peyo Pages 14-18 : Les arts et la guerre : Inouk44, 3 utilisateurs anonymes et 29 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Août 1917-août 2007 NN de Dugny.

n°21932
RADET Fred​eric
Verdun 1914-1918.
Posté le 05-08-2017 à 21:12:15  profilanswer
 

Bonsoir,
 
hommage cet après-midi a trois infirmières tuées il y a cent ans lors du bombardement des installations sanitaires de Dugny/Meuse.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7872/2ambuldvNN.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7872/1ambulValeriedtnecropole.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7872/41eretombe.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7872/52etombe.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7872/63etombe.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7872/7profil3tombes.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7872/8face.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7872/9profillignesoldats.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7872/10inirmieres.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7872/3NNvalsort.jpg
 
Cordialement,
Frédéric


---------------
Courage on les aura !
http://www.ouvragedelafalouse.fr/
n°21981
justice
conciliateur de justice
Posté le 18-08-2017 à 10:35:19  profilanswer
 

Bonjour cher ami,
Merci pour cet hommage aux infirmières qui ont payé un lourd tribu lors
de tout les conflits .Mon père grièvement blessé le 10 Mai 1940 sur la
BA de REIMS,a été fortement soutenu par des médecins,secondés par
des infirmières.
Bien cordialement.


---------------
JUSTICE
n°21982
RADET Fred​eric
Verdun 1914-1918.
Posté le 18-08-2017 à 21:34:49  profilanswer
 

Bonsoir,
 
article du jour dans le journal local:
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7872/Infirmieresarticle17.jpg
 
Cordialement,
Frédéric RADET


---------------
Courage on les aura !
http://www.ouvragedelafalouse.fr/
n°21983
ALVF
Posté le 18-08-2017 à 22:15:38  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Merci pour le rappel de ces événements tragiques.
D'après des notes prises il y a longtemps au SHD, il semble que le bombardement des installations sanitaires de Dugny le 18 août 1917 est effectué par l'artillerie, notamment par le canon de 38 cm SKL/45 de la Ferme Sorel.
Je ne trouve pas trace d'un bombardement aérien de Dugny ce même jour.
Peut-être un lecteur a-t-il des informations supplémentaires?
Cordialement,
Guy François.

n°21984
RADET Fred​eric
Verdun 1914-1918.
Posté le 19-08-2017 à 20:01:38  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Merci pour ces précisions, le tir a été bougrement bien réglé et les installations sanitaires ont été précisément visées sans qu'il y ai eu d'autres objectifs visés.  
 
L'article de la presse d'hier a été inspiré par celui-ci.  
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7872/Hopitauxbombardes..gif
 
Cordialement,
Frédéric


---------------
Courage on les aura !
http://www.ouvragedelafalouse.fr/
n°21985
ALVF
Posté le 20-08-2017 à 09:19:41  profilanswer
 

Bonjour,
 
La question de savoir si les allemands ont délibérément choisi pour cible les hôpitaux de la région de Verdun a déjà fait l'objet d'un sujet sur notre Forum sans réponse vraiment claire en dehors des éternelles affirmations "les alliés ont fait la même chose". Il est évidemment impossible de trouver des ordres en ce sens.
Toutefois, il ne fait aucun doute que nos établissements sanitaires de la région de Verdun ont fait l'objet en août 1917 d'attaques délibérées et répétées de l'aviation et de l'artillerie allemande.
Les attaques de l'aviation de bombardement ne laissent aucun doute à ce sujet, notamment à Vadelaincourt, car il est impossible à un avion d'ignorer la nature de cibles dont les toits sont recouverts de grands panneaux de la Croix Rouge.
Le doute est permis pour les bombardements par l'artillerie à grande puissance car la dispersion devient importante aux grandes portées.
Les allemands savent depuis le début du mois d'août qu'une grande attaque se prépare à Verdun vu l'importance des travaux de construction, notamment celle de nombreux épis pour pièces A.L.V.F, impossibles à camoufler.
Dans ces conditions, la réponse invariable des allemands est: "nous visons des objectifs stratégiques comme les gares et les places fortifiées de l'ennemi". Je dis "invariable" car on la trouve sans discontinuer dans le "Moniteur prussien de Versailles" en 1870-71, dans les journaux et dépêches officielles allemandes de la Grande Guerre et je vous fais grâce des arguments du "Völkischer Beobachter" du "caporal bohémien".
Avec ce genre d'argument, on peut tout se permettre avec la bonne conscience propre aux traditions germaniques de l'époque, par exemple le bombardement de Paris et sa banlieue en 1918 par canons à très longue portée (où la dispersion entre chaque coup varie de 2 à 15.000 m) censés ne viser expressément que "les fortifications du Camp retranché de Paris" et non pas sa population!
Certes, les canons à longue portée utilisés en août 1917 contre Belrupt, Verdun et Dugny présentent une dispersion importante mais un tir bien réglé atteint un objectif de grande dimension avec de fortes probailités d'atteinte. En août 1917, les canons utilisés pour ces nobles tâches sont le 38 cm de la Ferme Sorel, deux canons de marine de 17 cm et plusieurs batteries de "150 GP", c'est à dire des 15 cm SKL/40 de Marine essentiellement.
J'ai étudié tous les tirs recensés du 38 cm de la Ferme Sorel entre le 6 juillet et le 20 août 1918. On enregistre bien quelques tirs réglés sur des objectifs essentiellement militaires: ballon en ascension, hangars à dirigeable, positions d'A.L.VF mais la majorité des tirs visent Verdun, Belrupt et Dugny. Les artilleurs peuvent certes atteindre des installations stratégiques, notamment des gares et dépôts mais aussi des Hôpitaux non loin des installations ferroviaires.
Un point est rarement évoqué pour ces attaques de l'été 1917 à Verdun. Pour la première fois, l'Armée française va être confrontée en grand à des tirs massifs du nouveau gar Ypérite, utilisé depuis peu à Ypres et en Flandres. Ce gaz tue assez peu mais met hors de combat des milliers de combattants. Les capacités de traitement en hôpitaux des gazés "ypérités" prennent donc une singulière importance, ces points méritent d'utiles réflexions en présence d'un généralissime de fait comme Ludendorff.
Faut-il rappeler que l'attaque française du 20 août 1917 a mis en œuvre des effectifs d'artilleurs supérieurs à ceux de l'infanterie d'attaque et que l'artillerie française a fait l'objet des tirs prioritaires d'obus chargés à l'ypérite dans le but de forcer les artilleurs à garder le masque en permanence, voire à évacuer temporairement leurs positions ypéritées, afin de ralentir la cadence de tir infernale de l'artillerie française lors de l'attaque du 20 août. L'affluence de blessés, surtout de gazés, a donc été considérable dans les formations sanitaires.
Ce dernier point est à mettre en relief vis à vis de ces attaques allemandes répétées sur nos formations sanitaires.
Ces pratiques n'ont pas empêché le succès de l'attaque du 20 août qui se caractérise, chez les allemands par de très lourdes pertes en tués et surtout en prisonniers et chez les français par un taux de pertes modéré dans l'infanterie d'attaque mais par un grand nombre de gazés ypérités, surtout chez les artilleurs et même dans des formations de l'arrière-front. Rappelons aussi que cette offensive demeure, avec l'attaque ultérieure de La Malmaison, un des symboles de la "méthode Pétain" de 1917.
Cordialement,
Guy François.


Message édité par ALVF le 20-08-2017 à 09:20:40
n°21989
RADET Fred​eric
Verdun 1914-1918.
Posté le 20-08-2017 à 21:02:35  profilanswer
 

Bonsoir,
 
merci beaucoup pour ce bel éclairage qui permet de mieux appréhender cette "campagne" de bombardements sur nos installations sanitaires.  
Il confirme bien que ces dernières ont bien été ciblées et bombardées de manières intensives et répétées.  
Merci aussi pour votre analyse sur les gaz, c'est très intéressant d'avoir mis ce facteur important dans le contexte de l'époque.  
 
Connaissez-vous les lieux d'implantation des deux canons de marine de 17 cm ? Ils tiraient de concert avec la pièce de Sorel ?
 
Bien cordialement,
Frédéric RADET


---------------
Courage on les aura !
http://www.ouvragedelafalouse.fr/
n°21990
ALVF
Posté le 21-08-2017 à 09:15:57  profilanswer
 

Bonjour,
 
Les deux pièces de 17 cm étaient en position au nord-ouest de Verdun mais je n'ai pas trouvé leur emplacement exact, s'agissant de pièces sur affût à roues ("in Rad-Lafette"), laissant peu de traces sur le sol. Pour être complet, il y avait aussi un canon de Marine de 21 cm et deux canons de 24 cm de Marine sur affût semi-fixe "Bettungsschiessgerüst" en action à Verdun en août 1917 (et d'autres pièces très lourdes rameutées fin août 1917 mais qui semblent être restées en arrière compte-tenu de la violence des tirs français de très gros calibre), je ne les ai pas mentionnés car je n'ai pas de détail sur leurs tirs éventuels sur des installations sanitaires en août 1917.
Cordialement,
Guy François.

n°21997
RADET Fred​eric
Verdun 1914-1918.
Posté le 21-08-2017 à 21:12:17  profilanswer
 

Bonsoir,
 
merci à vous pour toutes ces précisions.  
 
Bien cordialement,
Frédéric RADET


---------------
Courage on les aura !
http://www.ouvragedelafalouse.fr/

Aller à :
Ajouter une réponse