FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire :  service santé 

  Recherche localisation hôpital -- Résolu

 

Il y a 45 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Recherche localisation hôpital -- Résolu

n°16778
frody
Posté le 26-01-2017 à 19:18:07  profilanswer
 

Bonjour à tous et à toutes,
 
                            Je recherche à localiser l'hôpital dont est issu la fiche du Soldat Fabre. Il faisait parti du 10ème R.A.P 39ème Batterie. Au 15/6/1916 il se trouvait à Rennes et le 28/6/191+6 il écrivait de St Briac (Ille et Vilaine)

Citation :

Voilà 28 jours aujoud'hui que j'ai été évacué du front et ce n'est pas fini

. Ce bulletin pourrait il correspondre à celui d'un Hôpital de la région ?
 
Merci  
Cordialement
Francis
                                                                                                                 http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/19521/Diapositive1.jpghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/19521/Eug.FABREcert.medical1916.jpg
                                                                                                                 http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/19521/Eug.FABREcert.medical19161.jpghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/19521/Presentation15.jpg


Message édité par frody le 22-02-2017 à 18:40:34

---------------
F.P
n°16779
CD9362
Posté le 27-01-2017 à 09:55:57  profilanswer
 

Bonjour
Cela provient de vos archives personnelles ou transmis par le Service des Archives Médicales Hospitalières des Armées? les avez vous contacté ?( voir adresse http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] 4840_1.htm )
 
Sur le cachet j’aurais tendance à lire  en bas...-CHER mais , c'est guère lisible malheureusement.
Sur le documement  on peut lire "à ...nes , le le 26 aout 1916".
à Rennes ? mais il y a comme un point ou une tache avant le "n", donc une ville qui se finit par "ines ?"
Je pense que c'est Rennes, et que le medecin major a signé son bulletin de sortie...avant d'aller dans un HDC
 
Pour Saint-Briac , vous êtes sûr ? ce n'est pas St- Brieuc,Cotes du Nord, il y avait plusieurs hôpitaux.  
voir la liste dans autre discussion
http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] t_64_1.htm
Ah je vois qu'à Saint-Briac aussi il y a des hôpitaux .
HC n° 47  Saint-Briac - Hôtel Panorama  
 
Pas d'indications sur sa fiche matricule ?
 
AD-Line


Message édité par CD9362 le 27-01-2017 à 10:19:40

---------------
http://1914-joseph-duchene.eklablog.com/
n°16780
frody
Posté le 27-01-2017 à 10:10:41  profilanswer
 

Bonjour AD-Line
 
            Cela provient des archives personnelles de l'arrière petite fille du soldat en question. Et il se trouvait bien à St Briac (Ille et Vilaine), les parties en blanc ne sont pas des tâches mais un grignotage, peut être par une  quelconque souris . Voici donc un peu plus d'infos :

Citation :

Il s'agit là d'un soldat de mon village, sur sa fiche matricule il n'y a rien concernant  son passage dans un hôpital. Il fait parti de la classe 1895, N° matricule 290 bureau de Montpellier. Il n'y a pas de JMO sur la 39ème batterie du 10ème RAP. A ce jour et grâce à l'aide de son arrière petite fille je sais avec précision que le 14/06/1916 il a soupé à Aubervilliers prés de Paris, le 15/06/1916, il a dîner au Mans et le soir même soupé à Rennes. La carte donc du 28/06/1916, envoyée de St Briac, indique qu'il a été évacué du front depuis 28 jours. C'est tout ce que je sais pour l'instant, sur son feuillet matricule il est formulé qu'il est passé devant la commission de réforme de Nîmes le 31/01/1917. Son AR.petite fille va essayée de trouver d'autre courrier. Il est DCD à Aubais à son domicile le 07/12/1922 et ne figure pas sur les fiches MDH des MPLF, son nom est inscrit sur le MàM du village et en marge de son acte de dc figure la mention Mort pour la France.  
PS : Son arrière petite fille sait aussi qu'il était à Compiègne  et dans la Meuse.


Serait il alors sorti de l'hôpital de Rennes  et envoyé en convalescence dans un HDC de St Briac?
 
Merci de votre aide  
Cordialement
Francis


---------------
F.P
n°16781
CD9362
Posté le 27-01-2017 à 10:14:19  profilanswer
 


Le  document dit "sorti le 12 septembre 1916 , évacué "sur?" HDC."
donc il est peut-être en juin à Saint Briac, une visite médicale à  "...nes" (Rennes? peut-etre que c'était là que ce faisait les contrôles?)  fin aout et une sortie en septembre
 
http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] t_64_1.htm
 
HC n° 47  Saint-Briac - Hôtel Panorama - 123 lits -   )
Pension de famille, sur le Golfe - 30 lits -                 )  Fonctionnent du (16 septembre
Pension de famille, près le Bourg - 27 lits -               )         1914 au ?) -
Pension de famille, boulevard de la Mer - 15 lits -      )
Hôpital des Soeurs de la Sagesse, au Bourg - 25 lits -)
Annexe: Villa particulière, boulevard de la Mer - 50 lits - Fonctionne du (15 mai 1915 au ?) -
 
Une carte postale ancienne
https://www.delcampe.fr/fr/collecti [...] 0%5D=13178
 Hôtel Panorama  
 


Message édité par CD9362 le 27-01-2017 à 10:23:07

---------------
http://1914-joseph-duchene.eklablog.com/
n°16784
frody
Posté le 27-01-2017 à 14:56:06  profilanswer
 

Voir la photo déposé sur le sujet ci dessous par Michelk, les fenêtres ressemblent étrangement à celles de la photo des convalescents sur laquelle se trouve la soldat Fabre . Peut on alors supposer que c'est le même hôpital ?  
 
 
http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] 1046_1.htm


Message édité par frody le 27-01-2017 à 14:58:27

---------------
F.P
n°16785
CD9362
Posté le 27-01-2017 à 15:09:48  profilanswer
 

en effet la photo intérieure présentée dans l'autre discussion pourrait être le même lieu.
http://images.mesdiscussions.net/p [...] as%201.jpg
 
sur cette autre CPA de l’hôtel Panorama, on voit l’arrière avec une sorte de véranda.  car si on observe la photo interieure, le plafond semble être une verrière.  
https://images-03.delcampe-static.n [...] 01.jpg?v=0
https://images-03.delcampe-static.n [...] 65_001.jpg
 
sur d'autres cartes postales, on voit un deuxième "hotel" à proximité
https://images-03.delcampe-static.n [...] 01.jpg?v=0
https://images-00.delcampe-static.n [...] 01.jpg?v=0


Message édité par CD9362 le 27-01-2017 à 15:21:49

---------------
http://1914-joseph-duchene.eklablog.com/
n°16786
frody
Posté le 27-01-2017 à 16:34:15  profilanswer
 

Merci beaucoup pour ces photos,  je pense que le soldat Fabre était bien à cet HC .
 
 
Merci AD-Line                                      http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/19521/Presentation16.jpg


---------------
F.P
n°16793
Guilhem LA​URENT
Posté le 29-01-2017 à 09:53:47  profilanswer
 

Bonjour à toutes et à tous,
 
Perso, je lis :
 

  • partie supérieure du cachet : SALLES Mres DE L'HOSPICE DE NÎMES
  • partie inférieure du cachet :LE MEDECIN-CHEF


La carte photo et le document ne correspondraient donc pas au même lieu.
 
Si vous validez, ,il s'agirait donc d'une annexe de l'hôpital RUFFI à Nîmes, située sur la route d'Uzès : l'Hospice d'Humanité.
 
Le médecin-major de 1re classe VIALLE était le médecin chef de la place de Nîmes. Je n'ai pas pu identifier avec certitude celui-ci, mais mes soupçons se portent sur Jacques Julien VIALLE. Vous trouverez sa signature sur le site Léonore. Ne ressemble t'elle pas à la signature de votre document à la date du 26 août 1916 ???
 
Le HDC en question ne serait-il pas le HDC 44 situé à Nîmes, école normale d'instituteurs ?
 
 
Voici ce que j'ai dans ma documentation sur ces établissements.
 
Républicain du Gard du 9 janvier 1916 (n°3910) - article de Jean VALMONT
 
HÔPITAL RUFFI et HOSPICE D'HUMANITE
 
C'est en 1313 que Raymond Ruffi, touché par la misère des pauvres de la ville, légua par testament, sa maison et une partie de ses biens pour la fondation d'un hôpital de 12 lits. Il en compte aujourd'hui plus de 400 en y comprenant ceux occupés par le personnel.
 
L'hôpital mixte Ruffi qui, à travers les siècles, a abrité tant de misère et tant de souffrance et qui a offert si souvent à la cité et à l'autorité militaire les ressources de son organisation, se devait d'apporter à l'œuvre patriotique commune, sa précieuse collaboration.
 
Disons tout de suite qu'il n'a pas failli à sa noble mission, qu'il s'est adapté admirablement aux nécessités impérieuses du moment, grâce à la compétence et au dévouement des membres de la Commission administrative des hôpitaux, familiarisés depuis longtemps avec les questions d'assistance et qui ne ménagent ni leur temps ni leur peine quand il s'agit du bien public, grâce aussi à la direction intelligente et réfléchie de M. Perrier, dont la modestie n'a d'égal que le mérite. Cette commission comprend : MM. Castan, maire président ; Claude Gignoux, vice-président ; Domjean, adjoint au maire, ordonnateur ; Granier, conseriller à la cour ; Velay, ancien receveur municipal ; Coste, conseiller municipal, membre.
 
Aux termes de la convention passée avec le Service de Santé avant la guerre, l'hôpital Ruffi était tenu de mettre au service de l'armée pour les militaires malades 94 lits. Dès la mobilisation, la Commission administrative mit à la disposition de la guerre – en plus des 94 lits obligatoires – les salles Reynaud Génas, Prade-Foulc et De Seynes, augmentant aussi les disponibilités dans les salles militaires et portant dès lors le chiffre des lits à 140.
 
Dans les premiers jours de septembre 1914, deux salles de 30 lits furent aménagées à l'Hospice d'Humanité et le 1er octobre la commission terminait – dans le local de l'école primaire supérieure de filles transférée depuis à la Bourse du Travail – l'organisation de l'annexe Jean Reboul qui comprend 81 lits.
 
Dans le courant de novembre, par suite du nombre élevé de blessés, la Commission aménagea trois salles nouvelles ainsi que les chambres d'isolement pour les contagieux et, sur sa demande, la baraque Decker, dans la cour du Pavillon Ducret, fut réédifiée par l'autorité militaire. 80 lits furent nécessaires pour l'organisation de ce service.
 
Le nombre de lits fournis par la Commission dans les premiers mois de la guerre a donc été de 361.
 
L'effort a été, comme on le voit, considérable ; il est d'autant plus méritoire que la Commission a dû faire face en même temps aux besoins de la population civile, augmentée des réfugiés, et qu'elle s'est trouvée dans la nécessité d'augmenter le nombre des lits des salles de civils en raison du nombre élevé de réfugiés qu'elle a dû hospitaliser.
 
Mais là ne s'est pas bornée l'action féconde de la Commission ; elle a apporté dans les divers services des améliorations sensibles, et procédé à des créations intéressantes.
 
C'est ainsi que, dans le courant de décembre 1914, grâce à une subvention municipale de 1000 francs, grâce aux dons de certaines associations, grâce au concours bienveillant de l'Ecole professionnelle de notre ville, la Commission a organisé sous la direction de MM. Manfredi, médecin principal, Etienne, professeur agrégé à la faculté de Montpellier et de M. Valmalette, professeur de Sciences appliquées à Alais, un cabinet de radiographie qui selon le mot du Dr Landouzy, directeur du service de santé du XVe corps, "n'est pas luxueux mais donne des résultats merveilleux". 1800 radiographies environ y ont été pratiquées jusqu'à ce jour
 
C'est ainsi également que la Commission administrative a accordé une subvention pour la création d'une salle d'opérations organisée sur l'initiative de M. Vialle, médecin-chef de la Place. Cette salle, luxueusement aménagée, a été inaugurée en septembre 1915.
 
Le service médical et chirurgical placé sous la direction de M. Vialle, médecin-major de première classe, est assuré, à l'hôpital Ruffi, par M. Vialle ; à Jean Reboul, et gracieusement, par le Dr Gilly, chirurgien en chef des hôpitaux de Nîmes ; et à l'hospice d'Humanité, par le Dr Mazel. Jusqu'à ces derniers temps, c'est Mm Dr Colomb qui a assuré, avec beaucoup de dévouement, le service de laryngologie, qui est confié aujourd'hui au Dr Goldenschuch.
 
Le service des malades et des blessés est fait par le personnel diplômé de l'Ecole départementale des infirmières qui fut créée ,en 1904, par le Conseil général, sur la proposition de l'honorable M. Cazelles, conseiller général de Saint-Gilles. C'est dire combien les blessés sont entourés de soins minutieux et éclairés. A ces infirmières diplômées sont venues se joindre des dames généreuses et charitables de la ville qui , depuis la guerre, se consacrent à leur noble mission avec beaucoup de courage et de dévouement.
 
C'est ainsi que nous remarquons, à Ruffi : Mme Sagnier, la veuve du capitaine Sagnier tué à la guerre ; Mlle Pagès, Mme et Mlle Bedos, Mlle Bordage ; à Jean Reboul : Mme Marcelin, Mme Estassi, Mlle Martin, Mme Bernasseau, Mme Courtiol, Mlle Liron, Mlle Thorigny, Mlle Pélissier.
 
La besogne ne manque pas, je vous l'assure. Ruffi est, en effet, l'hôpital de la ville qui a reçu le plus de malades. C'est le 19 août 1914 que sont arrivés les premiers blessés venant du front. Avant cette date, de nombreux militaires malades ou blessés par accident pendant la mobilisation, avaient été hospitalisés dans cet établissement. Du 2 août 1914 au 1er janvier 1915 le nombre des entrées a été de 769. Du 1er janvier 1915 au 1er janvier 1916 il s'est élevé à 2367. Le chiffre total des blessés reçus par cet hôpital depuis le début de la guerre jusqu'au 1er janvier 1916, a donc été de 3136.
 
Le nombre de blessé soignés actuellement est de 190.
 
C'est la Commission administrative des hôpitaux qui assure l'administration de l'hôpital militaire. Le prix de la journée payé par lit est de 2 fr 25 pour toutes charges. Dans les cinq premiers mois des hostilités, du 2 août au 31 décembre 1914, en raison du grand nombre des blessés et de l'élévation du prix de tous les produits, la Commission administrative ne put faire face aux dépenses que grâce à ses reliquats antérieurs ; elle a soldé cependant son exercice sans déficit. Quoique les calculs ne soient pas encore établis de façon définitive, il est à prévoir – d'après les indications qu'à bien voulu nous fournir M. Domjean, adjoint au maire, et ordonnateur des hôpitaux – il est à prévoir, dis-je, que l'exercice de l'année 1915 se soldera également sans déficit. C'est là un résultat qui honore la Commission administrative et qui montre avec quelles sagesse et quelle intelligence elle assure la gestion de cet établissement hospitalier.
 
Le public nîmois qui a fai preuve de tant de générosité en faveur des diverses formations sanitaires de notre ville, a négligé l'hôpital Ruffi. A l'exception des retenues que s'impose le personnel sur son traitement et qui s'élèvent à 2,400 francs, les dons en argent des particuliers n'ont atteint, en effet, que la somme dérisoire de 1,845 francs. Ce n'est pas sans quelques tristesse que nous soulignons cette négligence regrettable. Beaucoup de nos concitoyens ont pensé, bien à tort, qu'il n'était pas nécessaire de secourir les blessés soignés à Ruffi puisque la Ville, prenait leurs soins à sa charge, et qu'il était préférable d'exercer leur générosité en faveur de ceux qui étaient hospitalisés dans les formations crées par l'initiative privée. Ils n'ont pas songé que si la Ville donne largement à ses malades le nécessaire, elle ne peut, hélas ! leur procurer ces mille gâteries qui sont douces au cœur de ceux qui ont lutté et qui souffrent. Ils ont besoin de tant de sympathie et d'affection ! Peut-être aussi que la Commission administrative n'a pas plaidé suffisamment auprès du public la cause de ces "grands enfants" qu'elle entourait de soins !… Mais à quoi bon récriminer . il faut que notre population se montre pour eux, à l'avenir, plus généreuse. Il faut aussi que l'administration civile et militaire se montre pour eux si bienveillante, si paternelle qu'ils n'en soient pas à regretter que le hasard ne les ait pas conduits dans d'autres formations sanitaires de notre ville où des compagnons de lutte et d'infortune, plus favorisés, vivent des jours réconfortants dans une atmosphère de calme et de bonté.
 
 
Républicain du Gard du 16 janvier 1916 (n°3917) - article de Jean VALMONT
 
HDC 44
 
L'Hôpital-Dépôt des Convalescents numéro 44 n'est pas à proprement parler un hôpital ; c'est plutôt un "dépôt de triage" où passent, sans exception, tous les militaires, officiers, gradés ou soldats, qui sortent des hôpitaux de la ville : Ceux qui sont susceptibles de reprendre du service sont dirigés immédiatement sur le dépôt de leur régiment ; ceux dont l'indisponibilité paraît devoir être de longue durée reçoivent, après examen d'une commission, un congé de convalescence ; enfin ceux qui semblent par suite de leur blessure ne plus pouvoir reprendre du service, sont proposés pour la réforme ou la retraite. Les militaires des deux dernières catégories sont dirigés par les soins de l'autorité militaire soit dans leurs famille, soit dans les établissements institués par "l'œuvre de l'Assistance aux Convalescents", fondée par la comtesse Greffülhe, s'ils appartiennent au régions envahies où s'ils sont orphelins.
 
A l'origine, l'Hôpital-Dépôt des convalescents était installé au 19e d'artillerie et son fonctionnement était assuré par un Comité de dames que dirigeait Madame la Générale Falque et Madame la Colonelle Vincent. Ce n'est que le 17 décembre 1914 que l'autorité militaire, en présence des inconvénients que présentait la promiscuité dans les casernes des hommes de troupe et des convalescents, demanda à l'administration académique qui accéda à son désir avec empressement, de céder à l'armée les locaux de l'Ecole normale d'instituteurs. Le choix du local était excellent. Avec ses grands dortoirs, son infirmerie, son réfectoire, ses cuisines et son vaste jardin l'Ecole normale était prédisposée à sa nouvelle destination.
 
Le nombre des entrées et sorties, pendant les premiers mois de la guerre, a été assez élevé. L'Hôpital-Dépôt recevait, en effet, en dehors des militaires sortant des hôpitaux du secteur de Nîmes ainsi que les militaires évacués par les trains sanitaires venant de l'arrière de la zone des armées. Ce nombre s'est accru par suite de la création , dans notre ville, de nouvelles formations sanitaires. Il s'élève, à l'heure actuelle, à environ 1,200 par mois. L'Hôpital-Dépôt compte 300 lits réparties de la façon suivant : 200 à l'Ecole normale, 100 à la Maison Prophète.
 
En raison de l'intensité croissante du mouvement d'évacuation, l'autorité militaire a créé une annexe au Prophète, siège du patronage laïque, mis gracieusement à sa disposition par M. le Préfet du Gard et par M. Claude Gignoux, président du Cercle Nîmois de la Ligue d'Enseignement. Par sa situation exceptionnelle, sa merveilleuse exposition, ses locaux spacieux et sa belle terrasse le Prophète convient admirablement aux soldats malades ou convalescents qui ont besoin de grand air et de soleil.
 
Rappelons que le Prophète, grâce aux dons consentis par M. le Préfet, va devenir un véritable institut de mécanothérapie placé sous la direction intelligente du Dr Goldenschuh, médecin aide-major, institut qui sera réservé aux malades et blessés du 1er secteur chirurgical de la 15e Région.
 
C'est M. le docteur Chopard, médecin major de 1re classe – brave homme s'il en fut et qui a laissé de son passage à Nîmes un excellent souvenir – qui a dirigé l'Hôpital-Dépôt depuis sa création jusqu'au 26 juin 1915, date à laquelle il a été envoyé à Avignon pour diriger, en qualité de médecin-chef l'Hôpital-Dépôt de cette ville. Il a été remplacé par M. Maturié, médecin major de 1re classe, un brave homme aussi, ferme mais bienveillant, et d'une compétence indiscutable. Il est admirablement secondé dans sa tâche par le docteur Goldenschuh et M. Gilibert, pharmacien aide-major de 1re classe. L'administration de l'Hôpital-Dépôt est confiée à M. Sandoz, officier d'administration de 3e classe, homme de méthode et d'initiative, dont l'activité est toujours en éveil et chez qui la volonté la plus ferme s'allie à la plus claire intelligence.
 
En dehors du logement confortable et de la nourriture saine et variée, des effets sont distribués aux militaires réformés, mutilés ou convalescents par les soins de l'officier gestionnaire, M. Sandoz, qui a eu l'heureuse idée d'aménager, dans une des salles de classe de l'école, un magasin d'habillement abondamment pourvu.
 
Un comité de dames s'est constitué qui entoure les soldats convalescents d'attentions délicates et de sollicitude touchante. C'est Mme Bouzanquet de Balestrier qui remplit avec beaucoup de dévouement les fonctions de secrétaires du Comité. En dehors des services de la couture et de la lingerie, le Comité s'occupe des recherches des familles des soldats originaires des régions envahies, calmant ainsi de légitimes inquiétudes et apportant à ces infortunés l'espoir et le réconfort. Il s'occupe également de la répartition des secours de l'Assistance coloniale, l'œuvre si intéressante du sénateur Henry Bérenger, qui vient en aide aux soldats nécessiteux appartenant à l'armée coloniale.
 
Enfin, sous la direction éclairée de Mme Bousquet, dont le dévouement inlassable est au-dessus de tout éloge, un ouvroir confectionne du linge et des trousseaux destinés aux soldats malheureux.
 
Il nous est agréable de constater que la générosité publique s'exerce de façon constante en faveur des militaires de l'Hôpital-Dépôt des convalescents. Des dons en argent sont souscrits qui sont consacrés à l'achat de linge et de vêtements pour les soldats et qui permettent de leur donner pendant leur court séjour au dépôt, un peu de joie et de bien-être.
 
Que les généreux donateurs en soient remerciés ! Ils font œuvre utile et patriotique.
 
 
Amicalement
 
Guilhem


Message édité par Guilhem LAURENT le 29-01-2017 à 09:55:33

---------------
On oubliera. Les voiles de deuil, comme des feuilles mortes, tomberont.
L'image du soldat disparu s'effacera lentement dans le coeur consolé de ceux qui l'aimaient tant. Et tous les morts mourront pour la deuxième fois.
n°16794
CD9362
Posté le 29-01-2017 à 11:51:14  profilanswer
 

Bonjour
Donc si l'hypothèse de Guilhem est bonne,plusieurs points concordent,  le soldat Favre aurait d'abord été en Bretagne à l’hôpital à St Briac, comme le prouve la carte du 26 juin 1916, il y reste un temps que nous ne connaissons pas.
Mais deux mois plus tard il est à Nîmes et le 26 aout, il est vu par le médecin-chef à Nimes, qui signe son bulletin pour une sortie le 13 septembre et une autre évacuation vers un autre HDC.
C'est possible, puisque Frody  indique "dans son feuillet matricule il est formulé qu'il est passé devant la commission de réforme de Nîmes le 31/01/1917".
en regardant le dossier Légion d'honneur du Dc Jacques Julien Vialle ont voit qu'il a été avant guerre affecté aux SALLES MILITAIRES DE L'HOSPICE MIXTE  DE NIMES, ce qui corrobore la lecture faite par Guilhem du tampon  
http://www.culture.gouv.fr/LH/LH14 [...] 571835.htm  
et la signature
http://www.culture.gouv.fr/LH/LH14 [...] 571831.htm
 
 
en 1916 Jacques-Julien VIALLE est medecin major 1ère classe à la  15 ème région ( Circonscription de la 15ème Région Militaire " Marseille" dont le Gard)
   
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6313162k/f8.item
AD-Line


Message édité par CD9362 le 29-01-2017 à 16:48:17

---------------
http://1914-joseph-duchene.eklablog.com/
n°16795
frody
Posté le 29-01-2017 à 18:34:31  profilanswer
 

Bonsoir à toutes et à tous
 
              Merci Guilhem et AD-Line . Pour le tampon , super, bien vu. Pour la signature je ne sais pas trop, mais tout de même il semble certain que de la Bretagne on le retrouve à Nîmes.
  Même analyse que AD-Line : Bretagne : on dira du 15/6/1916 au 28/6/1916 ( il dit : et ce n'est pas fini), voir probablement jusqu'à la mi-août, ce qui explique son passage au 40ème R.I de Nîmes où il est réformé le 31/01/1917 par la commission de réforme de Nîmes.  J'ai fait une demande au Samha, avec une réponse probable d'ici deux mois sans pour autant être gagnée d'avance. Je contacterai à nouveau son AR petite fille.
PS : Guilhem, y avait il un hôpital à Nîmes situé 12 rue de Montpellier durant 14/18 ? Et l'hôpital Ruffi est bien derrière les Arènes.
 
                                                         http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/19521/Presentation19.jpg    
 
Merci beaucoup à vous deux  
Cordialement
Francis


---------------
F.P
n°16796
Guilhem LA​URENT
Posté le 29-01-2017 à 22:16:18  profilanswer
 

Bonsoir à toutes et à tous,

frody a écrit :

PS : Guilhem, y avait il un hôpital à Nîmes situé 12 rue de Montpellier durant 14/18 ? Et l'hôpital Ruffi est bien derrière les Arènes.


La rue de Montpellier était l'ancien nom de la rue de la République. Au 12 rue de Montpellier, il s'agissait de l'hôpital Ruffi, l'Hôtel Dieu.
 
Sur le lien ci-après, vous identifierez sans problème le site de cet établissement sanitaire.
 
Plan de Nîmes en 1914
 
http://www.lib.utexas.edu/maps/his [...] s_1914.jpg
 
Petit complément
 
http://www.nemausensis.com/Nimes/R [...] lRuffi.htm
 
Amicalement
 
Guilhem


---------------
On oubliera. Les voiles de deuil, comme des feuilles mortes, tomberont.
L'image du soldat disparu s'effacera lentement dans le coeur consolé de ceux qui l'aimaient tant. Et tous les morts mourront pour la deuxième fois.
n°16797
frody
Posté le 30-01-2017 à 07:29:11  profilanswer
 

Bonjour à toutes et à tous,
 
                    Merci Guilhem, cette réponse à ma question, non innocente, puisque cela concerne un autre soldat du village d'Aubais DCD 12, rue de Montpellier le 16/08/1917 ( sans plus d'explication sur la transcription de DC que sur son acte ), me permet de dire qu'il est mort pour la France des suites de maladie contractée en service, à l'hôpital Ruffi, l'Hôtel Dieu. Le plan de Nîmes et les photos de Nemausensis m'ont permis de mieux situer cet Hôpital, car ce n'est pas à cet endroit là que je cherchai la rue de Montpellier, mais plus précisément vers la route de Montpellier.
Je garde donc cet Hôpital pour les soldats Fabre et Viala, ainsi que le HDC 44 pour le premier.
 
Merci
Cordialement
Francis


---------------
F.P
n°16810
alaindu512​010
Posté le 01-02-2017 à 13:49:49  profilanswer
 

Bonjour Frody
Avez vous contacté : ........
Renseignements médicaux:  
Des dossiers médicaux (plus ou moins complets) sont conservés au Service des Archives Médicales Hospitalières des Armées  
SAMHA  
23, rue de Châteauroux  
BP 21 105  
87052 Limoges Cedex 2  
Tel. 05 55 12 12 40 (standard) 05 55 12 12 46 (exploitation)  
Fax 05 55 12 12 57  Mel. : exploitation.samha@orange.fr )  
 
Exemple: Envoi d'un mail en indiquant la nature de la demande (fournir un maximum de détails), réponse par courrier deux mois plus tard.  
Bonne chance à vous  
alain
 


---------------
alaindu 512010
n°16811
frody
Posté le 01-02-2017 à 17:05:53  profilanswer
 

Bonjour Alain,
 
                Merci pour votre aide, j'ai contacté le Samha le 28/01/ et la réponse est positive en ce qui concerne l'étude du dossier qui sera donc traité dans les 3 à 6 semaines.  
 
Cordialement
Francis


Message édité par frody le 01-02-2017 à 17:07:17

---------------
F.P

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire :  service santé 

  Recherche localisation hôpital -- Résolu