Il y a 28 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Canon, obusier !!!

n°3147
humanbonb
Posté le 09-04-2009 à 19:49:10  profilanswer
 

Bonjour à tous,
J'aimerais identifier ce canon, obusier ?
J'imagine qu'il a subit un problème lors du tir ... si vous pouviez m'en dire plus.
 
http://i40.tinypic.com/2eq3q7q.jpg
 
 
D'avance merci et bonne soirée à tous.
Cordialement Julien.

n°3149
Bernard Pl​umier
Posté le 10-04-2009 à 07:37:53  profilanswer
 

Bonjour Julien
 
Au moins trois exemplaires de ce canon Allemand existent encore de nos jours. Deux dans la region d'Ypres, en Belgique, et un a Belgrade
 
Son identification est encore sujette a discussion, mais il semble qu'il s'agisse d'un canon de 120mm L/35 Mle 1879 de Krupp
 
Tu trouveras une fiche d'un des canons de Ypres accompagnee d'un descriptif ici :
 
http://www.passioncompassion1418.c [...] tEloi.html
 
Amicalement
 
Bernard


---------------
"- ... On s'amuse bien : tous les soirs nous enterrons nos copains !"
"La Peur" (en permission) - G. Chevalier

n°3150
humanbonb
Posté le 10-04-2009 à 10:12:29  profilanswer
 

Merci à toi.
Ca y ressemble en effet même si quelques différences subsistent.
Quel type de projectile était tiré avec ce canon ?
 
Bonne journée.

n°3152
ALVF
Posté le 10-04-2009 à 18:07:07  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Ce canon ressemble bien au "s.12 cm K.", schwere 12 cm Kanone, monté sur "schwere 12 cm Lafette", canon ancien mais très employé sur le front.
Manifestement, l'obus a éclaté prématurément dans le tube un peu après l'origine des rayures, brisant la volée et la surpression a fait gonfler le corps, la culasse est probablement coincée.Les causes peuvent être multiples, fusée défectueuse, obstruction dans le tube, etc...
Ci-joint un schéma tiré du "Sondervorschriften für die Füssartillerie", édition 1905.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img738.jpg
 
Cordialement, Guy.

n°3153
humanbonb
Posté le 10-04-2009 à 18:16:15  profilanswer
 

Super, merci !!!
 
Ne reste plus qu'à découvrir quels projectiles étaient employés dans ce canon.
 
Bonne soirée.

n°3230
Cyril Cary
Posté le 27-04-2009 à 21:12:40  profilanswer
 

Bonsoir  
Pour voir quels obus était utilisés par ce canon, voir ici:
http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] 4572_1.htm
Cordialement
Cyril

n°3253
humanbonb
Posté le 30-04-2009 à 22:20:37  profilanswer
 

Merci Cyril et bonne soirée à toi.
Cdlt JuLien.

n°3264
patrick co​rbon
Posté le 05-05-2009 à 01:15:44  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
 
Je pencherais pour un sabotage du canon.  
En regardant l'état du tube on constate :
 
- une fissuration longitudinale du tube (rupture suivant un plan diamétral).
- une rupture du tube suivant une section droite bien au delà du tonnerre (ou renfort).
 
Pour la première la cause, la fissuration, est due aux efforts transversaux qui dépendent du rayon de l'âme
La seconde qui a provoqué la rupture est due aux efforts longitudinaux correspondant à la pression exercée sur la culasse.
 
On sait que l'effort longitudinal à chaque point du tube est inférieur de la moitié des efforts qui s'exercent par unité de section diamétrale.
Seule la résistance aux effets transversaux a reçu une solution théorique ce qui permet toutefois au tube de résister au efforts longitudinaux puisqu'ils les efforts exercés sont deux fois moindre (Est fait ici abstraction des efforts sur la pièce de fermeture, la culasse, d'autant qu'il ne semble pas qu'il y eu déculassement).
La balistique selon une loi mal connue fait varier la pression intérieure entre le culot de l’obus et la culasse pendant le trajet du projectile dans l’âme.  
 
Le tube concerné comprend un tonnerre (un renforcement très visible) sur sa partie arrière qui est prévu pour recevoir le maximum de pression (A un point situé à deux ou trois calibres en arrière de la partie où son diamètre commence à diminuer). Cette partie est fissurée par les efforts transversaux.
On voit également très nettement  que le tube a été sectionné bien après le tonnerre à un endroit où la pression admise est presque deux fois inférieure à la pression maximum mais aussi à un endroit où la résistance du tube est moindre, proportionnée en conséquence.
 
Il a fallut forcément une forte surpression au moment du tir pour arriver à ces deux résultats d’autant qu’on ne fait jamais travailler une bouche à feu au maximum théorique de sa résistance.  
Par sécurité le taux de travail admis est voisin des 2/3 de ce maximum pour un canon fretté tel que celle-ci.
Les canons Allemands pouvaient être sujet à des surpressions au tir du fait de leur conception mais pas au point d’en arriver à des résultats pareils.  Leur rapport de chambrage est voisin de 1 d’où des douilles sans cône de raccordement ni de forcement dotées en plus d’un talon pour faire obturateur (Pb de la culasse à coin). Je me suis toujours étonné de cet absence de chambre à poudre qui leur a valu bien des problèmes d’encombrement des munitions et de réalisation des douilles. Es-ce le cas pour celui-ci ?.
 
Une erreur de charge, une charge mal adaptée à certains projectiles, une malfaçon des projectiles, un chargement de pièce longtemps à l’avance après un tir rapide (haute température augmente la vivacité de la poudre) auraient à la rigueur provoqué un gonflement voire un seul des deux effets constatés. De m^me un corps étranger aurait plutôt provoqué un tube de la forme d’une peau de banane pelée (voir le canon de Suippes)
Une fissuration aurait pu entraîner un des phénomènes pas les deux.
 
Seul à mon sens un sabotage de la pièce a pu provoquer de tels dégâts. Pour obtenir ce double effet de destructions, il a fallu au moins augmenter la charge maximale admise de bien plus d'1/3.
Je serais d’ailleurs curieux de savoir si ce n’était pas des fois prévu dans les manuels.  
Cordialement
Patrick


Message édité par patrick corbon le 05-05-2009 à 01:25:35
n°17829
humanbonb
Posté le 18-03-2017 à 21:49:03  profilanswer
 

Bonsoir,
Je fais remonter ce très vieux sujet puisque j'ai scanné les clichés dont il est question.
 
J'ai remarqué quelques différences entre la pièce d'artillerie de ce post et le schwere 12 cm Kanone.
Il y a en effet de chaque côté un élément permettant la fixation je suppose d'appareil technique, ce qui ne se trouve pas sur le s.12 cm K.
Par ailleurs, il n'y a pas la présence d'une "pointe" mais de chaînettes.
 
https://i58.servimg.com/u/f58/17/17/16/00/canon_13.jpg
 
 
Merci par avance des réponses qui pourront m'être apportées.
Bien cordialement.

n°17836
ALVF
Posté le 19-03-2017 à 18:41:18  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Il s'agit bien d'un s.12 cm K, voici un schéma tiré d'un Règlement de l'Artillerie à Pied datant de 1905.
L'ajout d'un support destiné à des instruments de visée moins archaïques que l'ancienne hausse du canon est fréquente sur les pièces anciennes dans les années postérieures à 1905.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/s.12cmK.jpg
Cordialement,
Guy François.

n°17840
humanbonb
Posté le 19-03-2017 à 20:57:15  profilanswer
 

Bonsoir et merci pour ce complément.
 
Le 120mm L/35 Mle 1879 de Krupp abordé par Bernard est donc une appellation erronée ou une tout autre version ?
 
 
Bonne soirée.
Cordialement.


Aller à :
Ajouter une réponse