FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: aviation 

  MSAC avant la guerre de 1914

 

gizmo02 Pages 14-18 : Les arts et la guerre : Inouk44, 2 utilisateurs anonymes et 28 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

MSAC avant la guerre de 1914

n°12518
Lucien Mor​areau
Posté le 28-10-2011 à 13:13:19  profilanswer
 

Bonjour,
 
Je suis en train de mettre de l'ordre dans la liste des pilotes militaires (il était temps...) et j'ai un nombre assez important de ces hommes, morts en accidents aériens AVANT le début de la Grande Guerre. Je n'ai par contre aucune indication sur les dates, lieux et circonstances de ces accidents.
 
Certains d'entre-vous ont peut-être quelques infos à ce sujet et je les en remercie par avance.
 
Voici la liste des noms que j'ai pu reconstituer :
 
 
ADAM-GIRONNE Jean, Marie, Louis Lieutenant Train des Équipages
AMANS Charles, Marius Caporal Aviation
AUTROCHE (de LOYNES d') Guy Soldat Aviation
BERTIN Eugène Soldat Aviation
BILLARD Paul, Pierre Maréchal des logis Artillerie
BLOT Louis, René Maître pointeur Artillerie
BOISHÉBERT (DES CHAMPS de) Guy, Jean-Paul, Sébastien Soldat Infanterie
BONCOUR  Henri, Marie, Antoine Lieutenant Infanterie
BRESSON René, Léon Lieutenant Infanterie coloniale
BRIAULT Fernand, Louis Lieutenant Artillerie
CAMINE Victor, Alexandre Capitaine Génie
CANAL Joseph Maréchal des logis Artillerie
CAZÈS Jean, Léon, Dominique Lieutenant Cavalerie
CHAUDEUR Albert Soldat Infanterie
CHEVEAU René, Gustave Soldat Aviation
CLAVENAD Pierre Lieutenant Infanterie
DARBOS Jean Sergent Infanterie
DUCOURNEAU Jean-Marie, Robert Lieutenant Infanterie
ECHEMAN  Paul, Maurice Capitaine Artillerie
FÉTU Adrien, Gaston Soldat Aviation
FOUGEROUX Gaston Capitaine Infanterie
FOULQUIER Léon, Maurice Sapeur Aérostation
GENSAC-COLOMEZ (de) André Lieutenant Cavalerie
GRAILLY (de) Jacques Lieutenant Cavalerie
GRASSET Aimé Sergent Infanterie
GUILLAUX Ernest, Maurice Soldat Infanterie
HERVÉ Isidore Capitaine Artillerie
HOUSSEMAND Charles, Lucien Maréchal des logis Artillerie
HURTARD Alfred Maréchal des logis Cavalerie
JACQUIN Albert, Marie, Hippolyte Capitaine Infanterie
JOLY Gabriel Lieutenant Infanterie
KREYDER Jean, Ferdinand Lieutenant Artillerie
LAVERLOCHÈRE Jean-Pierre Soldat Aviation
LESORT Henri, Esprit Caporal Aviation
LETORT Léon Sapeur Aérostation
MANEYROL Alexis Soldat Aviation
MELZASSARD Lucien Soldat Artillerie
MIRAT Emile Soldat Aviation
MONTMAIN Jean Soldat Aviation
MOUILLÈRES Paul Sergent Génie
NIEUPORT Charles Sapeur Génie
PERREYON Edmond Soldat Aviation
PIERRON Louis Lieutenant Artillerie
PLANTIER  Louis Soldat Aviation
POIRÉE Alphonse, Flavien Sous-Lieutenant Infanterie
POITEVIN  Raoul Soldat Infanterie
PRINCETEAU Pierre Lieutenant Cavalerie
REY Paul, Louis Lieutenant Infanterie
ROBINET Jean Soldat Aviation
ROECKEL René, Hubert Lieutenant Infanterie
ROSE Jean, Louis Sergent Infanterie
SIMON André Soldat Aviation
SOULEILLAN Auguste, Louis Lieutenant Cavalerie
SQUIROLI  Albert Adjudant Infanterie
STRIBICK Emile Soldat Infanterie
STYLE Maurice Caporal Aviation
TESTULAT Pierre, Léon Sergent Infanterie
THOMAS Georges, Albert Lieutenant Infanterie coloniale
TIXIER Henri, Edmond Soldat Aviation
VALLIER Edmond, Paul Soldat Aviation
VÉDRINES Emile Civil  
VÉDRINES Jules, Charles, Toussaint Adjudant Aviation
VERDON Eugène, Pierre, Lieutenant Infanterie coloniale
VILLE d'AVRAY (THIERRY de)  Louis, Emile Lieutenant Infanterie
 
 
   

n°12519
TLR
Posté le 28-10-2011 à 15:46:20  profilanswer
 

Bonjour Lucien,
 
Cette liste contient des hommes qui ne sont pas morts avant la guerre de 1914
Roeckel est le 16/8/17 (mort hopital Dunkerque, suite accident dû à la météo).  
Maneyrol était réserviste, breveté en 1915. Il est mort en planeur en le 13/10/1923.
Letort était réserviste. Il est mort sur un avion civil le 10/12/1913, lors d'un vol Paris-Bordeaux.
Poirée a survécu à la guerre. Il est mort après guerre aussi.

n°12520
TLR
Posté le 28-10-2011 à 15:51:35  profilanswer
 

Voici ce qu'on trouve dans "Flight" du 6/12/13 au sujet de la mort de Briault.
 
"• Most mysterious and gruesome was the fate of LieuL Briault
and his mechanic, Sapper Rouillard, who were the two men killed
in the ill-fated biplane which was burnt between Bethon and
Chantemerle in the Champagne district, on the 26th ult. They had
started from -St. Cyr for a flight to Mailly camp, and it is assumed
that the machine capsized through touching the tops of some trees
when making a descent. The accident, however, was not witnessed
by anyone, and it occurred at a spot four kiloms. from any
habitation, but the sound of the fall and the explosion were heard
by a man shooting in the Traconnes wood, and he gave the alarm.
It was noticed when the machine passed over Bethon that the pilot
appeared to be searching for landing ground. The bodies of both
pilot and passenger were considerably burned."

n°12521
dtb
Posté le 28-10-2011 à 16:18:21  profilanswer
 

Bonjour Lucien,
 
Je dirais même plus : Adrien Fêtu, vétéran de la campagne d'Orient, est mort après la guerre...  
 
http://memoires52.blogspot.com/201 [...] nnier.html
 
Et je vois aussi Jules Védrines dans votre liste !
 
Cordialement,
DTB

n°12522
dtb
Posté le 28-10-2011 à 16:25:23  profilanswer
 

Ah, j'ai parlé trop vite. Votre Fétu s'appelle Adrien Gaston. Le mien s'appelle Adrien Constant. Un homonyme...
 
Pour les patronymes les moins courants, vous pouvez faire une recherche sur Gallica dans la presse de l'époque, pour un journal comme "Le petit parisien". Les accidents aériens étaient à cette époque mentionnés dans les journaux donnaient lieu à un article.  
 
Sélectionnez les années 1910, 1911, 1912, 1913 et 1914 sur le moteur de recherche. Si ledit aviateur ne s'appelle pas Martin ou Dupont, vous devriez trouver quelques trucs.
 
Cordialement,
DTB

n°12524
bruno10
Posté le 28-10-2011 à 17:21:16  profilanswer
 

Bonsoir
 
Faute d'avoir des renseignements sur les circonstances des accidents
,vous devriez trouver ici leur No de brevet et la date exacte de leur accident quand elle est disponible
 
http://aerophile.over-blog.com/art [...] 41872.html
 
Cordialement
Bruno

n°12527
amboise37
Posté le 28-10-2011 à 18:54:40  profilanswer
 

Bonsoir Lucien, bonsoir à tous,
Lieutenant Jean Adam-Gironne, victime d'un accident d'avion au lieu dit La Casquette, au nord de Dijon, avec son mécanicien, le 5 juin 1914. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k644013r.langFR
Selon l'annuaire des VT 1956, Eugène Bertin serait mort le 28 juin 1914 en Italie, dans un accident.
Paul Billard est décédé le 15 janvier 1916 à Paris. C'était un spécialiste des missions spéciales. Je crois qu'il est mort à la suite d'un coup de vent (porte de hangar ou aile d'avion ?)
http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] 2098919514
Le brigadier Louis Blot, du centre de Dijon, et le sapeur René Cheveau ont été victimes d'un accident le 13 juin 1914, près de Toul.
Le lieutenant Henri Boncour a été victime d'un accident d'avion, le 13 avril 1912, près de Bar-le-Duc.
Le lieutenant René Bresson, du 7e RIC, du centre de Reims, est victime d'un accident le 28 mars 1913.
Le capitaine Pierre Clavenad est mort dans un accident de Zodiac (le ballon, pas le bateau), le 17 avril 1913, à Noisy-le-Grand. Je crois qu'il avait été viré de l'aéronautique après des déclarations dans un journal, jugées déplacées sur l'aviation militaire au Maroc.
Le lieutenant Ducourneau Jean-Marie est mort dans un accident de Blériot XI le 23 février 1912.
Jacques de Grailly est décédé dans un accident d'avion (REP, merci Blake), le 2 septembre 1911, à Rilly-la-Nonneuse (Aube). Il est né le 27 septembre 1884 à Poitiers. Il appartenait à un régiment de cuirassiers de Tours (5e ou 8e ?).
Un lien :
http://www.aerosteles.net/fiche.ph [...] -degrailly
Né en 1883 à Montoire-sur-Loir, Maurice Ernest Guillaux est décédé le 22 mai 1917 en essayant un Morane-Saulnier. Sa tombe :
http://www.landrucimetieres.fr/spi [...] rticle1531
Charles Joly, le 24 (ou le 23 selon les VT), victime d'un accident d'avion à Juvisy.
Le lieutenant d'artillerie Jean Kreyder, victime d'un accident à Avord où il était détaché, le 30 mai 1913
Jean Pierre Laverlochère est décédé le 4 octobre 1913 à Perthes (52) dans un accident d'avion. Il appartenait à une escadrille Deperdussin à Reims (D 6 je crois).
http://www.aerosteles.net/fiche.ph [...] verlochere
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/4282/Laverlochere1.jpg
Léon Letort, en se posant à Barbézieux, le 10 décembre 1913 (long article dans Ouest Éclair sur BNF Gallica car il était breton). http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k643836s
Alexis Maneyrol, le 13 octobre 1923, à Lympne (G.-B.). http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k647427p
Caporal Émile Mirat, le 3 juillet 1914, à Reims. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6440411/f3
Charles Nieuport est décédé le 24 janvier 1913 à Méreville.
Edmond Perreyon (Blériot), le 25 novembre 1913 à Buc. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k643821j
Alphonse Poirée est décédé le 14 novembre 1922 dans un accident d'avion.
Raoul Poittevin : on avait échangé sur lui sur ce forum : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] 1223_1.htm
Sa fiche au SGA parmi les aviateurs : http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] 3102579760
Le lieutenant Pierre Princeteau lors de la première étape du Circuit européen, le 18 juin 1911. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k642930j.langFR
Pierre Testulat, même jour (1er avril 1914) et même lieu (Reims) qu’Émile Védrines. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6439486
René Roeckel est décédé le 16 août 1917 à Dunkerque, dans un accident d'avion. Sa fiche :
http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] 7581454423
Le lieutenant Georges Thomas, le 24 septembre 1912, à Bar-le-Duc. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k643394j
Jules Védrines est décédé dans un accident à Saint-Rambert-d'Albon le 21 avril 1919.
Son frère, Émile, est mort dans un accident d'avion (un Ponnier), le 1er avril 1914. http://www.aerosteles.net/fiche.ph [...] V%E9drines
Le commandant Eugène Verdon, le 19 janvier 1923, près de Rabat, au Maroc. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k647160g.langFR
Didier


Message édité par amboise37 le 29-10-2011 à 12:30:08

---------------
www.aeroplanedetouraine.fr
 
n°12528
gerault
Posté le 28-10-2011 à 19:11:39  profilanswer
 

Bonsoir
 
Le 2 septembre 1911, le capitaine Victor Camine, un aviateur qui appartient au 5e régiment du génie participe à un concours organisée par l’armée et dont l’épreuve consiste à parcourir trois cents kilomètres sans escale à une vitesse moyenne de 60 km/h. Alors que l’officier se dirige vers sa base à Arras, son aéronef sans doute victime d’une avarie s’écrase sur le territoire de la commune de Vanvillé près de Nangis (Seine-et-Marne).  Le pilote est tué sur le coup. Pour que l’on oublie pas ces aviateurs qui prennent des risques pour démontrer qu’une armée moderne doit nécessairement se doter d’une aviation, ses camarades décident l’érection d’un monument à sa mémoire sur les lieux du crash. Il est inauguré le 22 septembre 1912.
 
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6921510t
 
Jean Cazès est né en 1879  
Lieutenant de dragons, Pilote aviateur à l’escadrille de Casablanca. Perdu en mer en service commandé le 22 septembre 1913 au large de Mogador, il a été retrouvé sur une plage ; inhumé au Maroc puis ramené en France dans le caveau familial à Auch.
 
 
Paul Maurice Echeman a été successivement officier au 25ème RA de Vannes (1889) - officier instructeur de l'école de cavalerie de Saumur (1903) en garnison à Lunéville (1905) - à Tarbes (1909) - au 25ème bataillon d'aérostiers de Versailles - Chef de garnison du terrain d'aviation d'Avrillé - s'est tué dans un accident d'avion au camp de Mailly, le 14 mai 1912. Il repose au cimetière de Montreuil
 
Charles Houssemand compagnon de Guynemer et de Védrines à la 3 est né le 28 Janvier 1887 à St Dié dans les Vosges. Sous-Lieutenant, il se tuera le 9 février 1918 au camp d'Avord.... comme moniteur ???
 
Gérault


Message édité par gerault le 28-10-2011 à 19:52:23
n°12533
Blake
Posté le 28-10-2011 à 21:17:45  profilanswer
 

Bonjour,
Voici quelques uns:
- AUTROCHE (de LOYNES d') Guy Soldat Aviation, Caporal, 20 octobre 1913 sur MF.  
- CAMINE Victor, Alexandre Capitaine Génie, 2 sept 1911 sur REP, en service.  
- CANAL Joseph Maréchal des logis Artillerie, 28 octobre 1913 sur N
- CAZÈS Jean, Léon, Dominique Lieutenant Cavalerie, 22 sept 1913, à Mogador, en service.  
- DUCOURNEAU Jean-Marie, Robert Lieutenant Infanterie, 23 fév 1912 sur N à Pau.  
- GRAILLY (de) Jacques Lieutenant Cavalerie, 2 septembre 1911 sur REP, en service.  
- HURTARD Alfred Maréchal des logis Cavalerie, 4 oct 1913 en service sur N.  
- LAVERLOCHÈRE Jean-Pierre Soldat Aviation, 4 oct 1913 sur Dep.  
- MANEYROL Alexis Soldat Aviation, 13 oct 1923, civil.
- NIEUPORT Charles Sapeur Génie, 24 janv 1913 civil sur N.
- THOMAS Georges, Albert Lieutenant Infanterie coloniale, 24 sept 1912, à Bar-le-Duc.  
Amicalement

n°12536
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 29-10-2011 à 01:50:30  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
   Non répertorié ci-dessus : le lieutenant Georges Henri Joseph Victor SENSEVER, né le 15 février 1885 à Larreule (Hautes-Pyrénées) et mort accidentellement le 25 août 1913 sur l'aérodrome de Villacoublay. Fils de Julien et de GILLIS Nathalie.
 
   Polytechnicien (X - 1906) ; V. ici  —>  http://bibli.polytechnique.fr/F/9B [...] format=999
 
 
   Le Temps, n° 19.046, Mercredi 27 août 1913, p. 6, en rubrique « Sports ~ Aéronautique ».
 
 
                                                  http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/SENSEVER%20-%201..jpg
                                                  http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/SENSEVER%20-%202..jpg
 
 
   Le Temps, n° 19.296, Mardi 5 mai 1914, p. 5, en rubrique « Automobile ~ Aéronautique ~ Sports ».
 
 
                                                  http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/SENSEVER%20-%201914..jpg
   ________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.

n°12537
Lucien Mor​areau
Posté le 29-10-2011 à 05:54:48  profilanswer
 

Ouille ! n'en jetez plus, laissez-moi le temps de trier tout ça...  
Un point cependant que j'aurais du préciser dans mon message initial : La liste soumise, composée de bric et de broc, ne pouvait pas ne pas mentionner des noms de pilotes morts APRES la GG mais, sans autres infos, il ne m'était pas possible de les identifier. Les registres de l'ACF qui on servi à l'établissement du "Mémorial" publié il y a qq années par l'ARDHAN, ne portent que la mention "mort" en regard des noms. Grâce à MDH, j'ai pu repérer ceux qui étaient morts pendant la GG mais pas les autres.
 
En tout cas, merci à tous pour cette avalanche d'infos.  

n°12539
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 29-10-2011 à 11:49:23  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
                                                                                                 Charles Marius AMANS
 
 
   — Charles Marius AMANS, né le 26 septembre 1891 à Castelnau-le-Lez (Hérault), classe 1912, n° 1.027 au recrutement de Montpellier. Appelé le 1er septembre 1913 au 2e Groupe d’aviation en qualité d’élève-pilote. Promu adjudant en Mars 1916.
 
   V. ici —>  http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] =399566890
 
 
   Le Temps, n° 18.978, Jeudi 19 juin 1913, p. 4, en rubrique « Sport – Aéronautique ».
 
 
                                                               http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/AMANS%20-%20Accident%20-%201913..jpg
 
 
   Le Temps, n° 20.270, Jeudi 4 janvier 1917, p. 2, en rubrique « Affaires militaires – Armée ».
 
                                                                 « CITATIONS. — Sont cités à l’ordre du jour : [...]
 
                                                                http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/AMANS%20-%20Citation..jpg
 
 
  Le Temps, n° 22.871, Samedi 22 mars 1924, p. 6, en rubrique « Légion d’honneur ».
 
   Nommé chevalier de la Légion d’honneur. Alors président de l’Aéro-club de l’Hérault.
   ________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.

n°12548
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 29-10-2011 à 15:41:50  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
 
   — ... GARNIER, né le ...  à ... (...), mort accidentellement le 20 octobre 1913 à Prez-sous-Lafauche (Haute-Marne). Lieutenant aviateur au Centre d’aviation militaire d’Épinal (Vosges). Inhumé au cimetière du Père-Lachaise (Paris, XXe Arr.).
 
   — Guy de LOYNES d’AUTROCHE, né le ...  à ... (...), mort accidentellement le 20 octobre 1913 au Centre d’aviation militaire d’Épinal (Vosges). Caporal aviateur audit centre.  Inhumé au cimetière de Passy (Paris, XVIe Arr.).
 
 
   Le Temps, n° 19.102, Mercredi 22 octobre 1913, p. 5 et 6, en rubrique « Sport – Aéronautique ».
                                                     
 
                    http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/dAUTROCHE%20-%2001-1..jpg        http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/dAUTROCHE%20-%2001-2..jpg
 
 
   Le Temps, n° 19.107, Lundi 27 octobre 1913, p. 4.  
 
 
                                                                                   http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/dAUTROCHE%20-%2002-1..jpg
 
 
   Le Gaulois, n° 13.161, Dimanche 26 octobre 1913, p. 2, en rubrique « Mondanités – Nécrologie ».
 
 
                                                                           http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/dAUTROCHE%20-%201..jpg
 
 
   Le Gaulois, n° 13.182, Dimanche 16 novembre 1913, p. 2, en rubrique « Nos informations».
 
 
 
                                                                http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/dAUTROCHE%20-%202..jpg
   ________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.

n°12553
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 29-10-2011 à 19:36:47  profilanswer
 


   Bonsoir à tous,
 
 
   Guy Jean-Paul Sébastien des CHAMPS de BOISHÉBERT —  Mort accidentellement le 23 octobre 1920 à Longvic-lès-Dijon (Côte-d’Or). Inhumé à Dijon, au cimetière des Péjoces.
 
   Le Petit Parisien, n° 15.945, Lundi 25 octobre 1920, p. 3, en rubrique « Dernière heure ».
 
                                                           
                                                                        http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/BOISHEBERT%20(Guy%20des%20CHAMPS%20de)%20-%200..jpg
 
 
   Le Temps, n° 23.807, Mercredi 20 octobre 1926, p. 4, en rubrique « Informations diverses ».
 
 
                                                                  http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/BOISHEBERT%20(Guy%20des%20CHAMPS%20de)%20-%201..jpg
                                                                    tion à laquelle se joindront les pilotes du centre de Dijon.
   ________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.

n°12555
Blake
Posté le 29-10-2011 à 20:25:22  profilanswer
 

Bonjour,
Voici quelques précisions:
- CAMINE et de GRAILLY allaient avec le Cne de Chaunac-Lanzac de Buc à Vesoul pour les manoeuvres de l'est. Ruptures d'ailes attribuées aux collages. Camine éjecté au crash et de Grailly carbonisé.  
- CANAL, à Reims sur Nieuport monoplace.
- CAZÈS, perdu en mer.  
- DUCOURNEAU, rupture d'hélice Neri, éjecté en vol.    
- HURTARD, chûte de biplace Nieuport, passager blessé.  
- MANEYROL, tentative de record d'altitude sur avion Peyret, rupture en vol.
- NIEUPORT Charles, réception d'un triplace 100hp, glissade attribuée au gauchissement défectueux.
- THOMAS Georges, chûte d'aéroplane.
Amicalement

n°12579
gerault
Posté le 31-10-2011 à 10:52:09  profilanswer
 

La préparation de la guerre compte aussi, dans les Vosges ses victimes. A Remiremont le 31 décembre 1912, un appareil biplace se pose sur la plaine Sainte Anne. Le pilote, le lieutenant Coville de l'escadrille d'Epinal, a comme passager l'enseigne de vaisseau Bérode, en congé à Epinal, chez ses parents. Ce dernier sortant imprudemment par l’avant passe sous l’hélice qui le frappe derrière la tête, hachant le casque.
Le jeune homme s’éteind le lendemain, « doucement, à 7 heures, entre les bras de son père, chef de bataillon au 149", en présence du lieutenant Coville et de son épouse».
 
 
Mais c'est surtout le 20 octobre 1913 qui constitue la journée noire de l'aviation du Centre d'Epinal. Ce lundi, le caporal de Loynes d'Autroche vole à huit cents mètres au dessus du terrain de Dogneville quand les ailes de son appareil se détachent brusquement par suite d'une manoeuvre trop brusque du gouvernail de profondeur. Il pique alors comme un bolide dans la Moselle. Retiré de la rivière par des agriculteurs travaillant à proximité le caporal d'Autroche expire sur un lit de roseaux L'enquête établit qu'il s'était risqué à “ boucler la boucle” â la façon de Pégoud. Trois mois plus tôt, la Gazette Vosgienne relate déjà l'accident de décollage du caporal d'Autroche dont l'appareil en raison de l'état du terrain de Sainte Marguerite rite, avait capoté. Les dégâts matériels soldèrent la sortie de piste.
 
Le 20 octobre également, le lieutenant Garnier du Centre d’Epinal, et le sapeur Janrot du 3 ième Génie, qui l’accompagne se tue à une centaines de mètres du village de Bûc-Chateaufort. Le moteur de l’appareil venant de décoller est soumis à des ratées puis s’arrête à 250 mètres d’altitude. Une tentative de se poser en vol plané échoue et l’appareil  pique du nez. Le pilote est éjecté et le sapeur broyé dans les débris.
 
 
Le 3 mai 1914, l'aviateur Houssemand, originaire de Saint Dié et affecté depuis quinze jours au Centre d'Epinal, effectue un retour au pays remarqué. Il pose son monoplan Blériot dernier modèle d'une puissance de 80 HP sur le terrain de Sainte Marguerite, accompagné d'un sapeur mécanicien. Il a effectué le trajet de 40 kilomètres en 13 minutes, à une vitesse d'environ 180 km/h. Un orage opportun retarde le départ de Houssemand qui peut ainsi rendre visite à sa famille au 11 de la rue d'Héllieule. Trois semaines plus tard, l'avion du maréchal des logis Houssemand, baptisé “le Drapeau”, atterrit violemment dans un champ de seigle à proximité de la gare du Val d'Ajol. L'hélice et les roues sont brisées. L'aviateur est indemne ainsi que son passager. Ce dernier, le sapeur, Gaston Vial, dans le civil mécanicien de la maison Blériot, natif du Val D'Ajol, avait probablement voulu effectuer une visite au pays.
 
Extraits de “la guerre Aérienne dans les Vosges 1914-1919” Hors Série n°5 de la Société Philomatique Vosgienne”.
 
Amicalement
 
Gérault


Message édité par gerault le 31-10-2011 à 10:55:10
n°12581
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 31-10-2011 à 14:16:54  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
 
                                                                               Ernest BÉRODE, enseigne de vaisseau
 
                                                       Port de Brest ~ Escadrille des sous-marins de Brest ~ Sous-marin Floréal
 
 
   Décédé le 1er [?] janvier 1913 à l’Hôpital de Remiremont (Vosges) à l’âge de 30 ans. Inhumé dans un caveau de famille au cimetière de Saint-Quentin (Aisne).
 
 
  Le Gaulois, n° 12.863, Mercredi 1er janvier 1913, p. 2, en rubrique « Nouvelles en peu de mots ».
 
 
                                                           http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/BERODE%20-%200..jpg
 
 
   Le Figaro, n° 2, Jeudi 2 janvier 1913, p. 6, en rubrique « Vie sportive ».
 
 
                                                                   http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/BERODE%20-%201-1..jpg
 
 
   Le Temps, n° 18.810, Jeudi ~ Vendredi 2 janvier 1913, p. 6, en rubrique « Sport ~ Aéronautique ».
 
 
                                                            http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/BERODE%20-%201..jpg
 
 
   Le Figaro, n° 2, Jeudi 2 janvier 1913, p. 6, en rubrique « Vie sportive ».
 
 
                                                                    http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/BERODE%20-%201bis%20-%201..jpg
 
 
   Le Temps, n° 18.816, Jeudi 9 janvier 1913, p. 3, en rubrique « Affaires militaires ~ Marine ».
 
 
                                                            http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/BERODE%20-%202..jpg
 
 
   Question : Cet officier de Marine venait-il d'être versé dans l'aviation ?
 
   ________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.


Message édité par Rutilius le 31-10-2011 à 14:17:46
n°12582
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 31-10-2011 à 16:43:04  profilanswer
 


   Re,
 
   Éléments biographiques qui viennent de m’être transmis par Geneamar :
 
   « BÉRODE Ernest Eugène Félix. — Né le 17 juin 1881. Entre dans la Marine en 1898. Promu Enseigne de vaisseau de 1re classe le 1er octobre 1907, port Toulon. Au 1er janvier 1908, port Toulon. Au 1er janvier 1909, sur le croiseur Isly, Escadre du Nord (Commandant Henri Durand). Au 1er janvier 1911, port Toulon. Le 14 août 1911, Second du sous-marin Floréal, Station des sous-marins de Cherbourg (Commandant Charles Kirsch). Cet officier n'était pas breveté aviateur. »  
 
   Officier de marine issu du rang. N’a donc pas été élève de l’École navale.
   ________________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.


Message édité par Rutilius le 11-10-2013 à 14:00:06
n°12583
Lucien Mor​areau
Posté le 31-10-2011 à 17:14:41  profilanswer
 

Bonjour et merci pour ces nouvelles informations.
 
Je confirme que l'EV1 Ernest Bérode n'était pas aviateur et de plus, il était en permission chez ses parents. Peut-être avait-il l'intention de le devenir et ce vol, à mon avis non autorisé officiellement était une première étape mais le destin en a décidé autrement.
 
Bonne soirée.

n°17560
fredo64
Posté le 11-10-2013 à 13:56:57  profilanswer
 

bonjour Lucien,
 
dans la liste éditée ici, il vous manque Henri Paul Tibulle SEVELLE, Ltt au 6e Chasseurs d'Afrique, né le 08.01.1886 à Paris 5e et décédé le 13 mars 1912 à Uzein (64).
 
si ça vous dit, j'ai ses actes de naissance et de décès, ainsi que les rapports d'accidents concernant Sévelle et Ducourneau.
 
cdlt,
Fred


---------------
"Si Dieu voulait interdire de boire, aurait-il fait vin si bon?" (Richelieu).
n°18421
bruno17
1er RTA: Toujours le premier!
Posté le 27-01-2014 à 21:48:35  profilanswer
 

Bonsoir,
Thierry de Ville d'Avray, sa fiche de Saint-Cyrien et les renseignements de sa fiche Mémorial:
Aviateur, mort en service commandé dans son monoplan Blériot - Fils de Arthur Amand Victor THIERRY de VILLE d'AVRAY et de Henriette SOREL - Né à Honfleur en 1879 - Un monument en sa mémoire et aux aviateurs morts à Verdun en 14-18 à la Nécropole du Faubourg-Pavé à Verdun - Avait décollé du terrain de Charny-sur-Meuse à trois kilomètres de Verdun pour se rendre à Saint-Mihiel, l'appareil chute et s'écrase au sol près des casernes Chevert - Décès constaté par des médecins militaires, le corps a été transporté à l'hôpital mixte Saint-Nicolas - Inhumé à Honfleur (14) - Ancien Saint-Cyrien, brevet de pilote en 1911 à Étampes -  
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/1757/ThierrydeVilledAvray.ficheStCyrien.jpg
Cldt
BB


Message édité par bruno17 le 27-01-2014 à 21:54:15

---------------
Bruno BAVEREL - Romans: "Lieutenant indigène", "Étienne et les sirènes" (2007 et 2009 La Découvrance éditions) - "Le tombeau des quatre ours" (2015 Éditions du Croît-Vif) - "La vie sexuelle des alligators" (2017 Amazon Kindle Publishing)
n°18777
Stephane51
Posté le 26-02-2014 à 08:29:46  profilanswer
 

Le 24 janvier 1913, Charles Nieuport et le mécanicien Guillot participent à Etampes (Essonne-91) à la réception des Nieuport triplaces militaires commandés par l'Armée.
Après un atterrissage difficile une commande de gauchissement se fausse.
Il repart, une aile se met en drapeau, l'avion fait une chute de 300 mètres.
Les deux hommes trouvent la mort.
Le texte : "A la mémoire de l'aviateur Charles NIEUPORT et son mécanicien GUILLOT tombés ici victimes d'un accident d'aéroplane - le 24 janvier 1913"
"Les aviateurs d'Etampes et la ville de Méréville"
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/13051/img275.jpg

n°18778
Stephane51
Posté le 26-02-2014 à 08:32:07  profilanswer
 

Photo prise par Robert MILLET, photographe avec la mention au dos :
"Charles Nieuport qui vient de se tuer à Etampes"

n°22251
jbl
Posté le 09-10-2015 à 14:02:17  profilanswer
 

Bonjour Lucien
Voici un vieux message qui remonte à la surface.
Je viens de trouver trace d'un Aimé Grasset. Voici les quelques infos que j'ai sur lui :
GRASSET Aimé, né le 20 décembre 1888 au Béage (Ardèche). Mécanicien aux Estables (Haute-Loire), il est incorporé au 86e régiment d'infanterie en octobre 1909. Son service terminé, il poursuit une carrière militaire. Il passe dans l'aviation en décembre 1911 et est breveté pilote en mars 1913. A la mobilisation, il combat au sein de l'escadrille Do 22. Le 24 octobre 1914, il est détaché à l'armée des Vosges, au sein de le Do 14, avec laquelle il combat jusqu'au 24 février 1915. Il est alors affecté au Camp retranché de Paris. La suite de sa carrière militaire l'amène à combattre en Russie avec la 7e armée et la 6e division de l'aviation en Russie. Chevalier de la Légion d'honneur, il est décédé le 7 juin 1924 à Yhlava (anciennement Iglau), aujourd'hui en République Tchèque. (Le Puy 1908 2129 168)
Il est bien mort, mais pas avant guerre. S'agit-il donc du même citoyen que celui qui figure dans votre liste ? Il y a bien des similitudes, mais difficile d'avoir des certitudes.
JBL

n°22258
Lucien Mor​areau
Posté le 10-10-2015 à 05:42:30  profilanswer
 

Bonjour et merci pour votre message, même tardif.
 
Oui, il s'agit indiscutablement du même personnage et si la mention MSAC civil était correcte, c'est la date qui ne l'était pas.
 
Merci encore et cordiales salutations.
 
LM

n°24489
caillou51
Posté le 23-08-2017 à 20:05:46  profilanswer
 

Lucien Morareau a écrit :


Bonjour Lucien
 
Je me suis permis de m'inscrire sur votre forum dans le cadre de l'une de vos recherches.
 
Je vois que vous cherchez des renseignements sur l'accident dont a été victime Alfred Hurtard, je suis peut-être en mesure d'éclairer votre lanterne.
 
Je vous glisse un copier/coller d'un article du journal l'union, qui lui reprend partiellement un article du courrier de Sézanne (51), journal local de l'époque.  
 
Cet article a été publié dans le journal l'Union Marne un siècle après l'accident qui lui coûta la vie.
 
"Les avions décollant de l'aérodrome de Saint-Rémy-sous-Broyes lors des portes ouvertes dimanche (lire par ailleurs) vont survoler un monument méconnu. Qui ne s'est pas au moins une fois demandé la signification de cette stèle située au bord de la route, entre Sézanne et Gaye ?
 
Un « terrain d'aviation » neuf Il s'agit d'une grosse pierre située près de Saint-Rémy-sous-Broyes. Recouverte de mousse, les inscriptions sont difficilement lisibles. Le monument est tombé dans l'oubli. Tellement que peu sont encore capables de dire que cette stèle fait référence à un événement qui a marqué la cité des mails il y a exactement un siècle.
 
Jean-Louis Harmant, Sézannais passionné par l'histoire de sa ville, a percé le secret de cette stèle abandonnée : « De nombreux articles du Courrier de Sézanne (journal local de l'époque, N.D.L.R.) relatent l'accident mortel du maréchal des logis Hurtard en octobre 1913 puis de l'édification d'une stèle en son honneur peu après. »
 
Fin septembre 1913, après plusieurs mois de travaux, le hangar d'aviation de Sézanne est inauguré. À l'époque, le « terrain d'aviation » est situé en bordure de la route, entre Chichey et Sézanne (l'actuelle RD 373). Une cérémonie fastueuse voit la participation de plusieurs aviateurs et appareils de l'armée. S'ajoutent concert et banquet.
 
Parmi les aviateurs présents à Sézanne pour les festivités, le maréchal des logis Alfred Hurtard, aviateur militaire originaire de l'Isère. Il effectue un vol pour l'inauguration. Puis un autre, quelques jours plus tard, le 4 octobre 1913. « L'avion pique du nez » Le Courrier de Sézanne raconte ce dernier vol : « Décollant du terrain fraîchement inauguré, le maréchal des logis Hurtard prend de l'altitude. Son moteur s'arrête et l'avion pique du nez après 600 m de parcours sur le territoire de Saint-Rémy. Le pilote meurt dans les débris. »
 
L'aviateur aura droit à des obsèques en grande pompe à la chapelle de l'hôpital. Alfred Hurtard sera ensuite enterré à Jallieu (Isère). À une époque où les accidents d'avions (souvent graves) ne sont pas rares, le comité d'aviation de Sézanne décide, dans un délai très court, d'édifier un monument à la mémoire de cet aviateur.
 
« On peut penser que Hurtard était connu des Sézannais à l'époque, analyse Jean-Louis Harmant. Il devait faire figure de pionnier de l'aviation. Sa participation à la grande fête de l'inauguration du terrain devait avoir fait de lui une vedette. » C'est au sculpteur sézannais Tourain que revient la tâche de réaliser un monument en granit bleu des Vosges, qui sera installée près de l'endroit où l'aviateur s'est tué.
 
Un siècle plus tard, la stèle est toujours là. Même si la gloire de Hurtard s'est depuis longtemps envolée."
 
Je vous joins également le lien qui permet de retrouver l'article du journal.
 
http://www.lunion.fr/region/l-avia [...] 3b24n82317
 
Je passe presque tous les jours devant cette stèle et ma curiosité aidant, j'ai procédé à quelques recherches qui m'ont amené sur votre forum.  
 
En espérant avoir apporté une petite pierre à votre édifice.
 
Bien cordialement
 
 
   


n°24493
Lucien Mor​areau
Posté le 26-08-2017 à 07:43:13  profilanswer
 

Bonjour et merci pour votre message.
 
Le monument que vous me signalez est connu et fait l'objet d'une mention dans le site spécialisé "Aérostèles". Voici le lien :
 
 https://www.aerosteles.net/stelefr- [...] es-hurtard
 
Mais il reste encore beaucoup à faire... Un certain nombre de ces martyrs de l'aviation militaire demeurent encore inconnus et, retrouver leurs traces après plusieurs décennies n'est certes pas chose aisée.
 
Merci encore et cordiales salutations.
 
LM

n°24498
chapelier
Posté le 30-08-2017 à 18:23:20  profilanswer
 

Monsieur Morareau
Je ne suis pas chez moi, mais j'ai des éléments sur Charles Amans et sur les circonstances de son décès après guerre sur le terrain de Candillargues (Montpellier l'Or). J vous envoie tout cela en privé dès mon retour. Si d'autres personnes sont intéressées je peux faire de même. Dossier un peu lourd pour le site.
Quand à Maneyrol cela me parle et au vu des réponses sur le site je pense en effet qu'il a du voler sur des appareils conçus par Peyret..Peut être sur planeur ...je recherche ce que je peux avoir à ce sujet.  
Bien cordialement.
Jean-Luc Chapelier


---------------
Chapelier J-L

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: aviation 

  MSAC avant la guerre de 1914