FORUM pages 14-18
  Pages 14-18 : Les arts et la guerre
  Arts graphiques

  "Le rêve" d'Édouard Detaille

 

2 utilisateurs anonymes et 35 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

"Le rêve" d'Édouard Detaille

n°2365
Inouk44
Posté le 25-08-2015 à 23:07:41  profilanswer
 

Bonjour à toutes et à tous,
 
Je vous propose ici, une étude comparée sur un thème qui a inspiré de nombreux artistes
 

  • A l'origine, il s'agit d'un tableau, une huile sur toile de 3m sur 4m d'Edouard Detaille (1888). Le tableau a été exposé dès 1888 au Salon des artistes français de Paris (où Detaille est médaillé pour celui-ci), puis à l'Exposition universelle de Paris (1889) et à l'Exposition internationale de Panama-Pacific (1915) à San Francisco. La peinture sera reproduite sur de nombreux supports jusqu'après la Première Guerre mondiale
Citation :

Le Rêve est une peinture militaire dont Édouard Detaille est un spécialiste. Il représente des soldats français endormis dans leur bivouac dont on aperçoit les feux à perte de vue. Plus précisément, il s'agit de jeunes conscrits de la Troisième République pendant des manœuvres d'été, probablement en Champagne. Ils rêvent de la gloire de leurs prédécesseurs et de prendre leur revanche de la guerre franco-prussienne de 1870. Dans une allégorie patriotique, se dessinent dans le ciel de manière volontairement non distincte, les soldats de l'An II et d'Austerlitz (Première République et Premier Empire), du Trocadéro et de l'expédition d'Alger, les bataillons de Magenta et de Solférino (Second Empire), les rescapés de Gravelotte et de Reichshoffen (guerre de 1870).

Source Wikipédia
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/17892/lereve1.jpg
"Le Rêve" huile sur toile d'Edouard Detaille (1888) musée d'Orsay, Paris
Copyright: Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12.
 
 
 

  • Voici l'analyse que nous livre Isabel Violante de ce tableau.
Citation :

"Des soldats bleutés dorment à même le sol. A l'horizon se lève un soleil couleur pastel. Dans un tableau immense, le peintre pompier détaille une scène réaliste - jusqu'au chien couché à la tête de son maître - et représente une aurore symbole d'espoir. L'espoir serait la victoire: dans le ciel, mêlée aux nuages, une envolée de figures, de silhouettes nostalgiques et de drapeaux triomphants racontent le rêve de ces soldats, qui n'est autre que celui d'une nation encore blessée par la "débâcle" de 1870: une bataille victorieuse, rose et bleue comme l'aurore. Mais alors que traditionnellement, dans la peinture ancienne, des batailles héroïques se livrent dans la partie inférieure du tableau (la supérieure étant réservée à une divinité bienveillante qui préside au sort des hommes), les hommes sont ici dans le bas du tableau, lourds dans leur sommeil passif, tandis que dans le ciel, leur désir se déploie, comme les nuages évanescents. La composition tirée au cordeau de ce tableau à la perspective nettement marquée indique, en dépit de l'exaltation martiale du peintre, que le rêve qui habite le ciel, siège de la transcendance, représente la bataille qui sur terre n'a pas lieu. Le rêve n'est pas tant prémonition de la victoire que compensation de la défaite."
 Isabel Violante

Source: Magazine Science et Avenir Hors-Série consacré au Rêve - Décembre 1996
 
 
 


 
 

  • Ce tableau est une réponse à un autre tableau "Bivouac après le combat du Bourget, 21 décembre 1870" d'Alphonse NEUVILLE

Je vous encourage à visiter ce site qui fait une étude comparatives des deux tableaux => http://www.histoire-image.org/site [...] a4XXD.dpuf
 
 
 

  • Durant la Première guerre mondiale, le thème et la structure de ce tableau seront exploités de nombreuses fois sous différentes formes.


En voici quelques exemples:
 
- La première et sans doute la plus explicite est cette carte postale signée Fercham. L'Alsace et la Lorraine, à l'instar de Marianne, mènent les troupes. Le garde qui se trouvait à l'horizon dans le paysage du premier tableau et qui laissait une impression d'abandon du camp, a été rapproché pour montrer qu'un soldat veille. Le titre n'est plus "Le rêve" mais "Le rêve se réalise".
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/17892/ALSACELORRAINEREVANCHARDESLEREVESEReALISEsigneFERCHAM.jpg
Source: delcampe.net
 
 
- Plusieurs compositions utilisent ce thème pour valoriser nos généraux: ici c'est le Général Galliéni qui est mis à l'honneur. A l'horizon le soleil se lève "vers la Victoire 1914", tel le soleil d'Austerlitz!
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/17892/851001.jpg
Source: delcampe.net
 
 
- La carte suivante est dans la tradition des cartes postales militaires de cette époque où figurent des enfants (la relève). Ce type de carte est très répandu durant le conflit. On y voit des enfants en lieu et place des soldats. Un malaise toutefois se dégage de cette carte, où les corps des enfants, qui sont censés dormir, se trouvent dans des positions qui laissent plutôt croire qu'ils sont morts... La carte postale photographique s'intitule "Petits soldats - Le rêve".
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/17892/CPAMILITARIAPATRIOTIQUEPETITSSOLDATSLE.jpg  
Source: delcampe.net
 
 
- La carte suivante, réalisée par Daniellot J.S, datée de 1915,  nous fait passer du "Rêve" à la "Réalité"...
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/17892/047001.jpg
Source: Delcampe.net
 
 
 
 
- Cette curieuse carte de la série "Guignol", dessinée par Jean Coulon que Jean Pierre alias Docteurno a eu la gentillesse de nous faire découvrir sur ce post => http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] .htm#t2284
Le dessin reprend la même structure, (découpage diagonal de haut en bas en partant du coin gauche par le faisceau d'armes). Les sentinelles sont à l'horizon. Le feux de camp est devenu la bougie à l'aide de laquelle, Guignol rédige sa lettre.  
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/17892/lerevedeGuignol.jpg
 
 
 
- Bien sûr, la propagande n'est pas en reste et nous offre plusieurs cartes, dont la première s'intitule à contrario et ironiquement "Le cauchemar". Il s'agit bien sûr du cauchemar des troupes allemandes. La structure du tableau est conservée. Le faisceau de fusils sépare toujours la scène, mais cette fois-ci de bas en haut en partant du coin gauche du tableau. De ce fait, on se place en contre-champ par rapport aux premières cartes. De ce côté de la scène, ce sont les soldats allemands qui dorment. Dans les nuages, leurs troupes se replient dans la débandade poursuivis par les français. Cette carte postale est l’œuvre de Fercham, l'auteur de la première carte citée plus haut.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/17892/SATIRECARICATUREGUERREWARLECAUCHEMARILLUSTRATEURFERCHAM.jpg
Source: delcampe.net
 
 
 
- Sur le même thème, cette fois-ci, c'est le "Réveil" qui est difficile....
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/17892/689001.jpg
Source: Delcampe.net
 
 
- Enfin, une carte postale à l'effigie du Kaiser Guillaume II, qui s'intitule "Du rêve à la réalité" et qui montre les troupes ennemies en fâcheuse posture.
La légende de la carte dit ceci:

Citation :

Le Rêve
Le Kaiser rèvait l'entrée triomphale à Paris."
La Réalité
Le Kaiser assiste à la déroute de ses troupes.


Dans le ciel, son rêve de défilé glorieux sous l'Arc de Triomphe, couronné de lauriers, s'estompe...
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/17892/GUERREWARKAISERGUILLAUMEIILEReVELAReALITe.jpg
Source: delcampe.net
 
 
 :hello:  Bien sûr, si vous avez d'autres exemples, n'hésitez pas à les poster!


Message édité par Inouk44 le 28-08-2015 à 00:40:24

---------------
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.
n°2366
Alain Dubo​is-Choulik
Tchiot quinquin de ch'nord
Posté le 25-08-2015 à 23:54:56  profilanswer
 

Bonjour
   Intéressant de comparer les versions .
 A noter le chant patriotique, très descriptif qui date de 1906 "Le rève passe"
http://dutempsdescerisesauxfeuille [...] sse_le.htm
Cordialement
Alain


---------------
http://civils19141918.canalblog.com http://ggfamille4d.canalblog.com http://theywerethere.canalblog.com "Si on vous demande pourquoi nous sommes morts, répondez : parce que nos pères ont menti." R. Kipling
n°2367
Inouk44
Posté le 27-08-2015 à 17:17:55  profilanswer
 

Bonjour Alain,
Oui, très bonne illustration!
C'est probablement le tableau d'Edouard Detaille qui a inspiré Armand Foucher pour les paroles.
Le visuel de la partition reprend le thème du tableau.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/17892/001001.jpg
source : Delcampe.net


---------------
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.
n°2368
IM Louis J​ean
Posté le 27-08-2015 à 19:47:50  profilanswer
 

Bonsoir à toutes et à tous,
 
http://promenade.temporelle.free.fr/dotclear/public/images/michele/clin-oeil/.le_reve_passe_s.jpg
source promenade.temporelle
 
Cordialement
Étienne


---------------
<< On peut critiquer les parlements comme les rois, parce que tout ce qui est humain est plein de fautes.
     Nous épuiserions notre vie à faire le procès des choses. >> Clemenceau
n°2369
Inouk44
Posté le 27-08-2015 à 22:51:12  profilanswer
 

Bonjour Etienne,
Bonjour à toutes et à tous,
Oui, l'inspiration est la même, même si le sujet est traité de façon un peu différente.
L'Alsace et la Lorraine, le bidasse qui salue et l'enfant qui acclament "le rêve qui passe".
 
 
 
Voici encore quelques unes des représentations que j'ai trouvées.
Le Général Joffre y est à l'honneur.
 
- Celle-ci, montage photo de Pierre Petit,  que nous avons déjà vue, où figurait le Général Galliéni:
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/17892/revedetaillejoffre1914.jpg
Source: Delcampe.net
 
 
- Cette autre, dont le dessin est signé a.d'Ol. (?) et la photo signée (x) Manuel du studio J.M.T,  reprenant une partie du thème avec Marianne, l'Alsace et la Lorraine.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/17892/revejoffre207001.jpg
Source: Delcampe.net
 
 
- Et enfin celle-ci de Gilbert Gauthier (?), beaucoup plus subtile, dans laquelle se cachent quelques "messages subliminaux". En effet, si l'on observe à la loupe le bicorne du Général, on peut y voir en filigranne, le décor du tableau d'Edouard Detaille.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/17892/GeneralissimeJoffre.jpghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/17892/detaille.jpg
La légende précise d'ailleurs:

Citation :

Le Chant-du-Départ et les Alpins, formant le Panache, le Rêve de Detaille dans le Bicorne, dans les Yeux, Jupiter et la Gloire, Moustaches, 2 Cygnes, Broderies, Canon 75, Écharpe l'assaut des Zouaves en 1914, Épaulettes, Alsace et Lorraine. Les Allégories entourant le Visage sont suffisamment inscrites pour voir la Glorification de notre valeureux Généralissime Joffre.


 
Nous ne sommes plus loin du culte de la personnalité...
 
 
 
 
 
 :hello: Connaissez-vous les différents artistes , dessinateurs et photographes, qui ont fabriqué ces cartes postales?


Message édité par Inouk44 le 27-08-2015 à 23:21:13

---------------
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.
n°2370
Inouk44
Posté le 28-08-2015 à 00:18:38  profilanswer
 

Bonsoir à toutes et à tous,
 
Permettez-moi de vous présenter une œuvre très intéressante en rapport avec ce sujet.  
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/17892/devantlereve.jpg
Devant "le Rêve" -Salon de 1897 huile sur toile H. 134 ; L. 105 cm par Paul Emmanuel Legrand.
Musée des Beaux-arts de Nantes.
 
 
Il s'agit d'un tableau de Paul Emmanuel Legrand (1860-1936) qui s'intitule "Devant <le Rêve>", où l'on voit l'échoppe d'un bouquiniste, comme il en existe encore sur les quais de la Seine à Paris. Un groupe d'enfants, sur le chemin de l'école, contemple une gravure qui n'est autre que la reproduction du "rêve" d'Edouard Detaille. La vendeuse, à l'intérieur de sa boutique observe la scène, tandis que sur le côté, un ancien combattant à la jambe coupée, lit le journal et ne semble pas prêter attention aux enfants. Qui sait?
 
Ce tableau est intéressant et émouvant à plus d'un titre:

  • Il s'agit de la représentation d'un tableau dans un tableau, une histoire dans l'histoire.

Cette œuvre date de 1897 soit neuf ans après la parution  du "Rêve" de Detaille.
 
 

  • Intéressons nous au vieil homme. Le vieil homme à la jambe de bois était peut-être un de ces soldats en 1870? Un des soldats du "rêve".  

Faisons un rapide calcul: Il semble avoir 60-65 ans. En 1870 il avait entre 30 et 40 ans ce qui peut faire de lui un combattant. De toute façon, c'est du passé et il est amputé d'un membre (comme la France est amputée d'une partie de son territoire). Il tourne le dos à la scène. Il est habillé de noir, couleur du deuil.
 
 

  •  Observons le groupe d'enfants. Celui qui nous fait face et qui s'adresse au groupe semble être le plus âgé (peut être a-t-il  11 ou 12 ans?). Que raconte-t-il à ses copains?  

-"Tu vois, mon père y était..." ou bien  -"Nous aussi on ira là-bas!" ou quelque chose de la sorte.
Les autres garçons regardent, fascinés.
 
 

  • A quel point cette gravure a bercé leur imaginaire, a marqué leur existence?  


 

  • Ces enfants, nés entre 1885 et 1892 pour le plus jeune, appartiennent aux classes 1905-1912. Nul doute qu'ils ont du prendre part aux combats de la guerre de 14-18. En sont-ils revenus? On ne le saura jamais...


 
 

  • Il est émouvant de penser que le destin de ses jeunes enfants semble scellé dans ce tableau, alors même que son auteur ignore les évènements qui arriveront. A moins qu'il les aient déjà pressentis? Les artistes sont souvent visionnaires...


 
 
Mais entrons un peu plus profondément dans l’analyse de ce tableau. Qu’est-ce que l’auteur  a voulu nous faire passer comme message à travers cette toile ? Pour cela nous avons quelques indices :  
 

  • Le sujet.

Le sujet semble de prime abord, anodin. Un groupe d’enfants, sur le chemin de l’école, discute devant un kiosque à journaux. Quoi de plus banal, de plus insignifiant ? Si ce n’est que le thème de la discussion semble tourner autour de la gravure représentant le « Rêve ». Tout de suite on rentre dans le monde du symbolisme. Quel « rêve » incarne-t-il ? Rêve de revanche ? Rêve de gloire ? Rêve d’aventures ?
On n’en sait rien, mais de toute évidence, cette perspective les enthousiasme et les fascine.
 

  • La structure.

Le tableau semble organisé en trois parties verticales (comme le drapeau tricolore).  
 
- La partie de gauche, l’enfance, agglutinée devant « le rêve » représente l’avenir. Elle est pleine d’enthousiasme et d’admiration.  
Une enfance instruite – rappelons que l’école est devenue depuis peu obligatoire – qui incarne un monde nouveau. L’avenir peut être plein d’espoir, comme la toile qu’ils admirent. Leur instituteur leur a-t-il fait l’éloge de cette œuvre en classe ?
 
- La partie centrale, représentée par la vendeuse, en retrait, dans l’ombre et qui semble inquiète alors qu’il n’y a pas de quoi, les enfants, de bons écoliers, n’ont rien de voyous. Cette femme qui incarne l’époque actuelle (celle de la réalisation du tableau) est donc dans l’expectative. Que faut-il penser ? Faut-il craindre ou espérer ?
 
- La partie de droite, incarnée par le vieil homme estropié, représente le passé. Il tourne le dos à l’avenir. Il semble indifférent au monde qui l’entoure, résigné sur son sort et ses perspectives d’avenir. Il aurait pu être tourné vers les enfants et leur raconter le détail de ce tableau, ces batailles auxquelles il a sans doute participé et où l’on suppose qu’il a perdu un membre. Mais ce n’est pas le cas. Il est résolument détaché de la scène.
 

  • La lecture.

Alors comment faut-il lire ce "triptyque"? De gauche à droite ou de droite à gauche ? L’auteur ne le dit pas, comme s’il voulait que l’on s’interroge sur ces « rêves » de grandeur. Il nous rappelle, que le rêve peut rapidement tourner à la désillusion voire au cauchemar. La jambe perdue du vieillard est là pour nous le rappeler. La dualité "rêve" et "réalité" est clairement identifiable.
Si on le lit de droite à gauche, le message est plus interventionniste. Il est sans doute dans l’air du temps de l’époque, qui rêve de revanche. La France de la défaite, incarnée par le vieillard en noir, se modernise, s’instruit pour former une nouvelle élite (les enfants). Le « rêve » devient alors réalisable.
 
 
Pourquoi l’auteur ne nous en dit pas plus ? Peut-être veut-il que l’on tranche, que l’on décide à sa place ? Peut-être, sa lecture est-elle de gauche à droite, mais comme il était dangereux d’être pacifiste voire défaitiste à cette époque, il n’a pas poussé plus loin son cri d’alarme. Il nous rappelle que les rêves de batailles mettent la jeunesse en danger. La tension créée par le personnage central (la vendeuse), qui semble inquiète, sans raisons apparentes,  me laisse croire que tel était son sentiment sur la situation de l’époque.
 
 
 
Pour plus d'infos sur Paul Emmanuel Legrand c'est par ici => https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Emmanuel_Legrand

Message cité 3 fois
Message édité par Inouk44 le 28-08-2015 à 10:08:56

---------------
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.
n°2371
IM Louis J​ean
Posté le 28-08-2015 à 09:00:56  profilanswer
 

Bonjour à toutes et à tous,
Bonjour Daniel,
 

Inouk44 a écrit :

  • Intéressons nous au vieil homme. Le vieil homme à la jambe de bois était peut-être un de ces soldats en 1870? Un des soldats du "rêve".  

Faisons un rapide calcul: Il semble avoir 60-65 ans. En 1870 il avait entre 30 et 40 ans ce qui peut faire de lui un combattant. De toute façon, c'est du passé et il est amputé d'un membre (comme la France est amputée d'une partie de son territoire). Il tourne le dos à la scène. Il est habillé de noir, couleur du deuil.


 
Il s'agit, à mon avis, d'un pensionnaire des Invalides en uniforme :
 
http://veterans.free.fr/cartes%20postales/Divers%2002.jpg
source veterans.free
 
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9023166w/f1.highres
Légende : << Vieil invalide avec l'ancienne tenue et jeune invalide en nouvelle tenue >>
source Gallica
 
Pour revenir au sujet :
 
<< Sac au dos, direction Somme-Suippes 2 km
La route est mauvaise et parait longue. Nous voici arrivés. L'état major nous montre notre cantonnement. Après s'être débarbouillés, on fait un tour en ville, ville est peut être exagéré, enfin peu importe.
Tiens, voici que la musique du 11e (?) s'approche pour donner concert. Eh oui, concert, qui le croirait ?
On le lit sur les journaux, mais on ne le croit pas. D’abord une fantaisie, puis une valse, avec l’accompagnement d'une batterie de 75 puis " le rêve passe " chanté par un soldat avec accompagnement musical et pendant tout ce temps, le canon tonne.
C'est vraiment poignant. >>
source Carnet de Joannés-Albert CARRIE sur le site du chtimiste
 
Cordialement  
Étienne


---------------
<< On peut critiquer les parlements comme les rois, parce que tout ce qui est humain est plein de fautes.
     Nous épuiserions notre vie à faire le procès des choses. >> Clemenceau
n°2372
Inouk44
Posté le 28-08-2015 à 10:10:49  profilanswer
 

Bravo Etienne,
C'en est saisissant de ressemblance!
Comble du détail, on aperçoit, en fond de cette photo, les échoppes de ces bouquinistes.
Merci pour cette contribution.
Cordialement
Daniel


Message édité par Inouk44 le 28-08-2015 à 10:11:38

---------------
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.
n°2373
Alain Dubo​is-Choulik
Tchiot quinquin de ch'nord
Posté le 28-08-2015 à 15:22:52  profilanswer
 

Inouk44 a écrit :

B Il semble indifférent au monde qui l’entoure, résigné sur son sort et ses perspectives d’avenir.


Bonjour,
    Je le pense surtout absorbé dans la lecture du journal qu'il vient d'acheter, et si on veut, c'est lui que le président Félix Faure regarde ......
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/26/lecteur.jpg
Quant aux enfants ils m'en rappelaient d'autres, n'ayant pas encore vu ce tableau : en farfouillant la toile j'ai retrouvé  "Un meeting" de Marie Bashkirtseff qui est antérieur ; mais on s'éloigne du rêve.
Cordialement
Alain


---------------
http://civils19141918.canalblog.com http://ggfamille4d.canalblog.com http://theywerethere.canalblog.com "Si on vous demande pourquoi nous sommes morts, répondez : parce que nos pères ont menti." R. Kipling
n°2374
Elise49
Posté le 28-08-2015 à 16:32:25  profilanswer
 

Inouk44 a écrit :


 
[
 
Pourquoi l’auteur ne nous en dit pas plus ? Peut-être veut-il que l’on tranche, que l’on décide à sa place ? Peut-être, sa lecture est-elle de gauche à droite, mais comme il était dangereux d’être pacifiste voire défaitiste à cette époque, il n’a pas poussé plus loin son cri d’alarme. Il nous rappelle que les rêves de batailles mettent la jeunesse en danger. La tension créée par le personnage central (la vendeuse), qui semble inquiète, sans raisons apparentes,  me laisse croire que tel était son sentiment sur la situation de l’époque.
 
 
 
Pour plus d'infos sur Paul Emmanuel Legrand c'est par ici => https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Emmanuel_Legrand


Merci Inouk pour le partage de cette peinture   :jap:  
 
Je pense, comme vous ,que ce tableau interpelle sur les motivations de son auteur .
On se pose la question sur  l' attitude de l'ancien combattant qui tourne le dos aux enfants et semble détaché du 'rêve'  patriotique des plus jeunes  
L'académie de Nantes qui propose aux élèves d’étudier cette  œuvre a un regard moins nuancé sur cette peinture  :(  
http://www.pedagogie.ac-nantes.fr/ [...] 7867333718
 
Cordialement  


---------------
Elisabeth
"Ne meurent et ne vont en enfer que ceux dont on ne se souvient plus. L'oubli est la ruse du diable." Rigord -historien -moine de l' abbaye de St Denis.XIIs

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Pages 14-18 : Les arts et la guerre
  Arts graphiques

  "Le rêve" d'Édouard Detaille