1 utilisateur anonyme et 26 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

TORPILLEUR 331

n°1894
Ar Brav
Posté le 11-12-2007 à 06:45:39  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
TORPILLEUR 331 Torpilleur numéroté type 295 (1908 – 1915)
 
Chantier :
 
Forges & Chantiers de la Gironde, Bordeaux
Commencé : 1904
Mis à flot : 09.1906
En service : 01.1908
Retiré : 13.06.1915
Caractéristiques : 101 t ; 2 000 cv ; 40,2 x 4,4 x 2,6 m
Armement : III T. + II de 37
Symbole de coque : 331.
 
Observations :
 
Essais à Rochefort
1908 – 1912 : Rochefort
1913 - 1915 : Cherbourg
13.06.1915 : coulé devant Barfleur suite à un abordage avec le vapeur anglais ARLEIA.
 
Cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°6798
GENEAMAR
Posté le 11-07-2008 à 11:01:10  profilanswer
 

http://www.yelims.com/IPB/Smiley-IPB-217.gif     M.P.F.
 
Hors Officiers... Marins décédés lors de l'abordage avec le vapeur anglais "ARLEIA" le 13 juin 1915 devant BARFLEUR.
 
- ETCHENOU Joseph, né le 11 novembre 1896 à ROQUIAGUE (Pyrénées-Atlantiques), Matelot Torpilleur.
- LEFEBVRE Joseph Marie, né le 9 janvier 1875 à La BOUILLIE (Côtes d'Armor), Matelot Canonnier.
- LEGENDRE Victor Anicet, né le 8 juin 1892 à BAYEUX (Calvados), Quartier-Maître Timonier.
- LE RUDULIER Paul Eugène, né le 18 mai 1895 à Le VALLE, GUERNESEY, Quartier-Maître Torpilleur.


Message édité par GENEAMAR le 30-08-2008 à 14:48:13

---------------
Cordialement. Malou
n°19269
dbu55
Posté le 07-08-2009 à 17:56:58  profilanswer
 

Bonjour à toutes et à tous,
 
D'autres marins du Torpilleur 331 morts pour la France :
 
CHACUN Arthur Célestin Edmond né le 23/10/1891 à Les Magnils-Reignier (Vendée), Matelot de 2ème Classe Mécanicien - Décédé le 14/06/1915 (23 Ans) à bord du T 331 - Disparu en mer
 
GEFFROY René Marie né le 03/12/1876 à Plouha (Côtes-d'Armor (Côtes-Du-Nord en 1914)), Maître Patron Pilote - Décédé le 14/06/1915 (38 Ans) à bord du T 331 - Disparu en mer
 
LEGENDRE Victor Anicet né le 08/06/1892 à Bayeux (Calvados), Quartier Maître Timonier - Décédé le 14/06/1915 (22 Ans) à  bord du T 331 - Disparu en mer    
 
SOUDRY Georges Henri né le 01/10/1891 à Le Havre (Seine-Maritime (Seine-Inférieure en 1914)), Matelot de 2ème Classe Sans Spécialité - Décédé le 14/06/1915 (23 Ans) à  bord du T 331 - Disparu en mer
 
Cordialement
Dominique


---------------
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]
n°46434
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 15-04-2017 à 07:20:40  profilanswer
 

.
   Bonjour à tous,
 
                                                                                      L’Ouest-Éclair – éd. de Caen  –, n° 5.784, Jeudi 17 juin 1915, p. 1.
 
 
   « Un torpilleur français coule par abordage. — Six hommes ont péri. — Cherbourg, 16 juin.      
 
   Le Torpilleur 331, commandé par l’enseigne de vaisseau Barberot, a été abordé dans le Nord-Ouest de Barfleur par un vapeur anglais, l’Arleya
[lire : Arleia], qu’il tentait d'arraisonner. A la suite de l’abordage, le Torpilleur 337 tenta de prendre à la remorque le 331 mais ce dernier avait été trop profondément atteint ; la cloison étanche du poste céda et le torpilleur coula.
   L’équipage fut sauvé à l’exception de six hommes qui disparurent malgré leurs appareils de sauvetage.  
   Les victimes sont : Victor Legendre, quartier-maître de manœuvre ; Paul Le Rudulier, quartier-maître torpilleur ; Joseph Etchenou, breveté torpilleur ; Joseph Le Fèvre, canonnier réserviste de Saint-Brieuc ; Arthur Chacun, matelot mécanicien ; Georges Soudry, matelot de pont, de Fécamp.  
   Le Typhon a retrouvé les corps des matelots Lefèvre, Chacun et Soudry.
   Le maître pilote Geffroy, de Paimpol, qui avait été sauvé au moment de l’abordage, mais était resté évanoui, était mourant lors de son débarquement dans l’arsenal.
»


Message édité par Rutilius le 16-04-2017 à 00:01:22

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°46435
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 15-04-2017 à 23:42:57  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
 
   ■ Le dernier commandant du Torpilleur 331.
 
 
                                                                                                              BARBEROT Philippe Auguste
 
 
   Né le 20 janvier 1885 à Paris (XIVe  Arr.) et décédé le 8 novembre 1960 à Hyds (Allier), au lieu-dit « Fontys » (Registre des actes de naissance du XIVe arrondissement de Paris, Année 1885, f° 53, acte n° 310).
 
    Fils de Jules Joseph BARBEROT, né le 11 septembre 1842 à Amance (Haute-Saône) (Registre des actes d’état civil de la commune d’Amance, Année 1842, f° 14, acte n° 43) et décédé le 21 mars 1918 à Paris (XIVe Arr.), employé au Ministère de l’Intérieur (Registre des actes de décès du XIVe arrondissement de Paris, Année 1918, f° 38, acte n° 1.412) ; et de Marie Constance DUPONT, née le 21 juillet 1852 à Doue (Seine-et-Marne) et décédée le 1er mars 1922 à Paris (... Arr.), sans profession. Époux ayant contracté mariage à Paris (XIVe Arr.), le 13 juin 1873 (Registre des actes de mariage du XIVe arrondissement de Paris, Année 1873, f° 41, acte n° 336).
 
    Petit-fils de :
 
   – Laurent BARBEROT et de Jeanne Catherine ALLAMASSEY, son épouse.
 
   – Auguste Honoré DUPONT et de Constance LEROY, son épouse.
 
    Époux de Jeanne Yvonne OLIGNIER, avec laquelle il avait contracté mariage à Hyds, le 15 avril 1914 (Registre des actes de naissance du XIVe arrondissement de Paris, Année 1885, f° 53, acte n° 310 – Mention marginale).
 
 
                                                                                                                        Carrière militaire
 
 
   Déclaré admissible à l’École navale à la suite des épreuves écrites du concours ouvert en 1901 (J.O. 28 juin 1901, p. 3.950). Avait concouru au centre d’examen de Paris.
 
   Admis à l’École navale le 30 septembre 1902 à la suite du concours ouvert la même année, étant classé 17e sur 71 élèves reçus (Déc. min. 18 sept. 1902, p. 6.250).
 
   Par décision ministérielle du 3 août 1904 (J.O. 5 août 1904, p. 4.920), nommé au grade d’aspirant de 2e classe à l’issue des examens de sortie de l’école, étant classé 33e sur 68 élèves.
 
   Par décret du Président de la République en date du 14 août 1905 (J.O. 17 août 1905, p. 5.018), promu au grade d’aspirant de 1re classe à compter du 5 octobre 1905, étant classé 28e sur 66 promus. Affecté au port de Brest (J.O. 20 août 1905, p. 5.078).  
 
   Destiné à l’Escadre de Méditerranée à compter du 5 octobre 1905 (J.O. 20 août 1905, p. 5.077). Embarque alors sur le cuirassé Suffren.
 
   En Mars 1906, désigné pour embarquer sur le croiseur de 3e classe D’Estrées, dans la Division navale de l’Atlantique (J.O. 6 mars 1906, p. 1.487). En débarque le 12 octobre 1907.
 
   Par décret du 5 octobre 1907 (J.O. 7 oct. 1907, p. 7.013), promu au grade d’enseigne de vaisseau à compter du même jour, étant classé 27e sur 65 promus.
 
   En Mars 1908, désigné pour embarquer sur le contre-torpilleur Bombarde, dans l’Escadre du Nord (J.O. 5 mars 1908, p. 1.624).
 
   En Avril 1908, autorisé à embarquer sur le contre-torpilleur Coutelas, par voie de permutation avec un autre enseigne de vaisseau (J.O. 26 avr. 1908, p. 2.972).
 
   En Juillet 1908, désigné pour embarquer sur l’aviso-transport Vaucluse, affecté à une mission hydrographique à Madagascar (J.O. 20 juill. 1910, p. 6.338 – Liste de destinations) ; a rejoint ce bâtiment à Djibouti par le paquebot parti de Marseille le 10 septembre 1910 (J.O. 29 juill. 1910, p. 6.521).
 
   A la date du 5 février 1912, embarqué sur le cuirassé Gaulois.
 
   Au 1er janvier 1914, embarqué sur le contre-torpilleur Fantassin, dans la 3e Escadrille de la 1re Armée navale.
   
   Par décret du 2 mars 1914 (J.O. 4 mars 1914, p. 1.970), nommé au commandement du Torpilleur 331, à Cherbourg.  
 
   Par décret du 15 septembre 1916 (J.O. 18 sept. 1916, p. 8.234), promu au grade de lieutenant de vaisseau (2e tour ; ancienneté).
 
   Par arrêté du Ministre de la Marine en date du 24 janvier 1919 (J.O. 25 janv. 1919, p. 993 et 994), inscrit au tableau spécial de la Légion d’honneur pour le grade de chevalier.
 
   Par décret du 29 décembre 1920 (J.O. 1er janvier 1921, p. 159), nommé au commandement du sous-marin Aréthuse.
 
   Par décret du 10 septembre 1922 (J.O. 13 sept. 1922, p. 9.318), promu au grade de capitaine de corvette (2e tour ; au choix).
 
   En Février 1924 (J.O. 2 févr. 1924, p. 1.180), lui est conféré le certificat d’aptitude à la navigation sous-marine, institué par l’arrêté ministériel du 6 avril 1923 réglant l’organisation et le fonctionnement de l’École de navigation sous-marine et de la Commission d’étude pratiques des sous-marins (J.O. 10 avr. 1923, p. 3.596), tel que modifié par l’arrêté du 3 décembre 1923 (J.O. 4 déc. 1923, p. 11.306).
 
   Rattaché au port de Toulon à compter du 1er janvier 1925 (J.O. 5 févr. 1925, p. 1.418).
 
   Par décret du 11 février 1926 (J.O. 11 févr. 1926, p. 1.918), promu au grade de capitaine de frégate.
 
   En Septembre 1927, destiné à la 5e Escadrille de sous-marins, à Toulon (J.O 29 sept. 1927, p. 10.164 – Liste de destinations). Commandement pris le 10 novembre 1927, après avoir été placé en stage le 10 octobre 1927 (Ibid.).
 
   Par décret du Président de la République en date du 14 janvier 1928 (J.O. 15 janv. 1928, p. 600 et 601), promu au grade d’officier dans l’Ordre de la Légion d’honneur dans les termes suivants :  
 
   « Barberot (Philippe-Auguste), capitaine de frégate ; 25 ans 3 mois de services, dont 12 ans 6 mois à la mer ; 6 campagnes de guerre, dont 2 ans 11 mois au front. Chevalier du 24 janvier 1919. »
 
   Par décret du 15 juin 1929 (J.O. 17 juin 1929, p. 6.689), nommé au commandement de la 7e Escadrille de sous-marins.  
 
   En 1931, auditeur au Centre des hautes études navales. En conséquence, par décision ministérielle du 6 août 1931, reconnu apte aux fonctions de chef d’état-major (J.O. 8 août 1931, p. 8.640).
 
   Par décret du 7 octobre 1932 (J.O. 9 oct. 1932, p. 10.907), promu au grade de capitaine de vaisseau à compter du 15 octobre 1932.
 
   Par décret du 15 juillet 1933 (J.O. 17 juill. 1933, p. 7.513), nommé au commandement du croiseur de 1re classe Tourville. Commandement pris le 21 septembre 1933.
 
   Début Décembre 1935, désigné pour suivre les travaux d’achèvement du croiseur de 2e classe Marseillaise, en construction à Saint-Nazaire (J.O. 5 déc. 1935, p. 12.802). Fonctions prises le 16 décembre 1935 (Ibid.).
 
   Par décret du 3 mai 1936 (J.O. 4 mai 1936, p. 4.645), nommé au commandement de ce bâtiment.    
 
   En Septembre 1937, désigné comme commandant du Front de mer de Toulon (J.O. 12 sept. 1938, p. 13.380). Fonctions prises le 15 janvier 1938, après avoir été placé en stage le 10 janvier 1938 (Ibid.).
 
   Placé dans la 2e Section à compter du 2 août 1940 (J.O. 31 août 1940, p. 4.861).


Message édité par Rutilius le 15-04-2017 à 23:58:04

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Aller à :
Ajouter une réponse