie se déclara ne laissant aucune chance à ceux qui avaient survécu à l'explosion de la torpille. Des jets de vapeurs brûlants venant des tuyauteries et des chaudières crevées ajoutaient encore à l'horreur de l'agonie des mourants. Le navire était coupé en deux à hauteur du dernier canot de sauvetage.
 
Avec une rapidité effrayante les deux tronçons du navire blessée à mort, s'enfoncèrent, poupe et proue dressés vers le ciel. Le navire ne mit que deux minutes pour disparaître.  
Entre temps l'équipage et les passagers, du moins ce qu'il en restait, se précipitèrent vers les embarcations de sauvetage hissées sur leurs bossoirs et saisies sur leurs berceaux. L'immersion du paquebot fut tellement rapide que l'on abandonna l'opération. Une baleinière était déjà chargée à refus. Atteinte lors de l'explosion, ses membrures se brisèrent, précipitant ses occupants à la mer. Ce fut alors le " sauve qui peut " général. Les passagers ainsi que l'équipage abandonnèrent le navire.  
Dans les coursives du navire ce fut la panique, les passagers affolés prirent d'assaut les escaliers conduisant sur le pont, piétinant sans pitié les malheureux tombés à terre. Une fois sortis des emménagements, ils se précipitèrent à la mer, pour échapper à l'incendie et à l'engloutissement du bâtiment, plongeant parfois sur le dos des nageurs qui n'avaient pas encore eu le temps de s'éloigner du navire. On entendait les cris déchirants des soldats pris au piège dans les entreponts.  
A l'avant du paquebot qui commençai à se mâter, le matelot Jacques Bernadac était sur le point de se jeter à l'eau comme ses compagnons ; cela ne lui faisait pas peur, il était très bon nageur et il allait pouvoir même aider ses compagnons d'infortune. Mais au moment de sauter, il se ravisa. Il n'avait pas ses papiers d'identité sur lui, il fallait qu'il aille les chercher, surtout qu'on était près de la côte espagnole et que s'il n'avait pas ses papiers... Ceux-ci n'étaient pas loin, ils se trouvaient à quelques mètres de là, dans le caisson près de sa couchette, dans le poste d'équipage. Il estima qu'il avait juste le temps de courir les chercher avant que le bateau ne coulât tout à fait.  
Il s'élança vers la porte du poste tandis que ses compagnons lui criaient de revenir. Il disparut soudain à leur vue dans le tumulte et les hurlements des passagers, parmi les flammes et la fumée qui entouraient le paquebot. On ne le revit plus. Au même moment, le mât de misaine s'effondra et tomba lourdement sur le pont, ajoutant au nombre des victimes.
Le télégraphiste n'eut pas eu le temps de lancer un S.O.S., de même qu'il ne fut pas possible d'organiser le moindre sauvetage. L'explosion avait été meurtrière et le formidable tourbillon produit par le total engloutissement du paquebot allait se charger d'augmenter le nombre des victimes.  
Des passagers et des matelots réussirent cependant à s'éloigner. Par bonheur, un youyou et une quinzaine de radeaux métalliques flottaient autour de l'endroit où le navire avait disparu. Un matelot avait gagné le youyou, il aida quelques rescapés dont le commandant Got à se hisser à bord. Au nombre de huit, ils allaient faire force rames vers la côte pour aller chercher du secours, et ils n'allaient l'atteindre, épuisés, que le lendemain matin.  
Avant cela, sur les lieux du désastre, les radeaux s'emplissaient ; on tentait de se compter.  
On rassembla les radeaux que l'on amarra avec des moyens de fortune : ceintures de cuir, tailloles de zouaves ou de chasseurs d'Afrique.  
Soudain, alors que les naufragés procédaient à l'amarrage, un long fuseau noir émergea. Le sous-marin faisait surface ! On devine l'effroi des survivants, surtout après l'épisode bien connu de l'Algérien dont le canot de sauvetage avait été coulé au canon avec tous ses survivants. Avaient-ils échappé à la noyade pour essuyer des rafales de mitrailleuses ?
 
Quatorze longues heures s'écoulèrent avant que n'apparut, à travers le brouillard se dissipant sous le soleil, le masse salvatrice du cargo anglais Batten Hall qui allait se charger de recueillir les naufragés. Le navire britannique s'approcha des radeaux. L'opération était risquée car le stationnement était gros de danger. Le sous-marin allemand avait sûrement rechargé ses tubes et se trouvait peut-être de nouveau à l'affût. Le Batten Hall s'exposait ainsi aux torpilles, mais le commandant britannique n'en avait cure. Une heure après le bâtiment allié se mettait en route pendant que son équipage réconfortait les rescapés.  
Pendant ce temps, à Port-Vendres, ce retard considérable du Medjerda qui aurait dû rentrer le 12 mai, suscitait l'inquiétude de la population. Sur les quais, dans les boutiques, on s'interrogeait avec anxiété. Les uns redoutaient le pire, d'autres, plus confiants, disaient en souriant que le navire et ses passagers "étaient allés faire un tour ".  
L'angoisse était à son comble lorsque le dimanche 13 mai, vers dix heures, le sémaphore transmit un message du Batten Hall qui annonçait la nouvelle et demandait à rentrer au port. Un moment, la Marine Nationale refusa au navire l'entrée du port et chargea le bateau garde-pêche le Grelin de prendre à son bord tous les rescapés. Mais le cargo anglais à court de vivres ne pouvait poursuivre sur Marseille ; son commandant insista et, finalement, le navire anglais accosta au quai du Commerce, au niveau du café du même nom, en présence d'une foule immense. Les rescapés furent fraternellement accueillis et dirigés au centre d'accueil.  
Sur 457 passagers et 80 hommes d'équipage composant le personnel transporté par le Medjerda, 352 personnes manquaient à l'appel. Les marins roussillonnais avaient toujours pris une large part dans l'armement des navires de la Compagnie de Navigation Mixte; aussi, lourd fut le tribut qu'ils venaient de payer à la catastrophe. Parmi eux, les matelots port-vendrais Jacques Bernadac (5 enfants), Pierre Carola (3 enfants), François Ferrer (1 enfant), François Nou, avaient disparu. Le chauffeur Emile Py, de Collioure, ainsi que deux enfants manquaient à l'appel. Fait navrant, la veuve de Jacques Bernadac, attendait son sixième enfant, que l'on prénomma Jacques, en souvenir de son père. Ce sixième enfant aurait dû, dès sa naissance, permettre à son père d'être retiré de la zone des combats.
 
Sources :
Site de Bernard Bernadac
 
 
Cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 17-01-2008 à 17:30:53

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°4863
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 26-04-2008 à 14:48:20  profilanswer
 

Je me permets de faire une petite pub pour mon collègue Jesus Martinez qui vient de publier un ouvrage sur le Medjerda et je vous cite le message qu'il m'a fait parvenir :  
 
A la fin j´ai fini et presente mon livre sur la Medjerda.
Je suis l´auteur, l´editeur et vendeur...
C´est ecrit en catalan, 130 pages et 134 ilustrations.
Je l´offre a 12 euros (plus les frais, 12 euros pour la France, envoi  
postal) pour recuperer mon forte inversion.
A bientot !!

 
Jesus Martinez peut être joint à : jmartinez (a) ambitoner.com.
 
Je précise que mon initiative est totalement dépourvue d'intérêt en l'affaire.  
Que ceux qui se poseraient des questions à propos du catalan se rassurent, lorsque l'on est francophone et si en plus on a fait du latin (pas obligatoire) ou que l'on connait l'espagnol ou l'italien (ça peut aider), sa lecture n'offre guère de difficultés. En tout cas on ne passera pas à côté de l'essentiel.
 
Cdlt
Yves
 
http://www.hostingpics.net/pics/961290portada_1_rectificada_0001.jpg
 
http://www.hostingpics.net/pics/723391portada_1_rectificada_00020.jpg


Message édité par Yves D le 26-04-2008 à 14:49:28

---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°5622
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 22-05-2008 à 15:34:32  profilanswer
 

J'ai ce livre entre les mains depuis 10 jours, il ne m'a pas déçu. Des dizaines de photos et finalement pas difficile à lire ou à comprendre. On peut aussi recevoir un fichier électronique du texte en espagnol en le demandant à l'auteur. Un travail sérieux et fouillé !
Cdlt
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°5632
J-L Jalabe​rt
Posté le 23-05-2008 à 20:24:50  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Je suis content d'apprendre la parution de ce livre. En effet, il y a quelques mois, j'ai envoyé à l'auteur le scan de cette carte postale en ma possession :
http://usera.imagecave.com/jala/medj1.jpg
Pouvez vous me dire si elle figure dans le livre ?
Merci. Cordialement,
J-Luc


---------------
CE QUI DEMEURE 1914-1918 : Patrimoine et Souvenir de la Grande Guerre. (MAJ le 17 octobre 2010)
 
n°5636
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 24-05-2008 à 08:48:48  profilanswer
 

Bonjour J-Luc
Cette vue figure bien dans le livre à la p.27 mais c'est une autre que la votre probablement pour une question de qualité du document.
Cdlt
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°5640
J-L Jalabe​rt
Posté le 24-05-2008 à 11:58:03  profilanswer
 

Bonjour Yves,
 
Merci pour votre réponse. J'avais perdu les coordonnées de Jesus Martinez. C'est lui même qui m'a demandé de lui scanner la carte. Il m'a d'ailleurs envoyé en contre-partie des plans et photos de l'U34 (en me demandant de ne pas les diffuser).
Je vais donc le contacter pour commander le livre.
Il existe beaucoup de cpa sur le Medjerda à Port-Vendres (un endroit qui m'est cher), mais l'intérêt de celle-ci, c'est son annotation : "torpillé le 11 mai 1917 au large de l'embouchure de l'Ebre".
 
Cordialement,
J-Luc


---------------
CE QUI DEMEURE 1914-1918 : Patrimoine et Souvenir de la Grande Guerre. (MAJ le 17 octobre 2010)
 
n°5642
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 24-05-2008 à 15:10:27  profilanswer
 

Oui, oui, j'ai bien remarqué ce point. Il y a des dizaines d'illustrations dans le livre notamment pas mal de cp anciennes et aussi des photos de quelques personnes présentes à bord ce jour là provenant d'archives des familles. Vraiment très intéressant.
Je connais Jesus depuis des années, c'est un historien de qualité qui sait aller au fond des choses.
Cdlt
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°5675
Ar Brav
Posté le 26-05-2008 à 19:47:36  profilanswer
 

J-L Jalabert a écrit :

Bonjour Yves,
Il existe beaucoup de cpa sur le Medjerda à Port-Vendres (un endroit qui m'est cher)
Cordialement,
J-Luc


 
Bonjour à tous,
Bonjour Jean-Luc,
 
Le n° 21 de "Navires & Marine Marchande" d'octobre 2004 consacrait un article d'un quinzaine de pages sur l'histoire maritime de Port-Vendres. Si vous n'en disposez pas, je peux vous les scanner et vous les adresser.
 
Bien cordialement et bonne soirée,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°10077
Ar Brav
Posté le 31-10-2008 à 10:19:01  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Une vue du Medjerda à Sète :
 
http://images4.hiboox.com/images/4408/1dbbd9b180e83da6e39a6b45af70246e.jpg
 
Cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°11074
barcos
Posté le 14-12-2008 à 21:24:59  profilanswer
 

Rutilius a écrit :


   Bonsoir à tous,
 
   Un artilleur disparu avec le Medjerda :
 
     - BEZIAT Paul, né le 14 mars 1891 à Saint-Salvi-de-Carcaves (Tarn), disparu le 11 mai 1917 lors du torpillage du Medjerda, 2e canonnier auxiliaire au 6e Groupe d'artillerie à pied - C.O.A., Matricule n° 5551 au corps - classe 1912 -, n° 1468 au recrutement de Carcassonne (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.


n°11075
barcos
Posté le 14-12-2008 à 21:27:16  profilanswer
 

Je vous prie me contacter a jmartinez@ambitoner.com
J´ai ecrit un livre sur la Medjerda et suis interesee par BEZIAT Paul.
Gracias por su amabilidad.

n°12172
corinne
Posté le 12-01-2009 à 08:34:38  profilanswer
 

bonjour à tous
 je viens de trouver ce sujet sur le naufrage du Medjerda, je vais me plonger dans la lecture de ce  sujet , riche en renseignement pour moi. je fais des recherches sur le
 6 RTA  en garnison à TLEMCEN . J' ai trouvé dans les fiches MPF deux soldats décédes dans ce naufrage.Je vous joins leur fiche..
bien sur sur si je trouve d'autres  fiches, je vous les ferais passer
 
amicalement
 
 corinnehttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2953/benayad%20ouadah%20ould%20miloud.jpghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2953/ahmed%20mohamed.jpg


---------------
corinne
n°12296
corinne
Posté le 16-01-2009 à 18:14:38  profilanswer
 

Bonsoir à tous
 J’ai trouvé cette allusion au Medjerda (datant d’aout 1914) dans le JMO de la 37 °division (6 RTA).  
Nuit du 6 au 7 aout 1914
Le lieutenant Blanc 5de l’état major de l 'artillerie) pris subitement d 'un accès de folie tue Deux hommes de l''équipage de la MEDJERDA, blesse grièvement l 'officier d'administration Garnier( de l 'hôpital militaire Constantine) et un homme de l 'équipage. Le lieutenant Blanc est abattu pour faire cesser le danger
Le 7 aout  
En mer. Vers 13h30 en rade d'Ajaccio, les cadavres  et le lieutenant et l’officier d'administration Garnier sont descendus à Ajaccio vers 14h départ pour la France

Je ne suis pas spécialiste du tout dans tout ce qui touche à la marine sur ce forum, faites moi savoir si ce genre d’informations vous intéresse ou pas, ( j ai posté  récemment un sujet avec des fiches mpf de disparus avec le Medjerda)
 
 Bien amicalement
 
Corinne


---------------
corinne
n°12298
Terraillon​ Marc
Posté le 16-01-2009 à 20:43:55  profilanswer
 

Bonjour Corinne
 
Nous sommes interessés par toute information sur un navire : c'est la seule façon de reconstituer son histoire.
 
A bientot


---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°12371
corinne
Posté le 18-01-2009 à 19:17:22  profilanswer
 

bonsoir à tous  
Voila ma contribution de ce soir à la liste des disparus du Medjerda
 [b]Escamez Antonio
, soldat 189 éme régiment d'infanterie
 Ferrandiz Cayetano, soldat 17 eme escadron du train, né le 13 /12/1891 à sidi bel abbes, Oran
 Gerez  Henri, soldat 2éme classe,150éme régiment d'infanterie, né le 15/10/1891 à st leu Oran
 Gonzalves manuel caporal au ()régiment du génie né le 15/09/1891 à misserghin, Oran
Hedjazi mohamed ben tayeb soldat 2eme classe au 2éme régiment de tirailleurs de marche , né le ? à Constantine
Hernandez josé antonio soldat 2eme classe au 1er régiment de marche de zouaves né le 16 avril 1891 à Telagh Oran
Khaznadar hamida soldat 2eme classe au 1er régiment de marche de la légion à vérifier illisible né le 2 /02/1876 à sidi bel abbes
Lopez jean miguel, 2eme cannonier  conducteur? au 56? régiment d'artillerie né le 29/10/1891 à ORAN
Lopez vincent, soldat 2eme classe au 115 eme régiment d 'infanterie né le 30/01/1891 à Oran
Martinez Francisco, soldat 2eme classe au 71eme régiment d'artillerie lourdené le 29/10/1881 à sidi bel abbes
mazouzi bensaid, 2eme classe au 6eme régiment tirailleurs indigénes, né en 1891? à ORAN
Perez josé soldat au 19? train des équipages?né le 17/05/1876 à Oran
Zeghiche abdelkader ould kaddour sergent major au 2éme régiment du génie né  en 1879 à ORAN
Zebidi mohamed  ould bardal ould ouabdallah soldat au 8eme regiment d'artilleris d'Afrique né  présumé en 1881 à ORAN
 
Amicalement
 
corinne


---------------
corinne
n°12493
corinne
Posté le 22-01-2009 à 16:23:59  profilanswer
 

bonjour à tous
quelques noms à ajouter à la liste des disparus avec le medjerda
perez jacques , 1er cannonier au 1er régiment d'artillerie de montagne,né le 16 avril 18889 à perregaux , oran
perez martinez, soldat 2eme classe au 118éme régiment d'artillerie, né le 16 décembre 1888 à oran
rioz jules georges, soldat 1ére classe au 6éme régiment de chasseur d'Afrique, né le 22aout 1886 à sidi bel abbes, algérie
zerrouki kaddour ben kaddour, caporal au 2éme régiment de tirailleurs , présumé né en 1886 à m'zila, oran
 
j 'ai trouvé le nom d'une femme:carmen de los dolores humbert née martinez
dont je vous joins la fiche ,  
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2953/humbert%20nee%20martinez%20carmen%20de%20los%20dolores.jpg
 
qui était elle?  si l 'un de vous à une piste je suis preneuse
 
amicalement
 
corinne


---------------
corinne
n°12519
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 22-01-2009 à 22:59:25  profilanswer
 

Bonsoir Corinne
Une infirmière militaire peut-être ?
Cdlt
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°12582
barcos
Posté le 24-01-2009 à 12:39:29  profilanswer
 

Yves D a écrit :

Bonsoir Corinne
Une infirmière militaire peut-être ?
Cdlt
Yves


 Posté par Liliane Braun le 11/05/2008 23:18  
 
Ma grand mère maternelle, Carmen Humbert née Martinez, est MPF. Sa fiche est même citée en exemple de victime civile, je l'ai retrouvée ainsi sur Google.  
Elle était dans le Medjerda qui a coulé le 17 mai 1917 au large de Tarragone après avoir été bombardé par un Uboot ellemand; elle n'a pas fait partie de la liste des rescapés. L'épave a été retrouvée en juillet 2005 par les plongeurs, cinéastes espagnols.  
Ma mère avait 6 ans, et sa mère allait voir mon grand père au front, il avait une permission et l'attendait à Marseille, elle était partie d'Oran la veille, ayant loupé le Sidi Brahim.  

n°12584
barcos
Posté le 24-01-2009 à 12:41:22  profilanswer
 

Yves, il fau bien lire mon livre...
Un saludo desde España.

n°12585
barcos
Posté le 24-01-2009 à 12:45:02  profilanswer
 

J´ai recherche pour retrouver des noms des dusparus dans cette naufrage de la Medjerda pour incluire dans mon livre "DARRERE EL MEDJERDA" et je vous quetione: Comme vous avez trouve cettes noms ? Ou ?
J´ai trouve quelques noms, mais je suis un otre foi dans la recherche.
Merci par votre reponse.
jmartinez@ambitoner.com

n°12588
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 24-01-2009 à 16:02:34  profilanswer
 

Hola Jesus !
Es verdad. Pagina 31 de tu libro hay la historia de Carmen Humbert (y fotografia de ella con su esposo tambien). No me acuerdaban esos hechos.

C'est exact ! Page 31 de ton livre on peut lire l'histoire de Carmen Humbert (et y trouver également une photo d'elle et de son époux). Je ne me souvenais pas de ces faits.
 
Corinne, Daniel,
Peut-être pouvez-vous renseigner plus précisément Jesus Martinez sur l'origine de vos renseignements ?
Quizas puede Vd. dar mas precisas infromaciones a Jesus sobre la origen de su informacion ?
 
Pardonnez-moi d'écrire le castillan comme un basque l'espagnol.
Cordialmente
Yves


Message édité par Yves D le 24-01-2009 à 16:10:20

---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°12597
corinne
Posté le 24-01-2009 à 20:26:08  profilanswer
 

Bonsoir Yves,Jesus, et Daniel
Bonsoir à tous
 
J ' ai trouvé les noms de ces hommes sur le site Mémoire des hommes en recherchant des soldats appartenant au 6e RTA , de la garnison de Tlemcen ,en Algérie
j 'utilise pour cela une méthode que vous connaissez surement et qui me permet de consulter un maximum de fiche.
 
Nom* de A à Z  contient  je coche la case contient
Date de naissance 1880 *  exacte  *de 1860 à 1901
Département de naissance ou zone géographique  Aucune sélection France et DOM Europe (hors France) Asie Afrique Amérique Océanie
C 'est trés long ,  mais cela donne des résultats  :)  
Je me demande si je suis bien compréhensible là?
 
 Bien sur Jésus si vous voulez je vous envoie directement aussi sur votre boite mail les noms des disparus de Medjerda dés que j 'en ai un nombre suffisant
 
bien Amicalement
 
Corinne
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


---------------
corinne
n°12616
barcos
Posté le 25-01-2009 à 19:58:46  profilanswer
 

C´est agreable lire votre opinion sur mon livre...merci !!
A bientot.

n°12873
barcos
Posté le 01-02-2009 à 21:56:34  profilanswer
 

S.V.P, il y a une relation des diparus a le naufrage de la medjerda ?  
Comme c´est posible d´obtenir ?
Merci par votre aportation.
jmartinez@ambitoner.com

n°13062
barcos
Posté le 07-02-2009 à 19:13:58  profilanswer
 

Relation des disparus que j´ai inclus dans mon livre "DARRERE EL MEDJERDA".
Ce sont trouves a Internet (un peu) et a les journals de l´Espagne de l´epoque.
PASAJEROS MILITARES.
 
CANTAT, Joseph. Soldado. 4º Rég. Marche Zouaves (RMZ). Recl. Montluçon.
SCOTE, Marcel Armand Leon. 4º Reg. Zouaves. Matricula 33.826/904 Clase 1914.  
CHASSAIN, Henry René. 4º Regimiento Zouaves.  
DARRAS, André Eugène. 2º Reg. Zouaves. Matricula 017947 Ter/1000 Clase 1908.
PEREZ, Jacques. Soldado. Primer Regimiento de Artillería de Montaña.
CERDAN, Antoine.  4º Regimiento de Dragones.
BAYLE, Maurice Victor. Sargento. 8º Reg. Ingenieros (Génie). Reclutado en Oran,  
VEZY, Gabriel Louis. Cabo  del 2º Regimiento de Ingenieros (Génie).
RIOS, Jules. (RIOZ ?)    
PONS, Jean Louis.  Sargento Mayor. 114º Regimiento de Infantería Territorial.
HOURRIÈRES, Víctor. Sargento de Caballería.
MILLES. Cuerpo Auxiliares de gendarmes.
GARNIER, Paul Alexis. Soldado. 113º Regimiento de Infantería Territorial.
JEUDY, Louis Emile. 18ª Compañía ferroviaria.
RENARD, Victor Georges Louis. Soldado. 21º Section d´Infermiers Militaires.  
AMOYEL, Joseph. Soldado de Segunda Clase. 58º Regimiento de Infantería.  
MOHAMED, Nacer Ould. 2ª compañía del 6º Reg. Tir. Indígenas. Numero 6.443.
BERUBARD, Paúl. Suboficial. 54º Cuerpo Colonial.  
CASORIA, François. Soldado. 13º Reg. Artillería, Secc. Servicio Automóviles.  
LEBHAR, René. Sargento de artillería.  
CRUZ DAS, Jules. Cabo.
SALAMOR, Mariano. Soldado de primera.
HERBAUT, Alphonse Eugene Joseph.  
LOZANO, José.  
HURGÓN, Joseph Marie.  
GUY, Antoine.  
ROB, Pierre.
AOUILLET, Louis.
ROS, Michel.
FLEURY, León.
JORGE, David.
TAILLU, Jordan.  
GARCIA, Bernat.
SILVAN, Gabriel P.
 
BROUSSY Marc Antoine. Nacido el 25 de marzo de 1873 en Floressas.  Militar ?
 
MIEMBROS DE LA TRIPULACIÓN.  
 
Entre los que murieron hubo seis españoles, de Almería:  
Fernando SEGURA
Manuel LEAL
Manuel GARCIA  
Antonio GERAN
Luis ALDIGUER
Antonio RUIZ. En la lista de rescatados por el Batenhall aparece un MANUEL RUIZ, (Chaufer), es el mismo, pero con error en el nombre…?  
 
Otros miembros de la tripulación:
MARCANTONI. Era el segundo de abordo.
MORGANTI, Jean Baptiste. Oficial del barco.  
BALS, Pierre.  
CERVATES, Pierre.  
BELTRAND, Pépico.
Uno de los soldados supervivientes llamado Baptiste Palicio, escribió una carta a su esposa en la que le explicaba que Pépico era un marinero que conocían y que desapareció en el hundimiento.
Lo que no queda claro es si pertenecía a la tripulación o bien era de la Marina.
Jacques, era otro de los amigos y mencionados por Palicio en sus cartas.  
Solo sabemos que en el momento de que se hundiese el barco desapareció y que los tres estaban hablando en cubierta y estos dos que menciona desaparecieron de su vista.  
Al leer la actuación del marinero Bernadac, vimos que él estaba hablando con un compañero y en el momento de la explosión desapareció al ir a buscar su cartera. Podríamos suponer que este Jacques era Bernadac…pero eso seria otro interrogante en esta historia.  
Jacques BERNADAC. Matelot  
Pierre CAROLA. Chaufeurs
François FERRER.
François NOU.
Emile PY.  
 
PROBABLES:
 
En la relación de tripulantes que recibieron una distinción en 1916, por el encuentro del Medjerda con el mismo submarino, el U- 34, aparecen dos nombres que un año después no están incluidos en las listas de rescatados.
Podría ser que ya no formasen parte de la tripulación, pero por otra parte y por el poco tiempo transcurrido podemos suponer que también fallecieron en el naufragio.  
 
Pierre ROUQUETTE segundo oficial.
Edouard THIERRY, jefe de maquinas.
Louis AUDOUARD, marinero radiotelegrafista.
 
PASAJEROS CIVILES.
 
Carmen HUMBERT, esposa de un militar francés destinado en el frente.  
La hija de Madame VIZZETTI, de tres años.
Madame HOURRIÊRES, su madre y hermana.  

n°13063
barcos
Posté le 07-02-2009 à 19:17:43  profilanswer
 

Il y a une relation des diparus de la tripulation a les archives de la Companie Navigation Mixte a Marseille, mais comme l´obtenir ?
Quellque c´est l´adresse ?
Vous me pouvez aider pour obtenir cette relation des tripulants disparus.
Perdon par le texte a espagnol, mais je suis a votre disposition pour traduire quellques mots.
jmartinez@ambitoner.com

n°13064
barcos
Posté le 07-02-2009 à 19:29:51  profilanswer
 

J´ai lu, ecrit par Corinne: Le lieutenant Blanc, de l’état major de l 'artillerie, pris subitement d 'un accès de folie tue Deux hommes de l'équipage de la MEDJERDA, blesse grièvement l 'officier d'administration Garnier, de l 'hôpital militaire Constantine, et un homme de l 'équipage.  
J´ai lu a Internet qu´un mort c´est Gaston Pret. (?)

n°13069
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 07-02-2009 à 22:59:39  profilanswer
 

Hola Jesus !
Muchas gracias para tu colaboracion. Dame un momento para contestar a tu pregunta sobre la Cie de nav. Mixte y tambien el Tenente Blanc. Pienso que Corinne puede proporcionar otras informaciones.
Amistosamente
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°13070
Ar Brav
Posté le 08-02-2009 à 00:04:47  profilanswer
 

Bonsoir Jesus, Yves,
Bonsoir à tous,
 
Jacques era Bernadac…pero eso seria otro interrogante en esta historia.  
Jacques BERNADAC. Matelot

 
Je ne suis pas certain du tout d'avoir compris, mais il y a le site de Bernard Bernadac relatant la fin du Medjerda, je ne sais si çà fera avancer le schml..
 
http://pagesperso-orange.fr/bernard.bernadac/
 
Bien cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°13071
Terraillon​ Marc
Posté le 08-02-2009 à 00:20:44  profilanswer
 

Bonsoir Franck
 
Tu as pris le quart de nuit ???
 
A bientot  :hello:


Message édité par Terraillon Marc le 08-02-2009 à 00:21:07

---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°13087
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 08-02-2009 à 08:46:54  profilanswer
 

Bonjour à tous
Qui sait où l'on peut trouver les archives de la C.N.M. que recherche Jesus ? A la Bibliothèque de la CCI de Marseille ? Ailleurs ?
Cdlt
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°13089
corinne
Posté le 08-02-2009 à 09:33:17  profilanswer
 

bonjour à tous
bonjour Barcos, Yves et Marc
 
Cela fait quelques jours que je ne suis pas intervenue sur le forum page d histoire marine... me revoila avec de nouveaux militaires à rajouter à la liste des passagers disparus avec le medjerda
Ayad Mohammed ould Adda, soldat 2éme classe au 2éme RTA , né le 12/04/ 1896 à Oued mebbouk?
Bouyakoub Abdelkader soldat 2éme classe au 6 éme RTA ,né le 8/04/1899 à Sidi Chami, Oran
Boy Jean Pierre,brigadier au 19éme régiment d'artillerie,73éme compagnie de ? auxilliaire indigéne, né le 14/05/1871 à Saint Leu, Oran
Brouzet Marius,ouvrier de 1ére classe, 10éme section de chemin de fer de campagne, né le 22/11/1884 à L'Arba, Alger
Cervantes Pierre Pascal,soldat au 9éme régiment d'infanterie, né le 24/10/1891 à Assibia?Okba, Oran
Favier Emile Pascal, soldat 2éme classe au 2 éme groupe d'artillerie d'Afrique, né le 6/03/1894 à Saida,Oran
Fleury Leon Justin Pierre, soldat 2éme classe au 9ème régiment de tirailleurs,né le8/08/1896 à Inkermann,Oran
Hautcoeur Louis,soldat 2ème classe au 20éme escadron du train ,bureau du service automobile , né le 11/01/1874 à Ain Bellecote,Oran
Lozano José, soldat  2éme classe au 63 éme régiment d'infanterie, né le 19/11/1884 à Sadi bel Abbes, Oran
Olivares Thomas, brigadier au ?62éme régiment d'artillerie, né le 18/04/1893 à Bel Abbes, Oran
Yvars Adolphe, soldat au 417 éme régiment d'infanterie, né le 3 /11/1890 à Oran
 
voilà c 'est tout pour aujourd hui, :)  
 
amicalement
à bientot  
 
 
Corinne


---------------
corinne
 Page :   1  2  3  4  5
Page Précédente

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  MEDJERDA - Compagnie de Navigation Mixte