FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire :  service santé 

  Classement, répartition et numérotation des Hôpitaux Militaires.

 

2 utilisateurs anonymes et 58 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2
Page Précédente
Auteur Sujet :

Classement, répartition et numérotation des Hôpitaux Militaires.

n°1642
Jean RIOTT​E
Posté le 18-08-2007 à 15:39:09  profilanswer
 

Bonjour à toutes et à tous,
Les établissements dont dispose le Service de Santé Militaire en temps de paix ne permettraient de recevoir qu'une faible partie des malades et des blessés de l'armée mobilisée. Il est donc nécessaire de prévoir, pour le cas de guerre, la création de nombreux hôpitaux. Ces hôpitaux portent le nom de Hôpitaux Temporaires (HT); leur organisation est prévue dans de nombreuses localités de la zone de l'intérieur.
Ces HT du territoire sont destinés à apporter au SS militaire des ressources nouvelles d'hospitalisation en vue de faire face: aux besoins propres des régions et aux évacuations des armées en campagne.
Les HT du territoire sont appelés Hôpitaux Complémentaires (HC) s'ils sont gérés par le SSM. Ils sont appelés Hôpitaux Auxiliaires (HA) s'ils sont gérés par les Sociétés d'assistance. Ils sont appelés Hôpitaux Bénévoles (HB) s'ils sont gérés par des particuliers, des associations, des communautés, des collectivités locales... à la condition de répondre et respecter un cahier des charges imposé par le SSM.
En 1914, éxistent 3 Sociétés d'assistance de la Croix Rouge:
  - La Société française de Secours aux Blessés Militaires (SSBM) créée en 1864;
  - L'Union des Femmes de France (UFF) créée en 1879;
  - L'association des Dames françaises (ADF) créée en 1881.  
Ces 3 sociétés de Croix-Rouge restent indépendantes les unes des autres durant toute la guerre et ne fusionnent sous la simple dénomination de Croix Rouge Française (CRF) qu'en août 1940.
La S.S.B.M. était la plus importante des sociétés de Croix-Rouge. Elle fut autorisée à prêter son concours  au service de l'Armée. Elle accéda à la zone de l'avant (zone des combats), pouvait concourir au bon fonctionnement des trains sanitaires. Les infirmeries de gare dépendaient d'elle. L'U.F.F. et l'A.D.F. étaient cantonnées dans la zone de l'arrière, mais pas dans la zone des Armées.
La numérotation des Hôpitaux se faisait par Région Militaire, sans tenir compte du découpage en départements.  
Pour les HB il était tenu compte du nom de la société d'assistance et le n° était suivi de "bis":
  - SSBM: n° 1 à 100; au-delà n° dans la série des 300;
  - UFF: n° 101 à 200; au-delà n° dans la série des 400;
  - ADF: n° 201 à 300; au-delà n° dans la série des 500.  
 
Cordialement.
Jean RIOTTE.


Message édité par Jean RIOTTE le 14-11-2007 à 14:20:36
n°1657
laurent pr​ovost
Posté le 19-08-2007 à 22:31:23  profilanswer
 

Grand merci jean d'éclairer de façon concise un brouillard et une exubérance des dénominations rencontrées dans nos "recherches" ..


Message édité par laurent provost le 19-08-2007 à 22:31:39
n°1669
gg101hop
Posté le 21-08-2007 à 11:07:53  profilanswer
 

Bonjour Jean et bonjour à tous,
Rien à redire sur l'exposé de Jean : parfait, il faut néammoins rajouter une catégorie méconnue mais importante :
- l'A.C.M. (Assistance aux Convalescents Militaires). L'association est née en août 1914, au profit des convalescents ne sachant où aller (soldats dont la famille habitait les régions envahies ou autre).Cette association a beaucoup travaillé avec les Hôpitaux-Dépôts de Convalescents, et fut aussitôt rattachée au ministère de la guerre.Ces petits établissements (de 20 à 30 lits) étaient surtout basés dans le sud de la France à cause du temps plus propice aux convalescents, beaucoup de villas dans les dépts 13,84 et 06 mais il y en a eu aussi dans le centre (dépt 03,41, 45, 75, 78 etc..) en fait presque dans tous les dépts situés au sud de Paris.
salutations
Guy

n°1670
Jean RIOTT​E
Posté le 21-08-2007 à 12:45:24  profilanswer
 

Bonjour Guy,
Bonjour à toutes et à tous,
Merci Guy pour ce complément d'information.
Je n'ai pas cité l'A.C.M. car d'une part c'est encore très flou dans ma tête et mes notes, et d'autre part je trouvais que les HT étaient suffisamment complexes comme cela sans en rajouter !  :lol:  Mais il est évident qu'il faudra y revenir et les traiter... plus tard.
Cordialement.
Jean RIOTTE.

n°1685
Jean-Claud​e Poncet
Posté le 22-08-2007 à 12:19:08  profilanswer
 

Bonjour,
Voici le préambule du livre concernant l'ACM. pour la 14e Région.
*Vous y trouverez d'abord les fondateurs nationaux et les membres de la 14e région :
ŒUVRE D’ASSISTANCE AUX CONVALESCENTS MILITAIRES
 
FONDATEURS :
Comtesse GREFFULHE, Présidente ;
Me Maurice BERNARD, avocat à la Cour d’appel de Paris, Directeur général de l’Œuvre ;
M. Pierre DUPUY, député de la Gironde, Commissaire général.
 
DÉLÉGUÉ RÉGIONAL :
Professeur J. TEISSIER, médecin principal territorial, associé national de l’Académie de Médecine.
 
SOUS-DÉLÉGUÉS : POUR LES DÉPARTEMENTS DE LA XIVe RÉGION :
Département du Rhône. – Professeur agrégé ARLOING, délégué régional adjoint.
Département de la Drôme. – BASTIDE, procureur de la République à Valence.
Département de l’Isère. – Professeur PORTE, médecin-major de 1re classe, médecin chef de l’hôpital de la Tronche ; Docteur PERRET, maire de Voiron.
Département de la Savoie. – Docteur FRANÇON, médecin consultant à Aix-les-Bains.
Département de la Haute-Savoie. – M. Eugène LAEUFFER, industriel.
Département des Hautes-Alpes. – Me TANC, avoué près le Tribunal de Gap.
 
Bien cordialement,
Jean-Claude


Message édité par Jean-Claude Poncet le 22-08-2007 à 12:19:55
n°1686
Jean-Claud​e Poncet
Posté le 22-08-2007 à 12:54:33  profilanswer
 

De même suite...
Voici le plan d'implantation :
                 http://images.mesdiscussions.net/pages1418/mesimages/31/implantation_formations_assistance_aux_blesses_region_014.jpg
Cordialement,
Jean-Claude

n°1687
Jean RIOTT​E
Posté le 22-08-2007 à 14:32:57  profilanswer
 

Bonjour Jean-Claude,
Bonjour à toutes et à tous,
Merci Jean-Claude pour ces précisions. J'en prends bonne note et les utiliserai le moment venu.
Cordialement.
Jean RIOTTE.

n°1691
jean merle​t
Posté le 22-08-2007 à 16:45:33  profilanswer
 

Bonjour Jean,
 
Remarque de pinailleur ;) : les numéros des hôpitaux bénévoles sont suivis de "bis".
 
Bonne soirée.

n°1694
gg101hop
Posté le 22-08-2007 à 17:22:36  profilanswer
 

Bonjour Jean-Claude,
Merci pour le plan que je ne connaissais pas et il m'intéresse doublement car j'habite la région lyonnaise, dommage qu'il soit peu lisible,salutations
Guy

n°1696
Jean RIOTT​E
Posté le 22-08-2007 à 18:19:18  profilanswer
 

Bonsoir Jean,
Bonsoir à toutes et à tous,
Merci, Jean, pour cette remarque pertinente.
La précision a été apportée.
Cordialement.
Jean RIOTTE.

n°1782
pierot
Posté le 04-09-2007 à 12:56:20  profilanswer
 

bonjour, je voudrais savoir se que signifie HOS? cela concerne un hopital militaire . Merci d'avance.


---------------
pierre
n°1788
gg101hop
Posté le 04-09-2007 à 20:37:42  profilanswer
 

Bonjour Pierre,
Je ne connais pas cette abréviation, saluatations
Guy

n°1792
Jean RIOTT​E
Posté le 04-09-2007 à 23:29:30  profilanswer
 

Bonsoir Pierre,
HOS ? Etes-vous sûr du S ?
Si oui, ce sigle m'est inconnu. Désolé.
Cordialement.
Jean RIOTTE.

n°1799
pierot
Posté le 05-09-2007 à 13:24:54  profilanswer
 

Bonjour jean,  
     j'ai vu une fois cette abrévation  et elle concernais un hopital de campagne dans l'aisne à proximité de braine sur l'axe soissons reims (vasseny) et après reflexion il est possible que se soit HOE et non pas HOS si cette abréviation là vous dit quelque chose.... merci bien pour cette réponse et pour tout.


---------------
pierre
n°1802
Jean RIOTT​E
Posté le 05-09-2007 à 15:25:46  profilanswer
 

Bonjour Pierre,
HOE = Hôpital d'évacuation.
Cordialement.
Jean RIOTTE.

n°1807
laurent pr​ovost
Posté le 05-09-2007 à 19:23:06  profilanswer
 

je resiste pas a ajouter mon grain de sel en vous communiquant cette circulaire pêchée aux archives ce matin  

Citation :

Ministère de la Guerre
7 eme Direction
Service de Santé
Cabinet du Directeur                                                     Bordeaux, le 29 octobre 1914
                                                                   le ministre de la Guerre
     
                                                                à mr le directeur du service de santé  
                                                                            du gvt militaire de paris.
 
 
J'ai pu constater depuis l'ouverture des hostilités de l'infiltration progressive dans les comptes rendus qui sont transmis, de désignation vicieuses susceptible de jeter la confusion dans les esprits et qui sont intolérables de la part de personnes qualifiées pour en saisir l'impropriété.
C'est ainsi que le mot « ambulance », qui est exclusivement réservé à la désignation d'une formation sanitaire de l'avant, est à chaque instant employé dans des compte_rendus pour désigner des voitures de transport de blessés- dont la désignation correcte est « voiture ambulance », ou des établissements de l'intérieur, que les règlements désignent sous le nom d'hôpitaux temporaire ou auxiliaires.
Dans certain cas, ces dénominations erronées ont été transportées sur des cachets réglementaires, sur des en-tête de correspondance, ou sur des écriteaux placés à la façade des immeubles.
Enfin, il arrive souvent que des médecins chargés des fonctions de chef de service de santé de la place n'ont pas hésité, quelque fut leur grade, à prendre la qualification de « directeur du service de santé » ou de « Médecin principal » de la place.
J'ai l'honneur de vous prier de donner des ordres immédiats et précis en vue de la surpression des ces terminologies vicieuses et de ces qualifications abusives, et en avisant tout le personnel placé sous votre autorité, qu'il appartienne au service de santé ou aux sociétés de la Croix-Rouge, que je le rendrai personnellement responsable de ces abus
                                                          Pour le Ministre et pour ordre
                                                        Le directeur du service de Santé
                                                            Signé Toussaint


Ce cher Toussaint a perdu la partie aujourd'hui concernant les véhicules de transport des blessés....
Enfin au travers des ces circulaires, il est permis de retracer des comportements de Paon ou de coq de village, en tout cas de notable...


Message édité par laurent provost le 05-09-2007 à 20:44:20
n°1808
Jean RIOTT​E
Posté le 05-09-2007 à 20:00:00  profilanswer
 

Bonsoir Laurent,
Bonsoir à toutes et à tous,
Merci de nous communiquer cette note.
Comme quoi même les tampons officiels des unités sanitaires (marcophilie) peuvent induire en erreur. Moralité: en revenir aux textes de base... Pas toujours facile de se les procurer.
Cordialement.
Jean RIOTTE.

n°1809
laurent pr​ovost
Posté le 05-09-2007 à 21:33:50  profilanswer
 

j'ai un filon
En fait toutes(?) les circulaires, notes, de l'autorité militaire et de la place de Paris sont conservées à la cote 603 foss 1. :lol:  
Certaines ont été retranscrites et diffusée à l'ensemble des établissements et on les retrouve dans le recueil des arrêtés et circulaires
http://tsovorp.org/histoire/Sources/Base041418.php
les autres sont souvent biffées de rouge avec la mention ne nous concerne pas !  
celle que je vous cite en faisait partie :)

n°2194
jlquen
Posté le 20-10-2007 à 08:09:23  profilanswer
 

Bonjour Jean-claude,
 
Savez vous comment étaient numérotés les hopitaux de l'ACM car franchement pour moi c'est du chnois. Certains ont une lettre, d'autres deux, d'autres des chiffres et des lettres!
 
Cordialement
jlquen
 
 

Jean-Claude Poncet a écrit :

De même suite...
Voici le plan d'implantation :
                 http://images.mesdiscussions.net/p [...] on_014.jpg
Cordialement,
Jean-Claude


n°2214
gg101hop
Posté le 21-10-2007 à 11:10:10  profilanswer
 

Bonjour Jlequen, bonjour à tous,
Les établissements de l'ACM avait une double numérotation (et oui ça ce corse! de plus en plus difficile), ils étaient toujours classés au sein de la R.M. et non du dépt et ils avaient une numérotation par lettre alphabétique doublé d'une numérotation.
Voici quelques exemples :
pour la 15e RM  :
- lettre A et N°1 = GRIMAUD, hôtel Beauvallon (Var)
-lettre B et N°2 = PLAN-DE-LA-TOUR, maison privée (Var)
-lettre C et N°3 = COGOLIN, maison privée (Var)
- lettre D et N°4 = MARSEILLE St-Antoine, patronage (B du R)
- lettre E et N°5 = CANNES, asile Dollfus (A.M.)  
etc...
 
Le problème est que l'on trouve dans les légendes de CP en principe le N°, dans le libellé des cachets de FM : plutôt la lettre , d'où une confusion réelle!
En espérant avoir éclairci le sujet, salutations
Guy

n°3422
Jean RIOTT​E
Posté le 28-03-2008 à 23:34:24  profilanswer
 

Bonsoir à toutes et à tous,
Je remonte ce fil pour "rafraîchir" les mémoires et informer les nouveaux inscrits.
Cordialement.
Jean RIOTTE.

n°3921
renard1041​948
Posté le 01-07-2008 à 10:46:31  profilanswer
 

Pour Cannes, de nombreux hôpitaux Bénévoles ont ouvert début de Septembre 1914 avec une numérotation de 1 à 99 + bis. Ils faisaient partie de la XVe Région militaire géré par soit par la municipalité, soit par une association, soit par des particuliers regroupés au sein d'un Comité. Ces H.B sont devenus par la suite Hôpitaux temporaires militaire avec une nouvelle numérotation sans le terme Bis.
Mais qu'en est-il d'une unité SHR implanté à Cannes La Bocca vers 1917 ou bien d'un hôtel géré par l'Association d'Aide aux convalescents Militaires portant le N°170

n°3922
Jean RIOTT​E
Posté le 01-07-2008 à 18:08:50  profilanswer
 

Bonsoir "renard",
Je vous souhaite la bienvenue sur le site/forum sur lequel vous devriez trouver interlocuteurs et informations vous permettant de satisfaire voire de compléter vos recherches.
En utilisant le moteur de recherche interne au Forum, situé en haut et à droite de cette rubrique: taper hôpitaux 15 RM puis cliquez sur la loupe, vous trouverez le message où se trouve une liste des Hôpitaux de la 15ème RM.
Je suis preneur de tout renseignement pouvant combler, améliorer, augmenter nos connaissances en la matière.
Merci d'avance.
Cordialement.
Jean RIOTTE.
PS: N'auriez-vous pas un prénom ? toujours plus sympat. qu'un pseudo. Nous tenons beaucoup à la convivialité et à l'amitié que les créateurs du site/forum ont su instaurer sur cet espace. C'est pourquoi une formule d'appel de politesse (bonjour, bonsoir...) et une autre formule pour prendre congé sont appréciées. Merci.


Message édité par Jean RIOTTE le 01-07-2008 à 18:18:38
n°3923
gg101hop
Posté le 01-07-2008 à 18:17:05  profilanswer
 

Bonjour renard1041948 et à tous,
Les N°bis de la XVe RM vont au moins jusqu'à 170, ce dernier étant situé à Ste Maxime (Var) pour Cannes j'ai jusqu'à 158bis (hôtel Montfleury) mais pas de 99bis car ce N° est affecté à PRIVAS.
Pour l'ACM je ne connais pas le N°170, j'aimerai avoir des renseignements compléméntaires ainsi que vos sources, merci d'avance
Pour SHR = station Halte Repas, il s'agit d'une cantine de gare, pas d'autres renseignements
salutations
Guy

n°3926
renard1041​948
Posté le 01-07-2008 à 19:12:12  profilanswer
 

Bonsoir, mon prénon est Jean Calude Les hôpitaux Bénévoles bis de Cannes portent le N°51bis, ainsi que 7 autres, du N°58Bis au N°64bis.
Je prépare un livre qui devrait voir le jour en fin d'année (si tout va bien). Dans le cadre d'une présentation de CPA, la vingtaine d' HB,HT, et autres unités (Belgique + Afrique du Sud) sera replacée dans son contexte local de l'époque (Cannes et Le Cannet).
Pour les N°172 et 172bis, des cachets de franchise militaire existent.
Pour l'établissement de l'ACM N°170, il existe une CPA qui le reproduit en mentionnant ses références mais pas le nom de l'hôtel concerné mais mention de Cannes) Y a t il une confusion iconographique d'époque??. Pour le SHR Station Halte Repas, il existe bien un grand dépôt pour le stationnement des trains (wagons et locomotives), à la Bocca; Il n'y avait pas de gare de voyageurs. Uniquement des locaux d'entretien du matériel ferroviaire; une cantine de gare !!! pourquoi pas. Compte tenu de la confidentialité du secteur en 14/18, j'aurais plutôt opté pour une unité sanitaire confidentielle en rapport avec des contagieux.
Nota : 2 autres N°Bis existent sur Cannes, le N°156bis (Hôtel Beaurivage) et le N°158bis (Montfleury)
De même, je m'intérroge sur l'Hôtel Prince de Galles qui a pu être HB sous le N°52bis géré sur fonds privé puis HT 80 dependant du ressort de la Place de cannes.
En tout les cas, merçi pour ces premiers renseignements.
Nota : mes ouvrages sur la guerre 14/18 à Menton, Roquebrune cap martin et Gorbio (06) sont épuisés. Ils référencaient tous les hôpitaux temporaires de ce secteur (N° + historique+ CPA).
En chantier, un fasicule sur les HT et dépôts-convalescents réservés aux troupes sénégalaises et malgaches sur Menton, Roquebrune cap martin en 1914/1920

n°3927
gg101hop
Posté le 01-07-2008 à 20:09:35  profilanswer
 

Bonsoir Jean claude et à tous,
le H.B.N°52bis est situé à Bourg-St-Andéol (Ardéche) jusqu'au 16/11/17, il n'aurait pu prendre ce N° car il a fonctionné du 4/1/17 et sûrement avant (1ere date de cachet de franchise militaire que je connaisse) au 18/10/19 sous l'appellation de H.C.N°80
Attention à ne pas mélanger les catégories : ACM et Hôpitaux Bénévoles!!, la frontière est cependant difficile à cerner car tous 2 correspondent à des initiatives privées. J'ai lu dans des catalogues de vente les cachets de franchise militaire ACM N°172 à Cannes asile évangélique ainsi que le N°172bis (Le Cannet A.M.) pour ce dernier le N°bis me fait penser à un hôpital bénévole, l'ennui c'est que les 2 listes ont des numérotations qui semble se terminer au alentour des N°170/180 donc prudence!
d'autre part j'ai eu un ouvrage en main (prêt d'un club spécialisé) sur les formations sanitaires de Menton et vous félicite pour le travail de qualité effectué, je tiens à dire que l'ouvrage est remarquable du point de vue historique et iconographique.
salutations

n°3928
renard1041​948
Posté le 02-07-2008 à 07:45:14  profilanswer
 

Bonjour à tous
A priori, l'Hôpital Temporaire N°80 Prince de Galles à Cannes, a ouvert ses portes le 12 décembre 1916. Au préalable, et  sous réserve de confirmation, l'Hôtel Prince de Galles "aurait" fonctionné comme hôpital Bénévol N°52bis.  
Donc, au 1er Janvier de 1917, il n'existait plus d'HB N°52bis à Cannes. Ce qui n'est pas contradictoire avec l'existence de l'HB N°52bis situé à Bourg-St. Andréol (Ardéche) à partir de Janvier 1917.
Les cachets mentionnés pour les N°172 Cannes Asile évangélique et le N°172bis au Cannet, tous 2 portent la mention XVe Région - Assistance aux Convalescents Militaires. Or sur les unités sanitaires bénévoles, il n'y avait jamais la mention XVe région ou assimilé.  
Donc...... à suivre.....AVEC PRUDENCE
Merçi pour ces informations ainsi que pour votre compliment concernant mon livre sur les formations sanitaires de Menton paru en 1984.

n°3929
gg101hop
Posté le 02-07-2008 à 10:43:31  profilanswer
 

Bonjour Jean-Claude et à tous,
Je me suis mal exprimé : la date du 1er Janvier 1917 correspond à l'HC N°80 de Cannes (ce qui colle avec votre ouverture du 12 décembre 1916), pour l'HB N°52bis situé à Bourg-St. Andréol il fonctionna depuis le début de la guerre et jusqu'au 16/11/1917, Cannes n'a donc pas pu prendre ce N°52 bis (à mon avis), salutations.
Guy
 

n°3930
renard1041​948
Posté le 02-07-2008 à 11:28:53  profilanswer
 

Cher Guy, ok pour cette précision. J'émet le voeu qu'il pourra être éclairsi l'historique post-1917  de l'Hôtel Bellevue à Cannes.
Dans le même Mic-Mac, l'hôtel Gray et d'Albion HB N°51bis "semblerait" n'avoir ouvert que sur les 8 à 9 premiers mois de la guerre sans remplacement par un H.T du ressort militaire de Cannes ultérieurement!!!
à +

n°3935
gg101hop
Posté le 02-07-2008 à 18:19:57  profilanswer
 

Bonsoir J Cl
pour le 51bis j'ai en 15e RM = Bourg St-Andéol (Ardeche) ouvert du 15/9/14 au 31/1/15, là oui il est possible que ce N° ait été affecté à Cannes à partir du 31/1/15
salutations
Guy
 

n°3941
renard1041​948
Posté le 03-07-2008 à 19:27:36  profilanswer
 

Re-Bonsoir Guy
j'ai peur que cela ne colle pas.  entre le 1er Février 1915 et la parution du bulletin N°32 des hôpitaux de Nice et de la Région, le 23 mai 1915,  l'H.B N°51 bis n'est pas (ou plus ) mentionné. 3mois 1/2 d'activité pour un HB de 180 chambre (300 lits environ) c'est court. De plus qu'il n'y a pas d'H.T qui prend la suite. Donc à suivre cet énième enigme.
Pour la Halte repas de la Bocca, ça peut coller. Mais il semble que cette gare de triage a surtout servi pour la régularisation de trains de blessés afin qu'ils n'arrivent pas au coeur des villes durant la journée; surtout pour les blessés des troupes indigènes débarqués à Toulon en direction de Menton (surtout les contagieux)
Je cherche également de la doc sur les H.B 156bis et 158bis + à
Mandelieu, l'Hôpital Complémentaire  n° 68 Hôtel Libéria actuelle Mairie de Mandelieu - 125 lits -  en fonction à partir du 20 mai 1916 jusqu'au....?? + un Hôpital Complémentaire n° 63  qui aurait fonctionné en 1918 dans cette ville (info découverte dans le blog relatid aux Hôpitaux de la 15e RM??)
Au cannet, les archives sont muettes sur l'ex-villa Roger Actuelle Villa leitmotiv, la fameuse Villa Félicie établissement N°172bis géré par l'Assistance aux Blessés Militaire (vu précédemment mais non éclaircie), la Villa Villamont qui était un foyer d'infirmières. Elle aurait servi d'annexe à l'hôpital bénévole N°64bis situé à Cannes, l'Hôtel Paradis, chemin de Terrefial, qui était géré par un Comité sur des fonds privés. En tout les cas un merçi renouvellé à tous pour les infos déjà reçus
                             

n°3955
renard1041​948
Posté le 06-07-2008 à 08:35:09  profilanswer
 

1er Dimanche de Juillet mitigé sur la Côte d'Azur.
Bon pour l'Hôpital Temporaire N°80  qui a ouvert ses portes à Cannes le 12 décembre 1916, il n'a pas fonctionné comme hôpital Bénévol N°52bis. Préalablement à cette date, l'hôtel Prince de Galles 150 chambres (donc environ 250 à 280 lits) a accueilli pendant 2 ans, des réfugiés français évacués des zones de combats.  
date de fermeture de l'HT 80 : Octobre 1919
gestion Service de Santé militaire

n°3972
renard1041​948
Posté le 08-07-2008 à 10:12:03  profilanswer
 

Bojour à tous, je cherche une photocopie de la page concernant Cannes (06) de l'excellent catalogue des oblitérations Croix Rouge 1914-1918 de 1973 (auteur : Altarovici) - 270 pages
Est-ce que quelqu'un peut résoudre cette attente. Merçi d'avance Jean Claude

n°3974
Jean RIOTT​E
Posté le 08-07-2008 à 10:26:40  profilanswer
 

Bonjour Jean-Claude,
Je dois avoir çà dans mes archives ( ;) , Bernard).
Donnez-moi un peu de temps car ma bibliothèque est en plein ré-aménagement (pose de cornières de renforcement et nouveau système de rangement). Du coup j'en ai partout, au grand dam de mon épouse !!!
Cordialement.
Jean RIOTTE.

n°3980
renard1041​948
Posté le 10-07-2008 à 11:27:02  profilanswer
 

merçi Jean Riotte. C'est sûr que si j'ai cela avant le 11 novembre, cela va bien m'aider pour le livre en cours d'élaboration pour le 90ème anniversaire de l'Armistice.
Pour Guy, dans une de mes précédent message, j'avais "peur que cela ne colle pas.  entre le 1er Février 1915 et la parution du bulletin N°32 des hôpitaux de Nice et de la Région, le 23 mai 1915,  l'H.B N°51 bis n'est pas (ou plus ) mentionné. 3 mois 1/2 d'activité pour un HB de 180 chambre (300 lits environ) c'est court. De plus qu'il n'y a pas d'H.T qui prend la suite. Donc à suivre cet énième enigme".  
C'est encore plus court!!! J'ai confirmation que l'hôtel Gray d'Albion hôpital Bénévole n°?? a été ouvert entre le début du moi de Septembre et le 16 octobre 1914 date à laquelle la majorité des blessés est dirigée vers l'hôpital d'Antibes et un faible pourcentage sur Cannes. L'HB Gray d'Albion N°    ferme à cette date et reprend son activité hôtelière (journal l'Eclaireur)

n°3997
gg101hop
Posté le 13-07-2008 à 11:28:50  profilanswer
 

Bonjour Jean-Claude et à tous,  
j'ai également consulté le quotidien "l'Eclaireur de Nice" du début de la guerre au 9/1/15, j'ai noté que l'hôpital complémentaire de Gray et Albion avait été ouvert le 20/9/14, pas de N° mentionné de l'hôpital, salutations
Guy

n°4012
renard1041​948
Posté le 16-07-2008 à 14:37:17  profilanswer
 

je dispose d'un cachet de franchise militaire sur le camp d'internements des civils austro- allemands et ottomans à l'Ile ste Marguerite à Cannes 1914/1917.
Sur ce cachet R.3, je n'ai d'identifiable que la 1/2 partie haute (on peut lire dans la couronne en grosses lettres "COMMANDANT D'ARMES" et au centre, en lettres minuscules sur 2 lignes "Ile Ste Marguerite" ) mais je n'ai pas la partie basse de ce cachet. Quelqu'un peut-il m'aider à reconstituer ce bas de cachet???

n°4043
renard1041​948
Posté le 22-07-2008 à 19:30:26  profilanswer
 

Re-bonjour à tous
J'ai une mention  de OAAC n° 29  Nice situé à la Villa Baquis - Avenue Baquis.  
Késaco OAAC
Quant à Guy, j'ai reçu le méssage mais il a disparu (le message) donc, je n'ai pas son adresse mail pour lui envoyer les cachets 172 et 172 bis
à bientôt. Quequ'un à trouver le bas du cachet Ste marguerite!!!

n°4044
LABARBE Be​rnard
Posté le 22-07-2008 à 20:07:09  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
 
Késaco OAAC
renard1041948, je crois que la réponse est dans votre précédent message non ?  :??:  
Ottomans Austro Allemands Civils . Alors le 29, sans doute une annexe hospitalière au nom du camp ?
 
Cordialement,
Bernard


Message édité par LABARBE Bernard le 22-07-2008 à 20:09:03

---------------
Le blog  et   Le site Mémoire du 57
n°4049
Jean27
Posté le 23-07-2008 à 00:25:01  profilanswer
 

Merci encore à Jean Riotte pour son érudition et ses précisions.
Je me permettrai néanmoins d'ajouter quelques informations concernant les sociétés dites de la Croix Rouge.
La Croix Rouge française a été créée en 1940 sous la haute présidence du maréchal Pétain, chef de l'Etat français. La situation dans le pays est catastrophique concernant en particulier les réfugiés et ce n'est pas une mauvaise action qu'a fait là celui qui avait étranglé  la République en juillet.
Les trois sociétés dites de la croix Rouge furent invitées fermement à fusionner.
Ces trois sociétés avaient été créées au XIXe sicle, comme nous l'a rappelé Jean, mais le contexte politique et moral  de l'époque est bien particulier. L'ADF est une création cléricale, dans la tradition de l'église catholique, au moment où triomphe l'ordre moral. Cette société voit bientôt une concurrente avec la SSBM d'obédience républicaine, les dames des frères maçons sont nombreuses dans la SSBM. La SSBM est donc active là où les républicains triomphent, là où les loges sont nombreuses et actives, l'ADF est majoritaire dans l'Ouest et l'Est traditionnellement catholiques. Quant à la UFF elle d'origine protestante et ses effectifs furent évidemment plus réduits, on la retrouve dans les régions où les protestants sont nombreux (Paris, Cévennes, Poitou...).
Il faut rappeler que les années qui précèdent la Grande Guerre voient un affrontement idéologique entre cléricaux et républicains, l'anticléricalisme fait rage, chacun prédendant  être plus patriote que l'adversaire, les catholiques affirment que les républicains matérialistes ne peuvent pas être patriotes, les républicains déclarent que les catholiques inféodés au Vatican ne peuvent pas aimer la France. Dans une ville républicaine comme Vernon, dans l'Eure, les francs-maçons crééent et contrôlent d'abord le comité local du Souvenir français, ils sont bientôt remplacés par les cléricaux qui cousent sur le drapeau de la société une croix noire.
L'anticléricalisme virulent de la Belle Epoque est mort dans les tranchées, les enfants des deux clans se sont trouvés frères d'armes dans les mêmes massacres.
Cordialement

 Page :   1  2
Page Précédente

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire :  service santé 

  Classement, répartition et numérotation des Hôpitaux Militaires.