FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  PATRIE - Cuirassé

 

Il y a 43 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2
Page Précédente
Auteur Sujet :

PATRIE - Cuirassé

n°2936
Ar Brav
Posté le 11-02-2008 à 10:38:52  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
PATRIE Cuirassé type République (1907 – 1936)
 
Chantier :
 
Forges & Chantiers de la Méditerranée, La Seyne sur Mer  
Commencé : 01.04.1902
Mis à flot : 17.12.1903
Terminé : 1907
En service : 02.1907
Retiré : 07.11.1936                          
Caractéristiques :  14 900 t ; 18 000 cv ; 133,8 x 24,3 x 8,4 m ; 3 machines ; 24 chaudières Niclausse ; 3 hélices ; 19 nds ; 800 h.
Armement : IV de 305 + XVII de 164 + 4 TLT.
 
Observations :
 
01.08.1911 : affecté à la 1ère division de la 2ème escadre
01.1912 : modifications des soutes à munitions
16.08.1914 : participe à la destruction du croiseur autrichien Zenta
18.05.1915 : 1ère division de la 4ème escadre
1916 : affaire de Grèce
16.05.1916 : 2ème division de la 3ème escadre
07.08.1917 : affecté à la division d’Orient
17.05.1918 : détaché de la division d’Orient à Moudros
15.09.1919 : affecté aux écoles à Toulon
1920-1927 : école des mécaniciens et torpilleurs
1928 : rayé
07.11.1936 : condamné, vendu pour démolition à Toulon.
 
Sources :
Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, Tome II, 1870-2006, LV Jean-Michel Roche, Imp. Rezotel-Maury Millau, 2005
http://www.netmarine.net/dico/index.htm
Répertoire des navires de guerre français, Jacques Vichot, Pierre Boucheix, refondu par Hubert Michéa, AAMM, 2003  
French Warships of World War I, Jean Labayle-Couhat, Ian Allan Ltd, 1974
 
 
Cordialement,
Franck

Message cité 1 fois
Message édité par Ar Brav le 28-03-2009 à 19:50:29

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°3131
olivier 12
Posté le 27-02-2008 à 18:36:24  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Avec un peu de retard, un cliché pris pendant la Grande Guerre sur le cuirassé PATRIE. Un groupe de matelots pose pour le photographe tandis que le remorqueur BOEUF vient d'amener le long du bord un chaland de ravitaillement.
La corvée d'embarquement va pouvoir commencer....
 
http://img405.imageshack.us/img405/9773/patriehj0.jpg
 
Cordialement
Olivier
 
(source "Les remorqueurs" par Alain Croce  Edition MDM)


---------------
olivier
n°5725
GENEAMAR
Posté le 30-05-2008 à 11:06:18  profilanswer
 

[:alain dubois:8] Pour la petite histoire...
 
Le 5 janvier 1911, porte pavillon du Vice-Amiral Jean BELLUE, Commandant en chef la 1ère Escadre.
État-Major général : Charles DIDELOT, Capitaine de vaisseau, Chef d'État-Major - Marie D'ADHÉMAR de CRANSAC, Capitaine de frégate, Aide de camp - Jean GRELLIER, Capitaine de frégate, Adjoint au Chef d'État-Major pour le service de l'Artillerie - Pierre BEAUDROIT, Jean FORTIN, Georges LEFÈVRE, Lieutenants de vaisseau, Aides de camp - Jean D'HARCOURT, Enseigne de vaisseau de 1ère classe, Officier d'ordonnance - Raymond TERME, Enseigne de vaisseau de 2ème classe, Officier d'ordonnance - Henri CARALP, Mécanicien Inspecteur de 1ère classe, Mécanicien d'escadre - Louis LANCELIN, Commissaire en chef de 1ère classe, Commissaire d'escadre - Henri GAZEAU, Médecin en chef de 1ère classe, Médecin d'escadre - François FAURE, Ingénieur en chef de 2ème classe, Ingénieur d'escadre - Henri PRÉVOT, Ingénieur de 1ère classe d'Artillerie navale.
État-Major :
Commandant (du 5 janvier 1911): Maurice GRASSET, Capitaine de vaisseau.
Second : Joseph GUYOT d'ASNIÈRES des SALINS, Capitaine de frégate.
Lieutenant de vaisseau : Jean Pierre ESTEVA - Charles MARTEL (14 ans de grade) - Léon MONIER (can.) - Henri ROUSSEL - Albert TRABAUD - Louis VIOLETTE.
Enseignes de vaisseau de 1ère classe : Henri DUROCH - Charles FAUQUE de JONQUIÈRES (can.) - René GRIBELIN - Dominique HÉRIARD-DUBREUIL - Simon MODET (fus.) - Gustave MOËVUS - François MORAT (can.) - 2ème classe : André DUCOS.
Mécanicien en chef : René TANGUY.
Mécaniciens principaux de 1ère classe : Louis DUBUISSON - Joseph FILIOL - Jean Baptiste HENRY - Henri ITIER.
Commissaire de 1ère classe : Eugène HUET.
Médecin-Major : Louis BRUHAT, Médecin de 1ère classe.
 
 [:patrice pruniaux1:6]  
 


Message édité par GENEAMAR le 30-05-2008 à 11:13:50

---------------
Cordialement. Malou
n°5727
GENEAMAR
Posté le 30-05-2008 à 15:01:26  profilanswer
 

[:alain dubois:8] Pour la petite histoire...
 
Le cuirassé "PATRIE", étant au 15 janvier 1911, le porte pavillon du Vice-Amiral Jean BELLUE Commandant en chef la 1ère Escadre... composition de l'Escadre...
 - "CARABINIER" - "CHASSEUR" - "DÉMOCRATIE" - "ERNEST-RENAN" - "FANTASSIN" - "GABION" - "HACHE" - "JUSTICE" porte pavillon du Contre-Amiral Jean GASCHARD, Commandant une division de l'Escadre (du 1er novembre 1909) - "JULES-FERRY" porte pavillon du Contre-Amiral Louis PIVET, Commandant une division de l'Escadre (du 15 février 1909) - "LANSQUENET" - "LÉON-GAMBETTA" - "LIBERTÉ" - "MASSUE" - "RÉPUBLIQUE" - "SABRETACHE" - "SPAHI" - "SUFFREN" - "TIRAILLEUR" - "VÉRITÉ" - "VICTOR-HUGO" - "VOLTIGEUR".
 
 [:patrice pruniaux1:6]  
 


Message édité par GENEAMAR le 30-05-2008 à 15:16:23

---------------
Cordialement. Malou
n°8854
GENEAMAR
Posté le 16-09-2008 à 10:03:48  profilanswer
 

[:alain dubois:8]  
 
  . En mai 1915, le "PATRIE" est le porte-pavillon du Vice-Amiral Ernest NICOL, Commandant en chef l'Escadre des Dardanelles en remplacement de l'amiral GUÉPRATTE. Jean GRELLIER, Capitaine de vaisseau, Chef d'État-Major. Georges ENG, Capitaine de vaisseau, Commandant le bâtiment.
  (Le Vice-Amiral NICOL, gravement malade devra résigner ses fonctions en septembre).
 
 [:patrice pruniaux1:6]  
 


---------------
Cordialement. Malou
n°10259
olivier 12
Posté le 09-11-2008 à 10:53:13  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Quelques photos du cuirassé PATRIE
 
1. Cliché non daté
 
http://img356.imageshack.us/img356/5714/patrieet5.jpg
 
2. En Orient au printemps 1916
 
http://img356.imageshack.us/img356/9271/patrie4za9.jpg
 
3 et 4. Récupération de torpilles après un exercice
 
http://img509.imageshack.us/img509/8210/patrie3ap7.jpg
 
http://img509.imageshack.us/img509/7913/patrie2oi4.jpg
 
Cdlt  
 
Olivier

Message cité 1 fois
Message édité par olivier 12 le 09-11-2008 à 11:30:53

---------------
olivier
n°10264
dbu55
Posté le 09-11-2008 à 13:47:19  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Quelques marins du PATRIE, morts pour la France :
 
L'HELGOUARCH Jean Marie né le 07/10/1896 à Combrit (Finistère), Matelot de 3ème Classe Chauffeur, décédé le 17/7/1915 (18 Ans) - A bord du Navire Hôpital DUGUAY TROUIN Rade de Moudros - Grèce - Maladie - Broncho pneumonie Grippale    
 
BOURREAUD Siméon Léon né le 08/06/1892 à Fontenay-le-Comte (Vendée), Matelot de 2ème Classe Canonnier, décédé le 22/9/1915 (23 Ans) - Saint-Mandrier-sur-Mer (Hôpital) Var - Suites de blessures en service commandé - Fracture de la colonne vertébrale à bord du PATRIE    
 
DAMBACH Albert Julien né le 06/07/1893 à Lambersart (Nord), apprenti marin , décédé le 22/11/1915 (22 Ans) - Saint-Mandrier-sur-Mer (Hôpital) Var - Maladie - Méningite    
 
LE DUC Alexis Adolphe né le 30/07/1874 à Brest (Finistère), Second Maître Mécanicien, décédé le 18/2/1916 (41 Ans) - A bord du Navire Hôpital DUGUAY TROUIN  - Maladie - Occlusion Intestinale    
 
LE GUELLEC Auguste né le 23/12/1890 à Plozévet (Finistère), Matelot de 3ème Classe , décédé le 29/6/1916 (25 Ans) - Mikra (Hôpital Lazaret) Grèce - Maladie    
 
DEBRIS Joseph Eléonard né le 06/03/1896 à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), Matelot Sans Spécialité, décédé le 1/12/1916 (20 Ans) - Athènes Grèce - Tué au cours des événements d'Athène  - Son nom figure sur le monument aux morts de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais)  
 
KÉRENFORT Georges Théophile Marie né le 22/06/1861 à Plougastel-Daoulas (Finistère), Mécanicien en chef , décédé le 5/12/1916 (55 Ans) - A Bord du Torpilleur Grec PANTHER  - Accident Explosion d'une chaudière a bord torpilleur grec PANTHER (Voir la biographie de cet officier dans la rubrique Officiers parmi tant d'autres)
 
ANDRÉ Michel né le 14/09/1884 à L'Hôpital-Camfrout (Finistère), Quartier Maître Chauffeur, décédé le 6/12/1916 (32 Ans) - A bord du PANTHER  - Suites de blessures Accidentelles reçues lors d'un accident de chaudière à Bord du torpilleur Grec PANTHER    
 
CUMIN Joseph Théodore né le 20/11/1890 à Chatenay (Isère), Matelot de 2ème Classe Chauffeur, décédé le 16/12/1916 (26 Ans) - A bord du Navire Hôpital DIVONA  - Suites de Brûlures dues à une explosion de chaudière sur le torpilleur grec PANTHER    
 
KEROMNES Jean Pierre né le 03/02/1873 à Irvillac (Finistère), Second Maître Chauffeur, décédé le 19/3/1918 (45 Ans) - A bord du PATRIE  - Maladie - Grippe et Paludisme    
 
LE GARREC Edmond Marie né le 16/11/1897 à Plounéour-Tréz (Finistère), Matelot de 3ème Classe Sans Spécialité, décédé le 28/8/1918 (20 Ans) - A bord du navire Hôpital BIEN HOA Moudros Grèce - Maladie - Broncho pneumonie    
 
FORTIN Théophile Charles né le 25/02/1900 à Saint-Himaire-de-Riez (Vendée), Matelot de 3ème Classe Sans Spécialité, décédé le 30/3/1919 (19 Ans) - Constantinople (Hôpital Français de Taksim) (Aujourd'hui Istambul) Turquie - Maladie - Méningite
 
Parmi les hommes ci-dessus 3 mécaniciens (dont un officier) sont morts lors de l'explosion d'une chaudière sur le navire Grec PANTHER. Auriez-vous des informations sur cet accident, et sur ce Torpilleur Grec ? Les marins du PATRIE étaient ils affectés en renfort ou en experts sur ce navire étranger ou ce navire avait t-il été prêté à la marine française ?
 
Cordialement
Dominique


Message édité par dbu55 le 09-11-2008 à 14:18:47

---------------
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]
n°10276
Ar Brav
Posté le 10-11-2008 à 11:50:06  profilanswer
 

Bonjour Dominique,
 
Parmi les hommes ci-dessus 3 mécaniciens (dont un officier) sont morts lors de l'explosion d'une chaudière sur le navire Grec PANTHER. Auriez-vous des informations sur cet accident, et sur ce Torpilleur Grec ? Les marins du PATRIE étaient ils affectés en renfort ou en experts sur ce navire étranger ou ce navire avait t-il été prêté à la marine française ?
 
Nous avons déjà évoqué cette question, mais je suis incapable de retrouver le sujet dans lequel il était dit que lors de la saisie des bateaux grecs pendant l'affaire d'Athènes, les marins français sont montés à leur bord (sans doute pour la mise en route avant leur armement et réquisition sous pavillon français).
 
Bien cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°10775
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 01-12-2008 à 19:07:43  profilanswer
 

   Bonsoir à tous,
 
   Furent agréés en qualité d'aumôniers temporaires de la flotte, " destinés " à la Patrie :
 
      - Au début du mois d'Août 1914, l'abbé Roland-Gosselin (Ouest-Eclair - éd. de Caen -, n° 5714, 13 août 1914, p. 2) ;
 
      - Fin Juin ou début Juillet 1915, l'abbé Lebouette (Ouest-Eclair, n° 5805, 8 juill. 1915, p. 4).  
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel


Message édité par Rutilius le 01-12-2008 à 19:14:46
n°11001
stefbreizh​56
Posté le 10-12-2008 à 23:58:11  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Une petite contribution
 
 
 
http://images.mesdiscussions.net/pages1418/mesimages/2223/Cuirassé%20Patrie.jpg3..jpg
 
 
Cordialement,Stef.


Message édité par stefbreizh56 le 11-12-2008 à 00:14:44

---------------
"En essayant continuellement,on finit par réussir.
 Donc: plus ça rate,plus on a de chance que ça marche" (Les Shadocks)
n°11167
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 16-12-2008 à 23:27:02  profilanswer
 


   Bonsoir Dominique,
   Bonsoir à tous,
 
 
     - KÉRENFORT Georges Théophile Marie né le 22/06/1861 à Plougastel-Daoulas (Finistère), Mécanicien en chef , décédé le 5/12/1916 (55 Ans) - A Bord du Torpilleur Grec PANTHER - Accident Explosion d'une chaudière a bord torpilleur grec PANTHER (Voir la biographie de cet officier dans la rubrique Officiers parmi tant d'autres).  
 
     - ANDRÉ Michel né le 14/09/1884 à L'Hôpital-Camfrout (Finistère), Quartier Maître Chauffeur, décédé le 6/12/1916 (32 Ans) - A bord du PANTHER  - Suites de blessures Accidentelles reçues lors d'un accident de chaudière à Bord du torpilleur Grec PANTHER.    
 
     - CUMIN Joseph Théodore né le 20/11/1890 à Chatenay (Isère), Matelot de 2ème Classe Chauffeur, décédé le 16/12/1916 (26 Ans) - A bord du Navire Hôpital DIVONA  - Suites de Brûlures dues à une explosion de chaudière sur le torpilleur grec PANTHER  .  

 
 
   Autres victimes de cette explosion de chaudière (*) :
 
     - ALBANO Casimir Damien, né le 2 juillet 1895 à Cette [Sète] (Hérault) et y domicilié, " décédé le 6 décembre 1916 des suites de blessures reçues dans un accident de chaudière à bord du torpilleur grec Panther ", Matelot de 3e classe chauffeur à bord du cuirassé Patrie, Matricule n° 2476-Sète (Acte transcrit à Sète, le 24 févr. 1917).
 
     - GUYOMARD Jean-Baptiste Joseph Marie, né le 14 juillet 1893 à Henanbihen (Côtes-du-Nord) et domicilié à Quintenic (Côtes-du-Nord), décédé le 6 décembre 1916 " des suites de blessures reçues dans un accident de chaudières à bord du torpilleur grec Panther ", Matelot de 2e classe chauffeur à bord du cuirassé Patrie, Matricule n° 34115-5 (Acte transcrit à Quintenic, le 5 mars 1917).
 
    En réalité, Jean Baptiste GUYOMARD est décédé le 7 décembre 1916 à bord du croiseur cuirassé Edgar-Quinet :
 
                                                                  « Mercredi 7 décembre 1916.
 
    +  A 5 h, le matelot chauffeur Guyomard (du Panther) décède des suites de brûlures.
 
   Le Commandant en second
: signature illisible. »
 
  (Croiseur cuirassé Edgar-Quinet, Journal de bord n° 31 / 1917  – 2 déc. 1916 / 27 déc. 1916 – : S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 179, p. num. 1060).
 
     - PASSERON Charles Louis César, né à Monaco le 31 décembre 1895 et y domicilié, " décédé à bord du Panther le 6 décembre 1916 des suites de brûlures lors d'un accident de chaudière ", Matelot de 3e classe sans spécialité à bord du torpilleur Panther, Matricule n° 53699-5 (Acte non transcrit à Monaco).
   ______________________________________________________________
 
   (*) Le torpilleur Panther se trouvait alors en rade de Salamine.    
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.

Message cité 1 fois
Message édité par Rutilius le 15-10-2009 à 19:03:40
n°11209
dbu55
Posté le 17-12-2008 à 22:34:37  profilanswer
 

Bonsoir Frank,
Bonsoir Daniel,
Bonsoir à tous,
 
Merci Frank et Daniel pour ces renseignements (et pour le matelot Jean Baptiste Joseph Marie GUYOMAR que je n'avais pas et qui doit être né à Hénanbihen dans les Côtes-D'Armor)
 
J'ai deux autres marins (du PANTHER) morts dans l'explosion survenue sur le PANTHER :
 
GADOG Claude né le 15/10/1899 à Porspoder (Finistère), Matelot Chauffeur, décédé le 06/12/1916 (17 Ans) - A bord du PANTHER  Suite de blessures Accidentelles - Accident de chaudière survenu à bord    
 
LE VISAGE Joseph Marie né le 12/09/1893 à Etel (Morbihan), Matelot Sans Spécialité, décédé le 06/12/1916 (23 Ans) - A bord du PANTHER - Brûlures lors d'un accident de chaudière sur le torpilleur Grec PANTHER    
 
Cela porte pour l'instant à huit le nombre d'hommes morts dans cet accident (dont 5 du PATRIE et 3 du PANTHER)
 
Deux autres marins du PATRIE :
 
LE GUENNEC Jean Marie né le 09/07/1892 à Carnac (Morbihan), Matelot de 2ème Classe Timonier, décédé le 9/8/1915 (23 Ans) - A bord du SHAMROCK à Moudros - Grèce - Maladie - Entérite Aigüe    
 
POUNT Yves Louis Marie né le 14/10/1892 à Saint-Pol-de-Léon (Finistère), Matelot de 2ème Classe Clairon, décédé le 25/7/1918 (25 Ans) - A bord du navire Hôpital DUGUAY TROUIN de Maladie - Pneumonie  
 
Cordialement
Dominique

Message cité 1 fois
Message édité par dbu55 le 07-08-2009 à 17:00:08

---------------
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]
n°11260
GENEAMAR
Posté le 18-12-2008 à 18:12:25  profilanswer
 

Autre marin du "PATRIE" disparu :
 
- BOIZET Christophe Joseph, né le 9 avril 1899 à RIVE-de-GIER (Loire), Matelot de 2ème classe Mécanicien disparu à GALATZ dans le Danube le 16 mai 1919 étant embarqué sur le "MARIE-P".--- Jugement rendu le 4 septembre 1924 à SAINT-ETIENNE.


---------------
Cordialement. Malou
n°11618
olivier 12
Posté le 26-12-2008 à 14:10:17  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
3 autres CP du cuirassé PATRIE
 
http://img523.imageshack.us/img523/5726/patrie1lb8.jpg
 
http://img523.imageshack.us/img523/1525/patrie1ahx5.jpg
 
http://img523.imageshack.us/img523/5748/patrie1bdb6.jpg
 
Cdlt
 
Olivier


---------------
olivier
n°11924
jd-armisti​ce1918
Posté le 04-01-2009 à 16:44:59  profilanswer
 

Bonjour,
 
Je fais une recherche sur un soldat mentionné sur le monument aux morts de Castelnaudary (11) comme étant mort à bord du Patrie. Il s'agit de DESTREM Louis mort le 1er octobre 1916. Je ne le vois pas cité sur le forum. Quelqu'un aurait-il des renseignements ?
 
Merci d'avance.

n°11927
GENEAMAR
Posté le 04-01-2009 à 17:26:43  profilanswer
 

Bonjour Monsieur
 
  Je n'ai pas le relevé des noms figurant sur le Monument aux Morts de la Commune de CASTELNAUDARY. Simplement les relevés du livre d'or et de la plaque commémorative de la ville ... Aucun porteur de ce patronyme n'y figure... De même aucun DESTREM Louis n'est présent sur le site des Archives Nationales M.D.H., ni dans les registres des disparus du service Historique de la Marine... Toutefois celà peut arriver...  
  Je m'interroge également sur le fait que vous écriviez : "mentionné sur le monument ... comme étant mort à bord du Patrie" ???---- À ma connaissance aucun Monument aux Morts ne donne de telles indications, mais simplement le nom, initiales du ou des prénoms ou prénoms et années du conflit..."... N'y aurait-il pas une confusion avec mort pour la Patrie ???  
 
  À titre indicatif, le site MDH retient 7 MPF porteurs du patronyme DESTREM, 6 originaires de l'ARIÈGE, 1 de la SEINE et aucun de l'AUDE.
.
 
  Bien cordialement Malou  :hello:  
 


---------------
Cordialement. Malou
n°11931
jd-armisti​ce1918
Posté le 04-01-2009 à 18:51:05  profilanswer
 

Merci pour votre réponse.
 
Ce soldat figure en fait sur un mémorial qui se trouve dans une école de Castelnaudary où figure la liste des anciens élèves et professeurs morts pendant la guerre. Il était sans doute originaire d'une autre commune et ne figure pas sur le monument aux morts officiel. Je m'excuse de cette imprécision dans ma question.
Sur ce mémorial est bien précisé comme lieu de décès "à bord du Patrie".
J'avais également recherché sur le site MDH sans le trouver.
 
Par contre le journal de bord du navire signale l'évacuation d'un "homme alité" vers l'hopital du Pirée à la date du 1er octobre sans mentionner de nom. Peut-être est-ce lui ?!
 
Cordialement.
Susi

n°11943
GENEAMAR
Posté le 05-01-2009 à 08:44:47  profilanswer
 

Bonjour SUSI
 
  Effectivement le 1er octobre 1916 à 11h25, le journal de bord du "PATRIE", au mouillage avec d'autres bâtiments en rade de SALONIQUE mentionne :  "vapeur II conduit un homme alité et la corvée d'hôpital au Pirée..."; celà ne nous dit pas qui il était, son éventuelle affectation, ses fonctions, civil, soldat, marin... Lequel serait décédé dans ledit hôpital et non à bord du "PATRIE"...  
  Je ne dispose pas du rôle d'équipage du bâtiment alors commandé par le Capitaine de vaisseau Marie Charles JOBARD.
  Il ne semble pas que Louis DESTREM ait été déclaré M.P.F., s'il figure sur la plaque commémorative d'une l'École de CASTELNAUDARY, son nom n'apparait pas sur le Monument aux Morts de la ville...  
  Faute d'en savoir plus, je ne puis hélàs vous en dire plus à l'instant. Peut-être pouvez-vous tenter de consulter les tables décennales des décès de la ville, mais rien ne dit que la transcription ait été faite et quand, et qu'il habitait dans cette ville... À moins qu'il y soit né et consulter alors les tables décennales des naissances...(Malheureusement les Archives de la ville comme les Archives départementales de l'Aude ne sont pas encore en ligne sur le net).
  Lancer une bouteille à la mer sur les forums généalogiques comme GENEANET...
 
  Bien cordialement MALOU  :hello:  


---------------
Cordialement. Malou
n°11970
jd-armisti​ce1918
Posté le 05-01-2009 à 19:05:14  profilanswer
 

Bonsoir,
Merci pour les suggestions de nouvelles pistes de recherche.
Cordialement. Susi

n°12698
GENEAMAR
Posté le 28-01-2009 à 17:18:33  profilanswer
 

Bonjour à tous...
 
ENG Georges Antonin  
 
Né le 31 mai 1864 à VIRE (Calvados) - Décédé le 18 octobre 1920 à ALGER; ALGÉRIE.
Entre dans la Marine en 1881, Aspirant le 2 octobre 1884; port BREST. Aux 1er janvier 1885, 1886, sur le croiseur "NAÏADE", Division navale de l'Océan Indien (Cdts Pierre MOURAT puis Hippolyte LITTRÉ). Enseigne de vaisseau le 2 octobre 1886, Lieutenant de vaisseau le 27 mai 1891. Le 21 septembre 1891, chargé de groupe au Bâtiment central de la réserve à CHERBOURG. Officier breveté Torpilleur. Le 4 mai 1893, Capitaine de la compagnie des marins vétérans à la Direction des mouvements du port de CHERBOURG. Au 1er janvier 1896, sur le cuirassé "AMIRAL-DUPERRÉ", Escadre de réserve de la Méditerranée (Cdt Zephirin JUHEL). Chevalier de la Légion d'Honneur le 28 février 1896. Au 1er janvier 1899, Commandant le torpilleur de haute mer "AQUILON", Escadre du Nord. Idem au 1er janvier 1900. Officier breveté de l'École Supérieure de la Marine (promotion 1901). Au 1er janvier 1902, port CHERBOURG. Le 3 novembre 1902, Commandant l'aviso-torpilleur "FLÈCHE", Division navale de TUNISIE. Idem au 1er janvier 1904. Le 1er avril 1905, Commandant les torpilleurs en essais de la 1ère Flottille de torpilleurs de la Manche. Capitaine de frégate le 16 février 1906. Au 1er janvier 1908, sur le contre-torpilleur "PIQUE", Chef d'État-Major auprès du Contre-Amiral Charles ROUVIER, Commandant en chef la Division navale de l'ALGÉRIE. Le 10 août 1908, Commandant le contre-torpilleur "LAHIRE", Escadre de Méditerranée. Au 1er janvier 1911, port LORIENT. Au 1er janvier 1912, Second sur le cuirassé "VERGNIAUD", 1ère Escadre (Cdt Laurent DROUET). Capitaine de vaisseau le 2 décembre 1912. Officier de la Légion d'Honneur le 10 juillet 1913. De février 1914 à mars 1916, Commandant le cuirassé "PATRIE", bâtiment porte-pavillon du Vice-Amiral Ernest NICOL, Commandant en chef l'Escadre des Dardanelles en mai 1915. Le 3 janvier 1917, Chef d'État-Major du 5ème arrondissement maritime à TOULON. De septembre 1917 à février 1919, Commandant le cuirassé "VERGNIAUD", 1ère Division, 2ème Escadre.--- Contre-Amiral le 12 janvier 1919.
 [:geneamar:8]


Message édité par GENEAMAR le 24-10-2010 à 10:57:41

---------------
Cordialement. Malou
n°12699
GENEAMAR
Posté le 28-01-2009 à 17:29:09  profilanswer
 

Bonjour à tous...
 
VOISIN René
 
Né le 19 juillet 1867 à LAVARDIN (Sarthe) - Décédé.  
Entre dans la Marine en 1883, Aspirant le 5 octobre 1886, Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1888, Lieutenant de vaisseau le 1er mai 1894; port TOULON. Au 1er janvier 1897, sur l' ALGÉSIRAS", École des torpilles (Cdt Gustave COMPRISTO). Officier breveté Torpilleur. Au 1er janvier 1899, sur le croiseur "D'ASSAS", Escadre de Méditerranée (Cdt Pierre DROUILLARD). Le 15 décembre 1900, Commandant le sous-marin "GYMNOTE", Défense mobile du 5ème arrondissement maritime à TOULON. Le 7 décembre 1901, Commandant le sous-marin "GUSTAVE-ZÉDÉ", Station des sous-marins de TOULON. Au 1er janvier 1903, Officier-Élève de l'École Supérieure de la Marine. Capitaine de frégate le 3 septembre 1908. Au 1er janvier 1911, en résidence à TOULON. Le 1er avril 1913, Commandant l' "ARBALÈTE" et la 1ère escadrille de sous-marins de la 1ère Armée navale, Station de TOULON. Capitaine de vaisseau le 5 mars 1915. D'août à décembre 1915, Commandant le croiseur cuirassé "JEANNE-D'ARC". De décembre 1915 à octobre 1916, Commandant le cuirassé "VÉRITÉ"; excepté la période de mars à mai 1916 où il commande le cuirassé "PATRIE". Le 26 octobre 1916, Président de la Commission d'études pratique des sous-marins et Commandant l'École d'application de navigation sous-marine à TOULON. Idem au 1er janvier 1918.


Message édité par GENEAMAR le 01-04-2009 à 16:25:01

---------------
Cordialement. Malou
n°12711
GENEAMAR
Posté le 29-01-2009 à 06:52:37  profilanswer
 

Bonjour à tous...
 
JOBARD Marie Charles  
 
Né le 7 septembre 1865 à SAINT-LOUIS (Haut-Rhin) - Décédé.  
Entre dans la Marine en 1882, Aspirant le 5 octobre 1885; port TOULON. Au 1er janvier 1886, sur le croiseur "VÉNUS", Division navale du Levant (Cdt Frédéric TURQUET DE BEAUREGARD). Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1887. Au 1er janvier 1892, sur le croiseur-torpilleur "FAUCON", Division navale de réserve de l'Escadre de Méditerranée occidentale et du Levant (Cdt Marius MASSÉ). Lieutenant de vaisseau le 18 novembre 1892. Officier breveté Torpilleur. Au 1er janvier 1894, Second sur l'aviso-torpilleur "D'IBERVILLE", en achèvement à BREST (Cdt Charles DUROCH). Au 1er janvier 1896, port TOULON. Le 27 avril 1896, Commandant le torpilleur N°177, Défense mobile de la CORSE. Chevalier de la Légion d'Honneur le 12 juillet 1898, en service sur l' "ALGÉSIRAS". Aux 1er janvier 1899, 1900, sur le cuirassé "MARCEAU", Division d'instruction, Professeur des marins apprentis-torpilleurs (Cdts Joseph MERLEAUX-PONTY puis Georges LECOMTE). Le 12 février 1900, Commandant le sous-marin "GUSTAVE-ZÉDÉ", Défense mobile à TOULON. Officier breveté de l'École Supérieure de la Marine (promotion 1902). En 1903, 1904, Commandant de sous-marin (non identifié), à la station de TOULON. Officier d'académie. Aux 1er janvier 1906, 1908, port TOULON. Capitaine de frégate le 23 mai 1908. Au 1er janvier 1909, Second sur le croiseur cuirassé "JULES-FERRY", Escadre de Méditerranée (Cdt Joseph BARNOUIN). Au 1er janvier 1911, Second sur le croiseur "D'ENTRECASTEAUX", en réserve spéciale à TOULON (Cdt Pierre VINCENT). Le 1er octobre 1911, Commandant le contre-torpilleur "TRIDENT" et les sous-marins de TOULON. Au 1er janvier 1914, Second sur le cuirassé "VOLTAIRE", 1ère Escadre, 1ère Armée navale (Cdt Charles MORNET). Capitaine de vaisseau le 12 août 1915. De mai 1916 à février 1918, Commandant le cuirassé "PATRIE. Officier de la Légion d'Honneur. --- Au 1er janvier 1921, port TOULON.
 [:geneamar:8]


Message édité par GENEAMAR le 05-12-2010 à 07:31:00

---------------
Cordialement. Malou
n°12712
GENEAMAR
Posté le 29-01-2009 à 07:04:07  profilanswer
 

Bonjour à tous...
 
GUYOT d'ASNIÈRES de SALINS Joseph Victor Marie  
 
Né le 7 mars 1865 à AURAY (Morbihan) - Décédé le 25 novembre 1943 à HENNEBONT (Morbihan).  
Entre dans la Marine en 1882, Aspirant le 5 octobre 1885. Au 1er janvier 1886, sur le cuirassé "DÉVASTATION", Escadre d'évolutions (Cdt Nicolas Le BOURGEOIS). Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1887, Lieutenant de vaisseau le 5 octobre 1893. Officier breveté Fusilier. Au 1er janvier 1897, port LORIENT. Officier breveté Canonnier. Au 1er janvier 1899, Commandant la 7ème escouade d'apprentis-canonniers à l'École des canonniers et des timoniers instituée à bord du cuirassé "NEPTUNE". Au 1er janvier 1901, sur le croiseur cuirassé "AMIRAL-CHARNER", Aide de camp du Contre-Amiral Charles BAYLE, Commandant une division de l'Escadre d'Extrême-Orient. Idem au 1er janvier 1902, sur le croiseur "D'ENTRECASTEAUX". Au 1er janvier 1903, port LORIENT. Officier breveté de l'École Supérieure de la Marine, promotion 1904. Capitaine de frégate le 9 avril 1909. Au 1er janvier 1911, Second sur le cuirassé "PATRIE", 1ère Escadre (Cdt Maurice GRASSET). En 1914, à la mobilisation, Commandant le croiseur protégé "LAVOISIER", 2ème Escadre légère. Capitaine de vaisseau le 20 avril 1916. Au 1er janvier 1917, port LORIENT. De février 1918 à janvier 1919, Commandant le cuirassé "PATRIE".


---------------
Cordialement. Malou
n°18410
Ar Brav
Posté le 03-07-2009 à 19:27:36  profilanswer
 

bonifacio a écrit :

bonjour quelqu'un pourrais m'aider concernant des renseignements surement retranscrit sur un carnet de bord suite au dcès d'un apprenti marin GAZANO jean mort sur ce batiment a salonique le 08/08/1917?  
merci d'avance a tous



---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°18411
Ar Brav
Posté le 03-07-2009 à 19:39:50  profilanswer
 

Bonjour Bonifacio,
 
J'ai pris la liberté de mettre votre message dans le sujet consacré au cuirassé Patrie, par souci de cohérence.
 
La fiche MPF de l'Apprenti Marin sans spéc. Jean Gazano décédé à Salonique le 8 août 1917 par suite d'accident indique en mention marginale :
 
"choc d'un radeau contre l'abdomen."
 
Je crois lire :
 
"sera médaillé"
 
Rien de notable à cette date du 08.08.1917 dans les ouvrages sur le cuirassé Patrie.  
 
La page de la visionneuse des journaux de bord du bâtiment, normalement accessibles en ligne, affiche, comme trop souvent malheureusement :
 
Ce dossier ne contient aucune image
 
http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] iewer.html
 
Bien cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°19258
dbu55
Posté le 07-08-2009 à 16:56:48  profilanswer
 

Bonjour à toutes et à tous,
 
D'autres marins du PATRIE morts pour la France :
 
BUDE François Hervé né le 02/07/1894 à Saint-Michel-de-Plélan (Côtes-d'Armor (Côtes-Du-Nord en 1914)), Matelot de 3ème Classe Sans Spécialité - Décédé le 30/04/1918 (23 Ans) à l’hôpital Temporaire N°2 à Salonique (Grèce) de septicémie consécutive à la Tuberculose
 
THOUILLEZ Gaston né le 28/08/1898 à Douvrin (Pas-de-Calais), Matelot de 1ère Classe Chauffeur Breveté - Décédé le 6/11/1918 (20 Ans) à Salonique Grèce de Noyade Accidentelle
 
RAOUL Georges Jean Gabriel né le 06/02/1895 à Toulon (Var), Matelot de 2ème Classe  - Décédé le 24/07/1918 (23 Ans) de Pneumonie
 
HERVÉ Eugène François né le 12/05/1883 à La Vicomté-sur-Rance (Côtes-d'Armor (Côtes-Du-Nord en 1914)), Matelot de 3ème Classe Canonnier Auxiliaire - Décédé le 23/07/1918 (35 Ans) à bord du Navire Hôpital DUGUAY TROUIN à Moudros (Grèce) de Pneumonie Grippale
 
HERVÉ Henri Léon né le 01/11/1894 à Saint-Quay-Portrieux (Côtes-d'Armor (Côtes-Du-Nord en 1914)), Matelot  - Décédé le 30/07/1918 (23 Ans) à bord du Navire Hôpital DUGUAY TROUIN à Moudros (Grèce) de Grippe
 
LUCAS Frédéric né le 08/11/1894 à Locmiquélic (Morbihan), Matelot  - Décédé le 01/08/1918 (23 Ans) à bord du Navire Hôpital DUGUAY TROUIN à Moudros (Grèce) de Bronchopneumonie Grippale
 
Marins décédé lors de l’accident de chaudière sur le PANTHER
 
GUIGON Edouard Joseph né le 06/04/1885 à Mustapha (Algérie (Département d'Alger en 1914)), Matelot de 2ème Classe Chauffeur - Décédé le 06/12/1916 (31 Ans) lors d’une explosion de chaudière à bord du torpilleur grec PANTHER
 
LE ROUX Paul Jacques Jean né le 29/03/1892 à Bolleville (Manche), Matelot de 2ème classe Chauffeur - Décédé le 06/12/1916 (24 Ans) lors d’une explosion de chaudière à bord du torpilleur grec PANTHER
 
Marins non répertoriés sur le site MDH :
 
DONNART Jean Corentin Marie né le 17/07/1897 à Leuhan (Finistère), Matelot Chauffeur Auxiliaire - Décédé le 06/08/1917 (20 Ans) à l’Hôpital de Saint-Mandrier-sur-Mer (Var) de Maladie – Inhumé à la Nécropole Nationale de Saint-Mandrier-sur-Mer - Rang I - Tombe 79  
 
MOREAU Constant né le 21/01/1901 à Tours (Indre-et-Loire), Matelot Canonnier - Décédé le 1/12/1919 (18 Ans) à l’Hôpital de Saint-Mandrier-sur-Mer (Var) de Maladie - Inhumé à la Nécropole Nationale de Saint-Mandrier-sur-Mer - Rang N - Tombe 55  
 
PICART Joseph Gabriel Marie né le 19/12/1893 à Évreux (Eure), Matelot Sans Spécialité - Décédé le 1/3/1916 (22 Ans) à l’Hôpital de Saint-Mandrier-sur-Mer (Var) de Maladie - Inhumé à la Nécropole Nationale de Saint-Mandrier-sur-Mer - Rang O Tombe 44  
 
Cordialement
Dominique


Message édité par dbu55 le 07-08-2009 à 17:01:27

---------------
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]
n°21190
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 15-10-2009 à 19:20:55  profilanswer
 


   Bonsoir à tous,
 
   ■ Autre marin du cuirassé Patrie ayant été victime de l’explosion de chaudière du torpilleur grec Panther :
 
     ― VARIN Charles, né le 9 février 1893 à Pierrefonds (Oise) et y domicilié, mort le 6 décembre 1916 « à bord de l’ Edgar-Quinet en rade de Salamine (Grèce) des suites de blessures reçues dans un accident de chaudière à bord du torpilleur grec Panther », Matelot de 2e classe sans spécialité, Matricule n° 34.968–1 (Acte transcrit à Pierrefonds, le 9 févr. 1917).
 
                                                                        « Mardi 6 décembre 1916.
 
    + A 23 h, le matelot chauffeur Varin Charles, matricule  34.968–1, (du Panther) est décédé des suites de brûlures.
 
   Le Commandant en second
: signature illisible. »
 
  (Croiseur cuirassé Edgar-Quinet, Journal de bord n° 31 / 1917 – 2 déc. 1916 / 27 déc. 1916 – : S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 179, p. num. 1060).
   _____________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.

Message cité 1 fois
Message édité par Rutilius le 26-05-2010 à 13:56:17
n°21196
Ar Brav
Posté le 16-10-2009 à 09:50:52  profilanswer
 

Bonjour Daniel,
Bonjour à tous,
 
P.S. : Sans doute conviendrait-il d'ouvrir un sujet propre au torpilleur grec Panther, afin d'y regrouper toutes les données se rapportant aux victimes de l'accident de chaudière survenu à son bord, le 6 décembre 1916 ? Et ce d'autant qu'il semble que certaines de ces victimes y étaient affectées.
 
Le sujet, tout frais, est ouvert ici :
 
http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] _1.htm#bas
 
Bien amicalement et bonne fin de semaine,  :hello:  
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°23888
dbu55
Posté le 30-01-2010 à 12:58:00  profilanswer
 

Bonjour à toutes et à tous,
 
Un autre marins du PATRIE décédé sur le PANTHER :
 
MARTIN Léon né le 01/06/1895 à Cousolre (Nord), Matelot de 2ème Classe Chauffeur Breveté - Décédé le 12/12/1916(21 Ans) à bord du Navire Hôpital DIVONA des suites de blessures reçues lors de l'explosion de chaudière à bord du torpilleur grec PANTHER
 
Cordialement
Dominique


Message édité par dbu55 le 30-01-2010 à 12:58:18

---------------
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]
n°24033
Terraillon​ Marc
Posté le 06-02-2010 à 13:04:00  profilanswer
 

Bonjour
 

Terraillon Marc a écrit :

Bonsoir
 
Sur le site http://www.ambafrance-mt.org/ (Ambassade de France à Malte), il y a un relevé des marins et soldats enterrés à MALTE
 
 
 
SOLDATS ENTERRES AU CIMETIERE DE BIGHI
 
 
DELAUZUN Léon, 22 ans, chauffeur du « PATRIE », décédé le 19 décembre 1914
 
...
 
LABETOUILLE Pierre, 20 ans, chauffeur du « PATRIE », décédé le 19 décembre 1914
 
...
 
A bientot  :hello:


Message édité par Terraillon Marc le 06-02-2010 à 13:05:03

---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°24093
dcleuziou
Posté le 09-02-2010 à 21:03:02  profilanswer
 

olivier 12 a écrit :

Bonjour à tous,
 
Quelques photos du cuirassé PATRIE
 
1. Cliché non daté
 
http://img356.imageshack.us/img356/5714/patrieet5.jpg
 
2. En Orient au printemps 1916
 
http://img356.imageshack.us/img356/9271/patrie4za9.jpg
 
3 et 4. Récupération de torpilles après un exercice
 
http://img509.imageshack.us/img509/8210/patrie3ap7.jpg
 
http://img509.imageshack.us/img509/7913/patrie2oi4.jpg
 
Cdlt  
 
Olivier


Bonjour
Je découvre le forum et suis émerveillée par les photos. Mon grand père Jean (louis) Rio était second maître mécanicien à bord du cuirassé Patrie du 24 06 1916 au 16 06 1919. Bon, je ne l'ai pas encore reconnu sur les photos mais je ne désespère pas... Il me racontait qu'avec le blocus en Grèce, les femmes et les enfants venaient mendier le long des bateaux. Les marins leur jetaient du pain mais parfois celui-ci tombait à la mer mais ils le mangeaient quand même tant ils souffraient de la faim.
J'aimerais bien connaître les déplacements du navire pendant la guerre.
Cordialement
danielle

n°24142
dbu55
Posté le 14-02-2010 à 13:21:43  profilanswer
 

Bonjour à toutes et à tous,
 
Un autre marins du PATRIE :
 
DECROI Georges Jean Emile Joseph né le 03/05/1898 à Saint-Servan-sur-Mer (Aujourd'hui Saint-Malo - Ille-et-Vilaine), Matelot de 1ère Classe Mécanicien - Décédé le 28/07/1918 (20 Ans) à bord du Navire Hôpital DUGUAY TROUIN de pneumonie grippale
 
Cordialement
Dominique


---------------
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]
n°25178
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 28-04-2010 à 22:27:40  profilanswer
 


   Bonsoir à tous,
 
   ■ Un passager de l’Armée navale disparu étant à bord du cuirassé Patrie :  
 
   ― PEYROT Louis, né le 6 juillet 1900 à Neuvic (Corrèze) et y domicilié, mort le 1er avril 1919 « disparu en mer – corps retrouvé – », Matelot de 3e classe sans spécialité « destiné à l’Armée navale, subsistant à bord du Patrie », Matricule n° 12.208–4 (Acte transcrit à Neuvic, le 31 août 1919).
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.

n°25600
rugby-pion​eers
Posté le 26-05-2010 à 13:37:30  profilanswer
 

Bonjour,  
 
Je suis un peu "hors sujet"... mais mes collections sur le rugby d'avant-guerre m'amènent régulièrement sur le terrain des armées, qu'il s'agisse des équipes militaires, de la pratique du rugby pendant la Grande Guerre ou simplement du destin individuel de nombre de ces sportifs...
 
Je viens de récupérer cette photo représentant les hommes du "Patrie", "Champions de France Maritime" de rugby (dixit la légende au dos) en 1911
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7143/patrie1911.jpg


---------------
Frédéric
www.rugby-pioneers.com
n°25608
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 26-05-2010 à 19:23:35  profilanswer
 


   Bonsoir Frédéric,
   Bonsoir à tous,
 
   D'abord, bienvenue parmi les contributeurs de la rubrique « Marine » du présent Forum .  
 
   Vous n'êtes aucunement hors sujet : quelles qu'en soient la date et la nature, tout document susceptible de contribuer à l'histoire d'un bâtiment et des hommes qui y furent affectés, fut-ce « la petite histoire », est ici toujours apprécié.
 
   J'ai cherché en vain à mettre un nom sur le visage de ces marins amateurs de « football rugby », mais n'ai malheureusement rien trouvé au sujet de cette finale « maritime ». En revanche, je vous livre le compte-rendu des finales du championnat militaire de football et de rugby de l'année 1911, qui furent disputées au Havre, le Dimanche 14 mai.
 
 
   ● Armes et sport, n° 148, 15 mai 1911, p. 25.
 
 
                                                                                    « LES SPORTS DANS L'ARMÉE
 
                                                                                     Les finales du football militaire

 
   Dimanche dernier se sont disputées, au Havre, d'une part, et à Périgueux, de l'autre, les finales du championnat militaire de football association et de football rugby.  
 
   En association, le 129e avait à combattre l'équipe du 43e de Lille.  
   Le coup d'envoi est donné à trois heures trente, par M. Collier, de Paris. Le 129e gagne le terrain et joue le soleil dans le dos. De suite le 43e attaque, mais ses adversaires ne se laissent pas acculer.  
   La première mi-temps se termine sans qu'aucune équipe ne puisse plus marquer. A la reprise, le 129e joue avec une belle fougue, et coup sur coup il marque trois buts fort bien réussis. Six enfin fait entrer le cinquième but dans les filets du 43e, après un beau dribbling de toute la ligne d'avants du Havre.  
   Les joueurs de Lille ne se découragent pas et menacent sérieusement sur la fin, si bien même que Nisse parvient à sauver l'honneur en marquant un joli but.  
   C'est bien la meilleure équipe qui a triomphé. Les lignes d'avants et de demis du Havre furent merveilleuses de science et de combinaisons : toute l'équipe est à féliciter.  
   Au 43e les joueurs furent légèrement, handicapés par le long déplacement. L'équipe se montra courageuse. Deux hommes furent excellents : Defrenne, le demi-centre, et Dujardin, l'arrière-droite.  
 
   A Périgueux, le 50e se défendait en rugby contre l'équipe du 103e de Paris.  
   A trois heures, M. Enderlin, qui arbitre officiellement, siffle le coup d'envoi. Le jeu est très serré de part et d’autre. Grâce à de bons dégagements, Peyroutou, le demi du 50e, qui joue le soleil dans les yeux, peut montrer une supériorité dans la touche ; mais le ballon ne sortant pas régulièrement, l'attaque des trois-quarts est paralysée. Plusieurs fois, Béchade dégage admirablement les buts ; Peyroutou et Barrière, qui jouent ardemment, se font remarquer. Du côté du 103e, Laffite, qui feinte excellemment, et Etchegaray attaquent le 50e.  
   La mi-temps est sifflée sans résultat. A la reprise, le 50e domine constamment par ses avants qui fournissent un jeu ouvert très rapide. Vers la, lin, le ballon sortant assez régulièrement en mêlée, ils marquent trois essais, dont deux transformés, le premier par Dupuy, le second par Laulom, le troisième sur une longue ouverture de Peyroutou à Martin.
   La fin est sifflée, laissant le 50e, de Périgeux, vainqueur par 13 points à 0.
»
 
   Peu d'années après, ces héros d'un jour ont peut-être disparu anonymement dans la Grande mêlée... La recherche reste à faire.  
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.


Message édité par Rutilius le 26-05-2010 à 19:30:01
n°25634
rugby-pion​eers
Posté le 28-05-2010 à 10:46:04  profilanswer
 

Merci Daniel pour vos encouragements ! j'ai dans mes armoires de nombreuses photos (plus "terre" que "marine" je le crains...) qui devraient pouvoir trouver leur place dans ce riche forum.
 
L'Armée a participé activement à la diffusion du mon sport favori en favorisant sa pratique dans les régiments. Nombreux sont aussi les joueurs de club appelés sous les drapeaux loin de leur ville qui sont venus ainsi "fertiliser" les clubs de leur ville de garnison.
 
Merci également pour cet article ; je dois reconnaitre que je ne me suis pas encore attelé à la lecture des "Armes et Sports".  
 
Sont-ils disponibles en ligne ? je n'ai pas su les trouver sur le site de la BNF...
 
Certains noms de votre article me sont connus - démonstration de la "perméabilité" entre le sport militaire et le rugby de haut niveau. Les joueurs du 50eme Peyroutou et Bechade sont aussi des hommes clés du club local le CA Périgueux et ont (ou seront) appelés en Equipe de France. Laffite au 103eme est champion de France avec Bordeaux. Il a failli être international cette année 1911 et participer à la toute première victoire de la France dans le Tournoi... l'anecdote fait partie des nombreuses "petites histoires" du rugby : ce jour là, la France affronte l'Ecosse et dispose seulement de 14 joueurs au moment du coup d'envoi car un titulaire et "le" remplaçant (il n'y en avait qu'un à l'époque...) ont manqué leur train... l'entraineur français reconnait Laffite en uniforme de sergent du 103eme dans les tribunes et lui demande de jouer et de se mettre en tenue... sauf que le 15eme arrivera finalement à la dernière seconde... cf mon site : http://rugby-pioneers.blogs.com/ru [...] oon_f.html
 
Plus sérieusement et répondant à votre dernière remarque, j'ai connaissance de deux projets - l'un en France et l'autre en Angleterre - visant à retracer la carrière sportive et militaire de tous les internationaux morts au combat. S'agissant du projet français, une première pierre avait été posée il y a 18 mois avec une expo à Rodez.
cf mon site : http://rugby-pioneers.blogs.com/ru [...] am-of.html
cf "Bleuet de France" : http://bleuetdefrance.fr/e_upload/ [...] rugby6.pdf
 
Cordialement


Message édité par rugby-pioneers le 28-05-2010 à 10:46:53

---------------
Frédéric
www.rugby-pioneers.com
n°25635
Yv'
Posté le 28-05-2010 à 12:51:55  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Pas trouvé "Armes et sport", en revanche dans "Armée et marine" on parle du rugby, par exemple ici (28/02/1914, p. 270) avec la composition de l'équipe de France :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/b [...] ion.langFR
 
Cordialement,
Yves

n°25636
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 28-05-2010 à 16:06:02  profilanswer
 

  Bonjour Frédéric
   Bonjour Yves,
   Bonjour à tous,
 
   « Armes et sport » était le supplément d’« Armée et Marine ». Dès lors, en effectuant sur Gallica une recherche dans la publication principale en utilisant le mot « Rugby », on retrouve nécessairement les articles consacrés à cette discipline dans « Armes et sport »... Autre suggestion : Le Figaro, dont la rubrique sportive était particulièrement développée (également consultable en ligne sur Gallica).
 
   Quant aux rugbymen morts à la guerre ou y ayant survécu, quatre publications au moins sont susceptibles d’évoquer sinon leur nom, du moins leur affectation, voire les citations dont ils ont pu faire l’objet : « L’Illustration », « Le Pays de France », « Le Miroir » et « Sur le vif ».
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.


Message édité par Rutilius le 28-05-2010 à 16:06:15
n°25641
rugby-pion​eers
Posté le 28-05-2010 à 17:23:22  profilanswer
 

j'ai !
http://bit.ly/aZzr4o
 
et quelques autres à farfouiller... merci

Message cité 1 fois
Message édité par rugby-pioneers le 28-05-2010 à 17:24:42

---------------
Frédéric
www.rugby-pioneers.com
n°25785
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 06-06-2010 à 19:30:10  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
 
   ■ Autres marins du cuirassé Patrie.
 
 
   ― BOTHOREL Pierre, né le 8 février 1897 à Lampaul-Plouarzel (Finistère) et y domicilié, décédé le 23 juin 1917 à Toulon du mal de Pott, Matelot de … classe, inscrit au Conquet, n° 1.534.
 
 
   ― BURGAUD André Aimé, né le 13 mai 1895 à Noirmoutier (Vendée) et y domicilié, décédé le 13 octobre 1919 « à L’Herbaudière [des] suites de blessures reçues le 21 mars 1916 à bord du cuirassé Patrie », Matelot de 3e classe sans spécialité, Dépôt de Toulon (« Était réformé n° 1 »), inscrit à Noirmoutier, n° 1.396.  
 
   
   ― DELAUZUN Léon, né le 23 septembre 1892 à Labastide-de-Virac (Ardèche) et domicilié à Vénéjan (Gard), décédé le 17 décembre 1914 « à l’Hôpital de Malte des suites de brûlures reçues à bord », Apprenti-marin, Matricule n° 55.183 – 5 (Acte transcrit à Vénéjan, le 1er nov. 1915).
 
 
   ― LABETOULLE Pierre, né le 26 mai 1896 à Biarritz (Basses-Pyrénées – aujourd’hui Pyrénées-Atlantiques –), décédé le 17 décembre 1914 à l’Hôpital de la marine de Malte, Matelot de ... classe aide-chauffeur.
 
 
    ― LE DUC Alexis Adolphe, né le 30 juillet 1874 à Brest (Finistère) et domicilié à Lambézellec (Finistère), décédé le 11 février 1916 « à bord du navire-hôpital Duguay-Trouin des suites d’occlusion intestinale par suite d’une torsion du colon pelvien », Second maître mécanicien, inscrit à Brest, n° 2.779 (Acte transcrit à Lambézellec, le 20 avr. 1916).
 
 
   ― PALVADEAU Charles Marie Joseph, né le 15 février 1893 au village de La Guérinière, commune de Noirmoutier (Vendée) et y domicilié, décédé le 31 juillet 1918 « à bord du navire-hôpital Duguay-Trouin, à Moudros, [d’une] broncho-pneumonie grippale », Quartier-maître canonnier, Cuirassé Patrie, inscrit à Noirmoutier, n° 1.339 (Acte transcrit à Noirmoutier, le 11 sept. 1918 : Registre des actes de décès de la commune de Noirmoutier, Année 1918, f° 22, acte n° 82).
 
   Fils de Joseph Alfred Pierre PALVADEAU, né vers 1868, marin, et de Jeanne Esther PINEAU, née vers 1868, cultivatrice, son épouse (Registre des actes de naissance de la commune de Noirmoutier, Année 1893, f° 9, acte n° 29). Célibataire.
 
   Acte de décès établi par Ludovic Marie Albert DUBOIS, médecin principal de la marine, médecin-chef du navire-hôpital Duguay-Trouin.


Message édité par Rutilius le 14-09-2016 à 11:07:08

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
 Page :   1  2
Page Précédente

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  PATRIE - Cuirassé