FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire :  service santé 

  Section d'infirmiers militaires

 

La Grande Guerre en photos : PEGHES et 11 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Section d'infirmiers militaires

n°17136
Alain 57
Posté le 04-08-2017 à 09:52:21  profilanswer
 

Bonjour à toutes et à tous,
 
Question de novice en la matière ……
Les infirmiers des hôpitaux complémentaires, appartenaient-ils obligatoirement à une S.I.M ?
 
Merci à vous
Cordialement
Alain

n°17137
b sonneck
Posté le 05-08-2017 à 11:35:43  profilanswer
 

Bonjour Alain,
 
Je n'en jurerais pas ; mais cela semblerait logique, car les SIM n'étaient que des entités  à vocation administrative, chargées justement d'administrer le personnel du service de santé (suivi des mutations et tenue à jour des dossiers en particulier). Elles jouaient de ce point de vue le rôle des régiments dans l'armée de terre.
Le personnel d'un hôpital, complémentaire, d'évacuation ou autre, devait donc très probablement être rattaché administrativement à une SIM, au même titre que celui des ambulances, groupes de brancardiers, sections sanitaires automobiles, etc.
Mais cela demande à être confirmé ou infirmé par un de nos spécialistes.
 
Cordialement
Bernard

n°17140
Jean RIOTT​E
Posté le 06-08-2017 à 17:59:44  profilanswer
 

Bonjour Alain et Bernard,
Effectivement, le personnel infirmier des HC dépendaient d'une SIM comme le dit Bernard.
Mais il faut noter que certains HC disposaient aussi d'infirmières de la SSBM dont la compétence et le dévouement furent très appréciés.
La SSBM était d'ailleurs la seule société de la Croix-Rouge française à fournir des infirmières (confirmées et expérimentées) aux HC dans la zone des Armées.
Cordialement,
Jean RIOTTE

n°17141
Alain 57
Posté le 07-08-2017 à 08:00:22  profilanswer
 

Bonjour à toutes et à tous,
 
Merci à Bernard et à Jean pour ces informations.
Cordialement
Alain

n°17142
Alain 57
Posté le 07-08-2017 à 14:12:53  profilanswer
 

Bonjour à toutes et à tous,
 
Toujours à ce sujet, concernant l’organisation des S.I.M. Etaient-elles  affectées à une région militaire exclusivement ?
Exemple, la 16° S.I.M de Perpignan, était-elle en charge à elle seule (hormis les infirmières, bénévoles et autres) de  la 16° Région militaire ?
 
Merci à vous
Cordialement
Alain

n°17143
Achache
Cimetière militaire de V D
Posté le 08-08-2017 à 10:17:52  profilanswer
 

Bonjour,
 

Citation :

S.I.M. Etaient-elles  affectées à une région militaire exclusivement ?


 
Exclusivement, non; il ne semble pas.
 
Feuilletant le registre d'Etat civil de l'H militaire central de Doullens, indiqué ici:
 
http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] htm#t79055
 
j'ai trouvé pour témoins: 2 hommes de la 20e SIM
                                 1 de la 20e + 1 de la 14e SIM
etc...
Ces hommes étaient donc probablement affectés à cet Hôpital, qui n'était ni de la 20e ni de la 14e RM...
Sans compter qu'un même homme peut aussi changer de SIM...
 
Il me semble avoir vu quelque part que cette gestion des SIM, d'abord effectivement régionale, avait été rapidement "globalisée" après le début de la Guerre, mais je ne retrouve pas de référence précise.
 
Bien à vous,
 [:achache:1]  


---------------
Émouvante forêt, qu'avons-nous fait de toi ?/Un funèbre charnier, hanté par des fantômes./Tes doux sylvains ont fui, cédant la place aux hommes
Qui sèment autour d'eux la douleur et l'effroi. M. BOIGEY/LAMBERT, La Forêt d'Argonne, 1915
n°17144
Alain 57
Posté le 08-08-2017 à 14:07:00  profilanswer
 

Bonjour à toutes et à tous,
 
Merci Achache pour cette précision.
En effet, votre raisonnement semble plausible au regard du nombre de blessés et d’hôpitaux à gérer. Une seule et unique S.I.M ne devait pas suffire.
 
Cordialement
Alain

n°17145
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 10-08-2017 à 10:01:22  profilanswer
 

.
   Bonjour à tous,
 
 
   Réponse du Ministre de la Guerre à la question n° 1.406, posée, le 11 mars 1915, par M. Gaston Dumesnil, député (J.O. 23 mars 1915, p. 1.569) :
 
   « Aucun homme étranger aux sections d’infirmiers militaires ne doit être employé dans les hôpitaux. [...] »


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°17146
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 10-08-2017 à 13:30:31  profilanswer
 

.
   Bonjour à tous,
 
 
                                                                                              Organisation des Sections d’infirmiers militaires
 
 
   — Loi du 16 mars 1882 sur l’organisation de l’armée (J.O. 25 mars 1882, p. 1.625), telle que modifiée par la loi du 1er juillet 1889 (art. 1er ; J.O. 3 juill. 1889, p. 3.138), article 41.  
   
 
                                                                       « CHAPITRE IV. — SECTIONS D'INFIRMIERS ET TROUPES D’ADMINISTRATION
 
 
   Article 41. — Les sections d’infirmiers militaires sont au nombre de vingt-cinq.  
   Le nombre des sections de commis et ouvriers militaires d'administration est également de vingt-cinq.  
   Le ministre détermine, d’après les besoins de chaque corps d’armée, les effectifs et les cadres de chaque section.
   Les sections sont commandées et administrées par un officier d’administration de leur service.  
   En ce qui concerne la police et la discipline intérieures des corps, les sections d’infirmiers militaires sont placées sous l’autorité supérieure des médecins militaires, chefs du service de santé, et les sections de commis et ouvriers militaires d’administration sous celle des fonctionnaires de l’intendance, chefs des services administratifs.  
  Les sous-officiers des sections d’infirmiers, de commis et ouvriers d’administration, concourent, avec les sous-officiers des corps de troupe d’infanterie, pour l’admission à l’École militaire d’infanterie de Saint-Maixent.
»
 
 
   — Décret du 23 novembre 1889 sur le service de santé de l’armée à l’intérieur, 4e édition, mise à jour jusqu’au 1er mai 1911, Librairie militaire Henri Charles-Lavauzelle, Paris~Limoges, 1911, 571 p.
 
   V. Notice n° 12 : « Organisation des Sections d’infirmiers militaires », p. 359 et s.
 
   —> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/b [...] A9rieur%22
 
 
                                                                                            Siège des Sections d’infirmiers militaires (S.I.M.)
 
       1re – Lille.  
       2e – Amiens.  
       3e – Vernon.  
       4e – Le Mans.  
       5e – Paris.  
       6e – Camp de Châlons.  
       7e – Dôle.  
       8e – Dijon.  
       9e – Châteauroux.
     10e – Rennes.  
     11e – Nantes.  
     12e – Limoges.
     13e – Vichy.
     14e – Lyon.
     15e – Marseille.
     16e – Perpignan.
     17e – Toulouse.
     18e – Bordeaux.  
     19e – Alger.  
     20e – Oran.  
     21e – Constantine.
     22e – Paris.
     23e – Troyes.
     24e – Versailles.
     25e – Tunis.


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°17150
DOUDOU44
Plus penser que dire.
Posté le 13-08-2017 à 10:36:21  profilanswer
 

Bonjour !
Ne pas oublier les Sections territoriales d'infirmiers militaires !
Bien à vous.


---------------
DOUDOU44

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire :  service santé 

  Section d'infirmiers militaires