16 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Engin de tranchées Taupiat

n°13654
IM Louis J​ean
Posté le 13-06-2014 à 10:05:42  profilanswer
 

Bonjour à toutes et à tous,
 
Dans le JMO du 283e RI on trouve, à la date du 11 mars 1915 (26 N 738/6 page 45), la liste des engins de tranchées en service dans le régiment :  
 
<< 4 mortiers de 15, 2 Taupiats, 1 appareil Aasen, 1 appareil Cellerier et 1 lance bombes Simon. >>
 
J'ai bien trouvé une marmite Taupiat ...
http://gallica.bnf.fr/proxy?method=R&ark=bpt6k64788789.f54&l=4&r=1860,488,621,764
... qui, à l'évidence, n'a rien à voir avec un engin de tranchées!
source Automobilia sur Gallica
 
Il existe un commandant d'artillerie Taupiat de Saint-Simeix (Taupiat de Saint-Symeux je pense) qui, en 1916, dirigeait l'usine de Longeville et avait déposé chez un particulier des trophées de guerre et des engins d'essai.  :
http://gallica.bnf.fr/proxy?method=R&ark=bpt6k5857464.f5&l=5&r=5176,94,533,352
source Le Matin du 8 octobre 1937 sur Gallica.
 
Il est qualifié "d'inventeur du mortier qui porte son nom". Quel est ce mortier ?
 
http://gallica.bnf.fr/proxy?method=R&ark=bpt6k664338r.f5&l=5&r=2382,1478,595,242
source Le Petit Parisien du 7 octobre 1937 sur Gallica.
 
Cordialement
Étienne


Message édité par IM Louis Jean le 13-06-2014 à 10:07:51

---------------
<< On peut critiquer les parlements comme les rois, parce que tout ce qui est humain est plein de fautes.
     Nous épuiserions notre vie à faire le procès des choses. >> Clemenceau
n°13655
ALVF
Posté le 13-06-2014 à 19:05:45  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Merci, Etienne, pour la découverte de ce "fait divers" inattendu et pour la liste des engins de tranchée utilisés par le 283e R.I en mars 1915.
Sur l'Annuaire officiel de l'Armée française de 1914, il n'existe qu'un lieutenant de réserve de l'artillerie du nom de TAUPIAT (C.F) affecté à l'Etat-Major particulier de l'artillerie de réserve, donc apparemment affecté à un service technique mais sans aucune autre précision.
Sur l'Etat militaire du Corps de l'Artillerie de 1913, le lieutenant de réserve TAUPIAT (C.F), né le 2 novembre 1870, lieutenant le 15 octobre 1901, est affecté au 21e R.A.C.  
L'Etat de 1900 indique que le sous-lieutenant de réserve Taupiat a été promu à ce grade le 1er octobre 1893, affectation au 8e R.A en 1900.
Cet officier de réserve, déjà âgé de 44 ans en 1914, est probablement affecté dans un Parc d'Artillerie pendant la guerre.
 
Concernant la nombreuse liste des engins de tranchée de fabrication locale (Parcs d'artillerie et du Génie, établissements industriels), je découvre donc un nouveau nom sans pouvoir décrire "l'engin" Taupiat pas plus que le lance-bombes Simon dont j'avais déjà vu le nom sur un document sans pouvoir davantage l'identifier!
 
L'année 1915 est bien l'année des improvisations de toute sorte!
Cordialement,
Guy François.

n°13656
humanbonb
Posté le 13-06-2014 à 19:16:31  profilanswer
 

Bonsoir,
Aucune idée concernant le mortier Taupiat mais concernant le lance-bombes Simon, je dois avoir une photographie qui traine quelque part.
De tête, cette catapulte servait à propulser les grenades boules modèle 1914.
 
Cdlt Julien.

n°13657
IM Louis J​ean
Posté le 13-06-2014 à 19:47:06  profilanswer
 

Bonsoir à toutes et à tous,
Bonsoir Guy,
 
Avant-guerre, en  
 
Le lieutenant Charles Félix Taupiat de saint Symeux sera nommé capitaine de réserve au JO du 29 mai 1914, il est attaché à l'EM de l'artillerie du XIIe CA. Il passera au 30e régiment, dans le JO du 25 juin 1914.
 
Il obtiendra dans le JO du une citation comme commandant de la 27e batterie du 202e RA :
 
http://gallica.bnf.fr/proxy?method=R&ark=bpt6k63368167.f42&l=5&r=412,2220,157,514
 
Le "territorial" sera rectifié en "réserve" dans le JO du 26 octobre 1917.
 
 
En ce qui concerne le lance-bombes Simon vous trouverez photos et description de cette baliste dans un article de Jean Michel Kalouguine ici :
 
<< Balistes dit « système Simon »  
On ne trouve aucune mention d’utilisation de ces balistes au front malgré la présence d’engin ressemblant mais utilisant des lames de ressort plates comme propulseur, cependant son développement fut poussé et nous laisse quelques photos du système complet. Il faut rappeler que la plupart des photos prise « au front » étaient la plupart du temps rejouées dans des moments de calmes ou dans des endroits tranquilles, nécessités de la propagande et technique des appareils  
photo de l’époque oblige. >>
Le JMO du 283e RI apporte la preuve qu'il a été utilisé au front.
 
Dans cet article on trouve aussi les Sauterelles d’Imphy, la baliste Bon, la baliste Blondel, la baliste Vincent et la mitrailleuse à grenades de Mr Goldschmith.
 
Cordialement
Étienne
 
 


---------------
<< On peut critiquer les parlements comme les rois, parce que tout ce qui est humain est plein de fautes.
     Nous épuiserions notre vie à faire le procès des choses. >> Clemenceau
n°13659
air339
Posté le 15-06-2014 à 08:36:02  profilanswer
 

Bonjour,
 
Le terme "taupias" est mentionné dans un ouvrage très "grand public" de mon enfance (la série de Liliane et Fred Funcken...).
 
Je cite : "ce curieux terme, sans doute d'origine paysanne, désignait les obus de 77 non éclatés ou autres projectiles explosifs mis à feu par une allumette et une mèche". Un dessin montre un soldat (1915 ?) cherchant à se faire tuer faire partir un obus en allumant sa douille...
 
Dans les références du livre, je trouve l'Illustration et le Miroir. Liliane et Fred Funken réalisaient leurs dessins d'après photos, je pense qu'il faut aller chercher dans ces journaux cet improbable système D.
 
Les braves du 283e RI ont-ils tenté de faire partir des obus avec un bricolage local ?
 
Cordialement,
 
Régis


Message édité par air339 le 15-06-2014 à 08:36:35
n°13660
IM Louis J​ean
Posté le 15-06-2014 à 08:54:32  profilanswer
 

Bonjour à toutes et à tous,
Bonjour Régis ... bien vu et merci!
 
http://images-00.delcampe-static.net/img_large/auction/000/258/391/595_001.jpg
 
http://img-fotki.yandex.ru/get/4116/135322351.427/0_e5af1_aa2c521b_XL.jpg
 
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5773960x/f131.highres
source Almanach illustré du Petit Parisien de 1917 sur Gallica
 
Le terme Taupias est attesté, il y a de grandes chances qu'il s'agisse de l'engin mystère Taupiat. Il ressemble tout de même beaucoup au Cellerier.
 
Un certain nombre de cliché sur ce site : http://sassik.livejournal.com/21645.html dont certaines "empruntées" à un site bien connu des forumeurs.
 
Cordialement
Étienne


Message édité par IM Louis Jean le 15-06-2014 à 09:08:58

---------------
<< On peut critiquer les parlements comme les rois, parce que tout ce qui est humain est plein de fautes.
     Nous épuiserions notre vie à faire le procès des choses. >> Clemenceau
n°13661
air339
Posté le 15-06-2014 à 09:11:02  profilanswer
 

Bonjour Etienne, nos messages se croisent !
 
La version colorisée "Funken" :
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5009/iu001.jpg
 
Et puis sur Gallica, l'almanach illustré du Petit Parisien de 1917 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/b [...] pia.langFR
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5009/taupias.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5009/textetaupias.jpg
 
Un taupia qui se confond avec le Cellerier. Peut-on en déduire que le taupia désigne un Cellerier local ?...
 
Cordialement,
 
Régis


Message édité par air339 le 15-06-2014 à 09:12:58
n°13662
ALVF
Posté le 15-06-2014 à 09:14:07  profilanswer
 

Bonjour,
 
Merci pour la découverte de cette mention des engins "Taupiat". Les articles de presse sont assez vagues, la première photographie semble montrer un engin un peu différent du "Cellerier" qui pourrait donc être un "Taupiat", par contre l'engin illustré par la dernière photographie du message d'Etienne est bien un "Cellerier" pur.
Il y a d'autres engins contemporains très proches du "Cellerier" comme le mortier "Septier", de conception identique, dont il est aussi question dans des JMO.
Nous savons maintenant que "Taupiat" n'a rien à voir avec "taupe" et que cet engin, comme presque tous les autres, porte le nom de son inventeur.
A noter aussi que le journaliste du "Petit Parisien" est un peu fâché avec la chronologie, certes le mortier de 15 cm est ancien, introduit en service comme "mortier de 15 cm modèle 1838". Ce n'est donc pas un mortier du temps de Charles X mais bien de celui de Louis-Philippe!
Cordialement,
Guy François.


Aller à :
Ajouter une réponse