FORUM pages 14-18
  Sites et vestiges de la Grande Guerre

  Abri bétonné en Champagne ?

 

24 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Abri bétonné en Champagne ?

n°25185
humanbonb
Posté le 13-03-2015 à 21:27:58  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
J'ai récupéré dernièrement cette carte photo allemande dont je cherche à retrouver les vestiges de cet abri bétonné.
J'en appelle donc aux membres de Champagne, peut être ont ils déjà croisé les restes de cette infirmerie allemande.
 
http://i61.tinypic.com/10fxohc.jpg
 
http://i57.tinypic.com/21ab7dv.jpg
 
 
Grâce au membre Uschen, j'ai pu obtenir une traduction du texte annoté au dos que voici:
 
"Hauptverbandplatz für unsere Division 2 km hinter der Front.  
Ambulance ou infirmerie principale pour notre Division à 2 km derrière le front.
Würde Ende September durch 30,5cm Geschoss niedergeschossen. 100 Schwerverwundeten unter den Trümmern begraben.  
Touché fin septembre par un obus de 30,5cm, 100 blessés graves sont ensevelis sous les décombres."

 
 
Avec l'aide du membre Vulcontexte, nous avons pu localiser plus ou moins cet abri du Reserve Sanität Kompagnie Nr. 17 de la Reserve Division Nr. 21 qui se situerait en arrière du front de Champagne, aux alentours de Ville-sur-Tourbe.  
 
 
Merci par avance aux membres qui pourront m'apporter leur aide et pourquoi pas, avec un peu de chance, retrouvé les traces de cet abri.
Bien cordialement.


Message édité par humanbonb le 15-03-2015 à 10:53:56
n°25196
humanbonb
Posté le 15-03-2015 à 10:54:14  profilanswer
 

Bonjour,
Personne ? Cet abri aurait il été rayé de la carte ?

n°25198
SMLE
Toujours plus
Posté le 15-03-2015 à 12:10:52  profilanswer
 

Bonjour
 
Je ne connais pas ce secteur mais il y a bien quelqu'un qui répondra je pense.
Un vestige de la sorte laisse des traces.
Cordialement
FVB


---------------
1892
n°25203
humanbonb
Posté le 16-03-2015 à 21:50:45  profilanswer
 

Bonsoir,
Je relance ma demande, ne soyez pas timide.

n°25205
Chapelle d​e Falaise
Denkmal RJR 236-IR 78-IR 111
Posté le 16-03-2015 à 22:42:01  profilanswer
 

Bonsoir Humanbonb,
 
Comme ta demande n'inspire apparemment pas les foules, je me lance.
Ton abri "bétonné" était bien en Champagne, coté allemand bien sûr et tout près de Ville-sur-Tourbe.
Il se situait à Cernay-en-Dormois. Donc bien à 2 km du front.  
 
La preuve avec une petite photographie. :ange:  
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/8946/HauptverbandplatzCernay01.jpg
 
La construction de cet abri a commencé dans les premières semaines de 1915 et a été utilisé pour la première fois, avant d’être totalement terminé, le 15 mai 1915. Son ouverture "officielle" est datée du 14 juin 1915.  
Puis il subit des bombardements français les 23 et 25 septembre 1915, lors de la seconde bataille de Champagne, ce qui provoque son évacuation définitive le 26 septembre 1915 au soir.
Son bombardement par un obus français de gros calibre (30,5 cm?) intervient juste après son évacuation et provoque sa destruction.    
 
A ma connaissance, cet abri qui devait se situer dans le village de Cernay en bordure de route n'existe plus.
Donc peu de chance de retrouver autre chose que quelques rares photographies d'époques dormants encore peut-être dans quelques greniers allemands !
 
J'espère avoir répondu à ta question. :hello:  
 
Très cordialement.
 
David


---------------
« Les hommes disent que le temps passe, le temps dit que les hommes passent… »
 
n°25209
ALVF
Posté le 17-03-2015 à 08:56:08  profilanswer
 

Bonjour,
 
Merci pour cette identification magistrale!
Un petit complément "technique": cet abri ne peut pas avoir été écrasé par un obus de 305 en septembre 1915. En effet, il n'existe à cette date qu'un seul canon de 305 de l'A.L.V.F en service sur le front de Champagne. Il est en batterie dans le parc du château de la Malle près de Reims et ses objectifs sont les gares de l'arrière front. Par contre, il existe plusieurs batteries de mortiers de 270 de côte en batterie face à Cernay-en-Dormois, c'est certainement de ce côté là qu'il faut rechercher la pièce dont un obus a provoqué ce massacre.
Cordialement,
Guy François.

n°25211
humanbonb
Posté le 17-03-2015 à 10:22:13  profilanswer
 

Bonjour et merci à vous deux pour l'identification et ce petit complément.
 
Dommage qu'il n'en subsiste plus aucune trace, cela aurait pu être intéressant de faire un petit "avant/après".

n°25212
alaindu512​010
Posté le 17-03-2015 à 13:15:28  profilanswer
 

Bonjour à tous  
A cette date de septembre,  les affuts de Virginy,  face à Cernay , pourraient être la cause de la destruction de cet hôpital .
http://argonnaute.u-paris10.fr/sea [...] 528cbb4623
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6576/virginy370.jpg
  Question a ALVF  / ce calibre 370   sur ce cliché  et  proche du 305 annoncé  ? est t'il bien légendé ?
cordialement
alain


---------------
alaindu 512010
n°25213
ALVF
Posté le 17-03-2015 à 16:24:25  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Ce cliché est assez bien légendé, il s'agit d'un mortier de 370 Filloux photographié à Virginy en septembre 1915 mais il n'a rien à voir avec l'artillerie de marine car ces gros mortiers sont servis par des artilleurs "de terre" appartenant à l'Artillerie à Pied.  
Je n'ai pas retenu a priori ces mortiers de 370 car ils manquent de munitions en septembre 1915 et ne recevront qu'en octobre le plein de leurs monstrueux obus.
Rien n'interdit de penser toutefois qu'un obus de 370 ait pu écraser cet abri mais la majorité des tirs de gros mortiers les 24 et 25 septembre 1915 concerne les mortiers de côte de 270 modèle 1889 dont les obus à grande capacité d'explosif ont une efficacité redoutable et comparable à celle d'un 30,5 cm allemand (poids d'explosif même supérieur pour le 270 français par rapport au 30,5 cm allemand).
Cordialement,
Guy François.


Message édité par ALVF le 17-03-2015 à 16:25:22
n°25215
alaindu512​010
Posté le 17-03-2015 à 19:09:22  profilanswer
 

Bonsoir
Merci pour ces  précisions  claires et nettes  
cordialement
alain


---------------
alaindu 512010
n°25222
Chapelle d​e Falaise
Denkmal RJR 236-IR 78-IR 111
Posté le 19-03-2015 à 10:44:05  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Voici un petit complément d'information tiré de l'historique de la 21 Reserve Division allemande d'où est tiré la photographie précédente que j'ai posté.
 
Voici le récit (traduit) du médecin d'état-major Bräunig.
 
" Désormais, le travail de destruction de Cernay a fait une progression rapide. Au cours de la semaine de Pâques de l'année 1915, l'église a été détruite, et bientôt plus aucune maison, qui aurait pu servir de poste de secours principal, n'était intacte.  
La compagnie sanitaire se lance donc dans la construction d'un poste de secours principal, qui dans des galeries et des abris sûrs pourraient offrir des salles pour la profession médicale et l'hébergement des blessés en cas de plus grandes opérations militaires.  
      Pour la première fois ce nouveau poste de secours rempli sa tâche le 15 mai 1915, lors de l'assaut de la "cage à oiseau" (Vogelkäfig) en face de Ville-sur-Tourbe .
        L'installation entière n'était pas aussi parfaite qu'elle devrait l'être selon les plans; mais les trois grandes galeries sous la route, qui offraient un logement sûr aux soldats blessés étaient terminées et les salles d'opérations un peu près terminées, au moins dans le gros oeuvre, afin qu'elles puissent être aménagées provisoirement pour la profession médicale jusqu'à l'arrivée des premiers blessés.  
 
       Mais cela nécessitât encore plusieurs semaines de travail jusqu'à ce que le nouveau poste de secours puisse atteindre son objectif; permettre les mêmes soins accordés aux blessés graves que dans un hôpital jusqu'à ce qu'ils puissent être transportés sans danger. Puis il devint un oasis au milieu du désert de Cernay de plus en plus transformé en un tas de ruines où les blessés de notre division trouvaient des soins médicaux à l'été et à l'automne de 1915. Plusieurs centaines ont été traités et soignés ici de leurs souffrances pendant les quelques premiers jours, voire plusieurs semaines jusqu'à pouvoir être transportables.
 
          Le nouveau poste de secours principal a été ouvert le 14 juin 1915 et est maintenant en activité permanente. Mais il ne devait pas être accordé une existence de longue durée à cette installation. Le 22 septembre, le pilonnage, par qui la grande offensive d'automne française de l'année 1915 a été ouverte, commençait. Cernay et la grande route étaient constamment sous le barrage de tous les calibres jusqu'aux tirs de pièces d'artillerie les plus lourdes.
Le poste de secours principal n'a pas non plus été épargné. Les abris n'étaient pas conçu pour résister à l'impact des obus de gros calibres qui étaient auparavant inconnus dans notre secteur. Le 23 septembre, la salle d'opération a reçu un coup, et miraculeusement quatre personnes qui s'y trouvaient, parmi lesquels deux médecins et un officier de la compagnie, n'ont pas été blessés; le 25 septembre la cuisine du poste de secours principal a été détruite et un brancardier tué par un obus; les entrées de deux abris supplémentaires ont été endommagés .
   À ce moment critique, tôt dans la matinée du 26 septembre, juste quand le tir des 28 cm a repris, est apparu le médecin d'état-major au poste de secours principal, avec qui il avait perdu la connexion téléphonique, parce que toutes les lignes avaient été coupées. Il se rend compte que la position est intenable. C'est ainsi que l'évacuation du poste de secours principal a été ordonné par la division. Le 26 septembre 1915, à midi, cet ordre arrive à Cernay.
 
En 24 heures, 600 blessés sont passés par le poste de secours principal, ont été évacués et jusqu'à 50 blessés graves ont été emmené. Pour transporter ces derniers et déplacer le poste de secours principal, nos incomparables braves et fidèles brancardiers sont encore restés pour accomplir cette tâche.
 
       Mais jusqu'au soir de ce jour elle a été surmontée sans pertes en dépit des furieux bombardements. Il était grand temps. Peu de temps après l'évacuation un obus de gros calibre français pulvérisait la galerie principale.
 
Le nouveau poste de secours principal a été construit au camp Schwerinburg, au nord de Cernay, mais une halte pour voiture a été créé, de sorte que de là à Cernay le point le plus dangereux de l'ensemble du trajet de transport puisse être évité sans y séjourner."

 
Voilà, je pense que ce récit apporte quelques éclaircissements quant à l'historique de ce poste de secours et au calibre de l'obus qui l'a détruit. Du 28 cm, ce qui se rapproche plus du calibre évoqué brillamment par Monsieur Guy François.
 
Une question se pose malgré tout. On ne parle pas dans cet historique des 100 blessés graves restés ensevelis sous les décombres. Où est la vérité ?
 
Et pour terminer une autre photographie toujours tirée de l'historique de la 21 Reserve Division allemande.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/8946/HauptverbandplatzCernay02.jpg
 
On y voit quelques dégâts occasionnés à la maçonnerie du poste de secours qui ne semble pas être en béton, mais je pense construit en pierres de tailles "empruntées" aux ruines de l'église de Cernay.
 
Je joins cette photographie datant de 1915 du tas de pierres entassées le long de l'église détruite, et qui ont peut-être été utilisées pour la construction de la façade du poste de secours ?
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/8946/CernayKirche1915.jpg
 
Très cordialement. :hello:  
 
David.


Message édité par Chapelle de Falaise le 20-03-2015 à 21:54:22

---------------
« Les hommes disent que le temps passe, le temps dit que les hommes passent… »
 
n°25223
humanbonb
Posté le 19-03-2015 à 13:12:42  profilanswer
 

Bonjour et merci pour cette suite donnée à ce post qui devient de plus en plus intéressant !!! Un régal à lire.
 
Cdlt JuLien.

n°29469
humanbonb
Posté le 31-07-2017 à 17:01:04  profilanswer
 

Bonjour,
Je fais remonter cet ancien poste ayant enfin pris le temps de faire un scan de cette intéressante photographie.
 
La voici :
 
https://i11.servimg.com/u/f11/17/17/16/00/verban10.jpg
 
 
Bonne journée.
Bien cordialement.

n°29470
David1980
Posté le 31-07-2017 à 17:14:40  profilanswer
 

Bonjour Humanbonb,
 
Je permets de prends ta photo et de la transmettre à un ami via facebook, il connait assez bien le front de Champagne.
Cordialement
David1980


---------------
WWW.TRANCHEE-VERDUN.COM
WWW.FTL57.COM
n°29471
David1980
Posté le 31-07-2017 à 17:24:38  profilanswer
 

Re,
 
Je viens d'avoir une réponse, Hopital principale allemand à Cernay en Dormois. Un 400 (ou 405) français est tombé dessus.
Cordialement
David1980


---------------
WWW.TRANCHEE-VERDUN.COM
WWW.FTL57.COM

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Sites et vestiges de la Grande Guerre

  Abri bétonné en Champagne ?