FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  IROISE, ex-TCHERNOMORE — Remorqueur — Union française maritime

 

Il y a 43 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2
Page Précédente
Auteur Sujet :

IROISE, ex-TCHERNOMORE — Remorqueur — Union française maritime

n°5466
Nikita
Posté le 14-05-2008 à 00:28:55  profilanswer
 

Chers representants de la forum!
Je m'appelle Nikita Kouznetsov, j'habite en Russie, a Moscou et je suis historien de marine militaire. Pour le moment j'ecris un livre sur un remorquer de sauvetage "Tchernomor". Il a ete construit en Russie en 1911. A partir de 1923 jusqu'a 1933 ce bateau a servi sous le drapeau francais "Iroise".
je vous saurais reconnaissant si vous me repondiez aux questions suivantes:
1. Est-ce que le bateau a ete modifie a cette epoque-la?
2. Le destin ulterieur du bateau apres 1933?
3. Chez moi est déjà l article de J.-P. Coquinot "Iroise". Un celebre remorquer de sauvetage francais // Cols Bleus. 1991. № 2149 et le livre de Jean-François Pahun Le Commandant Malbert : Père du remorquage en haute mer. Je m interesse beaucoup a l article: L'Iroise, un sauveteur de légende, précurseur de l'Abeille Flandre. Coquinot Jean Paul // Paquebots et Marine Marchande, n° 2, janvier 2000, pages 47-55.
Je vous remercie pour tout aide.
Pour ce qui est de moi, je peux vous munir des photos sur la periode russe  du service de "Tchernomor".
Merci d'avance
Mon e-mail: nikita-k1978#yandex.ru  
Veuillez agréer, madame, monsieur, mes salutations distinguées  
Nikita Kuznetsov

Message cité 1 fois
Message édité par charraud jerome le 06-12-2013 à 07:44:26
n°5476
Ar Brav
Posté le 14-05-2008 à 13:31:22  profilanswer
 

Nikita a écrit :

Chers representants de la forum!
Je m'appelle Nikita Kouznetsov, j'habite en Russie, a Moscou et je suis historien de marine militaire. Pour le moment j'ecris un livre sur un remorquer de sauvetage "Tchernomor". Il a ete construit en Russie en 1911. A partir de 1923 jusqu'a 1933 ce bateau a servi sous le drapeau francais "Iroise".
je vous saurais reconnaissant si vous me repondiez aux questions suivantes:
1. Est-ce que le bateau a ete modifie a cette epoque-la?
2. Le destin ulterieur du bateau apres 1933?
3. Chez moi est déjà l article de J.-P. Coquinot "Iroise". Un celebre remorquer de sauvetage francais // Cols Bleus. 1991. № 2149 et le livre de Jean-François Pahun Le Commandant Malbert : Père du remorquage en haute mer. Je m interesse beaucoup a l article: L'Iroise, un sauveteur de légende, précurseur de l'Abeille Flandre. Coquinot Jean Paul // Paquebots et Marine Marchande, n° 2, janvier 2000, pages 47-55.
Je vous remercie pour tout aide.
Pour ce qui est de moi, je peux vous munir des photos sur la periode russe  du service de "Tchernomor".
Merci d'avance
Mon e-mail: nikita-k1978#yandex.ru  
Veuillez agréer, madame, monsieur, mes salutations distinguées  
Nikita Kuznetsov  


 
Привет и приветствуют г-н Кузнецов
Bonjour Monsieur Kuznetsov,
 
Tout d’abord, soyez le bienvenu sur ce forum dédié à la Grande Guerre, et bravo pour votre français.
Je n’ai pas trouvé trace de l’Iroise dans le Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, du lieutenant de vaisseau Jean-Michel Roche. Ce navire n’a donc pas, semble t-il, fait partie de la Marine militaire, ni réquisitionné pendant les 2 guerres mondiales.
En revanche, il est bien fait mention de  ce remorqueur dans l’ouvrage de Jean Randier, la Marine Marchande française (Editions Maritimes et d’Outre Mer, 1980)
 
L’Union des Remorqueurs de l’Océan (U.R.O.) :
 
Les débuts de l’U.R.O. sont liés aux conventions de 1921-1922 passées entre la Marine Marchande et la société Les Armateurs Français, pour la liquidation des invendus de la flotte d’Etat, entre autres vingt remorqueurs. Une société, l’Union Française Maritime, fut crée pour installer à Brest un centre de sauvetage.
Un premier remorqueur, le Puissant, s’étant avéré incompatible avec le travail demandé, le remorqueur brise-glace Tchernomorie (Mer Noire), rescapé de la flotte Wrangel de Bizerte, devient l’Iroise, commandé par le capitaine Malbert. Mais un remorqueur d’assistance allemand basé à Brest ne permit pas à l’Iroise de lutter à armes égales, et les activités de l’Union Française Maritime furent reportées à Saint Nazaire.
En effet, M. Maurice Fougère, premier gérant de l’U.R.O., en donne la raison par le fait que l’Iroise, chauffant au charbon, demandait 12 heures de chauffe pour mettre en pression et appareiller, les feux n’étant pas maintenus par économie. Le remorqueur allemand, à moteur, appareillant aussitôt l’alerte donnée, avait donc les meilleures chances. Il faut rappeler que le nom du capitaine Louis Malbert, a été porté par un navire abordé par un pétrolier dans le Kattegat, le 29 décembre 1963. Il n’y eut que cinq survivants dans l’eau glacée.  
On peut donc raisonnablement penser que le Tchernomorié (ou Tchernomor) n’a pas été modifié, du moins en ce qui concerne sa propulsion, puisque celle-ci lui a fait perdre le marché sur Brest.
 
L’Iroise participera en janvier 1933, avec d’autres remorqueurs (Mastodonte de Brest, Minautaure de la CGT, Abeilles 22 et 24, le remorqueur anglais Simson, les hollandais Rooder Zee et Lower Zee), au sauvetage du paquebot Atlantique en détresse à l’ouest de Guernesey (Manche) après qu’un incendie se soit déclaré à bord le 5 janvier 1933 à 3h30 du matin. Le bateau fut remorqué sur Cherbourg, avec 19 victimes à déplorer.
 
Pour la petite histoire, l’Union Française Maritime crée, au lendemain de sa constitution, pour l’utilisation des remorqueurs achetés, des centres de remorquages et sauvetage à Brest, Saint Nazaire, Bordeaux et Marseille. Louis Malbert de l’Iroise, immortalisé par le roman de Vercel "Remorques" (dont un film a été tiré avec Jean Gabin et la toute jeune alors Michelle Morgan), entré à l’U.F.M. en 1924, illustrera magnifiquement le travail de ces bâtiments.
 
Le site miramarshipindex.org recense l’Iroise ainsi :
 
http://www.miramarshipindex.org.nz/ship/show/192841  
 
Remorqueur Chernomor construit pour la Marine Impériale Russe en 1911 par les chantiers Bellino-Fendrich à Odessa.
663 tx
54,8 x 9,3 m
1 machine alternative à vapeur
1924 : devient l’Iroise
1936 : prend le nom de Irini Vernicos
1939 : devient l’Atrato
1948 : il est possible qu’il devienne le Théoclitos, mais n’est pas listé
02.06.1941 : il est abandonné à Suda Bay.
 
Voilà tout ce dont je dispose, j’espère avoir répondu, du moins en partie à vos attentes.
 
С уважением, и в скором времени
 
Bien cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 14-05-2008 à 14:34:52

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°5477
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 14-05-2008 à 14:45:04  profilanswer
 

Товарищ Франк, вы говорите на русски ?
Tovarich Franck, vyï govorite pa rouski ?  :jap:  
(orthographe comme le reste non garantis)... derniers souvenirs d'une affectation à St Petersbourg il ya quelques années.
 :)


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°5482
Ar Brav
Posté le 14-05-2008 à 16:58:30  profilanswer
 

Bonjour Yves,
 
Да, только немного после полуночи  ;)  
 
Amts,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°5484
Terraillon​ Marc
Posté le 14-05-2008 à 20:00:57  profilanswer
 

Товарищ Франк, Товарищ  ИВ
 
Я говорю русский
Но
только после водки
До свидания
 
 :sol:


Message édité par Terraillon Marc le 14-05-2008 à 20:01:32

---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°5490
Gilles ROL​AND
Posté le 15-05-2008 à 11:06:34  profilanswer
 

Bonjour à tous, :hello:  
 
C’est vrai qu’il manque la langue russe dans le Forum Pages d’Histoire: international forum :lol:  :lol:  :lol:  
 
Amicalement
 
Gilles [:gilles roland]  


---------------
-Ca sent le macchab, dit Le Moal. -J’te crois, y en a plein par ici. Jean Berthaud « 1915 sur les Hauts-de Meuse en Champagne »  
VESTIGES.1914.1918 MAJ le 10 novembre 2015
n°6204
alain13
Posté le 19-06-2008 à 18:50:52  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
L'Iroise vendue en Grèce en 1936, remplacé par le Mastodonte dans l'adaptation au cinéma de "Remorques" ...
 
http://img128.imageshack.us/img128/5933/liroisema2.jpg
http://img128.imageshack.us/img128/5933/liroisema2.d48f605ed7.jpg
 
Cordialement,
Alain

n°23221
Memgam
Posté le 26-12-2009 à 17:40:10  profilanswer
 

Le Tchernomore a participé en juin 1915 au sauvetage du croiseur protégé turc Medjidieh, coulé par une mine lors d'un raid sur Odessa le 3 avril 1915. Renommé Prut dans la Marine tsariste le 29 octobre, il sera démoli en 1948. Le Tchernomore, mis en service le 7 juin 1912 est saisi par les Soviets le 16 décembre 1917. Le 1er mai 1918, il est saisi par les Allemands, en novembre, c'est au tour des Russes Blancs de s'en saisir, puis il est saisi en décembre par les Alliés. Il est utilisé en 1919 dans les opérations de renflouement du cuirassé français Mirabeau, échoué le 7 février 1919. Le 6 avril 1919, il le  remorque au bassin avec le remorqueur Coq de la Marine nationale. Le remorqueur repasse aux mains des Russes blancs le même mois. Il évacue Sébastopol le 14 novembre 1920, avec des réfugiés à bord. Il s'échoue au cours du trajet à la pointe Attanasio, le 17 décembre, en convoi avec l'aviso Tahure en serre-file. Il est interné à Bizerte le 26 décembre 1920. Acheté en 1924 par l'Union Française Maritime, il est remorqué en avril à Belle-Ile par le mouilleur de mines Pollux, lui aussi un ex de la flotte de l'amiral Wrangel. Remis en état à Saint-Nazaire, il entre en service avec les capitaines Leroy puis Dousset et enfin Malbert le 6 décembre 1924. Désarmé en 1933, après 81 sorties et 38 navires sauvés, il est racheté en 1935 par la société Algérienne de Sauvetage qui l'arme pendant un an à Brest, avant de l'envoyer à Alger en Juin 1936 où il retrouve le Coq, devenu le Saint Charles, remorqueur et yacht personnel de Charles Schiaffino. Pas pour longtemps puisque l'Iroise est revendu la même année aux Grecs et devient l'Irini Vernicos. En 1939, il passe sous pavillon panaméen et prend le nom d'Atrato, Cia Panamena de Remolcadores. Il sert au transport d'émigrants juifs vers la Palestine jusqu'à sa saisie par les Britanniques. Il est coulé en avril 1941 en Crète et ne sera démoli qu'en 1951. C'était un navire polyvalent, très bien équipé pour l'assistance, doté de surcroit de deux daviers à l'avant qui lui donne un aspect caractéristique et qui étaient destiné à servir pour les deux câbles télégraphiques existants en Mer noire.
 
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/sc00103bd0.jpg

Message cité 1 fois
Message édité par Memgam le 30-04-2016 à 21:42:19
n°23223
olivier 12
Posté le 26-12-2009 à 20:00:46  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Une autre vue de l'IROISE
 
(source : "Les remorqueurs français en images" Déan et Tjazengel Marines Editions)
 
http://img97.imageshack.us/img97/1142/iroise.jpg
 
Cdlt


---------------
olivier
n°23225
Memgam
Posté le 26-12-2009 à 21:48:24  profilanswer
 

A l'attention d'Olivier 12.
Cette photo mérite quelques explications qui ne sont pas dans le livre cité. Le cliché a été pris dans le port de commerce de Brest, le vendredi 1er novembre 1935, au 5ème bassin. L'Iroise, capitaine Geffroy,  est parfaitement reconnaissable, mais porte alors la livrée de la Société Algérienne de Sauvetage : liston blanc, Iroise marqué en grand en lettres blanches sur le travers de la coque à l'imitation des remorqueurs étrangers pour être identifié de loin, pavillon de la compagnie sur la cheminée, évidemment peu visible.
Le navire remorqué n'est pas n'importe lequel. Il s'agit du quatre-mâts Padua, capitaine Robert Clauss, construit pour la compagnie Laiesz de Hamburg en 1926. Il existe toujours, après avoir été livré aux Soviétiques après la seconde guerre mondiale, sous le nom de Krusenstern, sous pavillon russe, et l'on a revu dans les eaux internationales dans les années 70. Il est revenu à Brest depuis. C'est un des plus grands quatre-mâts du monde et l'un des rares voiliers-écoles a avoir été navire de charge avant d'être voilier-école. En 1935, il était encore engagé dans le transport du blé d'Australie.
Que venait-il faire à Brest ?
Il venait y embarquer une équipe de cinéma, avec 15 tonnes de matériel, dont deux groupes électrogènes, pour tourner à bord, entre Brest et Casablanca, des scènes du film "Les mutinés de l'Elseneur" d'après le roman éponyme de Jack London. Ce film, réalisé par Pierre Chenal, avait pour acteurs Jacques Berlioz,(petit-fils d'un CLC Cap-Hornier) Winah Winfried, René Bergeron, Jean Murat, etc..
A son arrivée à Brest, le Padua a été accompagné par Le Crozon, capitaine Salaün, ancien des voiliers Jacques et Joinville, de la société des Vapeurs Brestois, pour le remorquer éventuellement, ce qui n'a pas été nécessaire, le quatre-mâts franchissant le goulet à 12 noeuds et mouillant ensuite en grande rade. C'était le mercredi 23 octobre.
Au départ de Brest, l'Iroise a été chargé de le remorquer au large de l'île de Sein, comme il l'avait fait en 1926 pour le quatre-mâts français Richelieu. Le remorqueur Roscanvel, capitaine Guellou, de l'Union Française Maritime avait aidé à la manoeuvre d'appareillage.  
Source : La Dépêche de Brest.
NB : D'autres photographies de l'Iroise sont disponibles sur le site de l'UIM et celui de French Tugs, avec quelques erreurs dans les légendes.

n°23229
olivier 12
Posté le 26-12-2009 à 23:42:44  profilanswer
 

Bonsoir Memgam, bonsoir à tous,
 
Merci pour les explications, fort intéressantes, concernant la photo.
Je me demandais justement quel pouvait être le voilier.
 
Très heureux d'apprendre que c'était le PADUA, car j'ai eu l'occasion de le croiser en mer, sous voiles, en 1984 soit presque 50 ans après la photo ci dessus. C'était en Méditerranée, lors d'une traversée Cythère - Malte. Il s'appelait alors KRUSENSTERN, effectivement voilier-école des pêches soviétique.
 Bien que ceci nous éloigne de l'IROISE, et encore plus de la Grande Guerre,  voici quand même les clichés que j'avais pris à l'époque.
 
http://img121.imageshack.us/img121/543/krusenstern3.jpg
 
http://img121.imageshack.us/img121/5378/krusenstern1.jpg
 
http://img121.imageshack.us/img121/8247/krusenstern2.jpg
 
et pour terminer, une photo d'avant la seconde guerre mondiale montrant le même PADUA, alors allemand, appareillant de Taltal, au Chili.
 
http://img696.imageshack.us/img696/5216/paduaquittanttaltal.jpg
 
Cdlt


Message édité par olivier 12 le 26-12-2009 à 23:56:41

---------------
olivier
n°23231
Memgam
Posté le 27-12-2009 à 08:51:48  profilanswer
 

Adam Johann Krusenstern (1777-1846) est le premier marin russe a avoir entrepris un voyage de circumnavigation en 1803-1805. Il est devenu amiral, après une formation initiale dans la marine de guerre britannique et dans la marine de commerce britannique. Le récit et l'album de son voyage sont au SHD de Brest.

n°23235
dbu55
Posté le 27-12-2009 à 21:04:13  profilanswer
 

Bonsoir Nikita,
Bonsoir à toutes et à tous,
 
Quelques informations sur l'IROISE  
 
http://uim.marine.free.fr/nav-comp/UFM/iroise.htm
 
Cordialement
Dominique


---------------
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]
n°31185
Memgam
Posté le 14-05-2011 à 15:10:40  profilanswer
 

L'initiateur, Nikita Kouznetsov,  du sujet sur le remorqueur de sauvetage Iroise ex Tchernomore russe a publié un article sur ce navire dans la revue maritime Morskoi Sbornik russe de juillet 2009. Le titre en est : "Le destin étonnant du navire de sauvetage Tchernomore". Bien qu'il ne soit illustré que de quatre photos, toutes correspondantes à la période française, l'article couvre toute la vie du remorqueur. C'était un remarquable navire de sauvetage, très bien équipé et son premier commandant, Joukobski, a rappellé qu'il avait impressionné un représentant de la compagnie danoise de sauvetage Svitzer lors d'une visite à bord en 1913. Les premières années de la première guerre mondiale lui ont permis de renflouer plusieurs navires avariés par faits de guerre en plusieurs lieux de la mer Noire. Après sa longue station à Brest où il a remorqué 38 navires en 81 sorties, il avait été acheté en 1935 à l'Union Française Maritime par la Société Algérienne de Sauvetage des frères Zagamé, Baroni , Mérigot, qui, après l'avoir maintenu à Brest pendant un an, le revendirent aux Grecs. Il est probable que cette vente a été une conséquence directe de la mort d'Ange Zagamé, à la suite d'un accident de plongée, comme le rappelle son petit-fils, Jean-Pierre Castaldi, l'acteur, qui vient de publier un livre de mémoires.  
 
Ci-dessous, le titre de l'article de Nicolas Kouznetsov.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/sc000ea377.jpg

n°31186
Memgam
Posté le 14-05-2011 à 15:11:57  profilanswer
 

Le Tchernomore en mars 1915.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/sc00120d77.jpg

n°35929
Memgam
Posté le 06-01-2013 à 09:51:54  profilanswer
 

Bonjour,
 
La photo ci-dessous présente la maquette d'époque (années 1920) du remorqueur Iroise qui portât ce nom, de la fin 1924 à 1936.
Cette maquette avait été commandée par l'armateur, l'Union Française Maritime, à un modéliste rémois. Refusée, car jugée trop chère, elle parvint plus tard dans les mains de la famille Cangardel et fut longtemps exposée au 36, rue de Naples, à Paris, siège de la société et des compagnies qui lui ont succédé.
Le cliché a été pris par le musée du Port Rhu, quand la maquette, après la vente de l'URO aux Abeilles en 1988, est restée aux mains du petit-fils d'Henri Cangardel et s'est trouvée dans son bureau de Saint-Nazaire. La photo a été exposée dans la cale du remorqueur Saint Denys, conservé à flot au Port-Rhu.
On trouve des photos de détail de la maquette dans l'ouvrage de Jean-François Pahun, ci-dessous référencé.
Il existe, dans le commerce, un plan de l'Iroise, très approximatif, à partir duquel ont été réalisées plusieurs maquettes et un certain nombre de modélistes en font commerce.
Ils y ont parfois apportés quelques modifications pour rendre leur maquette plus conforme aux photos du navire réel.
L'une de ces maquettes a été offerte par une des filles de l'ancien commandant de l'Iroise, le capitaine au long cours Louis-Marie Malbert, à la ville de Brest, en 1999.
 
Sources : Informations de feu Maurice Cangardel et Louise d'Alessio-Malbert.
Jean-François Pahun, Louis Malbert et les journaux de bord du remorqueur Iroise, Editions Larivière, 2004.
Plan La Maquette, 5 avril 1945.
 
Cordialement.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser%20139.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser%20140.jpg

n°35930
Dido
Posté le 06-01-2013 à 10:27:33  profilanswer
 

Memgam a écrit :

Il sert au transport d'émigrants juifs vers la Palestine jusqu'à sa saisie par les Britanniques. Il est coulé en avril 1941 en Crète et ne sera démoli qu'en 1951.


 
As the ATRATO she made seven voyages to Palestine. On May 28, 1939 she was arrested by the British minesweeper HMS SUTTON, while north of Jaffa.  
It is unknown - to me - when and why she was returned by 1940 to her owners and reverted to IRENE VERNICOU. All other ships arrested by the British were seized by them.
She was not sunk in 4.41 but abandoned in 2.6.41 at Suda. There is a British report that questions the decision of her captain not to scuttle the tug.  
The ship was taken over by the Germans and was repaired to serve their own needs in the Aegean. There is a report that she was renamed VULCAN but I think is false.
On 22.9.43, she hit a mine off Cape Papas with eight members of her Greek crew being lost in the explosion. She was raised again and returned to service until she was scuttled in Salonica in October 1944.
IRENE VERNICOU was raised postwar, repaired as a cargo ship and renamed THEOCLITOS.
Following is a picture of the ship with the characteristic bow, shown postwar at Piraeus.  
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/9587/theocletos.jpg

n°35931
Memgam
Posté le 06-01-2013 à 10:55:03  profilanswer
 

Bonjour,
 
Merci à Dido de ces intéressantes informations. Le sort de l'Iroise, entre sa saisie par HMS Sutton et sa fin est mal connu, avec des versions différentes.
C'est bien sous le nom de Irini Vernicos, qu'il a été enregistré au Pirée sous le n° 2091
C'est en 1940 que l'Atrato est devenu Irini Vernicos, acheté par Nikolaos Emm. Vernicos.
C'est le 23 septembre 1943 que le navire a heurté une mine près du cap Papa et a perdu 8 hommes et a eu 5 blessés, essentiellement parmi le personnel de la machine.
Relevé, réparé par les Allemands et coulé par eux en octobre 1944.
 
Source : Institute of History of Mercantile Marine, Le Pirée.
 
La photo présentée montre bien un navire modifié dans ses superstructures, le fronton du château a été fermé et englobe les passavants.
Evidemment, le double davier, tout à fait unique, est l'élément d'indentification.
 
L'étrave de l'iroise aquarellée par le peintre de la Marine Pierre Péron, pour l'édition illustrée de "Remorques" de Roger Vercel par le Moulin de Pen Mur (1943).  
 
Cordialement
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numériser%20141.jpeg1..jpg


Message édité par Memgam le 06-01-2013 à 13:41:36
n°35939
Memgam
Posté le 08-01-2013 à 10:17:11  profilanswer
 

Bonjour,
 
"Laissé à l'abandon depuis près de 3 ans, le Tchernomore présentait un aspect lamentable. Ses oeuvres vives étaient rongées par la rouille. Toutefois, ses chaudières et sa coque qui avait souffert dans un échouage, étaient en meilleur état que ne pouvait le laisser supposer le procès-verbal de la visite effectuée par le Service de Constructions Navales de l'arsenal de Sidi Abdallah à l'arrivée du navire à Bizerte. Quant aux machines, elles étaient en excellent état.
 Le Tchernomore, d'une puissance de 1500 cv, avait été étudié et spécialement construit pour le remorquage et l'assistance. Il était en outre, muni de moyens très puissants pour combattre l'incendie. Aussi, L'union Française Maritime n'hésita-t-elle pas à acheter, pour le compte de l'Etat, cette unité qui était mise en vente par la Commission de Liquidation russe" (Lafon, opus cité).
 
L'achat a été réalisé le 16 avril 1924 et le Tchernomore, avec un équipage réduit, a été remorqué en mai à Belle-île par le Pollux, ex brise-glace Ilya Mourometz, ancien de la flotte Wrangel, acquis par la Marine nationale. Le remorqueur Orage a pris la suite de Belle-île à Saint-Nazaire où le remorqueur est devenu l'Iroise, classé au Bureau Veritas en septembre 1924.
 
Source : Commandant Roger Lafon, A l'appel des S.O.S. JMM, 1927.
 
Sur la photo présentée ci-dessous, on notera que les ancres ne sont plus celles d'origine, mais des ancres à jas provisoires, beaucoup trop faibles pour ce navire. La photo date de mai 1924.
 
Cordialement.
 
 
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser%20146.jpg

n°35969
Memgam
Posté le 13-01-2013 à 09:31:23  profilanswer
 

Bonjour,  
 
Haïfa, May 30 (JTA)-The 400 refugees captured yesterday off Nathania aboard the salvage tug Atrato and brought to Haïfa were released today and their number will be deducted from the Jewish immigration quota. Deduction for illegal immigrants so far total 1200 and Jews feared that it would cancel the entire quota for the month. The Governements applied to the courts for confiscation of the Atrato.
Jewish Telegraphic Agency, Vol V, n° 148, mercredi 31/05/1939.
 
Atrato, sous pavillon panaméenen a entrepris un premier voyage d'émigrants en novembre 1938 entre l'Italie et la Palestine, avec 300 passagers à bord. C'était le 13 ème voyage dans le cadre de l'Aliyah Bet project, le transport des émigrants vers Israël, qui n'était pas encore un Etat. L'Atrato a effectué un autre voyage en janvier 1939, un en février, un en mars et deux en avril puis le dernier en mai au cours duquel il a été saisi par le dragueur britannique HMS Sutton.
 
Au cours de ses 7 voyages, Atrato a transporté près de 2400 personnes (300 à 400 à chaque fois), le navire de 663 tjb, 50 mètres de long et 9 mètres de large étant littéralement bondé.
 
Une photo a été publiée sur le site de Paul Silvertone venant des archives de la Hagannah qui permet d'identifier avec certitude l'Atrato comme l'ex Iroise, ex Tchernomore, par, entre autres détails, la présence des deux nourrices à cinq branchements des pompes d'épuisement, dans les passavants arrières, de part et d'autres du roof machine. La comparaison avec une photo prise au bassin en 1924 et disponible sur le site uim.marine lève toute ambiguïté.
On notera que les deux manches à air de part et d'autre de la cabine radio derrière la cheminée (surmontée de son cercle radiogoniométrique) ont été surélevées et ne l'étaient pas à l'époque Iroise.
 
Cordialement.
 
 
 
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser%20159.jpghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser%20155.jpg

Message cité 1 fois
Message édité par Memgam le 13-01-2013 à 16:24:41
n°35972
Memgam
Posté le 13-01-2013 à 15:50:51  profilanswer
 

Bonjour,
 
Cette photo de l'Atrato, montre l'encombrement à bord et la présence incongrue mais nécessaire d'un canot en équilibre instable sur la plage arrière.
Les détails de superstructures confirment qu'il s'agit bien de l'ex Tchernomore.
 
Source : Wide World Photo, via United States Holocauste Memorial Museum, Washington, D.C.
 
Cordialement  
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser%20152.jpghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser%20154.jpg

n°38128
Dido
Posté le 21-09-2013 à 22:19:06  profilanswer
 

Memgam a écrit :

The Governements applied to the courts for confiscation of the Atrato.
Jewish Telegraphic Agency, Vol V, n° 148, mercredi 31/05/1939.


С'est interesente pour une reason inconnu (a moi) ATRATO n'etait pas saisi et en 10/40 elle etait sous pavillion grec comme IRENE VERNICOU.
 
Voila une autre photo  de la bateau en Piree apres le guerre
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/9587/Image2.jpg

n°38133
Memgam
Posté le 22-09-2013 à 10:53:35  profilanswer
 

Bonjour,
 
Merci à Dido pour cette photo de l'ex Tchernomore au Pirée.
Bien que l'Atrato ai été saisi par les Britanniques en mai 1939, il n'y a rien d'impossible qu'il soit redevenu grec quelques mois plus tard.
 
Voici ci-dessous, deux photos prises en rade abri de Brest de l'Iroise, en 1926. Le projecteur du nid de pie du mât avant n'a pas encore été installé (il en existait un pendant la période tsariste).
Elles ont probablement été prises par le journal La Dépêche de Brest, puisque parues dans ce quotidien et figurent dans les albums que possédait le capitaine Louis Malbert.
 
On trouvera ci-après une photographie dont je suis l'auteur, prise au pied du sémaphore de Saint-Quay Portrieux (ville natale et de sépulture du CLC Louis Marie Malbert, 1881-1949), qui fut le commandant de l'Iroise de la fin 1924 au début 1931). La célébrité, pour le retentissement des sauvetages effectués, est rappelé par ce monument, représentant l'homme et son navire, érigé en 1950 et du à Armel Beaufils (1882-1952).
 
Cordialement
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser%20348.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser%20346.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser%20347.jpg


Message édité par Memgam le 22-09-2013 à 10:57:07
n°38696
Dido
Posté le 03-12-2013 à 21:46:54  profilanswer
 

Une photo de IRENE VERNICOU pendant la sauvetage de la bateau auxiliaire italien ERIDANO a Antikythera vers 1937.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/9587/328146_213541072037772_1851561_o.jpg1..jpg


Message édité par Dido le 03-12-2013 à 21:48:44
n°38705
Memgam
Posté le 04-12-2013 à 20:31:43  profilanswer
 

Bonjour,  
 
Merci à Dido pour cet intéressant cliché d'Irene Vernicou effectuant un sauvetage.
 
L'Eridano est une citerne à eau de la Marine italienne, construite en 1911 (comme son sauveteur) de 1260 tonnes, d'une vitesse de 12,5 noeuds et armée d'un canon de 76 mm.
 
Source : Flottes de combat 1929.
 
Cordialement.

n°38707
kgvm
Posté le 05-12-2013 à 11:10:26  profilanswer
 

"Eridano", radié 01.03.1937 - peut-être après ce sauvetage??

n°38734
Memgam
Posté le 05-12-2013 à 18:10:19  profilanswer
 

Bonjour,  
 
Le titre du sujet initié par Nikita vient d'être changé ce jour par Jérôme Charraud. Certes, il était un peu défaillant en matière d'orthographe et d'armateur, mais il a été remplacé par un intitulé comprenant des inexactitudes.
 
La traduction française du nom russe est "Tchernomore" avec un e final qui signifie "Mer Noire". En anglais c'est "Chernomor".
 
On peut ergoter sur la définition de "remorqueur de haute mer" puisque ce navire était plus polyvalent, navire d'assistance et de sauvetage, câblier, brise-glace.
Pour le Bureau Veritas, il est classé : "Remorqueur, Sauvetage".
 
Enfin, son armateur était l'Union Française Maritime, créée le 26 octobre 1922, au capital de 1 million de francs, sise au 36, rue de Naples, à Paris, dont Henri Cangardel était l"administrateur délégué.  
La société a été dissoute en 1934.  
 
Quant à l'U.R.O. pour Union des Remorqueurs de l'Océan, elle a été fondée le 22 décembre 1939, issue de la fusion de la Compagnie Nazairienne de Remorquage et de Sauvetage, de L'Entreprise Générale de Travaux Maritimes à Bordeaux et de la Compagnie Charentaise de Transports Maritimes. Cette société a disparu en 1988, par sa vente aux Abeilles International.
 
Certes, il y a un des liens entre UFM et URO, puisque l'administrateur est le même, Henri Cangardel, ainsi que l'adresse parisienne ou encore le remorqueur Rosacanvel qui a appartenu à l'Union Française Maritime, puis à l'URO. On notera qu'Henri Cangardel et le commandant de l'Iroise de 1924 à 1931, le capitaine au long cours Louis Marie Malbert (1881-1949) avaient le même âge.
 
Source : Charles Offrey, Henri Cangardel, Armateur, 1881-1971, Les Editions de l'Atlantique, Paris, 1973.
Roger Lafon, A l'appel des S.O.S., JMM, 1927.
Brochure : Union des Remorqueurs de l'Océan, 1939-1959.
Bureau Veritas, Registre 274, 1930.
 
Cordialement.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser%20402.jpg


Message édité par Memgam le 05-12-2013 à 18:20:15
n°38737
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 05-12-2013 à 22:41:11  profilanswer
 


   Bonsoir Memgam,
   Bonsoir à tous,
 
   Les imperfections affectant le nouvel intitulé de ce sujet sont miennes, puisque Jérôme Charraud n'a été, en la circonstance, que mon aimable instrumentaire...
 
   Avec plus d'exactitude, cet intitulé pourrait donc être de la sorte rédigé : « IROISE, ex-TCHERNOMORE — Remorqueur — Union française maritime. »
 
   A signaler l'excellente notice suivante, consacrée à ce bâtiment :
 
   —> http://uim.marine.free.fr/URO/arch [...] iroise.htm


Message édité par Rutilius le 05-12-2013 à 22:43:50

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°38743
Memgam
Posté le 06-12-2013 à 18:02:55  profilanswer
 

Bonjour,  
 
Merci à Rutilius de rendre à César ce qui appartient à César.
 
Je verrai bien, quant à moi, la mention "Remorqueur, Sauvetage" comme le fait le Bureau Veritas. C'est ce rôle de sauvetage qui a rendu l'Iroise célèbre avant même le roman de Vercel "Remorques" et le film éponyme de Jean Grémillon. A noter aussi que le livre a été traduit et publié en anglais avec pour titre "Salvage".
 
Enfin, il me parait correct d'écrire Union Française Maritime avec les initiales de rigueur, comme Compagnie Générale Transatlantique, et ce d'autant plus que les initiales UFM, figuraient en rouge sur le pavillon blanc et bleu de l'UFM, peint sur la cheminée du remorqueur Iroise et des autres navires de la compagnie.
 
La photo ci-dessous issue du livre ci-après mentionné, est un détail de la maquette d'époque de l'Iroise, visible plus haut dans le sujet et actuellement entre les mains du petit-fils d'Henri Cangardel.
 
Source : Jean-François Pahun, Louis Malbert et les journaux de bord du remorqueur Iroise, Editions Larivière, 2004. A noter qu'il ne s'agit pas des journaux de bord, mais des rapports de mer déposés au tribunal de commerce de Brest et qu'un errata de 6 pages a été établi pour ce livre.
 
Cordialement.
 
 
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser%20404.jpg


Message édité par Memgam le 06-12-2013 à 18:04:12
n°38744
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 06-12-2013 à 19:37:28  profilanswer
 


   Bonsoir Memgam,
   Bonsoir à tous,
 
 
   Mon intention était bien d’écrire « Remorqueur de sauvetage », mais le nombre de caractères admis pour l’intitulé des sujets étant limité, j’ai dû me résoudre à en rester à la simple qualification de « Remorqueur ». Au reste, le point final a disparu.
 
   Quant aux règles d’écriture d’une dénomination sociale susceptible de faire l’objet d’un acronyme, il est de principe, en typographie française, de n’employer la majuscule que pour le premier des termes qui la compose, hormis, bien évidemment, l’hypothèse d’un nom propre présent dans la suite de cette dénomination. On doit donc bien écrire : « Union française maritime » et « U.F.M. »
 
   Exemple emprunté à la Revue de droit maritime comparé [T. VII. – Juill. ~ Sept. 1924, p. 528 et 530 – Circulaire du Ministre de la Marine du 13 mars 1924] :
 
               http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/Union%20francaise%20maritime%20-%20I.jpg
 
                                                                             [...]
 
               http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/Union%20francaise%20maritime%20-%20II.jpg
 
 
   A noter que la règle est inverse en typographie anglaise. Ainsi, doit-on écrire « Organisation for Economic Co-operation and Development » en langue anglaise, mais « Organisation de coopération et de développement économique » en langue française.
 
             


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°38745
Memgam
Posté le 06-12-2013 à 21:21:10  profilanswer
 

Bonjour,  
 
Merci à Rutilius de ces précisions.  
 
Habitant un village à nom composé, l'argument du nombre de caractères m'est connu, puisque les édiles locaux, par souçi d'économie disent-ils, se sont contentés de ne faire figurer que l'initiale de la deuxième partie du nom sur les plaques aux entrées du village. Chouette !
 
Quant à la règle de typographie, j'aimerai bien la voir appliquée à la totalité des écrits du forum, car il y a du boulot ! Pour les siècles des siècles…
C'est comme le déminage des mines de la Grande guerre que l'on continue à trouver et à pétarder de nos jours.
 
Et pour l'intitulé de "IROISE, ex-TCHERNOMORE - Remorqueur - Union française maritime" ; Ainsi soit-il !
 
Cordialement.
 
L'ignare de service.
 
Un ajout : Le remorqueur Iroise, en tant que tel, n'est pas éligible à un sujet du forum, puisqu'il n'a été acquis qu'en 1924 et a quitté le pavillon français en 1936. Il faudrait peut-être envisager de le supprimer, l'argument qu'il existait, sous divers pavillons, durant la Grande guerre, n'est probablement pas recevable. Me trompais-je ?


Message édité par Memgam le 06-12-2013 à 21:30:15
n°38746
kgvm
Posté le 06-12-2013 à 22:53:37  profilanswer
 

" Quant aux règles d’écriture d’une dénomination sociale susceptible de faire l’objet d’un acronyme, il est de principe, en typographie française, de n’employer la majuscule que pour le premier des termes qui la compose, hormis, bien évidemment, l’hypothèse d’un nom propre présent dans la suite de cette dénomination."
Est-ce une règle nouvelle? En feuilletant les annexes de l'Annuaire de la Marine Marchande 1953 tous les noms d'armateurs sont écrits avec majuscules (avec exception de de, des, et, la etc.), par example "Cie. des Messageries Maritimes", "Union Industrielle et Maritime", "Cie. des Bateaux à Vapeur du Nord" ...

n°38752
Memgam
Posté le 07-12-2013 à 18:46:07  profilanswer
 

Bonjour,  
 
 
Dans les ouvrages de Robert Gruss, Flotte Marchande Française 1950-1951 et Flotte Marchande Française 1953, publiés par la Société d'Editions Geographiques, Maritimes et Coloniale, Ancienne Maison Challamel, 17, rue Jacob, Paris VI; aussi bien dans l'index des armateurs que pour chaque navire, la typographie des noms d'armateurs se fait avec les initiales : Cie de Navigation Fruitière, Union des Remorqueurs de l'Océan, Cie de Navigation Sud-Atlantique, Cie Générale Transatlantique,  et caetera. Dans l'équivalent récent de cette publication, la question est résolue autrement dans le répertoire des armateurs, puisque la totalité du nom est écrit en majuscules (Jean-François Durand & Gérard Cornier, Navires de commerce français, Marines Editions, 2011), pour autant dans la liste des mouvements de navires, l'armement est écrit avec les initiales en majuscules : Brittany Ferries, Sea Tankers, France Telecom, Maersk Tankers...
 
Cordialement.

n°38753
Memgam
Posté le 07-12-2013 à 20:45:32  profilanswer
 

Bonjour,  
 
Pour apporter de l'eau au moulin de Rutilius :
 
"8. Le pont d'un paquebot de la Compagnie générale transatlantique. Copyright Roger-Viollet…51."
 
Cette légende est extraite de l'ouvrage de Philippe Masson, Marines et Océans, Ressources, échanges, stratégie, Imprimerie nationale - Paris 1982.
 
Comme on peut penser que l'Imprimerie nationale respecte scrupuleusement la typographie en vigueur, on trouve ainsi un exemple de la règle mise en exergue par Rutilius.
 
Nota Bene : Dans le cas des armateurs étrangers : "Brochure publicitaire de la White Star Line", la règle des majuscules à tous les mots est appliquée.
 
On notera que dans l'index des noms de navires de cet ouvrage :
 
Les noms des des bâtiments de guerre sont composés en italique ;
Les noms des voiliers sont en PETITES CAPITALES ;  
Les noms des autres navires sont en romain.
 
Qu'on se le dise !
 
Cordialement


Message édité par Memgam le 07-12-2013 à 22:11:37
n°38758
Memgam
Posté le 07-12-2013 à 22:45:03  profilanswer
 

Bonjour,
 
Voici un cliché  où l'on voit Tchernomore, vue d'arrière, en mars 1915, lors du sauvetage du croiseur turc Medjidieh (cf ci-dessus, message du 26 décembre 2009), similaire à cellede 1937 présentée par Dido.
 
Cordialement.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser%20409.jpg

n°38761
Memgam
Posté le 08-12-2013 à 08:19:18  profilanswer
 

Bonjour,
 
Démonstration de lutte anti-incendie dans le port de Brest en 1925.
 
Curieusement, sous pavillon de l'UFM, Iroise n'utilisera sa capacité incendie qu'en 1926 : cargo hollandais Boeton le 18 février, cargo italien Sorrento le 3 avril et cargo italien Livorno le 22 septembre et enfin le cargo anglais Torpoint le 31 octobre.
 
Source : La Dépêche de Brest.
Roger Lafon, A l'appel des S.O.S. JMM, 1927.
 
Cordialement.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser%20410.jpg

n°38763
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 08-12-2013 à 10:31:34  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
 
   La règle d’écriture en langue française des dénominations sociales susceptibles de faire l’objet d’un acronyme que j’ai précédemment évoquée a toujours été et demeure appliquée par le Journal officiel, autre gardien sourcilleux des règles typographiques. Trois exemples empruntés à trois époques différentes, et concernant des sociétés d’armement :
 
   Journal officiel – Débats parlementaires – Chambre des députés –, n° 27, 2e séance du 8 mars 1929, p. 869 [Question orale d’un député sur la perte corps et biens du chalutier Le Pacifique et sur les mesures à prendre pour assurer la sécurité de la navigation à Terre-Neuve] et p. 871.
 
 
                                       http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/J.O.%20Débats%20Ch.%20dép.%208-III-1929..PNG1..png
 
 
   Journal officiel du 25 août 1975, p.8.921.
 
 
                             http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/J.O.%2025%20août%201975..PNG1..png  
 
 
   Journal officiel du 21 juillet 2011, texte n° 38.
 
 
            http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/D.%2019%20juill.%202011..png
 
             


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°38764
Memgam
Posté le 08-12-2013 à 10:42:25  profilanswer
 

Bonjour,  
 
Il semble bien, sur ce coup-là, que la messe soit dite.
 
Cependant, pour l'exhausivité de la question, plus intéressante que le sexe des anges, il convient que notre brillantissime linguiste Rutilius exhume la date d'établissement de cette règle qui a donné libre cours à ce flot de messages.
 
Cordialement.

n°38812
Dido
Posté le 11-12-2013 à 07:21:56  profilanswer
 

kgvm a écrit :

"Eridano", radié 01.03.1937 - peut-être après ce sauvetage??


Je crois que elle etait radie quant les efforts par les Italiens etait abandonees.
ERIDANO ete remorquer par IRENE VERNICOU a Piree mais je ne sais pas la suite.

n°42843
Memgam
Posté le 06-08-2015 à 17:10:48  profilanswer
 

Bonjour,  
 
Pendant sa deuxième période allemande (1941-1944), l'ex Tchernomore a subi quelques modifications de sa passerelle.  
Les deux cagnards des ailerons ont été supprimés et une passerelle fermée a remplacé la passerelle découverte d'origine.
Une photo à couple du Norburg qu'il assiste dans le port d'Heraklion en Crète témoigne de ce changement (cf le site Historisches Marine Archiv).
Il est d'ailleurs curieux de voir la svatiska du Norburg se profiler sur l'ex Atrato qui a transporté des centaines de migrants juifs en 1938-1939.
 
Cordialement
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser1102.pnghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser236.pnghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser333.png


Message édité par Memgam le 07-08-2015 à 17:04:28
 Page :   1  2
Page Précédente

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  IROISE, ex-TCHERNOMORE — Remorqueur — Union française maritime