Forum Pages d’Histoire: aviation : Lucien Morareau La Grande Guerre en photos : machault et 27 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

WATT - Sous-marin

n°3665
Ar Brav
Posté le 20-03-2008 à 19:52:49  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
 
WATT Sous-marin de haute mer type Pluviôse (1910 – 1919)
 
Chantier :  
 
Rochefort.  
Commencé : 19.10.1906
Mis à flot : 18.06.1909
Terminé : 1910
En service : 15.03.1910
Retiré : 01.12.1919                            
Caractéristiques :  398 t ; 550 t.pl ; 700 cv ; 51,12 x 4,97 x 3,12 m ; 2 moteurs électriques 330 cv ; 2 Diesel 420 cv (à vérifier) 2 machines à vapeur de 354 cv.
Symbole de coque : WT.
Armement : III TLT de 450 + IV TLT de 450 Drzewiecki + I de 75.
 
Observations :  
 
Q 075
26.08.1905 : construction ordonnée
15.03.1910 : armé pour la première fois
1914 : opérations, patrouilles en Manche
09.1914-06.1915 : séjours à Portsmouth dans le cadre des accords de défense franco-anglais  
14-22.09.1915 : de Brest à La Pallice, opérations dans le golfe de Gascogne
17.01.1917 : escadrille de chasse de Bizerte ; patrouilles dans le canal de Sicile et sur les côtes d’Algérie
26.03.1918 : attaqué par méprise par des escorteurs anglais au nord de la Galite, le commandant et un homme sont tués
16.10.1919 : condamné à Bizerte
01.12.1919 : rayé
11.06.1921 : coque vendue à Bizerte pour démolition à M. Crispin de Marseille 28 236 francs.
 
Sources :  
 
French Warships of World War I, Jean Labayle-Couhat, Ian Allan Ltd, 1974  
Jane’s Fighting Ships 1914, Fred T. Jane, David & Charles Reprints, 1968  
Jane’s Fighting Ships 1919, Fred T. Jane, David & Charles Reprints, 1969  
Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, Tome II, 1870-2006, LV Jean-Michel Roche, Imp. Rezotel-Maury Millau, 2005  
http://www.netmarine.net/dico/index.htm
Les Flottes de Combat en 1917, Commandant de Balincourt, Augustin Challamel, 1917    
Les marques particulières des navires de guerre français 1900-1950, Jean Guiglini, SHM, 2002  
Répertoire des navires de guerre français, Jacques Vichot, Pierre Boucheix, refondu par Hubert Michéa, AAMM, 2003
     
 
Cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 14-04-2009 à 17:19:27

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°3667
Ar Brav
Posté le 20-03-2008 à 20:01:05  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
 
Une photo du Watt à Saint Nazaire ICI
 
Au vu de la fumée dégagée, mes doutes sur la propulsion par Diesel se renforcent, ou alors il va falloir régler les pompes....
 
Cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°3668
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 20-03-2008 à 21:40:35  profilanswer
 

Jamais vu un diesel fumer pareillement. Franck toi l'homme des machines, tu peux expliquer ?


---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°3670
Ar Brav
Posté le 20-03-2008 à 22:56:30  profilanswer
 

Bonsoir Yves,
 
L'explication est simple : les 2 Diesel donnés dans un ouvrage sont en réalité, ce dont je me doutais s'agissant d'un type Pluviôse, de 2 moteurs à vapeur verticaux à triple expansion à 3 cylindres à renversement de marche alimentés par 2 chaudières du Temple à retour de flamme timbrées à 16,5 kg/cm2 (quand même). Le tout pour 354 cv en marche normale (chaque machine). Je vais donc corriger la fiche (et le bouquin).
Un Diesel qui fume autant, j'appelle le Cross vite fait  ;)  
 
Bonne soirée,
Amicalement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°3672
Yves D
Mobilis in mobile
Posté le 20-03-2008 à 23:31:26  profilanswer
 

Merci Franck
Je dois dire que j'étais aussi pris d'un doute concernant la propulsion des "Pluviose". Et aussi de rire en regardant sur la photo le poste de lavage sur la plage avant ; m'est avis qu'il devait y avoir de quoi faire sur la plage arrière quand on éteignait le cigare !  :lol: C'était quand même guère prudent ces machines à vapeur à bord d'un s/m, même si ce n'est pas au bois qu'il chauffait. Pas de chance pour nous, Rudolf Diesel est né outre Rhin.
La Royal Navy a aussi connu pas mal d'ennuis et de catastrophes avec sa classe K (17 unités mises en service entre août 16 et mai 18 !) avant d'abandonner définitivement la vapeur sous cette forme.
"The most fatal error imaginable would be to put steam engines in a submarine", Lord Fisher 1st Sea Lord au Vice Amiral Sir John Jellicoe, 2nd Sea Lord, le 1 juin 1913.  
in The K-Boats, Don Everitt, New English Library London 1972
Amts
Yves
 
http://www.hostingpics.net/pics/663804K.jpg


Message édité par Yves D le 20-03-2008 à 23:39:44

---------------
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
n°3673
Ar Brav
Posté le 21-03-2008 à 00:01:47  profilanswer
 

Re,
 
Pour un engin sensé faire dans la discrétion.. Les Allemands l'avaient bien compris, pas nous. Je viens de lire un texte justifiant du choix de la vapeur où l'on s'aperçoit bien que les décideurs n'avaient encore rien pigé aux sous-marins (même style que pour les avions au début, quel manque de clairvoyance et quel rejet de la novation.) Ah, les "dirigeurs-décideurs", bien mouillés sur 8 pioches avec 10 maillons à l'eau sur les traditions et les certitudes.
 
Allez, banette,
Amicalement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 21-03-2008 à 08:23:59

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°3674
Ar Brav
Posté le 21-03-2008 à 00:25:55  profilanswer
 

17.01.1917 : escadrille de chasse de Bizerte ; patrouilles dans le canal de Sicile et sur les côtes d’Algérie
26.03.1918 : attaqué par méprise par des escorteurs anglais au nord de la Galite, le commandant et un homme sont tués

 
Bonsoir à tous,
 
Pour le commandant, il s’agit du LV Bourély Paul, Jean, Marie, André, né le 2 septembre 1883 à Béziers.
 
http://img255.imageshack.us/img255/2003/bourelytj5.jpg
 
L’autre marin va être plus difficile à identifier
 
Cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 21-03-2008 à 00:27:22

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°3683
Ar Brav
Posté le 21-03-2008 à 18:23:51  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Une photo du Watt :
 
http://img371.imageshack.us/img371/3933/wattxb9.jpg
 
Sources :
L’odyssée technique et humaine du sous-marin en France, Tome II, de Gérard Garier

 
Cordialement,
Franck


Message édité par Ar Brav le 22-03-2008 à 03:54:01

---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°5204
Terraillon​ Marc
Posté le 04-05-2008 à 23:21:25  profilanswer
 

Bonsoir
 
La fiche du sous marin est en ligne  
 
http://navires-14-18.com/fichiers/W/WATT_MN_V0.pdf
 
A bientot !


Message édité par Terraillon Marc le 04-07-2009 à 17:45:36

---------------
Cordialement
Marc TERRAILLON
n°6475
GENEAMAR
Posté le 28-06-2008 à 07:03:00  profilanswer
 

[:alain dubois:8] Pour la petite histoire...
 
Au 1er janvier 1911, Station des sous-marins de BREST.
Commandant (du 8 décembre 1909) : Félix GIBOUDOT, Lieutenant de vaisseau.
Second (du 8 août 1909) : Edouard ROULIN, Enseigne de vaisseau.
 
 [:patrice pruniaux1:6]  
 


---------------
Cordialement. Malou
n°6925
GENEAMAR
Posté le 16-07-2008 à 10:20:54  profilanswer
 

http://yelims2.free.fr/Faim/Faim05.gif Bonjour Franck, Marc, Yves, i tutti frutti...
 
  Passant par hasard sur le port (il en est aussi en montagne), et pour répondre à l'interrogation de Franck, la seconde victime de l'attaque par méprise du 26 mars 1918 est le Quartier-Maître Canonnier LAMBERT Narcisse Théodore, né le 9 novembre 1895 à HAUTERIVES (Drôme).

 
http://yelims5.free.fr/Zik/Musique56.gif  


---------------
Cordialement. Malou
n°6927
Ar Brav
Posté le 16-07-2008 à 12:25:09  profilanswer
 

GENEAMAR a écrit :

http://yelims2.free.fr/Faim/Faim05.gif Bonjour Franck, Marc, Yves, i tutti frutti...
  Passant par hasard sur le port (il en est aussi en montagne), et pour répondre à l'interrogation de Franck, la seconde victime de l'attaque par méprise du 26 mars 1918 est le Quartier-Maître Canonnier LAMBERT Narcisse Théodore, né le 9 novembre 1895 à HAUTERIVES (Drôme).

http://yelims5.free.fr/Zik/Musique56.gif  


 
Bonjour Malou,
 
Merci beaucoup, rien de tel qu'un p'tit tour de quai de bon matin  :)  
 
Bien cordialement,
Franck


---------------
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
n°15124
GENEAMAR
Posté le 14-04-2009 à 15:43:35  profilanswer
 

[:alain dubois:8]  
 
  Le 8 décembre 1909 :
Commandant : Félix GIBOUDOT Félix, Lieutenant de vaisseau.
Second : Edouard ROULIN, Enseigne de vaisseau.


---------------
Cordialement. Malou
n°15125
GENEAMAR
Posté le 14-04-2009 à 15:51:59  profilanswer
 

Bonjour à tous...
 
GÉLIS Georges François Albert
 
Né le 22 avril 1881 - Décédé.
Entre dans la Marine en 1898, Aspirant le 5 octobre 1901; port CHERBOURG. Au 1er janvier 1902, sur le cuirassé "GAULOIS", Escadre de Méditerranée (Cdt Jules De SURGY). Au 1er janvier 1903, sur le cuirassé "CHARLEMAGNE", Escadre de Méditerranée (Cdt Paul CHOCHEPRAT). Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1903. Au 1er janvier 1904, port CHERBOURG. Au 1er janvier 1906, sur la canonnière "ZÉLÉE", Division navale de l'Océan Pacifique (Cdt Félix HURBIN). Officier breveté Torpilleur. Le 12 août 1907, Second du torpilleur autonome submersible "NARVAL", 1ère Flottille de sous-marins de la Manche (Cdt André MATHA). Au 1er janvier 1909, port CHERBOURG. Au 1er janvier 1911, port CHERBOURG. Lieutenant de vaisseau le 2 septembre 1911. Le 1er janvier 1912, Commandant le sous-marin "SILURE", Station des sous-marins de BREST. Le 1er octobre 1913, Commandant le sous-marin "WATT", affecté au 1er janvier 1914 à la 1ère escadrille de sous-marins de la 2ème Escadre légère à CHERBOURG. Au 1er janvier 1917, port CHERBOURG. Chevalier de la Légion d'Honneur. Au 1er janvier 1918, port CHERBOURG. Croix de Guerre. --- Capitaine de corvette le 25 juin 1920. Au 1er janvier 1921, Commandant le torpilleur "HOVA", Escadre de Méditerranée.
 [:geneamar:8]


Message édité par GENEAMAR le 20-09-2010 à 16:36:45

---------------
Cordialement. Malou
n°15129
GENEAMAR
Posté le 14-04-2009 à 16:13:30  profilanswer
 

Bonjour à tous...
 
FAIVRE Georges
 
Né le 3 janvier 1885 à FRESNE-SAINT-MAMÈS (Haute-Saône) - Décédé.
Entre dans la Marine en 1903, Aspirant le 5 octobre 1906, Enseigne de vaisseau de 1ère classe le 5 octobre 1908; port BREST. Au 1er janvier 1911, port BREST. Au 1er janvier 1914 (nomination du 1er décembre 1912), Second du sous-marin "WATT", 1ère escadrille de sous-marins de la 2ème Armée navale basée à CHERBOURG (Cdt Georges GÉLIS). Lieutenant de vaisseau le 12 avril 1917. Au 1er janvier 1918, port BREST.


---------------
Cordialement. Malou
n°15130
GENEAMAR
Posté le 14-04-2009 à 16:24:28  profilanswer
 

Bonjour à tous...
 
BOURÉLY Paul Jean Marie André     Officier de Marine
 
Né le 2 septembre 1883 à BÉZIERS (Hérault) - Décédé le 26 mars 1918 en mer, au Nord de La GALITE.
Élève de l'École polytechnique en 1902, opte pour la Marine. Aspirant le 1er octobre 1904; port TOULON. Au 1er janvier 1906, sur le cuirassé "SUFFREN", Escadre de Méditerranée (Cdt François LECOURTOIS). Enseigne de vaisseau le 1er octobre 1906. Au 1er janvier 1908, sur le contre-torpilleur "FLAMBERGE", Escadre du Nord (Cdt Louis VIOLETTE). Au 1er janvier 1909, port BREST. Le 18 août 1910, Second d'un torpilleur armé de la Station des torpilleurs d'ORAN, puis de la Station des torpilleurs de BIZERTE (en 1912, Cdt Pierre De LAURENS-CASTELET). Au 1er janvier 1914 (nomination du 1er octobre 1912), Second du sous-marin "FRIMAIRE", 2ème escadrille de la 2ème Escadre légère basée à CALAIS (Cdt Charles HENRY). Lieutenant de vaisseau le 5 mars 1915. Chevalier de la Légion d'Honneur. Le 26 mars 1918, cet Officier Commandant le sous-marin "WATT" est tué à son poste de combat, le bâtiment étant attaqué par méprise par des escorteurs anglais.--- Dernier domicile à BREST.
 
 
 
http://images.mesdiscussions.net/pages1418/mesimages/3261/O%20BOURELY%20Paul.jpg
Photo École polytechnique
 [:geneamar:8]


Message édité par GENEAMAR le 26-10-2010 à 16:06:11

---------------
Cordialement. Malou
n°17031
olivier 12
Posté le 26-05-2009 à 18:59:56  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Une CP du WATT
 
http://img7.imageshack.us/img7/6876/wattm.jpg
 
Cdlt


---------------
olivier
n°23630
Gastolli
Posté le 17-01-2010 à 20:47:53  profilanswer
 

Bonsoir,
 
the "journal de bord" of croiseur-cuirassé VICTOR HUGO (see SS Y 633, page 431) contains an entry of the return of WATT to Bizerta on 26.03.1918, but my french is to bad to describe it here properly :redface:  
 
Cdlt.
Oliver

n°23645
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 19-01-2010 à 18:23:53  profilanswer
 

.  
   Bonsoir Oliver,
   Bonsoir à tous,
 
 
   « ― 26 mars 1918 : Attaqué par méprise par des escorteurs anglais au nord de la Galite ; le commandant et un homme sont tués. »
 
 
   ● Croiseur cuirassé Victor-Hugo – alors commandé par le capitaine de vaisseau Auguste CUSSEC –, Journal de bord n° 20 / 1918 – 12 mars / 4 avr. 1918 – : Service historique de la défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 633, p. num. 431.
 
 
   « [Bizerte]
 
      Baie Ponty. Coffre n° 1.                                                                                                                                                                 Le Mardi 26 mars 1918.
 
                                                                                                                            [En marge]
 
 
   16 h. 20 – Le sous-marin Watt rallie et se dirige sur l’appontement des sous-marins. (Le Watt portait à l’avant un cadavre et avait son milieu bâbord sérieusement endommagé). Mis les couleurs en berne au passage du Watt. »
 
   Ce corps était très certainement celui du lieutenant de vaisseau Paul Jean Marie André BOURÉLY. Une autre victime décéda ultérieurement à Bizerte des suites de ses blessures, le quartier-maître canonnier Narcisse Théodore LAMBERT.


Message édité par Rutilius le 11-03-2017 à 22:54:12

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°23647
Gastolli
Posté le 19-01-2010 à 22:08:20  profilanswer
 

Thank you very much Daniel!
 
I know this incident from british files, here are details from file ADM 137/3473 "Attack on French submarine WATT by British and American vessels" held at Kew, London:
 
WATT departed Bizerta at 03:30h on 26.03.1918 with LdV Bourély and EdV Deramond. Chief of 2éme Escadr. was CdF Broquet.
 
Just previously at 00:20h convoi G.B. 21 lost the italian S/S VOLTURNO to an attack of the german submarine UB 50.
 
At 05:15h the WATT was sighted by convoi vessels in the vicinity, WATT dived therefore in 37°44'N-08°57'E, North of Galite.
 
At 05:22h and 05:25h the british Yacht JEANNETTE II dropped depth-charges which damaged WATT which was forced to surface, than she was fired at from the guns of british S/S FRANK PARISH (2 shots) and american Yacht WENONAH, receiving 4 hits. The Commanding Officer Bourély was killed, there are 5 other men wounded which were taken over by JEANNETTE II, one of them (Lambert) died later.
 
At 15:40h WATT returned to Bizerta in escort of Trawler MARIE FRÉDÉRIQUE.
 
These are just my notes from this file which spans a few pages...
 
Cdlt.
Oliver
 
 
 

n°46259
thoemi
Posté le 09-03-2017 à 22:09:50  profilanswer
 

Bonsoir
 
Je viens de découvrir le forum et j'arrive "après la bataille". Je cherche des renseignements sur le Watt et j'ai quelques infos qui pourraient vous intéresser. Francis Lebret, le père de mon beau-frère, était à bord du Watt lors de l'incident. D'après ce qu'il en sait le commandant Bouléry n'est pas mort immédiatement et il a donné sa montre à celui qui l'a assisté dans ces derniers moments et cet homme c'était Francis Lebret. Par ailleurs cet évènement est arrivé à la suite d'une incompréhension : le pavillon du Watt était roulé et il aurait pu se confondre avec celui de l'Allemagne. N'ayant pu identifier le sous-marin les Anglais auraient alors tiré (il ne m'a pas parlé d'Américains). Voilà ce que sait mon beau-frère (Raoul Lebret) mais il n'a pas eu ses infos directement par son père, ce dernier est mort en 1929 alors que son fils n'avait que 5 ans, c'est sa mère qui lui a transmis et elle lui a fait voir la montre.
J'attends la question "qu'est devenue la montre" Il ne s'en souvient pas. Bien qu'il ait encore une bonne mémoire certains détails se sont effacés.
Au seuil de sa vie je pense qu'il aimerait en savoir plus, il va avoir 93 ans, et ignore complètement les états de service de son père pendant la guerre de 14/18. Si vous avez des infos (et il y en déjà pas mal sur le forum) et si vous pouvez m'aider pour retrouver ces états de service ce serait sympa.  
 
Bonne soirée à tous
 
Thoemi

n°46262
olivier 12
Posté le 10-03-2017 à 18:08:55  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Voici les deux CP qui prouvent le manque de discrétion de ce sous-marin quand il naviguait en surface...
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/924/JIYbYI.jpg
 
http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/921/wD5D6V.jpg
 
Cdlt


---------------
olivier
n°46263
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 10-03-2017 à 19:15:13  profilanswer
 

.
 Bonsoir Thoemi,  

thoemi a écrit :

« Francis Lebret, le père de mon beau-frère, était à bord du Watt lors de l'incident. »  

  S'agit-il de Francis Eugène LEBRET, né le 25 janvier 1890  à Cancale (Ille-et-Vilaine) et décédé el 6 avril 1930 à Dieppe (Seine-Inférieure – aujourd’hui Loire-Atlantique –) ?      
 
 


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°46265
Memgam
Posté le 10-03-2017 à 21:23:55  profilanswer
 

Bonjour,
 
Source : Gérard Garier, L'odyssée technique et humaine du sous-marin en France, Tome 3, A l'épreuve de la Grande guerre, Marines éditions, avril 2002, pages 139 et 140.
 
Cordialement.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser695.jpghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser696.jpg


Message édité par Memgam le 10-03-2017 à 21:36:04
n°46266
thoemi
Posté le 11-03-2017 à 00:41:04  profilanswer
 

Rutilius a écrit :

.
 Bonsoir Thoemi,  


 

Rutilius a écrit :

  S'agit-il de Francis Eugène LEBRET, né le 25 janvier 1890  à Cancale (Ille-et-Vilaine) et décédé el 6 avril 1930 à Dieppe (Seine-Inférieure – aujourd’hui Loire-Atlantique –) ?      
 
 


 
 
Bonsoir  
 
Oui nous parlons bien du même homme. Je suis allé chez mon beau-frère et je suis tombé sur une manne de clichés. J'ai même de la "fanfare du Watt" . Bon, il faut dire que certains ont très mal vieilli mais cela reste des documents d'époque. J'ai aussi plusieurs photos de l'enterrement du commandant et du canonnier et une photo du canonnier Lambert Je ne pense pas que tout puisse passer par le forum. J'envoie celle où il y a l'équipage. J'en ai d'autres pour ceux qui sont intéressés j'ai de quoi faire mais je pense que je ne pourrai envoyer tout ça en plusieurs fois que par "we transfer". Je viens de faire une tentative pour expédier une photo de groupe de l'équipage mais ça coince, même en la compressant. Bref il y a peut-être une combien, à vous de me le dire (certaines photos font 4,5 mo et le forum ne les autorise pas)
 
Bonne soirée et à bientôt car j'ai hâte de vous faire parvenir ces clichés qui, j'en suis certain, seront dans les mains de passionnés
 
Thoemi
 
 
 

n°46267
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 11-03-2017 à 22:35:26  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
 
   Watt – Sous-marin de haute mer de type Pluviôse (1910~1919).  
 
 
   Le sous-marin Watt fut administrativement considéré comme bâtiment armé en guerre :
 
     – du 31 décembre 1916 au 13 juillet 1917 ;
     – du 17 août au 19 novembre 1917 ;
     – du 14 février au 29 mars 1918 ;
     – du 15 juin au 9 décembre 1918.
 
   [Circulaire du 25 avril 1922 établissant la Liste des bâtiments et formations ayant acquis, du 3 août 1914 au 24 octobre 1919, le bénéfice du double en sus de la durée du service effectif (Loi du 16 avril 1920, art. 10, 12, 13.), §. A. Bâtiments de guerre et de commerce. : Bull. off. Marine 1922, n° 14, p. 720 et 775.].
 
 
   ■ Historique (complément).
 
 
   — 26 août 1905 : Ordre de mise en chantier. Numéro de coque, Q. 75.
 
 
   — 16 octobre 1906 : Montage sur cale à Rochefort-sur-Mer.
 
 
   — 18 juin 1909 : Coque mise à flot.
 
 
   — 17 juillet 1909 : Par décision ministérielle de même date concernant la dénomination des 20 sous-marins de la série Q. 70 à Q. 89 (J.O. 21 juill. 1909, p. 7.817), la coque Q. 75 reçoit le nom de Watt.  
 
 
   — Novembre 1909 : Avec les sous-marins Cugnot et Fresnel, affecté à un groupe offensif constitué au port de Brest ; création à la même date et dans le même port d’un groupe défensif comprenant les sous-marins Aigrette, Espadon, Silure, Sirène et Triton, plus une unité de remplacement (Navigazette, n° 1.075, Jeudi 2 déc. 1909, p. 4).  
 
 
   — Février 1910 : Effectue des essais de plongée à grande profondeur avant d’entrer en armement définitif (L’Ouest Éclair – éd. de Rennes –, n° 4.042, Mercredi 16 févr. 1910, p. 5, en rubrique « Dépêches maritimes ~ Marine nationale »).  
 
 
   — Début Mars 1910 : Abordé et avarié à Rochefort-sur-Mer par le cargo norvégien Torgnay, ce qui l’oblige à interrompre ses essais en mer (Le Matin, n° 9.506, Mardi 8 mars 1910, p. 3).  
 
 
   — 15 mars 1910 : Armement définitif à Rochefort-sur-Mer.
 
 
   — 31 août 1910 : Avarié dans le port de Brest après avoir heurté de l’avant le quai de Laminon, alors qu’il rentrait du goulet après y avoir effectué des plongées (L’Ouest Éclair – éd. de Rennes –, n° 4.239, Jeudi 1er sept. 1910, p. 5, en rubrique « Dépêches maritimes ~ Marine nationale »).  
 
 
   — 3 décembre 1910 : En prenant son mouillage dans le port de Brest, avarié après avoir heurté par l’avant la digue de la Ninon par suite de la mauvaise interprétation d’un ordre par un quartier-maître (Le Journal, n° 6.643, Dimanche 4 déc. 1910, p. 4 – La Lanterne, n° 12.281, Mercredi 7 déc. 1910, p. 3).
 
 
   — Fin Février 1911 : Sort du bassin après réparation de son ballast avant (La Croix, n° 8.566, Mercredi 22 févr. 1911, p. 6, en rubrique « Guerre et Marine »).  
 
 
   — Juin 1912 : Avec les sous-marins Archimède, Berthelot, Fructidor et Giffard, affecté à une escadrille de sous-marins rattachée à la 3e Escadre, à laquelle sont également affectées trois flottilles de contre-torpilleurs (Navigazette, n° 1.112, Jeudi 6 juin 1912, p. 4).
 
 
   — 10 juin 1913 : Alors qu’il se trouvait amarré à son appontement dans le bassin de l’arsenal de Cherbourg, abordé par le sous-marin Thermidor ; ballast extérieur crevé sur une longueur de 40 cm (L’Ouest Éclair – éd. de Rennes –, n° 5.280, Mercredi 11 juin 1913, p. 5, en rubrique « Dernière heure »).
 
 
    ... / ...
 
 
   — En 1918 : Alors affecté à la 2e Escadrille de sous-marins de l’armée navale, à Bizerte (Tunisie).
 
 
   — 26 mars 1918 : Attaqué par méprise au Nord de la Galite, par 37° 44’ N. et 8° 57’ E., par les bâtiments britanniques Jeannette-II et Frank-Parish, ainsi que par le yacht américain Wenonah. Un tué, le lieutenant de vaisseau Paul Jean Marie André BOURÉLY, qui commandait alors le sous-marin ; cinq blessés, recueillis par la Jeannette-II, dont le quartier-maître canonnier Narcisse Théodore LAMBERT, ultérieurement décédé à Bizerte des suites de ses blessures.
 
   ● Croiseur cuirassé Victor-Hugo – alors commandé par le capitaine de vaisseau Auguste CUSSEC –, Journal de bord n° 20 / 1918 – 12 mars / 4 avr. 1918 – : Service historique de la défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 633, p. num. 431.
 
 
   « [Bizerte]
 
      Baie Ponty. Coffre n° 1.                                                                                                                                                                 Le Mardi 26 mars 1918.
 
                                                                                                                            [En marge]
 
 
   16 h. 20 – Le sous-marin Watt rallie et se dirige sur l’appontement des sous-marins. (Le Watt portait à l’avant un cadavre et avait son milieu bâbord sérieusement endommagé. Mis les couleurs en berne au passage du Watt. »
 
   Ce corps était très certainement celui du lieutenant de vaisseau BOURÉLY, le quartier-maître LAMBERT étant en effet ultérieurement décédé à Bizerte des suites de ses blessures.
 
 
   ― 1er décembre 1919 : Par décision du Ministre de la Marine de même date (Bull. off. Marine 1919, n° 35, p. 969), et après avis du Conseil supérieur de la Marine, radié de la Liste de la flotte des sous-marins, avec les sous-marins Berthelot, Cugnot, Émeraude, Gay-Lussac, Germinal, Giffard et Ventôse.


Message édité par Rutilius le 12-03-2017 à 16:22:11

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°46268
Memgam
Posté le 12-03-2017 à 08:36:29  profilanswer
 

Bonjour,  
 
L'activité en temps de guerre, sur 41 mois du sous-marin Watt, exprimée en %.
 
Croisière en guerre : 10 %, Disponible au mouillage : 59, exercice : 7, soit un total de 76 %.
 
En réparations ou modifications : 24 %.
 
Source : Gérard Garier, tome 3, opus cité.
 
Cordialement.

n°46269
Memgam
Posté le 12-03-2017 à 11:27:39  profilanswer
 

Bonjour,  
 
Oeuvre du peintre Michel Bez, page 321, opus cité ci-dessous.
 
Source : Ouvrage collectif, L'encyclopédie des sous-marins français, tome 1, Naissance d'une arme nouvelle, Editions SPE Barhélémy, 2009.
 
Cordialement.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6368/Numeriser697.jpg

n°46272
thoemi
Posté le 12-03-2017 à 14:48:07  profilanswer
 

Bonjour
 
Voici une photo que j'ai été obligée de réduire énormément pour la passer sur le forum. Il s'agit du quartier maître Lambert avec sa tombe, il est évident qu'une partie des clichés est très abimée mais on voit très bien sa photo d'identité. J'ai bien en bonne vingtaine de photos différents. Je réédite mon appel pour ceux qui sont intéressés... Ce n'est pas payant !
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/21806/Capturedecran20170311a05.42.23.png
 
Bonne journée
 
Thoemi

n°46274
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 12-03-2017 à 20:56:22  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
                                                                               Au nombre des victimes de l’attaque par méprise du 26 mars 1918
 
 
   — BOURÉLY Paul Jean Marie André, né le 2 septembre 1883 à Béziers (Hérault). Lieutenant de vaisseau (D. 5 mars 1915, J.O. 8 mars 1915, p. 1.217), du port de Toulon. Admis à l’École polytechnique le 9 octobre 1902 à la suite du concours ouvert la même année, étant classé 54e sur une liste de 190 élèves (J.O. 25 sept. 1902, p. 6.396) ; admis en 1904 dans le service de la Marine nationale. Classe 1903, n° 444 au recrutement de Montélimar.
 
   Fils d’Urbain André BOURÉLY, né le 9 juin 1840 à Villeneuve-de-Berg (Ardèche) (Registre des actes de naissance de la commune de Villeneuve-de-Berg, Année 1840, f° 23, acte n° 43), brasseur (Brasserie générale du Midi), et de Marie Émilie PEYRON, née le 10 juin 1855 à Alger (Algérie), sans profession ; époux ayant contracté mariage à Blida (Algérie), le 29 novembre 1873 (Registre des actes de mariage de la commune de Blida, Année 1873, f° 79, acte n° 70 – Registre des actes de naissance de la ville de Béziers, Année 1883, f° ..., acte n° 786).  
 
 
   ― LAMBERT Narcisse Théodore, né le 9 novembre 1895 à Saint-Germain, section de la commune d’Hauterives (Drôme), et y domicilié, décédé le 26 mars 1918 « à Bizerte [des] suites de blessure reçues à bord du Watt ». Quartier-maître canonnier, matricule n° 97.134 – 2 ; classe 1915, n° 209 au recrutement de Valence (Engagé volontaire le 22 novembre 1911 ; arrivé au 1e Dépôt des équipages de la flotte le 11 décembre 1911).  
 
   Fils d’Alphonse LAMBERT, né le 26 mars 1862 à Saint-Germain, section de la commune d’Hauterives, cultivateur, et de Marie Sophie Perpétue BOURGEON, née le 30 décembre 1868 à Hauterives, « ménagère » ; époux ayant contracté mariage à Hauterives, le 1er mai 1889 (Registre des actes de mariage de la commune d’Hauterives, Année 1889, f° 5, acte n° 7 – Registre des actes de naissance de la commune d’Hauterives, Année 1895, f° 7, acte n° 29).
 
   Cité à titre posthume à l’ordre de l’armée dans les termes suivants (J.O. 22 juillet 1918, p. 6.338) :
 
                                                                                                       
                                                                                          http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/LAMBERTNarcisseCitationI..jpg
                                                                                          http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/LAMBERTNarcisseCitationII.jpg  
 
 
   — HUAULT Louis Achille Octave. Quartier-maître électricien, matricule n° 24.492 – 1. [Grièvement blessé].
 
   Par arrêté du Ministre de la Marine en date du 19 juillet 1918 (J.O. 22 juill. 1918, p. 6.338), inscrit au tableau spécial de la Médaille militaire dans les termes suivants :
 
 
                                                                                          http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/HUAULTLouisAchilleOctaveCitation..jpg


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°46275
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 12-03-2017 à 22:11:48  profilanswer
 

.  
   Bonsoir à tous,
 
 
                                                                                     Commandants successifs du sous-marin de haute mer Watt
 
 
   — GIBOUDOT Félix, lieutenant de vaisseau, du port de Toulon. Nommé à ce commandement par une décision présidentielle du 21 décembre 1909 (J.O. 23 déc. 1909, p. 12.081). 3e Flottille de l’Océan.  
 
   Avait été préalablement désigné pour suivre les travaux d’achèvement du sous-marin, en construction à Rochefort-sur-Mer (J.O. 25 juin 1909, p. 6.816).  
 
      Officier en second :
 
         – ROULIN Édouard Eugène Clément, enseigne de vaisseau, du port de Rochefort (J.O. 28 juill. 1909, p. 8.179).  
 
 
   — GUILLAUME Albert Armand Marius Eugène, lieutenant de vaisseau, du port de Toulon. Nommé à ce commandement par une décision présidentielle du 25 août 1911 (J.O. 29 août 1911, p. 7.134). Flottille de Brest.  
 
      Officier en second :
 
         – GUILLERM Pierre Louis, enseigne de vaisseau de 1re classe, du port de Brest (J.O. 10 mai 1911, p. 3.711 – Liste de destinations).
 
         – FAIVRE Georges, enseigne de vaisseau de 1re classe, du port de Brest (J.O. 6 nov. 1912, p. 9.414 – Liste de destinations). Fonctions prises le 1er décembre 1912.
 
 
   — RICHARD Alfred Louis Marie, lieutenant de vaisseau, du port de Cherbourg. Nommé à ce commandement par une décision présidentielle du 25 août 1911 (J.O. 29 août 1911, p. 7.134). Flottille de Brest.
 
 
   — GÉLIS Georges François Albert, lieutenant de vaisseau, du port de Cherbourg. Nommé à ce commandement par un décret du 29 septembre 1913 (J.O. 2 oct. 1913, p. 8.734). 2e Escadre légère.  
 
      Officier en second :
 
           ... / ...
 
         – ENGRAND Léon Louis Abraham, enseigne de vaisseau de 1re classe, du port de Rochefort (Navigazette, n° 1.314, Jeudi 2 juill. 1914, p. 3).  
 
 
   — BOURÉLY Paul Jean Marie André, lieutenant de vaisseau, du port de Toulon. Commandement pris à Calais, le 19 mars 1916, à 9 h. 00 (Journal de bord n° - / 1916 – 17 janv. ~ 24 avr. 1916 – : Service historique de la défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 648, p. num. 193).
 
      Officier en second :
 
         – DERAMOND Marcel Paul Jacques, enseigne de vaisseau de 1re classe, du port de Brest.  
 
 
    ... / ...


Message édité par Rutilius le 12-03-2017 à 22:12:44

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°46276
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 12-03-2017 à 22:48:36  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
 
                                                                                                           BOURÉLY Paul Jean Marie André
 
 
   Né le 2 septembre 1883 à Béziers (Hérault) et décédé le 26 mars 1918 au Nord de l’île de La Galite (Tunisie), tué à bord du sous-marin de haute mer Watt qu’il commandait. Lieutenant de vaisseau, du port de Toulon.  
 
 
    Fils d’Urbain André BOURÉLY, né le 9 juin 1840 à Villeneuve-de-Berg (Ardèche) (Registre des actes de naissance de la commune de Villeneuve-de-Berg, Année 1840, f° 23, acte n° 43), brasseur (Brasserie générale du Midi), et de Marie Émilie PEYRON, née le 10 juin 1855 à Alger (Algérie), sans profession ; époux ayant contracté mariage à Blida (Algérie), le 29 novembre 1873 (Registre des actes de mariage de la commune de Blida, Année 1873, f° 79, acte n° 70 – Registre des actes de naissance de la ville de Béziers, Année 1883, f° ..., acte n° 786).  
 
 
    Frère de :
 
   — Georges Louis Marie André BOURÉLY, né le 28 août 1874 à Aubenas (Ardèche) et décédé le 12 mai 1966 à Carcassonne (Aude) (Registre des actes de naissance de la ville d’Aubenas, Année 1874, f° 20, acte n° 167). Admis à l’École polytechnique en 1894, étant classé 32e sur une liste de 210 élèves (J.O. 28 sept. 1894, p. 4.701). Admis dans le service de l’artillerie de marine en 1896. En fin de carrière, ingénieur général de 2e classe de l’artillerie navale.  
 
   — Joseph Édouard Henri Marie André BOURÉLY, né le 14 mars 1881 à Aubenas (Ardèche) et décédé le 26 juillet 1967 à Nice (Alpes-Maritimes) (Registre des actes de naissance de la ville d’Aubenas, Année 1881, f° 26, acte n° 50). Admis à l’École polytechnique en 1899, étant classé 4e sur une liste de 220 élèves (J.O. 22 sept. 1899, p. 6.315). Admis dans le service de l’artillerie coloniale en 1901. En 1935, colonel, commandant le 20e Régiment d’artillerie coloniale.
 
   — Léon Casimir Marie André BOURELY, né le 22 juin 1885 à Béziers (Hérault) (Registre des actes de naissance de la ville de Béziers, Année 1885, f° 190, acte n° 549) et décédé le 30 juillet 1913 à Tabou (Côte-d’Ivoire), mort noyé après le chavirage d’une baleinière qui tentait de franchir la barre et dans laquelle il avait pris passage. Admis à l’École polytechnique en 1906, étant classé 42e sur une liste de 170 élèves (J.O. 13 sept. 1906, p. 6.249). Admis dans le service de l’artillerie coloniale en 1909. Lors de son décès, lieutenant au 2e Régiment d’artillerie coloniale.
 
 
    Époux de Marie Anne MOREAU, avec laquelle il avait contracté mariage à Calais (Pas-de-Calais), le 17 février 1916 (Registre des actes de naissance de la ville de Bézier, Année 1883, f° ..., acte n° 786 – Mention marginale).  
                           
 
                                                                                                                               Carrière
 
 
   Admis à l’École polytechnique le 9 octobre 1902 à la suite du concours ouvert la même année, étant classé 54e sur une liste de 190 élèves (J.O. 25 sept. 1902, p. 6.396). Boursier avec trousseau (J.O. 5 nov. 1902, p. 7.137).
 
   Classe 1903, n° 444 au recrutement de Montélimar.
 
   Passé en première division en 1903, étant classé 179e sur une liste de 190 élèves.
 
   Déclaré admissible dans les services publics en 1904, étant classé 161e sur une liste de 189 élèves. Admis la même année dans le service de la Marine nationale, étant classé 1er sur une liste de deux élèves.
 
   Par décret du 12 août 1904 pris sur le rapport du Ministre de la Marine (J.O. 16 août 1904, p. 5.142), nommé au grade d’aspirant de 1re classe dans le corps des officiers de marine à compter du 1er octobre 1904. Affecté au port de Toulon (J.O. 23 août 1904, p. 5.278).
 
   En Septembre 1904 (J.O. 3 sept. 1904, p. 5.463), destiné au bâtiment-école Duguay-Trouin, à Brest, à bord duquel il embarque le 5 octobre 1904.
 
   En 1905, embarqué sur le cuirassé Suffren, dans l’Escadre de la Méditerranée.
 
   En Février 1906 (J.O. 25 févr. 1906, p. 1.286), désigné pour embarquer sur le croiseur protégé Chasseloup-Laubat (Capitaine de frégate Léopold Eugène LEGENDRE), destiné à prendre armement à Lorient, le 26 mars 1906, en vue de son affectation à la Division navale de Terre-Neuve et d’Islande.
 
   Par décret du 28 septembre 1906 (J.O. 30 sept. 1906, p. 6.640), promu au grade d’enseigne de vaisseau à compter du 1er octobre 1906.
 
   En Novembre 1906 (J.O. 4 nov. 1906, p. 7.420), désigné pour embarquer sur le croiseur protégé Jean-Bart, destiné à entrer en armement à Lorient, le 1er décembre 1906, en vue de son affectation à la Division navale de l’Atlantique.
 
   En Août 1907 (J.O. 4 août 1907, p. 5.518), désigné pour embarquer sur le contre-torpilleur Flamberge, dans l’Escadre du Nord.
 
   En Décembre 1908 (J.O. 12 déc. 1908, p. 8.515), autorisé à servir temporairement à Brest, à l’expiration de sa résidence libre.
 
   En Janvier 1909 (J.O. 13 janv. 1909, p. 448), désigné pour embarquer sur le contre-torpilleur Faucon, détaché en Crête. A rejoint son bâtiment à La Canée par le paquebot parti de Marseille le 23 janvier 1909.
 
   En 1910, officier en second d’un torpilleur armé de la Station des torpilleurs d’Oran.
 
   En Octobre 1911 (J.O. 26 oct. 1911, p. 8.554 – Liste de destinations), désigné pour embarquer comme officier en second sur le torpilleur de haute mer Rafale, à Bizerte. Débarqué le 12 janvier 1912.
 
   En Mars 1912 (J.O. 6 mars 1912, p. 2.214 – Liste de destinations), désigné pour embarquer sur le cuirassé Voltaire, dans la 1re Escadre. Embarqué le 12 mars 1912.
 
   En Octobre 1912 (J.O. 2 oct. 1912, p. 8.513 – Liste de destinations), désigné pour embarquer comme officier en second sur le sous-marin Frimaire, à Cherbourg. Embarqué le 1er novembre 1912.
 
   Par décret du 5 mars 1915 (J.O. 8 mars 1915, p. 1.217), promu au grade de lieutenant de vaisseau (1er tour ; ancienneté).
 
   Le 19 mars 1916, à Calais, prend le commandement du sous-marin Watt (Journal de bord n° - / 1916 – 17 janv. ~ 24 avr. 1916 – : Service historique de la défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 648, p. num. 193).
 
   Par arrêté du Ministre de la Marine en date du 29 janvier 1918 (J.O. 31 janv. 1918, p. 1.119), inscrit au tableau spécial de la Légion d’honneur pour le grade de chevalier à compter du 27 janvier 1918.
 
   Le 26 mars 1918, tué à bord du sous-marin Watt, attaqué par méprise au Nord de l’île de La Galite (Tunisie), par 37° 44’ N. et 8° 57’ E., par les bâtiments britanniques Jeannette-II et Frank-Parish, ainsi que par le yacht américain Wenonah.  


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°46277
thoemi
Posté le 13-03-2017 à 00:35:08  profilanswer
 

Bonsoir
 
Photo de l'équipage du Watt. Francis Lebret est marqué d'une croix.
 
Bonne soirée
 
Thoemi
 
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/21806/EquipageWatt1.png

n°46278
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 13-03-2017 à 09:40:41  profilanswer
 

.
   Bonjour à tous,
 
 
                                                                                               Francis Eugène LEBRET, marin du sous-marin Watt
 
 
   Né le 25 janvier 1890 au port de La Houle, commune de Cancale (Ille-et-Vilaine), et décédé le 6 avril 1930 à Dieppe (Seine-Inférieure – aujourd’hui Seine-Maritime –).
 
   Fils d’André Pierre LEBRET, né le 20 août 1845 à Cancale, marin, et de Marie Josèphe GIRARD, née le 20 août 1851 à Cancale, sans profession ; époux ayant contracté mariage à Cancale, le 22 février 1876 (Registre des actes de mariage de la commune de Cancale, Année 1876, f° 8, acte n° 14 – Registre des actes de naissance de la commune de Cancale, Année 1890, f° 4, acte n° 10).
 
   Époux de Marie Louise Françoise RAOULT, née le 23 juin 1894 au port de La Houle, commune de Cancale, et décédée le 27 juillet 1881 à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) (Registre des actes de naissance de la commune de Cancale, Année 1894, f° 10, acte n° 40), avec laquelle il avait contracté mariage à Cancale, le 28 février 1921 (Ibid.). Fille de François Jean RAOULT, né le 4 novembre 1861 à Cancale, marin, et de Marie Françoise HELBERT, née le 20 août 1862 à Cancale, sans profession ; époux ayant contracté mariage à Cancale, le 20 novembre 1889 (Registre des actes de mariage de la commune de Cancale, Année 1889, f° 17, acte n° 26).
 
 
                                                                                                                               **********
 
   Classe 1910, n° 448 au recrutement de Saint-Malo.
   
   Engagé volontaire pour 5 ans à la mairie de Cherbourg, le 11 août 1909, au titre du 1er Dépôt des équipages de la flotte. Arrivé au corps ledit jour ; matelot de 3e classe, matricule n° 28.338 – 1. Matelot de 2e classe électricien breveté le 12 juin 1910. Matelot de 1re classe électricien breveté le 1er janvier 1914. Renvoyé dans ses foyers et placé dans la réserve de l’armée de mer le 11 août 1914.
 
   Rengagé pour 3 ans le 24 août 1914 à Cherbourg au titre du 1er Dépôt des équipages de la flotte. Quartier-maître électricien le 1er octobre 1914. Inscrit définitivement le 4 mai 1918 à la matricule des gens de mer du quartier maritime de Cancale à compter du 20 avril 1918, n° 6.289.
 
   Par décision ministérielle du 30 septembre 1919 (J.O. 2 oct. 1919, p. 10.815), promu au grade de second maître électricien à compter du 1er octobre 1919 ; admis au cadre de la maistrance à compter du 9 décembre 1919. Renvoyé dans ses foyers et rayé des contrôles de l’activité le 20 septembre 1924. Rayé des matricules de l’Inscription maritime le 20 septembre 1927 pour inactivité de plus de trois ans. Versé dans la réserve de l'armée de mer, étant affecté au 2e Dépôt des équipages de la flotte, à Brest.  
   
                                                                                                                                **********
 
   Par décret du Président de la République en date du 17 février 1926 (J.O. 18 févr. 1926, p. 2.217), lui fut conférée la Médaille militaire dans les termes suivants :
 
   « Lebret (Francis-Eugène), Cancale 6.289, second maître électricien ; 16 ans 1 mois de services, dont 5 ans 3 mois en guerre et 1 an dans la réserve. »


Message édité par Rutilius le 13-03-2017 à 13:14:21

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°46280
thoemi
Posté le 13-03-2017 à 12:21:42  profilanswer
 

Bonjour
 
Merci de ces renseignements. Je pense que mon beau frère va être ravi d'en savoir un peu plus sur son père qu'il a très peu connu. J'ai proposé de mettre à disposition des photos ( +++) à disposition des membres mais je ne pourrai pas les passer par le forum lais plutôt par wetransfer car elles sont lourdes. Pour le moment pas de réponse mais je ne désespère pas d'intéresser quelqu'un avec le Watt.
 
Merci encore
 
Bonne journée
 
Thoemi

n°46346
guepier92
Posté le 24-03-2017 à 09:10:14  profilanswer
 

Bonjour,
 

thoemi a écrit :

Bonjour
Merci de ces renseignements. Je pense que mon beau frère va être ravi d'en savoir un peu plus sur son père qu'il a très peu connu. J'ai proposé de mettre à disposition des photos ( +++) à disposition des membres mais je ne pourrai pas les passer par le forum lais plutôt par wetransfer car elles sont lourdes. Pour le moment pas de réponse mais je ne désespère pas d'intéresser quelqu'un avec le Watt.
Thoemi


 
Oui Thoemi vous intéressez quelqu'un et ce quelqu'un c'est moi !
 
J'indexe les poilus de l'hérault sur Mémoire des Hommes à 100 ans de leur décès au jour le jour et je partage mes indexations sur Twitter avec le hashtag #1J1P.
Hier je suis tombé sur Paul BOURELY, nous sommes que le 24 mars 2017 me direz-vous, oui mais sa fiche Mémoire des Hommes (partiellement indexée)
est erronée : l'année de décès est 1917 au lieu de 1918 et me voila ici. Je crois que c'est le premier message que je poste dans le forum.
 
Je suis intéressé par les photos dont vous parlez dans vos messages. C'est émouvant de retrouver des photos, et de pouvoir mettre des noms dessus afin de rendre
hommage ces millions d'hommes qui se sont battus pour la France. Une famille assez extraordinaire, j'ai jamais vu 4 frères polytechniciens !
Question taille avec Gmail les pièces jointes peuvent aller jusqu'à 25 Mo donc n'hésitez pas, mon mail ci-dessous :)
 
Bonne journée,
 
Thierry Garrel @guepier92 sur Twitter => https://twitter.com/guepier92
Mail : guepier92 at gmail dot com  


Aller à :
Ajouter une réponse