FORUM pages 14-18
  Pages d'aujourd'hui : actualités 14-18 - commémorations
  Presse

  Val de Marne : le héros de guerre enterré dans l’indifférence

 

Forum Pages d'Histoire : antoine92, 3 utilisateurs anonymes et 56 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Val de Marne : le héros de guerre enterré dans l’indifférence

n°22315
Diablesble​us78
Posté le 09-11-2017 à 23:31:00  profilanswer
 

Val-de-Marne : le héros de guerre enterré dans l’indifférence des militaires et des anciens combattants
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/22505/738109889db9e44c4af11e7b2f0aef62dc2b7ae1.jpg
 
Oscar Alferez est décédé vendredi dernier à 93 ans. Cet ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale souhaitait juste être enterré avec un drapeau, comme son père. Sa famille a dû en acheter un pour son enterrement ce jeudi.
 
Il a libéré la France à côté de milliers de jeunes gens comme lui et fêté ses vingt ans pendant le débarquement en Provence, en août 1944. Ce jeudi, Oscar Alferez sera inhumé à Fresnes sans les honneurs auxquels tout ancien combattant devrait avoir droit. Il y a un peu plus d’une semaine, quelques jours avant son décès vendredi, cet habitant du Clos la Garenne à Fresnes avait confié à son fils, José-Marie, et à sa belle-fille, Frédérique, son souhait d’être enterré comme son père, un ancien de Verdun, avec un drapeau bleu, blanc, rouge sur son cercueil. Les yeux dans le vague, il parlait de rejoindre Andrée, son épouse atteinte d’Alzheimer, décédée quelques mois auparavant.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/22505/84428836c42211e7b2f0aef62dc2b7ae1.jpg
 
Carte de combattant d’Oscar Alferez. (LP/A.-L. A.)  
 
 
Alors vendredi, lorsque José-Marie et Frédérique ont appris la mort d’Oscar, âgé de 93 ans, ils ont voulu respecter sa dernière volonté. Samedi, Frédérique tape « anciens combattants » et « Fresnes » sur internet et tombe sur un représentant de la Fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie (Fnaca). C’est la douche froide : « On lui a dit que personne ne pourrait venir, mais le pire c’est qu’on lui a dit non pour le drapeau. Il fallait voir avec les pompes funèbres », souffle José-Marie. « La personne que j’ai eue au téléphone m’a dit il n’a rien fait pour nous donc on ne fait rien pour lui et on m’a raccroché au nez ! », s’exclame Frédérique. Celle-ci évoque des cotisations non à jour. Un soufflet.
 
« C’est une injustice. On ne reconnaît pas que c’est un ancien combattant pour une histoire de cotisation ! », s’étrangle Frédérique. Oscar avait cotisé à une association jusque dans les années 80. Très en colère, le couple écrit à l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre et à la mairie de Fresnes pour faire part de son mécontentement. La mairie a prêté un drapeau : « C’est gentil, mais il est tout petit. La taille n’est pas adaptée… Finalement, on a acheté un drapeau de 2,50 m sur internet », reprend José-Marie.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/22505/bda02254c4af11e7b2f0aef62dc2b7ae1.jpg
 
Saint-Michel-sur-Orge (Essonne), ce mardi. José-Marie Alferez et sa femme Frédérique ont dû acheter un drapeau tricolore sur internet pour rendre hommage à Oscar Alferez, le père de José-Marie, ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale, qui doit être inhumé ce jeudi.  
 
Croix de guerre avec étoile de bronze
 
Contacté, le représentant de la Fnaca de Fresnes livre sa version : « Cette femme a été incorrecte avec moi. Je lui ai dit que son beau-père n’était pas adhérent chez nous et elle s’est mise à m’engueuler. Je ne lui ai pas reproché de ne pas avoir payé ! On ne peut pas venir avec notre drapeau car il est siglé des anciens combattants d’Afrique du nord. J’ai prévenu l’ACPG (Anciens Combattants Prisonniers de Guerre). Je ne pense pas qu’ils aient fait quelque chose. C’est dommage. Normalement, les pompes funèbres doivent fournir un drapeau quand on présente un livret militaire. » Sur celui d’Oscar Alferez, figure la Croix de guerre avec étoile de bronze, ainsi que cette mention « a participé avec beaucoup de dévouement au transport de fantassins lors de la prise de Belfort du 20 au 25 novembre 1944 (...) » Né à Rabat (Maroc), ce tailleur de profession s’était installé en région parisienne à la fin du protectorat.
 
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/22505/6569328ec42211e7b2f0aef62dc2b7ae1.jpg
 
Extrait du livret militaire d’Oscar Alferez. (LP/A.-L. A.)  
 
Une cérémonie est prévue ce jeudi à 15 heures à l’église Saint-Eloi. L’association Koufra, qui reconstitue des scènes de vies des soldats de la Seconde Guerre mondiale, sera présente en tenue pour porter le cercueil. Tous ses petits-enfants seront présents.
 
Source  
 
http://www.leparisien.fr/fresnes-9 [...] 381098.php
 

n°22317
rslc55
Posté le 10-11-2017 à 10:43:40  profilanswer
 

Bonjour
 
Pitoyable.
 
Cordialement
 
Pierre

n°22318
b sonneck
Posté le 10-11-2017 à 12:17:33  profilanswer
 

Bonjour,
 
Il y a peut-être confusion quand on parle de drapeau.  
 
Si on parle d'un drapeau fixé sur une hampe et porté verticalement par une personne, alors il s'agit du drapeau d'une association ou amicale, propriété privée de cette amicale (même si elle l'a en partie financé par des subventions), dont l'usage relève du règlement intérieur de ladite amicale.  
 
Si on parle du drap mortuaire tricolore recouvrant le cercueil lors des obsèques, il est généralement fourni par les entreprises de pompes funèbres et son usage est réglementé par5 circulaires du ministre de l'intérieur, publiées entre 1956 et 1998. Ces circulaires réservent ce privilège aux catégories suivantes :
- titulaires de la carte du combattant ou de la carte du combattant volontaire de la Résistance,
- titulaires du titre de reconnaissance de la Nation,
- anciens réfractaires du STO, à la condition qu'ils soient titulaires de la médaille commémorative de la guerre 39-45,
- fonctionnaires de la police nationale tués au cours d'opérations de police et dans des circonstances exceptionnelles,
- sapeurs-pompiers décédés au cours d'interventions
 
L'intéressé avait donc droit au drap tricolore sur son cercueil, que les pompes funèbres étaient habilitées à mettre en place.
 
Pour les drapeaux d'amicales, c'est une autre affaire. Personnellement secrétaire de la section locale d'une de ces associations, porte-drapeau occasionnel (pour les obsèques), j'observe que ces drapeaux sont généralement présents aux obsèques de leurs membres ; beaucoup plus rarement à celles de ceux qui n'avaient pas adhéré ou avaient cessé de le faire.
 
Cordialement
Bernard

n°22331
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 11-11-2017 à 11:31:10  profilanswer
 

Bonjour à toutes et tous,  
 
Merci Bernard pour ces explications, j'étais en effet très étonnée de ce qui est arrivé à la famille d'Oscar Alferez.
Pour ma part, je n'ai eu aucun souci, lors de l'enterrement de ma mère. Les Pompes Funèbres se sont occupées du drapeau et du coussin pour la médaille sur le cercueil, j'ai seulement eu à produire les preuves du bien-fondé de ma demande.  
 
Pour la présence du porteur de drapeau, c'est l'Association des Anciens Résistants et Déportés de Brest qui s'en est occupée, il y avait effectivement des conditions supplémentaires à remplir, en l'occurrence pour ma mère : son incarcération par la Gestapo.
 
cordialement
Brigitte
ps:
Bernard, je commente votre propos:" j'observe que ces drapeaux sont généralement présents aux obsèques de leurs membres" : je dois dire que sans une amie proche qui est Présidente d'une Association d'anciens déportés /résistants, je n'aurais pas su que ma mère ( membre d'une Amicale du Morbihan) pouvait avoir, à Brest, un drapeau "debout".  


Message édité par Skellbraz . le 11-11-2017 à 11:42:37

---------------
avenir du forum
le sommaire des "femmes... " est désormais accessible en p1 du sujet
n°22341
b sonneck
Posté le 11-11-2017 à 14:15:32  profilanswer
 

Bonjour Brigitte,
 
Quand je parlais d'adhérents, c'était à prendre au sens large. Le drapeau d'une section locale se déplace aussi pour un défunt adhérent de la même association, mais dans un autre département. C'est là une pratique courante.  
 
Cela dit, le sujet est parfois débattu en interne : faut-il "sortir" le drapeau pour les obsèques de quelqu'un qui aurait eu vocation à adhérer à l'association des "anciens de...", mais qui n'a jamais voulu y consentir. La question est loin de faire consensus.
 
Cordialement
Bernard

n°22345
Alain Dubo​is-Choulik
Tchiot quinquin de ch'nord
Posté le 11-11-2017 à 15:43:24  profilanswer
 

b sonneck a écrit :

La question est loin de faire consensus.


Bonjour,
    J'imagine ! D'autant qu'il y a aussi ceux qui n'en voudraient pas ...
Cordialement
Alain


---------------
http://civils19141918.canalblog.com http://ggfamille4d.canalblog.com http://theywerethere.canalblog.com "Si on vous demande pourquoi nous sommes morts, répondez : parce que nos pères ont menti." R. Kipling
n°22403
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 15-11-2017 à 22:47:37  profilanswer
 

Alain Dubois-Choulik a écrit :

D'autant qu'il y a aussi ceux qui n'en voudraient pas ...


Bonsoir à toutes et tous,  
Bonsoir Alain,
Vous avez tout à fait raison, mon père n'en voulait pas et ma mère a respecté sa volonté.  
 
Ma mère n'en voulait pas non plus mais, après que nous en ayons discuté lors du dernier noël passé ensemble, elle est revenue sur sa décision avec sérénité. Vous imaginez qu'il fut délicat pour moi de parler avec elle de son futur enterrement cependant, la présence des drapeaux avait pris une profonde signification pour nous deux.
 
Pour finir, alors que ce n'était pas du tout la finalité, les petits enfants qui, jusque-là n'avaient pas "tout capté" du vécu de leurs grands-parents, ont ressenti au moment de l'enterrement la gravité des choses. Ils m'ont fait parler pendant la soirée post funérailles. Dommage pour eux, je ne suis qu'un "témoin" indirect. Bref, ils sont maintenant plus sensibles à ce qui a été vécu et subi avant leur arrivée sur cette terre.
 
cordialement
Brigitte


---------------
avenir du forum
le sommaire des "femmes... " est désormais accessible en p1 du sujet
n°22406
arvellavi
Posté le 16-11-2017 à 19:11:38  profilanswer
 

Bonjour
Dans mon village à la mort d'un ancien du 152 prisonnier en 1940, il n'y avait pas le drapeau des A.C du village. On m'a répondu qu'il n'avait pas payé sa cotisation. Si pour être un A.C il faut payer une cotisation nous sommes tombés bien bas. La plupart de ces associations ne sont bonne que pour faire des voyages, des repas et des bals. Le reste il ont oubliés.
A noter que la plupart des minutes de silence sont très brèves (certaines durent 15 secondes) ils sont pressés d'aller à la buvette.
Bonsoir


---------------
Martin
n°22409
b sonneck
Posté le 16-11-2017 à 20:42:58  profilanswer
 

Bonjour,
 
Ce que vous désignez comme "le drapeau des AC du village" était en réalité le drapeau d'une association, fonctionnant selon les statuts habituels aux amicales diverses et variées que permet la loi de 1901. Ces associations ont généralement un double but : perpétuer la mémoire de ceux de leurs camarades qui sont morts au combat (devoir de mémoire) ; aider ceux de leurs adhérents qui rencontrent des difficultés (devoir d'entraide). Parmi les manifestations d'entraide, figure en premier lieu l'assistance aux obsèques d'un adhérent, si la famille le veut bien.
Ces associations sont constituées de bénévoles, dont le porte-drapeau, qui paient leur cotisation, abondant ainsi les ressources que l'amicale peut consacrer à l'entraide. Il parait difficile d'exiger de ces bénévoles qu'ils donnent de leur temps pour les obsèques de quelqu'un qui n'a pas souhaité faire partie de leur amicale.
Le seul bémol que je mets à ce point de vue est le cas d'un adhérent qui cesse de payer ses cotisation parce que la maladie le retranche, malgré lui, de la communauté : Alzheimer pour ne pas le citer. Mais là aussi, tout est affaire d'appréciation en fonction des contingences locales. Vu de l'extérieur, quand on ne sait rien de celles-ci...
 
Cordialement
Bernard


Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Pages d'aujourd'hui : actualités 14-18 - commémorations
  Presse

  Val de Marne : le héros de guerre enterré dans l’indifférence