gizmo02 Forum Pages d'Histoire : michelstl Forum Pages d’Histoire: aviation : amboise37, 2 utilisateurs anonymes et 15 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

La mémoire des zouaves amputée?

n°21336
gizmo02
Posté le 23-02-2017 à 17:13:11  profilanswer
 

La mémoire des zouaves amputée ?

 

Les avocats d’une importante décharge de l’Oise tentent de faire rayer de la carte un lieu de mémoire de la Première Guerre mondiale dédié aux Zouaves.

 

ls ne vont quand même pas recouvrir les morts de 14-18 avec leurs déchets !?  », s’interroge ce villageois, incrédule, rencontré sur un trait de route au milieu de nulle part. Balayé par un vent glacial, ce vaste plateau de l’Oise, à l’est de Compiègne, porte toujours au plus profond la trace des combats meurtriers. «  Des débris, ils en remontent toujours. L’été, les rangs qui poussent sur les anciennes tranchées n’ont pas la même couleur  », affirme le colonel en retraite d’Evry, dont la grand-mère, la comtesse d’Evry, refusa de quitter les lieux face à l’ennemi.

 

En 1914, Château-Gauthier est un creux peu intéressant militairement. Les tranchées s’élèvent au-dessus seulement. Aujourd’hui, ce « trou », sur les hauteurs de Moulin-sous-Touvent, et les terres alentour, appartiennent à la SCI du Marquet pour les besoins d’une décharge exploitée par la SA Gurdebeke. Alain Gurdebeke, gérant des deux entités, est peut-être en passe de gagner un audacieux pari. Obtenir le déclassement de la Butte des Zouaves, à l’origine un saillant militaire, à l’intérieur des terrains de la SCI. En limite du front allemand de 1914, le monticule supporte une stèle avec pour épitaphe : « Ici reposent des Zouaves ensevelis vivants. 1914-1918 » Coiffés de la chéchia, ces soldats français de l’armée d’Afrique ont livré dans le secteur nombre de combats héroïques, et perdu des milliers de camarades.
Un classement en 2002

 

Mais à l’emplacement même de la Butte des Zouaves ? Pour en finir avec un conflit avec les associations locales qui dure depuis quinze ans au moins, la petite PME d’Alain Gurdebeke a choisi un grand cabinet d’avocats international, GreenLaw, spécialisé dans l’environnement. L’affaire vient devant le tribunal administratif d’Amiens le 28 février. La butte des Zouaves ? Une pièce rapportée dans le paysage, et non le produit d’une explosion en lien avec la guerre, puisque le champignon ne figure pas sur les cartes IGN au moins jusqu’en 1958. En 2002, l’association du Souvenir Français a pourtant obtenu sans difficulté l’inscription de la Butte à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques.

 

Une zone protégée de 500 mètres a automatiquement été créée autour du monticule, bloquant la décharge dans ses projets d’agrandissement.

 

Un homme a recherché la vérité au Service historique de la Défense à Vincennes. Auteur d’un livre sur « La guerre des mines dans l’Oise de 1914 à 1917 en secteur calme », Jean-Jacques Gorlet, 70 ans, a également arpenté toutes ces galeries creusées par les soldats jusqu’à 10 mètres sous les tranchées. Malgré lui, son travail est une aubaine pour les avocats de la SCI. Les documents militaires sont en effet formels. Aucun zouave n’est mort enseveli… sous la Butte des Zouaves. Mais trois rapports d’officiers attestent l’explosion de la galerie du puits XVI, à l’endroit de la Butte, le 23 décembre 1915. À15h20, une charge allemande de 3 à 4 000 tonnes a expédié dans l’au-delà trois sapeurs du 4º régiment du Génie repérés dans leur boyau. Des fantassins du Génie et pas des Zouaves. Les avocats de la décharge dénoncent le «  travail bâclé et partisan  » de la Commission régionale du patrimoine et des sites. Dans le seul but, selon eux, de «  faire obstacle au projet d’extension du centre de stockage.  » Quant à l’hypothèse soutenue par le Souvenir Français selon laquelle le 2º Zouaves aurait perdu ici une compagnie entière, «  comment imaginer que l’armée n’a pas son numéro ?  », s’étonne Jean-Jacques Gorlet. L’argument a déjà été réfuté par la cour d’appel de Douai, lors d’un précédent jugement favorable à la SCI. Les archives militaires sont toutefois aussi formelles, on s’est bien battu autour du fameux saillant les 24 et 25 décembre 1914. Ces deux jours, le 2º Zouaves déplora entre autres, pour ceux dont on n’était pas sur du sort, quelque 329 disparus. Mais le 2º Tirailleurs algériens eut également à pleurer 59 tués. «  Beaucoup de soldats ont été tués. De toute façon, toutes les stèles ne s’élèvent pas au mètre près sur les lieux des batailles. Ce qui compte c’est la mémoire  », argumente Me Jean-François Lepretre, qui déposera un dossier en défense de 70 pages truffées de notes historiques.

 

Dans le village voisin de Tracy-le-Mont, Cyrille Cieslak, un jeune aide-soignant passionné par cette histoire, prépare déjà une contre-attaque en cas de victoire de la SCI. Il recherche les descendants des tués et une trace de la compagnie Burat, disparue le 21 décembre 1914 avec environ 150 hommes.

 

Sur le terrain juridique, une bataille très ardue

 

La bataille pour la Butte des Zouaves devant le tribunal administratif ne se jouera pas que sur un fond historique, archives contre archives. Les avocats de la SCI du Marquet s’apprêtent également à ferrailler sur le déroulement de la procédure qui a abouti à l’inscription de la Butte à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques. Selon eux, le préfet de région aurait dû être saisi du projet d’inscription, de même que le maire de Moulin-sous-Touvent pour avis. De son côté, l’avocat de la commune et de la communauté de communes (pour la sauvegarde de la Butte) soutient que les dirigeants de la SCI ne pouvaient pas ignorer cette inscription lorsqu’ils ont fait l’acquisition des terrains quelques années plus tard. «  Le notaire avait été très prudent. L’arrêté du préfet figurait en bonne place dans les annexes de l’acte de vente  », assure Me Lepretre. «  Un recours était seulement possible dans les deux mois suivant la signature de l’arrêté  », poursuit l’avocat. Si la Butte des Zouaves est aujourd’hui menacée, un jardin du souvenir en mémoire de ces courageux soldats a été inauguré le 29 septembre 2013 à deux pas de là sur un terrain communal.

 

http://www.courrier-picard.fr/1256 [...] es-amputee

 

cordialement


Message édité par gizmo02 le 23-02-2017 à 17:14:02

Aller à :
Ajouter une réponse