FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire : génie

  chemin de fer de campagne

 

Il y a 44 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2
Page Précédente
Auteur Sujet :

chemin de fer de campagne

n°1120
mic94
Posté le 09-06-2009 à 23:46:30  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
Un de mes AGP travaillant au chemin de fer de l'Est avant le début de la guerre, fut considéré comme appelé sous les drapeaux
et maintenu à son emploi de temps de paix au titre des sections de chemins de fer de campagne du 2 août 14 au 24 février 19.
 
auriez vous quelques choses sur les chemins de fer? comment étaient ils organisés?
cordialement, Mic

n°1121
armand
Posté le 10-06-2009 à 10:59:06  profilanswer
 

Bonjour Mic
 
Pour organiser ses transports et les constructions et exploitations de lignes militaires , le ministère de la Guerre avait une direction dénommée : '''Direction des Chemins de fer de Campagne''' (D.C.F.C.) comprenant des compagnies de sapeurs de chemin de fer fournies par le 5e régiment du génie et de sections de chemins de fer de campagne.
 
Les sections de chemins de fer de campagne ou section technique d'ouvriers de Chemins de fer de Campagne étaient des unités militaires dont l’organisation était réglée dès le temps de paix. Elles étaient chargées en temps de guerre avec les sapeurs de chemins de fer du 5 RG, de la construction, de la réparation et de l’exploitation des voies ferrées, dont le service n’était alors plus assuré par les compagnies nationales et locales. Leur personnel recruté dans le personnel des réseaux, parmi les ingénieurs, employés et ouvriers au service des grandes compagnies et du réseau de l'État, soit volontaires, soit assujettis au service militaire par la loi de recrutement était réparti en dix sections formées de la manière suivante :  
 

  • 1re et 2e : P.L.M..  
  • 3e : P.O. .  
  • 4e et 9e : État.  
  • 5e : Nord.  
  • 6e : Est.
  • 7e : Midi.  
  • 8e : Est, État et Nord.  
  • 10e : chemins de fer secondaires.  


Il s’y ajoutera, au commencement de 1917, une 11e section qui sera fournie par le P.L.M., et, après l’armistice de 1918, une 12e, constituée par tous les réseaux, pour la direction et la surveillance du service en Alsace-Lorraine.
 
Chaque section comprenait un commandant de section avec attributions de chef de corps, des fonctionnaires, employés et ouvriers, répartis entre un service central, les trois divisions du mouvement, de la voie et de la traction et un dépôt central commun. Le personnel portaient Les brassards des services des chemins de fer: rouges pour la traction, blancs pour l'exploitation, jaunes pour la voie et l'entretien. C’étaient en résumé de petites compagnies de chemins de fer pouvant exploiter de 100 à 200 kilomètres, suivant l’intensité des transports.
 
Avec les évènements de la guerre 14-18, les activités de chaque section ont été redéployées sur l'ensemble de la ligne de front. Sur ces dix sections, sept ont été mobilisées en tout ou en partie durant la première guerre mondiale. Celles qui ont fourni le plus gros effort sont la 3e, la 7e et la 10e
 
La 3e, mobilisée de mars 1916 à octobre 1919, a exploité la ligne de la Somme pendant les opérations de 1916 et participé, après le repli allemand de mars 1917, à la remise en état du réseau récupéré.  
La 7e, mobilisée la première en août 1914, a exploité au début la ligne d’Hazebrouck à Ypres, puis les lignes 4 bis en Champagne et 6 bis au moment des opérations de Verdun. La 7ea fourni en outre un important détachement à Salonique.  
La 10e, mobilisée en novembre 1914, a exploité tous les réseaux de voie métrique utilisés pour les opérations militaires : chemin de fer Belfortiens, ligne de Lunéville à Einville, réseau Meusien, où elle a déployé un remarquable effort pendant la bataille de Verdun, Chemins de fer de la Banlieue de Reims, réseaux des Flandres. Le Meusien ravitailla la IIe armée. La gare régulatrice de Saint-Dizier expédia quotidiennement sur Verdun : 21 trains de vivres, 7 de munitions, 9 de matériels, 2 de troupes, évacuant aussi 5 à 7 trains de blessés. Au total, du 21 février au 1er juin 1916, l'ensemble du trafic s'éleva à 119.000 wagons.  
Des fractions de la 1ère section ont été mobilisées du 20 avril 1916 au 15 avril 1919.  
La 6e section, partiellement mobilisée de mai 1915 à février 1919, a exploité les lignes du réseau d’Alsace-Lorraine reconquises au début de la campagne. La 9e, partiellement mobilisée en 1915, a exécuté des travaux de voie dans le Nord.  
La 4e section a été mobilisée après l’ armistice de 1918.  
Après l’armistice, le personnel des sections de chemins de fer de campagne participe à l’exploitation des réseaux d’Alsace-Lorraine, du Luxembourg et des pays Rhénans.
Le Ministère de la Défense Nationale a attribué une carte de combattants aux anciens cheminots des sections de chemins de fer de campagne
 
Amicalement
Armand


Message édité par armand le 10-06-2009 à 20:43:20

---------------
Sur les traces du 132ème RI " Un contre Huit " et du 294ème RI (le "29-4" )
n°1122
mic94
Posté le 10-06-2009 à 12:17:28  profilanswer
 

merci Armand !!
Amicalement, Mic

n°1124
mic94
Posté le 10-06-2009 à 21:50:06  profilanswer
 

Bonsoir Armand,  
 
natif de Chaumont (52) je pense qu'il était de la 6eme section (reseau Est), je cite sa fiche matricule;
classé non affecté (chemin de fer de l'Est) du 3 juin 1905 au 12 octobre 1910. Affecté spécialement (chemin de fer de l'Est) du  
13 octobre 1910 au 9 novembre 1927.
A accompli une période d'erxercice dans la 6ème section de chemin de fer de campagne du 14 au 27 octobre 1910.
Passé dans l'armée territoriale le 1 octobre 1912.

je prend toutes infos, merci
 
 
Amicalement, Mic

n°1126
mic94
Posté le 10-06-2009 à 23:40:39  profilanswer
 

re aussi,
 
sauf que mon AGP fut appelé comme sapeur-mineur au 4e de genie le 16 nov 1899, passe au 1er de génie
le 7 avril 1901, pour être libéré le 20 sept 1902.
 
si le 5e de genie les envoyer directement au chemin de fer, peut-être pas le 4e et 1er ?
 
là, je fatigue, bonne nuit. Mic

n°1129
mic94
Posté le 11-06-2009 à 23:13:01  profilanswer
 

Bonsoir Armand,
Je vous offre une citation pour vous remercier;    "[i]A force d'aller au fond des choses, on y reste"[/i]  Cocteau
 
Cordialement, Mic
 
 

n°1166
lesavoyard
Posté le 07-07-2009 à 10:35:43  profilanswer
 

Bonjour,
 
Armand a écrit :
 
1re et 2e : P.L.M..  
3e : P.O. .  
4e et 9e : État.  
5e : Nord.  
6e : Est.  
7e : Midi.  
8e : Est, État et Nord.  
10e : chemins de fer secondaires.
 
Quelle est la signification des sigles PLM (paris - lyon - Marseille ???) et PO (paris - Orléans ???)

n°1167
armand
Posté le 07-07-2009 à 12:24:55  profilanswer
 

Bonjour
 
PLM : Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée
PO : Compagnie du Chemin de fer de Paris à Orléans
 
Cdt
Armand
 


---------------
Sur les traces du 132ème RI " Un contre Huit " et du 294ème RI (le "29-4" )
n°1168
lesavoyard
Posté le 07-07-2009 à 13:46:00  profilanswer
 

Merci

n°1240
mapibe
Posté le 28-08-2009 à 17:27:38  profilanswer
 

Bonjour,  
Je suis nouvelle sur ce forum et je recherche depuis longtemps des infos concernant ces compagnies de chemin de fer de campagne qui ont combattues en 14-18 et dont personne ne parle!
Mon grand père a fait la campagne Serbie avec ce régiment du 4/2/17 au 22/11/18. Je ne trouve aucun renseignement concernant ce régiment sur internet. Il a été décoré de la médaille d’orient , de Serbie, de la victoire et de la médaille militaire. Peut on retrouver des documents le concernant ou concernant la campagne de Serbie à cette période. Je possède des photos prises par lui et je sais qu’il est passé à  Bistica, Monastir, Barisani, Toleven, Holenven, Molevini, Zertinlinck, Zabjani….
A-t-on des témoignages écrits de cette période?
Merci par avance pour votre aide.


---------------
Cordialement
n°1243
le begue
Essayons
Posté le 29-08-2009 à 07:16:57  profilanswer
 

Bonjour à tous,
bonjour mapibe,
De quel régiment parlez vous ? Etait-il sapeur ou artilleur ?
Quel était son métier ?
Cordialement,
Louis.


Message édité par le begue le 07-01-2013 à 03:36:52
n°1244
armand
Posté le 29-08-2009 à 07:27:25  profilanswer
 

Bonjour à tous
Bonjour mapibe (Un prénom serait plus sympa)
 
Nos sommes un peu dans le vague avec vos indications. Vous aussi peut etre ! Nous vous conseillons de lire le memento en tete de la rubrique "Soldats de la Grande guerre".
 
Ci dessous, le pourquoi des questions de Louis :
 
-Les sections de chemins de fer de campagne ou sections techniques d'ouvriers de Chemins de fer de Campagne étaient des unités militaires mais il ne s'agit pas de REGIMENT
 
-La construction des voies ferrées des réseaux de l'artillerie au front (voies de 60) était faite par des batteries de régiments d’ARTLLERIE à pied (R.A.P.) jusqu'en 1917, date à laquelle ces batteries sont regroupées au sein du 69e R.A. Au front, les locomotives étaient exploitées par des personnels dépendant de l'artillerie, celles de voie étroite par des sections d'exploitation d'abord rattachées à des régiments d'artillerie à pied (R.A.P.) puis au 68e régiment d'artillerie à partir de 1917.  
 
-le 5e REGIMENT DU GENIE verse à l'artillerie ses spécialistes en voie de 0,60 m. Si le 5e régiment du Génie construit et exploite les voies normales (1 435 mm), il exploite sans les construire les autres types de voies, les règles d'exploitation étant identiques.
 
Cdt
Armand


Message édité par armand le 29-08-2009 à 08:58:41

---------------
Sur les traces du 132ème RI " Un contre Huit " et du 294ème RI (le "29-4" )
n°1245
mapibe
Posté le 29-08-2009 à 12:00:44  profilanswer
 

Bonjour,
Merci Armand pour ces précisions. Mon grand père avant son incorporation travaillait à la compagnie des chemins de fer du midi et à été mobilisé à Rodez. Il est d'ailleurs resté cheminot après la guerre et a fini sa carrière à la SNCF. Sur les photos prises par mon GP il y a entre autre des photos de trains et de lignes de chemin de fer.
Je recherche des témoignages sur cette période.
Cordialement
Marie-Pierre


---------------
Cordialement
n°1246
Achache
Cimetière militaire de V D
Posté le 29-08-2009 à 12:39:56  profilanswer
 

Bonjour,
Marie Pierre, comme dit Armand ( :hello: ) Nous sommes un peu dans le vague avec vos indications...
Mais peu à peu on avance... Voici que vous parlez de photos: y en-t-il une qui representerait monsieur votre grand père, sur laquelle on pourrait déjà éventuellement préciser son unité grâce à son uniforme, si vous voulez bien nous la présenter ?
Bien à vous,
Achache


---------------
Émouvante forêt, qu'avons-nous fait de toi ?/Un funèbre charnier, hanté par des fantômes./Tes doux sylvains ont fui, cédant la place aux hommes
Qui sèment autour d'eux la douleur et l'effroi. M. BOIGEY/LAMBERT, La Forêt d'Argonne, 1915
n°1248
mapibe
Posté le 29-08-2009 à 19:56:09  profilanswer
 

Bonsoir,
Je sais qu'il a incorporé le 21ème régiment d'infanterie à Rodez le 06/10/1906 puis a été mobilisé dans la 7ème section des chemins de fer de campagne le 10/08/1916 . Il a fait la campagne d'orient du 4/2/1917 au 22/11/1918. J'ai des photos de lui et de mécaniciens avec leur locomotive ainsi qu'une photo des "approvisionnements militaires du bazar de Lyon" en Serbie.
Je ne sais pas mettre des photos??
Voilà les infos que je possède
 
Bonne soirée
Marie-Pierre


---------------
Cordialement
n°1249
monte-au-c​reneau
Maudite soit la guerre
Posté le 29-08-2009 à 21:27:24  profilanswer
 

mic94 a écrit :

quelques choses sur les chemins de fer


Bonjour,
 
Pour agrémenter ce fil, voici une photo de cheminots du "Réseau EST" en gare de Mailly-le-Camp (AUBE), connue de milliers de militaires du camp du même nom.  
 
Debout et à l'extrême gauche, mon Pépère poilu, vient de d'être embauché comme "employé aux écritures" juste après sa démobilisation. La photo date de 1920.
 
La gare n'a quasiment pas changé. Mais il y a beaucoup moins de Personnel: 0 en réalité... Cette gare subsistera t-elle ? Pas sûr ! Car les gares des petites lignes risquent d'être squattées par des marginaux ou autres et elles sont régulirement démolies, comme par exemple la gare de Villeneuve-l'Archevèque (Yonne) tout récemment. Patrimoine tu fous le camp !
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/4294/12.jpg
 
Au revoir et au plaisir de suivre ce fil qui, ma foi, sort un peu des sentiers battus...
 
Sylvain


---------------
- "Honte à la gloire militaire, honte aux armées, honte au métier de soldat, qui change les hommes tour à tour en stupides victimes et en ignobles bourreaux."  (Henri Barbusse)
n°1250
bruno17
1er RTA: Toujours le premier!
Posté le 29-08-2009 à 23:16:47  profilanswer
 

Bonjour,
Deux soldats du Train:
Le Chef de Train Auguste Kugler, de la 6ème section de chemin de fer de campagne, mort pour la France en septembre 1918 de maladie contractée en service, à l'ambulance 13/4 à Revigny (Meuse).
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/1757/AugusteKugler6Chemindeferdecampagne.jpg
 
Le soldat Roger Guérive, du 18ème escadron du Train, mort pour la France à Furnes en Belgique, en décembre 1917.  
A ce sujet, quelqu'un sait-il ce que veut dire " suite blessures par E.O"...?
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/1757/Guerive18escadronTrain.jpghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/1757/Guerive.jpg

Message cité 1 fois
Message édité par bruno17 le 29-08-2009 à 23:18:59

---------------
Bruno BAVEREL - Romans: "Lieutenant indigène", "Étienne et les sirènes" (2007 et 2009 La Découvrance éditions) - "Le tombeau des quatre ours" (2015 Éditions du Croît-Vif) - "La vie sexuelle des alligators" (2017 Amazon Kindle Publishing)
n°1251
Achache
Cimetière militaire de V D
Posté le 29-08-2009 à 23:24:34  profilanswer
 

Bonsoir,
Marie Pierre, pour insérer une image (qui doit se trouver préalablement dans votre ordinateur): quand vous commencez un nouveau message, voyez en bas: " ajouter de nouvelles images (en bleu) ou "aller dans votre répertoire d'images; vous cliquez l'un des deux; faites "parcourir"; "ouvrez" l'image souhaitée, validez en corrigeant éventuellement les dimensions; puis vous copiez/collez le lien de l'image dans votre texte du message en cours.
 
E.O = Eclat d'Obus
Mais, Bruno ( :hello: ) le Train des Equipages n'est pas à confondre avec les Chemins de Fer...
Pour le train des Equipages, il s'agit des convois hyppomobiles (voitures attelées) ou automobiles (camions)
Bien à vous,
Achache


Message édité par Achache le 29-08-2009 à 23:34:29

---------------
Émouvante forêt, qu'avons-nous fait de toi ?/Un funèbre charnier, hanté par des fantômes./Tes doux sylvains ont fui, cédant la place aux hommes
Qui sèment autour d'eux la douleur et l'effroi. M. BOIGEY/LAMBERT, La Forêt d'Argonne, 1915
n°1252
armand
Posté le 30-08-2009 à 08:51:41  profilanswer
 

mapibe a écrit :

Mon grand père avant son incorporation travaillait à la compagnie des chemins de fer du midi et à été mobilisé à Rodez.


mapibe a écrit :

puis a été mobilisé dans la 7ème section des chemins de fer de campagne le 10/08/1916 . Il a fait la campagne d'orient du 4/2/1917 au 22/11/1918. J'ai des photos de lui et de mécaniciens avec leur locomotive ainsi qu'une photo des "approvisionnements militaires du bazar de Lyon" en Serbie.


Bonjour Marie Pierre
 
C'est plus clair. Employé de chemin de fer à la compagnie du Midi donc mobilisé dans la 7ème section technique d'ouvriers de Chemins de fer de Campagne. La 7e a fourni en outre un important détachement à Salonique. Pourqoui ne pas interroger le cercle généalogoique des cheminots ?
 
Je n'ai pas plus de données. Voir des references de livres dans :
 
http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] htm#t13122
 
http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] 8460_1.htm
 
Voir :
http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] 7740_1.htm
 
http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] 3808_1.htm
 
Cdt
Armand


Message édité par armand le 30-08-2009 à 09:39:09

---------------
Sur les traces du 132ème RI " Un contre Huit " et du 294ème RI (le "29-4" )
n°1253
bruno17
1er RTA: Toujours le premier!
Posté le 30-08-2009 à 10:56:13  profilanswer
 

Merci pour ce rappel Achache ! Quand je pense avoir fait mon service militaire au 83ème régiment du Train de Fribourg-en-Brisgau !! Ah que voilà un bien piètre soldat...!
Bien cordialement
Bruno


---------------
Bruno BAVEREL - Romans: "Lieutenant indigène", "Étienne et les sirènes" (2007 et 2009 La Découvrance éditions) - "Le tombeau des quatre ours" (2015 Éditions du Croît-Vif) - "La vie sexuelle des alligators" (2017 Amazon Kindle Publishing)
n°1254
lorrain54
Posté le 30-08-2009 à 18:22:30  profilanswer
 

Bonsoir a tous,
sur la plaque de  Auguste Kugler il est marqué époux Texier ! cela me semble curieux , pouvez vous m'éclairer.  
Belle soirée a tous, Jean-Louis.


---------------
Dites le a tous, " Il ne fait pas bon mourir".
n°1259
armand
Posté le 01-09-2009 à 17:29:32  profilanswer
 

Bonjour
 
La lecture du JMO de la section de CFC en AOF donne une idée du travail d'une section de CFC
 
Cdt
Armand


Message édité par armand le 01-09-2009 à 17:31:50

---------------
Sur les traces du 132ème RI " Un contre Huit " et du 294ème RI (le "29-4" )
n°1260
bruno17
1er RTA: Toujours le premier!
Posté le 01-09-2009 à 17:59:51  profilanswer
 

lorrain54 a écrit :

Bonsoir a tous,
sur la plaque de  Auguste Kugler il est marqué époux Texier ! cela me semble curieux , pouvez vous m'éclairer.  
Belle soirée a tous, Jean-Louis.


 
Bonjour Jean-Louis,
En fait, on est beaucoup plus habitué de nos jours, à voir la mention « épouse de… » , l'homme étant, dans cette société, toujours mis en avant. N’étant pas un spécialiste es affaires matrimoniales, j’imagine qu’il fut un temps où, indifféremment, on pouvait tout aussi bien voir « époux de… avec le nom de jeune fille de la femme » ?
Cordialement
BB


Message édité par bruno17 le 01-09-2009 à 18:01:11

---------------
Bruno BAVEREL - Romans: "Lieutenant indigène", "Étienne et les sirènes" (2007 et 2009 La Découvrance éditions) - "Le tombeau des quatre ours" (2015 Éditions du Croît-Vif) - "La vie sexuelle des alligators" (2017 Amazon Kindle Publishing)
n°1265
lorrain54
Posté le 02-09-2009 à 09:07:41  profilanswer
 

Bonjour a tous,
Mais c'est bien sur ! Merci Bruno, une belle chose en vérité, complètement oubliée.
Belle journée a tous, Jean-Louis.


---------------
Dites le a tous, " Il ne fait pas bon mourir".
n°1314
mapibe
Posté le 11-09-2009 à 23:11:12  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
 Je rentre de vacances ce qui explique mon silence.
Voici quelques photos prises en Salonique par mon grand père
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5933/bazardelyon.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5933/groupedagentsdetrainetdemecaniciens1dec17.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5933/papegroupe.jpg
Merci Armand, j'irai consulter les liens que vous m'avez faits parvenir.
Cordialement
MArie-Pierre


---------------
Cordialement
n°1575
steve
Posté le 23-11-2009 à 13:05:51  profilanswer
 

mic94 a écrit :

Bonsoir Armand,  
 
natif de Chaumont (52) je pense qu'il était de la 6eme section (reseau Est), je cite sa fiche matricule;
classé non affecté (chemin de fer de l'Est) du 3 juin 1905 au 12 octobre 1910. Affecté spécialement (chemin de fer de l'Est) du  
13 octobre 1910 au 9 novembre 1927.
A accompli une période d'erxercice dans la 6ème section de chemin de fer de campagne du 14 au 27 octobre 1910.
Passé dans l'armée territoriale le 1 octobre 1912.

je prend toutes infos, merci
 
 
Amicalement, Mic


bjr
 
Mon arrière gp était de la meme section, de la meme région (né en haute marne) et a fait la meme période d'exercice !!!!!
 
amusante coincidence
 
steve du 51


---------------
steve du 51
n°1576
mic94
Posté le 23-11-2009 à 13:40:08  profilanswer
 

Bonjour à tous, bonjour steve,
Amusant en effet, et pour cela recevez une chaleureuse poignée de mains.
 
Je profite pour insérer une photo d'un cheminot trouvé au  cimmetière d'Ivry (94)
Cordialement, Mic
 
 
[img]http://img38.imageshack.us/img38/7618/roya.jpg
[quotemsg=1575,26,6286]
bjr

n°1577
armand
Posté le 23-11-2009 à 13:49:25  profilanswer
 

bonjour
 
Curieux la mention SNCF. La SNCF a été créée le 1er janvier 1938  
Je n ele trouve pas sur MDH
 
Cdt
Armand


---------------
Sur les traces du 132ème RI " Un contre Huit " et du 294ème RI (le "29-4" )
n°1717
armand
Posté le 29-12-2009 à 07:00:37  profilanswer
 

Bonjour
 
Danteny Louis Emile, né à Reims, 6eme section des CFC
Schuh Michel Xavier
Thibault Louis
 
(Source LO de Reims)
http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] =665638318
Cdt
Armand

Message cité 1 fois
Message édité par armand le 04-01-2010 à 13:23:54

---------------
Sur les traces du 132ème RI " Un contre Huit " et du 294ème RI (le "29-4" )
n°1738
- Joel Hur​et -
Administrateur
Posté le 02-01-2010 à 21:46:58  profilanswer
 

armand a écrit :

Bonjour
 
Danteny Louis Emile, né à Reims, 6eme section des CFC
(Source LO de Reims)
http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] =665638318
Cdt
Armand


 
Bonjour Armand, bonjour à tous,
 
Pour illustrer l’histoire de la 6e Section des Chemins de Fer de Campagne, vous trouverez ci-dessous un extrait d’une étude de P. Bouché Leclercq Ingénieur en chef adjoint de la voie et des travaux ( document non daté). A la suite de cet article, la photo d’un képi de sous-lieutenant de la 9e Section des chemins de fer de campagne aux couleurs caractéristiques !
 
Bien cordialement, Joël
 
 
 

Citation :

La 6e section des chemins de fer  
de campagne
………………….
Avant de terminer cette étude, il convient de dire quelques mots de la tâche accomplie en Alsace par le personnel de la Compagnie de l'EST mobilisé au titre de la 6ème Section de Chemins de fer de Campagne.
Les tronçons de ligne occupés par nos troupes dès le début de la guerre furent confiés à des agents de la Compagnie de l’EST qui, à partir du mois de mai 1915, furent constitués en un détachement militaire dont l'effectif fut de 25 agents supérieurs et 278 agents secondaires.
 Le Réseau à exploiter comportait d'abord 3 Sections de lignes isolées entre elles :
 
Ligne A - Ligne de Mulhouse, entre Petit-Croix et Retzwiller  (7 Km)
Ligne B - Ligne de la Doller, entre Sentheim et Sewen (14  Km )
Ligne C - Ligne de la Thür, entre Bitschwiller et Krüth (15 Km)
Le Village de Retzwiller est situé en deçà de la vallée de la Largue, que la ligne de Paris à Mulhouse franchit sur un viaduc, dit Viaduc de Dannemarie.
Cet ouvrage avait été détruit par les troupes françaises en 1914, lors de la retraite de Mulhouse. La destruction portait sur la grande arche de 25 m d!ouverture, établie sur la Largue, et sur deux petites arches de 8,60 m d’ouverture de part et d’antre de l’arche principale.
Quatre piles étaient détruites dont 2 piles culées, et 2 piles intermédiaires. La hauteur de l'ouvrage au-dessus des berges de la rivière était d'environ 18 m ; la longueur total de la brèche était de 72 mètres.
Il était désirable d’accéder à la gare de Dannemarie pour pouvoir remettre en exploitation un tronçon de la ligne de Dannemarie à Pfetterhausen et on décida de reconstruire le viaduc d'une manière définitive, La direction des travaux fut confiée au commandant de la 6ème Section C.F.C. à la disposition duquel fut mise une Compagnie de Sapeurs,
En raison des dimensions exceptionnelles de cet ouvrage , il fallut étudier des dispositions spéciales.
L’ouvrage fut reconstruit en béton de ciment, avec  parement  en mortier de briques concassées. Les piles furent exécutées au moyen de fermettes métalliques exactement profilées, qui servirent de gabarits pour soutenir les coffrages; ces fermettes furent utilisées en même temps pour porter une passerelle de service établie à la partie supérieure et par laquelle fut amené le béton; les fermettes restèrent enrobées dans le massif de béton; certaines d'entre elles eurent 16,50 m de hauteur.
La grande voûte fut construite sur un anneau-cintre établi suivant le procédé décrit plus haut; cet anneau, de 0,20 m d'épaisseur comprit 17 cerces métalliques, dont 9 en rails et 8 en cornières. Le corps de la voûte en raison de son poids, fut constitué par une série de voussoirs successifs en béton, disposés sur le périmètre de l'anneau cintre, de manière â répartir la charge aussi également que possible. Les coffrages de ces
voussoirs furent formés par des grillages métalliques tendus sur des cadres en fer rond, cadres et grillages restèrent incorporés au béton.
Malgré la proximité du front, et malgré une crue de la Largue, les travaux commencés dans la première semaine de mars 1915 se poursuivirent rapidement et sans incidents. Le bétonnage des petites voûtes fut terminé le 13 mai, celui de la grande voûte, le 16 mai et les épreuves de l’ouvrage terminé furent fixées au 31 mai, mais ce même jour le viaduc fut détruit à nouveau par un tir à longue portée de l’ artillerie allemande et l'on dut renoncer à reconstruire un ouvrage aussi important à une aussi faible distance de l’ennemi.
On entreprit alors une déviation de la ligne, dite déviation de Manspach, pour contourner la brèche et accéder à la gare de Dannemarie.
L'achèvement de ce travail permit d'utiliser pour les besoins militaires une section de ligne de 9 Km entre Dannemarie et Friessen, qui fut mise en exploitation en octobre 1916 sous le nom de ligne E,
Cependant, en Décembre 1915, on avait mis en service un embranchement de 5 Km de longueur se détachant de la ligne C, à Wesserling et allant à Urbès, station terminus d'un câble transporteur dont il sera parlé plus loin. Cette ligne avait été construite par les sapeurs.
En août 1916, les sapeurs terminèrent une ligne nouvelle destinée à établir une liaison entre la ligne de Paris à Mulhouse et la ligne de la Doller, cette ligne, dont l'exploitation fut confiée à la 6ème Section C.F.C. sous le nom de ligne D allait de Petit-Croix â Lauw et mesurait 21 Km de développement.
La ligne C était isolée du reste du réseau ferré, et comme il n'était pas possible d'établir une communication par rails, on résolut de réunir la vallée de la Thur à celle de Bussang au moyen d'un câble transporteur franchissant le col de Bussang. La ligne de communication ainsi constituée comporta deux sections de voie ferrée, l'une de Bussang à Taye, l'autre de Wesserling à Urbès dont nous avons parlé plus haut.
Le câble de Taye à Urbès, d'une longueur de 6124 mètres était porté par 64 pylônes métalliques dont certains dépassaient 30 m de hauteur. Ce câble, qui fut mis en service en décembre 1915, assura tout le trafic de la Vallée de la Thür, aussi bien pour les besoins de la population civile que pour les besoins militaires; il transporta en moyenne de 4 000 à 6 000 T par mois, il dépassa 8 000 T en Mars 1918.
On entreprit également la construction d'un câble destiné à prendre les approvisionnements militaires dans la Vallée de la Thur pour les monter sur les crêtes voisines. Ce câble, de 2327 m de longueur, partit de Holzplatz, près de Krütch, à la cote 609 et prit fin à Breitfirst à la cote 1218, il était supporté par 18 pylônes en bois. Ce câble fut mis en service en novembre 1915, il fut ultérieurement prolongé par un autre câble de 2300 m. de longueur de Breitfirst à Pfulwasen, dans la vallée de la Fecht à la cote 720, Ce dernier transporteur fut mis en service au début d'août 1917.
Pour l'installation de ces câbles, les études furent faites par le Service Central de la Voie avec le concours d'un constructeur spécialiste; les pylônes furent établis par les sapeurs; les câbles et la machinerie furent mis en place par les agents de la 6ème Section C.F.C. Une grande partie du matériel mis en oeuvre provenait de réquisitions.
Nous sommes efforcés, dans les pages qui précèdent de montrer l'importance des travaux exécutés sur le Réseau de l'EST pour les besoins de la Guerre et d'indiquer les méthodes qui ont été suivies.
Une oeuvre aussi étendue n!a pu être réalisée que par une collaboration constante des moyens d'action de la Compagnie et de ceux de l'Autorité Militaire.
Ingénieurs de la Compagnie, Officiers du Génie, cheminots, sapeurs, travailleurs auxiliaires de toutes provenances, tous ont apporté à la tâche commune leur dévouement, leur intelligence et leurs forces ; leur labeur continu a rendu possible l’œuvre des armées combattantes et tous peuvent se dire avec fierté qu'ils ont contribué pour leur part au succès de la Grande Guerre.


 
http://www.pages14-18.com/PHOTOS/Kepi_J_HURET_OFF_SCFC_1.jpg http://www.pages14-18.com/PHOTOS/Kepi_J_HURET_OFF_SCFC_D1.jpg


---------------
Histoire d'une collection : musée du costume militaire
n°1739
armand
Posté le 02-01-2010 à 22:34:49  profilanswer
 

Bonsoir
 
Joel, votre visite dans la sape nous fait grand honneur. Merci pour ce document trés détaillé. J'observe que la pose des cables rejoint l'apport d'Eric http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] .htm#t1360
 
Amitiés
Armand


Message édité par armand le 02-01-2010 à 22:37:57

---------------
Sur les traces du 132ème RI " Un contre Huit " et du 294ème RI (le "29-4" )
n°2539
BounhL
Posté le 15-03-2011 à 14:14:41  profilanswer
 

Bonjour a tous,
 
Je suis a la recherche de mon histoire,
je recherche tous renseignements et photos sur mon arriére grand-pére,
 
BOUNHOURET Emile (1895), 3éme section des chemins des fer de campagne, 8éme compagnie.
 
 
Je vous remercie et j'espére que quelqu'un pourra m'aider
 
BOUNHOURET.L

n°2675
micau
Posté le 16-08-2011 à 19:38:57  profilanswer
 

bonjour
 
j'ai retrouvé la sépulture de mon arrière grand père
est ce que quelqu'un peut me donner quelques explications
 
il est décédé en 1916 au havre
E bis 16 CH. DE FER DE CAMPAGNE 14E
 
 
merci

n°3057
guironnet
Posté le 06-01-2013 à 19:37:33  profilanswer
 


 
[quote]La 6e section des chemins de fer de campagne
………………….
Avant de terminer cette étude, il convient de dire quelques mots de la tâche accomplie en Alsace par le personnel de la Compagnie de l'EST mobilisé au titre de la 6ème Section de Chemins de fer de Campagne.
Les tronçons de ligne occupés par nos troupes dès le début de la guerre furent confiés à des agents de la Compagnie de l’EST qui, à partir du mois de mai 1915, furent constitués en un détachement militaire dont l'effectif fut de 25 agents supérieurs et 278 agents secondaires.
 Le Réseau à exploiter comportait d'abord 3 Sections de lignes isolées entre elles :
 
Ligne A - Ligne de Mulhouse, entre Petit-Croix et Retzwiller  (7 Km)
Ligne B - Ligne de la Doller, entre Sentheim et Sewen (14  Km )
Ligne C - Ligne de la Thür, entre Bitschwiller et Krüth (15 Km)
 
Bonsoir,
 
Pour illustrer cet article, la photo non datée de la visite d'un général (non identifié) entouré d'un groupe "d'officiels" à une section de C.F.C, probablement dans les Vosges :
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/249/Visite%20d%27un%20General%20a%20une%20section%20CFC.jpg
 
Un agrandissement du groupe des visiteurs :
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/249/visite%20officielle%20section%20C.F.C.jpg
 
Merci de votre aide pour identifier les lieux et les personnages.
Cordialement.
Michel Guironnet
 
mes articles publiés sur Histoire-Généalogie.com
http://www.histoire-genealogie.com/spip.php?auteur20

n°3065
Eric Mansu​y
Posté le 10-01-2013 à 15:20:27  profilanswer
 

Bonjour à tous,
Bonjour Michel,
 
C'est le général d'Armau de Pouydraguin, commandant la 47e D.I.
 
Bien cordialement,
Eric Mansuy


---------------
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.
n°3066
guironnet
Posté le 10-01-2013 à 21:34:27  profilanswer
 

Eric Mansuy a écrit :

Bonjour à tous,
Bonjour Michel,
 
C'est le général d'Armau de Pouydraguin, commandant la 47e D.I.
 
Bien cordialement,
Eric Mansuy


 
 
Bonsoir Eric et à tous,
 
Merci pour cette identification.
 
Je retrouve "mon" général sur deux autres photos de groupe : l'arrivée et/ou le départ "d'officiels" salués par des officiers.
Il descend -ou monte- dans une petite voiture "de sport" décapotable ! conduite par un chauffeur :
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/249/Visite%20d%27officiers%201.jpg
 
Sur l'une des photos, il y a un wagon sur une voie ferrée de 0,60 ? Certainement, cela donnera des indices à Eric sur ces lieux :
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/249/Visite%20General%202.jpg
 
Je pense que ces photos sont prises le même jour car on reconnait les mêmes personnes. Elles doivent l'accompagner dans une "tournée d'inspection".
Je crois même qu'il y a un civil sur la 1ere photo du Forum : celui en "peau de bique" avec un chapeau de feutre. Il tient, semble t'il un appareil photo qu'il montre à un officier.
 
Encore merci de m'aider "à faire parler" ces images.
 
Cordialement.
Michel Guironnet

n°3068
Eric Mansu​y
Posté le 11-01-2013 à 08:20:21  profilanswer
 

Bonjour à tous,
Bonjour Michel,
 
Je ne serais pas surpris que ces scènes se soient déroulées à proximité du terminus de la voie étroite venant de Plainfaing, près de l’entrée du Valtin. Je vous joins un extrait de canevas.
 
http://img.imagesia.com/fichiers/4r/le-valtin_imagesia-com_4r4u_large.jpg  
 
Bien cordialement,
Eric Mansuy


---------------
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.
n°3072
guironnet
Posté le 11-01-2013 à 15:20:23  profilanswer
 

Eric Mansuy a écrit :

Bonjour à tous,
Bonjour Michel,
 
Je ne serais pas surpris que ces scènes se soient déroulées à proximité du terminus de la voie étroite venant de Plainfaing, près de l’entrée du Valtin.
 
Bien cordialement,
Eric Mansuy


 
 
Bonjour,
 
Merci à Eric de cette probable localisation. Ce serait certainement très intéressant de rechercher des illustrations de ce coin à cette époque...
 
Du côté de la "technique de construction" de cette station terminus, j'ai trouvé un article très copieux en trois parties intitulé "RÉFLEXIONS SUR LA TECHNIQUE ET L'EMPLOI D'UN GROUPE DE COMPAGNIES
DE SAPEURS DE CHEMINS DE FER" dans les livraisons de 1932 de "La Revue du Génie Militaire" disponible sur Gallica.
 
Au sommaire (entre autres) :  
 
CHAPITRE VI. — Méthodes expérimentées pour la construction de téléfériques.
Les systèmes français.
— A. Les méthodes d'entreprises. Les lignes des Vosges. Le Valtin. Le Hohneck.
— B. Les méthodes militaires. Expérience dé Kruth. Les projets. L'exécution.Expériences de Bussang.
 
Il y a plein de schémas explicatifs...
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/249/station%20teleferique%20Kruth.jpg
 
Et ce passage qui correspond bien à la photo de la gare C.F.C du Valtin :
 
"La ligne du Valtin a été assignée au service du génie d'Epinal, qui a employé un entrepreneur pour la fabrication et le montage des supports, confectionnés en bois équarris, et, pour le reste des travaux, des équipes civiles et militaires, entre autres un petit détachement de sapeurs de chemins de fer et un détachement du génie d'un groupe vosgien. La ligne, commencée en août 1915, put fonctionner à partir des premiers mois de 1916...Il en fut de même pour les charpentes des stations sauf le dispositif de tension inférieur, qui exigeait des assemblages compliqués entre grosses pièces, et qui fut établi avec des bois équarris après abatage sur place..."
 
Voir le fil: http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] _154_1.htm
 
Cordialement.
Michel Guironnet
mes articles publiés sur Histoire-Généalogie.com
http://www.histoire-genealogie.com/spip.php?auteur20

n°3076
guironnet
Posté le 13-01-2013 à 20:01:17  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Une simple hypothèse pour la date de ces photos :
 
nous sommes peut être le lundi 10 avril 1916 lors de la visite "non annoncée" du Président de la République Raymond Poincaré.
Dans ses mémoires, "Au service de la France : neuf années de souvenirs" tome VIII, Verdun, 1916, il raconte ses deux journées passées en Alsace.
Il va notamment à Kruth, Oderen, La Bresse...Il est accompagné du ministre Léon Bourgeois.
 
Le civil au chapeau de feutre lui ressemble un peu.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/249/civil%201916.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/249/10avril1916.jpg
 
Cordialement.
Michel Guironnet

n°3476
Marjolaine
Posté le 09-02-2014 à 18:13:06  profilanswer
 

Bonjour,
 
Mon premier message sur ce forum.  
 
Mon grand-père a été d'abord ajusteur auxiliaire, puis ajusteur électricien, puis surveillant aux Chemins de fer d'Etat à Paris. Il a été mobilisé le 17.8.1914. Il participera à la campagne contre l’Allemagne, dans le Nord de la France, du 17 août 1914 au 28 juillet 1915, contre l’Autriche (peut-être en Italie) du 17 janvier 1917 au 28 juillet 1918,  et contre la Turquie du 16 novembre au 20 mars 1919. Pendant la deuxième période, il aura cinq permissions allant d’une semaine à 10 jours. Il est difficile de savoir où il était affecté entre  juillet 1915 et janvier 1917, vraisemblablement à son lieu de travail d’origine.  
 
J'aimerais savoir en quoi consistaient ces diverses campagnes, dans son cas.
 
 Merci à l'avance de vos réponses.
Danièle


---------------
Danièle
 Page :   1  2
Page Précédente

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire : génie

  chemin de fer de campagne