FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  PONTET CANET - Vapeur

 

Il y a 52 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

PONTET CANET - Vapeur

n°4936
Ar Brav
Posté le 28-04-2008 à 08:06:48  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Je cherche des renseignements sur le vapeur Pontet Canet, perdu le 25 avril 1916, merci par avance.
 
Un marin de la Seine Maritime disparu dans le naufrage :
 
DEVE Louis Joseph, matelot de 3ème classe sans spécialité, affecté sur le vapeur militaire Pontet Canet, domicilié à Fécamp, né à Yport le 6 octobre 1891, disparu en mer le 25 avril 1916 lors de la perte du navire.  
 
Cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°4943
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 28-04-2008 à 08:46:22  profilanswer
 

Le seul Pontet Canet perdu en 14-18 l'a été le 25.8.1918 (recherche dans Starke et dans index SS-G)
Dans mon dictionnaire :
PONTET  CANET
Compagnie de Navigation Worms - 1905 - 1183 tonnes
Le vapeur français Pontet-Canet a été torpillé par le sous-marin UB 109, Kplt Kurt Ramien et coulé le 25 Août 1918 à une douzaine de milles dans le N.NW des Héaux de Bréhat durant une traversée du Havre vers Bordeaux en convoi. Six hommes devaient trouver la mort dans ce torpillage. L'épave se trouve au point 49° 6,9420' N, 3° 5,0833' W (SHOM wgs84).
 
Erreur de transcription de la date ?
Décidément la chasse n'est pas bonne ce matin !
 
Cdlt
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°4946
Ar Brav
Posté le 28-04-2008 à 09:50:09  profilanswer
 

Yves,
 
Je pense que tu tiens le bon bout, si tu as confirmation en plus avec la base U-Boot. La fiche du marin concernant l'année n'est pas très lisible, j'hésitais entre 1916 et 1918. En revanche, le mois en lui très net : Avril. Mais ce n'est pas la première erreur de transcription sur MDH. En plus, le jour est le même dans tous les cas : le 25.
Je n'ai rien chez Miramar, mais celui de la Worms doit être le bon,
 
Amlt,
Franck
 
PS. Pluie en Bretagne, c'est rare


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°4950
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 28-04-2008 à 14:50:13  profilanswer
 

KATHINKA         NO  1T
 1,162 Rederiselsk. Kathinka (Johs. Bull), Tønsberg      225.0 x 33.7
     C Nylands Verksted, Christiania (9) #157
09 - A/S Atlas (P. Johannessen), Tønsberg
12 - PONTET-CANET   Worms & Cie., Havre      FR
Torp. and sunk by UB 109, 25 Aug 1918, 12 miles NW of Cap Bréhat, voy. Havre - Nantes
Starke Register 1905
 
 
http://img4.hostingpics.net/pics/610937mapPontetCanet.jpg
 
Cdlt
Yves


Message édité par Yves D le 31-12-2010 à 14:50:30

---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°4993
Ar Brav
Posté le 29-04-2008 à 13:54:05  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Après compléments :
 
PONTET CANET Cargo
 
Chantier :
 
C Nylands Verksted, Christiania, Norvège
Mis à flot : N.C.
En service : 1912 (MM)
Retiré : 25.08.1918 (MM)
Caractéristiques : 1 183 tjb ; 225 x 33,7 pieds.
 
Observations :
 
Cargo lancé sous le nom de Kathinka pour le compte de Rederiselsk Kathinka (Johs. Bull), Tønsberg, Norvège
1909 : renommé Atlas pour  P. Johannessen, Tønsberg  
1912 : acheté par la Worms & Cie, Le Havre, passe sous pavillon français sous le nom de Pontet Canet
25.08.1918 : torpillé et coulé par le sous-marin UB 109 (KL Kurt Ramien) à 12 milles dans le NNW de Heaux de Bréhat, durant une traversée du Havre vers Bordeaux en convoi. Six hommes devaient trouver la mort dans ce torpillage. L'épave repose par 49°06,9N et 003°05,08W.
 
Cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 29-04-2008 à 13:57:19

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°29193
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 31-12-2010 à 10:20:53  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
   Navigazette, n° 1.194, Jeudi 14 mars 1912, p. 7, en rubrique « Chronique maritime – Navigation » :
 
   « Achat de vapeurs par MM. Worms et Cie. ― Les vapeurs Kathinka et Freya, qui appartenaient à l’armement Akties Atlas, de Tonsberg, sont maintenant la propriété de la maison Worms et Cie ; ils sont attachés au port du Havre sous les noms de Pontet-Canet et de Pomerol et ils seront affectés à la ligne Dunkerque-Boulogne-Brest et Bordeaux. Ces deux vapeurs sont identiques et voici leurs caractéristiques : longueur, 71 m. 45 ; largeur, 10 m. 20 ; creux, 6 m 08 ; port en lourd : 1.460 tonnes au tirant d’eau de 4 m. 90 ; capacité cubique des cales, 2.100 mètres cubes. Construits par les Chantiers Nylands Vaerksted à Christiania, en 1905, sous surveillance spéciale. Deux cales et deux entreponts à marchandises ; trois panneaux de chargement. L’appareil moteur consiste en une machine à triple expansion alimentée par une chaudière à trois foyers fonctionnant à la pression de 12 k. 5. La vitesse commerciale de ces navires est de 10 n. 5. Les appareils auxiliaires consistent en une chaudière auxiliaire, trois petits chevaux, trois treuils et une machine à gouverner à vapeur. Les vapeurs sont éclairés à l’électricité. »
   _______________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.


Message édité par Rutilius le 31-12-2010 à 10:21:17
n°29198
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 31-12-2010 à 14:54:17  profilanswer
 

Bonjour à tous
 
La page de Kurt Ramien sur histomar :
 
http://www.histomar.net/GSM/htm/ramien.htm
 
Cdlt
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°33472
olivier 12
Posté le 31-12-2011 à 13:57:09  profilanswer
 

Bonjour à tous,

PONTET CANET

 
Navire de 710 tx JB, armé au Havre par Worms et Cie, réquisitionné depuis le 16 Août 1918.
Quitte Le Havre le 23 Août à 11h30 à destination de Nantes et Bordeaux avec environ 1000 tonnes de marchandises diverses.
 
Liste d’équipage
 
Etat-major
 
BERQUIN  Paul   Capitaine  Dunkerque
SAINT JALMES Yves   2e capitaine  Paimpol
GARNIER  Henri   Chef mécanicien         Le Havre
CLEON  Louis   2e mécanicien  Arcachon
PRIGENT  Léopold  TSF           2e dépôt
 
Pont
 
BOUZELOS  Jean   Maître d’équipage Le Conquet
LE VEN  Etienne  Matelot  Le Conquet
BOEZENNEC  Joseph  Matelot  Camaret
LE CORRE  Sincère  Matelot  Vannes
LE GOFF  Joseph  Matelot  Lannion
FLOURY  Yves   Matelot  Paimpol
VENNEGUES  Auguste  Matelot       Le Conquet Disparu
LE MARREC  Marcel  Matelot  Vannes    Disparu

LE PELEY  Roger   Novice  Cherbourg  
LE GALERY  Robert  Novice  Lannion
VENEC  Vincent  Cuisinier  Le Conquet
 
Machine
 
SALAUN  François  1er chauffeur Lannion
THOMAS  Bernard  Chauffeur  Camaret
LACAULE  Etienne  Chauffeur  Bayonne Disparu
FOUCHER  Pierre   Chauffeur  Nantes   Disparu

GOUARIN  Yves   Soutier  Paimpol
PEIGNEY  Jean   Soutier  Cherbourg
 
Militaires AMBC
 
BOURHIS     QM fusilier  Lorient
ANTRAS  Emile   Canonnier breveté 1er dépôt
DELAIS  Gaston  Canonnier brevet              Disparu
POIRRIER  Alain   Aide canonnier Narbonne
LE COQ  Louis   Aide canonnier 1er dépôt
DEVE   Louis   Aide canonnier             Disparu
DURIEZ     Servant
 
Pilote
 
PIDOU            1er maître pilote de la Flotte
 
 
Navire équipé de deux canons de 90 mm sur avant et arrière
 
 

Rapport du capitaine

 
Le 23 Août, mouillé sur petite rade à 12h30, puis appareillé à 14h15 pour des exercices de tir. Revenu au mouillage à 17h45.
 
Appareillé le 24 à 12h30 pour Cherbourg, en convoi, et mouillé à Cherbourg le 25 à 03h30. Le même jour, reçu les instructions de route sur le BERNICLE, avec les capitaines des trois autres navires du convoi, tous Suédois.
 
Le PONTET CANET aura à son bord un pilote de la Flotte et le convoi se formera sur deux lignes, escorté par BERNICLE et CHARDONNERET. PONTET CANET, chef de file, prend la tête de file à tribord, car BERNICLE est de ce bord et le chef du convoi veut pouvoir donner des ordres à la voix au pilote.
 
Appareillé de la rade de Cherbourg le 25 Août à 10h30. Brise assez forte, fraîchissant après La Hague. Temps à grains. Vent hâlant au NW dans les grains. Brumaille et pluie jusqu’à Sercq. Mer grosse. Aperçu le feu des Héaux de Bréhat vers 19h45. Homme de vigie à son poste. Hublots peints en noir. Ronde pour vérifier l’absence de toute lumière.
 
A 21h10, à 12 milles dans le N005W des Héaux de Bréhat, explosion sur l’avant tribord de la passerelle. Une gerbe d’eau s’élève et l’embarcation tribord ainsi que le poste TSF sont brisés. Le navire prend aussitôt de la gîte dur tribord et le gaillard plonge sous l’eau. Fermé aussitôt la soupape d’arrêt avec la commande à distance de la passerelle. Le pilote et le 2e capitaine prennent la direction de la mise à l’eau de la baleinière. J’essaie de récupérer les papiers du bord, mais ne peux ouvrir la porte de la chambre de veille.
Le palan avant de la baleinière se décroche sous une forte lame et l’embarcation chavire. Le navire pique du nez et l’eau atteint déjà la coursive.
 
Le chef mécanicien et le 1er chauffeur, qui étaient dans la machine lors de l’explosion, sont rejoints par le 2e mécanicien. Ils stoppent la machine, mais la dynamo ne peut être démarrée pour alimenter la TSF. La lumière s’éteint. Ils remontent sur le pont.
 
Je donne l’ordre de se rendre aux embarcations de l’arrière. Mais trois minutes après l’explosion, le navire se dresse et coule d’un seul coup. Deux radeaux, non saisis, flottent sur l’eau, avec de nombreuses épaves. La majorité des hommes avaient leur ceinture de sauvetage. Tous sont entraînés avec le navire et 24 sur 30 sont sauvés par le CHARDONNERET qui n’hésite pas, malgré la mer forte, à mettre ses embarcations à la mer.
 
BERNICLE met aux postes d’écoute et lâche deux bombes.  Il prend à son bord trois rescapés dans un canot du CHARDONNERET.  
A 23h00 les deux navires font route sur Brest. Arrivés à Roscanvel le 26 Août à 12h00. Les 21 hommes à bord du CHARDONNERET sont transbordés sur un petit chalutier et débarqués au Pont Gueydon.  
 
Il est très probable que le navire a été torpillé et n’a pas sauté sur une mine. Quelques heures plus tard, le vapeur Suédois HELGE, qui faisait partie de notre convoi, a lui aussi été torpillé.

Voici les circonstances des disparitions des six hommes d’équipage
 
 
Le matelot Marcellus Le Marrec était dans le poste équipage avant et n’a pas pu sortir. A deux reprises, il a tenté de monter l’échelle conduisant sur le pont mais l’eau entrait à flots et à chaque fois il a été rejeté en arrière. Il est mort noyé.
 
Le matelot Auguste Vennegues était à la barre lors de l’explosion. Il a quitté la barre et a aidé à la mise à l’eau de la baleinière, puis du canot bâbord arrière. Entraîné à l’eau quand le navire a sombré, il n’a pas reparu à la surface.
 
Le chauffeur Etienne Lacaule, non de quart au moment de l’explosion, a aidé à la mise à l’eau de la yole tribord. Lui aussi a été entraîné par le navire et n’a pas reparu.
 
Le chauffeur Pierre Foucher, non de quart au moment de l’explosion, n’avait pas eu le temps de mettre sa ceinture de sauvetage. Il a essayé en vain d’atteindre le radeau de l’avant qui flottait mais, exténué, a disparu avant que quiconque puisse venir à son secours.
 
Le canonnier breveté Gaston Delais était de veille au canon arrière. Entraîné à la mer, il a été retrouvé au bout d’une demi-heure par le BERNICLE. On lui a lancé un bout. Mais il n’a pu le saisir et a coulé à pic.
 
L’aide canonnier Louis Dévé était de quart sur la passerelle au moment de l’explosion. Il a été aperçu sur la dunette peu avant l’engloutissement. Il aurait aidé à la mise à l’eau de la baleinière, mais aurait été écrasé contre la muraille du navire lorsque le palan a largué et que le canot s’est retourné.
 
Pour ces six hommes, morts face à l’ennemi, je sollicite votre haute bienveillance pour faire parvenir à leurs familles en deuil un secours pécuniaire, ainsi que la Croix de Guerre pour qu’elles gardent un souvenir de ces braves.
 
Le sous-marin attaquant
 
C’était donc l’UB 109 du KL Kurt Ramien. C’est bien lui qui a aussi torpillé le Suédois HELGE dans la matinée du 26 Août.
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 01-01-2012 à 19:44:10

---------------
olivier
n°33478
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 01-01-2012 à 19:35:28  profilanswer
 


   Bonsoir à tous,
 
 
                                           Le sauvetage de l’équipage du cargo Pontet-Canet par le patrouilleur Chardonneret
 
 
   ● Patrouilleur Chardonneret-I – alors commandé par le premier maître de timonerie L. Griessemann –, Journal de bord n° .. / 1918 – 13 juin ~ 26 août 1918 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 88, p. num. 364 et 365.
 
 
                                                                              « Cherbourg à Brest. 25 ~ 26 août 1918.
 
     9 h 45 – Appareillé du bassin Charles X.
 
   10 h 20 – Sorti de la rade avec convoi quatre vapeurs.
 
   10 h 50 – Fait le chenal de sécurité.
 
   10 h 25 – Nord de la Hague, à 2 milles.
 
   12 h 28 – Fait le raz Blanchard.
 
   15 h 35 – Sud du feu de Serk, 4 milles.
 
   17 h 15 – Nord des Roches Douvres, 8 milles.
 
   20 h 55 – Nord des Héaux, 12 milles.
 
   21 h 10 – Entendu forte explosion en tête du convoi. Vapeur français Pontet-Canet torpillé et coulé immédiatement.
 
   21 h 20 – Arrivé sur les lieux. Sauvé 21 hommes de l’équipage et le pilote Pidou. Notre youyou remet 3 hommes au Bernicle. Dans les naufragés, il y a deux blessés, un assez grièvement, l’autre contusion à l’épaule. Donné tout le réconfort possible aux naufragés. Fait plusieurs tours sur  les lieux et, après avoir bien inspecté, à 23 h 15, nous reprenons la route sur Brest ; les bateaux du convoi étant disparus, nous faisons route seuls, trois vapeurs ayant fait route vers le Sud.
   Dans l’opération de sauvetage, par suite de grosse mer et forte brise de N.-W., deux avirons du grand canot ont été perdus. Notre grand canot est hors d’usage et le youyou demande de sérieuses réparations.
 
     8 h 30 – Fait le Four.
 
   10 h 45 – Fait le Goulet.
 
   11 h 50 – Stoppé à la Pointe Espagnole
[où les naufragés furent débarqués dans une pinasse]. »
 
                                                                                 .....................................................
 
 
    « P.V. de dépense. — Dépensé 1,15 litre de tafia et 4 litres de vin pour boissons chaudes.
 
   P.V. de perte. — Pendant le sauvetage des naufragés, il a été perdu deux avirons de youyou et une gaffe, un aviron de canot. Un pot de chambre affecté au service des blessés a été cassé.
 
   Le Commandant,

 
   Signé : L. Griessemann. »  
 
 
                                                                                      « Dimanche 25 ~ 26 août 1918.
                                                                           Vivres délivrés aux naufragés du " Pontet-Canet "
         
 
   Boisson chaude, 25 au soir : Vin, 5 litres ; sucre, 2 kg 300.
 
   26 août : Déjeuner à 21 hommes ; dîner, – d° – .
 
   21 hommes à 4/ .. = 12 rations.
»
 
   ________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.

n°33479
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 01-01-2012 à 20:21:13  profilanswer
 


   Bonsoir à tous,
 
 
   Société centrale de sauvetage des naufragés Annales du sauvetage maritime, 1er et 2e trim. 1920, p. 28 et 29, Rapport du vice-amiral Auvert sur les récompenses accordées par la Société aux sauveteurs de la mer.
 
 
                                     http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/GRIESDEMANN%20-%201..jpg
                                     http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/GRIESDEMANN%20-%202..jpg
   ________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.

n°33481
olivier 12
Posté le 02-01-2012 à 09:00:40  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
et merci Daniel pour tous ces renseignements complémentaires, fort intéressants.
 
Voici la liste d'équipage imprimée (lire PIDOU pour le nom du pilote de la Flotte)
 
http://img94.imageshack.us/img94/2432/pontetcanetequipage.jpg
 
et la position des navires dans le convoi, telle que rapportée par le capitaine Berquin
 
http://img221.imageshack.us/img221/3415/pontetcanetqg.jpg
 
Cdlt


---------------
olivier
n°33483
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 02-01-2012 à 11:41:45  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
   L’officier marinier Pidou fut :
 
   — A compter du 1er juin 1914, désigné pour embarquer en qualité de maître pilote sur le contre-torpilleur Arquebuse, au port de Cherbourg (L’Ouest Éclair – éd. de Caen –, n° 5.620, Samedi 16 mai 1914, p. 9, en rubrique « Nouvelles maritimes ~ Marine de guerre ») ;
 
   — A compter du 10 août 1914, désigné pour embarquer en qualité de maître pilote sur l’aviso Chamois, au port de Dunkerque (L’Ouest Éclair – éd. de Caen –, n° 5.689, Dimanche 19 juillet 1914, p. 8, en rubrique « Nouvelles maritimes ~ Marine de guerre »).
 
   En janvier 1919, alors premier maître pilote, il fut inscrit au tableau spécial de la médaille militaire (L’Ouest Éclair – éd. de Caen –, n° 7.110, Mardi 21 janvier 1919, p. 4, en rubrique « Nouvelles maritimes ~ Légion d’honneur »). Cette décoration lui fut remise à Cherbourg, fin mars 1919, lors d’une prise d’armes tenue sur la place Napoléon (L’Ouest Éclair – éd. de Caen –, n° 7.179, Dimanche 30 mars 1919, p. 3, en rubrique « Dans la région ~ Cherbourg »).
   _______________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.

n°33484
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 02-01-2012 à 12:36:06  profilanswer
 


   Re,
 
   Il s'agissait du premier maître pilote Eugène Pidou, qui s'était illustré lors du naufrage de l'Olga, torpillé le 18 juin 1916 par l’U-35 (Kapitänleutnant Lothar von Arnauld de la Perrière).  
 
   ● Société centrale de sauvetage des naufragés ― Annales du sauvetage maritime, 1er et 2e trim. 1917, rapport du capitaine de vaisseau Babeau sur les sauvetages accomplis dans l’année, p. 16, et spécialement, p. 28 et 29.
 
   « Nos marins de l’État se sont tenus, quant aux traditions de dévouement, à la hauteur de leur camarades restés au pays, et parmi les très nombreux rapports qui en font foi, quelques uns ont appelé la particulière attention de notre Conseil. Le temps me manque pour vous en faire un récit détaillé et je dois me contenter de vous en présenter un résumé succinct.
 
   Reçoivent des prix de 200, 100 et 50 francs :
 [...]
 
   100 francs. ― PIDOU (Eugène), 1er maître pilote. ― A sauvé un des marins de l’Olga, torpillé en n’hésitant pas à plonger de son bateau l’Arquebuse pendant que celui-ci manœuvrait ses machines à toute vitesse. ― 18 juin 1916. [...] »
 
   ________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.

n°39240
Memgam
Posté le 18-02-2014 à 15:28:46  profilanswer
 

Bonjour,  
 
 
Un Pontet Canet ex Viola allemand a été attribué à la compagnie Worms pour compenser la perte du précédent.
1176 tjb, 69,10 x 10,13 x 4,50 m, construit par Flensburger Schiffbau-Ges, Flensburg, en 1912, 650 cv, 9 noeuds.
Il disposait de quelques cabines pour passagers.
Remis aux Allemands le 15 décembre 1942, devient l'italien Salemi. Coulé par le sous-marin anglais Safari à 8 milles de Capri.
 
Source : Registre n° 274, Bureau Veritas 1930.
Jean Jourdan, Souvenirs d'un vieux marin, Jean Jourdan, 1976, photo page 115.
Jean-Yves Brouard, Guy Mercier, Marc Saibène, La marine marchande française 1939-1945, JYB Aventures, 2009.
 
Cordialement
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser%2037.png

n°39807
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 08-05-2014 à 17:28:13  profilanswer
 


   Bonsoir à tous,
 
 
                                                                            ■ Marins disparus le 25 août 1918 avec le cargo Pontet-Canet. [6]
 
 
   Jugement rendu par le Tribunal civil du Havre le 22 août 1919 et transcrit au Havre le 6 septembre 1919 (Registre des actes de décès de la ville du Havre, Année 1919, f° 38, p. 6.500, acte n° 2.979).
 
 
   « Attendu qu’il est établi par les pièces et documents versés au dossier que le vapeur Pontet-Canet immatriculé au Havre a été torpillé le vingt-cinq août mil neuf cent dix-huit vers vingt-une heures quinze alors qu’il se trouvait à douze milles dans le N.-W. des Héaux et que, lors de ce torpillage, six hommes de l’équipage, les nommés Delais, Dévé, Vénnéguès, Foucher, Le Marec et Lacaule ont disparu ;
 
   Attendu que, depuis cette époque, ces six hommes n’ont pas reparu ni donné de leurs nouvelles ; que leur décès est donc certain ; ... »
 
   Par la même décision, tous furent déclarés « Morts pour la France ».
 
 
                                                                                                            Marins de l’État. [2]
 
 
   ― DELAIS Gaston Paul, né le 11 septembre 1899 au Mans (Sarthe) et y domicilié, route de Rouillon, Matelot de 2e classe canonnier breveté, Matricule n° 114.022–2.
 
   Fils de Louis Léon DELAIS et de Marie Française ROUSSEAU. Célibataire.  
 
   ― DÉVÉ Louis Joseph, né le 6 octobre 1891 à Yport (Seine-Inférieure – aujourd’hui Seine-Maritime) et domicilié à Fécamp (– d° –), Matelot de 3e classe sans spécialité, inscrit à Fécamp, n° 8.028.
 
  Fils d’Eugène François Augustin DÉVÉ et de Blanche Alphonsine DUVAL. Marié le 18 décembre 1916 à Fécamp avec Rachèle Ernestine Andrée BRENTOT.  
 
 
  Par arrêté du Ministre de la Marine en date du 7 mars 1922 (art. 2 ; J.O., 15 mars 1922, p. 2.952), ces marins furent inscrits à titre posthume au tableau spécial de la Médaille militaire dans les termes suivants :  
 
                                                                                       
                                                                                 http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/PONTET-CANET%20-%20M.M1..jpg
 
                                                                                   (p. 2.957)
 
 
                                                                                                     Marins du commerce. [4]
                                                                                                         
 
   — VENNÉGUÈS Auguste, né le 25 août 1885 à Porspoder (Finistère) et y domicilié, lieu-dit Vourech. Matelot, inscrit au Conquet, n° 7.763.
 
   Fils de Jean Marie VENNÉGUÈS et de Joséphine THÉPAUT. Célibataire.
   
   — FOUCHER Pierre Marie Joachim, né le 3 décembre 1880 à Frossay (Loire-Inférieure – aujourd’hui Loire-Atlantique –) et domicilié au Pellerin (– d° –). Chauffeur, inscrit à Saint-Nazaire, n° 292.
 
   Fils de Pierre Marie FOUCHER et de Marie Anne Julienne DOUSSET. Marié le 26 novembre 1904 au Pellerin avec Clémentine Françoise Jeanne FILLEREAU.
 
   — LE MAREC Marcelus, né le 26 février 1887 à L’Île-aux-Moines (Morbihan) et y domicilié. Matelot, inscrit à Vannes, n° 2.126.
 
   Fils de Marcelus LE MAREC et de Marie François LUCO. Marié le 18 décembre 1917 à L’Île-aux-Moines avec Jeanne Marie JÉGO.
 
   — LACAULE Étienne, né le 11 mars 1877 à Hossegor (Landes) et domicilié à Hendaye (Basses-Pyrénées – aujourd’hui Pyrénées -Atlantique –). Chauffeur, inscrit à Bayonne, n° 3.429.
 
   Fils de Jean LACAULE et de Jeanne LAVIELLE. Marié le 11 mai 1907 à Hendaye avec Jeanne Félicie POUCHUCQ.
 
 
    Par arrêté du Ministre de la Marine en date du 20 mars 1922 (art. 2 ; J.O., 2 avr. 1922, p. 3.653), ces marins furent inscrits à titre posthume au tableau spécial de la Médaille militaire dans les termes suivants :  
                                     
     
                                                                                 http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/PONTET-CANET%20-%20Disparus%20-%20J.O.%202-IV-%201922..jpg
 
                                                                                   (p. 3.658)


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°39820
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 09-05-2014 à 19:57:54  profilanswer
 

Bonjour à tous
A voir également sur histomar la page relatant la perte des vapeurs Pontet Canet et Helge  
http://www.histomar.net/Manche/htm/helge.htm
Cdlt
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°47290
olivier 12
Posté le 13-09-2017 à 14:50:06  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Une autre image du PONTET CANET
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/924/56HHCV.jpg
 
Cdlt


---------------
olivier

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  PONTET CANET - Vapeur