FORUM pages 14-18
  Pages vécues : récits & témoignages
  Combattants

  lettres de Poilus évoquant l'arrivée des Américains

 

Soldats de la Grande Guerre : Yv', michelstl Sites et vestiges de la Grande Guerre : Jean RIOTTE Forum Pages d’Histoire: marine : Michael Lowrey, 1 utilisateur anonyme et 49 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

lettres de Poilus évoquant l'arrivée des Américains

n°5464
dremmwell
Posté le 13-07-2017 à 14:12:44  profilanswer
 

Bonjour,
je me permets de vous contacter pour une demande d'aide.
Je recherche actuellement -pour un projet collège/commémoration- des lettres de Poilus évoquant l'arrivée des Américains, des liens d'amitié...ect...
Je me suis lancée avec entrain dans cette recherche à la demande de l'Association Pershing La Fayette sans savoir à quel point cette quête serait difficile...
 
Vous remerciant par avance pour toute information,
jean michel


---------------
http://www.premiere-guerre-mondiale-1914-1918.com/  
n°5465
p Lamy
çà marmitte par ici !
Posté le 19-07-2017 à 13:05:27  profilanswer
 

Bonjour,
 
dans son récit,  Monsieur Billet parle de la période où son bataillon de chasseurs alpins formait les Boys de la 1ère DI US au camp de Gondrecourt (Training Aera 1 Gondrecourt), en juillet et août 1917.  
J'ai déjà par le passé posté ce document sur notre beau forum :
 
http://regards.grandeguerre.free.f [...] Billet.pdf
 
Par ailleurs, le département de la Meuse entreprend en ce moment des parcours historiques, conférences, expos etc.. sur ce thème des Américains avec l'appui du Mémorial, du Centre Mondial de la Paix et tous les intervenants meusiens (associations etc...).
 
Bien cordialement.
P. Lamy
 


---------------
"C'est le Vin qui a fait gagner la Guerre"
Jean-Louis Billet, agent de liaison au 70e BACP
n°5468
garance.
Posté le 22-07-2017 à 11:48:21  profilanswer
 

Une petite idée, dans le gros livre sur l'Affaire Seznec, Denis Le Her évoque l'arrivée des Américains à Brest et le couple Seznec gagne de l'argent en ouvrant une blanchisserie qui lave les uniformes Américains.
Il y a quelques détails
cdt  Garance

Message cité 1 fois
Message édité par garance. le 22-07-2017 à 11:49:22

---------------
"Il pleuvait en cette nuit de Noël 1914, où les Rois Mages portaient des Minenwerfer."
n°5469
dremmwell
Posté le 22-07-2017 à 17:59:00  profilanswer
 

p Lamy a écrit :

Bonjour,
 
dans son récit,  Monsieur Billet parle de la période où son bataillon de chasseurs alpins formait les Boys de la 1ère DI US au camp de Gondrecourt (Training Aera 1 Gondrecourt), en juillet et août 1917.  
J'ai déjà par le passé posté ce document sur notre beau forum :
 
http://regards.grandeguerre.free.f [...] Billet.pdf
 
Par ailleurs, le département de la Meuse entreprend en ce moment des parcours historiques, conférences, expos etc.. sur ce thème des Américains avec l'appui du Mémorial, du Centre Mondial de la Paix et tous les intervenants meusiens (associations etc...).
 
Bien cordialement.
P. Lamy
 


 
Bonjour Monsieur P Lamy je rentre juste ce vacances mais oui j'avais retrouvé ce document que vous m'aviez envoyé il y a déjà quelques années, en fait ce n'est pas pour moi ou mon site mais pour une dame prof et ses élèves pour la rentrée prochaine, je tente de lui envoyer le plus de docs possible, encore merci pour votre aide
 


---------------
http://www.premiere-guerre-mondiale-1914-1918.com/  
n°5470
dremmwell
Posté le 22-07-2017 à 18:03:13  profilanswer
 

garance. a écrit :

Une petite idée, dans le gros livre sur l'Affaire Seznec, Denis Le Her évoque l'arrivée des Américains à Brest et le couple Seznec gagne de l'argent en ouvrant une blanchisserie qui lave les uniformes Américains.
Il y a quelques détails
cdt  Garance


 
 
merci beaucoup ! avez vous un lien où copier cela ??


---------------
http://www.premiere-guerre-mondiale-1914-1918.com/  
n°5475
ylnath
Posté le 29-07-2017 à 22:29:30  profilanswer
 


Bonjour Jean-Michel,
 
Dans la correspondance de guerre de mon grand-père, Jean Médard, il y a cinq lettres, écrites en juin et juillet 1918, dans lesquelles il mentionne des rencontres avec des Américains.  
Voici les passages en question.
 
- Le 7 juin 1918 :  
La nuit dernière Simonin [le capitaine de sa compagnie] a emmené en patrouille un capitaine américain qui fait un stage dans une Cie voisine et qui aurait voulu voir les Boches de plus près. Cette expédition s’est réduite à une embuscade entre les lignes par la nuit froide et le pauvre capitaine avait tellement sommeil qu’il s’est endormi dans son trou d’obus. Les lignes sont très éloignées les unes des autres et le « no man’s land » se prête à des exercices variés pour ceux qui aiment la chasse.
 Mais il est bien rare qu’on rencontre du Boche. Ça a toujours l’avantage d’aguerrir la classe 18.
 A propos de « no man’s land » nous baragouinons du franco-américain tout le long du jour, maintenant que nous avons des hôtes étrangers.

- Le 9 juin 1918 :
Le capitaine américain est parti. Il a bien voulu confier à l’un de nous qu’il était touché « par notre flegme », par nos rapports de camaraderie, par notre manière d’être envers nos poilus.
 Je viens de rendre visite aux miens. Leur grande distraction actuellement est l’élevage de petites buses qu’ils ont découvert dans des ruines, c’est un objet de grandes joies.

 
- Le 5 juillet 1918 :
D’abord j’ai fait une ronde de 2 h à 8 h ; et, puisque j’étais en ligne, au lieu de rentrer directement j’ai fait un crochet par la Cie. J’ai commencé par y réparer mon sommeil, puis j’ai déjeuné avec Simonin et Cognaret.
 Je suis placidement rentré à pied. Sur mon passage, au premier village j’ai rencontré ma section, qui y est en réserve, dans le deuxième le bataillon au repos du 132 fraternisait avec les Américains pour l’Independance Day. Le soir j’ai même assisté au « banquet Franco-Américain » poilus français et Américains à la même table. Un Marseillais pour correspondre avec un Américain se servait du seul système en usage depuis la tour de Babel : montrer un objet et en dire le nom ; si la leçon lui profite l’Américain retournera chez lui avec un terrible accent méridional.

 
- Le 31 juillet 1918 :
Le voyage s’est passé sans incident. Il a été beaucoup plus rapide que le dernier. Ce qui lui donne sa physionomie c’est le passage par Paris – on rase les fortifs. Dès qu’on arrive ds la grande banlieue ce n’est que des acclamations qui ne cessent seulement quand on en sort. On crie, on s’envoie des baisers, c’est un véritable enthousiasme mêlé d’un peu de cafard chez ceux qui calculent qu’ils sont à quelques centaines de mètres de chez eux. Nous avons croisé beaucoup d’Américains, propres et contents.
 
Jean Médard (1893-1970), était sous-lieutenant (puis lieutenant le 8 juillet 1918) au 132ème R.I. Pour des précisions à son sujet : http://correspondancedeguerre.blogspot.fr/. La correspondance de 1918 n’est pas encore en ligne, car je publie les lettres 100 ans jour pour jour après qu’elles ont été écrites, mais si vous souhaitez que je numérise les documents dont j'ai transcrit des passages, ou avoir leur texte in-extenso (ce sont des lettres de mon grand-père à sa mère) dites-le-moi.  
 
Bien cordialement
 
Hélène
 


---------------
Hélène
n°5476
dremmwell
Posté le 29-07-2017 à 22:58:10  profilanswer
 

Un grand merci à Hélène pour ces passages de lettres ! je collationne toujours vos réponses jusqu'à fin aout début septembre ....Merci d'avance


---------------
http://www.premiere-guerre-mondiale-1914-1918.com/  

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Pages vécues : récits & témoignages
  Combattants

  lettres de Poilus évoquant l'arrivée des Américains