FORUM pages 14-18
  Pages vécues : récits & témoignages
  Combattants

  Un régulier chez les joyeux ?

 

gizmo02 QUESTIONS & SUGGESTIONS RELATIVES AU FORUM : Gilles 61-14 et 33 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Un régulier chez les joyeux ?

n°5420
biffindu33​e
" L'Histoire avant tout "
Posté le 08-02-2017 à 22:00:36  profilanswer
 

Bonjour
 
Durant mes recherches de témoignages sur ou de soldats des bataillons d'infanterie légère d'Afrique, je suis tombé sur cette référence :  
 
- DIMIER Joseph, Un régulier chez les Joyeux, publié en 1928.  
 
Or je n'ai trouvé qu'un seul exemplaire à la vente et à un prix exorbitant (plus de 70 euros).
 
Quelqu'un peut-il m'en dire plus sur cet ouvrage ? Dimier raconte t-il vraiment sa propre expérience ou s'agit-il d'une fiction romanesque ?  
 
Merci d'avance  
 
Matthieu


---------------
Amitiés d'un biffin du 33e de Ligne
n°5432
denismauri​ce
Posté le 29-03-2017 à 22:53:31  profilanswer
 

Oui, j'ai bien connu le Père Dimier, en religion Père Anselme, moine trappiste,  né Joseph Dimier. Décédé en 1975, il reste le spécialiste de l'art cistercien. A ce titre je l'ai rencontré à plusieurs reprises au cours de fouilles archéologiques aux quelles j'ai participé à l'abbaye de Vauclair dans l'Aisne au Nord du Chemin des dames.
"Un régulier chez les Joyeux": le Père Dimier a participé aux deux guerres mondiales et curieusement à chaque fois à des combats sur le Chemin des Dames en octobre 1917 et en mai-juin 1940. A la fin de la première guerre, Joseph Dimier n'a pas été démobilisé tout de suite, de mars à mai 1919, il a été "volontaire désigné nominativement" aux Bataillons d'Afrique comme il le racontait.  
Dans "les mélanges à la mémoire du Père Anselme Dimier" présentés par Benoît Chauvin, Tome1, chapitre 14, De la Savoie au grand sud tunisien, Dehibat, Tatahouine et les Joyeux, pages 99 à 111 ce récit du Père est transcrit. Au bas de la page 99, en note Benoit Chauvin nous dit que: "ces pages ont été publiées une première fois dans le livre intitulé: Un régulier chez les joyeux, paru à Paris, chez Grasset en 1928, p11-38, 57-89 et 253-259."
Eventuellement, je tiens à votre disposition une copie de ce document.
Pourquoi un "régulier", je pense que l'appartenance du Père Dimier à l'ordre des trappistes, au combien régulier, en est l'explication.
Restant à votre disposition recevez mes amicales salutations

n°5449
biffindu33​e
" L'Histoire avant tout "
Posté le 14-05-2017 à 23:02:53  profilanswer
 

Merci pour toutes ces informations !!!  
 
Cordialement  
 
Matthieu


---------------
Amitiés d'un biffin du 33e de Ligne
n°5463
cowboy38
Posté le 06-07-2017 à 11:51:41  profilanswer
 

Bonjour
-Réponse très tardive à votre message, mais je visite plus que rarement cette rubrique-
 
Payer 70 euros pour cet ouvrage serait excessivement exagéré par rapport à son intérêt. Sauf peut-être pour un bibliophile averti et très sélectif qui aurait en mains un exemplaire neuf, dédicacé, illustré, signé par l'auteur et destiné à un lecteur illustre (ou qui le serait devenu par la suite) qui aurait personnellement  apporté des annotations manuscrites dans les marges + son ex-libris sur la page de garde.
Cet ouvrage est sympathique et sent bon le sable chaud, mais son intérêt se limite à quelques anecdotes réelles sur le fond du sujet. Dès que l'auteur veut faire référence à des faits historiques militaires, les informations sont bien souvent inexactes, quand elles ne sont pas farfelues. Si nécessaire, je pourrai vous en donner quelques exemples. Ces sorties de route nuisent à la crédibilité du reste des écrits.
 
En ce qui concerne l’explication "trappiste" donnée par denismaurice, afin d'expliquer "un régulier", elle est fausse. L’explication militairement basique est simple et d'ailleurs donnée par Joseph Dimier en page 26 de son livre, il s’agit d’une référence aux corps du service général (troupes régulières) par opposition à une affectation Bila.
Cordialement

n°5477
Jean RIOTT​E
Posté le 07-08-2017 à 19:09:51  profilanswer
 

Bonsoir,
A la Légion Étrangère tout ce qui n'est pas unité "légion" est appelé "régulière".
Parfois par manque de cadres "légion" il a été fait appel à des cadres de " la régulière" qui dans ce cas précis étaient appelés par les légionnaires des "cadres blancs".
Cordialement,
Jean RIOTTE


Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Pages vécues : récits & témoignages
  Combattants

  Un régulier chez les joyeux ?