Il y a 53 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2  3  4  5
Page Suivante
Auteur Sujet :

MEDJERDA - Compagnie de Navigation Mixte

n°39167
barcos
Posté le 09-02-2014 à 20:28:43  profilanswer
 

Reprise du message précédent :
Hola Bernard.
Tambien nos encontramos aqui !!
Je voudrais te préciser quelques points :
Ernest Isidore HUMBERT, veuf de Carmen de los Dolores MARTINEZ ne voyageait pas dans le bateau avec sa femme, puisqu'elle allait le retrouver pour faire l'achat d'un tracteur pour son exploitation agricole de Sidi-Bel-Abbès. Son mari, mobilisé, l'attendait à Marseille. Information apportée par la petite fille de Carmen.
Jean VEZZETTI, selon la presse espagnole, ne voyageait pas non plus dans le bateau, puisque son épouse voyageait à bord du Medjerda malgré qu’il le lui ait déconseillé à cause des dangers des voyages en temps de guerre.
Un périodique espagnol a publié : «Triste arrivée, elle aurait dûe être reçue par son conjoint ! »
Simone OURIERE a été sauvée par le soldat Carles CAUDET, du 151ème Régiment d'Infanterie, amputé d'une jambe. Il a reçu la Croix de Guerre avec deux Palmes pour son geste héroïque. Tous les deux ont été recueillis par le Battenhall.
Se rapportant au voilier qui était sur les lieux, je crois qu'il n'a eu rien voir avec le torpillage ; de plus, il pourrait avoir été une gêne pour le capitaine Klasing.
Les sous-marins n'avaient besoin de personne pour pouvoir torpiller un bateau ennemi. De plus, le capitaine du sous-marin n'a rien écrit dans son KTB, mais seulement qu’il a vu arriver un navire, qu’il prit pour un transport de troupes et il fit plonger son sous-marin, par peur de ses canons, pour lui envoyer une torpille.
Le patron du voilier, Bautista FIBLA, de Benicarlo, village plus au sud du lieu du naufrage, a été pris de panique en entendant l'explosion, et a craint d'être aussi attaqué par le sous-marin qu’il avait déjà vu quelques heures auparavant dans ces parages, et il a pris la décision la plus inhumaine et le lâche, mais sans avoir rien voir avec l'attaque et son éventuelle arrivée sur les lieux du naufrage ne signifie pas qu’il aurait pu sauver plus de vies, puisque la majorité des victimes est morte dans l’explosion et les autres ont été entraînées par le bateau lors de son immersion.  
Il ne s'agit pas de justifier l'action d'un pêcheur qui a eu peur, mais de clarifier un fait. Même le capitaine Got n’a pas vu de relations avec le naufrage.

n°39392
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 06-03-2014 à 22:51:47  profilanswer
 


   Bonsoir à tous,
   
 
                                                                    Membres de l’équipage de la Medjerda disparus avec ce bâtiment le 11 mai 1917
 
 
                                                                                                               (Liste exhaustive : 24 noms)
 
 
 
   — MARCANTONI Jean, né le 29 septembre 1868 à Canari (Corse – aujourd’hui Haute-Corse –) et y domicilié, Second capitaine, capitaine au long-cours, inscrit à Bastia, n° 171.
 
   — MORGANTI Jean Baptiste, né le 12/2/1882 à Marseille (Bouches-du-Rhône) et y domicilié, Lieutenant, capitaine au long-cours, inscrit à ..., n° ...  
 
   — GOMBAUD Ernest, né le 5 mai 1888 à Lorigné (Deux-Sèvres) et domicilié à Arces (Charente-Inférieure – aujourd’hui Charente-Maritime –), Radiotélégraphiste, inscrit à Marennes, n° 3.044.  
 
   — BERNADAC Jacques, né le 30 avril 1878 à Saint-Laurent-de-la-Salanque (Pyrénées-Orientales) et  domicilié à Collioure (– d° –), Matelot, inscrit à Narbonne, n° 2.767.  
 
   — PY Jean Julien, né le 28 janvier 1874 à Collioure (Pyrénées-Orientales) et y domicilié, Matelot, inscrit à Port-Vendres, n° 304.  
 
   — GARCIA Manuel, né le 16 octobre 1899 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie) et domicilié à Oran (– d° –), Novice, inscrit à Oran, n° 2.293.  
 
   — TIERCY Édouard Louis Laurent, né le 22 janvier 1876 à Bandol (Var) et domicilié à Marseille (Bouches-du-Rhône), Chef-mécanicien, officier mécanicien de 1re classe, inscrit à La Ciotat, n° 11.241.  
 
   — CATONI Ange François, né le 2 janvier 1873 à Cagnano (Corse – aujourd’hui Haute-Corse –) et domicilié à Marseille (Bouches-du-Rhône), Premier-chauffeur, inscrit à Bastia, n° 5.774.  
   
   — FERRER François Michel Joseph, né le 28 avril 1889 à Port-Vendres (Pyrénées-Orientales) et y domicilié, Chauffeur, inscrit à Port-Vendres, n° 91.
 
   — ROLLAND Bonaventure Placide, né le 5 octobre 1876 à Collioure (Pyrénées-Orientales) et domicilié à ... (...), Chauffeur, inscrit à Port-Vendres, n° 828.  
 
   — CAROLA Pierre François André, né le 8 août 1880 à Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales) et y domicilié, Chauffeur, inscrit à Port-Vendres, n° 2.034.  
 
   — BENSEN Joseph, né le 3 septembre 1880 à Narbonne (Aude) et domicilié à Sète (Hérault), Chauffeur, inscrit à Sète, n° 2.253.
 
   — KASBADJI Mahiddine, né le 6 mai 1893 à Bouzaréa (Département d’Alger, Algérie) et domicilié à ... (...), Chauffeur, inscrit à ..., n° ...  
             
   — ALDEGUER Louis Dominique, né le 25 janvier 1889 à Oran (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Chauffeur, inscrit à Oran, n° 2.172.
 
   — DURANTE Marius Jacques, né le 10 novembre 1866 à Marseille (Bouches-du-Rhône) et y domicilié, Soutier, inscrit à Marseille, n° 5.611.
 
   — PONS Achille Eugène Louis, né le 6 décembre 1884 à Fauch (Tarn) et domicilié à Réalmont (– d° –), Restaurateur, inscrit à Marseille, n° 1.508.
 
   — ROUSSE Jules Léon, né le 21 octobre 1869 à Flassans-sur-Issole (Var) et domicilié à Marseille (Bouches-du-Rhône), Chef de cuisine, inscrit à Marseille, n° 1.645.  
 
   — RICHAUD Henry Hippolyte Joseph, né le 7 novembre 1877 à Luc-en-Diois (Drôme) et domicilié à Romans-sur-Isère (– d° –), Maître d’hôtel, inscrit à Marseille, n° 2.395.
 
   — FOURCADE Joseph, né le 23 août 1879 à Saint-Laurent-de-la-Salanque (Pyrénées-Orientales) et domicilié à ... (...), Garçon, inscrit à Narbonne, n° 2.838.  
 
   — LACHAUD Gabriel, né le 7 janvier 1900 à Roanne (Loire) et y domicilié, Aide de cuisine, inscrit à Marseille, n° 9.463.  
 
   — RENÉ Louis Aristide, né le 4 septembre 1885 à Saint-Leu (Île de la Réunion) et  domicilié à ... (...), Cuisinier, inscrit à ..., n° ...    
       
   — HASSANE Mohamed, âgé d’environ 26 ans, supposé originaire de Djibouti, Chauffeur, inscrit à ..., n° ...    
       
   — REAL Jean, né le ... décembre 1898 à Almería (Andalousie, Espagne), de nationalité espagnole, Soutier.  
 
   — CALLEYON François Romera, né le ... à Adra (Andalousie, Espagne), de nationalité espagnole, Soutier.
 


Message édité par Rutilius le 06-03-2014 à 23:07:28
n°39393
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 06-03-2014 à 22:55:20  profilanswer
 


   
 
                                                                                  Passagers militaires disparus avec la Medjerda, le 11 mai 1917
 
                                                                                                         (Liste non exhaustive :
260 noms)  
 
                                                                  Avertissement : Orthographe de certains toponymes d’origine arabe ou berbère incertaine
 
                                                             
 
   ■ 16e Bataillon de chasseurs à pied.
 
     ― BEN SHAMOUN Messaoud, né le 4 décembre 1888 à Oued-Taria, commune mixte de Mascara (Département d’Oran, Algérie), Chasseur de 2e classe, Matricule n° 03.927, classe 1908, n° 1.875 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 1er Bataillon de marche d’infanterie légère d’Afrique.
 
     ― BOURREL Auguste Jean Gabriel, né le 23 décembre 1888 à Sète (Hérault), Adjudant, Matricule n° 3.012, classe 1908, n° 1.374 au recrutement de Perpignan (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).  
 
     ― DESLANDES Paul Ernest, né le 4 octobre 1891 Coudray (Oise), Soldat de 2e classe, Matricule n° 2.233, classe 1911, n° 892 au recrutement de Beauvais  (- d° -).
 
     ― DOMENGE Claude, né le 9 avril 1889 à Chambéry (Savoie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 05.029, classe 1909, n° 1.236 au recrutement du Rhône-Central (- d° -).  
 
     ― DUEL Georges Victor, né le 13 août 1894 à Rouen (Seine-Inférieure – aujourd’hui Seine-Maritime –), Soldat de 2e classe, Matricule n° 5.190, classe 1914, n° 52 au recrutement du Rouen (- d° -).
 
     — MOUCHERON Jean Étienne, né le 3 août 1877 à Tocane-Saint-Apre (Dordogne), Sergent,  Matricule n° 010, classe 1897, n° 1.206  au recrutement d’Alger (- d° -).
 
     — RIOU François Victor, né le 15 juin 1885 à Saint-Loup-du-Gast (Mayenne) et domicilié à Tessé-Froulay (Orne), Clairon, Matricule n° 807, classe 1906, n° 969 au recrutement d’Argentan (- d° -).
 
     — VARRIOT Gaston, né le 18 juillet 1894 à Clichy (Seine – aujourd’hui Hauts-de-Seine –), Soldat de 2e classe, Matricule n° 3.847, classe 1914, n° 6.112 au recrutement de la Seine, 1er Bureau (- d° -).
 
     ― VELLER François, né le 28 février 1891 à Paris (XIe Arr.) et domicilié à Paris (XIVe Arr.), Soldat de 2e classe, Matricule n° 2.284, classe 1911, n° 811 au recrutement de la Seine (- d° -).
 
   ■ 4e Bataillon de marche d’infanterie légère d’Afrique.
 
     ― BERTONNEAU Xavier Auguste Florentin, né le 13 juillet 1882 à La Chapelle-Saint-Sauveur (Deux-Sèvres), Soldat de 2e classe, Matricule n° 03.219, classe 1902, n° 4.579 au recrutement de la Seine, 4e Bureau (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― CROISILLE Jean, né le 19 janvier 1874 à Viam (Corrèze), Soldat de 2e classe, Matricule n° 678, classe 1897, n° 1.161 au recrutement de Tulle (- d ° -).
 
     ― RANVIER Georges Louis, né le 14 mai 1891 à Bondy (Seine – aujourd’hui Seine-Saint-Denis –), Soldat de 2e classe, Matricule n° 05.510, classe 1911, n° 4.218 au recrutement de la Seine, 1er Bureau (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
     
   ■ Batterie de dépôt.
 
     ― PIQUEMAL Joseph, né le 19 janvier 1890 à Saint-Denis-du-Sig – aujourd’hui Sig – (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier, Matricule n° 05.228, classe 1910, n° 983 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
   ■ 1ere Compagnie métropolitaine de marche.
 
     — ESPIAS Joseph, né le 22 juin 1878 à Nérac (Lot et Garonne), Soldat de 2e classe, Matricule n° 1.037, classe 1898, n° 624 au recrutement d’Agen (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ Compagnie territoriale du Maroc oriental.
 
     — GARDEY Paul Louis, né le 10 octobre 1872 à Caixon (Hautes-Pyrénées), Sergent, Matricule n° 348, classe 1892, n° 129 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
   
   ■ 2e Escadron du train des équipages militaires.
 
     ― MARCELOT Honoré, né le 29 novembre 1871 à Hassi-Bounif (Département d’Oran, Algérie) et domicilié à Deligny (Département d’Oran, Algérie), 2e conducteur, Matricule n° 24.365, classe 1891, n° 781 au recrutement d'Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).  
 
   ■ 8e Escadron du train des équipages militaires.
 
     ― CASORLA François Antoine, né le 22 mars 1884 à Saïda (Département d’Oran, Algérie), 2e conducteur , Service automobile, Matricule n° 01.921, classe 1905, n° 1.405 au recrutement d'Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 27 janv. 1919).  
 
   ■ 15e Escadron du train des équipages militaires.
     
     ― SALA Manuel Nicolas, né le 12 juillet 1873 à Oran (Département d’Oran, Algérie), 2e conducteur, Matricule n° 8.702-B, classe 1894, n° 1.821 au recrutement d'Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 25 août 1918).
 
   ■ 17e Escadron du train des équipages militaires.
 
     ― FERRANDIZ Cayetano, né le 13 décembre 1891 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), 2e conducteur, Matricule n° 6.049, classe 1912, n° 1.081 au recrutement d'Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 18e Escadron du train des équipages militaires.
 
     ― BOUGUE Marie Augustin Charles, né le 27 février 1879 à Escource (Landes), Adjudant, Matricule n° 4.217, classe 1899, n° 566 au recrutement de Mont-de-Marsan (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1918).  
 
     ― DÉCHELLE Auguste, né le 16 juillet 1894 à Paris (XIe Arr.), Brigadier, Matricule n° 3.742, classe 1895/1914, n° L.M. 2.069 au recrutement de Puy-en-Velay (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― DELCLOS Léon Pierre Jean, né le 16 janvier 1894 à Montesquieu (Pyrénées-Orientales), 2e conducteur, Matricule n° 7.011, classe 1914, n° 1.005 au recrutement de Perpignan (- d ° -).  
 
     ― JEUDY Louis Emile, né le 20 novembre 1888 à Laurmel (Département d’Oran, Algérie), 2e conducteur, Matricule n° 04.153, classe 1908, n° 486 au recrutement d'Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     — TURTAUT Georges, né le 8 août 1891 à Langon (Gironde), Maréchal des logis, Matricule n° 5.210, classe 1911, n° 1.434 au recrutement de Bordeaux (- d° -).  
 
     ― ZALI Joseph Séraphin, né le 1er janvier 1874 à Saint-Ambroise (Gard), Brigadier fourrier, Matricule n° 240, classe 1891, n° 288 au recrutement d'Oran et n° 1.159 au recrutement de Paris (Acte transcrit à Oran, le 18 avr. 1919).
 
   ■ 19e Escadron du train des équipages militaires.
 
     ― GUY Antoine, né le 30 novembre 1898 à Venteuges (Haute-Loire), 2e conducteur, Service automobile, Matricule n° 16.597, classe 1918, n° 894 au recrutement d'Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).  
 
     ― PÉREZ José, né le 17 mai 1876 à Oran (Département d’Oran, Algérie) et domicilié à Saint-Maur – aujourd’hui Tamzoura – (Département d’Oran, Algérie), 2e conducteur, Matricule n° 13.895, classe 1896, n° 1.409 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― SAGNES Octave Philippe, né le 10 mai 1885 à Alger (Département d’Alger, Algérie), Brigadier, Matricule n° B–07.603, classe 1905, n° 517 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― SAUREL Charles Antoine, né le 6 juillet 1876 à Marseille (Bouches-du-Rhône) et domicilié à Mercier-Lacombe – aujourd’hui Sfisef – (Département d’Oran, Algérie), 2e conducteur, Matricule n° 11.391, classe 1895, n° 517 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).  
 
   ■ 20e Escadron du train des équipages militaires.
 
     ― CARDA Emmanuel, né le 30 avril 1888 à Misserghin (Département d’Oran, Algérie), 2e conducteur, Matricule n° A. 04.005, classe 1910, n° 1752 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).  
 
     ― HAUTCŒUR Louis, né le 11 janvier 1874 à Aïn-Belle-Côte – aujourd’hui Aïn-Boudinar – (Département d’Oran, Algérie) et domicilié à Renault – aujourd’hui Sidi-M'hamed-Benali – (Département d’Oran, Algérie), 2e conducteur, Bureau du service automobile, Matricule inconnu, classe 1894, n° 531 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― HERBAUT Alphonse Eugène Joseph, né le 24 mars 1879 à Paris (VIIIe Arr.), 2e conducteur, Matricule n° 83.609, classe 1898, n° 2.220 au recrutement de Toulon (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ Force publique du Maroc oriental.
   
     ― MARCHAND Gustave Jean Pierre Valentin, né le 29 février 1884 à Besançon (Doubs) et y domicilié, Gendarme à cheval, Matricule n° 511, classe 1904, n° 1.546 au recrutement Besançon (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 2e Groupe d'artillerie de campagne d’Afrique.
 
     ― FAVIER Émile Pascal, né le 6 mars 1894 à Saïda (Département d’Oran, Algérie) et  domicilié à Taza (Maroc), 2e canonnier , Matricule n° 4.566, classe 1914, n° 1.409 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 3e Groupe d'artillerie de campagne d’Afrique.
 
     ― KALFON Mimoun, né le 28 mars 1872 à Oran (Département d’Oran, Algérie), Maréchal des logis fourrier auxiliaire, Matricule n° 03.120, classe 1892, n° 159 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 6e Groupe d'artillerie de campagne d’Afrique.
 
     ― ANDRIO Pierre, né le 28 février 1881 à Sainte-Marie (Martinique) et y domicilié, 2e canonnier, 101e Batterie, Matricule n° 1.981, classe 1901, n° 903 au recrutement de Fort-de-France (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
     ― BELMONTE Juan de Dios, né le 17 octobre 1894 à Saïda (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier, Matricule n° 5.346, classe 1914, n° 140 au recrutement d’Oran [Jug. Trib. Oran, 6 janv. 1921, transcrit à Saint-Cloud – aujourd’hui Gdyel – (Département d’Oran, Algérie), le 21 janv. 1921].
 
     ― BEZIAT Paul, né le 14 mars 1891 à Saint-Salvi-de-Carcavès (Tarn), 2e canonnier auxiliaire, Matricule n° 5.551, classe 1912, n° 1.468 au recrutement de Carcassonne (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― DIOCLÈS Alfred, né le 8 février 1884 à Saint-Ouen (Seine – aujourd’hui Seine-Saint-Denis –) et domicilié à Paris (XVIIIe Arr.), 2e canonnier, Matricule n° 02.111, classe 1904, n° inconnu au recrutement de la Seine, 8e Bureau (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― OURIÈRE Victor Auguste François, né le 7 février 1892 à Oran (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Maréchal des logis, 13e batterie, Matricule n° 27, classe 1909, n° 0.485 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
   ■ 2e Groupe d'aviation.
 
     ― ISRAËL Isaac, né le 20 avril 1877 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 7.276, classe 1897, n° 1.501 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
     
 
                                                        http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/ISRAEL%20Isaac%20-%20Portrait..jpg
 
 
   ■ 6e Groupe spécial.
 
     ― SALOT Jules Victor, né le 28 novembre 1883 à Dizy (Marne), Soldat de 2e classe, Matricule n° 0.981, classe 1903, n° 561 au recrutement de Châlons-sur-Marne (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1918).
 
   ■ 10e Groupe spécial.
 
     ― ABDOLA Arsène Joseph, né le 19 novembre 1884 à Saint-James (Manche), Soldat de 2e classe, Matricule n° 01.524, classe 1904, n° 154 au recrutement de Granville (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― BERNARD Joseph Jules Victor, né le 25 février 1885 à Tinténiac (Ille-et-Vilaine), Soldat de 2e classe, Matricule n° 03.024, classe 1905, n° 2.283 au recrutement de Rennes (- d° -).
 
     ― DAVID Georges Auguste, né le 17 mai 1888 à Cerisy-la-Forêt (Manche), Soldat de 2e classe, Matricule n° 07.504, classe 1908, n° 359 au recrutement de Saint-Lô (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
     
     ― DOUILLET Louis Eugène, né le 7 avril 1879 à Craon (Mayenne) et domicilié à Ressons-l’Abbaye (Oise), Soldat de 2e classe, Matricule n° 9.050, classe 1899, n° 661 au recrutement de Laval (- d° -).
 
     ― DUTAY Louis, né le 20 mars 1888 à Écommoy (Sarthe), Soldat de 2e classe, Matricule n° 07.566, classe 1908, n° 1.359 au recrutement du Mans (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
      ― ELSTON Abel Jean Louis Marie, né le 26 janvier 1879 à Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord – aujourd’hui Côtes-d’Armor –), Soldat de 2e classe, Matricule n° 9.044, classe 1899, n° 692 au recrutement de Saint-Brieuc (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― HAIRON Léon Louis François, né le 23 juillet 1890 à Equeurdreville (Manche), Soldat de 2e classe, Matricule n° 010.520, classe 1900, n° 977 au recrutement de Cherbourg (- d° -).
 
     ― HAMEL Jules Victor Michel, né le 24 décembre 1882 à Tourlaville (Manche), Soldat de 2e classe, Matricule n° 01.511, classe 1902-R/1904-M, n° 599 au recrutement de Cherbourg (Jug. Trib. Marseille, 13  juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― HUGRON Joseph Marie, né le 27 juin 1886 à Redon (Ille-et-Vilaine), Soldat de 2e classe, Matricule n° 04.513, classe 1906, n° 1.784 au recrutement de Rennes (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 22 août 1918).
 
     ― LALOYAU Fabien Julien, né le 12 août 1888 à Paris (XVe Arr.), Soldat de 2e classe, Matricule n° 07.560, classe 1908, n° 4.873 au recrutement de la Seine, 3e Bureau (- d° -).
 
     ― LE BIHAN Hyacinthe Marie, né le 31 janvier 1880 à Rospez (Côtes-du-Nord – aujourd’hui Côtes-d’Armor –), Soldat de 2e classe, Matricule n° 010.500, classe 1900, n° 1.241 au recrutement de Guingamp (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― LE COURTOIS Émile Pierre Paul, né le 19 mai 1874 à Notre-Dame-de-Livoye (Manche), Soldat de 2e classe, Matricule n° 015.007, classe 1894, n° 189 au recrutement de Granville (- d° -).
 
     — ROCTON Jean Marie Pascal Joseph, né le 18 décembre 1885 à Rennes (Ille-et-Vilaine) et y domicilié, Soldat de 2e classe, Matricule n° ..., classe 1905, n° ... au recrutement de ... (- d° -). [Ne figure pas dans la base « Mémoire des hommes »].
 
   ■ 13e Groupe spécial.
 
    ― PIQUET Joseph Nicolas Antoine, né le 26 janvier 1883 à Montluçon (Allier) et y domicilié, Soldat de 2e classe, Matricule n° G.O. 459, classe 1903/1899, n° 1.903 au recrutement de Montluçon (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv.1919).
 
   ■ 14e Groupe spécial.
 
     ― LUIZET Marius Antoine, né le 19 avril 1886 à Vienne (Isère), Soldat de 2e classe, Matricule n° 0.825, classe 1906, n° 529 au recrutement de Vienne (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
   ■ 139e Groupe spécial.
 
     ― MASSOULIER Clodomir Jean Joseph, né le 30 novembre 1878 à Pléaux (Cantal), Sergent, Matricule n° 9.139, classe 1898, n° 1.298 au recrutement d’Aurillac (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv.1919).
 
   ■ 16e Légion bis de gendarmerie.
 
     ― BROUSSY Marc Antoine, né le 25 mars 1873 à Floressas (Lot), Gendarme, Matricule n° 176, classe 1893, n° 1.311 au recrutement d’Agen (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― MILLIÈS Benjamin, né le 11 février 1870 à Olonzac (Hérault) et domicilié à Badens (Aude), Gendarme auxiliaire, Matricule n° 183, classe 1890, n° 714 au recrutement de Narbonne (- d ° -).
 
     ― XÉRIDAT Joseph François André, né le 5 août 1869 à Saint-André (Pyrénées-Orientales) et y domicilié, Gendarme, Matricule n° 174, classe 1889, n° 824 au recrutement de Perpignan (- d ° -).
 
   ■ 19e Légion de gendarmerie.
 
     ― MALOISEL Émile Léon, né le 10 juin 1873 à Saint-Pierre-sur-Dives (Calvados), et  domicilié à Tours (Indre-et-Loire), Gendarme, classe 1893, Matricule n° 106 au recrutement de Tours (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).    
 
   ■ 1er Régiment d’artillerie à pied.
 
     ― DEL AGUILLA José Maria, né le 30 avril 1884 à Oran (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier, Matricule n° 0.418, classe 1905, n° 101 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
     ― DUCLOS Paul Etienne, né le 26 décembre 1884 à Inkermann – aujourd’hui Oued-Rhiou – (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Soldat de 2e classe, Matricule n° 0.670, classe 1904, n° 1.118 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― GARCIA Francisco, né le 30 août 1879 à Saint-Denis-du-Sig – aujourd’hui Sig – (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier, Matricule n° 08.446, classe 1903, n° 1567 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
   ■ 8e Régiment d’artillerie d’Afrique.
 
     ― ZEBIDI Mohamed ould Bardal ould Ouabdallah ould Abdallah ould Zebidi, présumé né en 1881 à Renault – aujourd’hui Sidi-M'hamed-Benali – (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, 2e canonnier, Matricule inconnu, engagé volontaire sous le n° 173 au recrutement d’Orléansville (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 2e Régiment d’artillerie de campagne.
 
     ― BELTRAN Joseph Antoine, né le 28 février 1885 à Oran (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Brigadier, Matricule n° 017.515, classe 1905, n° 337 au recrutement d'Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
   
   ■ 19e Régiment d’artillerie de campagne.
 
     ― BOY Jean Pierre, né le 14 mai 1871 à Saint-Leu – aujourd’hui Bethioua – (Département d’Oran, Algérie), Brigadier, 73e Compagnie d'ouvriers auxiliaires indigènes, Matricule n° 22.689, classe 1891, n° 550 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 12 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― DARMON Haïem Mardochée, né le 22 avril 1883 à Oran (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier, Matricule n° 022.408, classe 1903, n° 486 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
   ■ 53e Régiment d’artillerie de campagne.
 
     ― DURAND Léon Jacques, né le 2 décembre 1888 à Saint-Leu – aujourd’hui Bethioua – (Département d’Oran, Algérie) et domicilié à Turgot – aujourd’hui Terga – (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier, Matricule n° 03.928, classe 1908, n° L. 374 au recrutement d’Alger (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 54e Régiment d’artillerie de campagne.
 
     ― SÉGURA Louis Pierre François, né le 3 octobre 1885 à Oran (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, 2e canonnier servant, Matricule n° 01.998, classe 1905, n° 385 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 22 août 1918).
 
   ■ 56e Régiment d’artillerie de campagne.
 
     ― LAJARA Joseph, né le 6 octobre 1891 à Mercier-Lacombe – aujourd’hui Sfisef – (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier conducteur, Matricule n° 4.455, classe 1912, n° 1347 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― LOPEZ Jean Miguel, né le 29 octobre 1891 à Oran (Département d’Oran, Algérie) et domicilié à Mers-el-Kébir (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier conducteur, Matricule n° 3.326, classe 1913, n° 2.535 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― OLIVARÈS Thomas, né le 7 avril 1893 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Brigadier, Matricule n° 3.317, classe 1913, n° 239 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
   ■ 88e Régiment d’artillerie de campagne.
 
     ― POTIN Victor, né le 12 mai 1893 à Oran (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Brigadier, Matricule n° 1.045, classe 1913, n° 2.579 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 118e Régiment d’artillerie de campagne.
 
     ― PÉREZ Manuel, né le 16 décembre 1888 à Oran (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier , Matricule n° 9.100, classe 1908, n° 522 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 218e Régiment d’artillerie de campagne.
 
     ― BLED Charles, né le 11 avril 1897 à Oran (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier conducteur, Matricule n° 8.220, classe 1917, n° 1.424 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― SARRET Paul Fernand, né le 30 mai 1897 à Oran (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier , Matricule n° 8.103, classe 1915/1917, n° 1.898 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).  
 
   ■ 254e Régiment d’artillerie de campagne.  
 
     — SUPERCHI Hector Marie Michel, né le 29 septembre 1891 à Agua (Italie) et domicilié à Détrie – aujourd’hui Sidi-Lhassen – (Département d’Oran, Algérie), 1er canonnier servant, Matricule n° 6.660, classe 1911, n° 1.378 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
   
   ■ 1er Régiment d’artillerie de montagne.
 
     ― PÉREZ Jacques, né le 16 avril 1889 à Pérregaux – aujourd’hui Mohammadia – (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, 1er Canonnier, Matricule n° 02.763, classe 1909, n° 929 au recrutement d'Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 71e Régiment d’artillerie lourde.
 
     ― MARTINEZ Francisco, né le 25 octobre 1891 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier , Matricule n° 01.922, classe 1901, n° 2.177 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 83e  Régiment d’artillerie lourde.
 
     — GIBOU Louis Édouard, né le 15 janvier 1892 à Tlemcen (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, 2e canonnier, Matricule n° 015.182, classe 1912, n° 1.650 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 86e Régiment d’artillerie lourde.
 
     ― ANDRÉO Joseph, né le 18 septembre 1895 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier , Matricule n° 259, classe 1915, n° 1.002 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 87e Régiment d’artillerie lourde.
 
     ― LEBHAR Félix René, né le 8 novembre 1881 à Oran (Département d’Oran, Algérie), Maréchal des logis, Matricule n° 21.028, classe 1901, n° 427 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 108e Régiment d’artillerie lourde.
 
     ― MAILHÉ Gaston Hyacinthe, né le 12 octobre 1887 à Laferrière – aujourd’hui Chaabet El Leham – (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, 2e canonnier servant, Matricule n° 08.109, classe 1907, n° 1.494 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
    ■ 116e Régiment d’artillerie lourde.
 
     ― BARDON Charles, né le 12 octobre 1885 à Oran (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier servant, Matricule n° 04.767, classe 1905, n° 860 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     • Inscrit à titre posthume au tableau spécial de la Médaille militaire (Arr. 19 oct. 1919, J.O. 12 févr. 1920, p. 2.268).
 
                                          http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/BARDOU%20Charles%20-%20Médaille%20militaire1..jpg
 
 
   ■ 281e Régiment d’artillerie lourde à tracteurs.
 
     ― COHEN Ruben, né le 3 mars 1894 à Oran (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier servant, Matricule n° 9.161, classe 1917, n° 2.551 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 2e Régiment de chasseurs d’Afrique.
 
     ― BERNARD Léon, né le 1er avril 1891 à Saint-Étienne (Loire), Soldat de 2 classe, Matricule n° 976, classe 1911, n° 1.766 au recrutement de Saint-Étienne (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).  
 
     ― BERTHOU Jean François, né le 28 avril 1892 à Ploujean (Finistère), Soldat de 1re classe, Matricule n° 2.616, classe 1912, n° L. m. 25 au recrutement de Brest (-d° -).
 
     ― JUMILLE Angel, né le 26 juin 1885 à Bou-Tlelis (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe (détaché pour l’encadrement des troupes marocaines), Matricule n° 05.015, classe 1906, n° 796 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).  
 
     ― TOURNAIRE Pierre Marius, né le 2 juin 1890 aux Noës (Loire), Soldat de 1re classe, Matricule n° 2.169, classe 1910, n° 208 au recrutement de Roanne (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 6e Régiment de chasseurs d’Afrique.
 
     ― DURANSEAU Gaston, né le 16 janvier 1886 à Aïn-el-Hadjar (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Maréchal des logis, Matricule n° 0.106, classe 1906, n° 2.090 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     POURCI Santin, né le 8 août 1887 à Misserghin (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 0.846, classe 1907, n° 1.061 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).  
 
     ― RIOZ Jules Georges, né le 22 août 1886 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie) et domicilié à Bou Thelis (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 1re classe, Matricule n° 0166, classe 1906, n° 390 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 12e Régiment de dragons.  
 
     ― CERDAN Antonio, né le 16 janvier 1888 à Saint-Denis-du-Sig – aujourd’hui Sig – (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 873 bis, classe 1909, n° 915 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13  juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 13e Régiment de dragons.
 
     ― SANCHEZ Domingo, né le 15 mai 1892 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 4.148, classe 1913, n° 127 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
   ■ 1er Régiment de hussards.
 
     ― ESPAGNA Diégo, né le 29 décembre 1890 à Legrand – aujourd’hui Ben-Fercha – (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 1.842, classe 1911, n° 921 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13  juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 1e Régiment de marche d’Afrique ~ Bataillon de la Légion étrangère.
 
     ― ALBAGLI Jouda, né le 4 février 1891 à Aïdin (Turquie), Soldat de 2e  classe, Bataillon léger, Matricule n° 18.476, classe 1914, n° L.m. 4.033 au recrutement de la Seine, Bureau central  (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― ARTEL Max Jules, né le 30 mai 1892 à Vienne (Autriche), Caporal, Matricule n° 27.085, classe 1914, n° L.m. 386 au recrutement de la Seine, Bureau central (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
   ■ 2e Régiment de marche d’Afrique.
 
     ― CRUZ Julio Antonio, né le 16 mai 1882 à Macael (Ameria, Espagne), Soldat de 2e classe, Matricule n° 014.375, classe 1902, n° 2.068 au recrutement d'Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
   ■ 1er Régiment de marche de la Légion étrangère.
 
     ― KHAZNADAR Hamida, né le 2 février 1876 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule inconnu, engagé volontaire en 1912 au recrutement de Sidi-Bel-Abbès (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     — ORLANDI Louis Julien, né le 24 décembre 1896 à Paris (XIIe Arr.), Soldat de 2e classe, Matricule n° 26.89, engagé volontaire en 1914, n° L. M. 33 au recrutement de Saint-Brieuc (-d° -).
 
     — ZERLAUDT Louis Eugène, né le 22 septembre 1884 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), Caporal, Matricule n° 21.248, classe 1904, n° 260 au recrutement de Nancy-Nord (Jug. Trib. Marseille, 13  juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).    
 
     • Inscrit à titre posthume au tableau spécial de la Médaille militaire (J.O. 1er juin 1922, p. 2.297).
 
 
   ■ 2e Régiment de marche de la Légion étrangère.
 
     ― BERNARDI Joseph Victor, né le 25 mars 1868 à Rovereti (Autriche), Soldat de 1re classe, Matricule n° 2.030, engagé volontaire en 1914, n° L.M. 163 au recrutement de Périgueux (Jug. Trib. Marseille, 30 juil. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― HIRSCHL Siegfried, né le 1er juillet 1886 à Grésine (Autriche) et domicilié à Paris, au 14, rue du Mail, Soldat de 2e classe, Matricule n° 20.157, engagé volontaire en 1914, n° L. m. 70 au recrutement de Granville (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
   ■ 2e Régiment de marche de tirailleurs.
 
     — AÏTAKIL Laïfa, présumé né en 1894 à la commune mixte du Djurdjura (Département d’Alger, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 20.584, classe 1915, n° 1.164 en un lieu de recrutement inconnu (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
     ― AYAD Mohamed ould Adda, né le 12 avril 1896 à Oued Mebbouk, commune mixte de Mekerra (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 21.936, classe 1916, n° 188 au recrutement d’Oran (- d ° -).  
 
     ― BELGUERDI Belkacem, présumé né en 1895 à Gherghad Ould Mellah (Département d’Alger, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 25.989, classe 1915, n° 1.302 en un lieu de recrutement inconnu (- d ° -).
 
     ― DEHIMI Abdelkader ben Mekki, présumé né en 1897 au douar Magra à Barika (Département de Constantine, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 26.250, classe 1917, n° 13.801 au recrutement de Constantine (- d ° -).
 
     ― DEKHAR ABDELKADER ben Adda ben Larbi, présumé né en 1885 à Ouled-Defelten (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 6.292, classe , n° et lieu de lieu de recrutement inconnu (Jug. Trib. Marseille, 3 déc. 1924, transcrit à Marseille le 8 janv. 1925).    
 
     ― DRIS Habib Ould Belgacem, présumé né en 1888 à Saint-Denis-du-Sig – aujourd’hui Sig – (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 13.549, engagé volontaire en 1915 en un lieu de recrutement inconnu (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
     • Inscrit à titre posthume au tableau spécial de la Médaille militaire (J.O. 1er août 1922, p. 3.032).
 
                                       http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/DRIS%20Habib%20-%20Medjerda..jpg
 
 
     ― HABIB Merouane ben Tayeb, présumé né en 1878 à Ouled-Arbia, commune de Montenotte – aujourd’hui Sidi-Akkacha – (Département d’Alger, Algérie), Caporal, Matricule n° 12.558, engagé volontaire en 1905 au recrutement de Ténès (- d ° -).
 
     ― HEDJAZI Mohamed ben Tayeb, présumé né en 1897 à Kheuchela (Département de Constantine, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 26.252, classe 1917, n° 13.787 en un lieu de recrutement inconnu (- d ° -).
 
     ― KHENCHALI Badaoui ben Amhed, présumé né en 1897 au douar Marcouda ben Belezma (Département de Constantine, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 26.181, classe 1917, n° 10.130 au recrutement de Constantine (- d ° -).
 
     ― MADJOUR Mohammed ben Mohammed, né le 22 novembre 1897 au douar Yaskrem, commune de Bou-Djemaa (Département d’Alger, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 25.194, classe 1917, n° 9.917 au recrutement d’Alger (- d ° -).
 
     ― MAKROUB Mohammed, né le 5 mars 1896 à Béni-Bou-Khanous, commune mixte de Chéliff (Département d’Alger, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 21.700, classe 1916, n° 916 au recrutement d’Alger (- d ° -).
 
     ― MEROUANI Aïssa ben Hammou, né le 28 mars 1897 au douar M’eil (Département de Constantine, Algérie) et domicilié à Belezma (Département de Constantine, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 26.186, classe 1916, n° 7.810 au recrutement de Constantine (- d ° -).
 
     ― MIR Benaouda ben Mohammed, présumé né en 1895 à Ould-Fadda (Département d’Alger, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 18.232, classe 1915, n° 429 au recrutement d’Alger (- d ° -).
 
     ― NAMANE Kaci ben Belkhir, né le 18 mars 1893 au douar Ogdal, commune mixte du Djurdjura (Département d’Alger, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 22.046, classe 1916, n° 672 en un lieu de recrutement inconnu (- d ° -).
 
     ― ROS Michel, né le 21 septembre 1886 à Arzew (Département d’Oran, Algérie), Caporal, Matricule n° 07.143, classe 1907, n° 188 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― SELAOUI Belkacem ben Mohamed, présumé né en 1897 au douar Ouldjia (Département de Constantine, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 26.251, classe 1917, n° 1.795 au recrutement de Constantine (- d ° -).
 
     ― TAÏBA Tahar ben Messaoud, présumé né en 1897 au douar Ouldja-Chechar, commune mixte de Kheuchela (Département de Constantine, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 26.254, classe 1917, n° 13.794 au recrutement de Constantine (- d ° -).
 
     ― TAHARI Abdelkader, présumé né en 1895 au douar Guerboussa, commune mixte de Chéliff (Département d’Alger, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 22.193, classe 1915, n° 1.280 en un lieu de recrutement inconnu (- d ° -).
 
     ― ZERROUCHI Kaddour ben Kaddour, présumé né en 1886 à M’Zila, commune de Cassaigne (Département d’Oran, Algérie), Caporal, Matricule n° 15.170, engagé volontaire au recrutement de Mostaganem (- d ° -).
 
   ■ 3e Régiment de marche de tirailleurs.
 
     — BARKA ben Amhed, présumé né en 1887 à Goléa (Cercle de Gao, Soudan – aujourd’hui Mali –), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 17.161, classe 1915, n° inconnu au recrutement de Goléa (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).          
       
   ■ 6e Régiment de marche de tirailleurs.
 
      — ABDELKADER Ould Maamar, né le 12 novembre 1893 à Saïda (Département d'Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 2.585, classe 1912, n° 2 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).  
 
     — ABED Kaddour ould Sahraoui, né le 27 septembre 1894 au douar-commune El-Bordj, commune mixte de Cachérou (Département d'Oran, Algérie), Tirailleur de 1re classe, Matricule n° 6.298, classe 1913, n° 222 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     — ACI Ali ould Kaddour ould Moktar, présumé né en 1889 à Tiaret (Département d'Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 1.142, engagé volontaire le 10 décembre 1910 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― AHMED ben Mohamed, présumé né en 1890 à Sidi Ahmed (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 10.236, engagé volontaire le 16 janvier 1915 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     — ARABI Ali ben Hadj, présumé né en 1897 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 13.171, engagé volontaire le 15 février 1916 au recrutement d’Oran (- d ° -).    
 
     ― ATTAF Mohamed, présumé né en 1893 à Saïda (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 13.008, engagé volontaire le 1er février 1916 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― BENAYAD Ouadah ould Maloud, présumé né en 1891 dans la commune mixte d’Ammi-Moussa (Département d’Oran, Algérie), Caporal, Matricule n° 1.460, engagé volontaire le 21 janvier 1911 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     — BENCHIKHA Chadli ben Abdelkader, présumé né en 1893 dans la commune mixte d’Ammi-Moussa (Département d’Oran, Algérie), Caporal, Matricule n° 4.586, engagé volontaire le 18 septembre 1913 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― BENKHADDA Abdellah, présumé né en 1896 à Aïn-Témouchent (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Bataillon d’instruction de Seine-et-Marne, Matricule n° 12.976, engagé volontaire le 29 janvier 1916 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     — BENSACI Kaddour ould Ahmed, présumé né en 1894 dans la commune mixte de Zémmora (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 12.852, engagé volontaire le ... au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― BEN ZINATI Abdelkader, présumé né en 1888 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 14.874, engagé volontaire le 18 mars 1916 au recrutement d’Oran (- d ° -).
   
     ― BOUYAKOUB Abdelkader, né le 8 avril 1899 à Sidi-Chami (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 13.115, engagé volontaire le 12 février 1916 au recrutement d’Oran (- d ° -).  
 
     ― CHIKH ben Dahmani, présumé né en 1896 au douar Mégan, commune de Mécheria (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 13.273, engagé volontaire le 15 février 1916 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― DAHMANI Dahmane, présumé né en 1894 à Saïda (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Bataillon d’instruction de Seine-et-Marne, Matricule n° 9.907, engagé volontaire le 31 décembre 1914 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― DJABER Ali ben Mohamed, présumé né en 1888 à Mascara (Département d’Oran, Algérie) et domicilié à Saïda (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Bataillon d’instruction de Seine-et-Marne, Matricule n° 7.550, engagé volontaire le 13 septembre 1914 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― FELLAG Abdelkader ould Atmane, présumé né en 1896 à Dalikat (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 8.695, engagé volontaire le 19 décembre 1914 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― LAHSEN Mohamed ould Abdeka, présumé né en 1895 à Saint-Denis-du-Sig – aujourd’hui Sig – (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Bataillon d’instruction de Seine-et-Marne, Matricule n° 13.916, engagé volontaire le 8 mars 1916 au recrutement d’Oran (- d ° -).  
 
     ― LAKDAR ould Mohamed, présumé né en 1891 à Maachat (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 9.344, engagé volontaire le 26 décembre 1914 au recrutement de Mecheria (- d ° -).      
 
     ― LARBI Ahmed ben Larbi ben Mohamed, présumé né en 1876 à Mascara (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Tirailleur de 1re classe, Bataillon d’instruction de Seine-et-Marne, Matricule n° 5.193, engagé volontaire le 23 janvier 1899 au recrutement d’Oran (- d °-).  
 
     — MARQUETOUT Gabriel Léonard, né le 11 novembre 1899 à Limoges (Haute-Vienne), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 3.928, classe 1912, n° 926 au recrutement de Limoges (- d ° -).  
 
     ― MAZOUZI Bensaïd, présumé né en 1891 au Télagh (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 4.969, engagé volontaire le 24 avril 1917 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 juin 1918).
 
     ― MIMOUNI Addelkader ould Abdelkader, présumé né en 1893 dans la tribu d’Ouled-Amara, commune mixte de Bou-Saâda (Département d’Alger, Algérie) et y domicilié, Tirailleur de 2e classe, Bataillon d’instruction de Seine-et-Marne, Matricule n° 13.747, engagé volontaire le 28 février 1917 au recrutement d’Oran (- d °-).    
 
     ― MOSTÉFAOUI Abdelkader ould Kaddour, présumé né en 1880 à Tiaret (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 7.819, engagé volontaire le 14 novembre 1914 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― NACER Ould Mohamed, présumé né en 1894 sur le territoire de la commune mixte de Freuda (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Bataillon d’instruction de Seine-et-Marne, Matricule n° 6.643, classe 1913, n° 281 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― OUDDANE Mahi Ould Benaïssa, présumé né en 1893 à Dehairia (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule inconnu et classe inconnus, n° 360 N. en un lieu de recrutement inconnu (Jug. Trib. Marseille, 22 déc. 1925, transcrit à Marseille le 22 avr. 1927).  
 
     — RAMDANE ould Lakhdar, présumé né en 1896 à Aïn-Kerma (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, n° 13.272, engagé volontaire le 1er février 1916 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).  
 
     — SELINE ould Mohamed, né le 25 septembre 1899 au douar Aïn-Cheurfa, commune de Saint-Lucien – aujourd’hui Zahana – (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, n° 13.359, classe inconnue, n° inconnu au recrutement de Tlemcen (- d ° -).
 
     ― ZINE Abdelkader ben Sarochoui, présumé né en 1890 à Tiaret (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 14.799, engagé volontaire le 17 mars 1916 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).  
 
   ■ 9e Régiment de marche de tirailleurs.
 
     ― FLEURY Léon Justin Pierre, né le 8 août 1896 à Inkermann – aujourd’hui Oued-Rhiou – (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 12.359, classe 1916, n° 734 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 30 juil. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― MARTINET Camille René, né le 6 avril 1896 à Saint-Louis – aujourd’hui Boufatis – (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Sous-lieutenant, Matricule n° 6.302, classe 1916, n° 1.034 au recrutement d’Oran [i(- d° -)][/i].
 
     ― OURAD ben Ali, présumé né en 1884 à Saint-Lucien – aujourd’hui Zahana – (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 6.687, engagé volontaire le 21 octobre 1914 en un lieu de recrutement inconnu (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
     ― PASQUIER Henri Jean Ernest, né le 22 juin 1887 à "Maingot" (Vendée), Sergent, Matricule n° 03.579, classe 1907, n° 1.480 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― PÉNÉ Jean Louis, né le 13 juin 1888 à Saint-Sever (Hautes-Pyrénées), Soldat de 2e classe, Matricule n° 04.053, classe 1908, n° 2.065 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 30 juil. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― PÉREZ Sylvain Gabriel Francis Marius, né le 6 juin 1893 à Rivoli – aujourd’hui Hassi-Mammèche –  (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Soldat de 2e classe, Matricule n° 2.415, engagé volontaire le 28 septembre 1915, n° 963 au recrutement de … (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― ROQUEFÉRÉ Augustin Pierre, né le 19 février 1896 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Soldat de 2e classe, Matricule n° 12.363, classe 1916, n° 1.659 au recrutement d’Oran (- d ° -).      
     
   ■ 1er Régiment de marche de zouaves.  
 
     ― DIAS Joaquin, né le 27 août 1891 à Sig (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Soldat de 2e classe, Matricule n° 10.238, classe 1912, n° 2.188 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― HERNANDEZ José Antonio, né le 16 avril 1891 à Telagh (Département d’Oran, Algérie) et domicilié à Oran (Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 18.854, classe 1912, n° 1.500 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).  
 
   ■ 2e Régiment de marche de zouaves.
 
     ― DARRAS André Eugène, né le 9 décembre 1888 à Amiens (Somme), Soldat de 2e classe, Dépôt d’Oran, Matricule n° 017.947 ter, classe 1908, n° 1.800 au recrutement d’Amiens (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― MARCIANO Salomon, né le 13 septembre 1883 à Nedroma (Département d’Oran, Algérie) et domicilié à Nemours (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 1re classe, Dépôt d’Oran, Matricule n° 01.475, classe 1903, n° 975 au recrutement d’Oran (- d ° -).  
 
     ― RAGONNET Edmond Joseph, né le 29 mars 1890 à Sidi-Chami (Département d’Oran, Algérie), Caporal (Détaché pour l’encadrement des tirailleurs marocains), Matricule n° 05.164 bis, classe 1910, n° 808 au recrutement d’Oran (- d ° -)
 
   ■ 2e bis Régiment de marche de zouaves d’Orient.  
 
     ― CHESNEL Adrien Léon Joseph, né le 13 mars 1885 à Yvrandes (Orne), Soldat de 2e classe, Matricule n° 018.688, classe 1905, n° 137 au recrutement d’Argentan (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― FULLANA Vincent, né le 26 avril 1895 à Oran (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 02.519, classe 1906, n° 182 au recrutement d’Oran (- d ° -)
 
     ― GIROU Jean Joseph, né le 23 septembre 1891 à Cancon (Lot-et-Garonne) et y domicilié, Adjudant, Matricule n° 8.609, classe 1911, n° 949 au recrutement de Marmande (- d ° -).    
 
     ― SCHMITT Célestin, né le 27 septembre 1887 à Baudens – aujourd’hui Belarbi – (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 03.303 bis, classe 1907, n° 1.550 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
   ■ 3e Régiment de marche de zouaves.
 
     ― MARTY Jean Baptiste Georges, né le 20 octobre 1874 à Bergerac (Dordogne) et domicilié à Oran (Département d’Oran, Algérie), Sergent-major, Matricule n° 514, classe 1893~1894, n° 1.206 au recrutement de Périgueux (- d ° -).      
 
     ― ALIBERT Denis François, né le 23 octobre 1886 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 0.545, classe 1906, n° 1.358 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― ESCOLAR Jean Antoine, né le 27 juillet 1895 à Mostaganem (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Soldat de 2e classe, Matricule n° 19.538, classe 1916, n° 902 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
 
   [à suivre]

n°39394
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 06-03-2014 à 23:05:56  profilanswer
 


   [suite]
 
 
   ■ 4e Régiment de marche de zouaves.  
 
     ― AMY Lucien Théophile Désiré, né le 22 janvier 1892 à Loon-Plage (Nord), Soldat de 2e classe, Matricule n° 34.396, classe 1912, n° 1.767 au recrutement de Dunkerque (Jug. Trib. Marseille, 20 juil. 1918, transcrit à Marseille le 25 sept. 1918).
 
     ― BEAUFUMÉ Henri Baptiste, né le 23 juin  1893 à Sainte-Maure-de-Touraine (Indre-et-Loire), Soldat de 2e classe, Matricule n° 13.223, classe 1913, n° 791 au recrutement de Châtellerault (Jug. Trib. Marseille, 30 juil. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).  
 
     ― CANTAT Joseph, né le 14 février 1892 à Dompierre (Allier), Soldat de 2e classe, Matricule n° 24.228, classe 1912, n° 409 au recrutement de Montluçon (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
     ― CHASSAIN Henry René, né le 3 mai 1893 à Paizay-Naudouin (Charente), Soldat de 2e classe, Matricule n° 23.942, classe 1913, n° 267 au recrutement d’Angoulême (- d ° -).
 
     ― JOUBERT Eugène, né le 7 juin 1879 à Orléansville – aujourd’hui Chlef – (Département d’Alger, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 05.824, classe 1899, sans n° au recrutement d’Oran (- d ° -).  
 
     ― MAILLOT François Georges, né le 3 décembre 1891 à Breteuil-sur-Iton (Eure), Soldat de 1re classe, Matricule n° 24.148, classe 1911, n° 1.802 au recrutement d’Amiens (- d °-).      
 
     ― NARRO Francisco, né le 28 janvier 1880 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Soldat de 2e classe, Matricule n° 011.144, classe 1901, n° 1.607 au recrutement d’Oran (- d °-).
 
     ― PAUL Jules, né le 2 février 1894 à La Sentinelle (Nord), Soldat de 2e classe, Matricule n° 25.983, classe 1914 – engagé volontaire en 1913 –, n° L.m. 107 au recrutement de Valencienne (- d °-).
 
     ― PEYRUQUEOU Raymond Joseph Raphaël, né le 19 décembre 1896 à Saint-Sever (Landes) et y domicilié, Soldat de 2e classe, Matricule n° 21.765, classe 1916, n° 32 au recrutement de Casablanca (- d ° -).
 
     ― RONZIER Louis Urbain, né le 25 mai 1891 à Bessan (Hérault), Soldat de 2e classe, Matricule n° 24.241, classe 1911, n° 1.175 au recrutement de Marseille (Jug. Trib. Marseille, 30 juil. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).  
 
     ― SCOTÉ Marcel Armand Léon, né le 11 décembre 1894 à Abbeville (Somme) et domicilié à Buigny-L’Abbé (Somme), Soldat de 2e classe, Matricule n° 33.826, classe 1914, n° 904 au recrutement d’Abbeville (- d ° -).
 
   ■ 2e Régiment de spahis.  
 
     ― CHAÏBI Mostéfa, né en 1896 à Oran (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 2.528, classe 1914, n° 2.528 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― RUIZ Jean Gil, né le 1er septembre 1894 à Misserghin (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 782, classe 1914, n° 272 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
   ■ 4e Régiment de spahis tunisiens.
 
     ― YGON Isidore Jean Baptiste, né le 14 mai 1894 à Albezan (Lozère), Soldat de 2e classe, Matricule n° 3.397, classe 1914, n° 851 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Mar-seille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
   ■ 5e Régiment de spahis.
 
     ― BÉNARD Henri Robert, né le 7 août 1894 à Cruzy-le-Châtel (Yonne), Brigadier, Matricule n° 56, classe 1914, n° 417 au recrutement de Sens (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     • Inscrit à titre posthume au tableau spécial de la Médaille militaire (D. 24 mars 1920, J.O. 12 mai 1920, p. 7.167).
 
                                            http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/BENARD%20Henri%20Robert%20-%20Medjerda%20-%20M.M..jpg    
 
     ― NOVELLA Ange Marie, né le 17 août 1896 à Vescovato (Corse), Soldat de 1re classe, Matricule n° 253, classe 1916, engagé volontaire en 1914, n° 1.965 au recrutement d’Ajaccio (- d °-).
 
   ■ 9e Régiment d’infanterie.
 
     ― BROTONS Francisco, né le 27 décembre 1891 à Sainte-Barbe-du-Tlélat – aujourd’hui Tlélat – (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e  classe, Matricule n° 4.669, classe 1912, n° 2.212 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― CERVANTÈS Pierre Pascal, né le 24 octobre 1891 à Assiben-Okba (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 4.694, classe 1912, n° 175 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 24 déc. 1919, transcrit à Marseille le 13 févr.1920).
 
     • Inscrit à titre posthume au tableau spécial de la Médaille militaire (J.O. 9 juill. 1919, p. 7.051).
 
                                           http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/CERVANTES%20Pierre%20-%20Medjerda%20-%20M.M..jpg
 
   ■ 10e Régiment d’infanterie.
 
     ― HOFFMANN Joseph, né le 25 février 1888 à Aïn-Fékan, commune mixte de Mascara (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Soldat de 2e classe, Matricule n° 019.367, classe 1905, n° 1.317 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 30 juil. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
   ■ 40e Régiment d’infanterie.
 
     ― SOROCHE Agustin, né le 7 février 1890 à Aïn-El-Hadjar (Département d’Oran, Algérie) et domicilié Tiaret (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 1.347, classe 1911, n° 2.325 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov.1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
   ■ 45e Régiment d’infanterie.
 
     ― FRIANT Émile, né le 9 août 1870 à Villers-Bretonneux (Somme), Soldat de 2e classe, Matricule n° 1.037, classe 1900, n° 489 au recrutement d’Amiens (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― LAVIALLE Georges Jean Joseph, né le 26 octobre 1878 à Laifour (Ardennes) et domicilié à Charleville-Mézières (Ardennes), Soldat de 2e classe, Matricule n° 1.395, classe 1899, n° 1.529 au recrutement de Mézières (- d °-).
 
     ― RABOT Julien Guillaume, né le 25 août 1879 à Paris (Xe Arr.) et domicilié à Paris (XIXe Arr.), Soldat de 2e classe, Matricule n° 1.419, classe 1899, n° 3.011 au recrutement de la Seine, 1er Bureau (- d °-).
 
     ― THIRY Barnabé, né le 31 août 1879 à Paris (XXe Arr.), Soldat de 2e classe, Matricule n° 1.396, classe 1899, n° 3.605 au recrutement de la Seine, 2e Bureau (- d °-).
 
   ■ 55e Régiment d’infanterie.
     
     ― SEBBAN Salomon, né le 22 septembre 1897 à Marmia (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 15.266, classe 1917, n° 1.073 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
   ■ 58e Régiment d’infanterie.
 
     ― AMOYEL Joseph, né le 15 avril 1874 Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 2.307 bis, classe 1894, n° 1.238 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).      
 
   ■ 63e Régiment d’infanterie.
     
     ― LOZANO José, né le 19 novembre 1884 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 118.426, classe 1904, n° 2.225 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 65e Régiment d’infanterie.
 
     ― PALLARY Joseph Acisole, né le 13 juin 1893 à Oran (Département d’Oran, Algérie), Caporal, Matricule n° 11.453, classe 1913, n° 2.339 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
   ■ 83e Régiment d’infanterie.
 
     ― DOMENECH Joseph, né le 8 novembre 1891 à Oran (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 8.820, classe 1911, n° 248 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― LANG Auguste, né le 30 septembre 1891 à Blad-Taouria (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 3.972, classe 1911, n° 2.312 au recrutement d’Oran (- d °-).
 
   ■ 88e Régiment d’infanterie.
 
     ― BELAMICH MESSAOUD Prosper, né le 30 juin 1897 à Oran (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 13.673, classe 1917, n° 1.370 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 106e Régiment d’infanterie.
 
     — RUAUD Abel Marie, né le 10 avril 1879 à Ploërmel (Morbihan) et domicilié à Paris (IVe Arr.), Soldat de 2e classe, Matricule n° 3.871 bis, classe 1899, n° 572 au recrutement de la Seine, 6e Bureau (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 108e Régiment d’infanterie.
 
     ― EL SAÏR Aäron, né le 28 octobre 1891 à Tlemcen (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 14.541, classe 1911, n° 1.638 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 111e Régiment d’infanterie.
 
     ― MÉDIONI Joseph, né le 7 juillet 1896 à Tlemcen (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 13.960, classe 1916, n° 212 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 115e Régiment d’infanterie.
 
      ― LOPEZ Vincent, né le 30 janvier 1891 à Oran (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Soldat de 2e classe, Matricule n° 16.039, classe 1911, n° 756 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
   ■ 118e Régiment d’infanterie.
 
     ― SARADA Simon, né le 5 avril 1897 à Rélizanne (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 11.335, classe 1917, n° 611 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille,13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 139e Régiment d’infanterie.
 
     ― GUILLAUME Ernest, né le 9 mai 1885 à Boulogne-sur-Seine – aujourd’hui Boulogne-Billancourt – (Seine – aujourd’hui Hauts-de-Seine –), Adjudant, Matricule inconnu, classe 1905, n° 823 au recrutement de Montluçon (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
   ■ 144e Régiment d’infanterie.
 
     ― PASCAL Victor Laurent, né le 10 août 1884 à Mascara (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 026.079 bis, classe 1904, n° 1.239 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― PISANA François Jean Antoine, né le 11 septembre 1892 à Oran (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 6.726, classe 1914, n° 599 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
   ■ 150e Régiment d’infanterie.
 
     ― GÉREZ Henri, né le 15 octobre 1891 à Saint-Leu – aujourd’hui Bethioua – (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 19.019, classe 1911, n° 1.817 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 152e Régiment d’infanterie.
 
     ― PELLERIN Jean Albert, né le 16 avril 1891 à Courbevoie (Seine – aujourd’hui Hauts-de-Seine –), Soldat de 2e classe, Matricule n° 011.255, classe 1911/1908, n° L.M. 373 au recrutement de la Seine, 3e Bureau (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 158e Régiment d’infanterie.
 
     ― ADER Joseph Marius Henri, né le 21 mars 1890 à Orbessan (Gers), Soldat de 2e classe, Matricule n° 014.590, classe 1910, n° 126 au recrutement de Mirande (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― CHARBIT Salomon, né le 28 février 1885 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), Caporal, Matricule n° 014.904, classe 1905, n° 1.749 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
   ■ 159e Régiment d’infanterie.
 
     ― ESCAMEZ Antonio, né le 19 mai 1892 à Sainte-Barbe-du-Tlélat – aujourd’hui Tlélat – (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Soldat de 2e classe, Matricule n° 14.315, classe 1912, n° 2.216 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 245e Régiment d’infanterie.
 
     ― MONNEHAYE Joseph François, né le 6 juin 1876 à Sully (Oise), Soldat de 2e classe, Matricule n° 906, classe 1890, n° 621 au recrutement de Beauvais (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 315e Régiment d’infanterie.
 
     ― DRAN Abraham Edmond, né le 16 février 1897 à Relizane (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 13.368, classe 1917, n° 624 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 417e Régiment d’infanterie.
 
     ― YVARS Adolphe, né le 3 novembre 1890 à Oran (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 10.447, classe 1911, n° 702 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 1er Régiment d’infanterie coloniale.
 
     ― EL MALECK Abraham Albert, né le 2 avril 1892 à Saint-Denis-du-Sig – aujourd’hui Sig – (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 13.951, classe 1912, n° 260 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 27 août 1918).
 
     • Inscrit à titre posthume au tableau spécial de la Médaille militaire (J.O. 1er juin 1922, p. 2.298).
 
 
   ■ 3e Régiment d’infanterie coloniale.
 
     ― BERNHARD Paul Gustave, né le 14 mars 1882 à Strasbourg (Bas-Rhin), Caporal, Matricule n° …/2.589, classe 1902, n° L. M. 37 au recrutement de Versailles (Jug. Trib. Marseille, 30  juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
   ■ 54e Régiment d’infanterie coloniale.
 
     ― MARTINEZ Jean, né le 7 juin 1883 à Saïda (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 02.848, classe 1903, n° 1.750 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
   ■ 9e Régiment d’infanterie territoriale.
 
     — PESTEL Émile Édouard, né le 31 août 1881 à Soissons (Aisne), Soldat de 2e classe, Matricule n° 12.507, classe 1901, n° 235 au recrutement de Soissons (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 55e Régiment d’infanterie territoriale.
 
     ― CAMPELLO Diégo Luis, né le 22 février 1876 à Saint-Denis-du-Sig – aujourd’hui Sig – (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 18.188, classe 1896, n° 586 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
   ■ 73e Régiment d’infanterie territoriale.
 
     — LE POTTIER Georges Léon, né le 26 septembre 1886 à Chartres (Eure-et-Loir), Soldat de 2e classe, Matricule n° 01.551, classe 1906, n° 200 au recrutement de Dreux (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 111e Régiment d’infanterie territoriale.
 
     ― PARRA François Lucien, né le 20 octobre 1893 à Chanzy – aujourd’hui Sidi-Ali-Benyoub – (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 13.997, classe 1913/1917, n° 2.355 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 113e Régiment d’infanterie territoriale.
 
     ― CONDRILLIER Marius Victor, né le 16 août 1877 à Hyères (Var), Soldat de 2e classe, Matricule n° 6.941, classe 1897, n° 18 au recrutement de Toulon (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― GARNIER Paul Alexis, né le 17 juillet 1878 à Cotignac (Var) et domicilié à Puget-sur-Argens (Var), Soldat de 2e classe, Matricule n° 626, classe 1893, n° inconnu au recrutement de Toulon (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― GAZZANO Paul, né le 2 février 1879 à Aubagne (Bouches-du-Rhône), Soldat de 2e classe, Matricule n° 3.609, classe 1895, n° 1.112 au recrutement de Toulon (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 13 août 1918).
 
     ― MISTRE Jean Baptiste Frédéric, né le 11 octobre 1879 à La Crau (Var) et domicilié à Puget-sur-Argens (Var), Soldat de 2e classe, Matricule n° 9.467, classe 1899, n° 1.746 au recrutement de Toulon (- d ° -).
 
   ■ 114e Régiment d’infanterie territoriale.
 
     ― AYMES Jules Jean Baptiste, né le 16 juin 1874 à Bras-d’Asse (Basses-Alpes – aujourd’hui Alpes-de-Haute-Provence –), Matricule n° 2.232, classe 1894, n° 324 au recrutement de Digne-les-Bains (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― CAUDIN Jacques Camille, né le 2 janvier 1873 à Marseille (Bouches-du-Rhône), Soldat de 2e classe, Matricule n° 941, classe 1893, n° 2.108 au recrutement de Marseille (- d ° -).
 
     ― CIARLET Joseph Antoine, né le 16 janvier 1879 à Lantosque (Alpes-Maritimes), Soldat de 2e classe, Matricule n° 14.774, classe 1899, n° 1.461 au recrutement de Nice (- d ° -).
 
     ― PONS Jean Louis, né le 11 juin 1879 à Cannes (Alpes-Maritimes) et y domicilié, Villa Masque de fer, Sergent major, Matricule n° 14.140, classe 1899, n° 675 au recrutement de Nice (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
     ― SIMON Léon Marius, né le 14 juin 1873 à Tourves (Var), Soldat de 2e classe, Matricule n° 1.016, classe 1893, n° 1.308 au recrutement de Toulon (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).  
 
     ― ZIGLIARA François, né le 15 avril 1875 à Ajaccio (Corse) et domicilié à Marseille (Bouches-du-Rhône), Matricule n° 3.769, classe 1895, n° 1.330 au recrutement de Marseille (- d ° -)..
 
   ■ 139e Régiment d’infanterie territoriale.
 
     — PILLET Jacques Alfred, né le 4 mai 1880 à Saint-Hilaire-de-la-Noaille (Gironde) et domicilié à La Réole (- d° -), Soldat de 2e classe, Matricule n° 6.359, classe 1899, n° L.M. 17 au recrutement de Libourne (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     • Inscrit à titre posthume au tableau spécial de la Médaille militaire (J.O. 1er août 1922, p. 2.912).
 
                                            http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/PILLET%20Jacques%20Alfred%20-%20Medjerda%20-%20M.M..jpg
 
   ■ 1e Régiment du génie.
 
     ― BECK Raymond François Marcel, né le 5 janvier 1895 à Mascara (Département d’Oran, Algérie), Sapeur de 1re classe, Matricule n° 19.142, classe 1915, n° 2.200 au recrutement d'Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
     ― DJELTI ben Arif ben Attalah, né en 1892 à Yagoub Ghéraba, commune d’Aflou (Département d’Oran, Algérie), Sapeur de 2e classe, Compagnie K./3, Matricule n° 4.024, classe 1916, n° inconnu au recrutement d’Oran (- d ° -).  
 
     ― BOTELLA Gayetano Alberto, né le 18 décembre 1892 à Oran (Département d’Oran, Algérie), Sapeur de 2e classe, Matricule n° 33.954, classe 1915, n° 2.270 au recrutement d'Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
     ― GOSALBÈS Jean Jacques, né le 22 novembre 1889 à Oran (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Sapeur de 2e  classe, Matricule n° 05.310, classe 1909, n° 603 au recrutement d'Oran (- d ° -).
 
   ■ 2e Régiment du génie.
 
     ― DELILLE Pierre, né le 25 août 1882 à Portets (Gironde), Sapeur de 2e classe, Compagnie 26/6/m, Matricule n° 016.913, classe 1902, n° 851 au recrutement de Bordeaux (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― DRISS Mohamed Ould Larbi, présumé né en 1878 au Douar Thabet, commune de Saïda (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Sapeur de 2e classe, Compagnie K./3, Matricule n° 1.749, classe 1914, n° inconnu au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― VEZY Gabriel Louis, né le 1er juin 1892 à Tlemcen (Département d’Oran, Algérie) et domicilié à Bérégoux (Département d’Oran, Algérie), Caporal, Compagnie D./27, Matricule n° 8971, classe 1912, n° 3.162 au recrutement de Mascara (- d ° -).
 
     ― ZEGHICHE Abdelkader ould Kaddour, présumé né en 1879 au douar Sidi-Aïch (Département d’Oran, Algérie), Sergent major, Compagnie K./2, Matricule n° 19.188, engagé volontaire en 1918, n° 36 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
     ― ZGHICHE Abdelkader ould Kaddour, présumé né en 1879 à Dhara (Département d’Oran, Algérie), Sapeur de 2e classe, Matricule n° 450, engagé volontaire en 1916, n° 25 en un lieu de recrutement inconnu (- d ° -).
 
   ■ 4e Régiment du génie.
 
     ― ANDRÉ Eugène, né le 12 janvier 1883 à Saïda (Département d’Oran, Algérie), Sapeur de 2e classe, Matricule n° 20.070, classe 1903, n° 250 au recrutement d'Oran (Jug. Trib. Marseille, 30  juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
   ■ 5e Régiment du génie.  
 
     ― BAËSSA Antoine, né le 18 juin 1889 à Sidi-Daha (Département d’Oran, Algérie), Sapeur de 2e classe, Matricule n° 01.460, classe 1911, n° et lieu de recrutement inconnus (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― CHENEBIER Auguste, né le 24 mai 1889 à L’Hiltil (Département d’Oran, Algérie), Sapeur de 2e classe, Matricule n° 07.450, classe 1909, n° 1.947 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).  
 
     ― GONZALVÈS Manuel, né le 15 septembre 1891 à Misserghin (Département d’Oran, Algérie), Caporal, Matricule n° 09.326, classe 1911, n° 1.885 au recrutement d'Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
     
     ― MORENO Antonio, né le 15 novembre 1884 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), Sapeur de 2e classe, Matricule n° B. 448, classe 1904, n° 120/8 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 8e Régiment du génie.
 
     ― BAYLE Maurice Victor, né le 26 mai 1885 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), Sergent, Matricule n° 13.087, classe 1905, n° 2.161 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).  
 
     ― MALAGUTI Jean, né le 30 juin 1892 à Saint-Quentin (Aisne) et domicilié à Boulogne-sur-Seine – aujourd’hui Boulogne-Billancourt – (Seine – aujourd’hui Hauts-de-Seine –), Sous-lieutenant, Matricule n° 01.003, engagé volontaire en 1910, n° 3.288 au recrutement de la Seine, 2e Bureau (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).  
 
   ■ 10e Section de chemin de fer de campagne.
 
     ― BROUZET Marius, né le 22 novembre 1884 à L'Arba (Département d’Alger, Algérie), Ouvrier de 1re classe, Matricule n° 2.798, classe 1904, n° 1.107 au recrutement d’Alger (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).  
 
     ― GARCIA Bernard, né le 8 octobre 1890 à Saint-Maur – aujourd’hui Tamzoura – (Département d’Oran, Algérie), Ouvrier de 1re classe, Matricule n° 2.525, classe 1910, n° 1.741 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 30 juil. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― GÉA José, né le 14 janvier 1884 à Bou-Kanéfis (Département d’Oran, Algérie), Ouvrier de 1re classe, Matricule n° 8.517, classe 1905, n° 2.178 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― SIORAT François Maximilien Joseph, né le 8 février 1884 aux Trembles – aujourd’hui Sidi-Hamadouche – (Département d’Oran, Algérie), Ouvrier de 2e classe, Matricule n° 6.409, classe 1904, n° 1.642 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 30 juil. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
   ■ 21e Section d’infirmiers militaires.
 
     ― RENARD Victor Georges Louis, né le 7 septembre 1891 à Tollevast (Manche), Soldat de 2e classe, Matricule n° 02.314, classe 1911, n° 645 au recrutement de Cherbourg (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
                                                                   
.

n°39395
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 07-03-2014 à 00:50:15  profilanswer
 


 
 
                                                                                       Passagers civils disparus avec la Medjerda le 11 mai 1917
 
                                                                                                                (Liste exhaustive : 34 noms)
 
 
 
   — IGLÉSIS Joseph François, né le 7 avril 1862 à Palau-de-Cerdagne (Pyrénées-Orientales) et y domicilié, époux de Pierrette Antoinette PUEYO qui suit.
 
   — PUEYO Pierrette Antoinette, née le 18 janvier 1860 à Barbastro (Province de Huesca, Espagne) et domiciliée à Palau-de-Cerdagne (Pyrénées-Orientales).
 
   — IGLÉSIS Marie Louise, née le 4 janvier 1892 à Aïn-Témouchent (Département d’Oran, Algérie) et domiciliée à Palau-de-Cerdagne (Pyrénées-Orientales), fille de Joseph François IGLÉSIS et de Pierrette Antoinette PUEYO, précités.    
 
   — CHEVROT Jeanne Alfrédine Francine, née le 21 février 1893 à Saint-Éloy-les-Mines (Puy de Dôme) et domiciliée à Clermont-Ferrand (– d° –), épouse de Claude Charles BERTHAUD.  
 
   — BERTHAUD Anne Valérie, née  le 25 juin 1913 à Clermont-Ferrand (Puy de Dôme) et y domiciliée, fille de Claude Charles BERTHAUD et de Jeanne Alfrédine Francine CHEVROT, précités.    
 
   — CARBUCCIA Berthe Cécile, née le 20 mai 1889 à Bône (Département de Constantine, Algérie) et domiciliée à Colombes (Seine – aujourd’hui Hauts-de-Seine –), épouse d’Eugène Albert Émile André CHAPERON.
 
   — CHAPERON Berthe Paule Eugénie, née le 18 décembre 1912 à Asnières-sur-Seine (Seine – aujourd’hui Hauts-de-Seine –) et domiciliée à Colombes (– d° –), fille d’Eugène Albert Émile André CHAPERON et de Berthe Cécile CARBUCCIA, précités.    
 
   — CHAPERON Yvonne Juliette Émilie, née le ... à ... (...) et domiciliée à Colombes (Seine – aujourd’hui Hauts-de-Seine –), fille d’Eugène Albert Émile André CHAPERON et de Berthe Cécile CARBUCCIA, précités.
 
   — MARQUIE Rosalie Anne, née 12 octobre 1858 à Belvèze-du-Razès (Aude) et y domiciliée, veuve de François Alphonse OURIÈRE, décédé en 1901 à Oran (Département d’Oran, Algérie).
 
   — ANTHOME Angèle Marie, née le 16 octobre 1902 à Oran (Département d’Oran, Algérie) et domiciliée à Belvèze-du-Razès (Aude), fille d’Alfred Maurice ANTHOME et de Marie Raymonde Philomène OURIÈRE, divorcés en 1907.  
 
   — INCERTAIN Marcelle Marie Augustine, née le 11 janvier 1911 à Oran (Département d’Oran, Algérie), fille d’Arthur Jean INCERTAIN, décédé (1), et de Marie Raymonde Philomène OURIÈRE.  
 
   — CHAMBONNEAU Marie, née le 29 décembre 1892 à Oran (Département d’Oran, Algérie) et y domiciliée, épouse de Victor Auguste François OURIÈRE. (2)
 
   — OURIÈRE Renée Juliette, née le ... à Oran (Département d’Oran, Algérie), fille de Victor Auguste François OURIÈRE (2) et de Marie CHAMBONNEAU, précités.  
 
   — VUILLECARD Lucie Louise Philomène, née le 29 janvier 1896 à Gennes (Doubs) et y domiciliée, épouse de Gustave Jean Pierre Valentin MARCHAND. (3)  
 
   — RECULARD Jules Victor, né le 15 décembre 1861 à Versailles (Seine et Oise – aujourd’hui Yvelines –) et domicilié à Oran (Département d’Oran, Algérie).
 
   — LAURENS Marie, née le 26 octobre 1870 à Aïn-Sidi-Chérif (Département d’Oran, Algérie) et y domiciliée, épouse de François Jules LAURENT, veuve en premières noces d’Antoine ADAM.  
 
   — ADAM Renée Antoinette, née le 25 octobre 1893 à Aïn-Sidi-Chérif (Département d’Oran, Algérie) et y domiciliée, fille d’Antoine ADAM et de Marie LAURENS, précités ; veuve de Marius LéonceTISSEYRE. (4)
 
   — TISSEYRE Maurice, né le ... à ... (...) et domicilié à Aïn-Sidi-Chérif (Département d’Oran, Algérie), fils de Léonce Marius TISSEYRE et de Renée Antoinette ADAM, précités.  
 
   — MOURCIA Samuel, né le 9 juillet 1895 à Tiaret (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, fils de Salomon MOURCIA et d’Estrella NAHON.    
 
   — SOLER Marie, née le 16 août 1862 à Mers-El-Kébir (Département d’Oran, Algérie) et domiciliée à Oran (– d° –), épouse de Michele Domenico RICHELMI.    
 
   — RICHELMI Mélanie Juliette, née le 15 janvier 1893 à Géryville – aujourd’hui El Bayadh – (Département d’Oran, Algérie) et domiciliée à Oran (– d° –), fille de Michele Domenico RICHELMI et de Marie SOLER, précités.
 
   — RICHELMI Adrienne Joséphine, née le 14 octobre 1894 à Oran (Département d’Oran, Algérie) et y domiciliée, fille de Michele Domenico RICHELMI et de Marie SOLER, précités.  
 
   — QUESADA Mercédès Ana, née le 13 décembre 1892 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie) et y domiciliée, épouse de Pedro Antonio GRANERO.    
 
   — GRANERO Suzanne, née le 27 novembre 1913 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie) et y domiciliée, fille de Pedro Antonio GRANERO et Mercédès Ana QUESADA, précités.  
 
   — VEZZETTI Louis Alexandre, né le 20 février 1913 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, fils de Jean VEZZETTI et d’Argia ANDREINI.    
 
   — PAGÈS Anne, née le 24 novembre 1867 à Sentenac-d’Oust (Ariège) et y domiciliée, veuve de Joseph Charles PORTAL, décédé en 1913 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie).  
 
   — MARTY Eugénie Izaure Lucie, née le 17 mai 1886 à Lagrasse (Aude) et y domiciliée, épouse de Sylvain Auguste François FOULQUIER.  
 
   ― MARTINEZ Carmen de Los Dolorès, née le 5 avril 1885 à Boukanéfis (Département d’Oran, Algérie) et domiciliée à Tabia (– d° –). Épouse d’Ernest Isidore HUMBERT.  
 
   ― MROZOWSKI Louise Jeanne, née le 10 juillet 1875 à Douai (Nord) et domicilié à Oran (Département d’Oran, Algérie), épouse de Joseph Marie Bienvenu GENS .    
 
   — ZIMBRA Rachel, née le 15 novembre 1874 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie) et domiciliée à Oran (– d° –), veuve de Jean Omer Émile BOUÉ. (5)  
 
   — BOURGAULT Eugénie ou Eugène  –, né(e) le ... à ... (...) et domicilié(e) à ... (...).
 
   — LORENZO Lopes Rebello, « âgé de 32 ans », domicilié à Praia (Cap-Vert), de nationalité espagnole.  
 
   — GROHS Frédéric Guillaume Otto, né le 11 novembre 1866 à Allemax (Wesphalie) et domicilié à ... (...), de nationalité allemande.  
 
   — KIBLAT François Joseph, né le 10 juillet 1883 à Uscheksen (Prusse) et domicilié à ... (...), de nationalité allemande.
 
   _____________________________________________________________________________________
 
 
   (1) INCERTAIN Arthur Jean, né le 28 août 1882 à Oran (Département d’Oran, Algérie), mort le 1er mai 1915 à Langemark (Flandre occidentale, Belgique), « tué à l’ennemi », Zouave de 2e classe, 3e « bis » Régiment de marche de zouaves, Matricule n° 54.343, classe 1902, n° 176 au recrutement d’Oran (Acte transcrit à Oran, le 22 mars 1922).
 
   (2) OURIÈRE Victor Auguste François, né le 7 février 1892 à Oran (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Maréchal des logis, 6e Groupe d’artillerie de campagne d’Afrique, 13e batterie, Matricule n° 27, classe 1909, n° 0.485 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919). Passager militaire disparu avec la Medjerda.
 
   (3) MARCHAND Gustave Jean Pierre Valentin, né le 29 février 1884 à Besançon (Doubs) et y domicilié, Gendarme à cheval, Force publique du Maroc oriental, Matricule n° 511, classe 1904, n° 1.546 au recrutement Besançon (Jug. Trib. Marseille, 15 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918). Passager militaire disparu avec la Medjerda.
 
   (4) TISSEYRE Marius Léonce, né le 4 février 1889 à Geytes-et-Labastide (Aude), décédé le 20 juillet 1916 des suites de blessures de guerre à l’Ambulance 9/2 de la IIe Armée alors établie à Senoncourt-les-Maujouy (Meuse), Soldat de 2e classe, 2e Régiment de marche de tirailleurs, Matricule n° 07.684, engagé volontaire en 1908, n° 742 au recrutement de Carcassonne [Acte transcrit à Aïn-Sidi-Chérif (Département d’Oran, Algérie), le 2 nov. 1916].
 
   (5) BOUÉ Jean Omer Émile, né le 15 mai 1871 à Montaut (Basses-Pyrénées – aujourd’hui Pyrénées-Atlantiques –), mort le 25 septembre 1915 à Saint-Thomas-en-Argonne (Marne), Chef de bataillon, 76e Régiment d’infanterie, Saint-Cyrien [75e Promotion, dite « de Cronstadt » (1890~1892)], n° 1.157 au recrutement de Tarbes [Acte transcrit à Paris (XVe Arr.), le 5 févr. 1916].


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°41029
corico
Posté le 22-11-2014 à 14:47:41  profilanswer
 

Ar Brav a écrit :

Bonjour Renaud,
 
C'est bien ce qui m'est venu à l'esprit en commencant cette série sur les navires de la CNM dont l'activité principale était le transport entre l'Afrique du Nord et la métropole. Il y a d'autres bateaux que je n'ai pas fini de lister. Que ces marins reposent en paix.
 
Amicalement,
Franck


 
 
bonjour
un membre de ma famille, Francisco PISANA, né à Oran en 1892, du 144ème RI, était à bord ce jour-là

n°41030
corico
Posté le 22-11-2014 à 15:06:47  profilanswer
 

bonjour
 
PISANA François, du 144ème RI, cité dans ce message, est un lointain parent
son frère aîné (d'1 an) Cayetano, du 143ème RI, fut prisonnier à Stuttgart d'août 1914 à novembre 1918
 
 
 
 

Rutilius a écrit :


   
 
                                                                                  Passagers militaires disparus avec la Medjerda, le 11 mai 1917
 
                                                                                                         (Liste non exhaustive :
260 noms)  
 
                                                                  Avertissement : Orthographe de certains toponymes d’origine arabe ou berbère incertaine
 
                                                             
 
   ■ 16e Bataillon de chasseurs à pied.
 
     ― BEN SHAMOUN Messaoud, né le 4 décembre 1888 à Oued-Taria, commune mixte de Mascara (Département d’Oran, Algérie), Chasseur de 2e classe, Matricule n° 03.927, classe 1908, n° 1.875 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 1er Bataillon de marche d’infanterie légère d’Afrique.
 
     ― BOURREL Auguste Jean Gabriel, né le 23 décembre 1888 à Sète (Hérault), Adjudant, Matricule n° 3.012, classe 1908, n° 1.374 au recrutement de Perpignan (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).  
 
     ― DESLANDES Paul Ernest, né le 4 octobre 1891 Coudray (Oise), Soldat de 2e classe, Matricule n° 2.233, classe 1911, n° 892 au recrutement de Beauvais  (- d° -).
 
     ― DOMENGE Claude, né le 9 avril 1889 à Chambéry (Savoie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 05.029, classe 1909, n° 1.236 au recrutement du Rhône-Central (- d° -).  
 
     ― DUEL Georges Victor, né le 13 août 1894 à Rouen (Seine-Inférieure – aujourd’hui Seine-Maritime –), Soldat de 2e classe, Matricule n° 5.190, classe 1914, n° 52 au recrutement du Rouen (- d° -).
 
     — MOUCHERON Jean Étienne, né le 3 août 1877 à Tocane-Saint-Apre (Dordogne), Sergent,  Matricule n° 010, classe 1897, n° 1.206  au recrutement d’Alger (- d° -).
 
     — RIOU François Victor, né le 15 juin 1885 à Saint-Loup-du-Gast (Mayenne) et domicilié à Tessé-Froulay (Orne), Clairon, Matricule n° 807, classe 1906, n° 969 au recrutement d’Argentan (- d° -).
 
     — VARRIOT Gaston, né le 18 juillet 1894 à Clichy (Seine – aujourd’hui Hauts-de-Seine –), Soldat de 2e classe, Matricule n° 3.847, classe 1914, n° 6.112 au recrutement de la Seine, 1er Bureau (- d° -).
 
     ― VELLER François, né le 28 février 1891 à Paris (XIe Arr.) et domicilié à Paris (XIVe Arr.), Soldat de 2e classe, Matricule n° 2.284, classe 1911, n° 811 au recrutement de la Seine (- d° -).
 
   ■ 4e Bataillon de marche d’infanterie légère d’Afrique.
 
     ― BERTONNEAU Xavier Auguste Florentin, né le 13 juillet 1882 à La Chapelle-Saint-Sauveur (Deux-Sèvres), Soldat de 2e classe, Matricule n° 03.219, classe 1902, n° 4.579 au recrutement de la Seine, 4e Bureau (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― CROISILLE Jean, né le 19 janvier 1874 à Viam (Corrèze), Soldat de 2e classe, Matricule n° 678, classe 1897, n° 1.161 au recrutement de Tulle (- d ° -).
 
     ― RANVIER Georges Louis, né le 14 mai 1891 à Bondy (Seine – aujourd’hui Seine-Saint-Denis –), Soldat de 2e classe, Matricule n° 05.510, classe 1911, n° 4.218 au recrutement de la Seine, 1er Bureau (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
     
   ■ Batterie de dépôt.
 
     ― PIQUEMAL Joseph, né le 19 janvier 1890 à Saint-Denis-du-Sig – aujourd’hui Sig – (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier, Matricule n° 05.228, classe 1910, n° 983 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
   ■ 1ere Compagnie métropolitaine de marche.
 
     — ESPIAS Joseph, né le 22 juin 1878 à Nérac (Lot et Garonne), Soldat de 2e classe, Matricule n° 1.037, classe 1898, n° 624 au recrutement d’Agen (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ Compagnie territoriale du Maroc oriental.
 
     — GARDEY Paul Louis, né le 10 octobre 1872 à Caixon (Hautes-Pyrénées), Sergent, Matricule n° 348, classe 1892, n° 129 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
   
   ■ 2e Escadron du train des équipages militaires.
 
     ― MARCELOT Honoré, né le 29 novembre 1871 à Hassi-Bounif (Département d’Oran, Algérie) et domicilié à Deligny (Département d’Oran, Algérie), 2e conducteur, Matricule n° 24.365, classe 1891, n° 781 au recrutement d'Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).  
 
   ■ 8e Escadron du train des équipages militaires.
 
     ― CASORLA François Antoine, né le 22 mars 1884 à Saïda (Département d’Oran, Algérie), 2e conducteur , Service automobile, Matricule n° 01.921, classe 1905, n° 1.405 au recrutement d'Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 27 janv. 1919).  
 
   ■ 15e Escadron du train des équipages militaires.
     
     ― SALA Manuel Nicolas, né le 12 juillet 1873 à Oran (Département d’Oran, Algérie), 2e conducteur, Matricule n° 8.702-B, classe 1894, n° 1.821 au recrutement d'Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 25 août 1918).
 
   ■ 17e Escadron du train des équipages militaires.
 
     ― FERRANDIZ Cayetano, né le 13 décembre 1891 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), 2e conducteur, Matricule n° 6.049, classe 1912, n° 1.081 au recrutement d'Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 18e Escadron du train des équipages militaires.
 
     ― BOUGUE Marie Augustin Charles, né le 27 février 1879 à Escource (Landes), Adjudant, Matricule n° 4.217, classe 1899, n° 566 au recrutement de Mont-de-Marsan (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1918).  
 
     ― DÉCHELLE Auguste, né le 16 juillet 1894 à Paris (XIe Arr.), Brigadier, Matricule n° 3.742, classe 1895/1914, n° L.M. 2.069 au recrutement de Puy-en-Velay (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― DELCLOS Léon Pierre Jean, né le 16 janvier 1894 à Montesquieu (Pyrénées-Orientales), 2e conducteur, Matricule n° 7.011, classe 1914, n° 1.005 au recrutement de Perpignan (- d ° -).  
 
     ― JEUDY Louis Emile, né le 20 novembre 1888 à Laurmel (Département d’Oran, Algérie), 2e conducteur, Matricule n° 04.153, classe 1908, n° 486 au recrutement d'Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     — TURTAUT Georges, né le 8 août 1891 à Langon (Gironde), Maréchal des logis, Matricule n° 5.210, classe 1911, n° 1.434 au recrutement de Bordeaux (- d° -).  
 
     ― ZALI Joseph Séraphin, né le 1er janvier 1874 à Saint-Ambroise (Gard), Brigadier fourrier, Matricule n° 240, classe 1891, n° 288 au recrutement d'Oran et n° 1.159 au recrutement de Paris (Acte transcrit à Oran, le 18 avr. 1919).
 
   ■ 19e Escadron du train des équipages militaires.
 
     ― GUY Antoine, né le 30 novembre 1898 à Venteuges (Haute-Loire), 2e conducteur, Service automobile, Matricule n° 16.597, classe 1918, n° 894 au recrutement d'Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).  
 
     ― PÉREZ José, né le 17 mai 1876 à Oran (Département d’Oran, Algérie) et domicilié à Saint-Maur – aujourd’hui Tamzoura – (Département d’Oran, Algérie), 2e conducteur, Matricule n° 13.895, classe 1896, n° 1.409 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― SAGNES Octave Philippe, né le 10 mai 1885 à Alger (Département d’Alger, Algérie), Brigadier, Matricule n° B–07.603, classe 1905, n° 517 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― SAUREL Charles Antoine, né le 6 juillet 1876 à Marseille (Bouches-du-Rhône) et domicilié à Mercier-Lacombe – aujourd’hui Sfisef – (Département d’Oran, Algérie), 2e conducteur, Matricule n° 11.391, classe 1895, n° 517 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).  
 
   ■ 20e Escadron du train des équipages militaires.
 
     ― CARDA Emmanuel, né le 30 avril 1888 à Misserghin (Département d’Oran, Algérie), 2e conducteur, Matricule n° A. 04.005, classe 1910, n° 1752 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).  
 
     ― HAUTCŒUR Louis, né le 11 janvier 1874 à Aïn-Belle-Côte – aujourd’hui Aïn-Boudinar – (Département d’Oran, Algérie) et domicilié à Renault – aujourd’hui Sidi-M'hamed-Benali – (Département d’Oran, Algérie), 2e conducteur, Bureau du service automobile, Matricule inconnu, classe 1894, n° 531 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― HERBAUT Alphonse Eugène Joseph, né le 24 mars 1879 à Paris (VIIIe Arr.), 2e conducteur, Matricule n° 83.609, classe 1898, n° 2.220 au recrutement de Toulon (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ Force publique du Maroc oriental.
   
     ― MARCHAND Gustave Jean Pierre Valentin, né le 29 février 1884 à Besançon (Doubs) et y domicilié, Gendarme à cheval, Matricule n° 511, classe 1904, n° 1.546 au recrutement Besançon (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 2e Groupe d'artillerie de campagne d’Afrique.
 
     ― FAVIER Émile Pascal, né le 6 mars 1894 à Saïda (Département d’Oran, Algérie) et  domicilié à Taza (Maroc), 2e canonnier , Matricule n° 4.566, classe 1914, n° 1.409 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 3e Groupe d'artillerie de campagne d’Afrique.
 
     ― KALFON Mimoun, né le 28 mars 1872 à Oran (Département d’Oran, Algérie), Maréchal des logis fourrier auxiliaire, Matricule n° 03.120, classe 1892, n° 159 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 6e Groupe d'artillerie de campagne d’Afrique.
 
     ― ANDRIO Pierre, né le 28 février 1881 à Sainte-Marie (Martinique) et y domicilié, 2e canonnier, 101e Batterie, Matricule n° 1.981, classe 1901, n° 903 au recrutement de Fort-de-France (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
     ― BELMONTE Juan de Dios, né le 17 octobre 1894 à Saïda (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier, Matricule n° 5.346, classe 1914, n° 140 au recrutement d’Oran [Jug. Trib. Oran, 6 janv. 1921, transcrit à Saint-Cloud – aujourd’hui Gdyel – (Département d’Oran, Algérie), le 21 janv. 1921].
 
     ― BEZIAT Paul, né le 14 mars 1891 à Saint-Salvi-de-Carcavès (Tarn), 2e canonnier auxiliaire, Matricule n° 5.551, classe 1912, n° 1.468 au recrutement de Carcassonne (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― DIOCLÈS Alfred, né le 8 février 1884 à Saint-Ouen (Seine – aujourd’hui Seine-Saint-Denis –) et domicilié à Paris (XVIIIe Arr.), 2e canonnier, Matricule n° 02.111, classe 1904, n° inconnu au recrutement de la Seine, 8e Bureau (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― OURIÈRE Victor Auguste François, né le 7 février 1892 à Oran (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Maréchal des logis, 13e batterie, Matricule n° 27, classe 1909, n° 0.485 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
   ■ 2e Groupe d'aviation.
 
     ― ISRAËL Isaac, né le 20 avril 1877 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 7.276, classe 1897, n° 1.501 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
     
 
                                                        http://images.mesdiscussions.net/p [...] trait..jpg
 
 
   ■ 6e Groupe spécial.
 
     ― SALOT Jules Victor, né le 28 novembre 1883 à Dizy (Marne), Soldat de 2e classe, Matricule n° 0.981, classe 1903, n° 561 au recrutement de Châlons-sur-Marne (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1918).
 
   ■ 10e Groupe spécial.
 
     ― ABDOLA Arsène Joseph, né le 19 novembre 1884 à Saint-James (Manche), Soldat de 2e classe, Matricule n° 01.524, classe 1904, n° 154 au recrutement de Granville (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― BERNARD Joseph Jules Victor, né le 25 février 1885 à Tinténiac (Ille-et-Vilaine), Soldat de 2e classe, Matricule n° 03.024, classe 1905, n° 2.283 au recrutement de Rennes (- d° -).
 
     ― DAVID Georges Auguste, né le 17 mai 1888 à Cerisy-la-Forêt (Manche), Soldat de 2e classe, Matricule n° 07.504, classe 1908, n° 359 au recrutement de Saint-Lô (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
     
     ― DOUILLET Louis Eugène, né le 7 avril 1879 à Craon (Mayenne) et domicilié à Ressons-l’Abbaye (Oise), Soldat de 2e classe, Matricule n° 9.050, classe 1899, n° 661 au recrutement de Laval (- d° -).
 
     ― DUTAY Louis, né le 20 mars 1888 à Écommoy (Sarthe), Soldat de 2e classe, Matricule n° 07.566, classe 1908, n° 1.359 au recrutement du Mans (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
      ― ELSTON Abel Jean Louis Marie, né le 26 janvier 1879 à Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord – aujourd’hui Côtes-d’Armor –), Soldat de 2e classe, Matricule n° 9.044, classe 1899, n° 692 au recrutement de Saint-Brieuc (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― HAIRON Léon Louis François, né le 23 juillet 1890 à Equeurdreville (Manche), Soldat de 2e classe, Matricule n° 010.520, classe 1900, n° 977 au recrutement de Cherbourg (- d° -).
 
     ― HAMEL Jules Victor Michel, né le 24 décembre 1882 à Tourlaville (Manche), Soldat de 2e classe, Matricule n° 01.511, classe 1902-R/1904-M, n° 599 au recrutement de Cherbourg (Jug. Trib. Marseille, 13  juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― HUGRON Joseph Marie, né le 27 juin 1886 à Redon (Ille-et-Vilaine), Soldat de 2e classe, Matricule n° 04.513, classe 1906, n° 1.784 au recrutement de Rennes (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 22 août 1918).
 
     ― LALOYAU Fabien Julien, né le 12 août 1888 à Paris (XVe Arr.), Soldat de 2e classe, Matricule n° 07.560, classe 1908, n° 4.873 au recrutement de la Seine, 3e Bureau (- d° -).
 
     ― LE BIHAN Hyacinthe Marie, né le 31 janvier 1880 à Rospez (Côtes-du-Nord – aujourd’hui Côtes-d’Armor –), Soldat de 2e classe, Matricule n° 010.500, classe 1900, n° 1.241 au recrutement de Guingamp (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― LE COURTOIS Émile Pierre Paul, né le 19 mai 1874 à Notre-Dame-de-Livoye (Manche), Soldat de 2e classe, Matricule n° 015.007, classe 1894, n° 189 au recrutement de Granville (- d° -).
 
     — ROCTON Jean Marie Pascal Joseph, né le 18 décembre 1885 à Rennes (Ille-et-Vilaine) et y domicilié, Soldat de 2e classe, Matricule n° ..., classe 1905, n° ... au recrutement de ... (- d° -). [Ne figure pas dans la base « Mémoire des hommes »].
 
   ■ 13e Groupe spécial.
 
    ― PIQUET Joseph Nicolas Antoine, né le 26 janvier 1883 à Montluçon (Allier) et y domicilié, Soldat de 2e classe, Matricule n° G.O. 459, classe 1903/1899, n° 1.903 au recrutement de Montluçon (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv.1919).
 
   ■ 14e Groupe spécial.
 
     ― LUIZET Marius Antoine, né le 19 avril 1886 à Vienne (Isère), Soldat de 2e classe, Matricule n° 0.825, classe 1906, n° 529 au recrutement de Vienne (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
   ■ 139e Groupe spécial.
 
     ― MASSOULIER Clodomir Jean Joseph, né le 30 novembre 1878 à Pléaux (Cantal), Sergent, Matricule n° 9.139, classe 1898, n° 1.298 au recrutement d’Aurillac (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv.1919).
 
   ■ 16e Légion bis de gendarmerie.
 
     ― BROUSSY Marc Antoine, né le 25 mars 1873 à Floressas (Lot), Gendarme, Matricule n° 176, classe 1893, n° 1.311 au recrutement d’Agen (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― MILLIÈS Benjamin, né le 11 février 1870 à Olonzac (Hérault) et domicilié à Badens (Aude), Gendarme auxiliaire, Matricule n° 183, classe 1890, n° 714 au recrutement de Narbonne (- d ° -).
 
     ― XÉRIDAT Joseph François André, né le 5 août 1869 à Saint-André (Pyrénées-Orientales) et y domicilié, Gendarme, Matricule n° 174, classe 1889, n° 824 au recrutement de Perpignan (- d ° -).
 
   ■ 19e Légion de gendarmerie.
 
     ― MALOISEL Émile Léon, né le 10 juin 1873 à Saint-Pierre-sur-Dives (Calvados), et  domicilié à Tours (Indre-et-Loire), Gendarme, classe 1893, Matricule n° 106 au recrutement de Tours (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).    
 
   ■ 1er Régiment d’artillerie à pied.
 
     ― DEL AGUILLA José Maria, né le 30 avril 1884 à Oran (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier, Matricule n° 0.418, classe 1905, n° 101 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
     ― DUCLOS Paul Etienne, né le 26 décembre 1884 à Inkermann – aujourd’hui Oued-Rhiou – (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Soldat de 2e classe, Matricule n° 0.670, classe 1904, n° 1.118 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― GARCIA Francisco, né le 30 août 1879 à Saint-Denis-du-Sig – aujourd’hui Sig – (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier, Matricule n° 08.446, classe 1903, n° 1567 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
   ■ 8e Régiment d’artillerie d’Afrique.
 
     ― ZEBIDI Mohamed ould Bardal ould Ouabdallah ould Abdallah ould Zebidi, présumé né en 1881 à Renault – aujourd’hui Sidi-M'hamed-Benali – (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, 2e canonnier, Matricule inconnu, engagé volontaire sous le n° 173 au recrutement d’Orléansville (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 2e Régiment d’artillerie de campagne.
 
     ― BELTRAN Joseph Antoine, né le 28 février 1885 à Oran (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Brigadier, Matricule n° 017.515, classe 1905, n° 337 au recrutement d'Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
   
   ■ 19e Régiment d’artillerie de campagne.
 
     ― BOY Jean Pierre, né le 14 mai 1871 à Saint-Leu – aujourd’hui Bethioua – (Département d’Oran, Algérie), Brigadier, 73e Compagnie d'ouvriers auxiliaires indigènes, Matricule n° 22.689, classe 1891, n° 550 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 12 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― DARMON Haïem Mardochée, né le 22 avril 1883 à Oran (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier, Matricule n° 022.408, classe 1903, n° 486 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
   ■ 53e Régiment d’artillerie de campagne.
 
     ― DURAND Léon Jacques, né le 2 décembre 1888 à Saint-Leu – aujourd’hui Bethioua – (Département d’Oran, Algérie) et domicilié à Turgot – aujourd’hui Terga – (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier, Matricule n° 03.928, classe 1908, n° L. 374 au recrutement d’Alger (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 54e Régiment d’artillerie de campagne.
 
     ― SÉGURA Louis Pierre François, né le 3 octobre 1885 à Oran (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, 2e canonnier servant, Matricule n° 01.998, classe 1905, n° 385 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 22 août 1918).
 
   ■ 56e Régiment d’artillerie de campagne.
 
     ― LAJARA Joseph, né le 6 octobre 1891 à Mercier-Lacombe – aujourd’hui Sfisef – (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier conducteur, Matricule n° 4.455, classe 1912, n° 1347 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― LOPEZ Jean Miguel, né le 29 octobre 1891 à Oran (Département d’Oran, Algérie) et domicilié à Mers-el-Kébir (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier conducteur, Matricule n° 3.326, classe 1913, n° 2.535 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― OLIVARÈS Thomas, né le 7 avril 1893 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Brigadier, Matricule n° 3.317, classe 1913, n° 239 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
   ■ 88e Régiment d’artillerie de campagne.
 
     ― POTIN Victor, né le 12 mai 1893 à Oran (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Brigadier, Matricule n° 1.045, classe 1913, n° 2.579 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 118e Régiment d’artillerie de campagne.
 
     ― PÉREZ Manuel, né le 16 décembre 1888 à Oran (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier , Matricule n° 9.100, classe 1908, n° 522 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 218e Régiment d’artillerie de campagne.
 
     ― BLED Charles, né le 11 avril 1897 à Oran (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier conducteur, Matricule n° 8.220, classe 1917, n° 1.424 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― SARRET Paul Fernand, né le 30 mai 1897 à Oran (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier , Matricule n° 8.103, classe 1915/1917, n° 1.898 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).  
 
   ■ 254e Régiment d’artillerie de campagne.  
 
     — SUPERCHI Hector Marie Michel, né le 29 septembre 1891 à Agua (Italie) et domicilié à Détrie – aujourd’hui Sidi-Lhassen – (Département d’Oran, Algérie), 1er canonnier servant, Matricule n° 6.660, classe 1911, n° 1.378 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
   
   ■ 1er Régiment d’artillerie de montagne.
 
     ― PÉREZ Jacques, né le 16 avril 1889 à Pérregaux – aujourd’hui Mohammadia – (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, 1er Canonnier, Matricule n° 02.763, classe 1909, n° 929 au recrutement d'Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 71e Régiment d’artillerie lourde.
 
     ― MARTINEZ Francisco, né le 25 octobre 1891 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier , Matricule n° 01.922, classe 1901, n° 2.177 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 83e  Régiment d’artillerie lourde.
 
     — GIBOU Louis Édouard, né le 15 janvier 1892 à Tlemcen (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, 2e canonnier, Matricule n° 015.182, classe 1912, n° 1.650 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 86e Régiment d’artillerie lourde.
 
     ― ANDRÉO Joseph, né le 18 septembre 1895 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier , Matricule n° 259, classe 1915, n° 1.002 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 87e Régiment d’artillerie lourde.
 
     ― LEBHAR Félix René, né le 8 novembre 1881 à Oran (Département d’Oran, Algérie), Maréchal des logis, Matricule n° 21.028, classe 1901, n° 427 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 108e Régiment d’artillerie lourde.
 
     ― MAILHÉ Gaston Hyacinthe, né le 12 octobre 1887 à Laferrière – aujourd’hui Chaabet El Leham – (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, 2e canonnier servant, Matricule n° 08.109, classe 1907, n° 1.494 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
    ■ 116e Régiment d’artillerie lourde.
 
     ― BARDON Charles, né le 12 octobre 1885 à Oran (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier servant, Matricule n° 04.767, classe 1905, n° 860 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     • Inscrit à titre posthume au tableau spécial de la Médaille militaire (Arr. 19 oct. 1919, J.O. 12 févr. 1920, p. 2.268).
 
                                          http://images.mesdiscussions.net/p [...] aire1..jpg
 
 
   ■ 281e Régiment d’artillerie lourde à tracteurs.
 
     ― COHEN Ruben, né le 3 mars 1894 à Oran (Département d’Oran, Algérie), 2e canonnier servant, Matricule n° 9.161, classe 1917, n° 2.551 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 2e Régiment de chasseurs d’Afrique.
 
     ― BERNARD Léon, né le 1er avril 1891 à Saint-Étienne (Loire), Soldat de 2 classe, Matricule n° 976, classe 1911, n° 1.766 au recrutement de Saint-Étienne (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).  
 
     ― BERTHOU Jean François, né le 28 avril 1892 à Ploujean (Finistère), Soldat de 1re classe, Matricule n° 2.616, classe 1912, n° L. m. 25 au recrutement de Brest (-d° -).
 
     ― JUMILLE Angel, né le 26 juin 1885 à Bou-Tlelis (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe (détaché pour l’encadrement des troupes marocaines), Matricule n° 05.015, classe 1906, n° 796 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).  
 
     ― TOURNAIRE Pierre Marius, né le 2 juin 1890 aux Noës (Loire), Soldat de 1re classe, Matricule n° 2.169, classe 1910, n° 208 au recrutement de Roanne (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 6e Régiment de chasseurs d’Afrique.
 
     ― DURANSEAU Gaston, né le 16 janvier 1886 à Aïn-el-Hadjar (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Maréchal des logis, Matricule n° 0.106, classe 1906, n° 2.090 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     POURCI Santin, né le 8 août 1887 à Misserghin (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 0.846, classe 1907, n° 1.061 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).  
 
     ― RIOZ Jules Georges, né le 22 août 1886 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie) et domicilié à Bou Thelis (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 1re classe, Matricule n° 0166, classe 1906, n° 390 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 12e Régiment de dragons.  
 
     ― CERDAN Antonio, né le 16 janvier 1888 à Saint-Denis-du-Sig – aujourd’hui Sig – (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 873 bis, classe 1909, n° 915 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13  juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 13e Régiment de dragons.
 
     ― SANCHEZ Domingo, né le 15 mai 1892 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 4.148, classe 1913, n° 127 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
   ■ 1er Régiment de hussards.
 
     ― ESPAGNA Diégo, né le 29 décembre 1890 à Legrand – aujourd’hui Ben-Fercha – (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 1.842, classe 1911, n° 921 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13  juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
   ■ 1e Régiment de marche d’Afrique ~ Bataillon de la Légion étrangère.
 
     ― ALBAGLI Jouda, né le 4 février 1891 à Aïdin (Turquie), Soldat de 2e  classe, Bataillon léger, Matricule n° 18.476, classe 1914, n° L.m. 4.033 au recrutement de la Seine, Bureau central  (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― ARTEL Max Jules, né le 30 mai 1892 à Vienne (Autriche), Caporal, Matricule n° 27.085, classe 1914, n° L.m. 386 au recrutement de la Seine, Bureau central (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
   ■ 2e Régiment de marche d’Afrique.
 
     ― CRUZ Julio Antonio, né le 16 mai 1882 à Macael (Ameria, Espagne), Soldat de 2e classe, Matricule n° 014.375, classe 1902, n° 2.068 au recrutement d'Oran (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
   ■ 1er Régiment de marche de la Légion étrangère.
 
     ― KHAZNADAR Hamida, né le 2 février 1876 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule inconnu, engagé volontaire en 1912 au recrutement de Sidi-Bel-Abbès (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     — ORLANDI Louis Julien, né le 24 décembre 1896 à Paris (XIIe Arr.), Soldat de 2e classe, Matricule n° 26.89, engagé volontaire en 1914, n° L. M. 33 au recrutement de Saint-Brieuc (-d° -).
 
     — ZERLAUDT Louis Eugène, né le 22 septembre 1884 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), Caporal, Matricule n° 21.248, classe 1904, n° 260 au recrutement de Nancy-Nord (Jug. Trib. Marseille, 13  juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).    
 
     • Inscrit à titre posthume au tableau spécial de la Médaille militaire (J.O. 1er juin 1922, p. 2.297).
 
 
   ■ 2e Régiment de marche de la Légion étrangère.
 
     ― BERNARDI Joseph Victor, né le 25 mars 1868 à Rovereti (Autriche), Soldat de 1re classe, Matricule n° 2.030, engagé volontaire en 1914, n° L.M. 163 au recrutement de Périgueux (Jug. Trib. Marseille, 30 juil. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― HIRSCHL Siegfried, né le 1er juillet 1886 à Grésine (Autriche) et domicilié à Paris, au 14, rue du Mail, Soldat de 2e classe, Matricule n° 20.157, engagé volontaire en 1914, n° L. m. 70 au recrutement de Granville (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
   ■ 2e Régiment de marche de tirailleurs.
 
     — AÏTAKIL Laïfa, présumé né en 1894 à la commune mixte du Djurdjura (Département d’Alger, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 20.584, classe 1915, n° 1.164 en un lieu de recrutement inconnu (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
     ― AYAD Mohamed ould Adda, né le 12 avril 1896 à Oued Mebbouk, commune mixte de Mekerra (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 21.936, classe 1916, n° 188 au recrutement d’Oran (- d ° -).  
 
     ― BELGUERDI Belkacem, présumé né en 1895 à Gherghad Ould Mellah (Département d’Alger, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 25.989, classe 1915, n° 1.302 en un lieu de recrutement inconnu (- d ° -).
 
     ― DEHIMI Abdelkader ben Mekki, présumé né en 1897 au douar Magra à Barika (Département de Constantine, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 26.250, classe 1917, n° 13.801 au recrutement de Constantine (- d ° -).
 
     ― DEKHAR ABDELKADER ben Adda ben Larbi, présumé né en 1885 à Ouled-Defelten (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 6.292, classe , n° et lieu de lieu de recrutement inconnu (Jug. Trib. Marseille, 3 déc. 1924, transcrit à Marseille le 8 janv. 1925).    
 
     ― DRIS Habib Ould Belgacem, présumé né en 1888 à Saint-Denis-du-Sig – aujourd’hui Sig – (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 13.549, engagé volontaire en 1915 en un lieu de recrutement inconnu (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
     • Inscrit à titre posthume au tableau spécial de la Médaille militaire (J.O. 1er août 1922, p. 3.032).
 
                                       http://images.mesdiscussions.net/p [...] jerda..jpg
 
 
     ― HABIB Merouane ben Tayeb, présumé né en 1878 à Ouled-Arbia, commune de Montenotte – aujourd’hui Sidi-Akkacha – (Département d’Alger, Algérie), Caporal, Matricule n° 12.558, engagé volontaire en 1905 au recrutement de Ténès (- d ° -).
 
     ― HEDJAZI Mohamed ben Tayeb, présumé né en 1897 à Kheuchela (Département de Constantine, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 26.252, classe 1917, n° 13.787 en un lieu de recrutement inconnu (- d ° -).
 
     ― KHENCHALI Badaoui ben Amhed, présumé né en 1897 au douar Marcouda ben Belezma (Département de Constantine, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 26.181, classe 1917, n° 10.130 au recrutement de Constantine (- d ° -).
 
     ― MADJOUR Mohammed ben Mohammed, né le 22 novembre 1897 au douar Yaskrem, commune de Bou-Djemaa (Département d’Alger, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 25.194, classe 1917, n° 9.917 au recrutement d’Alger (- d ° -).
 
     ― MAKROUB Mohammed, né le 5 mars 1896 à Béni-Bou-Khanous, commune mixte de Chéliff (Département d’Alger, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 21.700, classe 1916, n° 916 au recrutement d’Alger (- d ° -).
 
     ― MEROUANI Aïssa ben Hammou, né le 28 mars 1897 au douar M’eil (Département de Constantine, Algérie) et domicilié à Belezma (Département de Constantine, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 26.186, classe 1916, n° 7.810 au recrutement de Constantine (- d ° -).
 
     ― MIR Benaouda ben Mohammed, présumé né en 1895 à Ould-Fadda (Département d’Alger, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 18.232, classe 1915, n° 429 au recrutement d’Alger (- d ° -).
 
     ― NAMANE Kaci ben Belkhir, né le 18 mars 1893 au douar Ogdal, commune mixte du Djurdjura (Département d’Alger, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 22.046, classe 1916, n° 672 en un lieu de recrutement inconnu (- d ° -).
 
     ― ROS Michel, né le 21 septembre 1886 à Arzew (Département d’Oran, Algérie), Caporal, Matricule n° 07.143, classe 1907, n° 188 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― SELAOUI Belkacem ben Mohamed, présumé né en 1897 au douar Ouldjia (Département de Constantine, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 26.251, classe 1917, n° 1.795 au recrutement de Constantine (- d ° -).
 
     ― TAÏBA Tahar ben Messaoud, présumé né en 1897 au douar Ouldja-Chechar, commune mixte de Kheuchela (Département de Constantine, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 26.254, classe 1917, n° 13.794 au recrutement de Constantine (- d ° -).
 
     ― TAHARI Abdelkader, présumé né en 1895 au douar Guerboussa, commune mixte de Chéliff (Département d’Alger, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 22.193, classe 1915, n° 1.280 en un lieu de recrutement inconnu (- d ° -).
 
     ― ZERROUCHI Kaddour ben Kaddour, présumé né en 1886 à M’Zila, commune de Cassaigne (Département d’Oran, Algérie), Caporal, Matricule n° 15.170, engagé volontaire au recrutement de Mostaganem (- d ° -).
 
   ■ 3e Régiment de marche de tirailleurs.
 
     — BARKA ben Amhed, présumé né en 1887 à Goléa (Cercle de Gao, Soudan – aujourd’hui Mali –), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 17.161, classe 1915, n° inconnu au recrutement de Goléa (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).          
       
   ■ 6e Régiment de marche de tirailleurs.
 
      — ABDELKADER Ould Maamar, né le 12 novembre 1893 à Saïda (Département d'Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 2.585, classe 1912, n° 2 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).  
 
     — ABED Kaddour ould Sahraoui, né le 27 septembre 1894 au douar-commune El-Bordj, commune mixte de Cachérou (Département d'Oran, Algérie), Tirailleur de 1re classe, Matricule n° 6.298, classe 1913, n° 222 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     — ACI Ali ould Kaddour ould Moktar, présumé né en 1889 à Tiaret (Département d'Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 1.142, engagé volontaire le 10 décembre 1910 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― AHMED ben Mohamed, présumé né en 1890 à Sidi Ahmed (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 10.236, engagé volontaire le 16 janvier 1915 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     — ARABI Ali ben Hadj, présumé né en 1897 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 13.171, engagé volontaire le 15 février 1916 au recrutement d’Oran (- d ° -).    
 
     ― ATTAF Mohamed, présumé né en 1893 à Saïda (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 13.008, engagé volontaire le 1er février 1916 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― BENAYAD Ouadah ould Maloud, présumé né en 1891 dans la commune mixte d’Ammi-Moussa (Département d’Oran, Algérie), Caporal, Matricule n° 1.460, engagé volontaire le 21 janvier 1911 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     — BENCHIKHA Chadli ben Abdelkader, présumé né en 1893 dans la commune mixte d’Ammi-Moussa (Département d’Oran, Algérie), Caporal, Matricule n° 4.586, engagé volontaire le 18 septembre 1913 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― BENKHADDA Abdellah, présumé né en 1896 à Aïn-Témouchent (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Bataillon d’instruction de Seine-et-Marne, Matricule n° 12.976, engagé volontaire le 29 janvier 1916 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     — BENSACI Kaddour ould Ahmed, présumé né en 1894 dans la commune mixte de Zémmora (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 12.852, engagé volontaire le ... au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― BEN ZINATI Abdelkader, présumé né en 1888 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 14.874, engagé volontaire le 18 mars 1916 au recrutement d’Oran (- d ° -).
   
     ― BOUYAKOUB Abdelkader, né le 8 avril 1899 à Sidi-Chami (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 13.115, engagé volontaire le 12 février 1916 au recrutement d’Oran (- d ° -).  
 
     ― CHIKH ben Dahmani, présumé né en 1896 au douar Mégan, commune de Mécheria (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 13.273, engagé volontaire le 15 février 1916 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― DAHMANI Dahmane, présumé né en 1894 à Saïda (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Bataillon d’instruction de Seine-et-Marne, Matricule n° 9.907, engagé volontaire le 31 décembre 1914 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― DJABER Ali ben Mohamed, présumé né en 1888 à Mascara (Département d’Oran, Algérie) et domicilié à Saïda (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Bataillon d’instruction de Seine-et-Marne, Matricule n° 7.550, engagé volontaire le 13 septembre 1914 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― FELLAG Abdelkader ould Atmane, présumé né en 1896 à Dalikat (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 8.695, engagé volontaire le 19 décembre 1914 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― LAHSEN Mohamed ould Abdeka, présumé né en 1895 à Saint-Denis-du-Sig – aujourd’hui Sig – (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Bataillon d’instruction de Seine-et-Marne, Matricule n° 13.916, engagé volontaire le 8 mars 1916 au recrutement d’Oran (- d ° -).  
 
     ― LAKDAR ould Mohamed, présumé né en 1891 à Maachat (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 9.344, engagé volontaire le 26 décembre 1914 au recrutement de Mecheria (- d ° -).      
 
     ― LARBI Ahmed ben Larbi ben Mohamed, présumé né en 1876 à Mascara (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Tirailleur de 1re classe, Bataillon d’instruction de Seine-et-Marne, Matricule n° 5.193, engagé volontaire le 23 janvier 1899 au recrutement d’Oran (- d °-).  
 
     — MARQUETOUT Gabriel Léonard, né le 11 novembre 1899 à Limoges (Haute-Vienne), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 3.928, classe 1912, n° 926 au recrutement de Limoges (- d ° -).  
 
     ― MAZOUZI Bensaïd, présumé né en 1891 au Télagh (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 4.969, engagé volontaire le 24 avril 1917 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 juin 1918).
 
     ― MIMOUNI Addelkader ould Abdelkader, présumé né en 1893 dans la tribu d’Ouled-Amara, commune mixte de Bou-Saâda (Département d’Alger, Algérie) et y domicilié, Tirailleur de 2e classe, Bataillon d’instruction de Seine-et-Marne, Matricule n° 13.747, engagé volontaire le 28 février 1917 au recrutement d’Oran (- d °-).    
 
     ― MOSTÉFAOUI Abdelkader ould Kaddour, présumé né en 1880 à Tiaret (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 7.819, engagé volontaire le 14 novembre 1914 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― NACER Ould Mohamed, présumé né en 1894 sur le territoire de la commune mixte de Freuda (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Bataillon d’instruction de Seine-et-Marne, Matricule n° 6.643, classe 1913, n° 281 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
     ― OUDDANE Mahi Ould Benaïssa, présumé né en 1893 à Dehairia (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule inconnu et classe inconnus, n° 360 N. en un lieu de recrutement inconnu (Jug. Trib. Marseille, 22 déc. 1925, transcrit à Marseille le 22 avr. 1927).  
 
     — RAMDANE ould Lakhdar, présumé né en 1896 à Aïn-Kerma (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, n° 13.272, engagé volontaire le 1er février 1916 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).  
 
     — SELINE ould Mohamed, né le 25 septembre 1899 au douar Aïn-Cheurfa, commune de Saint-Lucien – aujourd’hui Zahana – (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, n° 13.359, classe inconnue, n° inconnu au recrutement de Tlemcen (- d ° -).
 
     ― ZINE Abdelkader ben Sarochoui, présumé né en 1890 à Tiaret (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 14.799, engagé volontaire le 17 mars 1916 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).  
 
   ■ 9e Régiment de marche de tirailleurs.
 
     ― FLEURY Léon Justin Pierre, né le 8 août 1896 à Inkermann – aujourd’hui Oued-Rhiou – (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 12.359, classe 1916, n° 734 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 30 juil. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― MARTINET Camille René, né le 6 avril 1896 à Saint-Louis – aujourd’hui Boufatis – (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Sous-lieutenant, Matricule n° 6.302, classe 1916, n° 1.034 au recrutement d’Oran [i(- d° -)][/i].
 
     ― OURAD ben Ali, présumé né en 1884 à Saint-Lucien – aujourd’hui Zahana – (Département d’Oran, Algérie), Tirailleur de 2e classe, Matricule n° 6.687, engagé volontaire le 21 octobre 1914 en un lieu de recrutement inconnu (Jug. Trib. Marseille, 27 nov. 1918, transcrit à Marseille le 22 janv. 1919).
 
     ― PASQUIER Henri Jean Ernest, né le 22 juin 1887 à "Maingot" (Vendée), Sergent, Matricule n° 03.579, classe 1907, n° 1.480 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― PÉNÉ Jean Louis, né le 13 juin 1888 à Saint-Sever (Hautes-Pyrénées), Soldat de 2e classe, Matricule n° 04.053, classe 1908, n° 2.065 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 30 juil. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― PÉREZ Sylvain Gabriel Francis Marius, né le 6 juin 1893 à Rivoli – aujourd’hui Hassi-Mammèche –  (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Soldat de 2e classe, Matricule n° 2.415, engagé volontaire le 28 septembre 1915, n° 963 au recrutement de … (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― ROQUEFÉRÉ Augustin Pierre, né le 19 février 1896 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Soldat de 2e classe, Matricule n° 12.363, classe 1916, n° 1.659 au recrutement d’Oran (- d ° -).      
     
   ■ 1er Régiment de marche de zouaves.  
 
     ― DIAS Joaquin, né le 27 août 1891 à Sig (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Soldat de 2e classe, Matricule n° 10.238, classe 1912, n° 2.188 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 30 juill. 1918, transcrit à Marseille le 23 sept. 1918).
 
     ― HERNANDEZ José Antonio, né le 16 avril 1891 à Telagh (Département d’Oran, Algérie) et domicilié à Oran (Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 18.854, classe 1912, n° 1.500 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).  
 
   ■ 2e Régiment de marche de zouaves.
 
     ― DARRAS André Eugène, né le 9 décembre 1888 à Amiens (Somme), Soldat de 2e classe, Dépôt d’Oran, Matricule n° 017.947 ter, classe 1908, n° 1.800 au recrutement d’Amiens (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― MARCIANO Salomon, né le 13 septembre 1883 à Nedroma (Département d’Oran, Algérie) et domicilié à Nemours (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 1re classe, Dépôt d’Oran, Matricule n° 01.475, classe 1903, n° 975 au recrutement d’Oran (- d ° -).  
 
     ― RAGONNET Edmond Joseph, né le 29 mars 1890 à Sidi-Chami (Département d’Oran, Algérie), Caporal (Détaché pour l’encadrement des tirailleurs marocains), Matricule n° 05.164 bis, classe 1910, n° 808 au recrutement d’Oran (- d ° -)
 
   ■ 2e bis Régiment de marche de zouaves d’Orient.  
 
     ― CHESNEL Adrien Léon Joseph, né le 13 mars 1885 à Yvrandes (Orne), Soldat de 2e classe, Matricule n° 018.688, classe 1905, n° 137 au recrutement d’Argentan (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― FULLANA Vincent, né le 26 avril 1895 à Oran (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 02.519, classe 1906, n° 182 au recrutement d’Oran (- d ° -)
 
     ― GIROU Jean Joseph, né le 23 septembre 1891 à Cancon (Lot-et-Garonne) et y domicilié, Adjudant, Matricule n° 8.609, classe 1911, n° 949 au recrutement de Marmande (- d ° -).    
 
     ― SCHMITT Célestin, né le 27 septembre 1887 à Baudens – aujourd’hui Belarbi – (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 03.303 bis, classe 1907, n° 1.550 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
   ■ 3e Régiment de marche de zouaves.
 
     ― MARTY Jean Baptiste Georges, né le 20 octobre 1874 à Bergerac (Dordogne) et domicilié à Oran (Département d’Oran, Algérie), Sergent-major, Matricule n° 514, classe 1893~1894, n° 1.206 au recrutement de Périgueux (- d ° -).      
 
     ― ALIBERT Denis François, né le 23 octobre 1886 à Sidi-Bel-Abbès (Département d’Oran, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 0.545, classe 1906, n° 1.358 au recrutement d’Oran (Jug. Trib. Marseille, 13 juin 1918, transcrit à Marseille le 23 août 1918).
 
     ― ESCOLAR Jean Antoine, né le 27 juillet 1895 à Mostaganem (Département d’Oran, Algérie) et y domicilié, Soldat de 2e classe, Matricule n° 19.538, classe 1916, n° 902 au recrutement d’Oran (- d ° -).
 
 
   [à suivre]


n°42879
olivier 12
Posté le 18-08-2015 à 14:12:08  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Torpillage du 11 Mai 1917. Rapport du capitaine
 
Quitté Oran le 10 Mai à 18h15 avec 495 passagers dont 472 militaires et 23 civils, hommes femmes et enfants, et un chargement de vin, pommes de terre primeurs pour Port-Vendres et Cette.
 
J’étais le long des côtes d’Espagne au jour et à Saint Antoine à 08h15. Fait route le long de la côte à moins de 3 milles par temps brumeux et vent de NE. A 18h30 doublé Tortosa à moins de 3 milles et fait route au NNW.
A 19h10, les canonniers aperçoivent sur tribord arrière un sillage. A peine ont-ils le temps de faire un signe qu’une formidable explosion ébranle tout le navire. Nous venons d’être torpillés sans avoir eu le temps de faire aucune manœuvre pour éviter la torpille.
Donné immédiatement des ordres pour organiser le sauvetage, mais le navire s’enfonce très rapidement et une minute après, il coule verticalement par l’arrière, engloutissant une grande partie des passagers.
Seuls les radeaux et le youyou, qui n’étaient pas saisis, ont surnagé. La disparition a été si vertigineuse que nous n’avons pas eu le temps matériel de couper les saisines des embarcations sur les porte-manteaux. Elles ont été entraînées avec le bateau. Beaucoup de passagers de 2e classe et une bonne partie des militaires qui étaient dans les entreponts et sur l’arrière ont été tués par l’explosion.
Après le torpillage, le sous-marin a émergé et fait le tour des épaves avec son canon braqué sur les naufragés, se réjouissant de son forfait. Puis il a disparu vers l’Est.
Etant sur la passerelle, j’ai été englouti avec le bateau et ne puis dire comment je n’ai pas été écrasé par le mât de misaine qui est tombé, ni comment je me suis retrouvé sur un radeau. Nous avons réparti sur les radeaux les personnes accrochées à des épaves et la nuit est venue pendant cette opération difficile. Les radeaux ont fait voile sur la terre. Avec le youyou chargé de 18 personnes et coulant bas d’eau, j’ai essayé d’aller rapidement à terre pour chercher du secours. Mais les courants contraires et l’embarcation surchargée ne m’ont pas permis d’aborder cette côte, pleine de brisants, avant le jour. Pendant le trajet, une petite fille de 2 ans est morte dans les bras de sa mère. Cette dame et son enfant avaient été maintenus à la surface de l’eau par Monsieur Lecomte, second mécanicien, jusqu’à ce que nous les prenions dans le youyou.
Nous avons trouvé dans la petite localité d’Ampolla, où nous avons enterré la fillette grâce à l’amabilité des habitants, des barques de pêche qui sont allées explorer les lieux de l’accident. Elles sont revenues sans avoir rien trouvé. Monsieur Denifoz, des douaniers et plusieurs pêcheurs ont exploré pendant la journée toutes les côtes du golfe sans trouver aucune trace de naufragé. Je ne puis croire que toutes les personnes qui étaient sur les radeaux aient disparu. Ce manque complet d’indications me fait penser que les naufragés ont été recueillis par un navire passant à proximité.
La rapidité du naufrage ne m’a permis de sauver aucun papier du bord, et encore moins les dépêches. Le code secret a disparu avec le navire. J’ai établi ce rapport en conformité avec l’article 242 du code de commerce pour servir ce que de droit et fais d’avance toutes réserves pour réclamations et indemnités inhérentes à cet accident fortuit.
 
Fait à Ampolla le 12 Mai 1917.  Signé GOT
 
Enquête complémentaire  
 
Le capitaine Got, seul officier rescapé avec le second mécanicien Lecomte, le 3e mécanicien Delmas et le médecin Gillet, va bien sûr être interrogé avec une acuité toute particulière.
 
Il signale tout d’abord qu’au moment du torpillage, une petite balancelle de 30 tx environ se trouvait à 2 milles du navire dans le SSE et n’est pas intervenue pour secourir les naufragés. Il dit que cette balancelle a du masquer le sous-marin avant qu’il ne plonge. Le patron de cette barque est Bautesta FIBLA, de Benicarlo. Il a déclaré à notre consul avoir vu le sous-marin très près de la côte dans la journée du 11, entre 15h00 et 16h00. D’après une dépêche de Barcelone, l’équipage de ce voilier s’excuse de ne pas avoir porté secours aux naufragés en disant qu’ils avaient été terrifiés par l’horreur du torpillage et en étaient devenus malades et sans force.
 
A propos de la route suivie, il indique :
 
« Au moment du départ d’Oran, on m’a donné comme renseignement la position d’un sous-marin à 15 milles dans le SE de Barcelone. Le départ du navire a failli être retardé de 24 heures pour avoir une deuxième position de ce sous-marin. En même temps, on m’a indiqué qu’un autre sous-marin se trouvait à 25 milles dans le SW du cap de Gate. J’ai alors prévenu le CF qui me donnait les instructions que je réussirai à parer le sous-marin du cap de Gate puisque je faisais la traversée de nuit, mais qu’il me faudrait un 2e point pour celui de Barcelone. Le CF m’a répondu : « Je ne peux pas empêcher tous les bateaux de partir toutes les fois qu’un sous-marin est annoncé au large. Vous aurez sans doute une autre position demain pour celui de Barcelone. » L’ordre a été donné à deux torpilleurs de m’escorter du départ jusqu’à la nuit. Ensuite, je n’ai reçu que des "allos" n’intéressant pas la route que j’avais à faire. »
Il déclare être passé à 3 milles du phare de Tortosa à 18h10, puis avoir fait route au N35W.
 
Il précise que le MEDJERDA était armé d’un canon de 75 à l’arrière et d’un canon de 47 à l’avant avec un QM fusilier et deux canonniers. J’avais tout d’abord 8 hommes pour armer les canons et deux mitrailleuses. Mais on m’a enlevé un canonnier début février et 4 mitrailleurs il y a une quinzaine de jours, quand on a débarqué les mitrailleuses. J’ai aussitôt envoyé un rapport au commandant de la marine à Cette pour indiquer que je n’avais pas assez de personnel pour assurer le service.
La torpille a frappé par le travers du grand mât tribord, venant de 45° sur l’arrière. L’embarcation située au dessus a été démolie.
 
Il y avait 555 personnes à bord répartis comme suit :
- Sur le pont 430 militaires
- 3e classe 64 militaires et civils
- 2e classe 30 militaires et civils
- 1ère classe 7 militaires et civils
-  Dans l’équipage, il y avait 6 Espagnols.  
La catastrophe a été tellement brutale qu’aucune panique n’a eu le temps de se produire. Il y a sûrement eu beaucoup de tués et de blessés, mais je ne puis en fixer le nombre.
 
Le sous-marin a lancé une fusée éclairante avant de plonger. Le commandant du sous-marin a interrogé un radeau qui avait déjà hissé sa voile. Ce sous-marin devait mesurer 55 m avec un capot central, deux périscopes et un canon de calibre environ 90 mm.  
Il était gris clair, avec une peinture très propre. Sur le pont, il y avait un officier et 4 ou 5 hommes en jersey.
Nota :
Un autre déposant, Bertucci (le 1er chauffeur), décrit le sous-marin comme ayant 60 m de longueur. Blockhaus à 2m au dessus de l’eau avec petite passerelle. Deux fils d’acier allant vers l’avant et vers l’arrière. Un canon de 100 ou 105 mm fixe. Peinture gris clair.
Vu 15 à 18 hommes vêtus d’habits de cuir ou de caoutchouc, paraissant sales et très fatigués. Seul les gens du radeau de Bertucci ont été interrogés et l’officier ne parlait pas français.
 
Voici sa silhouette
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/538/J00kxU.jpg
 
On demande ensuite au capitaine Got : « Quels ordres avez-vous donné au départ d’Oran pour les gilets de sauvetage ? »
Réponse :
J’ai donné l’ordre une fois pour toutes au lieutenant Morganti de prévenir à chaque départ les sous-officiers et le commandant d’armes que les gilets étaient à leur disposition sur les panneaux pour être distribués aux militaires. Le lieutenant était chargé de faire la distribution aux civils voyageant sur le pont. Ceux qui étaient en cabine avaient leur gilet sous la couchette ».
 
« Vous êtes-vous assuré que cette distribution a été faite au départ d’Oran ? »
Réponse :
Les ceintures ont été distribuées par les sous-officiers au moment du départ. Mais les hommes ne les conservent pas avec eux une fois qu’on les leur a distribuées.
 
« Avez-vous communiqué le rôle d’évacuation et les consignes au commandant d’armes « ?
Réponse :
Le commandant d’armes, un sous-lieutenant, prétend qu’il est venu me trouver. Mais je ne me rappelle pas l’avoir vu. Je n’ai donc rien pu lui communiquer. Je ne l’ai pas fait chercher. C’est seulement en arrivant à la Compagnie Mixte que j’ai appris que ce commandant d’armes, dont j’ignore le nom, a déclaré être venu me trouver après le départ pour demander les consignes.
 
« Vous-êtes-vous assuré qu’on a montré aux passagers la façon d’utiliser les gilets de sauvetage » ?
Réponse :
Pour les passagers en cabine, nous avons des imprimés réglementaires. Pour les autres, j’ai vu le lieutenant Morganti essayer un gilet devant quelques soldats. Certains soldats ont gardé leurs gilets pendus à la ceinture sur leurs musettes. Mais d’autres laissaient leurs gilets à la traîne sur le pont. En fait, peu nombreux sont ceux qui gardent leurs brassières, car ils sont embarrassés avec leurs musettes et tout leur paquetage. Ils négligent de porter avec eux l’objet qui doit leur être le plus précieux. Ces brassières restent au milieu de la saleté du pont, ou servent d’oreillers à ceux qui sont couchés. Mais en plus des brassières distribuées, il y en a dans les caissons près des embarcations. Un soldat (nota : le soldat automobiliste Crestin Alexandre) prétend qu’il n’y a pas eu de distribution de gilets. Mais les militaires embarquent par groupes à partir de 14h00, ou individuellement au moment du départ. Il est possible que ce soldat soit arrivé après l’opération de distribution, ou qu’il s’en soit désintéressé ayant pris un supplément de classe. Au moment du départ, canonniers et maître d’équipage ont d’autres occupations pour pouvoir affirmer que les ceintures ont été mises à la disposition des passagers.
 
« Le rôle d’évacuation a-t-il été établi » ?
Réponse :
Oui. Il a été affiché dans les coursives et sur le spardeck arrière.
 
« Ce rôle a-t-il été communiqué au commandant d’armes » ?
Réponse :
Non puisque je ne l’ai pas vu.
 
« A-t-on indiqué aux passagers les radeaux où embarcations dans lesquels Ils devaient se rendre » ?
Réponse :
Non. Je voulais faire l’exercice le lendemain matin, mais n’ai pu le faire à cause du mauvais temps…Nous partons des ports la nuit, quand il n’y a pas de lune. C’est pourquoi l’exercice est renvoyé au matin de bonne heure. Mais sur la côte d’Espagne il y avait une houle assez forte, rendant les passagers malades. Puis il y a eu de la brume et nous avons été immobilisés sur la passerelle, ce qui ne nous a pas donné le temps de faire cette opération. Elle aurait d’ailleurs été inutile vu la rapidité de la catastrophe.
(Nota : cette très mauvaise excuse est soulignée par l’officier enquêteur)
 
« Comment vous êtes-vous retrouvé sur un radeau et pourquoi portiez-vous une chéchia et une capote militaire ? »
Réponse :
Je ne peux expliquer comment je me suis retrouvé sur un radeau. J’étais en tenue de lieutenant de vaisseau. Un soldat et des officiers m’ont dit : « Cachez-vous, sinon le sous-marin va nous tirer dessus. » J’ai répondu : "Moi, je ne me cache pas ». On m’a alors mis une chéchia de zouave sur la tête et une capote de poilu sur les épaules.
 
« Quand le pointeur Tarré, qui était dans le youyou vous a appelé, qu’avez-vous répondu ? »
Réponse :
J’ai demandé « L’embarcation est-elle avariée ? » On m’a répondu « Elle fait beaucoup d’eau ». J’ai alors dit « Venez me chercher pour que je me rende compte ». J’ai embarqué dans le youyou avec le maître d’équipage. Un homme vidait l’eau du youyou avec une musette. Avec ce youyou nous avons fait des recherches dans les environs et avons ramassé une trentaine de naufragés que nous avons répartis sur les différents radeaux. Une femme et une enfant étaient dans le youyou. Nous avons encouragé les naufragés des radeaux en leur faisant voir le phare de Tortosa qui n’était qu’à 5 milles, mais paraissait plus éloigné avec le temps brumeux. (Nota : il y a là une incohérence de la part du capitaine Got. Etant passé à 3 milles du phare à 18h10, il était certainement beaucoup plus éloigné à 19h10, sans doute entre 10 et 15 milles. Il a aussi mis sûrement plus de 3 heures pour se rapprocher ensuite du phare avec son youyou). Nous avons pris un radeau en remorque. Mais la remorque était trop courte et elle a cassé. J’ai dit au radeau, qui avait sa voile, de se diriger vers le phare. Je n’ai pas entendu le matelot Forcade dire : « C’est mal ce que vous faites… ».
 
« Quand vous avez quitté votre radeau avec le maître d’équipage, avez-vous pensé qu’il ne restait plus de marin à bord pour le manœuvrer ? «  
Réponse :
Non.
 
« Pourquoi êtes-vous allé vous-même à terre chercher du secours  au lieu de confier cette tâche à votre maître d’équipage ou au matelot pointeur ? »
Réponse :
Connaissant mieux la configuration de la côte, je pensais atterrir plus vite et ramener plus promptement des secours. Mais les courants contraires m’ont retardé et cette côte est pleine de brisants. J’ai dû aller jusqu’au fond du golfe pour trouver un point accessible. Le youyou filait 1,5 nœud. J’ai mis 3 heures pour approcher du phare de Tortosa. S’il ne restait personne pour diriger l’ensemble des radeaux, c’est que j’ignorais que mes officiers avaient disparu.
 
« Quand les embarcations espagnoles sont allées à la recherche des naufragés, pourquoi n’avoir pas eu l’idée de mettre dans chacune un de vos marins français, ou d’y aller vous-même ? »
Réponse :
Le commandant de la Marine à Tortosa m’a dit que ce n’était pas nécessaire et qu’il valait mieux que j’aille sur la côte recueillir les éventuels naufragés. Il n’est pas étonnant que ces embarcations n’aient rien trouvé puisque nous avons su plus tard que les naufragés avaient été ramassés le 12 au matin.
 
« Avez-vous d’autres renseignements à donner ? »
Réponse :
La torpille a frappé sous la chambre du second qui n’était pas de quart. Il a du être tué par l’explosion. Quant au lieutenant Morganti qui était sur la passerelle avec moi, je l’ai vu mettre sa ceinture de sauvetage. Je ne l’ai plus revu après.  
J’ai entendu dire que le sous-marin avait fait des prisonniers, mais ce n’est pas exact.
 
Rapport de l’agent consulaire de France à Tarragone au LV de ROUCY, attaché naval près de l’Ambassade de France à Madrid. 15 Mai 1917
 
Ce rapport est assez long. On peut le résumer comme suit :
 
« En apprenant le 12 de ce mois à 13h00 par le Commandant de la Marine à Tarragone la nouvelle du torpillage, je me suis rendu immédiatement à Ampolla où étaient arrivés 17 rescapés du MEDJERDA et une fillette de 3 ans, noyée, que sa pauvre mère conduisait dans ses bras.
Le capitaine Joseph GOT, commandant le bateau torpillé a déposé dans mes mains le rapport ci-joint que j’ai fait affirmer par une partie de l’équipage. J’ai pris la liste des rescapés dont je vous fais parvenir le double que voici.
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/661/4MaTJR.jpg
 
Toutes les dispositions possibles ont été prises par les autorités maritimes et civiles d’Ampolla pour porter secours à ceux qui, ayant pu survivre à la catastrophe auraient pu se trouver encore sur les épaves du naufrage devant les Bouches de l’Ebre et dans le golfe de San Jorge. Mais l’explosion fut si rapide et imprévue que le nombre de personnes qui se trouvaient à table et dans les cales, soit 350 dont 22 femmes et 10 enfants est certainement celui des victimes.  
Le sous-marin qui a accompli ce criminel exploit (l’agent consulaire donne ses caractéristiques) a fait le tour des épaves à la recherche du capitaine Got, vieux loup de mer ayant des dettes contractées avec l’armée sous-marine ennemie. Cet admirable Français a gardé un sang froid magnifique et c’est avec une modeste émotion qu’un modeste serviteur de la France vous le signale, car avec des hommes pareils une Patrie comme la nôtre ne peut périr.
 
Le commandant Got dit dans son rapport qu’il a été torpillé à 3 milles de Tortosa, mais la dépêche transmise par le commandant de la Marine de Tortosa à celui de Tarragone dit que MEDJERDA a été torpillé à 5 milles de l’île de Buda. Mais cette distance est en longueur ( ?) et notre pauvre courrier a bien été torpillé dans les eaux territoriales espagnoles.
 
La veille du torpillage est entré dans le port de Tarragone le croiseur BONIFAZ qui est reparti pour valence dans la matinée du 12. Il n’ignorait certainement pas la présence d’un sous-marin dans les Bouches de l’estuaire de l’Ebre. Le 11 à 07h00 du matin, le vapeur grec LEFKOSIA avait été canonné et coulé (nota : ce navire allait de Valence à Port Saint Louis du Rhône avec de l’acide sulfurique et a bien été coulé par l’U 34). Cette nouvelle était arrivée à Tarragone le jour même à 14h00. Si le BONIFAZ était aussitôt parti sur les lieux, le sous-marin n’aurait pas osé torpiller à 19h00 le MEDJERDA devant un tel témoin. Il faut éclairer ce point pour peser la responsabilité de l’Espagne. Avec ses marins germanophiles qui surveillent les eaux territoriales, les résultats ne sont jamais favorables aux intérêts de la navigation alliée. Pour réussir dans cette mission, il faut beaucoup de zèle et d’activité. Généralement, tout cela reste en harmonie avec les sentiments que l’on professe.
 
Les rescapés du MEDJERDA débarqués à Ampolla, où fut enterrée la fille de Madame Vezetti, sont venus à Tarragone le 13. Avant leur départ pour Barcelone le même jour, je suis parti en hâte pour Sitges où l’on me réclamait pour donner des renseignements que je vous transmettrai par lettre séparée. J’ai retrouvé mes compatriotes à Barcelone où les attendait Monsieur le Consul Général dans la dite ville.
 
Les autorités de Tortosa ont fait leur devoir en envoyant des embarcations sur les lieux du naufrage. Monsieur Got et Monsieur Paul Dreyfus ont parcouru à pied les plages de Buda sans trouver aucun vestige du bateau torpillé. Profitant de l’arrivée à Tarragone du patrouilleur JEANNE, impressionné par l’amabilité de son commandant, Monsieur Langlois, imbu du désir de voir de près le pirate, je me suis permis d’embarquer sur JEANNE pour faire une exploration sur les lieux où le courrier d’Oran avait été englouti. Le patrouilleur a fait à 10 milles de Buda des routes diverses sur 30 milles (fin de la phrase incompréhensible tant l’agent consulaire s’exprime mal). Les recherches ont été infructueuses. On n’a vu ni cadavres ni sous-marin. Rien que des épaves en bois, un casque colonial, deux barriques de vin et une grande quantité d’oranges qui tapissaient le tombeau de nos malheureux compatriotes.
 
Le patrouilleur JEANNE est rentré hier à Port-Vendres. Les visites réglementaires ont été faites aux autorités qui se sont montrées très aimables et obligeantes, en particulier le Gouverneur Civil qui est allé visiter les victimes à l’hôtel de Paris de cette ville, où ils étaient logés. Il les a accompagnés à la gare pour leur faire ses adieux.
 
Rapport du capitaine Adrien MARIE, de NIEVRE, à l’Administrateur de l’IM de Marseille
 
J’ai l’honneur de vous informer que pendant ma traversée d’Oran à Marseille, le 12 Mai vers 08h00, à 3 milles dans l’Est du cap Tortosa, j’ai aperçu à 3 milles au Nord de ma route deux radeaux séparés de 2 milles l’un de l’autre. L’un d’eux avait une voile établie.
Après m’être bien fixé sur la réalité de ces objets, je me suis approché doucement et j’ai reconnu que des naufragés s’y trouvaient groupés et à demi vêtus. J’ai manœuvré aussitôt pour le sauvetage.
Il y avait une assez forte houle de NE. Avec les plus grandes précautions, à 09h30 toutes les personnes étaient à bord sans accident et nous avons repris notre route.
Les naufragés provenaient du paquebot MEDJERDA torpillé la veille à 19h00. Ils avaient navigué toute la nuit à la voile et à l’aviron et d’après les renseignements des pêcheurs côtiers leur position au moment du naufrage était à 15 ou 20 milles au large de Tortosa.
J’ai aussitôt télégraphié à tous les navires de guerre :
« Rencontré à 2 milles Est de Tortosa deux radeaux avec naufragés du MEDJERDA torpillé la veille à 19h00 à 20 milles à l’Est de ce cap ».
Premier appel à 09h00. A 11h00 réponse du poste d’Oran, puis de celui d’Alger. Oran a retransmis le message plusieurs fois.
 
Parmi les passagers recueillis se trouvait une femme assez sérieusement blessée à la tête et avec de fortes contusions sur le corps. Un militaire avait la main traversée par un éclat. Un autre militaire avait de fortes contusions à la tête. Sur l’un des radeaux il y avait 27 personnes et sur l’autre 16, ce qui fait un total de 43. Dès leur arrivée à mon bord, nous nous sommes appliqués à le vêtir, les réchauffer, les alimenter et panser les blessés jusqu’à notre arrivée à Marseille qui eut lieu le 13 Mai à 17h00.
 
Voici quelques noms de rescapés retrouvés par NIEVRE (14 militaires et 4 hommes d’équipage)
 
- BERTUCCI (1er chauffeur)
- FORCADE (2e maître d’équipage)
- SCOTTO    (Soutier)
- GOUDON   (2e cuisinier)
- SIGURA
- JOVER
- SCHIAPPE
- FERRAND
- MOSER
- BARRAGUIE
- COMTE
- MAMADOU
- BASTARDI
- ROMAN
- ROQUEFORT
- CONTE
- CHIESA
-  
La passagère blessée semble avoir été Madame PERLY, épouse du sous-lieutenant PERLY sauvé lui par le BATTENHALL.
 
Rapport du capitaine Albert Harry PURVIS du vapeur anglais BATTENHALL à l’Administrateur de l’IM de Port Vendres
 
Par 40°00 N et 01°00 E le 12 Mai 1917 à 05h30 du matin, j’ai aperçu deux radeaux de sauvetage avec un certain nombre d’hommes dessus. Puis entre 05h30 et 07h30, avec de grandes difficultés, j’ai secouru 13 radeaux portant 160 soldats français de différents grades et 10 hommes d’équipage du vapeur MEDJERDA de Marseille, appartenant à la Compagnie de Navigation Mixte. Plusieurs des rescapés étaient grièvement blessés. Avec l’assistance du docteur de MEDJERDA qui était parmi les sauvés, ils ont été soignés. Ils ont attendu que je les place aussi confortablement que possible. Tous les rescapés, y compris les femmes et les enfants ont été débarqués en sureté à Port-Vendres le 13 Mai à 08h30.
Trois heures avant la découverte des premiers radeaux, nous avions entendu des coups de canon dans l’Est.
 
Signé : Albert Harry Purvis  Wathisfield Road  Clapton  LONDON NE
 
Interrogé par l’Administrateur de Port-Vendres, le Captain Purvis précise :
- J’ai trouvé les naufragés à 5 milles dans l’WqSW du cap Tortosa
- J’ai embarqué 10 radeaux, laissant les 3 autres partir à la dérive.
- J’ai relevé les noms de 170 personnes.
- Sur les 170 naufragés, 70 seulement avaient une ceinture de sauvetage
- Un  seul radeau avait une voile, mais les occupants étaient des militaires qui ne savaient pas l’utiliser
- Je ne possède pas de TSF
 
Note du Préfet Maritime au Consul Général Britannique à Marseille  16 Mai 1917
 
Je vous confirme que le vapeur britannique BATTENHALL a recueilli en mer et débarqué à Port VENDRES le personnel ci-dessous provenant du vapeur MEDJERDA torpillé en Méditerranée
 
- 156 passagers militaires
- 10 marins de l’équipage
- 1 marin de l’Etat
- 3 civils
Soit 170 personnes au total.
 
Je suis heureux de porter à votre connaissance que le rapport de l’Autorité Maritime de Port-Vendres fait ressortir la brillante conduite et l’esprit de profonde solidarité dont a fait preuve le capitaine du BATTENHALL en cette douloureuse circonstance.  
Le BATTENHALL a pour commandant Mr. Albert Harry Purvis. De l’avis unanime de toutes les personnes recueillies par ce bâtiment, la conduite du capitaine mérite les plus grands éloges tant en ce qui concerne les opérations de sauvetage que pour la sollicitude qu’il a montré envers les naufragés en leur faisant distribuer des vivres et en aidant lui-même le médecin de MEDJERDA à soigner les blessés.
Je vous serais reconnaissant de vouloir bien porter cette appréciation élogieuse à la connaissance du capitaine Albert Harry Purvis en vous priant d’y joindre mes remerciements personnels pour l’esprit de dévouement et la sollicitude montrés par cet officier à l’égard des naufragés du MEDJERDA.
 
Voici les noms de quelques rescapés sauvés par BATTENHALL.
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/661/uS1a6g.jpg

Rapport de la Commission d’enquête au Ministre

 
Le navire fut englouti en 3 minutes et il était difficile d’utiliser convenablement les embarcations, bien que dans des conditions analogues ceci puisse être fait avec une organisation convenable. Il ressort clairement de l’enquête que cette organisation n’existait pas sur MEDJERDA (rôle, distribution des brassières …etc)
 
Le navire disparu, le capitaine décide d’aller à terre chercher du secours, arguant de sa connaissance de la côte. Il part avec le youyou laissant les radeaux sans aucun marin compétent, même pas le maître d’équipage qu’il emmène avec lui. Les officiers avaient disparu. Les naufragés seront recueillis le lendemain par NIEVRE et BATTENHALL.
 
Enfin le capitaine Got cède aux suggestions du commandant de la Marine à Tortosa en ne retournant pas sur les lieux à la recherche de ses naufragés.
 
Sa conduite ne saurait donc mériter d’éloges. Mais en raison de son attitude courageuse et énergique du 20 Novembre 1916 qui lui a valu la Croix de Chevalier de la Légion d’Honneur, je propose au Ministre de lui adresser seulement les observations ci-jointes.
 
Note du Vice Amiral Lacaze au Préfet Maritime de Toulon. 24 Juin 1917
 
Le rapport d’enquête établi à la suite du torpillage du MEDJERDA signale des erreurs regrettables commises par le Lieutenant de Vaisseau auxiliaire Got, commandant du paquebot. Il est clair qu’il existait à bord un défaut d’organisation pour la mise à l’eau des embarcations, la distribution des ceintures, la garde des garants d’embarcations et cette lacune est la plus grave.
Si rapide qu’ait été la disparition du MEDJERDA, d’autres disparitions aussi rapides ont prouvé qu’il n’était pas impossible de mieux utiliser les moyens de sauvetage.
 
Le capitaine a jugé qu’il devait lui-même aller chercher du secours avec la seule embarcation restante. En admettant qu’il jugeât son maître d’équipage incapable, il eut mieux agi en le laissant diriger les radeaux des passagers au lieu de l’emmener avec lui à terre. Il aurait du prendre avec lui une femme blessée qu’on lui avait signalée.
 
Enfin, quelles qu’aient été les suggestions du commandant de la Marine de Tortosa, la place du capitaine Got était sur les bateaux envoyés à la recherche des naufragés.
 
Vous voudrez bien transmettre ces observations à l’ex-capitaine de MEDJERDA contre lequel je ne veux cependant pas prononcer de sanctions en raison de sa conduite lors d’une attaque de sous-marin le 20 Novembre 1916.
 
Récompenses
 
Médaille de sauvetage en bronze
 
LECOMTE Charles  Second mécanicien  Marseille 3234
 
Est parvenu, grâce à sa présence d’esprit et son courage à placer une femme et un enfant sur un radeau. Le radeau ayant chaviré, a maintenu l’enfant dans ses bras jusqu’à l’arrivée du youyou, le femme étant accrochée à une planche.
 
PURVIS Albert Henry Capitaine du BATTENHALL
 
MARIE Adrien Lucien  Capitaine de NIEVRE  Agde 226
 
N’ont pas hésité, malgré les risques encourus, à se porter au secours des naufragés qu’ils apercevaient sur les radeaux. Grâce à leur manœuvre habile, sont arrivés à les sauver tous sans accident.
 
Citation à l’Ordre du Jour du bâtiment
 
MORGANTI Jean-Baptiste  Capitaine au long cours   Lieutenant  Marseille 737
 
A disparu avec son bâtiment, sans doute tué par la chute du mât, pendant qu’il dé-saisissait les radeaux qui grâce à lui sont restés à flots et ont servi au sauvetage des passagers.
 
Article de « Correspondencia de Espana » journal de Madrid
 
Le journal se fait l’écho du torpillage du vapeur français MEDJERDA dans les eaux territoriales espagnoles. Il affirme que des personnalités notables affirment avoir assisté depuis la plage de Candas au torpillage de plusieurs vapeurs. Elles ajoutent que plusieurs habitants de Candas se sont embarqués dans des canots pour voir le sous-marin. Ces personnes sont certaines que plusieurs membres de l’équipage du sous-marin torpilleur avaient été vus par elles  la veille du torpillage, se promenant tranquillement dans le port de Gijon.
(Nota :il serait intéressant de savoir si U 34 a jamais fait une escale à Gijon … !)

Le sous-marin attaquant

 
C’était donc l’ U 34 du Kptlt Johannes KLASING.
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 18-08-2015 à 14:59:38

---------------
olivier
n°43847
ago
Posté le 19-01-2016 à 21:55:43  profilanswer
 

Bonjour,
Mon arrière grand père avait, à l'issue de la grande guerre récupéré des photographies, qui, m'avait il dit , avait été subtilisées par une femme de ménage travaillant dans l'ambassade d'Allemagne en Espagne. Elle présenteraient le naufrage du Medjerda, ainsi que le sous marin allemand.
Je les avait scannés l y a plusieurs années alors que j'avais un scanner de mauvaise qualité. il faudra que je les refasse.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/19980/Meidjerbacoule.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/19980/RadeauMeidjerba.jpg

n°43848
ago
Posté le 19-01-2016 à 21:57:42  profilanswer
 

http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/19980/Sousmarin2.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/19980/SMaCadix.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/19980/Sousmarin3.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/19980/Sousmarin1.jpg

n°45990
bernard33
Posté le 08-02-2017 à 18:30:56  profilanswer
 

Centenaire du torpillage du MEDJERDA
1917 – 2017
 
MERCREDI 10 MAI 2017 à 17h00
Exposition dans le Hall de l’hôtel Flamingo à l’Ampolla (Espagne)
Inauguration de l’exposition « Le centenaire du torpillage du MEDJERDA ».
Réception, discours et film de l’épave de Jose Maria Castellvi Viladegut.
 
Jeudi 11 mai 2017 à 12h00
Cérémonie du souvenir. Jet de fleurs à la mer.
 
[img]http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5730/medjerdanaufrage20juillet150.jpg


---------------
bernard33
n°45991
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 08-02-2017 à 21:20:28  profilanswer
 

bernard33 a écrit :

                                                 http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5730/medjerdanaufrage20juillet150.jpg


n°46087
matigo
Posté le 21-02-2017 à 09:07:56  profilanswer
 

Bonjour
 
Merci pour toutes ces infos sur cet événement.
 
Si ça vous intéresse, j'ai le témoignage écrit (publié dans un livre) de mon grand-père, rescapé du naufrage.

n°47278
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 12-09-2017 à 15:54:36  profilanswer
 

.
   Bonjour à tous,
 
 
                                                                                                               Le sous-marin allemand U-34
 
 
                                                                                                                         
                                               http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/U34Sousmarinallemand..jpg  
 
 
                                      — Günter KROSCHEL & August-Ludwig EVERS : « Die Deutsche Flotte. 1848~1945. », Verlag Lohse-Eissing, Wilhelmshaven, 1986.


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
 Page :   1  2  3  4  5
Page Suivante

Aller à :
Ajouter une réponse