FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire : artillerie
  Artillerie

  7e RAC - 3e RAC (176e batterie) en 1916

 

La Grande Guerre en photos : PEGHES et 12 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

7e RAC - 3e RAC (176e batterie) en 1916

n°18221
jaco35
136RI-336RI-3RAC-23RAC-235RAC
Posté le 26-06-2017 à 09:35:08  profilanswer
 

Bonjour,
J’essaie de retracer le parcours d’un aïeul pendant la Grande Guerre. Il a eu de multiples affectations (infanterie, artillerie) et 3 blessures. De son vivant, il avait noté sur papier un résumé de son parcours avec des dates et des lieux de ses affectations. J’ai récupéré des informations sur son registre militaire, ses archives médicales et JMO et historiques sur internet. Je bloque sur son retour aux armées, après sa 2e blessure. C’est là qu’il quitte l’infanterie (336e RI) pour passer dans l’artillerie. Je me permets de vous poser quelques questions :
« Registre matricule : Reparti aux armées le 13 mars 1916.
Il est passé le 13 mars 1916 au 7e régiment d’artillerie (en exécution de la note de service n°14541 du Colonel Commandant  les 5e et 8e subdivisions du 6 mars 1916).  
Arrivé au Corps le 23 dudit. »
« Récit : Ne relate pas son passage au 7e RA. »
Question 1 : Que faisait-il et quel lieu ? Pendant cette période (mars à juin 1916), peut-être qu’il s’instruisait à sa nouvelle arme (artillerie) ?  
Au dépôt à Rennes ? Ou dans un centre d’instruction décentralisé ? À Bourges ?
Cette période de formation est normalement à l’arrière, hors de la zone des armées. Pourtant sur le registre, il est aux armées à compter de mars 1916.
 
Ensuite, il change de régiment :
Registre matricule :
Il est passé le 10 juin 1916 au 3e régiment d’artillerie coloniale (D.M. du 11 juin 1915).  
Récit :  
Reparti au front de Bourges (Cher) le 15 juin 1916 au 3e d’artillerie coloniale.
Question 2 : Peut-être que c’est un élément de réponse de la question 1 ? Le 7e RA était-il à Bourges ?
 
Il sera blessé en juillet 1916 dans la bataille de la Somme.
Sur le registre médical de l’HOE n°13 (les Buttes), il est indiqué: 176e batterie du 3 RAC, entrée le 15/07. Evacué sur hôpital Villemin à Paris le 20/07.
 
Question 3 : Qu’était cette 176e batterie du 3 RAC ? Artillerie de tranchée ? J’ai juste trouvé dans le JMO (Artillerie 3e DIC) une inscription « 176e batterie de 150 T ».
Question 4 : Dans ce JMO, il est mentionné des consommations OE et OB. Qu’est-ce ?
 
 
(Contrairement aux régiments d'infanterie, ce n'est pas simple de suivre des unités d'artillerie)
Merci de vos réponses.
 
 

n°18222
ALVF
Posté le 26-06-2017 à 11:30:00  profilanswer
 

Bonjour,
 
Le 7e R.A.C est à Rennes, il est probable que c'est une affectation au dépôt et qu'il a ensuite été rapidement dirigé sur Bourges où se trouve le Centre d'Organisation de l'Artillerie de Tranchée en 1916.
En tout cas, sa date d'affectation à la 176e batterie du 3e R.A.col coïncide avec la date de création à Bourges de cette batterie de tranchée le 10 juin 1916. Il était donc déjà nécessairement à Bourges à cette date après avoir été formé aux matériels de cette batterie.
Il s'agit d'une batterie de 75/150T servant deux matériels de tranchée:
-le mortier de 75 modèle 1916, type A Schneider: mortier de tranchée conçu pour tirer à basse pression les obus de mauvaise fabrication de fin 1914 à l'été 1915 qui provoquaient des éclatements de tubes lors du tir à haute pression dans le canon de campagne de 75 modèle 1897 mais pouvaient être tirés sans danger dans le mortier de 75 de Tranchée.
-le mortier de 150 T Batignolles tirant des bombes à ailettes.
La 176e batterie du 3e R.A.col est affecté à la 3e D.I.C pour l'offensive du 1er juillet 1916 dans la Somme marquée par la percée du front allemand sur le Plateau de Flaucourt par les unités du 1er Corps d'Armée Colonial.
Le 1er octobre 1917, la 176e batterie du 3e R.A.col devient la 117e batterie du 228e R.A.C dans le cadre d'une réorganisation de l'Artillerie de Tranchée.
 
Concernant OE: obus explosif et OB: obus à balles.
 
Cordialement,
Guy François.


Message édité par ALVF le 26-06-2017 à 11:32:36
n°18223
jaco35
136RI-336RI-3RAC-23RAC-235RAC
Posté le 26-06-2017 à 16:25:49  profilanswer
 

Je vous remercie pour la rapidité de vos réponses.
Je suis preneur de tout document sur la création de cette 176e batterie du 3e R.A.col. (Sur sa vie, sa composition) de sa création jusqu’à vers la mi-juillet 1916, date où mon aïeul sera blessé.  
En ce moment, je suis en train de lire le « JMO Artillerie 3e DIC : archives_SHDGR__GR_26_N_473__003»…Mais le problème est que ce tome s’arrête le 05 juillet 1916…  
Je ne trouve pas la suite (sur le site mémoire des hommes ) ?
Où puis-je avoir des informations concernant cette 176e batterie du 3e R.A.col. ?
 
Autre question, j'espère pas trop bête : quelle est la grosse différence entre un régiment d'artillerie de campagne et coloniale ? vu que mon aïeul a fait les 2.
 
Cordialement.
Jacques

n°18237
jaco35
136RI-336RI-3RAC-23RAC-235RAC
Posté le 29-06-2017 à 13:19:54  profilanswer
 

Bonjour,
merci pour vos précisions.
 
Autres questions : Où trouver l'information que vous m'avez donné :
sa date d'affectation à la 176e batterie du 3e R.A.Colonial coïncide avec la date de création à Bourges de cette batterie de tranchée le 10 juin 1916. ?
Vous avez connaissance à partir d'une note, document,...
 
Je suis preneur des infos sur la vie, composition de cette batterie ? Combien de pièces de 75 et de 150 T ?
Pour tirer ces mortiers, les soldats étaient-ils obligatoirement dans une tranchée ?  
 
Cordialement.
Jacques

n°18238
ALVF
Posté le 29-06-2017 à 17:15:32  profilanswer
 

Bonsoir,
 
L'information est à chercher avant tout dans les archives du SHD...mais c'est un travail de romain!
Les JMO sont le plus souvent très incomplets voire absents comme dans le cas de la batterie qui vous intéresse.
 
Quelques documents de base:
-le gros répertoire des colonels Kauffer et Van den Boegaert, édité en 1989 par l'Ecole d'Artillerie de Draguignan, synthèse (en plus de 1000 pages tout de même!) des principaux éléments connus sur les unités de l'artillerie jusqu'à l'échelon batterie. On y trouve les dates de création et éventuellement de réorganisation et parfois les principaux champs de bataille où ont été engagées ces unités. Les auteurs se sont essentiellement appuyés sur les JMO et les textes d'organisation de l'artillerie. Ceci explique que pour la 176e batterie du 3e R.A.col dont le JMO n'existe plus, on ne trouve dans ce répertoire que les dates de création et de réorganisation et rien même sur l'emploi et sur les matériels de dotation.
-les Règlements et Instructions des matériels et des munitions d'artillerie de tranchée qui existent maintenant en grand nombre en ligne sur Gallica.
-l'édition du "Manuel d'artillerie lourde-Les canons de la Victoire" 6e édition de 1923 qui décrit les matériels de tranchée.
-les cours d'artillerie de tranchée de l'Ecole de Fontainebleau, éditions de 1916, 1917 ou 1918.
-les Cours d'Artillerie de Tranchée" édités par le Centre d'Organisation de l'Artillerie de Tranchée de Bourges, éditions de 1917 et 1918.
 
Pour le détail de l'organisation des unités, des dates de création et du matériel servi: voir les cartons d'archives concernant l'organisation de l'artillerie au SHD (c'est là que j'ai trouvé, il y a bien longtemps, l'armement de la 176e batterie du 3e R.A.col et la confirmation des dates du répertoire Kauffer).
 
Pour l'historique, il faut aller "à la pêche" dans les cartons d'archives des grandes unités en espérant y trouver des rapports particuliers sur l'unité qui vous intéresse (Divisions, Corps d'Armée et Armée). Tout ceci représente un gros travail au SHD et il faut aussi être servi par la chance...car certaines batteries n'ont pas rédigé des rapports jugés suffisamment importants pour être gardés lors du tri des archives.
 
Concernant les mortiers de 75T, ils apparaissent sur le front en février 1916 et sont d'abord regroupés dans des Sections de 75T à 4 mortiers d'abord rattachées à des batteries de 58T.
Les premiers mortiers de 150T Batignolles modèle 1916 sont livrés en avril 1916 et sont incorporés dans des batteries de tranchée à 6 pièces nouvellement créées (comme la 176e batterie du 3e R.A.col). A l'été 1916, les batteries de 150 intègrent des personnels et matériels issus des Sections de 75T et deviennent des batteries de 75/150T avec 6/150T et 4/75T.
Les batteries de tranchée servent en première ligne dans les tranchées et connaissent des taux de pertes très élevés d'autant plus que ces batteries de tranchée et leurs personnels ne sont jamais relevés et ne repartent en arrière que lorsque la Division tout entière est retirée du front (la situation est encore pire pour les batteries de tranchée d'Armée mais ceci ne concerne pas la batterie qui vous intéresse).
Cordialement,
Guy François.


Message édité par ALVF le 29-06-2017 à 17:21:00
n°18240
jaco35
136RI-336RI-3RAC-23RAC-235RAC
Posté le 30-06-2017 à 13:34:28  profilanswer
 

Bonjour,
merci pour ces informations précieuses qui vont me permettre de poursuivre le parcours historique...
 
Cordialement.
Jacques.


Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire : artillerie
  Artillerie

  7e RAC - 3e RAC (176e batterie) en 1916