FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  ALGOL - AVISO SLOOP

 

Soldats de la Grande Guerre : michelstl Forum Pages d’Histoire: marine : Jean RIOTTE, 2 utilisateurs anonymes et 39 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

ALGOL - AVISO SLOOP

n°7688
Terraillon​ Marc
Posté le 02-08-2008 à 20:59:23  profilanswer
 

Bonsoir
 
Voici une image de l'Aviso ALGOL :
 
http://perso.orange.fr/MT06/ALGOL_MN_1a.jpg
 
A bientot  :hello:


Message édité par Terraillon Marc le 02-08-2008 à 21:00:05

---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°7721
Ar Brav
Posté le 03-08-2008 à 08:54:31  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
ALGOL Aviso-Sloop type anglais Flower (1916-1935)
 
Chantier :
 
Hamilton, Glasgow, Ecosse.  
Commencé : 1916
Mis à flot : 17.06.1916
Terminé : 1916
En service : 01.08.1916
Retiré : 03.07.1935  
Caractéristiques :  2 800 cv ; 84 x 10,2 x 3,5 m ; 1 machine alternative à quatre cylindres à triple expansion ; 1 hélice ; 17 nds ; 103 h.
Armement : II de 140 + II de 47 mm + Grenades. En 1918 : les II de 47 sont remplacés par II de 75 mm.
 
Observations :  
 
26.07.1916 : fin des essais
01.08.1916 : armé à Brest
09.1916 : Méditerranée orientale
05.1917 : affecté aux patrouilles d’Algérie et de Tunisie, escorte de convois. Il recueille les survivants du voilier américain Général Lannes, du vapeur belge Claire et du vapeur espagnol Bazan ; transformé en bateau-piège
03.1918 : division navale du Maroc
12.12918 : affecté à la 2ème escadre  
04-10.03.1919 : envoyé en Mer Noire, il participe à l’évacuation d’Odessa et au combat de Kersars où un obus atteint sa passerelle sans heureusement exploser
24.05.1921 : participe en Syrie aux opérations du colonel Nieger en bombardant la région des Alaouites
15.06.1921 : bombarde le village d’Amazi, à ces occasions, plus de 200 obus de 138 mm seront tirés
1922-1935 : affecté en Extrême-Orient, en Chine et au Japon
06-08.1926 : en carénage à Saigon
09.1930 : combats contre des bandes communistes le long du fleuve Yang Tsé Kiang
05-06.1933 : en carénage à Nagasaki
01.05.1935 : en réserve à Saigon
03.07.1935 : condamné
27.08.1935 : rayé
13.11.1935 : vendu pour démolition.  
 
Sources :  
 
Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, Tome II, 1870-2006, LV Jean-Michel Roche, Imp. Rezotel-Maury Millau, 2005  
http://www.netmarine.net/dico/index.htm
Les Flottes de Combat en 1917, Commandant de Balincourt, Augustin Challamel, 1917    
Les marques particulières des navires de guerre français 1900-1950, Jean Guiglini, SHM, 2002  
Répertoire des navires de guerre français, Jacques Vichot, Pierre Boucheix, refondu par Hubert Michéa, AAMM, 2003  
French Warships of World War I, Jean Labayle-Couhat, Ian Allan Ltd, 1974  
Jane’s Fighting Ships 1919, Fred T. Jane, David & Charles Reprints, 1969
 
 
Cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 25-04-2009 à 18:53:12

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°8158
Ar Brav
Posté le 17-08-2008 à 13:20:32  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Une vue de l'aviso Algol transformé en bateau-piège :
 
http://images4.hiboox.com/images/3308/6904e250aea9e0d829131254a621afeb.jpg
 
Cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°8164
Terraillon​ Marc
Posté le 17-08-2008 à 14:56:32  profilanswer
 

Bonjour Franck
 
Il manque une cheminée ??
 
A bientot


---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°8165
Ar Brav
Posté le 17-08-2008 à 15:01:49  profilanswer
 

Terraillon Marc a écrit :

Bonjour Franck
Il manque une cheminée ??
A bientot


 
Bonjour Marc,
 
Sous la fausse passerelle arrière, elle est coupée à mi-hauteur environ.  
 
Amts,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°8166
Terraillon​ Marc
Posté le 17-08-2008 à 15:05:36  profilanswer
 

Merci Franck
 
J'avais déjà des problemes avec les avisos, ça ne va pas s'améliorer....
 
A bientot


Message édité par Terraillon Marc le 25-04-2009 à 11:34:29

---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°10043
GENEAMAR
Posté le 30-10-2008 à 07:09:00  profilanswer
 

http://www.yelims.com/IPB/Smiley-IPB-217.gif     M.P.F.
 
GUIVARCH Louis, né le 22 décembre 1889 à GOUÉZEC (Finistère), Matelot de 1ère classe Fusilier, disparu en mer par gros temps le 9 février 1917.--- Jugement rendu le 2 mai 1917 à BREST.
 


---------------
Cordialement. Malou
n°12311
GENEAMAR
Posté le 17-01-2009 à 15:38:34  profilanswer
 

Bonjour à tous...
 
MILLOT Charles Marie Joseph dit Henri GERVESE  
 
Né le 21 septembre 1880 à VESOUL (Haute-Saône) - Décédé le 24 mai 1959 à BUENOS-AIRES (ARGENTINE).  
Entre dans la Marine en 1897, Aspirant le 5 octobre 1900, port TOULON. Au 1er janvier 1901, sur le croiseur cuirassé "AMIRAL-CHARNER", Escadre d'Extrême-Orient (Jean BAËHME, Cdt). Au 1er janvier 1902, sur le "D'ENTRECASTEAUX", Escadre d'Extrême-Orient (Louis DARTIGE DU FOURNET). Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1902. Au 1er janvier 1903, sur le croiseur cuirassé "DUPLEIX", en essais à ROCHEFORT (Adolphe SCHLUMBERGER, Cdt); puis sur le même bâtiment dans l'Atlantique. Il sert ensuite sur le "BOUVET" en Méditerranée (1905-06), le "DESCARTES" en 1907. Lieutenant de vaisseau le 1er avril 1910, il réalise des tableaux souvent humoristiques qui attire la sympathie de l'amiral René MARQUIS. Chevalier de la Légion d'Honneur. Officier d'académie. Au 1er janvier 1911, en résidence à PARIS, Officier d'ordonnance à l'État-Major du Ministre de la Marine. Il commande la canonnière "DOUDART-DE-LAGRÉE" en 1913, sur le fleuve Yang-Tsé-Kiang. En 1915, Officier de liaison auprès de l'amiral commandant l'Escadre anglaise aux DARDANELLES. Il participe à toutes les opérations et sera cité à l'ordre de l'Armée navale: " Attaché à un état-major, a participé à toutes les opérations maritimes aux Dardanelles. N'a cessé de donner les preuves du plus grand sang-froid et du plus brillant courage, en particulier dans la journée du 18 mars, à bord d'un cuirassé, lorsque ce bâtiment a sombré en pleine action dans les Dardanelles.". (naufrage de l' "OCÉAN" le 18 mars 1915). Croix de Guerre. De juillet 1916 à juillet 1918, il commande l' "ALGOL", Division des patrouilles de Provence, puis à celle du MAROC escortant des convois sur les côtes d'AFRIQUE. Capitaine de corvette en juillet 1918. Officier d'Ordonnance du Ministre de la Marine Georges LEYGUES. Capitaine de frégate en octobre 1919, il est affecté au Service historique dont il deviendra Chef en 1921. Nommé la même année Peintre Officiel de la Marine sous le pseudonyme d'Henri GERVESE. En 1923, cadre de réserve, il est nommé Inspecteur des ports de la Mer du Nord pour le compte de la Compagnie des Chargeurs Réunis. Il sera Directeur de l'agence à BUENOS-AIRES en 1932. Capitaine de vaisseau de réserve en février 1933. En 1939, attaché naval en ARGENTINE.


Message édité par GENEAMAR le 17-01-2009 à 15:44:26

---------------
Cordialement. Malou
n°12314
GENEAMAR
Posté le 17-01-2009 à 16:08:55  profilanswer
 

Bonjour à tous...
 
PICARD Joseph Louis  
 
Né le 26 août 1877 à PARIS (Seine) - Décédé.  
Entre dans la Marine en 1895, Aspirant le 5 octobre 1898; port TOULON. Au 1er janvier 1899, sur le cuirassé "BRENNUS", Escadre de Méditerranée (Cdt Augustin BOUÉ DE LAPEYRÈRE). Au 1er janvier 1900, sur le croiseur "CÉCILLE", Division navale de l'Atlantique (Cdt Zephirin JUHEL). Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1900. Aux 1er janvier 1901, 1902, sur le contre-torpilleur "ÉPÉE", en essais à CHERBOURG (Cdt Louis DOYNEL DE QUINCEY). Au 1er janvier 1903, Officier-Élève à l'École des Officiers torpilleurs. Officier breveté Torpilleur. Au 1er janvier 1904, port TOULON. Au 1er janvier 1906, Second des sous-marins "GRONDIN" et "ANGUILLE", 1ère Flottille de sous-marins de la Méditerranée (Cdt Eugène THÉLOT). Au 1er janvier 1908, port TOULON. Lieutenant de vaisseau le 6 juin 1908. Aux 1er janvier 1909, 1911, port TOULON. Le 1er juillet 1911, Commandant le sous-marin "VENTÔSE", Station des sous-marins de CALAIS-DUNKERQUE. Chevalier de la Légion d'Honneur. Au 1er janvier 1914, sur le croiseur cuirassé "JEANNE-D'ARC", École d'application des Aspirants (Cdt Maurice GRASSET). Capitaine de corvette le 28 janvier 1918. En juillet 1918, il Commande l'aviso sloop "ALGOL". Il est cité à l'ordre de l'Armée navale en février 1920 : " Officier énergique et très marin ; à la mer depuis le début des hostilités, a rendu les services les plus signalés. S'est fait remarqué par sa belle attitude sous le feu de l'ennemi à bord de la JEANNE D'ARC, aux Dardanelles. A rempli, avec succès de délicates et périlleuses missions sur la côte de Syrie. Au Maroc, s'est fait remarquer comme commandant de l'ALGOL par son habileté à conduire les convois particulièrement difficiles sur la côte d'Afrique.". Croix de Guerre. Versé dans le cadre de réserve le 5 octobre 1920; port TOULON.
 [:geneamar:8]


Message édité par GENEAMAR le 06-08-2010 à 11:22:00

---------------
Cordialement. Malou
n°15649
rubans29
Posté le 25-04-2009 à 11:24:30  profilanswer
 

Bonjour
2 marins posant sur le pont de l'Algol.
Cordialement
Christophe
http://i64.servimg.com/u/f64/09/04/61/87/algol10.jpg

n°15670
Ar Brav
Posté le 25-04-2009 à 18:47:08  profilanswer
 

Bonsoir Christophe,
 
Voilà une photo de belle qualité  :)  
 
Bien cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°29453
GENEAMAR
Posté le 10-01-2011 à 08:28:29  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
COLLINET Louis Edmond
 
Né le 19 février 1892 à CHERBOURG (Manche) - Décédé le 10 mars 1949 à NEUILLY-sur-SEINE (Hauts-de-Seine).
Entre dans la Marine en 1909, Aspirant le 1er octobre 1911. Il est remarqué par le futur amiral De GUEYDON : "semble désigné dès maintenant pour devenir un officier de tout premier ordre".. Enseigne de vaisseau de 2ème classe le 5 octobre 1912. Au 1er janvier 1914, sur le "MONTCALM", Division navale d'Extrême-Orient (Cdt Louis VIAUX). Enseigne de vaisseau de 1ère classe le 5 octobre 1914; port TOULON. En 1914, Officier de laison sur le croiseur auxiliaire anglais "EMPRESS-OF-JAPAN". En 1917, Second sur l'aviso "ALGOL", Division des patrouilles de Provence. En 1918, Commandant un chalutier armé sur le côtes d'ALGÉRIE. Lieutenant de vaisseau le 3 août 1918. En 1919, Adjoint au Commandant de l'Escadrille de dragage d'ALGÉRIE-TUNISIE. . En 1920, en instruction à l'École Supérieure d'Électricité. Breveté Ingénieur. Au 1er janvier 1921, en service à BEYROUTH, T.S.F. --- Contre-Amiral en août 1940. Vice-Amiral en août 1942, il refusera les fonctions de Chef d'État-Major de la Marine, il repart à DAKAR comme Commandant interallié de la zone d'Afrique occidentale. En novembre 1944, Commandant la Marine au MAROC.
 [:geneamar:8]


---------------
Cordialement. Malou
n°45067
olivier 12
Posté le 11-08-2016 à 08:35:55  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
ALGOL
 
Rapport du Lieutenant de Vaisseau Charles MILLOT, commandant ALGOL au Commandant de la Division des Patrouilles de Provence concernant le convoyage du paquebot GENERAL GALLIENI. Janvier 1918
 
J’ai l’honneur de vous rendre compte des incidents qui ont marqué l’entrée de GENERAL GALLIENI à Marseille le 23 Janvier 1918.
 
GENERAL GALLIENI avait quitté Philippeville le 21 Janvier en convoi avec VILLE D’ORAN et  TAFNA, escorté par ALGOL et EPIEU. La vitesse prévue de 10 nœuds aurait dû nous faire arriver à Marseille le 25 Janvier vers 10h00. Mais avant le départ, j’avais reçu du délégué des routes l’autorisation de détacher GALLIENI du convoi dans la nuit du 22 au 23 et de rallier Marseille à 15 nœuds, au jour le 23. Les deux autres bâtiments restaient avec EPIEU.
Ce mouvement s’effectua sans incident le 22 à 21h00, et à 05h20 nous apercevons la première lueur du Planier dont la portée a été réduite à 15 milles.
 
A 05h45, aperçu dans l’Est du Planier une haute colonne de flamme provenant d’une explosion, reconnue plus tard comme étant celle de DROME.
A 05h55 recevons deux séries de SOS et GALLIENI me signale en scott « Recevons SOS, demande instructions ». La position donnée dans les SOS étant à 2 ou 3 milles sur l’arrière, je réponds au GALLIENI : « Rentrez à Marseille et faites des zigzags jusqu’au dernier moment ».
A 06h15 reçoit : «  SOS 4314 0519 chenal de sécurité Marseille DROME.
A ce moment GALLIENI va entrer dans le chenal de sécurité et ALGOL est à 400 m derrière lui. Dans le but de lui faire faire demi tour et de gagner Toulon, je lui signale en scott : « Suivez-moi » et mets la barre à gauche toute. Le signal est répété plusieurs fois avant d’être compris et, une fois compris, n’est pas immédiatement exécuté. Je le répète en le soulignant d’un coup de sirène et mets cap au Sud.
GALLIENI semble enfin comprendre et vient sur la gauche, mais arrête son embardée cap à l’Ouest, c’est-à-dire sensiblement sur le Planier. Je répète mon signal au scott de tête de mât et, le jour commençant à se faire, fait hisser le signal du code : « SOS. Suivez-moi ». A ce moment, un projecteur s’allume dans le Nord de Gallieni et l’éclaire par brusques saccades. (C’était le projecteur du D’IBERVILLE).
A 06h25, GALLIENI tire un coup d canon en direction du SE, vient sur la droite et lance une série de SOS : « SOS.SOS.4712.0518.5 milles SE Planier. GENERAL GALLIENI ».
ALGOL  qui, son signal « Suivez-moi » battant, avait mis le cap sur Toulon, fait demi tour et se dirige vers le GALLIENI.
A 06h48, GALLIENI, qui fait route en direction de Pomègues, tire encore 3 ou 4 coups de canon dont deux gerbes seulement sont aperçues dans différentes directions. Il lance à nouveau son signal SOS, marche à bonne allure et ne semble aucunement avarié. Il continue sa route sur le château d’If en passant à l’Ouest du chenal de sécurité et stoppe sous Pomègues pour prendre le pilote. Il pénètre ensuite à l’intérieur des filets.
Prévenu par D’IBERVILLE que la passe est minée, je me place sous ses ordres et croise avec lui à l’entrée de Marseille jusqu’au moment où nous recevons l’ordre de rentrer par le chenal Nord.
 
Aucune trace de sous-marin ou de torpilles n’a été aperçue du bord. Au moment de l’attaque, ALGOL était assez éloigné de GALLIENI par suite de la manœuvre effectuée pour lui faire faire demi-tour et l’entraîner loin de la partie dangereuse du chenal.
 
A propos du Lieutenant de Vaisseau Charles MILLOT
 
Cet officier de marine (1880 Vesoul – 1959 Buenos Aires) deviendra par la suite un dessinateur célèbre, peintre officiel de la Marine, sous le pseudonyme de Gervèse. (Voir post de GENEAMAR ci-dessus). Ses cartes postales et dessins humoristiques sur la Marine sont devenus des œuvres cultes.
Un très bel ouvrage a été publié sur lui en 1979 aux éditions de la Cité par Jean Randier (https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Randier), en collaboration avec Jacques Schirmann : « Gervèse et la Marine de son temps ».  
Jacques Schirmann, Capitaine au Long Cours, Commandant à la Compagnie Maritimes des Chargeurs Réunis, puis capitaine d’armement de cette même compagnie, est le petit neveu et le filleul de Gervèse. Il a aussi publié en 2006, aux éditions du Gerfaut un ouvrage intitulé : « Gervèse : Peintre et marin ».

Voici une autre photo d’ALGOL que Charles Millot a commandé pendant deux années
.
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/924/fCGFSY.jpg
 
Il  a fait un dessin de ce sloop armé de 2 canons de 140 mm, que l’on trouve dans ce remarquable ouvrage, en deux parties. C’est un magnifique document sur l’histoire de la marine en raison des détails qu’il nous fournit : le râtelier à cabillots au pied des haubans était bien là, tout comme le nombre de rivets qui maintiennent la fondation du canon, les matelas pare-éclats tout autour de la passerelle, ou encore le tube acoustique flexible reliant le matelot canonnier (près du tube du canon) jusqu’à la passerelle.
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/923/ZvznFX.jpg
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/922/BTETgU.jpg

Voici Charles Millot vers 1924

 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/922/UoQ1PJ.jpg
 
 Cdlt


Message édité par olivier 12 le 12-08-2016 à 13:07:33

---------------
olivier
n°45071
Memgam
Posté le 12-08-2016 à 08:41:37  profilanswer
 

Bonjour,  
 
Olivier12, cite ci-dessus Jean Randier comme auteur d'un ouvrage "Gervèse et la Marine de son temps", paru aux Editions de la Cité à Brest en 1979, avec pour coauteur Jacques Schirmann.
S'il mentionne la filiation et la carrière maritime de ce dernier, il ne dit rien à propos de Jean Randier, qui fut aussi et d'abord un marin.
 
Jean Randier, né à Houilles le 13 juillet 1926, est décédé à Saint-Aulaye (Dordogne) le 29 octobre 2003.
 
Officier de la Marine marchande où il a commandé, il publie en 1961 un très bon livre documentaire : Marins du pétrole.
Il s'intéresse aux grands voiliers et publie en 1966, aux Editions Hachette,  un excellent ouvrage, Hommes et navires au cap Horn. Plusieurs fois réédité, ce livre sera traduit en anglais.
Sur le même sujet, il publie, aux Editions des quatre Seigneurs, en 1974, un livre de référence : Grands voiliers français, 1880-1930.  
il n'oublie pas les enfants avec plusieurs romans, La Belle Lucette, Mousse au cap Horn.  
 
Il publie dans les années 1970, toujours aux Editions de la Cité, une remarquable trilogie sur la Marine nationale : La Royale, histoire illustrée de la Marine nationale française, préfacé par le fougueux Amiral de Joybert, alors Chef d'état-major de la Marine.
 
En 1980, il publie, aux Editions maritimes et d'outre-mer, un ouvrage de référence, Histoire de la marine marchande française des premiers vapeurs à nos jours.
 
L'année suivante, il s'engage dans une tâche d'exception, la remise en état de navigation du Belem, qu'il conduit à New York pour la grande parade de 1986.
 
Il est également auteur d'ouvrages sur la navigation de plaisance, les objets, les instruments de navigation et les antiquités de marine.
 
Titulaire de la Croix de guerre,  
Chevalier de la legion d'honneur.
 
Cordialement.

n°45073
olivier 12
Posté le 13-08-2016 à 15:46:32  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Jean Randier était un passionné d'histoire maritime qui possédait d'immenses connaissances concernant tout ce qui touchait à la Marine, aux grands voiliers ou aux antiquités de marine. Il a su en faire profiter, par ses ouvrages remarquables, beaucoup de jeunes et de moins jeunes, dans cette France qui s'intéresse si peu à la mer et à son histoire maritime.
 
C'était aussi un homme charmant et d'une grande modestie. Embarqué en 1988 comme conférencier sur le navire sur lequel je naviguais alors, il m'avait envoyé à son retour à Paris son livre "Marins du pétrole". Pour témoigner de son caractère, voici ce qu'il m'écrivait avec une grande simplicité :
 
"Cher Capitaine,
 
Mon ami Schirmann me dit que vous n'avez pas ce livre "historique", n° 1 de ma production. Je vous l'offre, en bien mauvais état hélas, en espérant que vous réagirez comme moi en regardant page 50 la vidange des sédiments directos à la mer. Quelle époque! C'était il y a 27 ans.
 
J'étais alors commandant de petits caboteurs libanais et panaméens avec des diplômes de capitaine de ces lointaines contrées, ma peau d'âne de Lieutenant au Long Cours étant mon seul titre de gloire. Puis, je suis devenu capitaine libérien et enfin, en 1976, à l'âge de 50 ans, je suis parti pour Paimpol m'asseoir sur les bancs de l'école et passer le bon vieux CLC, avant qu'il ne disparaisse définitivement.
 
Mon épouse et moi vous disons un grand merci pour toutes vos gentillesses. C'était un merveilleux voyage sur ce prestigieux Mermoz, loin de nos tracas quotidiens, pendant dix jours.
 
Nous sommes partis sur la pointe des pieds sans vouloir déranger personne, et j'espère que vous ne nous en voudrez pas. Mais faites moi l'amitié d'une petite visite lors d'un éventuel passage à Paris."
 
Randier et Schirmann m'ont aussi écrit de belles dédicaces dans l'ouvrage sur Gervèse.  
J'avais rencontré Jacques Schirmann pour la première fois en 1966, à Abidjan, alors que, tout jeune élève officier, j'étais embarqué sur un vieux cargo des Chargeurs Réunis, le Bilma. (Ce navire se perdit d'ailleurs corps et biens, avec tout son équipage, quelques années plus tard, dans les parages de La Galite.) Schirmann était alors subrécargue sur un cargo allemand de la compagnie Hugo Stinnes.
Souvenirs lointains du vieux temps et d'une belle navigation....
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 13-08-2016 à 16:11:35

---------------
olivier
n°46991
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 08-07-2017 à 17:50:27  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
 
   ALGOL — Aviso-sloop, du type britannique Flower (1916~1935).  
 
 
   L’aviso-sloop Algol fut administrativement considéré comme bâtiment armé en guerre :
 
     – du 26 juillet au 15 octobre 1916 ;
     – du 3 avril au 26 septembre 1917 ;
     – du 15 janvier 1918 au 12 juillet 1919 ;
     – du 19 septembre au 24 octobre 1919.
 
   [Circulaire du 25 avril 1922 établissant la Liste des bâtiments et formations ayant acquis, du 3 août 1914 au 24 octobre 1919, le bénéfice du double en sus de la durée du service effectif (Loi du 16 avril 1920, art. 10, 12, 13.), §. A. Bâtiments de guerre et de commerce. : Bull. off. Marine 1922, n° 14, p. 720 et 721.].
 
   Son équipage bénéficia en outre des bonifications pour campagnes (Arr. 13 juill. 1923, B.O. Marine 1923, n° 23, p. 78 et 79) :
 
     – du 24 octobre 1919 au 7 mars 1920 ;
     – du 26 juin 1920 au 8 février 1922.


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°46994
Memgam
Posté le 08-07-2017 à 18:50:43  profilanswer
 

Bonjour,
 
Retour de la photo présentée le 17/08/2008, par feu Ar Brav, l'Algol en bateau-piège, 1916, extraite de Francis Dousset, Les navires de guerre français, de 1850 à nos jours, Editions de la Cité, Brest, 1975.
 
Cordialement.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Mouflon193813.jpg

n°46996
NIALA
Posté le 08-07-2017 à 18:59:49  profilanswer
 

La transformation de l'Algol en bateau piège à totalement changé la silhouette du sloop qui est méconnaissable; une structure en toile a été ajoutée pour modifier la forme de la poupe; la cheminée arrière a été considérablement agrandie, alors que la cheminée avant a été raccourcie et disparaît sous un semblant de passerelle, la manche à air derrière la cheminée est probablement factice ou pour le moins rehaussée puisqu'elle n’apparaît par sur les autres photos de l'Algol.
 
Alain


---------------
Cordialement
 
n°47061
Memgam
Posté le 29-07-2017 à 19:18:37  profilanswer
 

Bonjour,  
 
Le projet de camouflage de l'aviso Algol à comparer à sa réalisation ci-dessus et à l'aspect initial.
 
Source : Marc Saibène, La Marine marchande française 1914-1918, Marines Editions, 2011, document SHD Marine.
 
Cordialement.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/L9022ORAGE210219791.jpg


Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  ALGOL - AVISO SLOOP