FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: aviation 

  Pilotes de la Grande Guerre, on continue...

 

gizmo02 Pages 14-18 : Les arts et la guerre : Inouk44, 2 utilisateurs anonymes et 25 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Pilotes de la Grande Guerre, on continue...

n°24494
Lucien Mor​areau
Posté le 28-08-2017 à 08:40:17  profilanswer
 

Encore cinq inconnus...
 
BIANCHI Victor, S/Lt d'infanterie, breveté n° 1683 le 02/10/1915, ACF n° 2464 le 30/10/1915
TERRIER Raoul,  Sgt d'infanterie, breveté n° 1687 le 03/10/1915, ACF n° 2371 le 15/09/1915
GOISNARD Georges, Cal du génie, breveté n° 1730 le 09/10/1915, ACF n° 2603 le 15/12/1915
CHEVALIER Paul, Cal d'infanterie, breveté n° 1768 le 14/10/1915, ACF n° 2926 le 26/02/1916
MALDIDIER Maurice, S/Lt d'infanterie,  breveté n° 1784 le 16/10/1915 à Chartres, ACF n° 2565 le 12/11/1915
 
Merci d'avance
 
LM

n°24495
bruno10
Posté le 28-08-2017 à 10:46:00  profilanswer
 

Concernant Maurice Maldidier
Il semble qu'il soit inhumé à la Nécropole Nationale de Fréjus
Il est décédé de maladie à Hanoi
Bon tout ceci ne nous donne pas ses DLN...
voir ici
http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] 4877a9468c
et ici sur le site d'Albin Denis
http://albindenis.free.fr/Site_esc [...] ochine.htm
 
"La petite unité est désignée par le Gouvernement général de l’Indochine "escadrille d’études du Tonkin" et plus simplement "escadrille indochinoise" par son personnel, qui n’utilisera jamais l'appellation V 571. Elle rassemble 37 hommes : deux officiers aviateurs, les sous-lieutenants Maurice Maldidier (commandant du service ainsi que de l’escadrille) et Charley Ricou, un pilote civil, Henry Wintrebert, trois mécaniciens d’aviation, huit ouvriers spécialisés de première classe et trois de seconde classe (dont six militaires), un comptable, sept soldats indigènes et douze ouvriers spécialisés indigènes ayant déjà servi dans l'aviation française. Si Wintrebert n’est plus un inconnu pour le lecteur puisque nous avons déjà parlé de lui dans le précédent chapitre, il est nécessaire de présenter en quelques lignes les deux autres pilotes. Maldidier est un ancien du front d’Orient, où il a combattu avec la MF 88 de décembre 1915 à son retour en France en août 1916 après un grave accident. Ricou a quant à lui eu un parcours peu banal… Sujet britannique né à Hongkong et demeurant à Macao avant-guerre, il est sorti ingénieur de l'école supérieure d'électricité de Paris avec en poche son brevet de pilote civil ! Engagé volontaire au titre de l’aviation en août 1915, il est breveté pilote militaire et part lui aussi pour le front d’Orient où il sert comme sergent au sein des escadrilles V 83 puis C 89. Crédité d’une victoire aérienne probable, il est blessé sur accident le 25 mai 1916 et rapatrié en France où il est rayé du personnel navigant après être passé sous-lieutenant en novembre. Il embarque alors à destination de la Chine où il doit passer son congé de convalescence. Arrivé en Indochine au mois de janvier 1917, il est aussitôt affecté (hors cadres) à l'aviation indochinoise sur la demande du Gouverneur général.
 
Le matériel militaire, transporté en caisses à bord de deux vapeurs, ne correspond pas au modèle demandé même s’il est livré avec son armement. Il s’agit de huit vieux biplaces Voisin V LAS [1*] réformés l’année précédente en Orient où ils avaient servi au sein des escadrilles V 83, V 84 et V 90. Propulsés par un moteur en étoile refroidi par eau Salmson (Canton-Unné) P 9 de 150 HP, ces appareils qui atteignent tout juste 100 km/h ont une autonomie de quatre heures de vol ; ils peuvent emporter une mitrailleuse et jusqu’à 180 kg de bombes. Quatre d’entre eux, destinés à l’escadrille du Tonkin, débarquent dans le port de Haïphong le 1er août 1917. Les quatre autres sont placés en réserve à Saïgon, en Cochinchine, où il est ultérieurement prévu de constituer une seconde escadrille. Transportées à Tong, les machines arrivées en mauvais état sont remontées et réglées tant bien que mal sur le petit terrain de Vi Thuy. Les mécaniciens constatent que les hélices sont détériorées, les voilures vrillées et que les cellules sont dans l’ensemble très fatiguées. Le 17 août, le sous-lieutenant Maldidier peut malgré tout effectuer un premier vol sur le delta du Fleuve Rouge. Le 31 août, le sous-lieutenant Ricou accomplit un vol d’essai et de reconnaissance d’une durée de 1 h 38, au cours duquel il parcourt une distance de 170 km.
 
[1*] Ces huit Voisin V pourraient être compris parmi les quinze numéros de série suivants : V1075, V1227, V1240, V1248, V1258, V1289, V1290, V1319, V1348, V1351, V1352, V1382, V1398, V1438 et V1483, dont l’existence (mais non la disparition) est attestée au sein des unités françaises du Front d’Orient.
 
Le même jour, des gardes du pénitencier de Thaï Nguyen, à une soixantaine de kilomètres au nord de Hanoï, se révoltent sous la direction de deux soldats révolutionnaires : le commandant de la place est tué, les prisonniers politiques sont libérés et la ville est rapidement prise par les insurgés. Les renforts français envoyés immédiatement sur place reprennent la ville dès le 4 septembre, dégageant la garnison du 9ème régiment d’infanterie coloniale, mais les insurgés parviennent à se réfugier dans les collines environnantes où ils vont résister pendant plusieurs semaines [*2]. Désireux de connaître leurs positions, le colonel Berger, commandant les troupes d’opérations de Thaï Nguyen, fait appel à l'aviation pour effectuer des reconnaissances les 30 et 31 septembre. Le sous-lieutenant Ricou parvient à survoler la ville mais ce premier essai de liaison air-terre est un échec en raison du brouillard. Le service a par ailleurs la douleur de perdre brusquement son chef Maurice Maldidier, décédé de maladie à l’hôpital militaire de Hanoï le 18 septembre. Ses obsèques ont lieu deux jours plus tard en présence du général Léon Lombard, Commandant supérieur des troupes du groupe de l’Indochine. Il est remplacé le 1er octobre par Charley Ricou qui sera nommé lieutenant le 28 novembre 1917."


Message édité par bruno10 le 28-08-2017 à 10:46:12
n°24496
Lucien Mor​areau
Posté le 29-08-2017 à 06:34:11  profilanswer
 

Ben si M. Couplez ! A partir du moment où on connait le lieu de décès, il n'y a qu'a demander copie de l'acte à Nantes. Acte sur lequel on trouvera automatiquement le lieu de naissance...
 
Merci en tout cas pour cette info et bonne journée.
 
LM

n°24499
bruno10
Posté le 30-08-2017 à 20:30:13  profilanswer
 

Bonsoir
 
Raoul Terrier était dans le civil acteur de Théatre (Théatre Antoine à Paris entre autres)-Un article du Figaro de 1919 salue son retour sur les planches
aprés un service militaire dans l'aviation en tant que pilote instructeur  
On le voit ici sur une photo sur le site d'Albin Denis
http://albindenis.free.fr/Site_escadrille/Photos_As_et_Personnel/Jean_Amigues/Buc_Section_CaudronGT.jpg
(6 ème à partir de la gauche)
"Elèves pilotes en stage à la section double commande (chef de la section Terrier) de la Division Caudron de l'école d'aviation de Buc, le 21 octobre 1915 -"
Mais malheureusement toujours pas de DLN....
Cordialement
Bruno

n°24500
Lucien Mor​areau
Posté le 31-08-2017 à 07:30:43  profilanswer
 

Bonjour M. Couplez,
 
J'ai effectivement trouvé la trace de ce "cabotin-volant", notamment dans la revue "Coemedia"... Il a terminé la guerre comme Lt mais il n'apparaît pas dans Léonore ni dans la liste des dossiers d'officiers conservés au SHD... Probablement récupéré par son arme d'origine après le conflit.
 
Merci encore de vos interventions.
 
LM
 

n°24518
Lucien Mor​areau
Posté le 04-09-2017 à 13:06:47  profilanswer
 

Retour sur Maldidier...
 
Il y a encore des Administrations qui fonctionnent bien, c'est rassurant... Voici son acte de décès établi à Hanoï
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2575/Maldidier1.jpg

n°24519
bruno10
Posté le 04-09-2017 à 14:08:10  profilanswer
 

SUPER !!

n°24520
amboise37
Posté le 05-09-2017 à 08:50:18  profilanswer
 

Bonjour Lucien, bonjour à tous
et voici Goisnard Georges Marcel Henri, né le 13 septembre 1892 à Gesté (49151). Mécanicien à la C30 puis C13 puis N57 d'où il est envoyé en école de pilotage à Ambérieu. Il est allé ensuite voler au Maroc où il devait déjà être avant la guerre.
https://www.archinoe.fr/v2/ark:/718 [...] c992699df5
https://www.archinoe.fr/v2/ark:/718 [...] 61ed22974f
Didier


Message édité par amboise37 le 05-09-2017 à 08:50:28

---------------
www.aeroplanedetouraine.fr
 
n°24521
amboise37
Posté le 05-09-2017 à 09:18:55  profilanswer
 

Je suis sur Chevalier Paul. Pas simple avec un nom comme cela. Il était de la VB 101 (où il dû être breveté) et a été abattu en janvier 1916. Mais il n'est pas mort avec Corroenne. Prisionnier, brûlé, il a été rapatrié en 1918 par la Suisse. A suivre.
Didier


---------------
www.aeroplanedetouraine.fr
 
n°24522
amboise37
Posté le 05-09-2017 à 11:36:26  profilanswer
 

Ouf, je le tiens.
CHEVALIER Paul Henri Bernard, ne le 7 novembre 1893 à Paris 8e. Semble-t-il décédé à Uriage le 1er juin 1967. En 1910, il appartenait au Club alpin français. C'est un des fondateurs, en 1919, du GHM (groupe de haute montagne) du CAF. Une pointe de l'aiguille de Blaitière (aiguilles de Chamonix), porte son nom: la pointe Chevalier.
A priori, c'est à Thiaucourt que son avion s'est écrasé (posé en feu ?). Je butais sur le nom de son épouse. Je pensais qu'il était prisonnier à Heilbronn mais non, c'était le nom de sa fiancée, Marcelle Heilbronn, puisqu'il l'a épousée le 21 novembre 1918. Elle habitait rue Marbeuf.
Ces recherches révèlent parfois de belles histoires. Marcelle Heilbronn était infirmière volontaire lors de la Première Guerre. Elle le sera également lors de la Seconde. Je crois qu'elle l'a rencontré lorsqu'il a été blessé dans l'infanterie, avant de rejoindre l'aviation. Marcelle Heilbronn ne verra pas la fin de la 2e guerre. D'origine juive, elle a disparu à Auschwitz avec ses parents. Belle histoire mais triste.
Didierhttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/4282/CHEVALIERPaulVB101.jpg


Message édité par amboise37 le 05-09-2017 à 12:13:15

---------------
www.aeroplanedetouraine.fr
 
n°24523
amboise37
Posté le 05-09-2017 à 12:37:01  profilanswer
 

C'est une histoire sans fin... Mais selon ce site, c'est en 1968 que Paul Chevalier serait décédé.
http://verckendevreuschmen.fr/fami [...] 1893-1968/
Didier


---------------
www.aeroplanedetouraine.fr
 
n°24527
Lucien Mor​areau
Posté le 05-09-2017 à 20:01:35  profilanswer
 

Merci pour ces deux identifiés... Pour Chevalier, il est bien DCD en 1967 mais à St-Martin-d'Uriage...
 
http://archives.paris.fr/arkothequ [...] m_rotate=F
 
Plus que 6936 à trouver...
 
Merci encore et à bientôt pour la suite.


Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d’Histoire: aviation 

  Pilotes de la Grande Guerre, on continue...