FORUM pages 14-18
  Pages vécues : récits & témoignages

  Col de la Chipotte (août 1914)

 

Il y a 47 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Col de la Chipotte (août 1914)

n°218
mounette_g​irl
"Toto français, Porte-Bonheur"
Posté le 28-05-2006 à 21:35:32  profilanswer
 

Bonsoir à toutes et tous
En recherchant, sur le site de Gallica, un article (qui n'avait rien à voir avec la Grande Guerre !) je suis tombée par hasard sur un témoignage écrit le 13 septembre 1919 dans la revue "Le Pays lorrain". Je vous le signale.
 
Il s'agit d'un article du "Pays Lorrain" - Années 1914-1919 (11° volume), p. 644 à 647, intitulé "Cinq ans après : La Chipotte", rédigé par G. Baumont, un combattant revenu en pélerinage sur les lieux de la bataille à laquelle il avait participé. Beaucoup de marsouins et de chasseurs à pied sont tombés là en août 1914.
 
Bien cordialement.
Mounette.


---------------
"Tes yeux brillaient moins aujourd'hui /Dis-moi, dis-moi pourquoi chère âme /Dis-moi quel chagrin, quel ennui /Mettait un voile sur leur flamme." - Sergent Ducloux Désiré, dit Gaston - 146° RI
n°219
KROLE
Posté le 31-05-2006 à 18:43:42  profilanswer
 

Bonjour Mounette,
 
Je ne vois que maintenant votre message, j'étais restée sur le toto...
Merci en tout cas de faire remonter ce témoignage sur la bataille de la Chipotte,
cela m'intéresse, j'irai donc faire un tour du côté du site de la BNF.
 
Mon AGP y a participé et après la bataille de retour sur les lieux, il utilise le mot "HORREUR" devant tant de cadavres français et allemands.
 
L'endroit a été surnommé par les Poilus "le trou de l'enfer".
 
Amicalement
Carole
 
 

n°223
christian1
LIBERTE
Posté le 02-06-2006 à 09:56:31  profilanswer
 

Bonjour,
je vais également aller sur ce site mais en septembre je vais allez sur le lieu des combats car mon grand père à participé avec le 21ème BCP je prendrai des photos.
Cordialement

n°224
Eric Mansu​y
Posté le 02-06-2006 à 12:49:30  profilanswer
 

Bonjour,
Un très bref aperçu, à travers quelques photos, est visible ici : http://www.rambervillers.com/benoit/necro.php  
Manque le monument de la 2e Brigade Coloniale, mais à part celui-ci et ceux qui sont photographiés sur ce site, en sus de la nécropole, il reste hélas peu de choses à voir au col.
 
Bien cordialement,
Eric Mansuy


---------------
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.
n°289
christian1
LIBERTE
Posté le 15-09-2006 à 14:58:24  profilanswer
 

Bonjour,
Je suis allé à la nécropole de LA CHIPOTTE j'ai pris des photos dont la "tombe 14" du lieutenant Jules Etienne FORGEOT comme l'indiquait Eric si cela vous interresse pas de problème.
Cordialement
Christian


---------------
Christian
 
n°292
christian1
LIBERTE
Posté le 20-09-2006 à 09:37:22  profilanswer
 

Bonjour Eric
Je n'arrive pas à vous joindre non plus, voici mon adresse  
cdusaussoy@aol.com
J'attend de vos nouvelles
 
Cordialement
 
Christian


---------------
Christian
 
n°951
christian4
Posté le 19-06-2007 à 12:59:44  profilanswer
 

KROLE a écrit :

Bonjour Mounette,
 
Je ne vois que maintenant votre message, j'étais restée sur le toto...
Merci en tout cas de faire remonter ce témoignage sur la bataille de la Chipotte,
cela m'intéresse, j'irai donc faire un tour du côté du site de la BNF.
 
Mon AGP y a participé et après la bataille de retour sur les lieux, il utilise le mot "HORREUR" devant tant de cadavres français et allemands.
 
L'endroit a été surnommé par les Poilus "le trou de l'enfer".
 
Amicalement
Carole


 
Bonjour Carole
 
Je lis avec un an de retard votre message concernant la Chipotte. Mon GP était dans ce combat ( sergent 10ème BCP ) lui aussi employait le mot horreur car il avait assisté impuissant mais plein de rage à la sauvagerie des allemands achevant à coups de crosses ses camarades blessés restés sur le terrain.  
 
Amicalement
Christian

n°960
garance.
Posté le 20-06-2007 à 17:29:09  profilanswer
 

bonjour, sauf erreur de ma part, les combats de La Chipotte sont évoqués dans un bouquin du colonel Mordacq; je crois qu'il évoque une progression de son unité dans le secteur plusieurs semaines après les combats et témoigne avoir vu des cadavres français et allemands restés cloués sur leurs baïonnettes.
Je cherche d'autres conseils de lecture sur ces combats, merci d'avance.

n°961
Eric Mansu​y
Posté le 20-06-2007 à 18:47:37  profilanswer
 

Bonjour à tous,
Je reposte ci-dessous une liste -qui ne se veut pas exhaustive, tout ajout est donc le bienvenu- déjà donnée sur feu le forum de l’Abri-Mémoire d’Uffholtz au sujet de la Chipotte (ces références abordant plus ou moins le sujet…).
 
Bien cordialement,
Eric Mansuy
 
Articles
 
Bulletin de la Société Philomatique Vosgienne
1931 : « La Bataille de la Chipotte » (pages 237 à 278)
1964 : Eugène IMBS, « Journal de Marche d’un Capitaine du 57ème B.C.P. dans les Vosges » (pages 114 à 126)
 
Les Cahiers d’Archipel
1985 : « 1914 à Raon-l’Etape. Récits inédits (notes journalières de Jean Arnoux, cahier de Maria Braconnier, mémoires de Constant Bourgeois) » (Imprimerie Kruch, Raon-l’Etape, 36 pages)
 
Dialogues Transvosgiens
n°17 / 2002 : Pierre BOILEAU, « Journal de bord du caporal Maurice Gay, affecté au 10e B.C.P. – guerre 1914-18 » (pages 103 à 118)  
n°18 / 2003 : Eric MANSUY, « Carnet de route de Charles Magnien, 21e Régiment d’Infanterie (1er août – 4 septembre 1914) » (pages 91 à 106)
 
Icare
n° 193 : « L’aviation française en août – septembre 1914 »
 
Lectures pour tous
1er août 1915 : PARROY, « Le musée de la bataille » (pages 1325 à 1329) [article consacré à la Chipotte, Ménil, Sainte-Barbe]
 
Le Pays Lorrain et le Pays Messin
décembre 1919 : Georges BAUMONT, « Cinq ans après : la Chipotte » (pages 644 à 647)
 
Le Pays Lorrain
juillet 1932 : Lieutenant-Colonel BEAUGIER, « Les combats entre Meurthe et Mortagne, La Chipotte, Ménil, Sainte-Barbe, août - septembre 1914 (1re partie) » (pages 311 à 323)
août 1932 : Lieutenant-Colonel BEAUGIER, « Les combats entre Meurthe et Mortagne, La Chipotte, Ménil, Sainte-Barbe, août - septembre 1914 (2e partie) » (pages 351 à 367)
 
Revue Militaire Française
Tome XXII (nouvelle série) - 1926, octobre – décembre : lieutenant-colonel LAURE, « Les étapes de guerre d’une division d’infanterie » ;
Tome XXIII (nouvelle série) - 1927, janvier – mars : lieutenant-colonel LAURE, « Les étapes de guerre d’une division d’infanterie » ;
Tome XXIV (nouvelle série) - 1927, avril – juin : lieutenant-colonel LAURE et commandant JACOTTET, « Les étapes de guerre d’une division d’infanterie » ;
Tome XXV (nouvelle série) - 1927, juillet – septembre : lieutenant-colonel LAURE et commandant JACOTTET, « Les étapes de guerre d’une division d’infanterie (suite et fin) » ;
 
Livres
 
BEAUGIER (commandant), Les combats de Ménil, Sainte-Barbe, le dépôt de Merrain, la Chipotte, du 25 août au 5 septembre 1914, s.e., 1920, 52 pages.
 
CAMPBELL (Gerald), De Verdun aux Vosges, Paris, Armand Colin, 1916, 376 pages. [reportages]
CASSAGNAU (Ivan), Ce que chaque jour fait de veuves. Journal d’un artilleur, 1914-1916, Paris, Buchet Chastel, 2003, 139 pages. [18e R.A.C.]
COLIN (Louis), Les Barbares à la Trouée des Vosges, Paris, Bloud & Gay, 1915, 354 pages.
COLLE (abbé Alphonse), La Bataille de la Mortagne. La Chipotte. L’occupation : Ménil et ses environs, Lyon – Paris, Librairie Catholique Emmanuel Vitte, 1925, 286 pages.  
CONTAMINE (Henry), Les Batailles de Lorraine en 1914, Nancy – Paris – Strasbourg, Imprimerie Berger-Levrault, 1934, 54 pages.
COURTIN-SCHMIDT, Reportages de guerre de Nancy aux Vosges, Dupuis, Rigot & Cie, 1918.
 
von DEIMLING (général Berthold), Souvenirs de ma vie (du temps jadis aux temps nouveaux), Paris, Editions Montaigne, 1931, 313 pages. [XVe Corps d’Armée allemand]
DUBAIL (général), Quatre Années de Commandement 1914-1918, Paris, Librairie Militaire Universelle Fournier, 3 tomes, 1920 à 1922 ; 294, 404 et 357 pages. [Ire Armée, puis G.A.E.]
DUPUY (capitaine), La Guerre dans les Vosges, Paris, Payot, 1936, 279 pages. [41e D.I.]
 
FOMBARON (Jean-Claude) et PROUILLET (Yann), Képis bleus de Lorraine, 1914-1916. Carnets de Chasseurs à pied lorrains de la bataille des frontières à l’Artois, Saint-Dié, Société Philomatique Vosgienne, 2001, 203 pages.
 
GAGNEUR (Maurice) et GINISTY (Paul), Histoire de la Guerre par les combattants. I. 1er août 1914 – juillet 1915, Paris, Librairie Garnier, 1915.
GAUDILLIERE (Paul), L’Enfer de 14 et de 15 vécu par des Chasseurs du 10e B.C.P., s.d., 121 pages. [10e B.C.P.]
GUY (Lucien), Souvenirs de la campagne 1914. Mes 90 jours au 97ème Régiment d’Infanterie Alpine, L’Argentière La Bessée, Editions du Fournel, 2007, 126 pages.
 
HUMBERT (capitaine), La Division Barbot, Paris, Hachette, 1919, 245 pages. [77e D.I.]  
 
JOLINON (Joseph), Le Valet de gloire, Paris, Rieder, s.d., 270 pages. [370e R.I.]  
 
LAURE (lieutenant-colonel) et JACOTTET (commandant), Les Etapes de Guerre d’une Division d’Infanterie (13e Division), Nancy – Paris – Strasbourg, Berger-Levrault, 1928, 414 pages. [13e D.I.]
LAVAL (Edouard), Souvenirs d’un médecin aide-major, 1914-1917, Paris, Payot, 1932, 237 pages. [médecin-chef de l’ambulance n° 6 du 21e Corps d’Armée le 5 août 1914. Présent dans les Vosges du 10 août au 6 septembre 1914]
LEGRAND-GIRARDE (général), Un Quart de siècle au service de la France, Paris, Presses Littéraires de France, 1954, 644 pages. [21e Corps d’Armée]
LEGRAND-GIRARDE (général), Opérations du 21ème Corps d’Armée (1er août – 13 septembre 1914), Paris, Plon, 1922, 203 pages. [21e Corps d’Armée]
LELEUX (Charles), Feuilles de Route d’un ambulancier, Paris – Nancy, Berger-Levrault, 1915, 109 pages. [21e Corps d’Armée]  
 
MALAVIALLE (Marius), Un du Cent-six-trois (163e d’infanterie) pendant la guerre 1914-1918, Montpellier, Imprimerie Coopérative L’Abeille, s.d., 199 pages. [163e R.I.]
MICHELIN (commandant), 1914-1918. Présents !, Paris, Union Latine d’Editions, 1932, 204 pages. [157e R.I. et 43e B.C.P.]
MICHELIN (général), Carnets de Campagne 1914-1918, Paris, Payot, 1935, 176 pages. [157e R.I. et 43e B.C.P.]
 
PALAT (général), La Grande Guerre sur le front occidental IV : Les Batailles de Lorraine (23 août – 13 septembre 1914), Paris, Librairie Chapelot, 1919, 295 pages.
 
RENE (Henri) [LAURE], Jours de gloire, jours de misère, Paris, Perrin, 1917, 215 pages. [149e R.I.]  
RICHERT (Dominique), Cahiers d’un Survivant, Strasbourg, La Nuée Bleue, 1994, 284 pages. [112. Infanterie Regiment]
RIOTOR (Léon), Journal de marche d’un bourgeois de Paris, Paris, Charles-Lavauzelle, 1934, 346 pages. [59e R.A.C.]
ROUJON (Jacques), Carnet de Route (août 1914 – janvier 1915), Paris, Plon, 1916, 317 pages. [352e R.I.]  
 
SADOUL (Louis), La Guerre dans les Vosges (Le Donon, La Chipotte, Raon-l’Etape, La Chapelotte), Nancy, Le Pays Lorrain, 1922, 73 pages.
SICARD (Emile), De la Provence aux bastions de l’Est, Paris, Hélios, 1916, 240 pages. [reportages]
 
WEBER (Jean Julien), Sur les Pentes du Golgotha. Un prêtre dans les tranchées, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2001, 317 pages. [21e R.I.]


---------------
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.
n°2058
meurthe881​10
Posté le 09-05-2008 à 19:13:31  profilanswer
 

christian1 a écrit :

Bonjour,
Je suis allé à la nécropole de LA CHIPOTTE j'ai pris des photos dont la "tombe 14" du lieutenant Jules Etienne FORGEOT comme l'indiquait Eric si cela vous interresse pas de problème.
Cordialement
Christian


 
bonsoir
cela m'intéresse, car tous les ans je vais nettoyer l'endroit où a été élevé une croix sur l'emplacement où est tombé le lieutenant FORGEOT.
cordialement
jean luc staub

n°2097
christian1
LIBERTE
Posté le 27-05-2008 à 09:32:16  profilanswer
 

meurthe88110 a écrit :


 
bonsoir
cela m'intéresse, car tous les ans je vais nettoyer l'endroit où a été élevé une croix sur l'emplacement où est tombé le lieutenant FORGEOT.
cordialement
jean luc staub


Bonjour Jean-Luc
Pouvez vous me donner votre email pour vous faire parvenir la photo, ou je vois  des amis de Raon et je leur remet la photo. Je viens à Raon en septembre.
Amicalement


---------------
Christian
 
n°2494
jean mi 88
Posté le 26-01-2009 à 00:31:45  profilanswer
 

bonjour je recherches témoignages ou récits sur le mois d'aout 1914 du coté de wisembach ou saint dié du 149éme ri merci a tous  


---------------
jmb88
n°2513
6EME CUIR
Posté le 01-02-2009 à 21:30:40  profilanswer
 

jean mi 88 a écrit :

bonjour je recherches témoignages ou récits sur le mois d'aout 1914 du coté de wisembach ou saint dié du 149éme ri merci a tous  


bONSOIR,
 
sur ce site vous devriez prendre, comme moi, contact avec denis33. c'est une perle et un érudit sur le 149eme. Près de wissembach, à bertrimoutier il y a un cimetière militaire ou reposent beaucoup de soldats du 149eme. J'ai parcouru ce cimetière. c'est impressionnant. les combats d'aout 14 ont eu lieu dans ce coin sur une distance de 15 kilomètres du col de saintes marie aux mines jusqu'au col de steige. Vous pouvez visionner le site memoires des hommes et parcourir le JMO du régiment
j'ai grâce à lui, obtenu des informations sur un homonyme, probablement très très très lointain membre de la famille, commandant du 3eme bataillon qui faisait l'objet de longues discussions lors des repas de famille. Toujours est il que j'ai commencé à m'intéresser à lui et maintenant je vais poursuivre plus loin mes recherches.  
très cordialement

n°2533
jean mi 88
Posté le 08-02-2009 à 00:47:26  profilanswer
 

bonsoir  
6éme cuir merci pour tout j'ai déja pris contact avec denis 33 et déja visionner le jmo auriez vous le souvenir d'avoir vu un bolmont jules au cimetiere de bertrimoutier,?en faites je suis sur les traces de cette personne je recherches sont parcours il s'agit d'un des fréres de mon ag noté disparu au combat de wisembach le 09 aout 1914 je recherches toutes infos sur cette journée du 09 aout je sais qu'il fesait partie du 1er bataillon 2éme compagnie je compte me rendre prochainement sur le site et alentour  merci a vous  trés cordialement


---------------
jmb88
n°3215
alex54120
Posté le 16-12-2010 à 10:07:13  profilanswer
 

Bonjour à tous, j'ai vu que vous abordiez le sujet de la Chipotte, je suis très au courant de ce sujet car je vit dans un petit village non loin de là. Et en fesant mes petites recherche sur le sujet, j'ai découvert que ceté depuis la que les principales offensives pour reprendre le col été parties depuis mon village ( Thiaville sur meurthe ).
Merci à tous, cordialement Alex.

n°3276
mya
Posté le 21-03-2011 à 20:34:55  profilanswer
 

Bonsoir a tous
je suis Corse et je recherche des informations sur le 373e RI (27e compagnie).
Mon G-pere y a perdu SON G-pere et depuis que je suis toute petite il m'a toujours fait part de son enorme regret de n'avoir pu rapatrier son corp. J'aimerais vraiment faire ça pour mon G-pere et aussi pour rendre hommage a mon AR-AR GP, parti avec l'espoir d'etre rentré pour terminer les recoltes et mort comme tant d'autres en laissant 9 tres jeunes enfants et une femme.  
SVP, SVP, SVP...aidez-moi!!! Si quelqu'un a des informations sur ce regiment ou des photos (meme si malheureusement je suis incapable de le reconnaitre)etc...Il s'appellait VESPERINI Marc Aurel, blessé au court de la bataille de la Chapelotte le 02/03/1915 et mort le 11/03/1915 à Raon l'Etape. Il repose au carre militaire, Tombe N°22. Si une ame charitable voulait bien m'envoyer 1 ou 2 photos ce serait bien aimable...
merci d'avance a tous

n°3277
alex54120
Posté le 21-03-2011 à 22:03:14  profilanswer
 

Bonsoir a tous,
cher madame, je vit ds un petit vilage non loin de Raon l'Etape et jaimerais vous aidez du fait que je connais bien les lieux donc si vous le souhaitez je peu vous apportez mon aide.

n°3279
Eric Mansu​y
Posté le 22-03-2011 à 08:46:27  profilanswer
 

Bonjour,  
 
Si j'ai bien compris la teneur de votre intervention ("J'aimerais vraiment faire ça pour mon G-pere" (?)), vous souhaiteriez faire rapatrier le corps d'un homme inhumé à Raon-l'Etape. A priori, une telle démarche est impossible.  
 
A l'époque de la constitution des carrés militaires et nécropoles - essentiellement entre 1919 et 1925 - les familles des défunts ont été contactées par les services de l'état civil militaire, et ont eu à émettre un avis sur le lieu d'inhumation des corps. Plusieurs cas de figure se présentèrent, tels que les suivants :  
- l'opposition (de transfert de corps) : le corps restait alors dans le cimetière communal ou le carré ;  
- la famille acceptant sans condition : le corps pouvait être transféré vers un carré ou une nécropole ;  
- la famille acceptant et ayant manifesté le désir d'assister à l'exhumation (idem ci-dessus) ;  
- la famille n'ayant pas répondu aux avis qui lui ont été adressés ;  
- la famille n'ayant pu être avisée faute d'adresse connue.    
 
De toute évidence, à l'époque, la famille de Vesperini a souhaité qu'il reste sur place, ou s'est opposée à son transfert, ou n'a pu être contactée. Il n'est plus possible d'aller aujourd'hui à l'encontre de leur décision.  
 
Pour les photos, je passe la main.  
 
Bien cordialement,  
Eric Mansuy


---------------
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.
n°3280
mya
Posté le 22-03-2011 à 12:47:59  profilanswer
 

Bonjour a tous...
merci pour votre aide Alex54120 je ne sais comment exprimer le sentiment qui m'a envahi en lisant votre message. Mes grand-parents m'ont elevée, j'ai grandi au milieu des champs, bercée par les recis de mon G-P, que lui même tenait de ses parents et bien qu'il ne l'ai jamais connu (mon G-P est né en 1929 et son G-P est decede en 1916) il y a toujours ces sanglots dans sa voix qd le sujet de son G-P est aborde. Cet eternel regret de n'avoir pus le ramener sur sa terre natale. La Corse a l'epoque n'etait pas dotée de tous ces moyens de communication que nous trouvons aujourd'hui et ni même doté de tout les moyens que l'on trouvait sur le continent a l'epoque. Notre famille vivait (comme bcp d'autres) pres des troupeaux, souvent isolées les une des autres. En ce temps là, lire et ecrire n'etait pas une priorité.  
Par consequent, pour rejoindre Mr Mansuy,  
il est vrai que la famille n'a jamais sus (jusqu'a il y a quelques années en arriere)) danc quelle region avait-il ete envoyé au combat, où exactement il etait decede ni même s'il avait ete enterre, une tombe? un ossuaire? une croix???  
Les familles n'ont jamais rien reçu d'officiel ni courrier ni rien d'autre. Jamais personne n'a eu connaissance qu'il etait possible de rappatrier les notres. Je crois me souvenir qu'aucun des hommes de la commune ne l'a ete d'ailleurs (faute d'informations).
Merci pour votre reponse Mr Mansuy, elle confirme donc bien les dires de mes proches.
Je viens tout juste d'entamer des recherches et tout ce que je trouve me met a fleur de peau, d'une part pour tout ces hommes, ces familes...
mais surtout parceque plus j'avance et plus je decouvre des petits details que l'on ignorait sur mon AR-AR G-P et qui nous sont chers. Par exemple en lisant le JMO de la 373e RI en date du 2 Mars, je crois comprendre qu'il a ete blessé a la Chapelotte et qu'il est surement decede de ses blessures a Raon l'Etape. Des details pour certains mais pour nous chacun de ces details est un cadeau. Merci Alex54120 pour votre proposition, c'est avec un plaisir immense que je l'accepte votre aide. J'aurais aimé pouvoir amené mon G-P sur la tombe, qu'il puisse lire l'ecriture sur la plaque, malheureusement la santé lui manque. Mon prochain souhait serait de pouvoir trouver une photo, se qui me mine c'est que personne autour de moi ne saurait le reconnaitre.
merci a vous
a tres bientot

n°3281
mya
Posté le 22-03-2011 à 12:58:23  profilanswer
 

En reponse a Mr Mansuy,
non je ne cherche pas a le ramener car je me doute que même si cela n'a pas ete un reel choix de la famille à l'epoque, cela ne doit plus etre possible de nos jours.
En revanche retrouver toutes les informations possibles sur cette periode ça oui...
 
Voilou...

n°3282
Alain Dubo​is-Choulik
Tchiot quinquin de ch'nord
Posté le 22-03-2011 à 13:41:30  profilanswer
 

Bonjour,
           Je comprend parfaitement les sentiments de ces familles qui - longtemps après l'horreur - éprouvèrent l'envie de rapatrier leurs défunts. Je connais un peu le problème, fréquentant de prés ou de loin de nombreux parents de soldats du Commonwealth inhumés chez nous, et quand ils peuvent venir il est tout aussi émouvant de les voir enfouir de menus souvenirs, cailloux ou répandre un peu de terre du pays, parfois déposer une photo du défunt, ou de sa famille, façon d'être avec lui..
A l'inverse, en étudiant son dossier, vous rapatrierez sa mémoire.
Cordialement
Alain


---------------
http://civils19141918.canalblog.com http://ggfamille4d.canalblog.com http://theywerethere.canalblog.com "Si on vous demande pourquoi nous sommes morts, répondez : parce que nos pères ont menti." R. Kipling
n°3283
Eric Mansu​y
Posté le 22-03-2011 à 18:01:13  profilanswer
 

Rebonjour,
 
Marc Vesperini a initialement été inhumé au sein du cimetière de l’hôpital de Raon-l’Etape, aux côtés de Marien Palaggi, Paul Giacometti et Martin Luciani, qui l’y avaient précédé de peu.  
 
Avant sa blessure du 2 mars 1915, Marc Vesperini avait été blessé par balle le 2 décembre 1914.
 
Bien cordialement,
Eric Mansuy


---------------
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.
n°3284
mya
Posté le 22-03-2011 à 19:40:33  profilanswer
 

Merci Mr Mansuy, merci pour vos renseignements... J'ignorais sa blessure du 2/12/1914 encore une pierre a mon edifice encore merci.
Mr Dubois vous avez effectivement bien compris notre douleur, pour pouvoir ramener nos morts il aurait fallu etre mis au courant par un quelconque moyen, en admettant qu'un courrier officiel soit envoyé, il aurai fallu savoir le lire et surtout tres tres peu de Corse comprennaient ou parlaient courament le Français. En bref rien pour nous aider. Mr Mansuy qd vous dites qu'il fut INITIALEMENT inhumé au sein du cimetiere de l'hopital de Raon l'Etape, cela veut-il dire qu'il a ete hinumé au carre militaire par la suite ou est-ce le même cimetiere???
merci...

n°3285
Eric Mansu​y
Posté le 23-03-2011 à 17:29:24  profilanswer
 

Bonsoir,
 
"cela veut-il dire qu'il a ete hinumé au carre militaire par la suite ou est-ce le même cimetiere???" : j'en saurai plus fin avril.
 
Bien cordialement,
Eric Mansuy


---------------
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.
n°3287
mya
Posté le 28-03-2011 à 19:54:47  profilanswer
 

alex54120 a écrit :

Bonsoir a tous,
cher madame, je vit ds un petit vilage non loin de Raon l'Etape et jaimerais vous aidez du fait que je connais bien les lieux donc si vous le souhaitez je peu vous apportez mon aide.


 
Bonsoir a tous,
ALEX54120 vous m'aviez proposé votre aide au sujet de la photo de mon AR-AR Grd-Pere et c'est avec joie que je l'acceptais...Or depuis je n'ai plus de nouvelles de vous. Pourriez-vous me tenir au courant
merci...
SNIFFFFFFFFFFFFF........ :(

n°3288
alex54120
Posté le 28-03-2011 à 21:53:30  profilanswer
 

Bonsoir je suis vraiment dsl de ne pas vous avoir tenu au courant, je men excuse en ce moment je suis trés pris par mes étude dune part ( bac pro) et par mon permis moto, m je vous promet de trouvé du temp libre pour vous aidé

n°3681
BGRD
Posté le 23-07-2012 à 18:33:04  profilanswer
 

Bonjour
 
Si quelqu'un du coin (ou possédant une liste des tombes) pouvait me dire si dans ce cimetière est enterré le capitaine Constant CLOUET du 5e RIC, tombé début septembre 1914, ça me rendrait bien service.
 
Merci
 
Cordialement
Bertrand


---------------
Bertrand
Collectionneur, spécialisé sur la Vendée dans la Grande Guerre.
n°3683
GdeJ
Posté le 23-07-2012 à 20:23:45  profilanswer
 

Bonsoir,
Est ce que le document paru dans le Bulletin de la Société Philomatique Vosgienne  
1964 : Eugène IMBS, « Journal de Marche d’un Capitaine du 57ème B.C.P. dans les Vosges » (pages 114 à 126)  
est accessible sur la toile ?
Merci de me dire comment se le procurer.
Un de mes GO était sous les ordres de ce Cne à ce moment là.
Amitiés.
Guillaume
 


---------------
Guillaume
n°3686
Cote_108
Posté le 24-07-2012 à 15:15:40  profilanswer
 

Bonjour
 
Je ne sais pas si le document est disponible sur le net mais pour contacter la SPV, voici l'url de leur site:
www.philomatique-vosgienne.org/
 
Cordialement
Laurent

n°3688
Eric Mansu​y
Posté le 24-07-2012 à 19:45:48  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Le capitaine Clouet figure dans une liste établie par l’abbé Collé, de Ménil, dans une rubrique de son ouvrage, "Atrey [sic], à 16 kilomètres du col de la Chipotte, 10 km. de Rambervillers (trois fosses communes – soldats confondus dans le plus grand désordre)" : "CLOUET Louis [sic], sous-lieutenant [sic], 5e RIC".
 
Comme nous l’apprend le contenu du JMO de l’Ambulance 2/44, au sein de laquelle le capitaine Clouet est décédé, les conditions de travail le 3 septembre 1914 y étaient dantesques : "Vers 4 h, le travail des pansements est fini et nous pouvons prendre 3 h de repos. A 7 h, tout le monde debout. Les blessés arrivent dès le matin nombreux. Vers 17 h, la maison est remplie de blessés. Plus une place ni dans les salles, ni à la chapelle. Nous les installons comme nous pouvons sur des brancards dans les couloirs et même dans la cour de l’établissement. Impossible d’évacuer, les trains ne viennent plus. Reçus et identifiés : 489 blessés."
 
Parmi les entrants du 3 septembre figuraient un lieutenant du 5e RIC, et un capitaine du 6e RIC, et parmi les décédés de ce même jour, un lieutenant du 6e RIC. De toute évidence, une erreur d’état civil concernant Clouet a été commise dans la cohue de cette journée.
 
Puisque cet officier, jusqu’à preuve du contraire, ne semble pas se trouver à Rambervillers ou à la Chipotte, son corps a dû être restitué à sa famille lors de la constitution des nécropoles voisines.
 
Bien cordialement,
Eric Mansuy


---------------
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.
n°3689
BGRD
Posté le 24-07-2012 à 20:33:48  profilanswer
 

Merci Eric de cette réponse très précise.
 
le capitaine Clouet était le modeste fils du boulanger de mon village, en Vendée (St Martin de Brem à l'époque, Brem sur Mer aujourd'hui). Très doué, grâce à une bourse (la famille étant assez démunie) il avait pu passer le baccalauréat et accéder à St Cyr. Officier de la coloniale, il a eu un parcours exceptionnel en AOF avant de venir commander une compagnie du 5e RIC sur le front à l'été 1914.
J'ai fait un article plus complet sur cet officier dans le bulletin muncipal de la commune d'origine, je vous le retranscrirai dès que je l'aurai entre les mains.
En revanche, il sera difficile de retrouver sa tombe, le cimetière municipal ayant été déplacé dans les années 80.
 
cordialement
Bertrand
 


---------------
Bertrand
Collectionneur, spécialisé sur la Vendée dans la Grande Guerre.
n°3690
Eric Mansu​y
Posté le 25-07-2012 à 13:51:15  profilanswer
 

Bonjour,
 
L’abbé Collé ne s’était pas trompé, et en revanche il y a bien eu une erreur de la part de l’Ambulance 2/44 lors de l’enregistrement du décès du capitaine Clouet :
 
http://images.imagehotel.net/kaal1eim1t.jpg
 
La mairie d’Autrey, en mai 1915, précisait en outre que "tous les militaires ont été inhumés dans le cimetière par les diverses ambulances en fosse commune sans cercueil et plusieurs sans vêtements. L’ambulance 2/44 a déposé une liste de 34 décédés."
 
Bien cordialement,
Eric Mansuy


---------------
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.
n°3691
BGRD
Posté le 27-07-2012 à 07:30:09  profilanswer
 

Bonjour Eric....et les autres !
 
Merci de ce complément d'informations.  
Je viens d'apprendre que , suite au petit article que j'ai fait sur le capitaine Clouet paru il y a qq semaines, deux de ses descendants ont été identifiés (des petits neveux) dont l'une d'elle n'est autre que mon ancienne institutrice ! Je vais donc tâcher de la contacter, pour savoir s'il subsiste dans la famille des documents issus de cet officier hors-norme.
 
Cordialement
 
Bertrand


---------------
Bertrand
Collectionneur, spécialisé sur la Vendée dans la Grande Guerre.
n°5395
Yv'
Posté le 09-01-2017 à 12:07:58  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Un des ouvrages signalés par Eric ci-dessus a été mis en ligne sur Gallica. Il s'agit de Journal de marche d'un bourgeois de Paris, 1914-1919, de Léon Riotor.
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9311907
Table des matières : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/b [...] /f357.item
 
Cordialement,
Yves

n°5396
garance.
Posté le 11-01-2017 à 09:00:13  profilanswer
 

Bonjour
la notice du capitaine Clouet dans le Mémorial de St Cyr
hélas, sans photo
http://saint-cyr-memorial.alumnfor [...] 28_PLE.jpg
 
cdt  Garance


Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Pages vécues : récits & témoignages

  Col de la Chipotte (août 1914)