FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire :  service santé 

  Tenue des infirmiers en hopital

 

Forum Pages d'Histoire : Yans83, 3 utilisateurs anonymes et 31 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Tenue des infirmiers en hopital

n°16881
DominiqueC​amusso
Posté le 05-03-2017 à 11:10:26  profilanswer
 

Bonjour,
je viens de faire l'acquisition d'une carte postale pensant y voir des zouaves du 2e régiment de Nemours en Algérie en 1912.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5858/InfirmiersHopitalNemoursrecto.jpg
En fait, à la lecture du verso, il s'agit de soldats de la 20e SIM affectés à l’Hôpital de Nemours (Algérie).
Leur tenue mes parait ressembler à celle des zouaves qui sont casernés à coté. D'où ma question: quelle était la tenue des "infirmiers"? Avait-elle un rapport avec l'arme du régiment situé à proximité et qui assurait peut-être leur gestion.
Merci par avance au spécialiste qui saura m'éclairer.  
Cordialement
 


---------------
Dominique
n°16882
Jean RIOTT​E
Posté le 07-03-2017 à 23:11:36  profilanswer
 

Bonsoir à tou(te)s,
Bonsoir Dominique,
La photo date de 1912. A cette époque la profession d'infirmier n'était pas codifiée comme de nos jours.
On distinguait alors:  
 - les infirmiers des régiments qui étaient des soldats du régiment mis à la disposition du médecin-chef (4 par bataillon) qui avait la responsabilité de les former et pouvaient les utiliser au service de malades légers soignés à l'infirmerie du régiment. Ils portaient l'uniforme du régiment (ce qui est le cas sur la photo: ce sont des "zouzous" du 2);
 - les infirmiers des SIM se répartissaient:
     - en infirmiers de visite habilités à faire des pansements, quelques gestes de petite chirurgie et relever les prescriptions. Pour ce ils ont suivi un stage. Ils ont le droit                    de porter un caducée sur leur col;
      - et en infirmiers d'exploitation qui étaient des auxiliaires employés à de nombreuses tâches logistiques ( transport, nettoyage, alimentation, gardiennage) ou administratives (écritures). Eux portent simplement le n° de leur SIM, en rouge sur fond bleu sur leur col.
Sources: Le service de Santé 1914-1918 de Marc Morillon et Jean-François Falabrègues
Cordialement,
Jean RIOTTE

n°16885
DominiqueC​amusso
Posté le 08-03-2017 à 18:30:29  profilanswer
 

Bonsoir Jean,
Voilà  une explication fort claire.
Merci beaucoup  
Cordialement


---------------
Dominique
n°16887
TURPINITE
Lapides Clamabunt
Posté le 14-03-2017 à 11:19:24  profilanswer
 

Bonjour Dominique,  
 
Voici un extrait de mon cahier d'Albi n° 133 sur la tenue de travail (bourgerons et pantalons de treillis.)
 
1879
 
Service des écuries, des cuisines, des infirmeries, et effets de travail.
Bourgeron pour le service des écuries, des cuisines, des infirmiers et le travail.
Article 159
§ 1er - Le bourgeron est confectionné en forte toile de lin décruée, dite toile d'Armentières,
présentant un tissu régulier de 17 ou 18 fils ronds en chaîne comme en trame
par centimètre carré. il est ouvert à la poitrine par une fente de 350 mm de long, parementé
sur les deux bords, avec une boutonnière au milieu et bouton correspondant.
etc.
 
1887
8 juin
Ouvriers militaires d’administrations et infirmiers militaires
N° 365. Décision ministérielle relative à l’habillement des sections de commis et ouvriers
militaires d'administration et d'infirmiers militaires. [B. 0.,p.r., p. 978.]
Paris, le 8 juin 1887.
Le Ministre a arrêté les dispositions suivantes au sujet de l'habillement des troupes
d'administration :
1° Les ouvriers militaires d'administration et les infirmiers militaires seront pourvus
d'un bourgeron du modèle général au compte du service de l'habillement.
La durée légale de cet effet est fixé à 4 trimestres.
Etc.
 
1894
 
Cavalerie de France et chasseurs d’Afrique
Infirmiers, porte-sacoches, conducteur de voitures médicales ou de transport des
blessés : 1 bourgeron (galonné pour les gradés) et 1 pantalon de treillis dans le paquetage.
 
1912
Artillerie
E. homme non monté muni d'un sac en toile cachou (Sous-officiers non montés, infirmiers
et ordonnances d'officiers dans l'artillerie de montagne.)
À la suite de la capote, placer l'un sur l'autre, le mouchoir, le caleçon, la chemise, la
serviette, le pantalon de treillis et, s'il y a lieu, le bourgeron-blouse ou le jersey pliés
à la largeur de la capote, et à une longueur telle qu'ils viennent toucher le second pli.
 
Cordialement
Florian


Message édité par TURPINITE le 14-03-2017 à 11:20:48

---------------
S'ensevelir sous les ruines du fort, plutôt que de se rendre !
La munition, n'a ni amis, ni ennemis, elle ne connait que des victimes !
n°16888
Jean RIOTT​E
Posté le 14-03-2017 à 22:48:40  profilanswer
 

Bonsoir Florian,
Merci pour ces précisions.
Cordialement,
Jean RIOTTE

n°16889
TURPINITE
Lapides Clamabunt
Posté le 15-03-2017 à 08:53:19  profilanswer
 

Bonjour Jean,  
 
Puisque nous sommes dans les infirmiers, as-tu quelque chose sur les aumôniers militaires, de la 7e armée, car j'ai récupéré l'album de guerre d'un aumônier à Remiremont, des photos qui s'échelonne sur toute la guerre et même après. Il est en uniforme et porte un brassard à croix rouge et apparemment, officiait au collège de jeunes filles, hôpital Principal puisque beaucoup de photos sont issues de ce lieu.
J'ai découvert qu'il était aumônier, car on le voit à certains moment en soutane avec croix de guerre, fourragère, etc.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/1701/201702141131311.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/1701/img2023.jpg
 


---------------
S'ensevelir sous les ruines du fort, plutôt que de se rendre !
La munition, n'a ni amis, ni ennemis, elle ne connait que des victimes !
n°16890
TURPINITE
Lapides Clamabunt
Posté le 15-03-2017 à 08:54:36  profilanswer
 

http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/1701/20170315084731.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/1701/20170315084758.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/1701/20170315084821.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/1701/20170315085441.jpg
 
Amicalement
Florian


---------------
S'ensevelir sous les ruines du fort, plutôt que de se rendre !
La munition, n'a ni amis, ni ennemis, elle ne connait que des victimes !
n°16891
Jean RIOTT​E
Posté le 15-03-2017 à 19:38:46  profilanswer
 

Bonsoir Florian,
Malheureusement, non, je n'ai rien du tout sur les aumôniers militaires quelle que soit la religion.
Même pas un ouvrage ou un travail de synthèse pouvant donner une idée générale de ces poilus "spéciaux".
Désolé.
Amicalement,
Jean RIOTTE

n°16898
DominiqueC​amusso
Posté le 19-03-2017 à 14:43:56  profilanswer
 

Merci beaucoup Florian,
Encore une fois, à partir d'une "petite" question plein de connaissances émergent  
Cordialement


---------------
Dominique

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire :  service santé 

  Tenue des infirmiers en hopital