yvo35 Forum Pages du Collectionneur : Piou-Piou Forum Pages d'Histoire : artillerie : caveje Pages mémoire: nécropoles - MPLF-MDH : bernard berthion, 2 utilisateurs anonymes et 27 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2
Page Précédente
Auteur Sujet :

SAINT LAURENT

n°1782
JPC
Posté le 06-12-2007 à 09:33:17  profilanswer
 

Je voudrais en savoir plus sur l'accident arrivé à ce cargo  
 
Saint-Laurent, cargo mixte de la CGT, réquisitionné, a été victime d’un incendie, peut-être à la suite d’une explosion et a coulé à Malte le 5 février 1917. Le bateau utilisé comme transport de troupes était armé par des inscrits maritimes mobilisés. Deux Molénais dont Sylvestre Le Bousse né en 1897 y ont trouvé la mort, un autre Molénais Aimé Cuillandre s’en est sorti.   Merci JPC


---------------
Jean Pierre Clochon
n°1805
Ar Brav
Posté le 06-12-2007 à 18:25:08  profilanswer
 

Bonjour à tous,
Bonjour Jean Pierre,
 
SAINT LAURENT Navire auxiliaire (1916 – 1917)
 
Chantier :
 
N.C.
Mis à flot : 1905
En service : 31.08.1916
Retiré : 05.02.1917
Caractéristiques : 5 607 tjb.
 
Observations :
 
Cargo mixte de la Cie Générale Transatlantique, second de deux navires conçus pour le transport des émigrants. Sister-ship : HUDSON (1905)
05.1905 : mis en service sur la ligne du Mexique
02.1906 : est transféré sur la ligne de New York, alterne entre les 2 lignes en fonction des besoins
31.08.1916 – 05.02.1917 : réquisitionné  
02.02.1917 : prend feu alors qu’il est immobilisé dans le port de Malte. Afin d’éviter l'explosion de sa cargaison de munitions, il est remorqué au large et torpillé
05.02.1917 : coulé.
 
Cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°1824
JPC
Posté le 07-12-2007 à 16:59:27  profilanswer
 

Merci encore, des marins ont donc dû perdre la vie lors la première phase, lorsque l'incendie s'est déclaré, car je n'ose pas croire que le vapeur ait été envoyé par le fond avec du monde à bord... quoique?...
                   JPC


---------------
Jean Pierre Clochon
n°1887
Terraillon​ Marc
Posté le 10-12-2007 à 21:25:33  profilanswer
 

Bonsoir
 
une vue du navire à cette adresse
 
http://www.frenchlines.com/ship_fr_416.php
 
A bientot


---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°1889
JPC
Posté le 10-12-2007 à 22:48:37  profilanswer
 

Bonsoir Marc et merci pour le lien. A noter quand même que saint Laurent, le martyr chrétien a fini torturé dans les flammes sur un grill et la destinée similaire pour le navire portant son nom et pour les marins qui y ont péri dans l'incendie...   JPC


---------------
Jean Pierre Clochon
n°5489
valier
Posté le 15-05-2008 à 10:20:00  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Je remonte ce fil pour ce Poilu du 4° RIC tué à bord du "Saint-Laurent". Le texte exact de sa fiche MdH est : "... par suite de l'accident survenu au Saint-Laurent dans les parages de Malte (Egypte) sic!".
 
Combien ce naufrage a-t-il fait de victimes ?
 
Bonne journée.  :sol:  
 
Jacques
 
http://images.mesdiscussions.net/pages1418/mesimages/2503/Cerrito.jpg


---------------
Un Homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom.
n°5492
Ar Brav
Posté le 15-05-2008 à 13:08:18  profilanswer
 

Bonjour Jacques,  
Bonjour à tous,
 
Combien ce naufrage a-t-il fait de victimes ?
 
Si j'ai bien compris, le navire a été coulé volontairement. Je ne trouve pas trace du nombre de victimes dans ma (petite) biblio. La Marine ne revendique aucune perte de Marin de l'Etat pour ce bateau non plus. Pour info, Jean Cerrito était un marin "prêté" par la Marine au Ministère de la Guerre (ne me demandez pas pourquoi ni comment il s'est retrouvé à bord du Saint Laurent, je ne sais pas  ;) ).
 
Bonne journée également,
Cordialement,
Franck

Message cité 1 fois
Message édité par Ar Brav le 15-05-2008 à 13:44:17

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°5493
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 15-05-2008 à 14:10:12  profilanswer
 

Bonjour à tous
Starke Register 1905
SAINT-LAURENT        FR  1T (12)
 5,607 Cie. Générale Transatlantique, Havre       392.2 x 50.6
   P/C Chant. & Atel. de St. Nazaire, Rouen (11) #85
Caught fire at Malta, 5 Feb 1917,  towed out and deliberately torpedoed and sunk to avoid explosion of munitions in her cargo
 
J'avoue être pour le moins étonné que l'on remorque au large un bateau en feu chargé de munitions pour le torpiller au risque de faire exploser toute la cargaison. Or pareille explosion, les rares cas où cela s'est produit l'ont démontré, a toujours des effets catastrophiques. Pourquoi tout en le remorquant ne pas avoir ouvert les prises d'eau pour couler la navire et ainsi neutraliser son chargement ?
 
Cdlt
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°5502
Ar Brav
Posté le 15-05-2008 à 18:58:19  profilanswer
 

Bonsoir Yves,
 
C'est la réflexion que j'ai eue également, mais peut-être l'incendie faisant rage à bord ne permettait pas l'accès aux prises d'eau ? Je ne connais pas les détails du sinistre.
 
Bonne soirée, gospodin Yffiévitch  ;)  
Amts,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°5511
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 15-05-2008 à 22:25:27  profilanswer
 

Bonsoir Franck et tous
Le 2 septembre 1917, le sous-marin U 28 a torpillé puis canonné à couler le vapeur anglais Olive Branch chargé de munitions. Il s'en est suivi une phénoménale explosion qui a provoqué la perte collatérale du sous-marin avec tout son équipage (il aurait été atteint par une pièce de plusieurs tonnes provenant de la structure du vapeur). C'est en pensant à cela que je m'étonnais de ce tir d'une torpille dans les flancs d'un bateau chargé d'explosifs mais peut-être n'y avait-il pas non plus des tonnes de munitions à bord ?
Nasdrovié Franck !
Cdlt
Yves
 
Extrait du Starke Register de 1912 :
BELLORADO         BR  1T
 4,649 Bellarden SS. Co., Ltd. (Bell Bros. & Co.), Glasgow     385.0 x 52.0
     C Russell & Co., Port Glasgow  (11) #637     133082
17 - OLIVE BRANCH   Nautilus Steam Shipping Co., Ltd. (F. & W. Ritson), Sunderland
Torp. by U 28, 2 Sep 1917, 85 miles N by E ½ E of North Cape, voy. Liverpool - Port Romanoff, munitions,  U 28 closed and began to shell her at close range and was sunk by debris when she exploded
 


Message édité par Yves D le 15-05-2008 à 22:38:56

---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°14864
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 06-04-2009 à 23:28:10  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
                                                                                                   Le Temps, n° 20.324, Mardi 27 février 1917, p. 1.
 
 
                                                                                                                               « SUR MER
 
                                                                                                            Un vapeur français explose à Malte
 
   On annonce qu’il est survenu le 5 février un grave accident à bord d’un vapeur français, le Saint-Laurent, qui était à Malte. Une explosion a eu lieu sur ce navire, qui était chargé d’essence, et les autorités anglaises l’ont fait saborder pour éviter un sinistre plus considérable. L’explosion a fait plusieurs victimes.
 
   Le Saint-Laurent est un vapeur de 5.611 tonnes. »


Message édité par Rutilius le 16-03-2016 à 14:31:41

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°24058
Terraillon​ Marc
Posté le 06-02-2010 à 16:35:03  profilanswer
 

Bonjour,
 

Terraillon Marc a écrit :

Bonsoir
 
Sur le site http://www.ambafrance-mt.org/ (Ambassade de France à Malte), il y a un relevé des marins et soldats enterrés à MALTE
 
...
 
SOLDATS ENTERRES AU CIMETIERE DE L’ADOLARATA
 
BADOL Aimé, soldat de 2ème classe du 40ème régiment d’Infanterie, victime du « SAINT LAURENT », le 5 février 1917, en rade de Sliema
 
BIJON François, matelot chauffeur graisseur du « SAINT LAURENT », décédé le 7 février 1917
 
...
 
CERITO Jean, soldat de 2ème classe du 4ème régiment d’infanterie coloniale, victime du « SAINT LAURENT », décédé le 5 février 1917.
 
CHAUVIN Paul, soldat de 2ème classe du 4ème régiment colonial, victime du « SAINT LAURENT », inhumé le 15 février 1917
 
...
 
COMPAIN Martial, soldat de 2ème classe du 30ème régiment d’Artillerie, victime du « SAINT LAURENT», décédé le 5 février 1917
 
...
 
ERNOULT Eugène, soldat de 2ème classe du 1er régiment de Génie, victime du « SAINT LAURENT », inhumé le 18 février 1917.
 
...
 
LAROCHE Georges, soldat de 2ème classe du 42ème régiment d’Infanterie Coloniale, victime du « SAINT-LAURENT », le 5 février 1917 en rade de Sliema.
 
....
 
MOUSNY Oscar, soldat de 2ème classe du 42ème régiment d’Infanterie Coloniale, victime du « SAINT LAURENT », décédé le 5 février 1917.
 
...
 
PUJOLLE , gendarme de la Légion de Paris, victime du « SAINT LAURENT », le 5 février 1917 en rade de Sliema
 
RAGUENEZ Edmond, soldat de 2ème classe du 37ème régiment d’infanterie coloniale, victime du « SAINT LAURENT », inhumé le 23 février 1917
 
SABARLY Alphonse, soldat de 2ème classe du 54ème régiment d’Infanterie Coloniale, victime du « SAINT LAURENT », le 5 février 1917.
 
TABOUL Pierre, soldat de 2ème classe du 40ème régiment d’infanterie, victime du « SAINT LAURENT », décédé le 5 février 1917.
 
....
 
TOUPANCE Joseph, soldat de 2ème classe du 40ème régiment d’infanterie, victime du « SAINT LAURENT », inhumé le 15 février 1917.
 
VELAY Léon, soldat de 2ème classe du 40ème régiment d’infanterie, victime du « SAINT LAURENT », inhumé le 22 février 1917.
 
...
 
A bientot  :hello:


Message édité par Terraillon Marc le 06-02-2010 à 16:37:37

---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°30816
Mike010
Posté le 14-04-2011 à 09:25:35  profilanswer
 

Mention du ''Saint Laurent'' dans le JMO du 37e RIC - janvier 1917  
http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] iewer.html
 
Embarquement le 14/01/1917 á Marseille d'une partie du 37e RIC á bord du Saint Laurent.  
Débarquement le 21/01/1917 á Salonique (Gréce)
 
Le Saint Laurent a fait route vers Salonique avec les navires suivants (toujours d'aprés le JMO) :
- Basque,
- Parana,
- Ionie

n°35025
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 08-09-2012 à 19:59:02  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
 
   ■ Historique (complément).
 
 
   — 22 novembre 1916 : Débarque à Salonique, à destination du Parc d’aviation n° 301 :
 
        –  deux moteurs d'avion Le Rhône 110 H.P. et deux moteurs d’avion Le Rhône 80 H.P. ;  
 
        –  un avion Nieuport B.B., type XXI., n° 2.219, pour la « Mission roumaine ».    
 
   (Journal des marches et opérations du Parc d’aviation de Salonique – 15 juin / 1er déc. 1916 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 95/4, p. num. 55).
 
 
   — 14 ~ 21 décembre 1916 : Transporte de Marseille à Salonique le 6e Compagnie de mitrailleurs du 37e Régiment d’infanterie coloniale, désigné le 6 novembre 1916 pour renforcer l’Armée d’Orient, soit deux  officiers et 165 hommes.
 
    Les autres unités constituant ce régiment embarquèrent :  
 
      • le 10, à bord de l’Arendja (60 mulets et un sous-officier accompagnateur) ;
 
      • le 14, à bord :    
 
          – de l’Ionie (6e Bataillon) ;
 
          – du Parana (État-major ; premier échelon de la Compagnie hors-rang ; 5e Bataillon ; premier  
             échelon de la 7e Compagnie de mitrailleurs)
;
 
          – du Basque (second échelon de la 6e Compagnie de mitrailleurs) ;
 
      • le 17, à bord du Colbert (second échelon de la Compagnie hors-rang ; second  
         échelon de la 7e Compagnie de mitrailleurs)
;  
 
      • le 19, à bord du Paul-Lecat (7e Bataillon).  
 
   (Journal des marches et opérations du 37e Régiment d’infanterie coloniale – 25 octobre 1916 ~ 14 mai 1917 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 866/12, p. num. 10 et 11.)


Message édité par Rutilius le 16-03-2016 à 14:38:37

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°38847
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 14-12-2013 à 14:58:16  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
 
   Journal officiel – Débats parlementaires – Chambre des députés –, n° 95, 13 novembre 1931, p. 3.838.
 
 
                                                  http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/Q.%20E.%20n°%2012.941..jpg


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°39628
jeanclaude​frol
Posté le 10-04-2014 à 19:20:19  profilanswer
 

A ce jour, j'ai dénombré 24 personnes décédées au cours ou suite à cet accident.
 
  Information supplémentaire sur cette catastrophe.
A la suite de cet accident, la médaille Albert (Albert Medal for Livesing) a été décernée à 4 sauveteurs britanniques qui sont parvenus à sauver  3 marins français de l’incendie qui a suivi une grave explosion à bord du transport de troupes françaises « Saint-Laurent » dans le port de Malte. Il s’agit :
- du soldat Arthur Allan
- du sergent par intérim, quartier maître James Brown
- du soldat James Cuthberson
- du sergent William Seymour
 Trois d’entre eux appartenaient à 30ème compagnie du corps médical de l’armée royale ( le Royal Army Medical Corps : RAMC), basée à Malte et le dernier au 2ème régiment de fusiliers du Northumberland.


Message édité par jeanclaudefrol le 10-04-2014 à 19:31:52
n°41943
michel91
Posté le 17-04-2015 à 09:38:36  profilanswer
 

Bonjour a tous   ,peut etre quelques infos supplementaires concernant l'explosion du st Laurent .Le St Laurent
est parti de Marseille le 30 janvier 1917 en soirée a destination de Salonique en faisant une escale a Malte
.Ayant a son bord 381 passagers dont 246 militaires et  135 civils Grecs , 2300 tonnes de marchandises,
400 tonnes d'essence pour moteurs en cale, des projectiles chargés mais non amorçes dans le fond de la cale
50 prisonniers soldats deserteurs se trouvaient a bord avec une escorte de 6 gendarmes .Arrivé a Malte et mouillé
dans le bassin du Lazaret le 3 fevrier  a 9 heures. Amarré a quai jusquau 5 au  matin date du depart pour Salonique .A 7H 50 une violente explosion suivi d'une deuxieme tres violente  une colonne de flammes . Bateau disloqué pont arraché , incendie tres violent  ,beaucoup de victimes et plusieurs jetés a la mer .Sur le site de l'ambassade de Malte figure 24 noms officiellement recenser (dont celui de mon grand pere ).Mais certainement plus peut 'etre ,des disparus, des civils .Impossibilité d'eteindre l'incendie, risque d'explosion ,Les autorités anglaises deciderent de torpiller le bateau pour circonscrire l'incendie et eviter une formidable explosion (munitions en cale)  
 
bonne journée a tous

n°42682
sijam65
CHRISTOPHE
Posté le 06-07-2015 à 20:24:39  profilanswer
 

― CÉRRITO Jean Alphonse, né le 20 janvier 1888 à Philippeville (Département de Constantine, Algérie), Soldat de 2e classe, Matricule n° 594, classe 1908, n° 928 au recrutement de Constantine (Jug. Trib. Le Havre, 25 mars 1920, transcrit au Havre, le 18 mai 1920 ― inhumé à Malte, au cimetière de l’Adolarata).  
 
    Nota : Marin mis à la disposition du Ministre de la Guerre (Matricule n° 1.299 – Philippeville).  
 
Il était l'oncle de mon grand-père, originaire de l'Ile de Ischia par son père et de Minori par sa mère. D'origine italienne, les parents avaient immigrés en Algérie en 1875.


---------------
Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.
C’est la vie qu’il y a eu dans les années.
n°42684
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 06-07-2015 à 23:32:21  profilanswer
 

.
   Bonsoir, et bienvenue,
 
 
   Éléments biographiques complémentaires :
 
   ― CERRITO Jean Alphonse, né le 20 janvier 1888 à Philippeville (Département de Constantine, Algérie) et y domicilié, rue du Troisième Bataillon, Soldat de 2e classe, 40e Régiment d’infanterie coloniale, Matricule n° 594, classe 1908, n° 928 au recrutement de Constantine (Jug. Trib. Le Havre, 25 mars 1920, transcrit au Havre, le 18 mai 1920 : Registre des actes de décès de la ville du Havre, Année 1920, Vol. I., Transcription, f° 92, acte n° 1.591. Inhumé à Malte, au cimetière de l’Adolarata).  
 
   Nota : Marin mis à la disposition du Ministre de la Guerre (Inscrit le 24 septembre 1908 au quartier de Philippeville, n° 1.299).
 
   Fils d’Antoine Joseph François CERRITO, né vers 1850, marin, et de Concetta DONNANUMMA, née vers 1859, sans profession, son épouse. Époux de Françoise VICCIA, avec laquelle il avait contracté mariage à Philippeville, le 30 avril 1914 (Registre des actes de naissance de la ville de Philippeville, Année  1888, f° 132, acte n° 46).


Message édité par Rutilius le 11-04-2017 à 21:14:52

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°42685
sijam65
CHRISTOPHE
Posté le 06-07-2015 à 23:40:04  profilanswer
 

Bonsoir, vous avez des infos sur la famille Cerrito?


---------------
Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.
C’est la vie qu’il y a eu dans les années.
n°42686
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 07-07-2015 à 01:19:58  profilanswer
 


   Bonjour,
 
 
   • Antoine Joseph François CERRITO, né le 28 avril 1850 à Lucco-Amena (Italie) et décédé le ... à ... (...), était le fils de :
 
   — Jean CERITTO, né vers 1822 à Casamierola (Italie) et décédé le 2 novembre 1882 à l’Hôpital militaire de Philippeville (Registre des actes de décès de la ville de Philippeville, Année  1882, f° 112, acte n° 440)
 
   Et de :
 
   — Lucie MENELLO, née le ... à ... (...) et décédée le ... à ... (...).
 
 
   • Concetta DONNANUMMA, née le 10 juin 1858 à Minori (Italie) et décédée le ... à ... (...), était la fille d’Alfonse DONNARUMA et d’ Auyete Rose ESPOSITO.
 
   Ils avaient contracté mariage à Philippeville, le 5 janvier 1878 (Registre des actes de mariage de la ville de Philippeville, Année  1878, f° 4, acte n° 6).


Message édité par Rutilius le 04-02-2016 à 12:07:36

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°42687
sijam65
CHRISTOPHE
Posté le 07-07-2015 à 07:12:10  profilanswer
 

Bonjour vous êtes de la famille Cerrito? J'ai des informations plus précises notamment sur l'Italie.
Amicalement


---------------
Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.
C’est la vie qu’il y a eu dans les années.
n°42694
Francine L​aude
Posté le 09-07-2015 à 08:42:11  profilanswer
 

Bonjour Daniel,
bonjour à toutes et tous,
 
une petite erreur s'est glissée dans

Rutilius a écrit :

[...]
                                   Militaires morts en rade de Malte le 5 février 1917 à la suite de l’explosion survenue à bord du cargo mixte Saint-Laurent
[...]
      ■ 37e Régiment d’infanterie coloniale.  
   ― RAGUNEZ Edmond, né le 26 octobre 1896 à Brest (Finistère)  
[...]


 
il manque une lettre dans le patronyme  
 
RAGUÉNEZ Edmond Naissance le 26 octobre 1896 à l'hospice civil de Brest (acte dressé le 27)  
petit plus  [:francine laude:9] fils de Pauline Augustine RAGUÉNEZ (âgée de 17 ans domestique, célibataire)  
(AM Brest / Naissances Brest centre / Registre 1E216 / Acte n° 1276 vue 128)
 
 
Amicalement
Francine

n°42695
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 09-07-2015 à 09:41:15  profilanswer
 


   Bonjour Francine,
 
   Merci de m'avoir signalé cette erreur : j'ai été abusé par la rature stupidement apposée sur la fiche M.P.L.F. de ce soldat Brestois par un rat de bureau en manches de lustrine... Correction effectuée et compléments biographiques ajoutés.
 
   —> http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] m_rotate=F


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°42697
Francine L​aude
Posté le 09-07-2015 à 10:09:47  profilanswer
 

de rien Daniel !

 

patronymes et lieux cela arrive souvent , un peu grandiose d'avoir écrit blessure par torpillage
en tous les cas, merci d'avoir corrigé ainsi que pour les grands-parents

 

pour lui-même, curieusement je n'ai rien trouvé de plus même en élargissant la recherche
ni son inscription dans une table de recrutement ni sa transcription de décès
cette dernière doit être ailleurs , tant pis.
En attendant que les registres de sa classe soient en ligne
avoir l'acte de naissance ce n'est déjà pas si  mal !

 

Bien amicalement
Francine


Message édité par Francine Laude le 09-07-2015 à 10:16:36
n°42741
sijam65
CHRISTOPHE
Posté le 17-07-2015 à 19:24:50  profilanswer
 

Bonsoir à tout le monde.
Je viens de recevoir la transcription de l'état civil de la mairie du Havre.
Les soldats sont bien enregistrés mais il y a quelque chose qui m'étonne :
"sont décédés en mer le 5 février 1917, morts pour la France (Vapeur Saint Laurent). D'après ce que j'ai compris, quand l'incendie s'est déclaré le navire était à quai, afin d'éviter une explosion conséquente, le navire a été remorqué loin des côtes maltaise (en mer méditerranée et non en Egypte...Ah! ces fonctionnaires de l'époque avaient vraiment de vagues notions de géographie...) pour y être torpillé!!! avec nos soldats à bord!!! Mort pour la france ou Assassiné par la france??????????????????????????
J'attends la copie du jugement qui devrait être intéressante...


---------------
Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.
C’est la vie qu’il y a eu dans les années.
n°42742
IM Louis J​ean
Posté le 17-07-2015 à 19:56:53  profilanswer
 

Bonsoir à toutes et à tous,
 

sijam65 a écrit :

Mort pour la France ou Assassiné par la France??????????????????????????


 
Les corps pouvaient se trouver dans un endroit dévasté ou inaccessible :
 

michel91 a écrit :

Bateau disloqué pont arraché, incendie très violent, beaucoup de victimes et plusieurs jetées a la mer. Sur le site de l'ambassade de Malte figurent 24 noms officiellement recensés (dont celui de mon grand père ). Mais certainement plus peut être, des disparus, des civils. Impossibilité d'éteindre l'incendie, risque d'explosion


 
Il est vrai que dans certains milieux très présents médiatiquement votre deuxième proposition est très à la mode. Toutefois ils laissent, encore, la majuscule.
 
Cordialement
Étienne


Message édité par IM Louis Jean le 17-07-2015 à 19:59:47

---------------
<< On peut critiquer les parlements comme les rois, parce que tout ce qui est humain est plein de fautes.
     Nous épuiserions notre vie à faire le procès des choses. >> Clemenceau
n°43703
sijam65
CHRISTOPHE
Posté le 02-01-2016 à 21:40:22  profilanswer
 

Bonsoir, je cherche à localiser l'épave du Saint Laurent à Malte.
Cordialement.


---------------
Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.
C’est la vie qu’il y a eu dans les années.
n°43984
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 04-02-2016 à 17:40:13  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
   
 
                                 Militaires morts à la suite de l’explosion survenue à bord du cargo mixte Saint-Laurent en rade de Malte le 5 février 1917 (*)
 
                                                                                                                                  [14]
 
                                                                                                                       (Liste non exhaustive)
       
 
   ■ Légion de gendarmerie de Paris.
 
  ― PUJOLLE Jean Marie François, né le 21 novembre 1884 à Bize (Hautes-Pyrénées), Gendarme à cheval – qui escortait des soldats déserteurs –, matricule n° 1.413 au corps, classe 1904, n° 815 au recrutement de Tarbes [Acte transcrit à Draveil (Seine-Saint-Denis), le 3 déc. 1920. ― Inhumé à Malte, au cimetière de l’Addolarata.].
 
   Fils de Basile PUJOLLE et de Marie CASTÉRAN.
 
 
   ■ Légion étrangère.
 
   ― HASSON Samuel, né en 1896 à Salonique (Grèce), Sergent interprète.
 
 
   ■ 30e Régiment d’artillerie de campagne.
 
   ― COMPAIN Martial Pierre, né le 5 juillet 1885 à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne), 2e canonnier conducteur, 106e Batterie de 58, matricule n° 18.383 bis au corps, classe 1905, n° 1.131 au recrutement de Magnac-Laval [Acte transcrit à Cognac (Charente), le 6 sept. 1921. ― Inhumé à Malte, au cimetière de l’Addolarata.].
 
   Fils de Léonard COMPAIN, né vers 1855, et de Marguerite BUREAU, née vers 1863, sans profession, son épouse (Registre des actes de naissance de la commune d’Oradour-sur-Glane, Année 1885, acte n° 41). Époux de Marguerite MASSON, avec laquelle il avait contracté mariage à Saint-Junien (Haute-Vienne), le 6 juin 1914 (Ibid.).
 
 
   ■ 40e Régiment d’infanterie.
 
   ― BADOL Aimé Jules Alphonse, né le 29 mai 1894 au lieu-dit Biesses, commune de Lens-Lestang (Drôme), Soldat de 2e classe, matricule n° 13.141 ter au corps, classe 1914, n° 398 au recrutement de Romans (Acte transcrit à Lens-Lestang, le 22 mai 1921. ― Inhumé à Malte, au cimetière de l’Addolarata.). [Prisonnier militaire]
 
   Fils de Jean François BADOL, né vers 1845, cultivateur, et de Louise MORLIÈRE, née vers 1855, « ménagère », son épouse (Registre des actes de naissance de la commune de Lens-Lestang, Année 1894, f° 7, acte n° 18).
 
   ― PASTRE Honoré Marius, né le 8 octobre 1883 à La Seyne-sur-Mer (Var) et domicilié à Port-de-Bouc (Bouches-du-Rhône), Soldat de 2e classe, matricule n° 02.109 ter au corps, classe 1903, n° 324 au recrutement de Toulon (Inhumé à Malte, au cimetière de l’Addolarata.). [Prisonnier militaire]
 
   Fils d’Arthur PASTRE, né vers 1858, « commis marchand », et de Magdelaine Julie PUGNAIRE, née vers 1860, sans profession, son épouse (Registre des actes de naissance de la commune de La Seyne-sur-Mer, Année 1883, f° 7, acte n° 218).
 
   ― TABOUL Pierre Paul Simon, né le 28 mai 1883 à Alès (Gard), Soldat de 2e classe, matricule n° 015.254 au corps, classe 1903, n° 313 au recrutement de Nîmes [Acte transcrit à Yvetot (Seine-Inférieure – aujourd’hui Seine-Maritime –), le 4 août 1922. ― Inhumé à Malte, au cimetière de l’Addolarata.]. [Prisonnier militaire]
 
   ― TOUPANCE Joseph Octave Clément, né le 7 septembre 1896 au lieu-dit Brandelon, commune de Bazoches-les-Hautes (Eure-et-Loir), Soldat de 2e classe, matricule n° 13.136 au corps, classe 1916, n° 139 au recrutement de Melun [Acte transcrit à Blandy-les-Tours (Seine-et-Marne), le 15 févr. 1922. ― Inhumé à Malte, au cimetière de l’Addolarata.]. [Prisonnier militaire]
 
   Fils de Louis Clément TOUPANCE, né vers 1864, charretier, et de Joséphine Octavie DOMAGE, née vers 1867, sans profession, son épouse (Registre des actes d’état civil de la commune de Bazoches-les-Hautes, Année 1896, acte n° 12).
 
   ― VELAY Léon Albert, né le 29 juillet 1895 au lieu-dit Racoules, commune de Fraissinet-de-Lozère (Lozère) et domicilié à Orthoux – aujourd’hui Orthoux-Sérignac-Quilhan – (Gard), Soldat de 2e classe, matricule au n° 13.126 au corps , classe 1915, n° 1.135 au recrutement de Nîmes (Inhumé à Malte, au cimetière de l’Addolarata.).
 
   Fils de Léon VELAY, né vers 1865, cultivateur, et de Paulonie JUIN, née vers 1872, « ménagère », son épouse (Registre des actes d’état civil de la commune de Fraissinet-de-Lozère, Année 1895, acte n° 57). [Prisonnier militaire]
 
 
   ■ 4e Régiment d’infanterie coloniale.
 
   ― CHAUVIN Paul Marius, né le 8 avril 1889 à Hyères (Var), Soldat de 2e classe, matricule au corps et classe inconnus, n° 67 au recrutement de Toulon (Acte transcrit à Hyères, le 3 août 1921. ― Inhumé à Malte, au cimetière de l’Addolarata.).
 
   Fils d’Émile Auguste CHAUVIN, né le 17 mars 1865 à Mormoiron (Vaucluse), cultivateur, et de Philomène Joséphine AJCARDI, née le 11 septembre 1867 à Hyères, journalière puis cultivatrice (Registre des actes de naissance de la ville d’Hyères, Année 1889, f° 14, acte n° 85). Reconnu et légitimé par le mariage de ses parents, célébré à Hyères, le 6 août 1891 (Registre des actes de mariage de la ville d’Hyères, Année 1891, f° 27, acte n° 50).
 
 
   ■ 37e Régiment d’infanterie coloniale.
 
   ― RAGUÉNEZ Edmond, né le 26 octobre 1896 à Brest (Finistère) et y domicilié, décédé le 21 février 1917 « à l’hôpital Mauvel de Malte [des] suites de [ses] blessures », Soldat de 2e classe, matricule n° 12.252 au corps, classe 1916, n° 135 au recrutement de Brest (Inhumé à Malte, au cimetière de l’Addolarata.).
 
   Fils naturel de Pauline Augustine RAGUÉNEZ, née le 4 janvier 1879 à Brest-Recouvrance, domestique (Registre des actes de naissance de la ville de Brest, Année 1896, Vol. II., f° 128, acte n° 1.276) ; fille de François Marie RAGUÉNEZ, charpentier au port, et de Françoise BOHAN (Registre des actes de naissance de la ville de Brest-Recouvrance, Année 1879, f° 4, acte n° 10).
 
 
   ■ 42e Régiment d’infanterie coloniale.
 
   ― COLOMBET Constantin Émile, né le 29 juillet 1889 au lieu-dit La Colombière, commune de Dommartin-lès-Cuiseaux (Saône-et-Loire), Soldat de 2e classe – « non en service » –, matricule n° 21/17.519 au corps, classe 1909, n° 265 au recrutement de Châlons-sur-Saône [Acte transcrit à Cuiseaux (Saône-et-Loire), le 10 nov. 1921. – Inhumé à Malte, au cimetière de l’Addolarata.]. [Prisonnier militaire]
 
   Fils de Jean Pierre Claude COLOMBET, né le 22 février 1864 à Dommartin-lès-Cuiseaux, domestique, et de Marie Virginie BUISSON, née le 30 juillet 1869 à Dommartin-lès-Cuiseaux, cultivatrice (Registre des actes de naissance de la commune de Dommartin-lès-Cuiseaux, Année 1889, f° 4, acte n° 19). Reconnu et légitimé par le mariage de ses parents, célébré à Dommartin-lès-Cuiseaux, le 11 mars 1891 (Registre des actes de mariage de la commune de Dommartin-lès-Cuiseaux, Année 1891, f° 2, acte n° 3).
 
   ― LAROCHE Georges Julien, né le 21 février 1890 à Melisey (Haute-Saône) et domicilié à Corbenay (– d° –), Soldat de 2e classe, matricule au corps n° 07.089, classe 1910, n° 688 au recrutement de Vesoul (Inhumé à Malte, au cimetière de l’Addolarata.).
 
   Fils de François Joseph Félicien LAROCHE, né vers 1868, carrier, et d’Eugénie DÉMÉSY, née vers 1870, sans profession, son épouse (Registre des actes d’état civil de la commune de Melisey, Année 1890, f° 3, acte n° 6).
 
   ― MOUSNY Oscar, né le 6 août 1894 à Vineuil-Saint-Firmin (Oise), Soldat de 2e classe, matricule n° 8.466 au corps , classe 1914, n° 5.911 au recrutement de la Seine, 1er bureau [Acte transcrit à Saint-Denis (Seine – aujourd’hui Seine-Saint-Denis –), le 24 sept. 1921. ― Inhumé à Malte, au cimetière de l’Addolarata.]. [Prisonnier militaire]
   
 
   ■ 1er Régiment du génie.
 
   ― ERNOULT Eugène Charles Henri, né le 13 octobre 1883 au lieu-dit La Fontaine, commune de Saint-Jean-d’Assé (Sarthe), Sapeur de 2e classe, matricule n° 015.717 au corps, classe 1903, n° 635 au recrutement de Mamers (Acte transcrit à Saint-Jean-d’Assé, le 27 sept. 1921. ― Inhumé à Malte, au cimetière de l’Addolarata.).
 
   Fils de Joseph Arsène ERNOULT, né le 11 avril 1862 à Saint-Martin-l’Aiguillon (Orne), mouleur, et de Judith Félicité Charlotte BARRAULT, née le 10 janvier 1865 à Saint-Jean-d’Assé, sans profession. Reconnu et légitimé par le mariage de ses parents, célébré à Saint-Jean-d’Assé, le 22 octobre 1887 (Registre des actes de naissance de la commune de Saint-Jean-d’Assé, Année 1883, f° 17, acte n° 44, et acte n° 53. – Registre des actes de mariage de la commune de Saint-Jean-d’Assé, Année 1887, acte n° 16).
 
   Époux de Marguerite Augustine ..., avec laquelle il avait contracté mariage à Saint-Jean-d’Assé, le ... (Ibid.).
 
   _________________________________________________________________________________________________________________________________________________
 
  (*) Compléments et mise à jour.


Message édité par Rutilius le 17-04-2017 à 09:58:17

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°43986
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 04-02-2016 à 18:54:16  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
 
                                Militaires disparus le 5 février 1917 en rade de Malte à la suite de l’explosion survenue à bord du cargo mixte Saint-Laurent (*)  
 
                                                                                                                                 [11]
 
                                                                                                   Judiciairement déclarés « Morts pour la France »
 
                                               Jugement déclaratif de décès rendu le 25 mars 1920 par le Tribunal civil du Havre et transcrit au Havre, le 18 mai 1920.
 
                                                         (Registre des actes de décès de la ville du Havre, Année 1920, Vol. I., Transcription, f° 92, acte n° 1.591).
 
 
   ■ 14e Légion de gendarmerie.
 
   ― VADOT Honoré, né le 1er décembre 1884 à Pagny-le-Château (Côte-d’Or) et domicilié à Saint-Laurent-en-Beaumont (Isère), Gendarme à pied, matricule n° 020 au corps, classe 1904, n° 753 au recrutement d’Auxerre.
 
   Fils de François VADOT, né vers 1849, « poseur au chemin de fer », et de Marie RAVIER, née vers 1856, garde-barrière, son épouse. Veuf de Malvina MARTINET, avec laquelle il avait contracté mariage à Saint-Dié (Vosges), le 7 mai 1908 (Registre des actes d’état civil de la commune de Pagny-le-Château, Année 1884, acte n° 19). Époux en secondes noces de Juliette Laurence Célestine BOUTEILLON.
 
 
   ■ 2e Régiment d’artillerie de montagne.
 
   ― ROCHE Célien Alexis Jules, né le 17 juillet 1888 à Marignane (Bouches-du-Rhône) et y domicilié, 2e canonnier conducteur, matricule n° 08.722 au corps, classe 1908, n° 2.515 au recrutement de Marseille. [Prisonnier militaire]
 
   Fils de Joseph ROCHE, né vers 1836, cultivateur, et de Marie Joséphine MAUNIER, née vers 1857, sans profession, son épouse (Registre des actes de naissance de la commune de Marignane, Année 1888, acte n° 24). Célibataire.
 
 
   ■ 13e Régiment de chasseurs.
 
   ― COMBAZ Gaspard, né le 19 mars 1892 à Saint-Cassin (Savoie), au lieu-dit La Cascade, et demeurant à Chambéry (– d° –), Soldat de 2e classe, matricule n° 4.617 au corps, classe 1912, n° 1.476 au recrutement de Chambéry.  
 
   Fils de Jean Baptiste COMBAZ, né vers 1847, cantonnier, et de Pierrette PATRON, née vers 1856, « ménagère », son épouse (Registre des actes de naissance de la commune de Saint-Cassin, Année 1892, f° 3, acte n° 8). Célibataire.
 
 
   ■ 2e Régiment de marche d’Afrique.
 
   ― BOURLETT Nicolas, né le 31 juillet 1886 à Jœuf (Meurthe-et-Moselle) et demeurant à Nancy (– d° –), au 34, rue Montreville, Soldat de 2e classe, matricule n° 0.833 au corps, classe 1906, n° 192 au recrutement de Toul. [Prisonnier militaire]
 
   Fils de Sébastien BOURLETT, né vers 1856, journalier, et d’Angélique PAULY, née vers 1859, sans profession, son épouse (Registre des actes de naissance de la commune de Jœuf, Année 1886, f° 34, acte n° 89). Célibataire.
 
 
   ■ 40e Régiment d’infanterie.
 
   ― COLOMBEAU Raymond, né le 13 juillet 1887 à Beaucaire (Gard) et y domicilié, Soldat de 2e classe, matricule n° 01.303 ter au corps, classe 1907, n° 351 au recrutement de Nîmes. [Prisonnier militaire]
 
   Fils de Jean Louis COLOMBEAU et de Marthe BAZILE, son épouse. Époux d’Augustine LAHONDÈS.
 
   ― GRILL Jean Louis, né le 25 août 1894 à Saint-Ambroix (Gard) et demeurant à Beauvoisin (– d° –), Soldat de 2e classe, matricule n° 13.127 au corps, classe 1914, n° 252 au recrutement de Nîmes. [Prisonnier militaire]
 
   Fils de Barthélémy Jean Isaac GRILL et de Louise Maria ARGENSON, son épouse. Célibataire.
 
 
   ■ 4e Régiment d’infanterie coloniale.
 
   ― CERRITO Jean Alphonse, né le 20 janvier 1888 à Philippeville (Département de Constantine, Algérie) et y domicilié, rue du Troisième Bataillon, Soldat de 2e classe, matricule n° 594 au corps, classe 1908, n° 928 au recrutement de Constantine (Corps retrouvé. — Inhumé à Malte, au cimetière de l’Addolarata.). [Prisonnier militaire]
 
   Nota. : Marin mis à la disposition du Ministre de la Guerre ; inscrit le 24 septembre 1908 au quartier de Philippeville, n° 1.299.
 
   Fils d’Antoine Joseph François CERRITO, né le 28 avril 1850 à Lacco-Ameno (Italie), marin, et de Concetta DONNANUMMA, née le 10 juin 1858 à Minori (Italie), sans profession, son épouse (Registre des actes de naissance de la ville de Philippeville, Année  1888, f° 132, acte n° 46). Époux de Françoise VICCIA, avec laquelle il avait contracté mariage à Philippeville, le 30 avril 1914 (Ibid.).  
 
   ― REINERI Vincent Rossolin, né le 22 juillet 1883 à Fréjus (Var) et demeurant à Cannes (Alpes-Maritimes), Soldat de 2e classe, matricule n° 061.263 au corps, classe 1903, n° 1.288 au recrutement de Nice. [Prisonnier militaire]
 
   Fils de Jean REINERI, né vers 1850, maçon, et d’Anne CERVERO, née vers 1852, sans profession, son épouse. Époux de Magdeleine Jeanne PECOLLO, avec laquelle il avait contracté mariage à Nice, le 14 juin 1910 (Registre des actes de naissance de la commune de Fréjus, Année  1883, acte n° 50).
 
 
   ■ 7e Régiment d’infanterie coloniale.
 
   ― BERNARDIN Jean, né le 15 avril 1896 à Toul (Meurthe-et-Moselle), Soldat de 2e classe, 4e compagnie, matricule n° 4/27.472 au corps, classe 1916, n° 1.407 au recrutement de Toul.  
 
   Fils de Louis Nicolas BERNARDIN et de Zoé MORICE, son épouse. Célibataire.  
 
 
   ■ 8e Régiment d’infanterie coloniale.
 
    ― FORCELLINO César Joseph Marius, né le 21 janvier 1890 à Marseille (Bouches-du-Rhône), Soldat de 2e classe, matricule n° 04.901 au corps, classe 1910, n° 5.683 au recrutement de Marseille.  
 
   Fils de Joséphine FORCELLINO. Époux d’Anna CANDES.
 
 
   ■ 54e Régiment d’infanterie coloniale.
 
    ― SABARLY Alphonse Pierre, né le 25 août 1890 à Guéret (Creuse), Soldat de 2e classe, matricule n° 053.923 au corps, classe 1910, n° 1.415 au recrutement de Guéret (Corps retrouvé. ― Inhumé à Malte, au cimetière de l’Addolarata.). [Prisonnier militaire]
 
   Fils de Valéry SABARLY, né vers 1870, « tailleur d’habits », et de Marie Céline BUSSON, née vers 1872, lingère, son épouse. Époux de Thérèse Berthe GIRON, avec laquelle il avait contracté mariage à Guéret, le 2 février 1914 (Registre des actes de naissance de la ville de Guéret, Année  1890, f° 15, acte n° 86).
 
   _________________________________________________________________________________________________________________________________________________
 
   (*) Compléments et mise à jour.


Message édité par Rutilius le 17-04-2017 à 09:44:47

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°43987
NIALA
Posté le 04-02-2016 à 19:17:59  profilanswer
 

http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/8678/SAINTLAURENTdoc33.png
 
Une photo du Saint Laurent  
 
Cordialement
 
Alain


---------------
Cordialement
 
n°44106
ambafrance
Posté le 16-02-2016 à 16:59:15  profilanswer
 

Bonjour, je suis agent de sécurité de l'ambassade de France à Malte. Nous avons créé un site qui regroupe les militaires français inhumés à Malte dont voici le lien : http://soldatsfrancaismalte.e-monsite.com/  
Nous cherchons aussi à localiser le navire St-Laurent. Si vous avez des infos je suis preneur.
Patrice LANOUE


---------------
Ambassade de France à malte
n°44107
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 16-02-2016 à 19:08:40  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
 
   Saint-Laurent ― Cargo mixte en acier de 5.607 tx jb et de 7.246 t. pl. Lancé le 19 mai 1905 au Grand-Quevilly par la Société des chantiers de Normandie (Laporte & Cie), de Rouen, pour le compte de la Compagnie générale transatlantique.
 
   Caractéristiques : longueur, 119,00 m ; largeur, 15,46 m ; machine à pilon à triple expansion ; 3 cylindres  ; puissance, 2.800 cv ; une hélice ; 12,6 nœuds.  
 
   Initialement affecté aux lignes de la côte Est du Canada. Après la déclaration de guerre, utilisé comme transport auxiliaire par l’armée de mer.
 
   [Marthe BARBANCE : « Histoire de la Compagnie générale transatlantique. Un siècle d’exploitation maritime », préface de Roger Vercel, Art et métiers graphiques, 1955. Annexe : « Flotte de la Compagnie générale transatlantique depuis son origine ».]
 
 
   Dans le cadre des opérations de transfert des éléments de la 30e Division d’infanterie (Général Jean Baptiste Edmond Laurent Emmanuel CASTAING) sur le front d’Orient, le cargo mixte Saint-Laurent avait été désigné pour assurer le transport de Marseille à Salonique :
 
   – de la 106e Batterie de mortiers de 58 de tranchées du 30e Régiment d’artillerie de campagne (Élément n° 243 de l'Artillerie divisionnaire)], commandée par le lieutenant Marie Joseph Louis Henri NŒTINGER, soit 2 officiers, 119 hommes, 61 chevaux ou mulets et 24 voitures ;
 
   – de l’Équipe mobile de réparation de l'Artillerie divisionnaire (Élément n° 248 de l'Artillerie divisionnaire), soit 35 hommes, 21 chevaux ou mulets et 5 voitures.
 
   Outre celui de l’Équipe mobile de réparation, avait également été chargé en soute le matériel des Sections de munitions de l’infanterie et de l’artillerie, et donc une importante quantité de matières explosives.  
 
   Le bâtiment avait appareillé de Marseille le 30 janvier 1917, à 14 h. ; il avait fait escale à Marsa Muscetto (Île de Malte) le 3 février, à 11 h. Le 5, à 7 h. 50, deux explosions suivie d’un très violent incendie se produisirent à bord alors que le navire se trouvait au mouillage. Après évacuation des rescapés, il fut alors éloigné puis torpillé sur ordre de l’autorité portuaire britannique.
 
   Les rescapés prirent passage le 9 février, à 15 h., sur le transport britannique Huntspill, qui les débarqua à Salonique le 12, à 16 h.  
 
 
 
   Journal des marches et opérations de l’Artillerie divisionnaire de la 30e Division d’infanterie – 2 août 1914 ~ 28 août 1919 –, Service historique de la défense, Cote 26 N 320/3, p. 127 (p. num. 68).
 
   « 106e Batterie de 58 et E.M.R. — Embarquement à Marseille le 30 janvier [1917] sur le Saint-Laurent à 14 h. Escale à Marsamuscetto (Malte) à partir du 3 février à 11 h. Le 5 février, à 7 h. 40 en rade, le bateau fait explosion ; l’incendie éclate ; tout le personnel est évacué ; manque un homme de la 106e, le canonnier Compain, tué par l’explosion. Le Saint-Laurent est torpillé par ordre pour éviter de nouvelles explosions. Les rescapés quittent Malte le 9 février à 15 h. sur le Huntspill. Arrivé à Salonique le 12 à 16 h. »
 
 
 
                                                                           http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/MarsamuscettoV.1..jpg


Message édité par Rutilius le 24-04-2017 à 18:22:32

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°44357
sijam65
CHRISTOPHE
Posté le 11-03-2016 à 19:40:37  profilanswer
 

ambafrance a écrit :

Bonjour, je suis agent de sécurité de l'ambassade de France à Malte. Nous avons créé un site qui regroupe les militaires français inhumés à Malte dont voici le lien : http://soldatsfrancaismalte.e-monsite.com/  
Nous cherchons aussi à localiser le navire St-Laurent. Si vous avez des infos je suis preneur.
Patrice LANOUE


 
Bonsoir à tous, je viens de recevoir un courrier du SHD de Vincennes concernant une note établit le 25 novembre 1980 par le Maitre Principal D. LEMAIRE relative au Vapeur Saint-Laurent.
Les pièces d'artillerie (canons et matériels) ont été enlevé par une équipe de scaphandriers et l'épave a été vendue en 1919 à la Société Portelli Frères, basée à Malte.
Le mystère de l'épave est levé.
Sources : Archives Centrales de la Marine, SS N 13 dossier 746 (incident en mer) et SSya 89.
 
Christophe


---------------
Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.
C’est la vie qu’il y a eu dans les années.
n°45251
sijam65
CHRISTOPHE
Posté le 07-10-2016 à 21:51:18  profilanswer
 

sijam65 a écrit :


 
Bonsoir à tous, je viens de recevoir un courrier du SHD de Vincennes concernant une note établit le 25 novembre 1980 par le Maitre Principal D. LEMAIRE relative au Vapeur Saint-Laurent.
Les pièces d'artillerie (canons et matériels) ont été enlevé par une équipe de scaphandriers et l'épave a été vendue en 1919 à la Société Portelli Frères, basée à Malte.
Le mystère de l'épave est levé.
Sources : Archives Centrales de la Marine, SS N 13 dossier 746 (incident en mer) et SSya 89.
 
Christophe


 
Bonsoir, je rentre de Vincennes avec quelques infos.
 
Voici la liste de l'équipage du S.S. Saint-Laurent :
 
ARQUE JEAN  Marseille - 605- Capitaine
DAGUENESSAIT HYACINTHE Bayonne- - 122 - 2nd Capitaine
GUILLOIS THEODORE Dinan -111-1er Lieutenant
JONCOURS AUGUSTE Binic -113- 2nd Lieutenant
PIERRE DANIEL Audierne - 3217- Chef mécanicien
LE GOFF GASTON Marseille - 4392- 2nd mécanicien
EZERREY EDMOND Le Havre - 5706 - 3eme mécanicien
CARU FRANCOIS Dunkerque - 5171 - 4eme mécanicien  
BREUOT LOUIS Brest -925/49 - Télégraphiste
DENIS JEAN Lannion - 5071 - Maitre d'équipage
QUERRE JEAN Binie - 8174 - Charpentier (décédé le 05/02/1917)
COUILLON MAXIMIN Noirmoutier - 929 - Matelot
BOURGAUD JEAN Noirmoutier - 746 - Matelot  
LOREAL MARIUS Belle ile en mer - 121 - Matelot
LE CORRE FRANCOIS Paimpol - 8792 - Matelot
ROSEAULIN MARIUS Fort de france - 447 - Matelot
LE BOUSSE SYLVESTRE Le Conquet - 6894 - Matelot (disparu le 05/02/1917)
CUILLANDRE HYACINTHE Le Conquet -3896 - Matelot (disparu le 05/02/1917)
DENIS PIERRE Lannion - 1553 - Matelot
COMMERE LOUIS Bordeaux - 15218 - Novice (disparu le 05/02/1917)
FAUDET ANDRE Honfleur - 157 - Mousse
BIJON FRANCOIS Bordeaux - 1307 - Graisseur (décédé le 05/02/1917)
ETRILLARD VALENTIN Dinan - 1074 -Graisseur
LE DUZ FRANCOIS Morlaix - 5855 - Chauffeur (disparu le 05/02/1917)
PLOURIN PIERRE Lannion - 255 - Chauffeur
LE MARECHAL ...... Quimper - 2374 - Chauffeur
LE FLOCH FELIX Vannes 9002 - Chauffeur
KERRIEU JEAN Morlaix 5636 - Chauffeur
CUILLANDRE FRANCOIS Le Conquet - 3297 - Chauffeur
CHEVALLIER KLEBER Morlaix - 23140 - Chauffeur
OULHEN JEAN Le Conquet 10633 - Chauffeur
BURGAUD JEAN Noirmoutier - 746 - Matelot
SCOUARENEC GABRIEL Morlaix -1073 - Soutier (disparu le 05/02/1917)
X DIT REGIS Lannion 6166 - Chauffeur
DIARA SOUMARE Dakar - 67338 - Soutier
MAMADOU DOUKOURE Dakar-67606- Soutier
DESCHAMPS RENE Marseille - 4871 - Restaurateur
PICHON JEAN Brest - 5684 - Chef cuisinier
GIACOMINI PAUL Marseille - 1257 -  Maitre d'Hôtel
NIVIERE LEONARD Marseille - 8491 - 2nd de cuisine
MURISASCO PAUL Marseille - 3156 - Boulanger
ALLORY FORTUNEMarseille - 7923 -  Cambusier
IRISY LOUIS Tamatave - 42397 - 2EME Cambusier
GUIOSSE LEONARD Marseille - 9397 - Garçon
CICOFRAN PAUL Marseille - 9400 - Garçon
LE GARREC ERNEST GARCON AURAY - 579/1157 - Garçon
YOUGOU JOSEPH Béréhi (Côte d'Ivoire) Garçon
FOUQUE PAUL Marseille Garçon
DIQUELLOU ALAIN Quimper - 2735 - Maître Fusilier
MAUREL AUGUSTE   ...           Maître Fusilier
VIRET MARCEL .... - - Fuisilier Breveté
GORRIAS JEAN ....................... Fusilier breveté
 
 
 


---------------
Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.
C’est la vie qu’il y a eu dans les années.
n°45252
sijam65
CHRISTOPHE
Posté le 07-10-2016 à 21:54:16  profilanswer
 

sijam65 a écrit :


 
Bonsoir à tous, je viens de recevoir un courrier du SHD de Vincennes concernant une note établit le 25 novembre 1980 par le Maitre Principal D. LEMAIRE relative au Vapeur Saint-Laurent.
Les pièces d'artillerie (canons et matériels) ont été enlevé par une équipe de scaphandriers et l'épave a été vendue en 1919 à la Société Portelli Frères, basée à Malte.
Le mystère de l'épave est levé.
Sources : Archives Centrales de la Marine, SS N 13 dossier 746 (incident en mer) et SSya 89.
 
Christophe


 
Bonsoir voici la liste de l'équipage du saint-Laurent :
 
ARQUE JEAN  Marseille - 605- Capitaine
DAGUENESSAIT HYACINTHE Bayonne- - 122 - 2nd Capitaine
GUILLOIS THEODORE Dinan -111-1er Lieutenant
JONCOURS AUGUSTE Binic -113- 2nd Lieutenant
PIERRE DANIEL Audierne - 3217- Chef mécanicien
LE GOFF GASTON Marseille - 4392- 2nd mécanicien
EZERREY EDMOND Le Havre - 5706 - 3eme mécanicien
CARU FRANCOIS Dunkerque - 5171 - 4eme mécanicien  
BREUOT LOUIS Brest -925/49 - Télégraphiste
DENIS JEAN Lannion - 5071 - Maitre d'équipage
QUERRE JEAN Binie - 8174 - Charpentier (décédé le 05/02/1917)
COUILLON MAXIMIN Noirmoutier - 929 - Matelot
BOURGAUD JEAN Noirmoutier - 746 - Matelot  
LOREAL MARIUS Belle ile en mer - 121 - Matelot
LE CORRE FRANCOIS Paimpol - 8792 - Matelot
ROSEAULIN MARIUS Fort de france - 447 - Matelot
LE BOUSSE SYLVESTRE Le Conquet - 6894 - Matelot (disparu le 05/02/1917)
CUILLANDRE HYACINTHE Le Conquet -3896 - Matelot (disparu le 05/02/1917)
DENIS PIERRE Lannion - 1553 - Matelot
COMMERE LOUIS Bordeaux - 15218 - Novice (disparu le 05/02/1917)
FAUDET ANDRE Honfleur - 157 - Mousse
BIJON FRANCOIS Bordeaux - 1307 - Graisseur (décédé le 05/02/1917)
ETRILLARD VALENTIN Dinan - 1074 -Graisseur
LE DUZ FRANCOIS Morlaix - 5855 - Chauffeur (disparu le 05/02/1917)
PLOURIN PIERRE Lannion - 255 - Chauffeur
LE MARECHAL ...... Quimper - 2374 - Chauffeur
LE FLOCH FELIX Vannes 9002 - Chauffeur
KERRIEU JEAN Morlaix 5636 - Chauffeur
CUILLANDRE FRANCOIS Le Conquet - 3297 - Chauffeur
CHEVALLIER KLEBER Morlaix - 23140 - Chauffeur
OULHEN JEAN Le Conquet 10633 - Chauffeur
BURGAUD JEAN Noirmoutier - 746 - Matelot
SCOUARENEC GABRIEL Morlaix -1073 - Soutier (disparu le 05/02/1917)
X DIT REGIS Lannion 6166 - Chauffeur
DIARA SOUMARE Dakar - 67338 - Soutier
MAMADOU DOUKOURE Dakar-67606- Soutier
DESCHAMPS RENE Marseille - 4871 - Restaurateur
PICHON JEAN Brest - 5684 - Chef cuisinier
GIACOMINI PAUL Marseille - 1257 -  Maitre d'Hôtel
NIVIERE LEONARD Marseille - 8491 - 2nd de cuisine
MURISASCO PAUL Marseille - 3156 - Boulanger
ALLORY FORTUNEMarseille - 7923 -  Cambusier
IRISY LOUIS Tamatave - 42397 - 2EME Cambusier
GUIOSSE LEONARD Marseille - 9397 - Garçon
CICOFRAN PAUL Marseille - 9400 - Garçon
LE GARREC ERNEST GARCON AURAY - 579/1157 - Garçon
YOUGOU JOSEPH Béréhi (Côte d'Ivoire) Garçon
FOUQUE PAUL Marseille Garçon
DIQUELLOU ALAIN Quimper - 2735 - Maître Fusilier
MAUREL AUGUSTE   ...           Maître Fusilier
VIRET MARCEL .... Fuisilier Breveté
GORRIAS JEAN ....................... Fusilier breveté


---------------
Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.
C’est la vie qu’il y a eu dans les années.
n°45253
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 08-10-2016 à 10:02:31  profilanswer
 

.
   Bonjour à tous,
 
 
   ■ Le dernier capitaine du cargo mixte Saint-Laurent.
 
 
   — ARQUÉ Jean Victor Marie, né le 30 décembre 1875 à Toulouse (Haute-Garonne) et décédé le ... à ... (...).
 
   Fils de Bertrand Paul Élisabeth ARQUÉ, né vers 1851, représentant de commerce, et d’Émilie Félicie Esprit Victoire LAGRANGE, née vers 1852, son épouse (Registre des actes de naissance de la ville de Toulouse, Année 1875, acte n° 2.912).
 
    Époux de Jeanne Marie Louise NARKIEWICZ, née le 8 février 1879 à Toulouse, avec laquelle il avait contracté mariage à Toulouse, le 18 février 1908 (Registre des actes de mariage de la ville de Toulouse, Année 1908, f° 59, acte n° 174).
 
 
   Capitaine au long-cours, inscrit à Marseille, n° 605. En 1926, en fonction au Syndicat de la Manche (146, boulevard de Strasbourg, Le Havre) de la Fédération des syndicats de capitaines au long-cours de France ; alors domicilié au Havre, au 3, rue Ancel.
 
 
   Par décret du 30 décembre 1926 (J.O. 2 janv. 1926, p. 173), nommé au grade de chevalier dans l’Ordre de la Légion d’honneur dans les termes suivants :
 
                                                                                          http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/ARQUEJeanVictorMarieL.H..jpg
 
 
   Reçu dans l’Ordre le 9 février 1926 par Auguste Ludovic ARNAUDTIZON, qui fut le dernier commandant du trois-mâts barque Jeanne-Cordonnier, de la Société des voiliers français.
 
   V. ici —> http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] 2034_1.htm
 
 
   • Extraits de la note jointe par le Sous-secrétaire d’État chargé des Ports, de la Marine marchande et des Pêches à l’appui du projet de décret de nomination (Base Léonore, dossier 19800035/ 1285/48411).
 
   « Situations diverses [...] – A commandé depuis 1911 les paquebots Guatemala, Bordeaux, Provence, Caravelle, Niagara, Californie, Montréal et Mississipi. »
 
   « Détail sur les services extraordinaires rendus par le candidat. – Excellent capitaine, qui a navigué pendant toute la durée des hostilités. Commandait le Guatemala en 1915 et le Montréal en 1917, quand ils furent torpillés par un sous-marin ennemi.
 
   Commandait également le Saint-Laurent lorsqu’il sauta par une mine en rade de Malte en 1917.
 
   Officier brave et courageux, qui compte une belle carrière.
»
 
   « Missions à l’étranger et dans les colonies. – Mission au Brésil en Janvier 1918, pour l’armement de navires affrétés par le Service des transports maritimes. »
 
 
   Par décrets des 24 et 25 février 1933 (J.O. 4 mars 1933, p. 2.288), promu au grade d’officier dans l’Ordre du Mérite maritime.


Message édité par Rutilius le 18-04-2017 à 17:11:58

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°45257
sijam65
CHRISTOPHE
Posté le 08-10-2016 à 17:06:31  profilanswer
 

Ar Brav a écrit :

Bonjour Jacques,  
Bonjour à tous,
 
Combien ce naufrage a-t-il fait de victimes ?
 
Si j'ai bien compris, le navire a été coulé volontairement. Je ne trouve pas trace du nombre de victimes dans ma (petite) biblio. La Marine ne revendique aucune perte de Marin de l'Etat pour ce bateau non plus. Pour info, Jean Cerrito était un marin "prêté" par la Marine au Ministère de la Guerre (ne me demandez pas pourquoi ni comment il s'est retrouvé à bord du Saint Laurent, je ne sais pas  ;) ).
 
Bonne journée également,
Cordialement,
Franck


 
Bonjour,
 
Pour répondre à votre question, Jean-Alphonse Cerrito inscrit au 5ème dépôt de la flotte de Toulon n°54.237, matelot de 3ème classe.
Lors de la mobilisation au 04/08/1914, il rejoint la défense fixe de Bizerte. Le 1er Avril 1915, suivant le décret du 29 Mars 1915, il est mis à disposition du Ministère de Guerre et versé au 24ème RIC de Perpignan. Entre temps pas "vraiment" de traces de lui si ce n'est le 31/01/1917 à Marseille le jour de l'embarquement, en route pour Salonique...via Malte...


---------------
Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.
C’est la vie qu’il y a eu dans les années.
n°45259
sijam65
CHRISTOPHE
Posté le 09-10-2016 à 12:24:00  profilanswer
 

sijam65 a écrit :

Bonsoir à tout le monde.
Je viens de recevoir la transcription de l'état civil de la mairie du Havre.
Les soldats sont bien enregistrés mais il y a quelque chose qui m'étonne :
"sont décédés en mer le 5 février 1917, morts pour la France (Vapeur Saint Laurent). D'après ce que j'ai compris, quand l'incendie s'est déclaré le navire était à quai, afin d'éviter une explosion conséquente, le navire a été remorqué loin des côtes maltaise (en mer méditerranée et non en Egypte...Ah! ces fonctionnaires de l'époque avaient vraiment de vagues notions de géographie...) pour y être torpillé!!! avec nos soldats à bord!!! Mort pour la France ou Assassiné par la France??????????????????????????
J'attends la copie du jugement qui devrait être intéressante...



---------------
Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.
C’est la vie qu’il y a eu dans les années.
n°45260
sijam65
CHRISTOPHE
Posté le 09-10-2016 à 12:25:15  profilanswer
 


 
Bonjour à tous. Je reviens vers le forum avec quelques nouvelles fraiches concernant le SS Saint-Laurent.
Les prisonniers à bord de ce navire étaient tous des français embarqués le 29/01/1917 à Marseille.
Il s'agit de déserteurs, d'insoumis souvent condamnés à des travaux forcés suite au passage devant le conseil de guerre en 1916. Certains ont survécu, d'autres ont eu moins de chance! Le Ministère de Guerre n'a pas dit la vérité aux familles. Les soldats entérrés à Malte sont pour la plus part ces prisonniers morts dans des circonstances attroces enchainés parce qu'un "capitaine de long court" avait ses priorités : sauver la cargaison! Les rapports sont édifiants et contradictoires. Un fait divers parmis tant d'autres...où le mensonge est roi!


Message édité par sijam65 le 06-04-2017 à 11:18:56

---------------
Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.
C’est la vie qu’il y a eu dans les années.
 Page :   1  2
Page Précédente

Aller à :
Ajouter une réponse