Forum Pages d'Histoire : DominiqueCamusso, 2 utilisateurs anonymes et 54 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Berloque

n°2391
Le grouill​ot
Posté le 16-10-2015 à 10:56:49  profilanswer
 

Bonjour,
 
En cherchant des informations sur les bombardements de Nancy, j'ai trouvé ce qu'on ne peut sans doute pas appeler une musique mais du moins un signal d'avertissement sonore utilisé par les pompiers pour avertir de l'arrivée d'un aéro, zeppelin et autres.
Sonnerie brève à écouter sur le site : http://www.netmarine.net/tradi/chants/musireg/035.mp3
 
Sinon j'ai aussi trouvé cette petite explication :
Breloque ou berloque
Faut-il dire breloque ou berloque ? On peut dire les deux et on a dit aussi, jadis, breloquie et breluque, et même brelluique.
Ce mot viendrait, s'il faut en croire les plus savant étymologystes, Ducange et Nicot entre autre, de barlong ou berlong, qui veut dire : plus long d'un côté que de l'autre. Or, la breloque ou berloque, qui fut d'abord une batterie de tambours, avait une mélodie, si l'on peu dire, boîteuse, une cadence rompue. De là son nom.
La breloque ou berloque fut ensuite sonnerie de trompette. Lachesnaie, en 1758 la nomme breloque. Le règlement du 24 juin 1792 l'appelle breloque également. Mais le règlement d'exercice de 1766 et l'Encyclopédie l'appellent berloque.
Ce ne fut jamais une sonnerie fort guerrière. Elle devait appeler les hommes au balayage. Le Premier Empire tenta de l'élever à un rang plus glorieux, et on sonna la breloque à l' « école de bataillon ». Mais elle signifia toujours rupture des rangs et dispersion. Et nous-même aujourd'hui, nous nous garderons bien n'est pas ? de lui donner une autre signification.
 
 
Si quelqu'un a des informations complémentaires, je suis preneur.
Merci
 
Le Grouillet


Aller à :
Ajouter une réponse