La Grande Guerre en photos : PEGHES et 11 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Ambulance 2-105

n°7986
Ouldrion
Posté le 31-05-2010 à 15:00:36  profilanswer
 

Bonjour,
Mon père, soldat au 86ième R.I. a été blessé près de Reims le 19 juillet 1918. le J.M.O. de ce jour mentionne des combats dans le secteur de Marfaux, Pourcy, Cuitron, la vallée de l'Ardre.
Les bulletins 46C transmis par le SAMHA indiquent qu'il a été hospitalisé à l'ambulance 2-105 (médecin major de 2° classe HAU)du 22.07 au 01.09, il venait de l'HOE 7-1 et a été évacué sur l'HOE 21/2 pour l'intérieur (hôp. complémentaire n°6 Carcassonne)  
J'aimerais connaître le lieu de stationnement de cette ambulance et de ces HOE à cette période  
Merci par avance. [i]ceci est mon premier message j'espère ne pas avoir fait de bourdes!

n°7987
Achache
Cimetière militaire de V D
Posté le 31-05-2010 à 15:14:40  profilanswer
 

Bonjour,
et bienvenue, Ouldrion, sur ce Forum. -Votre message est à la bonne place, et sans "bourdes" ;)  
Désolé, je n'ai pas immédiatement de réponse à votre question, mais elle m'intéresse particulièrement: sales journées que celles de la mi Juillet 18 dans le coin de Marfaux: j'habite à quelques km... et je m'intéresse donc à ces combats de la Vallée de l'Ardre...
A cette date, le 86e RI est à la 120e DI, qui relève alors du 2e CA Italien.
 
En toute logique, cette évacuation a dû se faire depuis la vallée de l'Ardre vers celle de la Marne, via Marfaux, Nanteuil la F., Hautvillers; ou Fleury la Rivière (moins probable car plus proche de la zone des combats):
l 'HOE 7-1 se trouvait probablement en vallée de la Marne (Epernay ?)...
et l'ambulance 2-105 ???...  
 
Bien à vous,
 
 [:achache:1]
 
Juste pour vous donner une idée de la région de Pourcy, Marfaux, si vous ne la connaissez pas, une photo de l'été 2009:
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/4064/FermedumoulinDSCN0134.jpg


Message édité par Achache le 01-06-2010 à 17:16:41

---------------
Émouvante forêt, qu'avons-nous fait de toi ?/Un funèbre charnier, hanté par des fantômes./Tes doux sylvains ont fui, cédant la place aux hommes
Qui sèment autour d'eux la douleur et l'effroi. M. BOIGEY/LAMBERT, La Forêt d'Argonne, 1915
n°8059
MP 92
Posté le 18-06-2010 à 17:57:03  profilanswer
 

Ouldrion a écrit :

Bonjour,
Mon père, soldat au 86ième R.I. a été blessé près de Reims le 19 juillet 1918. le J.M.O. de ce jour mentionne des combats dans le secteur de Marfaux, Pourcy, Cuitron, la vallée de l'Ardre.
Les bulletins 46C transmis par le SAMHA indiquent qu'il a été hospitalisé à l'ambulance 2-105 (médecin major de 2° classe HAU)du 22.07 au 01.09, il venait de l'HOE 7-1 et a été évacué sur l'HOE 21/2 pour l'intérieur (hôp. complémentaire n°6 Carcassonne)  
J'aimerais connaître le lieu de stationnement de cette ambulance et de ces HOE à cette période  
Merci par avance. [i]ceci est mon premier message j'espère ne pas avoir fait de bourdes!


 
Bonjour Ouldrion, bonjour à tous,
 
Vos données me laissent perplexes et je vous demande encore quelques jours pour trancher définitivement.
 
En effet, si le m-c de la 2/105 est bien le MM2 HAU en juillet 18, sauf un mouvement qui m'aurait échappé, je la trouve stationnée à MONTBELIARD depuis le 28/2/1916 !  
Par ailleurs, l'HOE 7/1 est stationné à RAMBERVILLERS depuis janvier 18, affecté principalement aux opérations de triage du secteur. Le 7/2 (section 2 de l'HOE 7) se déplace à CHARMES au 14/1/18 pour assurer pvt le fonctionnement de la GR et revient s'accoler au 7/1 au 31/3/18. Au 24/7/18, l'HOE 7 au complet ne fonctionne plus et est relevé jusqu'au 30/7 par l'HOE 21/2, toujours à RAMBERVILLERS semble t'il !!!
 
Tout ça me paraît fort loin de la Marne et mérite vérification. Je vous tiens au courant le 29/6 ou le 30.
 
Cordialement,


---------------
Michel PINEAU
 
n°8061
Eric Mansu​y
Posté le 18-06-2010 à 18:33:43  profilanswer
 

Bonjour à tous,  
Bonjour Michel,  
 
En effet, à cette date, l’Ambulance 2/105 était à Rambervillers (1080 lits, 150 infirmiers). C'était également le cas de l’HôE 7 (56 lits (auxquels s’ajoutaient 220 places sur brancards pour blessés couchés, et 400 places pour blessés assis), 52 infirmiers).  
 
Bien cordialement,  
Eric Mansuy


---------------
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.
n°8163
MP 92
Posté le 29-06-2010 à 19:59:18  profilanswer
 

Ouldrion a écrit :

Bonjour,
Mon père, soldat au 86ième R.I. a été blessé près de Reims le 19 juillet 1918. le J.M.O. de ce jour mentionne des combats dans le secteur de Marfaux, Pourcy, Cuitron, la vallée de l'Ardre.
Les bulletins 46C transmis par le SAMHA indiquent qu'il a été hospitalisé à l'ambulance 2-105 (médecin major de 2° classe HAU)du 22.07 au 01.09, il venait de l'HOE 7-1 et a été évacué sur l'HOE 21/2 pour l'intérieur (hôp. complémentaire n°6 Carcassonne)  
J'aimerais connaître le lieu de stationnement de cette ambulance et de ces HOE à cette période  
Merci par avance. [i]ceci est mon premier message j'espère ne pas avoir fait de bourdes!


 
Bonsoir ouldrion, bonsoir à tous,
 
Je vous confirme que l’HOE 7, puis l’HOE 21/2 et enfin l’amb. 2/105 sont bien stationnés tous les 3 à RAMBERVILLERS en juillet 18. En ce qui concerne la 2/105, j’avais omis son mouvement de MONTBELIARD sur RAMBERVILLERS le 23/12/17 !
Ceci étant, il faut noter que les capacités d’accueil de la Place de RAMBERVILLERS ont été considérablement améliorées au printemps 18 et que l’hôpital d’armée de RAMBERVILLERS est passé d’une structure de 450 lits à plus de 1100 grâce à divers travaux et adjonctions de baraques jusqu’en juin. Ceci n’est pas neutre par rapport à la question qui nous intéresse.
 
Dans ma précédente réponse, je vous avais fait part de mon étonnement, relatif à l’éloignement de cette Place par rapport à la zone des combats où votre père intervenait.
Deux mentions marginales figurant au JMO de l’HOE 7/1, vont je crois, nous permettre de lever cette énigme :
«  ...  
-18/6/18 : selon télégramme n°623 en date du 17 du m-c de la GR de ST DIZIER un TS, 14 Est venant de SEZANNE, MESGRIGNY, à 10H20, se vide à RAMBERVILLERS en laissant 246 assis, 54 couchés qui sont répartis par les soins de l’HOE avec la concours de la SSA envoyée par la Direction dans les différents hôpitaux de la Place, sauf 8 mentaux envoyés à EPINAL,
-23/6 : selon tg n° 631, du 21 & 633 du 22, du m-c GR ST DIZIER , TS 6bis MIDI
même provenance, même conséquences, 200 assis, 20 couchés, (dont 104 intoxiqués)sont répartis comme le 18 ... »
On comprend donc maintenant le pourquoi de ces TS qui continuent en juillet, vers cette zone qui présente des disponibilités et qui, de plus, a du être affectée à cette armée pour cette période.  
 
Malgré tout, pour être complet, à mon avis il manque au moins un maillon dans votre chaîne d’évacuation.
Toute évacuation passe obligatoirement au départ par une amb. de triage dont vous ne soufflez mot dans votre exposé initial ! C’est elle qui décide de l’orientation, voire d’un embarquement immédiat ce qui semble être votre cas.
Pour résoudre cette nouvelle étape dont le SAMHA ne semble pas vous avoir parlé, je vous propose d’analyser les JMO du SS de la DI et du CA de rattachement du 86°RI à cette période. Un coup d’œil sur un des JMO de la 120° DI me confirme la présence du 86° RI déjà en mai et encore en juillet ... Si celle-ci dépend bien du 2°CAI dont nous n’avons pas les archives détaillées, une solution peut consister à balayer les JMO des CA voisins, 1°CAC par exemple mais je reconnais que ce n’est pas évident.
 
Cordialement,


---------------
Michel PINEAU
 
n°8179
MP 92
Posté le 05-07-2010 à 09:45:30  profilanswer
 

Ouldrion a écrit :

Bonjour,
Mon père, soldat au 86ième R.I. a été blessé près de Reims le 19 juillet 1918. le J.M.O. de ce jour mentionne des combats dans le secteur de Marfaux, Pourcy, Cuitron, la vallée de l'Ardre.
Les bulletins 46C transmis par le SAMHA indiquent qu'il a été hospitalisé à l'ambulance 2-105 (médecin major de 2° classe HAU)du 22.07 au 01.09, il venait de l'HOE 7-1 et a été évacué sur l'HOE 21/2 pour l'intérieur (hôp. complémentaire n°6 Carcassonne)  
J'aimerais connaître le lieu de stationnement de cette ambulance et de ces HOE à cette période  
Merci par avance. [i]ceci est mon premier message j'espère ne pas avoir fait de bourdes!


 
Bonjour Ouldrion, bonjour à tous les autres,
 
En complément à ma réponse précédente, je vous donne à tout hasard, les références des amb. italiennes du 2°CAI. Il serait intéressant de vérifier si dans les documents qui vous ont été envoyés par le SAMHA, si vous ne trouvez pas des traces y ressemblant (par exemple en abrégé O. n° ou OS. n° ) ! Une de ces amb. a très bien pu être désignée à l'ordre du jour comme amb. de triage ...
 
-3° DII (3° Division d'infanterie Italienne):
OSPEDALETTO n°15
OSPEDALETTO n°19
OSPEDALETTO n°55
-8°DII:
OSPEDALETTO n°57
OSPEDALETTO n°58
OSPEDALETTO n°81
OSPEDALETTO n°126
 
Cordialement,


---------------
Michel PINEAU
 
n°8181
Achache
Cimetière militaire de V D
Posté le 05-07-2010 à 10:57:29  profilanswer
 

Bonjour,
 
Merci, Michel  :hello: , pour ce complément d'info. -Aurais-tu retrouvé la doc sur le SS Italien dont tu m'avais parlé il y a plusieurs mois ?
 
Bien à vous,
 
 [:achache:1]


---------------
Émouvante forêt, qu'avons-nous fait de toi ?/Un funèbre charnier, hanté par des fantômes./Tes doux sylvains ont fui, cédant la place aux hommes
Qui sèment autour d'eux la douleur et l'effroi. M. BOIGEY/LAMBERT, La Forêt d'Argonne, 1915
n°8190
MP 92
Posté le 07-07-2010 à 17:23:15  profilanswer
 

Achache a écrit :

Bonjour,
 
Merci, Michel  :hello: , pour ce complément d'info. -Aurais-tu retrouvé la doc sur le SS Italien dont tu m'avais parlé il y a plusieurs mois ?
 
Bien à vous,
 
 [:achache:1]


 
Bonjour ACHACHE, bonjour à tous,
 
Je réponds ci-dessous à cette vieille demande sur l'organisation du Service de Santé italien.
 
J'ai articulée celle-ci en deux parties séparées mais qui j'espère se suivront pour une bonne compréhension.  
La première a trait à l'organisation générale du SSI, limitée volontairement aux échelons qui nous intéressent habituellement sur ce fil, c'est à dire au niveau CA et au niveau DI. Tout le monde comprendra que je ne peux pas monopoliser l'espace et m'étendre sur le haut-commandement ni sur les aspects médicaux ou chirurgicaux ou tel ou tel équipement spécifique. Il s'agit là d'un simple "coup de projecteur" ...
Au vocabulaire et quantités près, on remarquera que le parallèle avec notre organisation est assez flagrant.
 
La seconde partie est un scan donnant la composition des diverses unités du 2°CAI qui est intervenu en Argonne et en Champagne à partir du printemps 18. Le document est daté de septembre 18 mais on peut facilement faire les transpositions nécessaires sur le mois de mai d'autant que ce sont toujours les 3° & 8°DII qui sont intervenues.
Je crains que compte tenu de la qualité médiocre des supports d'origine (photocopies faites au SHD), la lecture des 3 tableaux s'avère très difficile !
 
Je me lance:
 
QUELQUES ELEMENTS SUR LE SERVICE DE SANTE ITALIEN
GUERRE 14-18

 
A- ORGANISATION du S.I.I. avant la guerre :
 
-SERVICE DE SANTE de 1ère ligne :
 
[#0000ff]I- le Service de Santé Divisionnaire :

Chaque DII comprend un Service de Santé régimentaire, une Section de Santé pour l’infanterie, 2 petits hôpitaux de campagne sur cacolets, un Office de Santé.
 
1-1 Le SS régimentaire est placé sous le commandement d’un capitaine-médecin.
Pour chaque bataillon, il comprend :
 -2 médecins (1 officier, 1 aspirant)
 -2 aides de santé (aiutanti di sanità), étudiants en médecine de 1ère année,
 -16 brancardiers (portaferiti)
Ce personnel dispose de 8 brancards, 1 voiture sanitaire par bataillon, 8 couvertures, 2 paniers sanitaires, 2 outres de 25 litres (pour l’eau)
 
1-2 La Section de Santé pour l’Infanterie (sezione di sanità). Elle correspond en gros à notre Groupe de brancardiers divisionnaires mais renforcé au plan effectif (195 au lieu de 150).  
Elle comprend :
 -7 officiers médecins,
 -1 aumônier,
 -8 aides de santé (dont 2 médecins et 3 pharmaciens)
 -17 infirmiers
 -195 brancardiers,
Elle dispose de 104 brancards, 2 voitures sanitaires, 8 voitures pour blessés, 8 voitures sanitaires de bataillon (dont 2 de réserve), 2 tentes-abris de 7 X 7m (syst. GOTTSCHALK modèle 1909), 2 paniers sanitaires, 6 outres de 25 litres, 2 autos sanitaires recevant chacune 6 brancards. Elle peut donc constituer, 2 détachements sur cacolets (reparti someggiati) et 1 détachement avec voitures (reparto carreggiato) susceptible de fonctionner séparément.
 
1-3 Le petit hôpital de campagne sur cacolets (ospedaletto da campo someggiato). Il est  
capable de recevoir 50 blessés sur paillasses (da 50 letti). Donc pour chaque DII : 2 X 50 = 100
Il comprend :
 -4 officiers médecins,
 -1 pharmacien,
 -1 aumônier,  
 -5 aides de santé,
 -12 infirmiers,
 -13 brancardiers,
et chacun dispose de 2 tentes-abris 9 X 11m (syst. BAUMANN modèle 1909), 2 tentes-abris de 7 X 7m. tout ce matériel est porté par 60 mulets.
 
1-4 L’Office de Santé (ufficio sanità) : Celui-ci est placé sous les ordres du Chef d’Etat-major de la DII et est commandé par un Major médecin, aidé d’un médecin adjoint. C’est l’organe exécutif, correspondant à notre médecin divisionnaire.

II- Le SERVICE DE SANTE DE CAI (Corps d’Armée Italien) :
Il comprend une direction de Santé (direzione di sanità), 2 hôpitaux de campagne (ospedali da campo), une section de santé pour les E.N.E. (Sez. di sanità per truppe suppletive)
 
II-1 La direction de Santé de Corps d’Armée a à sa tête un colonel-médecin secondé par un médecin-adjoint. Elle sous la dépendance directe du Chef d’Etat-Major du C.A et est un organe directeur. Le chef du service dirige personnellement le service sanitaire des ENE.
 
II-2 Les hôpitaux de campagne sont des formations sanitaires mobiles de 100 ou 200 lits dont le matériel est transporté dans 12 véhicules.
 
II-3 La Section de Santé pour ENE constitue une réserve sur le champ de bataille à employer en soutien des sections de santé des DII quand celles-ci sont complètement engagées.

-SERVICE DE SANTE de 2ème ligne :[/b]
 
Ce service comprend la direction de santé d’armée, la direction générale du service de santé.
 
[b][i][#0000ff]III- DIRECTION DE SANTE D’ARMEE :

Elle est confiée à un colonel-médecin, placé sous les ordres de l’Intendant d’Armée. Il s’occupe de toutes les propositions relatives aux remplacements des personnels, aux questions relatives au réapprovisionnement en matériel, aux fixations des emplacements des hôpitaux de campagne, aux règles d’hygiène à observer et à l’assainissement du champ de bataille. C’est lui qui signale au Chef d’E-M de l’Intendance les mesures éventuelles de quarantaines et qui prend les accords nécessaires avec le délégué de la Croix Rouge (ou S.M.O de MALTE) ou avec les directeurs de santé des CA pour les questions des évacuations.
 
IV-DIRECTION GENERALE DU SS :
Elle est rattachée à l’Intendance Générale qui, près du généralissime, remplit les fonctions de notre Direction de l’Arrière (DA).  
Il est à noter que le terme Intendance n’a pas le même sens en Italie et en France. En fait, c’est un organisme qui, adjoint du commandement, a la direction supérieure des services de chaque armée. C’est une sorte d’organe régulateur qui sert de trait d’union entre les armées et le Ministère.
 
Comme indiqué en préambule, nous n’entrerons pas dans la description des hautes strates (COMMANDO SUPREMO, INTENDENTE GENERALE, CAPO DI STATO DELL’INT. GEN., GENERAL MEDICO ISPETTORE, etc.

 
MODIFICATIONS APPORTEES AU COURS DE LA GUERRE

Nous nous contenterons de donner simplement un aperçu général des évolutions.
 
V- MODIFICATIONS:
Après l’entrée en guerre de l’Italie en 1915 et la mobilisation du SS, on s’aperçut vite :
 -que toutes les prévisions hospitalières avaient été sous-estimées,
 -que le débit des évacuations était inadapté au courant réel des blessés,
-que les services de chirurgie étaient inadaptés aux conditions d’une chirurgie moderne,
Pour accroître la rapidité des évacuations et pallier aux insuffisances numériques des brancardiers, on fit appel à des Compagnies Présidiaires (nos territoriaux). Le nombre des autos sanitaires fixé au temps de paix de 2 pour chaque SS fut porté à 8 ou 10 et renforcé par l’adjonction de 4 motobrancards. Le nombre des trains sanitaires aménagés ou provisioires fut aussi accru, de préférence aux trains-hôpitaux.
 
Au plan purement médical, on fit appel à des médecins spécialistes et on créa en Italie des Services de Spécialités et au plan amélioration du rendement, on utilisa officiellement du personnel enseignant (2 décrets).

Par ailleurs, on fit un effort tout spécial pour améliorer les conditions d’hygiène et de prophylaxie (envois de médecins militaires en stages de 2 mois à l’Ecole de Santé militaire). L’hygiène corporelle et alimentaire devint essentielle. Par contre, le système de stérilisation de l’eau potable dans l’armée italienne est resté très inférieur à notre système de javellisation automatique aux points d’eau.
A titre d’information, nous donnons une comparaison entre les rations des soldats italiens et français :

ALIMENTS    ITALIEN   FRANÇAIS
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Pain      750 g    750g
Viande    350            450
Riz & pâtes   150            50
Graisse    15            30
Sucre    50            48
Café     15            20
Vin     0,25l            0,50l
Sel     20g            20g

On créa également des sections de désinfection au niveau Armée et CA.
 
VI- LES EVACUATIONS :
Le parcours du blessé italien est quasi identique au cheminement du français.
On distingue successivement,:
 -poste de secours du bataillon (posto di medicazione)
 -poste de secours du régiment,
-la section de santé (sezione di sanità) qui procède au premier triage (smistamento) mais exécute aussi les
débridements, les poses d’attelles pour les fractures, ...
A partir de là, on distingue 4 hypothèses et 4 directions possibles :
 -les blessés abdominaux dirigés sur une amb. chirurgicale voisine,
 -les autres blessés, sur l’hôpital de campagne de CA spécialisé,
 -les blessés légers, sur les hôpitaux de campagne de CA,
 -le reste des blessés sur les hôpitaux de campagne de l’Intendance.
[/#0000ff]

Ces éléments sont issus d’une étude sur le Service de Santé italien réalisée par le MAM Raoul MERCIER, professeur à l’Ecole de Médecine de TOURS, médecin de l’Etat-major du Commandement Supérieur des FORCES FRANCAISES en Italie.
(boite 893 -18°CA- Centre de Documentation du VDG)
 
à suivre ...
 
 
 
 
 


---------------
Michel PINEAU
 
n°8191
MP 92
Posté le 07-07-2010 à 17:32:23  profilanswer
 

Achache a écrit :

Bonjour,
 
Merci, Michel  :hello: , pour ce complément d'info. -Aurais-tu retrouvé la doc sur le SS Italien dont tu m'avais parlé il y a plusieurs mois ?
 
Bien à vous,
 
 [:achache:1]


 
Rebonjour à tous,
 
Le 2°CAI en France en 1918:
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/4522/lettre%20de%20remercements%20du%20Gal%20ALBERICI.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/4522/organisation%202°CAI%20:1.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/4522/organisation%202°CAI%20:2.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/4522/organisation%20du%202°CAI%20:3.jpg
 
Cordialement,  
en espérant que ça va passer ???


---------------
Michel PINEAU
 
n°9681
Ferns
Où vas-tu Paul ? Vers L'Aisne
Posté le 28-04-2011 à 00:26:14  profilanswer
 

Bonjour,
 
               N'y aurait-il pas un S.S 126 dans cette liste ?
 
Cordialement,
       
                  Jé


---------------
L'homme en campagne a les mêmes besoins qu'en temps de paix ; ces besoins deviennent même plus impérieux, étant exacerbés par une existence plus active et plus énervante.(Henry Mustière)
n°9682
Achache
Cimetière militaire de V D
Posté le 28-04-2011 à 10:34:44  profilanswer
 

Bonjour,
 
Cette fois, bonne pioche, je crois  ;) :
 
Il y a bien une SSA 126... pas chez les Italiens, mais au 3e CA...
 
Extrait du JMO DSS 3e CA en Septembre 1918:
 
http://img200.imageshack.us/img200/7831/dss3ecabisimage2.jpg
 
 
Uploaded with ImageShack.us
 
Bien à vous,
 
 [:achache:1]


Message édité par Achache le 28-04-2011 à 10:39:04

---------------
Émouvante forêt, qu'avons-nous fait de toi ?/Un funèbre charnier, hanté par des fantômes./Tes doux sylvains ont fui, cédant la place aux hommes
Qui sèment autour d'eux la douleur et l'effroi. M. BOIGEY/LAMBERT, La Forêt d'Argonne, 1915
n°9684
Ferns
Où vas-tu Paul ? Vers L'Aisne
Posté le 28-04-2011 à 21:00:18  profilanswer
 

Bonsoir H.H,
 
                 Râââ, splendide ! ça me retire une belle écharde ! Impeccable, Ils sont dans le secteur de Braine, Vallée de la Vesle  du 23 août à mi-septembre .http://toaw.free.fr/afgg/ca/03ca/CA-3-p640.JPG C'est le premier que je trouve d'une section sanitaire automobile. En plus, la ssa 126 n'apparaît pas dans les unités de santé du C.A à cette date ( c'est la SSA 88) dans la page des AFGG.
 
          Avec mes chaleureux remerciements et  bien cordialement,
 


Message édité par Ferns le 28-04-2011 à 23:12:48

---------------
L'homme en campagne a les mêmes besoins qu'en temps de paix ; ces besoins deviennent même plus impérieux, étant exacerbés par une existence plus active et plus énervante.(Henry Mustière)
n°17127
jpbte63
Posté le 26-07-2017 à 10:18:34  profilanswer
 

Bonjour,
 
Les messages datant de 2010-2011, malgré tout voici une information complémentaire.
Ambulance Italienne 15 est stationnée à Epernay le 19/07/1918.
Sources : Fiche MPLF et la fiche matricule n°1867-Béthune-1917-AD62 de BOCQUET Emile Charles Joseph du 86°RI.
 
Cordialement
Jean-Pierre


---------------
Quand on ne fait pas tout pour être le premier, le devenir ou le rester, on ne demeure pas le deuxième. On tombe fatalement le dernier.  
Louis Hubert Lyautey

Aller à :
Ajouter une réponse