FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  SPAHI - Contre-torpilleur

 

Forum Pages d’Histoire: aviation : amboise37 Forum Pages d'Histoire : artillerie : Yv' La Grande Guerre en photos : montech, Faure, 2 utilisateurs anonymes et 67 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

SPAHI - Contre-torpilleur

n°2788
Ar Brav
Posté le 04-02-2008 à 18:23:01  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
 
SPAHI  Contre-torpilleur de 450 t type Spahi (1910 – 1927)  
 
Chantier :  
 
Forges & Chantiers de la Méditerranée, La Seyne sur Mer
Commencé : 1906
Mis à flot : 30.05.1908
Terminé : 1910
En service : 15.08.1910
Retiré : 28.12.1927                          
Caractéristiques :  475 t ; 7 200 cv ; 67 x 6,75 x 3 m ; 4 cheminées ; machines alternatives ; 28 nds ; 75 h.
Symbole de coque : 15.08.1910 : V, 18.11.1910 : IV, 01.04.1911 : III, 06.1912 : SI, 15.06.1912 : SI.
Armement : VI de 65 + 3 TLT de 450.
 
Principales dates et évènements :
 
Premier du nom (sur 3)
15.08.1910 : affecté à la 1ère escadrille
06.1912 : 2ème escadrille de contre-torpilleurs de la 1ère Armée navale en Méditerranée
14.03.1913 : désigné torpilleur d’escadre, Adriatique
1916 : mer Egée, défense mobile de Tunisie
1928 : vendu pour démolition.
 
Sources :  
 
Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, Tome II, 1870-2006, LV Jean-Michel Roche, Imp. Rezotel-Maury Millau, 2005
http://www.netmarine.net/dico/index.htm  
Histoire du Torpilleur en France, Henri Le Masson, Académie de Marine, 1965  
Les Flottes de Combat en 1917, Commandant de Balincourt, Augustin Challamel, 1917    
Les Flottes de Combat pour 1925, Commandant de Balincourt, Société d’Editions Géographiques, Maritimes et Coloniales, 1925  
Les marques particulières des navires de guerre français 1900-1950, Jean Guiglini, SHM, 2002  
Répertoire des navires de guerre français, Jacques Vichot, Pierre Boucheix, refondu par Hubert Michéa, AAMM, 2003  
French Warships of World War I, Jean Labayle-Couhat, Ian Allan Ltd, 1974  
Jane’s Fighting Ships 1914, Fred T. Jane, David & Charles Reprints, 1968  
Jane’s Fighting Ships 1919, Fred T. Jane, David & Charles Reprints, 1969

 
Après relecture du passage consacré à l'attaque de l'UC-38 (d'après l'Histoire maritime de la première guerre mondiale, Paul Chack & J.J. Antier, pages 728 à 739), le Spahi n'était pas sur les lieux.
 
Cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 18-03-2009 à 19:41:54

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°2789
Ar Brav
Posté le 04-02-2008 à 18:32:18  profilanswer
 

Re,
 
Jean Pierre nous envoie cette photo :
 
http://img339.imageshack.us/img339/6509/spahi2fq5.jpg
 
Contre-torpilleur Spahi
 
Cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°6635
GENEAMAR
Posté le 03-07-2008 à 17:45:19  profilanswer
 

[:alain dubois:8] Pour la petite histoire...
 
Au 1er janvier 1911, 1ère Escadre (Vice-Amiral Jean BELLUE, Commandant en chef l'Escadre).
Commandant (du 25 septembre 1905) : Ernest FAVREUL, Lieutenant de vaisseau.
Second : Robert PETIT de MEURVILLE, Enseigne de vaisseau.
Enseigne de vaisseau : Maurice BALAZUC.  
Mécanicien principal de 2ème classe : Louis ARNAUD.
 
 [:patrice pruniaux1:6]  
 


---------------
Cordialement. Malou
n°6636
GENEAMAR
Posté le 03-07-2008 à 17:51:01  profilanswer
 

http://www.yelims.com/IPB/Smiley-IPB-217.gif     M.P.F.
 
- HERRY Jean Marie, né le 9 juillet 1897 à CARANTEC (Finistère), Matelot Canonnier décédé le 30 juin 1918 à l'Hôpital maritime de SAINT-MANDRIER (Var).--- Dossier médical confidentiel.


---------------
Cordialement. Malou
n°8055
GENEAMAR
Posté le 14-08-2008 à 10:44:44  profilanswer
 

[:alain dubois:8]  
  En 1915, le Commandant du bâtiment est le Lieutenant de vaisseau Émile MAGESCAS, né le 13 mai 1874 à PEYREHORADE (Landes), cité à l'ordre de l'Armée navale. Voir POLYTECHNICIENS ET MARINE NATIONALE p 5.


---------------
Cordialement. Malou
n°10099
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 01-11-2008 à 00:46:02  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
   14.03.1913 : désigné torpilleur d’escadre, Adriatique.
 
   Toujours en Adriatique en novembre 1914, si l'on s'en remet ce récit de " marins à terre " (Ouest-Eclair - éd. de Caen -, n° 5571, 12 nov. 1914, p. 2) :
 
   " UN EXPLOIT DE NOS MARINS SUR LA COTE AUTRICHIENNE. -
 
   TUNIS, 11 novembre. - On rapporte l'exploit suivant accomplit par un détachement du contre-torpilleur français Spahi ; ce navire, croisant le long de la côte autrichienne, ayant reçu un jour la mission de s'emparer du sémaphore de l'île de Lissa, et de le détruire ; 15 hommes de bonne volonté, commandés par un enseigne, s'embarquèrent sur les canots du contre-torpilleur à la faveur de la nuit et gagnèrent le rivage voisin du sémaphore.
   Après maints efforts pour escalader les rochers, le détachement réussit à atteindre le sémaphore, dont la petite garnison surprise fut massacrée entièrement, à l'exception de deux soldats qui furent faits prisonniers. Quelques instants plus tard, le sémaphore s'écroulait, détruit par des cartouches de dynamite posées par nos marins. La petite troupe et ses deux prisonniers gagnèrent ensuite les embarcations et rentrèrent à bord du Spahi sans incident. Aucun de nos marins n'avait reçu la moindre blessure au cours de cette audacieuse expédition."

 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.
 
 

n°10195
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 05-11-2008 à 15:22:16  profilanswer
 

  Bonjour à tous,
 
   Fin Avril 1917, le lieutenant de vaisseau Descottes-Genon fut nommé au commandement du "torpilleur d'escadre" Spahi (Ouest-Eclair - éd. de Caen -, n° 6382, 22 avr. 1917, p. 2).
 
   Bien amicalement à vous,  
   Daniel.


Message édité par Rutilius le 05-11-2008 à 15:22:44
n°10204
GENEAMAR
Posté le 05-11-2008 à 17:58:22  profilanswer
 

Bonjour Daniel, bonjour à tous...
 
  Pas d'hésitation, il s'agit du futur Vice-Amiral Eugène Georges Auguste DESCOTTES-GENON né le 2 mai 1879 à CHERBOURG (Manche), lequel décèdera à bord du "PRIMAUGUET" à SHANGAÏ, alors qu'il venait d'être nommé Chef de la Division navale d'Extrême-Orient. (petite bio p 12 Officier parmi tant d'autres...)


---------------
Cordialement. Malou
n°14370
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 18-03-2009 à 19:15:37  profilanswer
 


   Bonsoir Malou,
   Bonsoir à tous,
   
    En 1915, le Commandant du bâtiment est le Lieutenant de vaisseau Émile MAGESCAS...
 
   A la date du 17 juin 1914, le lieutenant de vaisseau Émile MAGESCAS exerçait déjà le commandement du Spahi (Journal de navigation n° 2/1914 - 17 juin / 18 août 1914 : S.G.A. - Mémoire des hommes - Spahi - : Cote SS Y 471, p. num. 1).
 
   Début décembre 1915, lui succèdera le lieutenant de vaisseau Gautier (Journal de navigation n° 7/1915 - 9 déc. 1915 / 13 janv.1916 : S.G.A. - Mémoire des hommes - Spahi - : Cote SS Y 471, p. num. 340).
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.

n°14400
GENEAMAR
Posté le 19-03-2009 à 16:02:22  profilanswer
 

Bonjour à tous...
 
MAGESCAS Émile François Marie Hippolyte
 
Né le 13 mai 1874 - Décédé.
Entre dans la Marine en 1893, Aspirant le 1er octobre 1895; port TOULON. Au 1er janvier 1897, sur le cuirassé "NEPTUNE", Escadre de Méditerranée (Cdt Ernest BÉNIER). Enseigne de vaisseau le 1er octobre 1897. Officier breveté Fusilier. Au 1er janvier 1899, port TOULON. Au 1er janvier 1901, sur le croiseur "NIELLY", Division navale de l'Océan Indien (Cdt Edouard AMELOT). Aux 1er janvier 1902, 1903, Second sur le contre-torpilleur "ÉPÉE", Escadre de Méditerranée (Cdts Louis DOYNEL de QUINCEY puis  Frédéric MOULLÉ). Lieutenant de vaisseau le 3 mars 1904. Chevalier de la Légion d'Honneur. Breveté de l'École Supérieure de la Marine, promotion 1910. Au 1er janvier 1911, port TOULON. En juin 1914, il est le Commandant du torpilleur "SPAHI" ce jusqu'en décembre 1915. Il est cité à l'ordre de l'Armée navale en août 1915 : " Commandant le SPAHI. A fait preuve des plus grandes qualités de décision prompte et d'initiative en attaquant par la torpille et en repoussant un sous-marin ennemi en immersion qui était parvenu à moins de 1000 mètres en position d'attaque contre un croiseur allié; C'est grâce à son intervention immédiate que le sous-marin a été obligé d'abandonner son principal objectif et n'a pu que lancer ensuite, et sans résultat d'ailleurs, une torpille contre le SPAHI. S'est toujours distingué au cours des opérations de guerre auxquelles son bâtiment à pris part.". Au 1er janvier 1917, port TOULON.


---------------
Cordialement. Malou
n°14401
GENEAMAR
Posté le 19-03-2009 à 16:10:42  profilanswer
 

Bonjour à tous...
 
  De décembre 1915 à avril 1917, le "SPAHI" est commandé par un Lieutenant de vaisseau GAUTIER, qui n'a pu être identifié pour l'instant faute de prénoms. Plusieurs homonymies.


---------------
Cordialement. Malou
n°14402
GENEAMAR
Posté le 19-03-2009 à 16:18:25  profilanswer
 

Bonjour à tous...
 
DESCOTTES-GENON Eugène Georges Auguste
 
Né le 2 mai 1879 à CHERBOURG (Manche) - Décédé le 17 avril 1934 à bord du "PRIMAUGUET", à SHANGAÏ (CHINE).
Entre dans la Marine en 1897, Aspirant le 5 octobre 1900. Au 1er janvier 1901, sur le cuirassé "REDOUTABLE", Escadre d'Extrême-Orient (Cdt Jules NÉNY). Il passe la même année sur l' "ALOUETTE" comme Officier de manoeuvre. Au 1er janvier 1902, port TOULON. Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1902. Le 6 décembre 1902, sur l'aviso-torpilleur "DRAGONNE", Défense mobile à TOULON (Cdt Jean FARGUES). Idem au 1er janvier 1904 (Cdt Victor GUY). Officier breveté Torpilleur en 1905. Second du sous-marin "AIGRETTE", station de CHERBOURG. En 1908, Second du contre-torpilleur "GABION". Lieutenant de vaisseau le 30 octobre 1909.  Officier breveté Canonnier. Aux 1er janvier 1911, 1912, sur le croiseur cuirassé "DUPLEIX", Division navale d'Extrême-Orient (Cdts Roger MORIN de la RIVIÈRE puis Edouard VERGOS). En 1913, il passe sur le "KLÉBER" puis le "VERGNIAUD" en Méditerranée. Chevalier de la Légion d'Honneur. Capitaine de corvette le mars 1918, il commande le "SPAHI", Division des patrouilles de Méditerranée occidentale. Capitaine de frégate le 14 août 1919. Officier de la Légion d'Honneur. Le 20 novembre 1920, Commandant la Station de la Manche et de la Mer du Nord et le "QUENTIN-ROOSEVELT". --- Cet Officier deviendra Vice-Amiral en février 1933 et décèdera venant d'être nommé Commandant en chef de la Division navale d'Extrême-Orient.
 [:geneamar:8]


Message édité par GENEAMAR le 02-09-2010 à 07:14:11

---------------
Cordialement. Malou
n°22648
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 08-12-2009 à 14:46:53  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
   
   ■ L’assistance apportée par le Spahi et le Goliath au cargo grec Sparti, le 20 novembre 1916.
 
   (Journal de navigation du contre-torpilleur Spahi n° 5 / 1916 (27 oct. – 12 déc. 1916) – alors commandé par le lieutenant de vaisseau Gautier – : Extrait ; S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 471, p. num. 554 et 555).
 
 
                                                                              « 20 novembre 1916 ― Golfe d’Athènes.
 
                                                                                                        0 h à 4 h.
 
   Croisière Baie de Phléva et côte Est du golfe..
 
                                                                                                        4 h à 8 h.
 
 
   6 h 25  –  Reconnu le vapeur hollandais N...tunus faisant route N.
 
   7 h 15  –  Amené la baleinière pour aller à bord du bateau grec Sparti échoué au N. de Phléva.
 
   7 h 40  –  Hissé la baleinière.    
 
                                                                                                        8 h à 11 h.
 
   De 8 h à 10 h 20, resté stoppé dans le N. de Phléva. Amené la baleinière qui se rend à bord du Sparti et du torpilleur anglais Sa... Patrouillé au N. de Phléva.
 
                                                                                                       11 h à 15 h.
 
   12 h 00  –  Amené youyou qui conduit officiers à bord du Sparti. Resté près de ce dernier.
 
   13 h 30  –  Le Goliath arrive et attend ordres.
 
   14 h 30  –  Le torpilleur anglais Scourge arrive pour prendre Sparti en remorque et demande aide Goliath.
 
                                                                                                        15 h à 18 h.
 
   15 h 10  –  Hissé le youyou.
 
   15 h 20  –  Un torpilleur anglais fait exploser deux mines au S. de Phléva.
 
   17 h 45  –  Amené le berthon.
 
                                                                                                        18 h à 20 h.
 
   18 h 30  –  Hissé le berthon 2.
 
   18 h 40  –  Correspondu à la voix avec le Polyphème.
 
   18 h 45  –  Fait route pour prendre la croisière de nuit.
 
                                                                                                        20 h à 24 h.
 
   Croisière dans les limites tracées.
»
 
   ________________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.


Message édité par Rutilius le 06-05-2013 à 08:56:43
n°23051
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 20-12-2009 à 07:22:18  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
   Observations (complément) :    
 
   – 31 octobre 1916 : Recueille et conduit au Pirée 25 naufragés du cargo grec Kiki-Issaias, de l’armement Zalacostas Issaias (Miramar Ship Index, Id n° 1129322), coulé à 3 milles dans le S. 10 W. de Phléva (Golfe d’Athènes, Grèce).
 
 
  Journal de navigation du contre-torpilleur Spahi n° 5 / 1916 – alors commandé par le lieutenant de vaisseau Gautier – (27 oct. – 12 déc. 1915) (Extrait ; S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 471, p. num. 554) :
     
 
                                                                      « Le 31 octobre 1916 ― Golfe d’Athènes.
 
                     .......................................................................................................................................................
 
                                                                                      De 15 h à 18 h.
 
   17 h 00  –  Recueilli 25 naufragés du vapeur grec Kiki-Issa
[sic] à 4 milles dans le S.S.-O. de Phléva.  
 
                    [En marge : « Kiki-Issaia [sic] coulé à 3 milles S. 10 W. Phléva. Poste de combat. »]
 
   17 h 45  –  Fait route sur le Pirée.  
 
                                                                                       De 18 h à 20 h.
 
   18 h 45  –  Passé les barrages et entré dans le port.
 
   19 h 00  –  Stoppé devant la Provence.  
 
   19 h 10  –  Un aide de camp de la Provence monte à bord.  
 
   19 h 25  –  Deux embarcations grecques poussent du bord, emmenant les naufragés.
 
   19 h 35  –  Le commandant est appelé à bord de l’Amiral et s’y rend.
 
   20 h 00  –  Le commandant monte à bord. »

   ____________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.


Message édité par Rutilius le 20-12-2009 à 07:22:59
n°23649
Gastolli
Posté le 19-01-2010 à 22:21:46  profilanswer
 

GENEAMAR a écrit :


MAGESCAS Émile François Marie Hippolyte
En juin 1914, il est le Commandant du torpilleur "SPAHI" ce jusqu'en décembre 1915. Il est cité à l'ordre de l'Armée navale en août 1915 : " Commandant le SPAHI. A fait preuve des plus grandes qualités de décision prompte et d'initiative en attaquant par la torpille et en repoussant un sous-marin ennemi en immersion qui était parvenu à moins de 1000 mètres en position d'attaque contre un croiseur allié; C'est grâce à son intervention immédiate que le sous-marin a été obligé d'abandonner son principal objectif et n'a pu que lancer ensuite, et sans résultat d'ailleurs, une torpille contre le SPAHI. S'est toujours distingué au cours des opérations de guerre auxquelles son bâtiment à pris part."


 
Bonsoir,
 
this incident was reported on 02.06.1915 while SPAHI was escorting the british light cruiser AMETHYST. SPAHI fired her gun and used one torpedo against an supposed submarine.
 
As per my files there was no german or austrian submarine in the vicinity and therefore this engagement unfortunately wasn't real !
 
Cdlt.
Oliver

n°23674
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 21-01-2010 à 10:34:56  profilanswer
 


   Bonjour Oliver,
   Bonjour à tous,
 
  « As per my files there was no german or austrian submarine in the vicinity and therefore this engagement unfortunately wasn't real ! »
 
   Alors, que penser de ce qui suit ?
 
  ■ La rencontre du Spahi avec un sous-marin, le 2 juin 1915.
 
   I. – Journal de navigation du contre-torpilleur Spahi n° 3 / 1915 – alors commandé par le lieutenant de vaisseau Émile Magescas(16 avr. – 12 juin 1915) (Extrait ; S.G.A. « Mémoire des hommes », Journaux des unités, Cote SS Y 471, p. num. 213) :  
   
 
                                                                                          « Mercredi 2 juin 1915.  
 
                                                                                           Quart de 4 à 8 heures.

 
   24 h à 3 h  –  En ligne de file derrière l’Amethyst et le Carabinier.
 
   4 h – Manœuvré pour prendre poste devant l’Amethyst.
 
   5 h 10  – En formation en éventail devant l’Amethyst.
 
                               .......................................................................................................................................................
 
                                                                                            Quart de 16 à 20 heures.  
 
                               .......................................................................................................................................................
 
   16 h 56 – Aperçu le périscope d’un sous-marin à 400 mètres bâbord. Lancé une torpille 90° par bâbord.
 
   17 h 01 – Aperçu une deuxième fois le périscope. Tiré plusieurs coups de canon.
 
   20 h  –  Repris notre poste. Rendu compte à l’Amethyst. Tiré 8 coups.
»
 
 
   II. – Rapport de mer du lieutenant de vaisseau Émile Magescas, commandant le contre-torpilleur Spahi (4 juin 1915).
 
   (Contre-torpilleur Spahi, Rapports extraits du Registre historique de la correspondance intéressant le personnel et le matériel du bâtiment : S.G.A. « Mémoire des hommes », Journaux des unités, Cote SS Y 472, p. num. 510 et 511).  
 
 
   « 4 juin 1915 – Rencontre d’un sous-marin ennemi le 2 juin.
 
                                                                                 A Monsieur le Capitaine de Frégate,
                                                                   Commandant la 2e Escadrille des torpilleurs d’escadre.
 
   Le 2 juin, à 16 h 27, le groupe AmethystSpahiCarabinier se trouvait à 40 milles environ dans le N. 80 E. de Brindisi, venant du N. 27 W. Très beau temps, calme plat.
   A ce moment, l’Amethyst signale la route au N. 37 W. avec embardées de deux quarts tous les quarts d’heure. Vitesse, 15 nœuds. En même temps, le Carabinier est détaché dans le S.-E. pour visiter un bâtiment. Le Spahi restant seul avec le croiseur anglais manœuvre pour se placer devant ce dernier qui a pris la nouvelle route. Lorsque nous sommes parvenus ½ mille environ sur l’avant de l’Amethyst et très légèrement sur la gauche, nous apercevons brusquement à 400 mètres environ par notre travers bâbord un périscope se déplaçant vers notre route perpendiculairement à elle (16 h 57).
   Nous sommes encore à la vitesse de 18 nœuds pour gagner notre poste. Je mets aussitôt toute la barre pour venir sur bâbord et je manœuvre à la fois pour l’abordage et le lancement de la torpille d’étrave réglée à 8 mètres d’immersion. Mais les situations relatives du Spahi et du sous-marin ne laissent guère d’espoir de réussir. Aussi, dès que le tube avant du pont, dont la torpille est aussi réglée pour 8 mètres d’immersion et qui est heureusement pointée à 90° bâbord, se trouve amené, je fais faire feu avec ce tube : aussitôt le périscope disparaît, notre torpille ne touche pas.
   Tout ceci n’a duré que quelques instants ; pendant ce temps, l’Amethyst avertie par nos signaux s’est éloignée sur la droite.
   Parvenu au point où a disparu le périscope, je fais lancer une bouée à la mer et je commence à tourner autour de ce repère en m’éloignant.
   Au bout de cinq minutes (17 h 03), nous apercevons de nouveau le périscope à 1.200 mètres environ par notre travers tribord.
   N’ayant plus de torpille du pont réglée pour 8 mètres, je manœuvre encore pour l’abordage et le lancement de la torpille d’étrave. Mais, cette fois encore, les conditions de distance et de gisement ne me donnent pas de chance de succès. Je fais tirer notre artillerie afin de montrer à l’Amethyst la position du sous-marin. Les coups tombent assez près du périscope qui disparaît avant que je n’aie pu me trouver en position de lancement. Je continue ma route sur le point où il s’est montré mais sans rien voir, et je repars dans une autre direction, lorsque nous distinguons un sillage de torpille qui passe sous notre coque à l’arrière sans toucher. Je mets le cap dans la direction d’où vient ce sillage mais sans rien découvrir.
   A ce moment, le Carabinier, déjà averti par T.S.F. et ayant achevé sa visite, fait route pour rallier l’Amethyst ; pensant que le sous-marin sera tenté  de l’attaquer, je fais des recherches dans l’espace qui nous sépare du Carabinier mais sans résultat.
   Dès la première apparition du périscope, nous avons été prêts à nous servir de tous nos moyens autres que les torpilles (grappin, ancre, bombe), mais à aucun instant je n’ai eu l’occasion de les utiliser.

 
   Signé : Émile Magescas. »
   ___________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.


Message édité par Rutilius le 22-01-2010 à 17:21:35
n°23680
Gastolli
Posté le 21-01-2010 à 21:53:42  profilanswer
 

Bonjour Daniel,  
   Bonjour à tous,
 
thank you for this details. Sometimes one has to wonder what really happened on occasions like this, but again, there's no incident like this reported by "the other side".
 
The german U-Boats in the Mediterranean at this date:
U 21 was in the Agean See, leaving the temporary base Orak for Istanbul
UB 1 was not yet ready for sea, leaving Pola for her first patrol on 13.06.1915
UB 3 went missing after leaving Cattaro on 23.05.1915 on her transfer to Istanbul
UB 7 was at Yenikale, Izmir
UB 8 was entering Canakkale, Dardanells, that day
UB 15, UC 14 and UC 15 still getting assembled at Pola Dockyard
 
The austrian U-Boats in the Adriatic at this date:
U 1 and U 2 based at Pola
U 3 leaving Pola for patrol off Trieste
U 4 operational in the Southern Adriatic, saw the italian cruiser LIBIA and on another occasion passed an french and an italian destroyer at close range
U 5 entering Cattaro after an search together with destroyer HUSZÁR for flying boat L.41 in the direction of Brindisi
U 6 was positioned off Lagosta in the middle of the Adria
U 12 was based at Triest
U 14 not yet operational, just commissioned the day before (01.06.) into Austro-Hungarian Navy
 
So only kuk U 4 and kuk U 5 were at sea in the Southern Adriatic, but none of these reported an incident like that reported by SPAHI...
 
B U T
 
to return to U 4 (Linienschiffsleutnant Rudolf Singule):
 
On 01.06.1915 U 4 was in position around 20 miles off Brindisi on a line Brindisi - Valona
 
On 02.06.1915 at 13:30h they saw the italian cruiser LIBIA passing 6000 metres distant
the same day at 17:00h (!) one french and one italian destroyer passed U 4 at an range of 200 metres (!), U 4 didn't fire because of an incorrect depth setting of her torpedoes.
 
On 03.06.1915 at 07:30h U 4 set course back to Cattaro
 
So, to be true I don't know the exact position of U 4 that day, but should be similar to 01.06.1915 (20 miles East of Brindisi) and therefore too far off...
 
Also, she must have misidentified the AMETHYST (just 200 metres distant) as an italian destroyer - and most importantly she was not aware of an torpedo fired by SPAHI and also (and most unlikely) she was not aware of gunfire from SPAHI against her periscope. And of course she didn't fire an torpedo....
 
I didn't claim that there wasn't an german/austrian submarine nearby SPAHI as I don't know U 4's exact position, but U 4's report doesn't fit properly with that of SPAHI...
 
What do you think ?
 
Oliver
 

n°23687
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 22-01-2010 à 09:02:42  profilanswer
 

Good morning Oliver, bonjour à tous
In my opinion, in both cases, the Spahi could have been abused, considering as a periscope what was probably not especially when it was sighted at a distance of 1200 m. Even with a good pair of binoculars. Unless a firm later confirmation we can consider this report as a probable confusion.
MfG
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°23694
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 22-01-2010 à 15:04:29  profilanswer
 


   Bonjour Oliver,
   Bonjoiur à tous,
 
   Il est permis de penser que les hommes de quart et les hommes de veille des convoyeurs, en raison de la tension nerveuse qu'ils éprouvaient et de la fatigue qui s'ensuivait, étaient parfois victimes de bien compréhensibles hallucinations collectives...  
 
   Cela dit, le Journal de navigation du du contre-torpilleur Carabinier – alors commandé par le capitaine de frégate Rodolphe Guépin (Journal de navigation n° 2 / 1915, 21 mars – 2 juin 1915 : S.G.A. « Mémoire des hommes », Journaux des unités, Cote SS Y 75, p. num. 962) n'apporte aucun élément nouveau d'information, si ce n'est l'identité du bâtiment italien arraisonné :      
 
                                                                                              « 2 juin [1915].  
 
                                .......................................................................................................................................................  
 
   5 h 15 [17 h 15] – Stoppé. Arraisonné vapeur italien Olga allant à Valona en Italie avec des troupes.
 
   5 h 30 [17 h 30] – Mis en route pour rallier l’Amethyst. Postes de veille contre des sous-marins signalés.  
 
   6 h 25 [18 h 25] – Rallié l’Amethyst. Fait route pour nous placer en colonne sur son avant tribord. »
   ________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.


Message édité par Rutilius le 22-01-2010 à 15:05:21
n°23695
alain13
Posté le 22-01-2010 à 16:15:13  profilanswer
 

Bonjour Oliver, bonjour Yves,
bonjour à tous,
 
Pour moi, pas si sûr qu'il y ait eu confusion dans le rapport du commandant du Spahi.
Tout d'abord les dates et heures concordent et l'U4 voit bien 2 bateaux.
J'avais été étonné par la position du trio Améthyst, Spahi, Carabinier, dans la retranscription du rapport faîte par Daniel.
Après vérif, il se trouvait non pas à 40 milles de Brindisi dans le N 80 W mais dans le N 80 E ( ce qui le remet à l'eau). :)
Cette position, le 2 juin à 16h 27, est située (sauf erreur de ma part) à moins de 20 milles de la position de l'U4 du 1er juin, qui se dirigeait lui vers le nord.
En relisant le rapport, on s'aperçoit que lorsque le périscope est aperçu à 400 mètres par le travers du SPAHI sur babord et venant vers lui, le SPAHI  se trouve à un demi mille en avant de l'AMETHYSTE et légèrement sur sa gauche.
La distance était donc 1/2 mille + 400 m = ? (> à 200m), et l'un pouvait peut-être masquer l'autre.
Concernant la vision d'un périscope à 1200 m, par beau temps et calme plat, je pense que celà ne pose pas de probléme à condition de regarder dans la bonne direction (j'ai une histoire là-dessus !).  
D'autre part, il y a la torpille qui passe sous le Spahi et que beaucoup ont du voir. Avait-elle des problèmes de réglage en profondeur ?
Le commandant de l'U 4 évoque de tels problémes qui l'avaient empêché d'envoyer ses torpilles, mais lesquelles, pourquoi pas les suivantes ? :)
Bon, là je vais un peu loin .
 
Bien cordialement,
Alain

Message cité 1 fois
Message édité par alain13 le 22-01-2010 à 17:45:27
n°23696
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 22-01-2010 à 17:27:04  profilanswer
 

Bonjour Alain, bonjour à tous
Effectivement, au vu de ces nouvelles précisions cela prend un sens différent et rend la détection de l'U 4 tout à fait réaliste, tout comme N80E par rapport à N80W qui n'était d'ailleurs pas cohérent.
Amts
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°23697
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 22-01-2010 à 17:38:53  profilanswer
 


   Bonsoir Alain,
   Bonsoir à tous,
 
   « Après vérif, il se trouvait non pas à 40 milles de Brindisi dans le N 80 W mais dans le N 80 E... »
 
   Gast ! Malencontreuse faute de frappe, malgré tout le soin que j'apporte à ces retranscriptions ! La correction est effectuée.
 
   Mais ceci renforce effectivement l'hypothèse de la véracité des faits consignés dans le rapport de mer du lieutenant de vaisseau Émile Magescas.
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.

n°23731
Gastolli
Posté le 23-01-2010 à 14:22:48  profilanswer
 

alain13 a écrit :

...Le commandant de l'U 4 évoque de tels problémes qui l'avaient empêché d'envoyer ses torpilles, mais lesquelles, pourquoi pas les suivantes ? :)
...


 
Bonjour Alain,
bonjour à tous,
 
I have to specify the "incorrect depth setting" mentioned by me: U 4 have no "problems" with her torpedoes but they simply have not the right depth-setting adjusted for an shot against destroyers with their shallow draught and there was no time to correct this of course as all this happened too fast.
 
Overall I now believe that it COULD have been U 4 which was met and seen by SPAHI, the torpedo reported by SPAHI in fact was imagination, but that's not unusual those days :-)
 
My first claim, that no submarine was nearby was because of my notes from the british archives, but the information from that side was only "02.06.1915" with no time and no location...
 
Cdlt.
Oliver

n°34706
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 30-06-2012 à 14:58:03  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
 
   Un ancien officier marinier du contre-torpilleur Spahi ayant été déclaré « Mort pour la France ».  
 
   — RÉGUER Jean, né le 22 mars 1888 à Plougasnou (Finistère) et y domicilié, décédé le 24 mai 1919 d’une tuberculose pulmonaire à l’Hôpital Laennec de Paris (VIIe Arr.), Second-maître canonnier, « réformé n° 1 à Toulon, le 21 avril 1916, dernier bâtiment : Spahi », Matricule n° 8.825 – Morlaix.
 
   ________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.

n°34721
pierre C31
le talon
Posté le 06-07-2012 à 11:15:25  profilanswer
 

Bonjour à tous,
Pour rire un peu, avec son humour bien particulier la direction du personnel de la Marine, avait fait nommer le capitaine de vaisseau DESCOTTES-GENON au commandement de l'Ecole d'application; cela a permis à des générations de marins facétieux de faire une aimable contrepèterie:(" je note..." )
Bon je sors
Bien cordialement
Pierre


---------------
Pierre C31
La nuit est le masque à l'abri duquel s'avance le jour
n°35199
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 06-10-2012 à 00:28:14  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
 
   En 1922, le contre-torpilleur Spahi était commandé par l’officier principal des équipages de la flotte Yves Louis SERGENT. En 1915, cet officier marinier s’était distingué au commandement du dragueur Charrue, affecté à la 2e Escadrille de la Flottille de dragueurs des Dardanelles, placée sous l’autorité du capitaine de frégate Pierre Ferdinand Maxime de COURTOIS de LANGLADE. Il mourut noyé le 27 juin 1922 près du cap Bon, dans la partie Est du golfe de Tunis, la baleinière dans laquelle il avait pris place afin de rechercher une mine à détruire ayant chaviré à 500 mètre de la plage par l'effet du ressac. L’accident fit une autre victime, le quartier-maître LEQUEN.
 
     
                                                         L’Ouest-Éclair – éd. de Caen –, n° 7.544, Jeudi 30 juin 1922, p. 3.                        
 
                                                                       http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/SPAHI%20-%20L.O.E.%2030-VI-1922..jpg
   ________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.


Message édité par Rutilius le 26-11-2012 à 23:22:41
n°38530
Dimitri Ga​lon
Posté le 13-11-2013 à 11:52:06  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
does anybody could explain to me the following sentence?
 
«Kiki-Issaia coulé à 3 milles S. 10 W. Phléva. Poste de combat»
 
I understand the following:
 
“KIKI ISSAIAS have been sunk 3 nautical miles south of the Phléva island …… Battle station”
 
What does the “10 W.” means?
 
Bien cordialement,
Dimitri


---------------
www.keadive.gr
www.keaexpedition2008.wordpress.com
n°38533
Gastolli
Posté le 13-11-2013 à 21:06:10  profilanswer
 

Hi Dimitir !
 
I would say it's 3 miles South, but not exactly South but 10° to the West, or a little bit easier:
 
3 miles 190° from Phléva
 
Oliver

n°38535
Dimitri Ga​lon
Posté le 14-11-2013 à 10:30:11  profilanswer
 

Bonjour Oliver,
Je vous remercie
Dimitri


---------------
www.keadive.gr
www.keaexpedition2008.wordpress.com

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  SPAHI - Contre-torpilleur