FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  FANFARE - Contre-torpilleur

 

Il y a 69 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

FANFARE - Contre-torpilleur

n°4607
Ar Brav
Posté le 18-04-2008 à 19:38:12  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
 
FANFARE Contre-torpilleur de 300 t type Branlebas (1908-1925)
 
Chantier :
 
Chantiers Augustin Normand, Le Havre  
Commencé : 11.1905
Mis à flot : 19.12.1907
Terminé : 1908
En service : 09.1908
Retiré : 28.04.1925  
Caractéristiques :  344 t ; 6 800 cv ; 58 x 6,6 x 2,4 m ; 2 machines alternatives ; 2 chaudières ; 2 hélices ; 27 nds ; 75 h.
Symbole de coque : II (12.1909-04.1910) FA (1911) FF (06.1912)
Armement : I de 65 + VI de 47 +  II TLT de 450.
 
Observations :  
 
Essais à Cherbourg
10.1908 : escadre de la Méditerranée
07.1910 : affecté à la 2ème escadrille, Toulon
06.1912-1918 : 5ème escadrille de contre-torpilleurs de la IIème flottille, même position dans la composition de l’Armée navale au 15.04.1916
02.1915 : envoyé aux Dardanelles pour la surveillance et le blocus du détroit (LV Bonnin), Forces Navales Françaises aux Dardanelles
01.07.1918 : à cette date, 5ème escadrille de la division des patrouilles d’Algérie de l’Armée navale (CV Le Bail, Cdt de division)
1919-1924 : Algérie-Tunisie
08.08.1925 : Bizerte
1925 : démoli à Bizerte.
 
Cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 01-05-2008 à 17:05:20

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°4618
Terraillon​ Marc
Posté le 19-04-2008 à 08:43:56  profilanswer
 

Bonjour
 
Voici une vue du contre torpilleur FANFARE :
 
http://perso.orange.fr/MT06/Fanfare_xxx_1a.jpg
 
 
A bientot  :hello:


Message édité par Terraillon Marc le 19-04-2008 à 08:44:23

---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°7203
Ar Brav
Posté le 23-07-2008 à 23:59:19  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
 
Voir également ce sujet :
 
http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] _1.htm#bas
 
Cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°7259
GENEAMAR
Posté le 25-07-2008 à 08:42:09  profilanswer
 

[:alain dubois:8] Pour la petite histoire...
 
Au 1er janvier 1911, 2ème Escadre (Vice-Amiral Marie AUBERT, Commandant en chef l'Escadre).  
Commandant (du 26 novembre 1909) : Marie LAVENIR, Capitaine de frégate Commandant une escadrille de la 2ème Escadre.
Second : Léopold De LESQUEN du PLESSIS-CASSO, Lieutenant de vaisseau.
Enseigne de vaisseau : Eugène PITON.
Mécanicien principal de 2ème classe : Joseph CAMOIN.
 
 [:patrice pruniaux1:6]


Message édité par GENEAMAR le 25-07-2008 à 08:42:24

---------------
Cordialement. Malou
n°7897
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 08-08-2008 à 17:48:50  profilanswer
 


   Bonsoir à tous,
 
   Début mars 1917, le lieutenant de vaisseau GENSOUL prend le commandement de la Fanfare (Ouest Eclair, n° 6335, 6 mars 1917, p. 4).
 
   Bonne soirée,
 
   Daniel.

n°7904
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 08-08-2008 à 21:05:45  profilanswer
 

Bonsoir Daniel, bonsoir à tous
Ce LV Gensoul est-il le même que l'Amiral du même nom lors de la tragique affaire de Mers el Kebir ?
Cdlt
Yves


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°7909
GENEAMAR
Posté le 09-08-2008 à 07:53:20  profilanswer
 

Bonjour Yves, Bonjour à tous...
 
  ... Il s'agit bien du futur Amiral Marcel Bruno GENSOUL... Je viens de transcrire une petite bio en page 13 OFFICIER PARMI TANT D'AUTRES... et pour la période qui nous intéresse...  
 
http://images.mesdiscussions.net/pages1418/mesimages/3261/O%20GENSOUL%20Marcel.jpg1..jpg
 
 
 :hello: Malou
 


---------------
Cordialement. Malou
n°10047
olivier 12
Posté le 30-10-2008 à 09:53:25  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
28 Mai 1915 : le torpilleur FANFARE ramène à Moudros les marins survivants du cuirassé anglais MAJESTIC torpillé la veille par l'U 21 du KL Otto Hersing.
 
http://img368.imageshack.us/img368/5055/fanfaremoudrosez1.jpg
 
Cdlt
 
Olivier

Message cité 1 fois
Message édité par olivier 12 le 30-10-2008 à 09:54:15

---------------
olivier
n°11594
GENEAMAR
Posté le 26-12-2008 à 06:42:13  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
BONNIN Constant Charles René  
 
Né le 11 avril 1871 à ANGERS (Maine-et-Loire) - Décédé le 28 avril 1961.  
Entre dans la Marine en 1889, Aspirant le 5 octobre 1892, Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1894; port LORIENT. Au 1er janvier 1897, Second sur l'aviso "HÉRON", Station locale du SÉNÉGAL (Cdt Joseph GIRAUD). Officier breveté Fusilier. Au 1er janvier 1899, sur le cuirassé "COURBET", Escadre du Nord (Cdt Léon BARNAUD). Officier breveté Torpilleur. Au 1er janvier 1901, sur le cuirassé "GAULOIS", Escadre de Méditerranée (Cdt Félix SALAÜN de KERTANGUY). Au 1er janvier 1902, port LORIENT. Lieutenant de vaisseau le 1er avril 1902. Au 1er janvier 1903, sur le cuirassé "MASSÉNA", Escadre du Nord (Cdt Louis LORMIER). Le 25 septembre 1909, Commandant un torpilleur armé, Station des torpilleurs d'ORAN. Idem au 1er janvier 1911. De juin 1914 à juillet 1915, Commandant le contre-torpilleur "FANFARE". Il participe aux opérations des Dardanelles et est cité à l'ordre de l'Armée navale : " Commandant la FANFARE. A fait preuve de la plus grande initiative et de remarquables qualités militaires en dirigeant, sous le feu de l'ennemi son bâtiment de façon à soutenir efficacement les troupes engagées à terre.". Capitaine de frégate le 14 juillet 1916. Au 1er janvier 1917, port TOULON.
 


---------------
Cordialement. Malou
n°11595
GENEAMAR
Posté le 26-12-2008 à 06:45:38  profilanswer
 

Bonjour à tous...
 
De LIGNY Paul Joseph Raymond  
 
Né le 6 mars 1875 à MARSEILLE (Bouches-du-Rhône) - Décédé le 31 janvier 1955 à OLLIOULES (Var).  
Entre dans la Marine en 1893, Aspirant le 5 octobre 1896; port TOULON. Au 1er janvier 1897, sur le croiseur "ALGER", Division navale d'Extrême-Orient (Cdt Hippolyte BOUTET). Enseigne de vaisseau le 1er octobre 1898. Au 1er janvier 1899, sur le cuirassé "BAYARD", Escadre d'Extrême-Orient (Cdt Pierre MEUNIER dit JOANNET). Au 1er janvier 1901, Officier-Élève à l'École des Officiers torpilleurs à TOULON. Officier breveté Torpilleur. Aux 1er janvier 1902, 1903, Second sur le contre-torpilleur "PIQUE", Escadre de Méditerranée (Cdt Georges ANDRÉ). Lieutenant de vaisseau le 2 août 1906. Au 1er janvier 1911, Officier en instruction sur le croiseur cuirassé "POTHUAU", École d'application de tir à la mer. Officier breveté Canonnier. Officier breveté de l'École Supérieure de la Marine, promotion 1914. D'octobre 1915 à mars 1917, Commandant le contre-torpilleur "FANFARE". --- Contre-Amiral le 12 août 1930.


---------------
Cordialement. Malou
n°11596
GENEAMAR
Posté le 26-12-2008 à 06:51:38  profilanswer
 

Bonjour à tous ...
 
GENSOUL Marcel Bruno  
 
Né le 12 octobre 1880 à MONTPELLIER - Décédé le 30 décembre 1973 à PARIS (Seine).  
Entre dans la Marine en en 1898, Aspirant le 5 octobre 1901; port TOULON. il embarque sur le croiseur "CHASSELOUP-LAUBAT", Division navale des Mers de CHINE (Cdt Antoine D'ESPINAY SAINT-LUC), puis sur le cuirassé "REDOUTABLE". Au 1er janvier 1903, sur la canonnière "SURPRISE", Escadre d'Extrême-Orient (Cdt Robert THOMAS). Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1903. Officier breveté Fusilier en 1904. Il passe sur le "JAURÉGUIBERRY", Escadre du Nord puis, sur le "SAINT-LOUIS" en Méditerranée. En 1906, Second du sous-marin "ALGÉRIEN". En 1907, sur le cuirassé "CARNOT" en Méditerranée. Officier breveté Torpilleur en 1908, il est sur le "GALILÉE" Escadre de Méditerranée. En 1909-1911, il est instructeur des torpilleurs sur le cuirassé "MARCEAU", École des apprentis torpilleurs et des timoniers (Cdt René Le NEPVOU de CARFORT). Lieutenant de vaisseau le 9 janvier 1911. Officier instructeur sur le "D'ENTRECASTEAUX", Division des écoles de Méditerranée, il crée le cours de brevet supérieur des électriciens. En 1913, il est Chef du service torpilles-électricité sur le cuirassé "RÉPUBLIQUE" en Armée navale, et participe aux opérations en Méditerranée. En mars 1917, il commande le "FANFARE", Division navale d'Orient et opère sur les côtes de SYRIE. ----  
Par la suite, Capitaine de corvette en juin 1919, Aide de camp de l'amiral commandant la Division d'instruction en Méditerranée sur le "PATRIE". Capitaine de frégate en janvier 1922. Capitaine de vaisseau en juillet 1927. Contre-Amiral en octobre 1932. Vice-Amiral en février 1937... (voir les nombreux sites consacrés à ce marin et à l'Affaire de MERS-EL-KÉBIR)... Amiral en juillet 1940, Inspecteur général des forces maritimes et Chef du Service central des oeuvres de la Marine, il quitte le service actif en octobre 1942.  
 
 


---------------
Cordialement. Malou
n°12137
olivier 12
Posté le 10-01-2009 à 21:13:16  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Une autre vue du torpilleur FANFARE
 
http://img261.imageshack.us/img261/9964/fanfare1fe6.jpg
 
Cdlt


---------------
olivier
n°12150
dbu55
Posté le 11-01-2009 à 12:45:18  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
un marin du FANFARE décédé lors de la perte du BALKAN
 
VIACARA Laurent Pascal né le 05/01/1896 à Bastia (Haute-Corse), Matelot de 2ème Classe Canonnier Breveté, décédé le 16/08/1918 (22 Ans) à bord du vapeur BALKAN (Au large de Calvi - Corse) - Disparu en mer - Passager sur le BALKAN
 
cordialement
Dominique


---------------
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]
n°27187
GENEAMAR
Posté le 20-08-2010 à 16:25:11  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
AMANRICH Jean
 
Né le 11 juin 1893 à PERPIGNAN (Pyrénées-Orientales) - Décédé le 10 février 1963 à SAINT-CLOUD (Hautes-de-Seine).
Entre dans la Marine en 1911, Enseigne de vaisseau de 2ème classe le 5 octobre 1914; port TOULON. Embarqué sur le torpilleur "FANFARE", il sera blessé le 23 décembre 1914 et cité à l'ordre de l'Armée navale : "Blessé. Du torpilleur d'escadre FANFARE, pour leur énergie, leur décision et leur sang-froid lorsque, se trouvant dans une baleinière envoyée en reconnaissance, cette embarcation a été attaquée et couverte par le feu de l'ennemi (23 décembre 1914).". Croix de Guerre, proposé pour la croix de Chevalier de la Légion d'Honneur : "A dirigé avec le plus grand sang-froid son embarcation lorsqu’elle a été assaillie presque à bout portant par une fusillade violente. A réussi à maintenir l’ordre lorsque trois hommes sont tombés sous les balles et a sauvé son embarcation par son sang-froid et sa présence d’esprit.". Il passe ensuite sur le "RICHELIEU" puis le "MOUSQUETON". Enseigne de vaisseau de 1ère classe le 26 avril 1916. En 1917, il servira à terre à la Direction des mouvements du port de BREST, ce jusqu'à la fin des hostilités. Chevalier de la Légion d'Honneur. Lieutenant de vaisseau le 21 octobre 1919. Il entre à l'École d'aviation à ISTRES. En 1920, il est affecté au C.A.M. de BERRE puis de SAINT-RAPHAËL. --- Futur Vice-Amiral  
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3261/Amanrich,%20Jean.jpg
 [:geneamar:8]


Message édité par GENEAMAR le 20-08-2010 à 16:25:54

---------------
Cordialement. Malou
n°31956
annig
Posté le 10-08-2011 à 21:21:38  profilanswer
 

Bonsoir où se trouve le rôle de l'équipage du Fanfare avant son opération aux Dardanelles ? Merci

n°31957
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 10-08-2011 à 22:36:37  profilanswer
 

Avez-vous pensé à regarder là ? Il y a pas mal de pistes de départ.
http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] _930_1.htm


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°31959
annig
Posté le 11-08-2011 à 09:40:05  profilanswer
 

quelqu'un a t'il une photo de charles constance Bonnin

n°31960
annig
Posté le 11-08-2011 à 09:42:29  profilanswer
 

Peut-on trouver à Lorient des renseignements sur le Fanfare ou est-ce à Toulon ?

n°32213
Goganes
Posté le 14-09-2011 à 08:52:34  profilanswer
 

Bonjour,
 
C'est à Toulon que se trouvent les archives concernant le "Fanfare" sur lequel embarqua mon grand-père Maurice Chabiron de 1918 à 1920. Je les ai moi-même compulsées. Il a écrit quelques souvenirs que j'ai recueillis. J'ai écrit un ouvrage sur ce Saumurois devenu marin ainsi que sur les mouvements, équipages du contre-torpilleur Fanfare durant cette période. Les autres renseignements sur son passage dans la marine se trouvent à Brest. Les archives de Lorient ont été en grande partie détruites dans les bombardements de la ville pendant la 2ème Guerre Mondiale.
ch.percereau@laposte.net


---------------
Christian
n°43158
annig
Posté le 17-10-2015 à 16:34:05  profilanswer
 

Goganes a écrit :

Bonjour,
 
C'est à Toulon que se trouvent les archives concernant le "Fanfare" sur lequel embarqua mon grand-père Maurice Chabiron de 1918 à 1920. Je les ai moi-même compulsées. Il a écrit quelques souvenirs que j'ai recueillis. J'ai écrit un ouvrage sur ce Saumurois devenu marin ainsi que sur les mouvements, équipages du contre-torpilleur Fanfare durant cette période. Les autres renseignements sur son passage dans la marine se trouvent à Brest. Les archives de Lorient ont été en grande partie détruites dans les bombardements de la ville pendant la 2ème Guerre Mondiale.
ch.percereau@laposte.net


 
Bonjour avez vous la référence des archives ( côte ) à Toulon. Le dossier parle-t-il de la période avant 1918 Merci. Mon grand père était sur ce navire aux Dardanelles.

n°47733
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 06-12-2017 à 14:01:42  profilanswer
 

.
   Bonjour à tous,
 
 
     Fanfare (ex-M. 54). — « Contre-torpilleur » (1907) puis « torpilleur d’escadre » (1908). Déplacement : 328,1 t. ; longueur, 58 m ; largeur à la flottaison, 6,28 m ; tirant d’eau A.R. maximum, 2,96 m ; puissance, 6.800 cv.
 
   Date du marché et de actes additionnels : 8 novembre 1905 ; date de livraison d’après le marché : 31 décembre 1907 (Cf. J.O. 31 janv. 1907, p. 852). Date de livraison effective : ...
 
   Ingénieur chargé de la surveillance de la coque, des chaudières et des machines : Henri Léon RENAULT (X. 1891) (Ibid.).
 
   Constructeur : Société en nom collectif Augustin Normand et Cie [Siège social : 67, rue du Perrey, Le Havre].
 
 
 
                                                                                                    Fanfare — Torpilleur d’escadre (1908~1925)
 
 
                                              http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/FANFAREV.1..jpg
 
 
   Le torpilleur d’escadre Fanfare fut administrativement considéré comme bâtiment armé en guerre :
 
     – du 2 août 1914 au 24 juillet 1915 ;
     – du 7 novembre 1915 au 8 octobre 1916 ;
     – du 3 février 1917 au 8 octobre 1918 ;
     – du 20 février au 30 juillet 1919 ;  
     – du 6 au 24 octobre 1919.  
 
   [Circulaire du 25 avril 1922 établissant la Liste des bâtiments et formations ayant acquis, du 3 août 1914 au 24 octobre 1919, le bénéfice du double en sus de la durée du service effectif (Loi du 16 avril 1920, art. 10, 12, 13.), §. A. Bâtiments de guerre et de commerce. : Bull. off. Marine 1922, n° 14, p. 720 et 741.].
 
   Il fut ensuite considéré comme bâtiment armé militairement du 24 octobre 1919 au 10 avril 1920 (Arrêté du 13 juillet 1923 donnant Liste des bâtiments et formations ayant acquis des bénéfices de campagne du 24 octobre 1919 au 1er janvier 1923 : Bull. off. Marine 1923, n° 23, p. 78 et 81.).  
 
   Du 17 mars au 21 juillet 1919, puis du 19 octobre 1919 au 12 mars 1920, il prit part aux opérations de Syrie~Cilicie (Instruction du 28 novembre 1922 relative à l’application à la Marine de la Loi instituant la médaille commémorative de Syrie~Cilicie : Bull. off. Marine 1922, n° 35, p. 695 et 700.).


Message édité par Rutilius le 07-12-2017 à 20:14:59

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°47735
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 06-12-2017 à 14:12:52  profilanswer
 

.
   Bonjour à tous,
 
 
                                                                                        Commandants successifs du torpilleur d’escadre Fanfare
 
 
 
   — CHOUPAUT Émile Auguste Marie, lieutenant de vaisseau, du port de Brest. Nommé à ce commandement par une décision présidentielle du 17 janvier 1908 (J.O. 19 janv. 1908, p. 472). Commandement pris à Cherbourg. Escadre de la Méditerranée.
 
 
   — GERVAIS Benjamin Joseph Marie, lieutenant de vaisseau, du port de Toulon. Nommé à ce commandement par une décision présidentielle du 22 juillet 1909 (J.O. 24 juill. 1909, p. 7.962). Escadre de la Méditerranée.
 
 
   — FATOU Louis Ernest, capitaine de frégate, du port de Toulon. Nommé à ce commandement, ainsi qu’à celui d’une escadrille de torpilleurs de la 2e Escadre, par une décision présidentielle du 5 mai 1911 (J.O. 7 mai 1911, p. 3.620). Commandement pris le 26 mai 1911 (J.O. 9 mai 1911, p. 3.671).
 
 
   — AMIOT Antoine Camille, capitaine de frégate, du port de Cherbourg. Nommé à ce commandement, ainsi qu’à celui des Torpilleurs d’Oran, par une décision présidentielle du 21 octobre 1911 (J.O. 24 oct. 1911, p. 8.492).  
 
 
   — THOMAS de CLOSMADEUC Félix Julien Marie, capitaine de frégate, du port de Toulon. Nommé à ce commandement, ainsi qu’à celui des Torpilleurs d’Oran, par une décision présidentielle du 6 janvier 1912 (J.O. 8 févr. 1912, p. 1.273). Commandement pris le 1er avril 1912 (J.O. 9 févr. 1912, p. 1.294).
 
   Puis nommé au même commandement, ainsi qu’à celui de la 5e Escadrille de contre-torpilleurs de la 1re Armée navale, par une décision présidentielle du 19 avril 1912 (J.O. 21 avr. 1912, p. 3.901).
 
 
   — CASTELNAU  Gustave Alfred William, lieutenant de vaisseau, du port de Toulon. Nommé à ce commandement, ainsi qu’à celui de la 5e Escadrille de torpilleurs d’escadre de la 1re Armée navale, par une décision présidentielle du 2 avril 1913 (J.O. 4 avr. 1913, p. 3.019). Commandement pris le 1er mai 1913 (Ibid.).
 
 
   — BONNIN Constant Charles René, lieutenant de vaisseau, du port de Lorient. Nommé à ce commandement par un décret du 2 septembre 1913 (J.O. 4 sept. 1913, p. 7.924).  
 
                                                                       The Edinburgh Gazette, Issue n° 12887, Tuesday, Dec. 28, 1915, p. 1943 ~ 1944.
 
    « ADMIRALTY, S.W., December 23, 1915.
 
   The KING has been graciously pleased to confer the undermentioned rewards on Officers and Men of the French Navy, with the approval of the President of the Republic, in recognition of their bravery and distinguished service in the Campaign :
[...] Awarded the Distinguished Service Cross. : [...]
 
   Le lieutenant de vaisseau Constant Charles René Bonnin, commandant la Fanfare. [...]. »  
 
 
   — De LIGNY Paul Joseph Raymond, lieutenant de vaisseau, du port de Toulon. Nommé à ce commandement par un décret du 27 août 1915 (J.O. 29 août 1915, p. 6.075).  
 
  Par arrêté du Ministre de la Marine en date du 7 novembre 1920 (J.O. 9 nov. 1920, p. 17.939 et 17.939), inscrit au tableau spécial de la Légion d’honneur pour le grade d’officier dans les termes suivants :
 
   « De Ligny (Paul-Joseph-Raymond), capitaine de frégate : excellent commandant de la Fanfare, officier actif et énergique, ayant rendu les meilleurs services à l’état-major d’une division cuirassée. »
 
 
   — GENSOUL Marcel Bruno, lieutenant de vaisseau, du port de Toulon. Nommé à ce commandement par un décret du 4 mars 1917 (J.O. 6 mars 1917, p. 1.834).
 
 
   — VEN Charles Edmond, lieutenant de vaisseau, du port de Lorient. Nommé à ce commandement par un décret du 27 août 1919 (J.O. 29 août 1919, p. 9.260).
 
 
    ... / ...


Message édité par Rutilius le 09-12-2017 à 08:43:56

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°47740
olivier 12
Posté le 07-12-2017 à 08:39:11  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Quelques CP du torpilleur FANFARE
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/922/zBIcGu.jpg
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/923/elF7A3.jpg
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/924/yi63F5.jpg
 
Cdlt
 


---------------
olivier
n°47755
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 08-12-2017 à 19:50:15  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
 
   Historique (complément). (*)
 
 
   ― 19 décembre 1907 : Lancé au Havre par le chantier de la Société en nom collectif Augustin Normand et Cie.
 
 
                                                 L’Ouest-Éclair – éd. de Rennes –, n° 3.262, Samedi 21 décembre 1907, p. 5, en rubrique « Dépêches maritimes ».
 
                                                                                                       http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/FANFAREL.O.E.21XII1907.jpg
 
   °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
 
   
   ― 23 décembre 1914 : Engagement avec des forces terrestres turques lors d’une tentative de débarquement sur la côte ottomane.
 
 
   Fanfare – alors commandé par le lieutenant de vaisseau Constant Charles René BONNIN –, Journal de navigation  n° - / 1914 – 4 déc. ~ 26 déc. 1914 : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 209, p. num. 200.
 
 
                                                                                                                    « 23 décembre [1914]
 
 
   9 h. 40 ― Fait route pour croisière Ténédos.
 
   10 h. 00 à 10 h. 35 ― Tiré sur une embarcation suspecte à terre (au Sud d’Youkeri). Tir apprécié ; 3 coups par pièce pour 3 pointeurs, plus une salve. Total, 12 coups tirés.  
                                                                           
   11 h. 00 ― Tournée des mines.
 
   12 h. 50 ― Amené la baleinière avec un détachement en armes pour opérer une … sur le rivage au Sud de Youkeri.
 
   13 h. 00 ― La baleinière est attaquée par l’infanterie embusquée à terre. Rappelé la baleinière.
                                     
   Dans la tentative de débarquement :
 
     – Couïnet
[lecture probable], quartier-maître fusilier : éclat de projectile à la face et … ;
 
     – Colson, quartier-maître signaleur : tué d’une balle à la poitrine ;
 
     – L’Hôte, quartier-maître de mousqueterie : blessé au genou ;
 
     – Daniel, fusilier breveté : blessé de 2 balles, visage et omoplate.
 
   13 h. 15 ― Fait route pour le mouillage Sud.
 
   13 h. 35 ― Stoppé près du Gaulois pour remettre les blessés. »

 
 
                                                                                                                             La victime
 
 
   ― COLSON Jean Henri, né le 8 février 1892 à L’Île-sur-Serein (Yonne) et domicilié à Besançon (Doubs), mort le 23 décembre 1914, « tué à l’ennemi », Quartier-maître timonier, Matricule n° 49.080 – 5 (Acte de décès transcrit à Besançon, le 16 nov. 1915).
 
    Fils d’Arthur René Joseph COLSON, né le 20 décembre 1859 à Monéteau (Yonne), receveur de l’enregistrement et des domaines, et de Marie Apolline Jeanne Nathalie LOICHET, née le 9 février 1865 à Besançon (Doubs), sans profession, son épouse (Registre des actes de mariage de la ville de Perpignan, Année 1890, f° 7, acte n° 18. ~ Registre des actes de naissance de la commune de L’Île-sur-Serein, Année 1892, f° 2, acte n° 2.).
 
    Par arrêté du Ministre de la Marine en date du 4 juin 1919 (J.O. 7 juin 1919, p. 5.933 et 5.936), inscrit à titre posthume au tableau spécial de Médaille militaire dans les termes suivants :  
 
   « Colson (Jean), 49040-5, quartier-maître timonier, du torpilleur d’escadre Fanfare : pour son énergie, sa décision et son sang-froid lorsque, se trouvant dans une baleinière envoyée en reconnaissance, cette embarcation a été attaquée et couverte par le feu de l’ennemi (23 décembre 1914). Tué au cours de l’opération. »
 
 
                                                                                                                          Récompenses
 
 
                                                                                                      Journal officiel du 17 février 1915, p. 815.
 
 
                                                                                          http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/FANFAREJ.O.17II1915.jpg
 
 
                                                                                                 
                                                                                                              Citations à l’ordre de l’armée
 
 
                                                                                                     Journal officiel du 10 juillet 1915, p. 4.681.
 
 
                                                                                       http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/FANFARECitations.jpg
 
 
   °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
 
 
   — 27 mai 1915 : Prend à son bord et débarque le lendemain à Moudros 242 marins survivants du naufrage du cuirassé britannique H.M.S. Majestic, torpillé le même jour par le sous-marin allemand U-21 (Kapitänleutnant Otto HERSING). Les remet au transport britannique H.M.T. Saturnia.
 
 
   • Torpilleur d’escadre Fanfare – alors commandé par le lieutenant de vaisseau Constant Charles René BONNIN –, Journal de navigation  n° - / 1915 – 24 mai ~ 16 juin 1915 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 209, p. num. 371 et 372.
 
   
                                                                                                                         « 27 mai 1915
 
   ............................................................................................................................................................................................................................................................
 
                                                                                                                        4 h. 00 à 8 h.00
 
   Patrouille entre Imbros et Gallipoli.
 
   4 h. 00 – Patrouille à l’entrée du détroit près du cap Hellès et tournant autour du convoi.
 
   4 h. 35 – ... dans l’Ouest.
 
   4 h. 40 – Sous-marin ennemi torpille avec succès le cuirassé Majestic. Il coule en 5 minutes.
 
   Le cuirassé Majestic, après avoir été torpillé, a pris aussitôt une forte bande sur bâbord. Au bout de 3 à 4 minutes, il a chaviré puis sombré avec la quille en l’air.
 
   4 h. 45 – Manœuvré pour se porter au secours des naufragés du Majestic. Mis baleinière et youyou à la mer.
 
   4 h. 50 – Recueilli 242 survivants pris sur Poupée
(1) et Gharb (2).
 
   7 h. 50 – Fait route sur Képhali pour remettre les naufragés.
 
   .............................................................................................................................................................................................................................................................
 
                                                                                                                           28 mai 1915
 
   .............................................................................................................................................................................................................................................................
 
                                                                                                                      11 h. 00 à 14 h.00
 
   11 h. 00 – Route sur Moudros.
 
   Longé la ligne de l’escadre française. Mouillé près du Tri..., puis déposé les survivants du Majestic sur le Saturnia
(3). »
 
   ________________________________________________________________________________________________________________________________________________
 
 
   (1) Poupée — Patrouilleur auxiliaire (1915~1919), ex-yacht, alors commandé par le par le premier maître patron pilote Édouard Isaïe PRUD’HOMME. Affecté à la 1re Escadrille de la Flottille de dragueurs des Dardanelles, commandée par le capitaine de frégate Pierre Ferdinand Maxime de COURTOIS de LANGLADE, qui avait son guidon sur ce bâtiment.
 
   (2) Gharb — Navire auxiliaire (1915~1919) – ex-cargo de la Compagnie rouennaise de transports maritimes (H. Prentout-Leblond et E. Leroux), de Rouen –, alors commandé par l’enseigne de vaisseau de 1re classe de réserve Gabriel Étienne Alexandre MALACAMP, capitaine au long-cours nommé à ce grade par un décret du 24 janvier 1912 (J.O. 27 janv. 1912, p. 947).  
 
   (3) H.M.T. Saturnia.
 
   _________________________________________________________________________________________________________________________________________________
 
 
 
                                                                                       http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/H.M.S.MAJESTICNaufrage27mai1915.jpg
 
                                                                                                                Le H.M.S. Majestic sombrant
                 

olivier 12 a écrit :

                      http://img368.imageshack.us/img368/5055/fanfaremoudrosez1.jpg
 
                                          28 mai 1915 : Le torpilleur Fanfare ramène à Moudros les marins survivants du cuirassé anglais Majestic.


   °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
 
 
   ― 24 août 1917 : Recueille 187 naufragés serbes qui étaient embarqués sur le paquebot mixte Parana, torpillé par deux fois le même jour par le sous-marin allemand UC-74 (Kapitänleutnant Wilhelm MARSCHALL), alors qu’il naviguait en convoi avec la Médie et la Pampa. Les autres rescapés le furent par le torpilleur d'escadre français Sape et par le contre-torpilleur anglais Colne.
 
   
   ● Torpilleur d’escadre Fanfare – alors commandé par le lieutenant de vaisseau Marcel Bruno GENSOUL –, Journal de navigation n° 9 / 1917 – 14 août ~ 2 sept. 1917 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 209, p. num. 1152 à 1155.
 
 
                                                                                                                   « Jeudi 23 août 1917.
 
                                                                                                                           Milo ~ Trébouki.
 
                                                                                                                      Quart de 16 h. à 19 h.

 
   17 h. 00 – Appareillé.
 
   17 h. 15 – Franchi le barrage sur l’avant du Pampa, Parana et Médie et Poignard et Sagaie.
 
   17 h. 35 – Signalé au convoi le formation de jour.
 
                                                                                                                   Quart de 19 h. à 23 h.
 
 
   19 h. 10 – Ligne de file Pampa, Parana, Médie, Fanfare à droite, Poignard à gauche.
 
   19 h. 00 – Sagaie prend le poste derrière la Médie.
 
                                                                                                                   Vendredi 24 août 1917.
 
                                                                                                                         De Milo à Salonique.
 
                                                                                                                         Quart de 23 h  à 3 h.

 
   23 h  00 – A tribord du convoi, à hauteur du premier créneau.
 
   1 h. 00 – Le Parana est torpillé dans le canal Doro, à 5 milles au N. 15 W. de Fassa. Venu en grand sur bâbord pour lui porter secours, le bâtiment ne coulant pas. Commencé le sauvetage des hommes à la mer ; mis la baleinière à la mer pour coopérer au sauvetage.
 
   1 h. 15 – A 1 h. 15, le Parana est torpillé une deuxième fois, puis il fait route sur la côte Sud.  
 
                                                                                                                       Quart de 3 h à 7 h.
 
   3 h. 00 – Suivi le Parana qui fait route sur le cap Méruthi.    
 
   3 h. 25 – Le Parana mouille à 100 m de terre par 30 m de fond, à ½ mille au Nord du cap Méruthi
 
   3 h. 40 – Mouillé près du Parana. Manœuvré pour l’accoster mais, avec la forte houle, de Nord, on brise le tampon de choc et déforme l’étrave. Largué les amarres.  
 
   4 h. 20 – Appareillé et mouillé sous le vent du Parana.
 
   4 h. 50 – Installé un va-et-vient et embarqué les passagers par embarcations.
 
   4 h. 55 – Manœuvré pour accoster sous le vent. Violents coups de roulis. La partie tribord de la passerelle se démolit le long du Parana (celui-ci a une gîte de 15° sur bâbord). Largué les amarres et repris l’amarre sur l’arrière du Parana.
 
   5 h. 00 – Le contre-torpilleur anglais
[H.M.S. Colne] rallie le Parana et accoste sous le vent à 5 h. 10 et embarque des passagers.
 
   5 h. 05 – Continué l’embarquement des passagers.
 
   5 h. 50 – Le contre-torpilleur anglais appareille.
 
   6 h. 20 – Sape rallie (sur notre demande) et accoste Parana sous le vent.
 
   6 h. 45 – L’embarquement des passagers est terminé.
 
   6 h. 50 – Sape appareille.
 
                                                                                                                      Quart de 7 h. à 11 h.
 
   7 h. 30 – Largué les aussières avec 187 rescapés serbes
. (1) Fait route sur le cap Fassa pour explorer la côte Est dans le but de retrouver notre baleinière. (2) Aperçu Poignard dans le Sud.
 
   8 h. 30 – Longé vers le Sud la côte Est de Doro en entrant dans toutes les baies entre Fassa et Gavrion mais sans rien voir.
 
   9 h. 30 – Quitté la côte Est ; fait route sur la côte Ouest (Cap Mandili).
 
   10 h. 30 – Aperçu Sape et Sagaie sous l’île Mandili (Hissé les numéros officiels). Contourné l’île Mandili derrière Sape et Sagaie.
 
   10 h. 50 – Mouillé par 37° 56’ et 24° 30’ sous la côte Sud de l’Eubée, 30 mètres, deux maillons. Sape, Sagaie, Dédaigneuse mouillent au même point.  
 
   L. FROSSARD.
» (3)  
 
   ________________________________________________________________________________________________________________________________________________
 
 
   (1) Les 187 rescapés serbes furent débarqués à Trébouki le même jour à 17 h. 30.
 
   (2) Cette baleinière de 7 mètres et l'ensemble de ses apparaux ne furent pas retrouvés. Un procès-verbal de perte figure en conséquence dans le Journal de bord à la date du 23 août 1917 (Cote SS Y 208, p. num. 1083).
 
   (3) Louis Georges Émile FROSSARD, enseigne de vaisseau de 1re classe (D. 30 mai 1917, J.O. 3 juin 1917, p. 4.330) ; officier en second [Navale 1913].  
 
   __________________________________________________________________________________________________________________________________________________
 
   (*) Dernière mise à jour : 27 mai 1915 – Naufrage du cuirassé britannique H.M.S. Majestic.


Message édité par Rutilius le 08-12-2017 à 19:52:20

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°47757
Memgam
Posté le 08-12-2017 à 21:49:03  profilanswer
 

Bonjour,  
 
Le cuirassé HMS Majestic, (1895, 14 500 t), était au mouillage, protégé par des filets anti-torpilles, et au milieu d'autres navires, lorsqu'il a été atteint par les deux torpilles de l'U21, dont il avait repéré le périscope et sur lequel il avait tiré à 400 yards.
L'équipage, capitaine H. F. G. Talbot, comprenait 757 hommes. Quarante hommes furent perdus, le commandant figure parmi les rescapés.
 
Source : Charles Hocking, Dictionary of the disasters at sea, Lloyd's Register 1962.
 
Cordialement.

n°47758
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 09-12-2017 à 11:05:04  profilanswer
 

.
   Bonjour à tous,
 
 
                                                                                                      Marins du torpilleur d’escadre Fanfare
 
 
 
   ― GASTAUD Paul Antoine, né le 8 juin 1892 à Mandelieu (Alpes-Maritimes) et y domicilié, décédé le 17 novembre 1914 « dans les parages de l’île Zante (Grèce) » (Maladie contractée en service : fièvre typhoïde) (Acte de décès transcrit à Mandelieu, le 10 janv. 1915). Matelot de 3e classe maître d’hôtel, matricule n° 48.653–5 ; classe 1912, n° 1.311 au recrutement de Nice.
 
   Engagé volontaire pour 5 ans le 20 octobre 1910 à la mairie de Toulon. Embarqué sur le torpilleur d’escadre Fanfare du 1er octobre 1913 jusqu’à la date de sa mort.  
 
    Fils d’Alexis André GASTAUD, né le 5 février 1855 à Tanneron (Var), garde particulier [cultivateur en 1879], et de Marie DAUMAS, née le 9 septembre 1856 à Grasse (Alpes-Maritimes), sans profession [cultivatrice en 1879] ; époux ayant contracté mariage à Mandelieu, le 4 août 1879 (Registre des actes de naissance de la commune de Mandelieu, Année 1879, f° 3, acte n° 2. ~ Registre des actes de naissance de la commune de Mandelieu, Année 1892, f° 4, acte n° 11.).
 
    Frère jumeau d’Élie Marius GASTAUD (Registre des actes de naissance de la commune de Mandelieu, Année 1892, f° 4, acte n° 10.).
   
   Matelot de 3e classe sans spécialité, matricule n° 54.803 – 5 ; classe 1912, n° 1.310 au recrutement de Nice. Embarqué sur le cuirassé Gaulois du 28 juin 1914 au 28 décembre 1916 ; embarqué sur le croiseur cuirassé Waldeck-Rousseau du 28 décembre 1916 au 5 avril 1917.
 
 
   ― GOURMELEN Jean Pierre Marie, né le 14 novembre 1892 à Telgruc-sur-Mer (Finistère) et y domicilié, décédé le 4 septembre 1918 à l’Hôpital Maillot d’Alger (Maladie contractée en service : « bronchite suspecte »). Quartier-maître infirmier, inscrit le 12 mai 1916 au quartier maritime de Camaret, n° 3.954 ; classe 1912, n° 1.838 au recrutement de Brest (Acte de décès établi à Alger, le 4 sept. 1918).
 
    Fils de Mathurin GOURMELEN et de Marie Anne BOUSSARD, son épouse.
 
   Engagé volontaire pour 5 ans à la mairie de Brest le 18 avril 1911 ; incorporé le même jour au 2e Dépôt des équipages de la flotte comme apprenti-marin, matricule n° 98.821 – 2. Matelot de 2e classe le 1er janvier 1912. Matelot de 1re classe le 1er juillet 1914. Quartier-maître infirmier le 1er avril 1915.
 
 
   — VIACARA Laurent Pascal, né le 5 janvier 1896 à Bastia (Corse – aujourd’hui Haute-Corse –) et y domicilié, disparu avec le paquebot mixte Balkan à bord duquel il avait pris passage comme permissionnaire, bâtiment torpillé dans la nuit du 15 au 16 août 1918 au large de Calvi par le sous-marin allemand UB-48 (Kapitänleutnant Wolgang STEINBAUER) (Jug. Trib. civ. Marseille, 25 juin 1919, transcrit à Marseille le 25 oct. 1919). Matelot de 3e classe canonnier breveté, inscrit au quartier de Bastia, n° 1.681 ; classe 1916, n° 1.581 au recrutement de Bastia.
 
   Par arrêté du Ministre de la Marine en date du 7 mars 1922 (art. 2 ; J.O. 15 mars 1922, p. 2.952 et 2.957), inscrit à titre posthume au tableau spécial de la Médaille militaire dans les termes suivants : « Glorieusement disparu en mer lors de la perte du vapeur Balkan, coulé le 16 août 1918. Croix de guerre avec étoile de bronze. ».
 
    Fils de Roch VIACARA, né le 10 août 1862 à Bastia, marin, et de Lucie MANDRICHI, née le 17 décembre 1865 à Bastia, « ménagère » ; époux ayant contracté mariage à Bastia, le 29 octobre 1886 (Registre des actes de mariage de la ville de Bastia, Année 1886, f° 128, acte n° 173. ~ Registre des actes de naissance de la ville de Bastia, Année 1896, f° 6, acte n° 17.).
 
    Frère d’Ange Raphaël VIACARA, né le 9 juillet 1893 à Bastia (Registre des actes de naissance de la ville de Bastia, Année 1893, f° 90, acte n° 355.) et y domicilié, disparu le 27 avril 1915 avec le croiseur cuirassé Léon-Gambetta, torpillé le 27 avril 1915 en Adriatique par le sous-marin austro-hongrois k.u.k. U-5 (Linenschiffleutnant Georg RITTER von TRAPP) à 15 milles dans le Sud du cap de Santa Maria di Leuca, par  39° 30’ N. et 18° 15’ E. (Jug. Trib. Brest, 28 juin 1916, transcrit à Brest le 25 juill. 1916 : Registre des actes de décès de la ville de Brest, Année 1916, Volume II., f° 82, acte n° 1.042 – f° 98, n° 235). Matelot de 2e classe gabier, inscrit au quartier de Bastia, n° 800 ; classe 1913, n° 2.211 au recrutement de Bastia. Célibataire


Message édité par Rutilius le 09-12-2017 à 14:48:37

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: marine
  marine

  FANFARE - Contre-torpilleur