FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire :  service santé 

  Hôpital & Ambualnce provisoire - Région de Reims

 

Il y a 41 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Hôpital & Ambualnce provisoire - Région de Reims

n°17089
ACH67
Posté le 08-07-2017 à 18:53:07  profilanswer
 

Bonjour,
 
J’ai retrouvé récemment dans les archives familiales, un petit fascicule (édité apparemment en 1922) concernant un lointain parent, un frère Rédemptoriste, mort le 24 septembre 1914 à Reims, rue des Trois Fontaines (indication relevée sur sa fiche matricule et confirmée dans ce petit fascicule). Il était soldat au 43ème Régiment d’Infanterie.
 
J’ai parcouru la liste des hôpitaux militaires de la 6ème R.M. (contribution de J. RIOTTE de mars 2007) et, sauf erreur de ma part, je n’ai pas trouvé d’hôpital à cette adresse.
 
J’ai contacté le Service des Archives Médicales des Armées à Limoges mais ils n’ont trouvé aucun document concernant ce lointain parent. Son nom n’a pas été relevé sur les contrôles nominatifs de son régiment, mais peut-être est-ce dû au fait qu’il soit décédé dès le début de la guerre.
 
Ce petit livret, même s’il relate les conditions de sa blessure et de son décès, n’est pas précis sur le type d’établissement(s) où ce lointain parent a séjourné. On parle d’hôpital puis on parle d’ambulance provisoire. On parle d’un couvent tenu par les Sœurs de l’Espérance, puis d’un orphelinat Saint-Joseph, rue des Trois Fontaines, tenu par les religieuses de la Sainte Famille de Bordeaux.
 
Où puis-je trouver des informations me permettant d’identifier la structure sise Rue des Trois Fontaines à Reims en septembre 1914 ?
 
Sur le site « Mémoires des Hommes », onglet « Mort pour la France », il est indiqué qu’il est mort à La Neuvillette (Marne), tout près Reims. Selon ce petit fascicule, il semble qu’il ait été blessé le 16 ou le 17 septembre, et conduit le 18 « à l’école maternelle où une ambulance provisoire avait été installée ». J’ai lu le J.M.O. du 43ème RI mais je n’ai rien trouvé me permettant de confirmer sa date de blessure et le lieu.
 
Où puis-je trouver des informations permettant de connaître les ambulances provisoires région de Reims en septembre 1914 ?
 
Vous remerciant par avance pour votre aide,
 
Bien cordialement,
 
Gérald

n°17090
b sonneck
Posté le 08-07-2017 à 22:34:52  profilanswer
 

Bonjour,
 
Le 43e RI faisait partie de la 1ère DI, 1er corps d'armée.
Le JMO du service de santé du 1er CA, qui contient quelques détails sur le service sanitaire à Reims jusqu'à cette date, dit qu'il a quitté Reims le 17 septembre 1914 à 5 heures du matin, la ville étant sur le territoire du 10e CA.  
S'il s'agit d'ambulance, il faudrait donc regarder du côté de celles du 1er et du 10e corps d'armée.
 
Cordialement
Bernard
 
 

n°17091
Achache
Cimetière militaire de V D
Posté le 09-07-2017 à 01:20:50  profilanswer
 

Bonsoir,
 
 Vos documents parlent d'eux-mêmes : il s'agit de formations provisoires civiles ! (en l'occurrence plutôt religieuses...)
Il est donc inutile de chercher dans les archives militaires..
Voyez aux AM Reims, ou celles des Congrégations concernées, les vieux plans de Reims et Cartes postales anciennes etc
 
Pour l' orphelinat Saint-Joseph, rue des Trois Fontaines :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Rue_Marcel-Thil
 
Les Sœurs de l'Espérance, rue Chanzy:
https://www.google.fr/search?q=S%C5 [...] XHXvXZiNAD
 
Le texte, ou, au moins, l'identité de votre parent, nous permettrait probablement d'être plus précis...
 
Que disent la FM, la transcription dc ?
 
Bien à vous,
 [:achache:1]


Message édité par Achache le 09-07-2017 à 08:05:49

---------------
Émouvante forêt, qu'avons-nous fait de toi ?/Un funèbre charnier, hanté par des fantômes./Tes doux sylvains ont fui, cédant la place aux hommes
Qui sèment autour d'eux la douleur et l'effroi. M. BOIGEY/LAMBERT, La Forêt d'Argonne, 1915
n°17092
b sonneck
Posté le 09-07-2017 à 10:33:30  profilanswer
 

Bonjour,
 
Il est en effet difficile d'être précis lorsqu'on ne connaît qu'une partie des éléments du dossier et qu'on a toutes les chances de divaguer.
 
J'insiste néanmoins sur l'intérêt du JMO de la direction du service de santé du 1er CA, qui se trouvait à Reims dans les jours précédant le 17 septembre 1914. Le directeur a visité nombre d'établissements accueillant des blessés, français et allemands, et le JMO donne pas mal d'indications sur les hôpitaux militaires (il en cite 2), sur ceux des formations de la Croix-Rouge (SSBM et Femmes de France), et sur d'autres, avec leurs localisations.
Ça peut toujours servir...
 
Edité pour préciser que les renseignements sus évoqués commencent à la vue 22.
 
Cordialement
Bernard


Message édité par b sonneck le 09-07-2017 à 10:34:36
n°17094
ACH67
Posté le 09-07-2017 à 16:11:51  profilanswer
 

Bonjour Messieurs,
 
Je vous remercie pour vos réponses.
 
J’apporte les éléments souhaités par Achache :
• Il s’agit de Jean BRICIER, Frère Pierre pour les Rédemptoristes. Cette information ne me paraît pas des plus capitales.
• Comme déjà indiqué, la fiche matricule (ou FM ?) ne précise que son décès, rue des Trois Fontaines à Reims.
• La transcription sur les registres de Reims a eu lieu le 27/11/1915 selon la fiche téléchargée depuis le site « Mémoire des Hommes ». Ce registre n’est pas encore consultable sur Internet. Je ne suis pas certain que les services de l’Etat Civil de Reims me communiquent ce document.
 
Achache écrit « le texte ». La copie numérique du petit opuscule représente 14 fichiers jpg d’un mégaoctet chacun. J’ai considéré que cela faisait un trop gros fichier.
 
Achache parle de formations provisoires civiles. Je ne suis pas un spécialiste comme vous du conflit 14-18, mais une ambulance provisoire installée dans une école, comme écrit précédemment, ne me paraît pas être une initiative de civils…….
 
Je vais consulter le JMO du service de santé. Comme écrit ci-dessus, non spécialiste, je n’ai pas encore acquis les bons réflexes.
 
Vous remerciant encore pour votre contribution à ma recherche sur la vie de ce lointain parent (Jean BRICIER était un cousin de mon grand-père paternel).
 
Bien cordialement,
 
Gérald

n°17095
b sonneck
Posté le 09-07-2017 à 18:08:47  profilanswer
 

re-bonjour,
 
Pour les actes de décès, pas de problème. Une copie de ses actes doit être, aux termes de la loi, remise gratuitement à tout requérant, sans restriction ni justification. Il n'y a pas, en ce qui les concerne, de délai de communicabilité. Il faut parfois le rappeler aux mairies...
 
Cordialement
Bernard

n°17096
Achache
Cimetière militaire de V D
Posté le 09-07-2017 à 18:09:38  profilanswer
 

Bonsoir,
 

Citation :

Cette information ne me paraît pas des plus capitales.


elle m'a permis, au moins, de le retrouver ici :
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/4064/BRICIER.jpg
 
Mais vous le saviez peut-être déjà.
Merci de voir aussi mon MP.
 
Bien à vous,
 [:achache:1]


---------------
Émouvante forêt, qu'avons-nous fait de toi ?/Un funèbre charnier, hanté par des fantômes./Tes doux sylvains ont fui, cédant la place aux hommes
Qui sèment autour d'eux la douleur et l'effroi. M. BOIGEY/LAMBERT, La Forêt d'Argonne, 1915
n°17098
ACH67
Posté le 09-07-2017 à 18:58:20  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Effectivement, j'avais déjà cette information.
Comme indiqué dans mes précédents messages, je pense qu'il a été blessé le 17 et le 14 septembre 1914, d'où mes recherches pour vérifier cette date.
 
Bien cordialement,
 
Gérald

n°17116
ACH67
Posté le 16-07-2017 à 18:02:23  profilanswer
 

Bonjour,
 
Sur le site de la Mairie de Reims, on peut accéder à certains registres d'Etat Civil. j'ai, pu accéder à la retranscription de l'acte de décès de Jean BRICIER (cf. ci-dessous).
 
 http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/15396/Actededeces.jpg
 
Cet acte confirme le décès de Jean BRICIER Rue des Trois Fontaines sans plus de précision.
 
Bien cordialement,
 
Gérald

n°17117
CD9362
Posté le 17-07-2017 à 20:11:19  profilanswer
 

bonsoir  
 c'est pas drôle de rire de la guerre, mais le 14 sept 14 le jmo du service santé  la 1er DI dit que les allemands ont pris le Fort de la Pompette !!! ce n'était pas la Pompelle ? cela dit c'est écrit par un medecin , pas un stratège, ni un géographe
http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] e59c794d08
mais par contre il distribue des punitions jours de prison à tour de bras
JMO des brancardiers
http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] f953a958b1
http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] f953aa7499
 
Pour Bricier peut-être un elements  JMO 1er CA  
mais en effet la Neuvilette 14 sept 14
http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] 90e731eaf0
et QG de la DI est au 3 fontaines
http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] 90e7320cd5
 
AD-Line
 
RAJOUT 18/07
un carnet de guerre du Lieut Nachin du 43 e RI
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/b [...] p/f1.image
 
et historique régiment
http://argonnaute.u-paris10.fr/ark [...] 6ef3f6f168

Message cité 1 fois
Message édité par CD9362 le 18-07-2017 à 18:47:38

---------------
http://1914-joseph-duchene.eklablog.com/
n°17118
ACH67
Posté le 18-07-2017 à 16:50:04  profilanswer
 

Bonjour,
 
Merci pour ces informations.
 
Je vais lire les JMO cités.
 
Bien cordialement,
 
Gérald

n°17120
girodacle
Posté le 19-07-2017 à 11:57:07  profilanswer
 

Bonjour,
 
soit à la lecture du JMO on confond "ette" et "elle" soit ce "Fort de la Pompette" est le reflet des punitions données aux brancardiers parce qu'ils avaient tendance à abuser de la bouteille ! Pourquoi pas ?
 Leur vie n'était pas drôle.
Cordialement
Alain
 

CD9362 a écrit :

bonsoir  
 c'est pas drôle de rire de la guerre, mais le 14 sept 14 le jmo du service santé  la 1er DI dit que les allemands ont pris le Fort de la Pompette !!! ce n'était pas la Pompelle ? cela dit c'est écrit par un medecin , pas un stratège, ni un géographe
http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e00527e59c73f1c7/527e59c794d08
mais par contre il distribue des punitions jours de prison à tour de bras
JMO des brancardiers
http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e00527f953a6dd60/527f953a958b1
http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e00527f953a6dd60/527f953aa7499
 
Pour Bricier peut-être un elements  JMO 1er CA  
mais en effet la Neuvilette 14 sept 14
http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e0052790e72ced20/52790e731eaf0
et QG de la DI est au 3 fontaines
http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e0052790e72ced20/52790e7320cd5
 
AD-Line
 
RAJOUT 18/07
un carnet de guerre du Lieut Nachin du 43 e RI
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8595100p/f1.image
 
et historique régiment
http://argonnaute.u-paris10.fr/ark:/14707/a011403267960J73zqm/6ef3f6f168



---------------
Alain
n°17121
Jean RIOTT​E
Posté le 22-07-2017 à 01:23:16  profilanswer
 

Bonsoir Gérald,
Le début particulièrement meurtrier de la guerre dans le Nord de la France suite à la défaite de Charleroi et le large essai d'enveloppement de l'aile gauche de nos Armées par l'aile droite des armées allemandes a obligé le commandement français à évacuer sur Reims bon nombre de formations sanitaires de campagne (HOE n°1 mobilisé à Lille, HOE n°2 mobilisé à Amiens, HOE n°3 mobilisé à Vernon, HOE n° 11 et bien d'autres formations hospitalières de campagne...).  
L'HOE n°2 occupe dès le 7 août 1914 l'orphelinat Saint-Joseph.  
Mais très rapidement, le 28 août 1914, ces FS doivent quitter Reims par voie ferrée et font mouvement sur Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). Seules quelques ambulances restent sur place sans doute pour soigner les blessés intransportables.  
Pour en revenir à votre cas sont signalées à Reims: l'ambulance n° 1/52 (septembre 1914 - février 1915) et l'ambulance  n° 2/52 (septembre 1914 - octobre 1914).
Peut-être faudrait-il rechercher vers l'HOE n° 2 et les ambulances n° 1/52 et 2/52, entre autres.
Source:"Hôpitaux militaires dans la Grande Guerre 1914-1918" - Tome V - de François OLIER et Jean-Luc QUÉNEC'HDU aux éditions Ysec.
Cordialement,
Jean RIOTTE

n°17122
ACH67
Posté le 22-07-2017 à 17:20:45  profilanswer
 

Bonjour Monsieur RIOTTE,
 
Je vous remercie pour votre réponse.
 
Concernant l'ambulance n° 2 de la 52ème Division, sur un acte de décès qui suit l'acte de décès de Jean BRICIER, elle est située 107 rue de Bétheny.
 
L'HOE n° 2 a, semble-t-il, quitté Reims le 28 août 1914. Des religieuses ont peut-être continué à soigner des blessés à l'orphelinat Saint Joseph, ce qui conforterait l'opinion d'ACHACHE (opinion que je partage) pour une structure civile.
 
Comme indiqué en MP à ACHACHE, j'ai contacté le Diocèse de Reims. Ma demande a été transmise au responsable des Archives du Diocèse. Peut-être aura-t-on des informations intéressantes ?
 
Bien cordialement,
 
Gérald


Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire :  service santé 

  Hôpital & Ambualnce provisoire - Région de Reims